Patrick Lagacé

Patrick Lagacé - Auteur
  • Patrick Lagacé

    Patrick Lagacé aime le journalisme : « Cette profession permet de vivre des aventures et d'être payé pour le faire », dit-il.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 20 juillet 2011 | Mise en ligne à 7h43 | Commenter Commentaires (267)

    Adam, le parc et la police

    Courriel reçu d’un lecteur, Adam Mongrain. Petite vignette urbaine à propos des relations entre des citoyens et des policiers. Je publie intégralement, pour la propose et le propos.

    J’étais un gars straight.

    Quand mes amis plus marginaux postaient des statuts indignés, je prenais le temps de modérer leurs ardeurs en privé. Je prenais le temps de trouver un terrain d’entente, de négocier la pente, de ramener les idéaux froissés dans le tiède milieu des opinions massées.

    Quand j’entendais dire qu’untel ou unetelle s’était frotté durement aux forces policières, s’était fait bousculé dans une manifestation, s’était fait violemment expulsé d’un lieu public; je disais : « Ouais, mais nous, les moyens, on aime ça, le calme. Ça vaut quelque chose pour nous que la police intervienne partout, tout le temps, pour prévenir à coup d’amende et de matraque. »

    Quand on parlait de profilage, d’infiltration, de corruption de l’idéal légal, je pensais, autosatisfait : « Si les manifestants sont si pacifiques, si les gens qu’ont dit persécutés sont si bénéfiques, pourquoi est-ce que c’est pas eux qui ordonnent leur propres troupes dans le sens de la paix? Pourquoi est-ce que ce ne sont pas les marginaux eux-mêmes qui font valoir leur intégrité, leur sagesse, leur humanité? »

    J’étais un gars straight, jusqu’à temps que je m’assoie sur la mauvaise roche.

    Mardi, il est onze heures. Je parle de ma vie avec mon ami; cette vie, elle a pas été belle, ces derniers temps. J’ai une crotte grosse comme deux cœurs sur le mien; je déparle, je ris, je respire. Il fait vingt-huit (mille) degrés, allez, on va marcher, l’air d’été nous échappe déjà.

    On marche, on parle, on boit; comme des délinquants, comme des jeunes fous, comme un gars qui a trois ruptures dans les veines et des fourmis dans les artères. Avec joie. Avec vie. Avec la nuit, la saison; avec le temps qui se dérobe sous nos pieds.

    On trouve la roche.

    Elle est bien placée. Assis, nos pieds touchent facilement le sol. Elle s’élève de terre sur la longueur exacte de nos tibias—un petit miracle—et on se retrouve à échanger. Mes amis sont brillants, allumés, amoureux. On manque de mots parce qu’on se perd à penser, et nos âmes dépassent nos moyens; nous nous trouvons dans une course contre la montre pour prendre témoin de nos êtres, de nos vies.

    Je suis l’idéaliste sur la roche. Je m’en cache pas. Je contourne et je retourne les élans cyniques et pessimistes. La vie est belle malgré tout; les gens sont bons, on prend même le temps d’admettre au bout du compte, que nous vivons dans une société infiniment riche et agréable, humaine, libre, où il est possible pour nous de passer un moment, sur une roche, sans crainte, sans crime, à parler franchement de nos idées et de nos vies; de vivre sainement et humainement, de porter sur la ville un regard rempli d’amour. Rempli d’espoir. Rempli de fierté. J’y amène mon ami presque de force, à cette idée. J’ai l’optimisme plus facile.

    On se fait aborder pas des policiers que nous observons depuis déjà de longs instants. Nous n’avons pas bougé. Il m’aurait semblé absurde de bouger, en fait, parce que j’étais juste assis sur une roche, et que je suis pas particulièrement gêné par la position assise. Ces policiers nous approchent très professionnellement, avec des mots courtois et une présentation immaculée.

    « Avez-vous des pièces d’identité? »

    Mais oui, j’en ai. Je suis un citoyen, je vote et j’en suis fier. Voilà, c’est ma carte d’assurance-maladie. Un truc génial.

    Ils sortent de nulle part un carnet, et même si l’infraction ne m’est toujours pas évidente, je commence à me douter que je sors perdant de cet échange.

    « On vous donne des constats d’infraction. »

    Mon ami est plus vieux, plus calme. C’est pour ça qu’il est mon ami.

    -Euh, pourquoi?
    -Le parc est fermé. Tous les parcs du Québec ont une heure de fermeture.

    Et nous, quelques instants avant, on parlait de la beauté de notre ville, de la légèreté de notre société. Il faut être intègre; on se conforme. On a enfreint la loi, et on s’est fait prendre. Reste plus qu’à attendre le constat, on est civil, après tout.

    Pendant tout ce temps, soulignons ce détail crucial, un gentil couple nous observe, à environ dix mètres. Plus tôt, ils nous avaient demandé du pot, mais ils sont tombé sur un bien pauvre vendeur : j’ai horreur de la chose.

    Les constats nous sont remis. Je regarde immédiatement le total : cent quarante-six dollars. Le chiffre est tellement ridicule que je me sens saisi, comme si j’avais été projeté dans une piscine à l’eau trop froide. Mes esprits me quittent, et je marche comme un somnambule à travers le parc vers sa sortie. Tranquillement, je trouve mes mots.

    « Tsé, je passe vraiment le plus clair de mon temps à défendre la police. Je m’obstine avec tout le monde que leur travail est bon et nécessaire, qu’ils maintiennent l’ordre, qu’en fin de compte les seuls qui paient un prix déraisonnable sont ceux qui ont quelque chose à se reprocher. Je pense vraiment que la police fait une bonne job, et je me pogne avec tout le monde pour les défendre. »

    J’ai vraiment dit ça. Je pense vraiment ça.

    Vous vous souvenez du gentil couple? Ils ont été abordés par des patrouilleurs quelques instants après notre départ penaud, et nous suivaient maintenant, à la même distance—environ dix mètres.

    -Pis, vous autres, trouvez-vous ça cher, 146 piasses?
    -…
    -Avez-vous eu des tickets?
    -…
    -Des tickets de 146$? Comme nous?
    -Ils nous ont dit de partir sinon on allait avoir une contravention.

    Quoi?

    -Quoi? Ils vous ont rien donné?

    Le gentil couple nous trouve soudainement très agités. J’essaie de retenir leur attention avec le monologue suivant :

    « Attendez, s’il vous plait. J’aimeras juste vous parler. Je lève les mains, je suis pas fâché. Je suis pas agressif. S’il vous plait, écoutez-moi. J’aimerais juste votre nom. Rien que ça. Écoutez, je viens de recevoir une contravention de cent quarante-six dollars. J’aimerais juste pouvoir dire que vous n’avez rien reçu. Personne nous a averti. Personne nous a dit de partir. S’il vous plait, je me sens lésé. J’aimerais juste, si je pouvais, vous citer en exemple, parce que je n’accepte pas ce ticket. »

    J’ai attiré leur attention. On me répond :

    « Okay, tu veux parler franchement, okay. Je suis étranger. Je veux pas de ces choses-là. Tu comprends? C’est pas pour moi ça, je veux pas. Je veux pas me mêler de ça. »

    Nous acceptons gracieusement le refus du gentil couple. Après tout, nous sommes civils. Et victimes de quelque chose de laid, aussi.

    « Check ben ça man, on y retourne. »

    J’étais un gars straight, mais j’avais des questions importantes pour les policiers. L’idée de mon ami, sans être bonne, était loin d’être assez mauvaise pour me faire broncher.

    Nous les avons retrouvés en train d’interpeller un autre groupe, par la lueur de leurs affreuses flashlights. Quand mon ami entamât le sentier vers eux, je l’ai retenu. Mieux vaut attendre la fin de leur intervention. Mieux vaut les laisser venir à nous. Nous sommes civils, après tout.

    Quelques instants passèrent. J’ai eu envie de pisser, ma ça semblait contre-productif et de mauvais goût. Le temps de rire, cyniquement, et les policiers nous avaient remarqués. Pas les nôtres. Ceux qui avaient parlé au gentil couple.

    J’ai pris le temps de parler doucement, de lever les mains comme si j’avais une arme braquée sur moi, d’adopter mon ton de voix le plus docile, le plus cordial. J’avais juste des questions, pas des menaces, pas des revendications.

    Pourquoi nous?

    Parce que c’était nous, et juste nous. Pourquoi n’avons-nous pas eu droit à un avertissement, à un ordre? Pourquoi n’avons-nous pas eu droit au même traitement que ceux qui, tout au long du constat de notre infraction, nous ont regardés d’un air intrigué? Pourquoi n’avons-nous pas eu la chance de montrer qu’il était l’heure de partir, que nous le reconnaissions et qu’on s’en va, bonne soirée?

    Le pouvoir discrétionnaire. L’institutionnalisation de l’idée qu’un policier peut décider que certains infracteurs méritent ou non un constat, le pouvoir absolu, sans canal de contestation…

    -Mais oui, vous avez trente jours pour contester.
    -Attendez. Dans la mesure où les policiers sont dans leurs droits de décider comme ultime arbitre si oui ou non un contrevenant mérite un constat, le seul appel possible est à son jugement. Dans cette mesure, je ne peux que dire qu’il avait tort et il ne peut dire qu’il a raison. Je peux pas vraiment dire que j’étais pas dans le parc, je peux juste dire qu’il y a discrimination à mon égard, et le policier peut toujours justifier son geste puisque l’octroi des constats est discrétionnaire. (Je parle vraiment comme ça. Demandez à mon ami.)
    -…

    Pendant un bref instant, un des deux policiers a eu l’air vraiment mal.

    La discussion a tourné autour de ce point focal pendant quelques longues minutes. De façon très civile, très posée. Puis, nos policiers sont venus rejoindre ces policiers en disant : « Ils ont eu des tickets eux-autres. » Les policiers auxquels nous avions parlé de notre malaise, visiblement désarmés, ont eux-mêmes pris leurs collègues à part pour leur expliquer qu’on était pas violent ou dangereux. Juste fourré.

    J’étais l’idéaliste sur la roche. En marchant vers la sortie du parc, j’essayais d’étouffer les élans anarchistes de mon ami et de voir un devoir de citoyen dans la chose. Sauf que ce que j’ai réussi à dire, c’est :

    « Je comprends qu’un jour un policier s’est retrouvé devant un juge à qui il devait expliquer pourquoi il a donné un ticket à un gars et pas un autre. Je comprends que le policier a dû expliquer, même si c’est une évidence, que tous les cas sont uniques, qu’il y a pas deux situations qui se développent de la même façon. Je comprends qu’il a l’expérience nécessaire pour distinguer si quelqu’un à une intention criminelle ou mérite juste d’être informé sur les lois en vigueur.

    « Mais ce soir j’ai reçu un ticket et je suis pas capable de m’expliquer pourquoi. J’ai dû faire quelque chose de mal. J’ai dû être mal placé. On se dit qu’on est bien mais tsé, t’imagines c’est quoi le traitement qu’on aurait eu si on était Noir? »

    C’est pas une comparaison facile. Je me suis éloigné du débat sur le racisme aussi loin que mon intellect a pu me porter. Je me sens pas concerné. Sous-informé. Biaisé. J’aurais pu dire punk. Gai. Arabe. L’idée est la même. La discrimination est institutionnalisée, et arbitraire. C’est inacceptable.

    Je suis chez nous, dans le l’appartement que je travaille pour me payer, prêt à partir travailler dans mon auto que j’ai achetée, en roulant toujours à la limite permise par la loi. Je suis content d’être un citoyen, et de valoriser ma société. Je suis content, et je regarde mon ticket de 146$.

    C’est plus que ce qu’on m’a chargé pour bloquer une voie réservée. C’est plus que ce que la ville me réclame quand j’empêche des milliers de personne d’avancer dans l’ostie de trafic de cinq heures; que j’obstrue de façon tangible la bien-être de mes co-citoyens. C’est trop. C’est ridicule, et c’est injustifié.

    J’étais un gars straight, mais vous travaillez fort pour me tordre.


    • Amen, je vous le dis:
      Si tout et chacun était aussi posé et articulé que cet homme, notre société ne s’en porterait que mieux.
      Cela dit, il peut contester en ces mots et il aura peut-être gain. Je le lui souhaite. C’est moche, comme situation.

    • Wow, quelle belle plume! La Presse devrait sérieusement penser à engager ce gars!

    • On a l’impression que ça dépend de l’humeur du moment des policiers. Cette histoire et l’autre de cette semaine de la femme qui avait deux fils (un blanc et un noir), chacun ayant une auto et dont le fils de couleur avait été intercepté NEUF fois par la police ne va pas aider à redorer le blouson d’une police dont l’image est sérieusement entachée dans la population. Les histoires s’accumulent et on suppose dont que les policiers s’en C…E et continue leur petit chemin. Il va falloir mettre de l’ordre dans cette boite là un jour ou l’autre.

    • je parierais presque que c’est au carré st-louis que cette histoire s’est passée, je me suis déjà fait coller pour avoir bu de la bière (UNE). OK je n’ai pas de droit de boire dans un lieu public. Je dirais davantage que je n’ai pas le droit de boire au parc lafontaine, au carré st-louis, au par jeanne mance, etc et à certaines conditions… qui sont douteuses à mon avis et trop au gout du policier du jour… c’est comme le choix du chef st-hubert… cuisse ou poitrine…. Trève de plaisenterie, tout les parcs un peu trop populaires sont ratissés par les policiers pour ce genre d’infraction à l’alcool … la prochaine fois que j’ai le gout de prendre de la bière dans un parc, j’amènerai un enfant, des carottes et de la babaganouj j’aurai l’air plus civilisé…

    • Pour renchérir, un autre exemple de ce que ça donne d’avoir des gens avec un petit pouvoir dont ils peuvent abuser sans que personne ne puisse rien faire. S’ils font une bêtise, une autre corps policier enquête et curieusement, ils trouvent toujours une bonne excuse pour expliquer ce qui s’est passé. Donc, personne ne police la police!

    • Beau témoignage !

      Voila un profil récurrent de notre courageuse police de Montréal . Des spécialistes en contraventions tout genre . Des spécialistes en interventions quand celles-ci ne représentent pas un danger potentiel . J’imagine que si nos deux victimes auraient été membre d’un gang de rue renommé dans un parc du Nord de Montréal ou des mafieux connus nos deux courageux représentants de l’ ordre auraient regardés ailleurs ou marchés dans une autre direction .

      Faut pas s’étonner devant le genre d’attitude de notre chère police . Prenez le temps de regarder de près le prototype des nouvelles recrues de notre corp de police métropolitain . Des tites filles qui ne s’en peuvent plus de fantasmer sur l’uniforme et ce narcissique fantasme d’être dans un poste de pouvoir et d’être admirée par les citoyens. Des ti-gars pas tellement plus costaud que les tites filles et aux mêmes rêves narcissique de pouvoir .

      Je ne suis pas du type sexiste , je suis entièrement pour un salaire équivalent a un poste équivalent mais force est d’admettre qu’avec cette moumounerie institutionnalisée de nos dirigeants municipaux face a l’embauche de policiers et de policières la distribution de contraventions sans potentiel de danger deviendra la tâche principale de notre police et des interventions bâclés comme celle ou un pauvre itinérant perturbé se fera tirer par une police appeurée et maladroite se multiplieront !

    • Voici un bel exemple de l’idéologie policière d’aujourd’hui…. remplissons les coffres et ensuite, si il nous reste du temps, on va courrir après les méchants.
      Je sais que c’est pas la majoriter des policiers, que certain sont comme ca du a la pression de la gestion, mais j’en connais plusieurs qu’ils ont encore le reflex d’aviser et d’avoir de la politesse envers les citoyens. C’est selon moi un métier louable, mais je deviens comme votre lecteur de moins en moins “straight” du a certain en powers trip de nos jours.

    • Il y a de ça quelques années, on était un petit groupe de 5 ou 6 jeunes de 16-17 ans. On était assis sur une table à picnic, vers 18h, et on discutait tranquillement de quoi faire ce soir là.

      Des policier nous ont arrêté, fouillé, et déçu de n’avoir rien trouvé, nous ont remis des contraventions pour flânage et attroupement illégal, après nous avoir conduit au poste et fait venir nos parents.

      Si on avait dérangé, j’aurais pu comprendre, mais s’il est interdit de s’assoir manger sur une table a picnic sans recevoir une contravention pour flanage, pourquoi en mettre…

      Quand on regarde tous les règlements qui existe, même si vous ne faites rien d’anormal, un policier zélé pourra toujours trouver un point pour vous remettre une contravention.

    • Magnifique texte, Adam. T’as du talent alors svp continue à écrire.

    • Cher ”Socrate”, le pourquoi est essentiel, fatigant mais essentiel. À force de questionner… Mais je vous l’accorde c’est de moins en moins facile de ce contenir. Il y a 20 ans que j’ai quitté Montréal et je suis certaine qu’il y a beaucoup de règlements qui se sont ajoutés. Les heures de fermetures de parcs, celui-là je ne le connaissais pas. Et je demande ben pourquoi?

    • J’ai lu bien attentivement et je n’ai pas trouvé de quoi être outré du travail de la police, désolée. Il y a des groupes qui sont plus turbulents que d’autres. Le profilage, par exemple, touche peu les femmes et les personnes âgées, vous le reconnaîtrez. Pour ceux qui écopent, je comprends que ce soit énervant, mais c’est le prix à payer pour notre sécurité collective. Oui, les policiers dans ce cas-ci ont exagéré. Ils exagèrent parfois. Mais d’entretenir des clichés méprisants à leur égard ne va en rien améliorer les choses.

    • première chose qui me vient en tête à la fin de la lecture… :

      “Y’a une belle plume! C’t'un bon narrateur!”

    • AVEC LA POLICE OU CONTRE LA POLICE, choisissez votre camp. Si vous n’avez pas la casquette qu’il faut, définitivement, vous êtes tous exclus. Les policiers ne défendent qu’eux-mêmes, on sait tous ça depuis des lunes sauf les rêveurs de démocratie.

    • Une sacrée belle lettre, bien écrite. Dommage que ce soit en de si ridicules circonstances.

      Cent quarante six «pia$$es» pour une présence dans un parc? Mais c’est plus cher que pour un excès de vitesse dans une rue résidentielle, sacrament! Où est le danger?

      À la place de ceux qui ont décidé du montant de l’amende, j’aurais honte. En fait, je n’aurais pas honte parce qu’à leur place, je n’aurais pas imposé une pareille somme. Et j’aurais aussi instauré le principe de l’avertissement écrit.

      On donne la contravention sous forme d’avertissement et si, lors du procesus de traitement du constat on se rend compte que ça n’est pas la première fois, on applique l’amende. Ça évite les situations ridicules comme celle dont ont été témoins les touristes présents dans le parc et qui ont dû se croire dans une république bananière où ce sont les privilèges qui font la loi. Quoique dans un état où un permis de conduire est un «privilège», on peut s’attendre à tout et n’importe quoi.

      Et c’est aussi sans doute ce qui arrive quand on donne à nos policiers une mission de perception fiscale assaisonnée de quotas à respecter.

    • Je compatis avec lui et je me reconnais dans son histoire. Je vis dans un quartier assez chaud, donc pour moi, les policiers sont presque des sauveurs parce qu’ils font, dans une certaine mesure, le ménage des rues de mon quartier.

      Je suis du côté des “bons”, puisque je ne fais jamais rien de mal, donc j’ai tendance à croire que je n’aurai jamais de mauvaise expérience avec des policiers, mais qui sait? C’est tellement aberrant de voir que les policiers peuvent se payer un power trip comme ça, selon leur humeur et la face de l’autre.

    • Je n’aime pas ce sentiment de balancier. Je n’aime pas penser que la police, à cause qu’il y a moins en moins de cas de tickets de vitesse, d’infraction au code de la route, etc… doivent penser à des nouvelles tactiques pour leur rapporter l’argent manquant.

      C’est horrible et injustifiable… Si ce type d’infraction est juste, je veux bien passer un référendum sur les “nouvelles infraction” mais jugées juste et équitable par la population en général. Ces nouvelles lois pour laver plus blanc que blanc pendant qu’on se fait jeter dans la boue par le même système avec les travaux de construction…

      Lorsque j’entends quelqu’un dire “oui nous avons beaucoup de travaux routiers, mais dans quelques années ca va aller beaucoup mieux, on a juste tardé pour les faire” pour justifier la traffic monstre de la rive-sud vers Montréal sur Champlain le soir…. J’ai envie de lui dire “mais quels travaux??? est-ce que tu as vu l’ébauche du nouveau pont Mercier? est-ce que tu as vu l’ébauche du nouveau pont Champlain?”…

      Je suis déménager de Montréal, et je compte plus y revenir

    • Donc, ils leur restaient probablement $300 de tickets à donner pour remplir le quota de la semaine ou du mois… je salue bien bas Adam d’être resté calme et articulé dans les circonstances car moi j’aurais pêté ma coche!

      @ xenos: ce n’est pas un mauvais réglement. L’été, quand tu demeures près d’un parc et que les jeunes trinquent et crient jusqu’à 3 heures du mat, tu es bien content qu’une telle loi existe.

    • Au Canada on est pas obligé d’avoir une pièce d’identité sur soit.

    • Wow ! Quel verbomoteur.

      Moi, j`aurai pu résumer ca en 1 petit paragraphe. Probablement qu`il a échappé une diharrée verbale devant les policiers et que ceux-ci n`appréciaient pas du tout ses envolées. C`est ce qui lui a vallu un billet d`infraction. La vie est injuste mais si j`étais propriétaire d`un calepin de contravention, probablement qu`il y aurait gouté aussi.

      Moi, quand le parc est fermé, je vais ailleur.

    • @ decembre: quel commentaire insignifiant.

    • Très “bon” texte!

      Mais rien de surprenant dans tout ça! Pour les gens ayant du vécu, on n’idéalise plus ces bons employés….

    • Je vais aller allumer un cierge à l`église en pensant à Adam !

    • Pendant que ces policiers narcissiques s’enorgueillissent de leur pouvoir, il y a des enfants qui sont battus et des femmes violées impunément…

    • Qu’une anecdote aussi banale cause un épanchement philosophique aussi profond nous rappelle combien le Québec est un endroit “affreusement en paix”. Tant mieux pour nous.

    • Un bien beau texte mais le sujet méritait-il autant de longueurs et d’emphase? Voyons, c’est un ticket un peu abusif. Je comprends que cela fâche (à qui n’est-ce pas arrivé…) mais de là à passer une soirée d’écriture….
      Bien hâte de lire Adam s’exprimer sur un sujet plus pertinent.

    • Navrant…et provincial. La même situation est arrivé à mon fils et quelques amis voilà 2-3 ans dans un parc de Lévis. Il était 23h05 et selon la signalisation (illisible) le parc fermait à 23h. Les jeunes n’avaient pas d’alcool, pas de drogue, pas de musique, ils jasaient. Ils ont quand même reçu des constats d’infraction en vertu d’un règlement municipal. Ils ont contesté et perdu en cour municipale (près de 200$ chacun avec les frais). Monsieur le juge a tranché avec l’argument massue…que nul n’est supposé ignorer la Loi. Et vlan… Payant, payant.

    • C’est pas la police le problème, c’est la criminalité en baisse. Nos pauvres policier n’ont plus rien à faire dans une ville sans party, avec des vieux en maison de retraite un peu partout et la circulation automobile paralysée. NOs pauvres policier justiciers affamés cherchent piteusement un crime à se mettre sous la dent…QUoi ! il fait pipis dans le Gazon ! QUoi, il fume une petit join sur le MOnt-Royale ! Quoi, il pirate un jeu Video ! VIte ! SUperMan est là ! Quant aux rares criminels, les vrais tueurs, bien trop dangeureux, on va laissez ça aux esquades tactiques et à la GRC, bien mieux équipés pour se défendre contre la Mafia avec leur joujou Taser, right ?

    • Vous dîtes Monsieur Mongrain, les choses suivantes:

      ”On marche, on parle, on boit, comme des délinquants, comme des jeunes fous, comme un gars qui a trois ruptures dans les veines et des fourmis dans les artères”

      Puis après vous vous demandez pourquoi VOUS avez reçu et non pas le petit couple tranquille à 10 mètres, un billet de contravention.

      Il est facile d’écrire ce que l’on veut, de se sentir persécuté par les méchants policiers que vous sembliez défendre avant cet événement. Vous savez, personne n’était là pour corroborer vos dires.

      Ma vision de la chose: Vous buviez dans un parc après l’heure de fermeture avec un ami que vous décrivez vous-même comme étant un anarchiste qui a, selon ce que j’ai pu lire, voulu retourner sur les lieux pour braver ou provoquer les policiers en s’indignant et en disant pourquoi pauvres petits nous.

      Mais vous savez, c’est ma vision de la chose, je n’étais pas là. Il est facile de se sentir indigné et de vouloir jouer la victime.

      Vous avez sûrement réussi à attirer la sympathie des lecteurs, beau travail.

    • “Moi, j`aurai pu résumer ca en 1 petit paragraphe. Probablement qu`il a échappé une diharrée verbale devant les policiers et que ceux-ci n`appréciaient pas du tout ses envolées. C`est ce qui lui a vallu un billet d`infraction. La vie est injuste mais si j`étais propriétaire d`un calepin de contravention, probablement qu`il y aurait gouté aussi.”

      On peut facilement imaginer un monologue de 20 min avec le policier en question. Adam est très poli et ce policier est au service du public, il ne peut donc être exaspéré par le ton moralisateur et omniscien d’Adam!

      Oui c’est plate, oui c’est injustifié, oui c’est innévitable parce que le simple fait d’avoir du pouvoir nous amène à en abuser. Tant que la voiture existe, il y aura des morts sur les routes, tant que les policiers existes, il y en aura quelques uns pour abuser de leurs pouvoirs.

    • sebpoo32 …. quel commentaire insignifiant. …

      Sûrement pas plus que le vôtre qui ne répond à rien. Vous êtes pro-police, tant mieux pour vous. N’allez pas manifester alors ou sinon, à vos risques et périls.

    • T’as une MAGNIFIQUE prose Adam… mais les parcs sont fermés la nuit ! Comme tu l’as vu, la contravention est de 146 $ ! Maintenant tu le sais ! La prochaine fois, avant de faire un party dans un parc aux petites heures du matin, il faudrait que tu ailles te chercher un permis !
      DURA LEX SED LEX
      (La loi est dure, mais c’est la loi).

      P.S. J’ai accroché à ta phrase ”… On marche, on parle, on boit, comme des délinquants… ” … ce qui m’incite à croire que tu le savais que ta conduite avait un petit quelque chose de répréhensible.

    • Drôle, je crois avoir assisté à précisément cette scène au Parc Molson. Un couple sur un banc regardait un duo plus loin se faire coller une contravention tard le soir…Heuresement, au lieu de profaner le terrain du parc, j’ai marché sur la rue après avoir stationnée mon auto…

    • @janina – 20 juillet 2011 – 09h35
      … J’ai lu bien attentivement et je n’ai pas trouvé de quoi être outré du travail de la police, désolée. …

      Vous avez peut-être lu, mais apparemment pas compris. S’il est interdit d’être dans le parc après la fermeture et qu’il y a une amende aux personnes fautives, alors tu la donnes à tous ceux qui sont dans le parc après sa fermeture. Le fait qu’ils ont donné une amende à l’un et pas à un autre est justement le problème. Le travail des policiers dépend de l’humeur du moment et de la personne qu’ils ont en face d’eux: c’est de la discrimination!

    • Bien écris, vous n’avez pas d’autres tranches de vie comme celle là ??
      Le travail des policiers c’est de faire respecté les lois….Ils ne les inventent pas ! Oui c’est vrai qu’il possède un pouvoir discrétionnaire qu’ils ont utilisés avec le petit couple . Mais bon, vous, vous êtes un résident blanc …. Un bon petit payeur de taxes! Vous n’avez qu’à vous en prendre à vos “élus”…Vous savez ces pousses-crayon élitistes de garden party ! C’est eux qui transforme le policier en percepteur de taxes.

    • Malgré son écriture colorée il manque quand même certains détails importants afin de porter un jugement sur la situation. Je veux bien croire au bon petit gars et a sa bonne volonté mais tout n a pas été écrit et c est tellement facile de faire du cop bashing c est un sport à la mode. À chaque ticket donné dans le cadre d une reglementation appliquée faudrait qu il y ait toujours des exceptions pour toutes sortes de raisons…

      Des histoires comme celle là il en pleut et a chaque fois j me dis : comment ca se fait que moi j en pogne pas de contraventions pour avoir fait 200 km heures ou pour avoir été dans un parc apres l heure de fermeture, ou que je sois victime de profilage … Pourquoi moi je teste pas les limites pour voir quelle est la tolérance ? Pourquoi suis je pauvre et honête et d autres riches et cross***? C est une question de choix je supposes mais j assume mes choix et je n en fais pas un cas et je ne courre pas apres…

      Quand je vois des étudiants parler de leur prochaine manifestation et quasiment tenter de cautionner la violence ,j me dis que je suis bien content que les policiers soient là pour tirer une ligne entre ce qui est permis,reglements,lois et discipline.

      Encore une fois au lendemain de cette manif vous verrez d autres victimes venir faire leur complainte et exiger d être une exception. La ligne elle est où ?

    • Il devrait avoir une autre amende pour écrire aussi mal…

    • Au parc près de chez moi, il y a toujours une petite bande de jeunes, pas dérangeants ni agressifs, mais qui boivent de l’alcool et fument de l’herbe. C’est un parc avec des modules, des jeux d’eau et plein d’enfants.

      Des policiers qui patrouillent à vélo l’été les ont avertis plusieurs fois, très cool, en leur disant que c’était interdit de boire de l’alcool dans un parc, illégal de consommer de la drogue et en plus, ils sont mineurs!!!

      Ils reviennent quand même à tous les soirs (après souper, pas à minuit) alors doit-on être surpris ou révoltés parce qu’ils ont fini par avoir des contraventions? Non.

      Ces lois sont prévues parce qu’il y a déjà eu beaucoup de problèmes dans les parcs à cause de dérapage lié à la consommation de drogues et d’alcool.

      Chacun ne peut décider quelles lois méritent d’être respectées ou non. Les policiers font leur job et comme dans n’importe quelle situation, certains sont moins à cheval sur le règlement que d’autres. Quand tu consommes dans un parc, tu prends le risque de te ramasser avec un ticket that’s it, ton choix.

    • Avec toutes ses broderies, l’histoire n’en finissait plus.

      La police est un mal nécessaire
      Encore chanceux de ne pas avoir eu une claque sur la gueule.

    • Côté style, je préfère celui de johnmatrix!

    • La plume est vraiment excellente,mais par contre,le propos est assez insignifiant en lui-même.Désolé,Adam,mais cela ne passe pas la rampe!

      L’anecdote me rappelle une montée de lait récente,gracieuseté Marie-France Bazzo,qui,dernièrement sur les ondes du 98.5,aura tenu des propos assez similaire à cet “Adam”.L’animatrice,littéralement en furie,s’était fait donné ce jour-là une contravention alors qu’elle se rendait à son travail,à l,aide de sa belle petite bicyclette que je suppose être un modèle hybride très tendance et très cool.Le motif de la contravention:elle écoutait son baladeur,l’animatrice,alors qu’elle conduisait sa monture de métal.Et la Marie-France,d’y aller sur le coup de l’émotion d’une charge complète contre la société “qui n’aime pas le cycliste en général”,contre les policiers bourrus et trop sévères qui donnent des contraventions pour tout et pour rien,et bien davantage.Mais la réalité,c’est qu’il va de soi que l’on écoute pas son baladeur,lorsque l’on roule à vélo…Écoutez,je ne possède plus de vélo depuis des années,et je suis pourtant bien au fait de cette disposition de la loi,et ce,depuis des années déjà-il ne date pas d’hier,ce foutu règlement!Comme si les vélos avaient été inventés l’an passé…

      Et comme pour cet Adam,il va de soi que passé onze heures,bière à la main-et look rebelle affirmé en plus-,on ne traîne pas dans les parcs du grand Québec-c’est bon pour Montréal,et c’est bon pour Sherbrooke,Victoriaville,Bromont,etc.Cela va de soi,me semble;tout le monde sait ça,je veux dire;roches,arbres,pot,gin,guitare sèche à la main ou non,c’est le même bon vieux règlement qui s’applique.On n’en fera pas toute une histoire,j’espère.Et la nuance ici,c’est que si vous prenez une marche dans la rue,et que vous veniez qu’à traverser un de ces parcs municipaux question de prendre un raccourci,la police ne vous donnera probablement pas de constat pour ça:la police va vous en donnez un,si vous flânez sur place,genre si vous buvez de la bière très relax,en étant assis sur une belle grosse roche,mettons…?!

      Parce que le profilage existe,et que des jeunes de la rue se font battre ou malmener par la police régulièrement-c’est une réalité-,ces petites histoires de baladeurs à vélo ou de bières calées dans des parcs à minuit,sérieusement,elles sont déplacées.

      Et puis de toute façon,le pire.
      J’ai déjà été rebelle comme plusieurs-jadis-,et ils nous est arrivés souvent mes vieux chums et moi d’aller boire une caisse de 24,dans le fond d’un parc.Lors de l’une de ces fameuses soirées très intéressantes pour l’époque,comme il fallait s’y attendre,la police s’était finalement pointée;munie de leurs lampes de poche portatives,et probablement aussi de constats d’infractions déjà préparés,séjournant alors bien au chaud dans le fond de la poche de leur petit manteau bleu.L’on savait,de toute évidence-bien entendu-,qu’on l’on était en infraction en se trouvant dans un parc au beau milieu de la nuit-alcool dans le sang et en bouteille en plus,on parle en fait d’une double infraction,avec celle de se trouver dans un parc.Qu’est-ce que l’on a fait?facile comme tout.Deux de mes chums ont pogné la caisse de 24- un de chaque côté de la caisse,saisissant la poignée découpée dans la carton-,et tout le monde est parti à courir!La police n’aura rattrapé personne…et personne n’aura,le lendemain,décidé d’écrire une belle lettre pseudo-philosophique pour décrier cette si “injuste” disposition de la loi,et le travail des policiers si méchants et si zélés.

      Donc en résumé,Adam,la prochaine fois,voici les options qui s’offre à toi:aller boire dans un bar,aller boire dehors mais pas dans un PARC(très mauvaise idée);ou si tu tiens vraiment à le faire,la prochaine fois,lorsque tu vois la police approchée,tu te tires en vitesse,bordel!

      Parce que ta plume est bonne,le jeune,malgré que ton jugement ne me semble pas encore tout à fait éclairé,je te souhaite quand même bonne chance!

    • Bravo pour la prose. Adam, sans jeu de mots, je crois que tu es une ”bonne pomme”.
      Et Merci à Monsieur Lagacé qui continue d’enrichir nos Vies de commentaires bien écrits et débordant de sens. Dans tous les sens.
      Adam, je me permets de t’offrir mon nom, le cas échéant, s’il y avait pétition au soutien de ta cause.

    • Desole pour le clavier sans accents
      Il m’est arrive exactement la meme chose il y a quelques annees: le policier demandant les cartes sans expliquer pourquoi, la contravention automatique. En allant verifier le reglement municipal sur internet, j’y ai vu que l’infraction est definie comme le REFUS d’obtemperer a l’ordre d’un agent de la paix de quitter le lieu public ferme. Or, dans cette histoire, on n’a jamais eu cette chance. (c’etait il y a quelques annees et peut-etre que le reglement a change, il faudrait verifier)
      J’ai conteste a la ville et celle-ci a laisse tombe. Je vous suggere de faire de meme et de noter l’abus de pouvoir fait par les policiers dans ce cas-ci.

    • Le slogan des policiers, ”SERVIR ET PROTÉGER” devrait être changé au plus tot pour: ”SÉVIR ET COLLECTER”, car c’est malheureusement devenu leurs fonctions principales.
      Bien trop dangeureux de s’attaquer au vrais criminels quand on fait 5′5”, 120lbs tout mouillé, que notre partenaire est encore plus p’tite que nous et qu’on pue la peur a plein nez devant des situations le moindrement problématiques alors que devant le citoyen moyen on se bombe le torse et on se paie un gros ”power trip”. Cette même peur qui, même s’ils sont en surnombre, les fera dégainner prématurément pour intervenir envers un psychiatrisé en crise et par le fait même enlever une vie citoyenne innocente.
      La police au québec est une vrai joke pour les criminels, et est devenu une grosse magouille de perception de taxes déguisées. Elle représente un immense piège a cons que tous les citoyens, même les plus exemplaires, se doivent d’éviter comme la peste… et ce témoignage en est un exemple frappant! Ceci n’est pas mon opinion personnelle, mais bien les affirmations recueillis auprès d’une connaissance qui, malgré son haut le coeur devant cette situation, fait tout de même partie de ce ”merveilleux” corps policier.

    • Tu dis, “on parle, on marche, on boit comme des délinquants et tu te demandes pourquoi tu as eu un ticket? Franchement!!!! vous marchez dans un parc après les heures d’ouverture et cela en boisson, vous deviez sûrement parler fort. Les policiers vous interpelent et ont sûrement voir et senti que vs étiez en état d’ébriété et surtout ils ont dû vs trouver très astineux tout en “gardant un dialogue respectueux avec les policiers. Ils vous ont donné un ticket d’abord et avant tout pcq vs étiez en boisson dans un lieu INTERDIT la nuit. AMHA vs le méritiez.

    • Il m’est arrivé quelque chose de similaire il y a deux ans. J’ai contesté, même si je savais que j’avais peu de chances de gagner ma cause. Mais ça m’a permis de gagner du temps, n’ayant pas les moyens de payer les 144$ (ç’a dû augmenter de 2$ depuis) à ce moment-là. Presqu’un an plus tard, j’ai été convoqué à la Cour municipale. Je n’ai finalement jamais su ce que la juge aurait décidé. Car j’ai accepté l’offre de la procureure. 100$, soit la contravention à proprement parler sans les frais, et on n’en parle pu. Ou sinon, j’avais le choix de maintenir la contestation, de passer devant la juge, qui écouterait également la version du policier présent dans la salle d’audience (autrement dit, je n’aurais eu vraiment aucune chance) et advenant qu’elle me reconnaisse fautif, l’amende se serait élevée à près de 200$, car il aurait fallu additionner d’absurdes frais de contestation et de recours à une juge. Mais bon, si jamais vous lisez mon commentaire, je vous invite à contester tout de même, ne serait-ce que pour payer, dans près d’un an, 100$ plutôt que 146$. Ça écoeure quand même, mais c’est un brin moins pire. Et ça fait 46$ de moins de donné à l’appareil policier. Prochaine étape dans votre désillusionnement : allez faire un tour à quelques manifestations à caractère anticapitaliste voir constater de vos yeux quel camp est le plus violent. Suggestion comme ça…

    • Wow, très belle plume.

      De mon côté, j’ai été violenté par un policier pour le même genre d’histoire.

      Un vendredi soir, mes amis et moi quittons mon domicile pour prendre un coup dans un bar de la rue St-Denis. Pour éviter que ça nous coûte trop cher, on boit un peu avant de quitter et nous décidons de terminer nos bières en marchant jusqu’au bar.

      Naïf, je convainc mes amis qu’on ne court aucun risque. Nous sommes sages, nos bières sont en canettes. Au pire, si un policier nous interpelle, on jette à la poubelle nos canettes.

      Je sais qu’on a pas le droit de consommer sur le trottoir, mais je fais confiance au bon jugement des policiers si jamais on se fait prendre (ce qui était peu probable).

      Pas de bol, je sors de mon bloc appartement en chantonnant la chanson de l’heure et une voiture de police s’arrête brusquement devant moi (mauvais timing). Ça se passe en moins de cinq secondes.

      Le policier ouvre violemment sa portière, je l’évite de justesse. Il sort de sa voiture et me pousse dangereusement. Mes pieds lèvent du sol en me faisant reculer de plusieurs mètres. Il en manquait peu pour que je me retrouve étendu sur le sol, la tête fracassée contre le mur.

      Sachant très bien que je ne respecte pas la loi. Je vide immédiatement ma bière au sol et je m’excuse poliment. Le policier continue tout de même à me hurler dessus.

      Suite à cela, il se précipite sur mon ami, qui lui n’avait pas de bière, et le prend par le collet en lui hurlant dessus.

      Rapidement, on se précipite à l’intérieur de mon bloc appartement et attendu 30 minutes avant de ressortir pour éviter le maximum de problème.

      Pourquoi a-t-il fait usage de violence sur deux jeunes de 20 ans. On venait tout juste de sortir, comment a-t-il pu juger si nous étions une menace ou non. Ils auraient dû nos abordés avec courtoisie, mais il a préféré me pousser comme un sauvage.

      Un individu qui chante faux avec une canette en main à 10:30 PM était définitivement une menace pour la sécurité publique, ce qui nécessitait l’usage de la force.

      Certains policiers sont des hommes dangereux, l’uniforme leur donne trop de pouvoir. Heureusement, je crois que ça reste une minorité. La plupart sont très sympathiques.

      Des policiers comme celui que j’ai rencontré nuisent à l’institution qu’il incarne, une institution noble qui ne mérite pas d’être salie par des policiers en manque de powertrip. Il faut faire quelque chose contre ce genre d’individu.

    • Ayant un certain âge, je me souviens d’une époque où on fréquentait les parcs (incluant le Mont-Royal) en pleine nuit et jamais de contravention n’a été émise, ni de remontrance de la part des policiers. C’était un époque où le citoyen avait encore un certain droit d’exister, pas ficelé par une multitude de lois et de règlements contraignants. Au nom d’un certain bien-être collectif, la liberté n’existe plus, bien que les politiciens nous lancent le message contraire.

      Comme déjà mentionné par d’autres, le problème est accentué par la nature même des jeunes policiers, à la fois motivés par une nouvelle rectitude politique, mais aussi par une forme de répression “douce” qu’on leur enseigne. La matraque n’est presque plus utilisée, d’autres moyens prennent la relève. Quant au jugement, faut pas penser qu’un jeune à peine sorti de l’école de police en aura beaucoup. En fait, l’absence de discernement est probablement ce qui caractérise le jeune patrouilleur de la nuit. Récemment, j’ai suivi un cours de perfectionnement en anglais dans lequel se trouvait une jeune policier. Honnêtement, avant de savoir qui il était, je pensais être en présence d’un individu légèrement attardé, étant frappé par son idéologie pré-fabriquée de ce qui est bien ou mal et aussi par sa grande difficulté à s’exprimer logiquement). Qu’attendre de tels policiers en pleine nuit dans un parc? Rien d’autre qu’appliquer le règlement, faute de quoi c’est la meute qui sera appelée en renfort.

    • C’est sans plaisir que je m’exprime ainsi ici là-dessus. Mais je ne crois pas qu’Adam Mongrain existe, pour commencer. Certes, quelqu’un a rédigé ce texte ridicule que plusieurs encensent pour sa qualité littéraire (il n’en a pas), mais qui, bien malin qui saurait le dire. Quel âge il a, ce qu’il étudie, dans quel Parc, dans quelle ville ces abominations anonymes ont-elles eu lieu (parce qu’un idéaliste sur une roche se ramasse pas cent quarante-six piasses de tickets: faut que l’idéaliste soit sur la roche après la clôture du Parc en train de boire une bière, et que l’idéaliste soit très, euh, idéaliste, genre, pour ne pas connaître comment ça marche en ville, peu importe la ville, et s’offusquer de se faire serrer, et lever les bras et argumenter avec les flics, et envoyer ce lourd pensum à PatLag, Dieu du Ciel, dude, va payer ta contrav à l’Hôtel de Ville au plus coupant, les intérêts montent vite, pire que les shylocks, paye et mets-ça au compte du prix de l’expérience.

      Je ne crois pas que tu existes, mais ça, c’est rien. Tu peux aussi bien t’appeler Amédée McDuff, je m’en tape. Ce qui est grave, c’est que rien de ce que tu racontes n’est soutenu, et que tu es néanmoins cru.

    • Le parc était fermer …point a la ligne

      Ce règlement a été mis en viguer pour éviter le vandalisme ,les agressions ,le commerce de dope et autres problemes de même nature qui se sont produits a maintes reprises dans certain parcs.

      Les policiers ne sont pas la pour négocier avec lui son prétendu droit de baffouer les règlements municipaux et pour lui négocier une exception .

      Au lieu de leur faire un roman savon avec sa belle perlure ,sa prose et ses discours sur ses états d ‘âme,il n’avait qu’as s’excécuter et quitter le parc …point final

      La fin aurait probablement été autrement.

      Quand un gars veut jouer au finfin et leur faire perdre leur temps avec ses histoires il ne faut pas se surprendre qu’il ai recu poliment un billet .

      Son histoire ne me fait pas brailler du tout .
      La prochaine fois il se gouverneras en conséquence .

      J’aimerais bien etre un petit oiseau pour avoir l’autre version des faits ..soit celle des policers.

      C’est écrit sur les affiches autour des parcs et c’est connu comme règlement .

      C’est quoi cette histoire de vouloir faire brailler le monde avec une affaire aussi banale sur quelqu’un qui est dans son tord .

      Moi j’en voit pas de probleme.

      S’il veut se négocier une exemtion personnel avec le policier sur le non rescpect des lois et règlement municipaux,il est a la mauvaise place et qu’il en subisse les conséquences .

      Quoi il aurait fallu que le policier s’étende sur l’herbe et discuter avec lui pour philosopher sur son vécu une partie de la nuit alors que le parc est fermer ?

      Le parc était fermer ..That’s it ‘ that’s all ….point a la ligne

    • @ydubois – 20 juillet 2011 – 12h15
      Les policiers doivent traiter tout les citoyens de la même manière: jeune, vieux, pauvre, riche, blanc, jaune, noir, etc. On a des exemples à l’infini que c’est loin d’être toujours le cas. Les policiers sont là pour faire respecter la loi, pas pour la faire. J’espère que vous comprenez la nuance, car pour les policiers, ça ne semble pas toujours le cas :-(.

    • Et pendant ce temps,

      les mêmes individus sont la depuis 6-7 ans, de 16h00 a 18h00, au pied du parc Mt-Royal, a vendre peinard leurs drogues pendant que je grimpe le Mt Royal…

      Mais ILS ne sont apparemment pas au courant nos policiers a cheval puisque jamais les revendeurs semble être dérangés dans leur traffic.

    • brochafoin…

      On te met tous au défi de savoir que tous les parcs ferment à des heures fixes… TOUS LES PARCS…

    • Belle plume, mais foutrement trop long dire que les policiers donnent des tickets arbitrairement et sans motifs valables, par manque de jugement.

      Me semble qu’il aurait pu nous raconter ça en 3 paragraphes et cela aurait été tout aussi joli.

    • Les policiers ne sont plus la pour nous proteger, ils sont la pour remplir les coffres de l’etat. Ne nous demandons pas pourquoi lorsqu’ils tirent sur les criminels dans la rue ils manquent et les balles perdues atteignent de pauvres innocents. Ne nous demandons pas pourquoi les policiers ont peur d’intervenir lors d’un vol a main arme dans une bijouterie parce qu’ils ont peur de se faire attaquer. La reponse est simple, le policier moyen n’est pas forme pour manier une arme a feu ou intervenir dans une situation dangeureuse; ils sont maintenant des professionnels a donner des constats d’infraction et a remplir les coffres de l’etat.

    • Les parcs ferment à minuit.
      La plus prolixe ou la plus belle des plumes du monde ne changera rien à ça. Passé minuit et jusqu’à 6:00, c’est une infraction de se trouver dans un parc. Ce n’est pourtant pas difficile à comprendre.

    • @petitvampire

      20 juillet 2011
      08h44
      Beau témoignage !

      Voila un profil récurrent de notre courageuse police de Montréal . Des spécialistes en contraventions tout genre . Des spécialistes en interventions quand celles-ci ne représentent pas un danger potentiel . J’imagine que si nos deux victimes auraient été membre d’un gang de rue renommé dans un parc du Nord de Montréal ou des mafieux connus nos deux courageux représentants de l’ ordre auraient regardés ailleurs ou marchés dans une autre direction .

      Faut pas s’étonner devant le genre d’attitude de notre chère police . Prenez le temps de regarder de près le prototype des nouvelles recrues de notre corp de police métropolitain . Des tites filles qui ne s’en peuvent plus de fantasmer sur l’uniforme et ce narcissique fantasme d’être dans un poste de pouvoir et d’être admirée par les citoyens. Des ti-gars pas tellement plus costaud que les tites filles et aux mêmes rêves narcissique de pouvoir .

      Je ne suis pas du type sexiste , je suis entièrement pour un salaire équivalent a un poste équivalent mais force est d’admettre qu’avec cette moumounerie institutionnalisée de nos dirigeants municipaux face a l’embauche de policiers et de policières la distribution de contraventions sans potentiel de danger deviendra la tâche principale de notre police et des interventions bâclés comme celle ou un pauvre itinérant perturbé se fera tirer par une police appeurée et maladroite se multiplieront !
      *****************************************************

      Tout à fait d’accord, nous avons une nouvelle génération de petits (es) policiers (es) peureux (ses), paresseux (ses) qui ont peur d’être blessé (es) pendant les interventions. Alors, ils ont décidé avec l’aide des avocats que les contribuables leur paient de tout judiciariser, de limiter de toutes les façons possibles le droit de manifester en donnant des contraventions très élevées pour des règlements municipaux bidons. En bref, la lâcheté de cette tite police incapable de faire son travail de façon efficace à un prix raisonnable pour les citoyens. De plus, ils (elles) sont stupides. Le CEGEP ne leur a pas donné une plus grande intelligence, on le constate dans leurs interventions de relations publiques et lorsque leur chef syndical prend leur défense pour avoir une augmentation de salaire.

    • @Franki_1101

      Je ne peux qu’être d’accord avec vous. Je me rappelle il y a quelques années quand ils s’y sont mis à 5, coin Mt-Royal et Papineau, pour embarquer un itinérant ivre mort qui ne représentait aucune menace car il peinait à tenir sur ses deux jambes. Bravo les gars du 38! Votre courage m’impressionne.

    • Le problème c’est qu’autrefois, les policiers nous disaient de partir, que le parc était fermé.
      Maintenant, ils donnent des tickets.
      Ce sont devenus des collecteurs de taxes.

      Et ils se demandent pourquoi maintenant on les méprise .

    • @ iboc

      Ça s’appelle le souffle! Héhé…

      Faut se pratiquer. Se coltiner avec de flics quand on est jeune n’est pas une mauvaise façon de commencer à disserter.

    • Est-ce possible de faire le décompte combien d’hommes et combien de femmes ont reçu des contraventions dans les parcs? Pourquoi je dis ca? Pourquoi il y a des policiers à cheval au Mont Royal? Pour le trafique de drogues? Non. Pour les gais qui cruisent.

      Oui je sais, pour plusieurs d’entre vous ceci sera choquant mais c’est pourtant vrai. Une partie de la population gais aiment baiser en publique. Comme le couple hétéro qui fais des cochonneries dans leur voitures ou au cinéma. C’est vrai que c’est contre la loi mais a qui fait ont mal? Aux enfants? Si votre enfant est dans un parc à l’heure que les bars ferment le problème commence peut-être chez vous non?

      Il y a quelques années, je traversais le parc Lafontaine après 11 heures pm pour me rendre chez moi. J’étais sur le chemin ou il y a le petit pont et 10 pieds devant moi il y avait un couple (hétéro) qui eux aussi semblaient ne faire que passer dans le parc. Qui a eu la flashlight dans les yeux et la contravention? Deux tickets seraient mieux qu’un non? Cou-cou, c’est moi qui a eu la contravention.

      J’ai passé plusieurs soirs dans le parc Lafontaine et je vous assure qu’il n’y avait pas de trafique de drogues la (il y a deux ou trois ans.) Les arbustes qui sont coupés autour de la statue coin Sherbrooke et Lafontaine en sont témoins. Les gais sont ciblés, enfin les hommes.

      Pas besoin de me dire que c’est dégelasse. Je peux fouiller dans votre passé? Vous n’avez jamais rien fait de reprochable dans votre vie? Hahaha. Bien sur.

    • @ghistos Mais ILS ne sont apparemment pas au courant nos policiers a cheval puisque jamais les revendeurs semble être dérangés dans leur traffic.

      Heureusement parce que les pleureuses d’Adam leur sauterait dans la face parce que les revendeurs raconteraient aux médias qu’ils jouaient juste aux dés entre eux quand ils ont été approché et agressés par les policiers ..

      Est ce que les policiers qui demandent aux junkies au parc Faubourg de ramasser leur seringues ont le droit de le faire ou si il faut qu’ils appellent les gars de la ville pour le faire .

      Mais le jour ou un enfant vas s’infecter en ramassant une de leur saloperies qu’ils laissent tomber …les pleureuses vont leur sauter encore dans la face pour raconter que les policiers n’ont rien fait pour forcer les junkies du parc pour qu’il ramasse leur cochonnerie qu’ils lancent un peu partout apres s’etre piqué .

      Désolé mais quand je les vois arriver a bicyclette dans le parc Faubourg et demander aux junkies de se pencher pour ramasser leur seringues …je suis tres satisfait .

      Mais les bonnes ames et les pleureuses nés vont probablement croire en une violation du droit des drogués commis par les policiers a ce moment la… surtout qu’il leur donne l’ordre de se pencher pour ramasser leur seringues souillés .

      Vous me faite rire …vous leur cracher dessus a journée longue et
      99% de ceux qui
      pratique ce passe temps sont ceux qui vont faire le 911 aussitot qu’ils ont besoin d’eux …mais c’est probablement pour les hair et les critiquer encore plus avec leur grosse langue de comère bien pendu .

    • @cmistral

      Oh lô lô… Mais c’est qu’il est frustré le petit môssieur!

      L’auteur n’existe pas! Ouh là! Bravo. Z’êtes pas dans la police, vous, hein, par hasard?

      Pour ma part, j’ai toutes les raisons de croire qu’il existe bel et bien, et même (oui oui) que son histoire est véridique. Il m’est arrivé la même chose il y a bien des années…

      J’ai contesté et j’ai gagné.

    • La police ne se cache même plus pour affirmer qu’elle fait du profilage politique : voir le projet GAMMA qui relève du Département du crime organisé… Il est maintenant crimminel à Montréal de faire partie d’un groupe de gauche marginal. Belle démocratie.

    • apocalypse …. C’est ce que j’ai écris , non ? ….Le travail des policiers c’est de faire respecté les lois….Ils ne les inventent pas !

    • @vrouvroum

      Il ne s’indigne pas d’avoir reçu une contravention parce que le parc était fermé ( quoique un peu quand même, mais un simple “calice ton camp” aurait amplement suffi ). Il s’indigne beaucoup plus du fait qu’il est le seul à avoir reçu un ticket quand il y a avait plusieurs autres personnes dans le parc qui n’ont reçu qu’un avertissement.

      Je ne vois pas pourquoi le règlement ne s’est pas appliqué à tout le monde de la même façon.

      PS: C’est fermé et non fermer qu’on dit.

    • c’est pas parce que t’est policier que c’est une preuve de grande intèlligence.

    • Il y a quelques années, alors que j’étais sur le Mont-Royal en fin d’après-midi, j’ai demandé à un policier à cheval à quelle heure fermait le parc. Il a pris un ton ridiculement sévère pour me répondre, les sourcils froncés, “10 HEURES”, comme s’il avait interprété ma question comme un défi. J’ai fallit pouffer de rire quand il a ajouté, sur le même ton: “Heeeuuuu, MINUIT”.

      @Patrick Lagacé
      Vous nous parliez hier de Camus, Dieu et les hommes. Avec le scandale touchant l’empire Murdoch, tant qu’à aborder Camus, vous devriez nous parler de Camus, le journalisme et le capital. Lecture suggérée: le recueil de textes “Camus à Combat”.

    • @ cybermarde

      Yeah, dude. Mistral est dans police.

    • @vrouvroum

      Oui madame. vous avez raison madame. je ne le ferais plus madame. C’est le règlement, on y peut rien.

      Ah ah ah, ça m’a toujours fait rire ce genre d’arguments. Ceux qui sont confiant dans les règlements commettent toujours les plus grâves erreurs de jugement. Pouruqoi? Parce qu’ils ne sont plus en mesure de réfléchir losrque confronté à des situations hors du commun. Ce qui fait qu’ils restent surveillant de cours de récréation toute leur vie.

      Et puis tout le monde sait qu’il est logique de punir la vaste majorité (fermeture des parcs) pour les actes d’une minorité (les voyous). Ça aussi c’est une mentalité de surveillant de récréation.

    • “Je me rappelle il y a quelques années quand ils s’y sont mis à 5, coin Mt-Royal et Papineau, pour embarquer un itinérant ivre mort qui ne représentait aucune menace car il peinait à tenir sur ses deux jambes.”

      J’ai travaillé comme agent de sécurité. mOn instructeur m’a appris qu’un gars ben gelé, tu peux lui péter le le bras et l’épaule et il ne sentira rien. Il continuera à se battre malgré cela.

      À Shawinigan, un fille gelée a mis KO un policier d’un coup de poing. Le second policier lui a sauté dessus littéralement et l’a plaqué par terre. La fille voulait les poursuivre car elle s’était fait mal en tombant.

    • Non mais quel braillard!!! Il me fait penser à mon frère (éternelle victime) qui un jour a mangé un coup de poing américain en pleine face mais pauv lui il n’avait rien fait pour mériter ça … ! Ben oui !

    • On est-tu vraiment 150 à avoir lu et commenté ces insignifiances d’un gars qui était probablement saoûl et n’avait rien à faire de ces 10 doigts quand il a écrit ça? Faut avoir rien à faire je trouve. La qualité et la pertinence des liens de Patrick Lagacé commencent à laisser à désirer. Laissez faire la qualité littéraire. Écrire sur la teneur philosophique d’un ticket pour s’être trouvé dans un parc…et la démocratie et blablalba….quel ennui et quelle insignifiance.

    • Un ami a moi, qui est considerer marginal de par son habillement, a reçu un ticket de 115$ pour ”bri de bien publique”, puisqu’il était assis sur un banc de parc, les pieds sur le siege et le cul sur le dossier. 115$.

      Savez-vous que plusieurs policier donnent des contraventions a des itinérants ou des squeedgees en sachant pertinament qu’ils ne peuvent pas les payer?
      Plusieurs se ramasse avec des dettes de 1000, même 2000$, impossible a rembourser.
      Stratégie:
      Un ami (qui malheureusement vit dans la rue) trouvais que l’hiver se faisais froid et rude.
      Étant donné qu’il avait déja plusieurs tickets impayés, il ne manquait pas grand chose pour qu’il y ait sanctions plus forte.
      Il a décider de réellement ”briser la propriété publique”, s’est fait embarquer par les policiers, un beau 3 mois en dedans.
      Logé, nourrit, au chaud.
      Beau revirement de situation pour des policiers qui ne savent pas quoi faire de leur carnet de tickets…

    • “J’aurais pu dire punk. Gai. Arabe. L’idée est la même. La discrimination est institutionnalisée, et arbitraire. C’est inacceptable.”

      LOL Adan n’as pas citer les latinos parce ces derniers ce font pas discriminer… ils se font tirer dessus…

    • Question comme ça, quels sont nos droits en tant que citoyens? Sommes-nous suffisamment éduqués face à ces droits?

      Aux États-Unis, il y a l’ACLU qui sert entres autres d’outil d’éducation pour que les citoyens puissent connaître leurs droits lorsqu’ils sont abordés par les policiers. Ici, je ne me souviens pas d’avoir vu ou entendu parler d’une telle initiative. Les citoyens écopent puis chialent sur la place publique, se croyant totalement vulnérables face à tout abus de pouvoir.

      Par exemple, aux États-Unis, vous avez supposément le droit de quitter calmement les lieux de toute situation embarrassante avec un agent de la paix si celui-ci ne vous a pas placé en état d’arrestation. Qu’en est-il ici? Y a-t-il un avocat dans la salle qui pourrait répondre?

      Et tant qu’à ça, à la lumière de tous ces incidents citoyens-polisse décriés ces derniers temps, y a-t-il un individu ou un groupe qui, à l’instar de l’ACLU, pourrait diffuser ce genre d’informations sur nos droits, par exemple par le biais d’un site Internet, afin que nous, citoyens, puissions défendre nos droits dans un cadre légal plutôt que payer puis chialer?

    • @cmistral

      Mistral has issues, dude.

    • Pourquoi les parcs sont interdits la nuit? Ok, je sais c’est pour empêcher le vandalisme, la vente de drogue, le tapage, etc. Mais il n’y a pas déjà des lois et règlements contre ça? Pourquoi un règlement général interdisant toute présence dans le parc alors qu’il suffit d’appliquer les lois existantes aux cas problèmes lorsque ceux-ci surviennent?

      C’est exactement comme ça que ça fonctionne dans les États policiers. On interdit tout et après on distribue les infractions arbitrairement en fonction de la tête du client. Et quand on pense que nous sommes rendus avec une escouade de police politique à Montréal je me demande bien où on s’en va…

    • C’est facile de dire, si tu es un policier, “tu as trente jours pour contester”…il ne se présente même pas en cours. Car, je ne sais pas si tous le savent, mais il y a eu une loi de passée v’la 3-4 ans qui fait en sorte que notre société PAYE un avocat à tout policier qui émet une contravention qui est contestée. Alors que moi, je dois prendre une journée de congé à mes frais pour aller me défendre, JE, en tant que membre payeur de la société, paye un avocat au policier qui m’a f…….

      Lorsque j’ai contesté un “ticket” de vitesse à et que j’ai demandé à Mme la Juge où était le Policier qui m’a traité comme de la M……, elle m’a répondue qu’étant donné qu’ils n’ont pas juste cela à faire ce présenter en cours, une loi à été adoptée et qu’un avocat leur est maintenant attitré.
      Ma réponse: “vous me niaisez!!….”
      Sa réponse: ” Je vous conseille de prendre l’arrangement que va vous proposez l’avocat, car vous ne voulez pas revenir devant moi!”

      Une chance que l’on vit dans un pays civilisé!!!

      @cmistral, vrouvroum et janina: C’est fou quand même…..on fait juste vous lire et on sent le “flic” à plein nez!!!…à moins que ce ne soit l’odeur du purin qui se fait étendre dans le champs en avant de chez moi…..Sniff, Sniff….non, c’est bel et bien l’odeur des flics.

      Encore @cmistral, vrouvroum et janina…
      Lorsque l’itinérant avec le couteau et le gars qui se rendait à sa job ont été abattus par des “être avec la même mentalité que vous”, vous avez dû avoir une soirée assez jouissive…..

    • @margarote. “C’est tellement aberrant de voir que les policiers peuvent se payer un power trip comme ça, selon leur humeur et la face de l’autre”. Il y a des power trippers, le plus souvent des mal baisés, dans toutes les couches de la société.

    • Une convention pour les gras dur ça se paie, une retraite après 25 ans de service avec une rente à vie de 55,000 $ indexé, ça se paie. Justement près de chez mon chum, un gros pick up non lettré, 2 policiers retraités font de la réno, peut-être au noire comme je me doute.

    • @scoth. “De plus, ils (elles) sont stupides. Le CEGEP ne leur a pas donné une plus grande intelligence”. Belle généralisation! Au fait, quels sont vos diplômes, à vous?

    • Vous vous plaignez que les policiers ne font pas du cas par cas, ne discutent pas afin de vous comprendre et jugez si vous étiez à ce point déprimé dans votre vie que vous aviez besoin de boire dans un parc après les heures de fermeture.

      Pourtant, le cas par cas, il existe dans cette situation : le couple qui passait derrière n’a pas recu de contravention.

      Le couple a probablement expliqué au policier qu’il ne faisait que traverser le parc. Résultat : aucune contravention.

      De votre côté, vous signifiez que les policiers vous regardaient “depuis déjà de longs instants”. La voilà votre avertissement. Payez votre contravention et profitez de l’occasion pour remercier les policiers de vous avoir donné le temps de partir sans devoir couper votre élan de philosophie.

      Et sincèrement, lisez les commentaires plus haut. Réalisez ce que les “pro-policiers” (appelez-nous comme vous voulez) ne pensent pas comme vous pouviez penser. En réalité, vous êtes déjà au courant que vous n’êtes absoluement pas un “pro-policiers” vous non plus.

      Depuis quand quelqu’un qui désire justifier un policier, sortira cet argument
      “Ça vaut quelque chose pour nous que la police intervienne partout, tout le temps, pour prévenir à coup d’amende et de matraque.”

      Vous êtes un mauvais menteur.

      Au diable la politesse. Tu ris de nous avec cette fausse lettre. J’ai eu droit à des dizaine de faux discourts comme le tien lorsque j’étais au cégep il y a moins de 5 ans.

      Prends-nous pas pour des cons. Tu dois déjà être en train de fêter, avec tes copains de l’AGECVM, la publication de ton texte sur le blogue de Patrick Lagacé.

      Bonne bière(s) et bonne prochaine manif.

    • Si vous étiez vous mêmes policiers (non en devoir, évidemment, mais en promenade), vous n’auriez pas eu de billets d’infraction, et vous n’auriez pas eu non plus à ramasser l’éventuel tas de merde de votre chien (si vous aviez un chien). On ne vous aurait pas dit de quitter le parc, et si vous l’aviez fait pour prendre l’autoroute à 140 km à l’heure, vous n’en auriez pas eu davantage. Quand on est policier, on n’a tout simplement pas de “tickets”, pour rien. Jamais. C’est un policier qui me l’a dit…

    • @ cmistral

      Tout comme vous, je ne crois pas qu’Adam existe et je trouve ce texte ridicule. Plein de dentelles mais mal rédigé. On croirait du sous-sous-sous-Foglia.

      Elève Adam, retravaillez votre texte. Coupez-le de 50 %, il s’en portera mieux. Ramassez-vous, que diable!

    • @cmistral. “Mais je ne crois pas qu’Adam Mongrain existe, pour commencer. Certes, quelqu’un a rédigé ce texte ridicule que plusieurs encensent pour sa qualité littéraire (il n’en a pas)”. Pourquoi douter de l’existence de cette personne? Vous dites être policier, vous devez donc savoir que des choses comme ça arrivent. Pour ce qui est de sa prose, disons qu’elle est meilleure que celle de la plupart des commentateurs sur les blogues.

    • Précision: je ne crois pas qu’Adam existe à cause de la façon dont le texte est rédigé. Tout sonne faux même si, certainement, une situation semblable peut arriver.

    • Il n’y a pas eu de discrimination dans cette histoire, Adam a juste fait l’erreur de remettre sa carte au policier.

      Quand un policier nous demande notre carte ou de voir le contenu de notre sac il faut refuser, poliment, en demandant si nous sommes sous mandat ou sous arrêt. Ensuite si le policier insiste et que l’on refuse toujours il doit nous lire nos droit et nous apporter au poste. Le processus devient ainsi très compliqué pour la police et si le crime est mineur, comme être dans un parc passé l’heure, ben ça devient une perte de temps pour tous.

      Quand on accepte de remettre sa carte ou de se faire fouiller, on accepte le pouvoir discrétionnaire de la police. C’est la règle.

    • Sérieux, les gens qui pensent que ce type à une grande plume, il se trouve que vous n’avez aucune idée de ce que c’est que bien écrire. Style pompeux, emberlificoté, prenant dix mots pour en signifier deux. Faites-vous une fleur, ouvrez un vrai livre de vraie littérature, pas du Marie Laberge, pas du Natahlie Petrowski, pas du Denise Bombardier, pas même du Christian Mistral. Lisez Une saison en enfer de Rimbaud, les deux premières pages de Mort à crédit ou d’À la recherche du temps perdus, une lettre de Voltaire, n’importe laquelle, puis revenez lire cette prose boutonneuse et comparez. Hey, il faut avoir de l’oreille!

    • L’explication? Est-ce que ça se pourrait que le policier n’avait pas encore atteint son quota du mois?

    • verret

      Vous parlez de quels parcs? Où avez-vous vu une affiche avec les heures d’ouverture et de fermeture des parcs?

    • @Verret

      Malheureusement, ce n’est pas si simple… certains parcs ferment à 23h00, d’autres (comme à Verdun) ferment à 21h00.

    • rigobertoperez

      «y a-t-il un individu ou un groupe qui, à l’instar de l’ACLU, pourrait diffuser ce genre d’informations sur nos droits, par exemple par le biais d’un site Internet, afin que nous, citoyens, puissions défendre nos droits dans un cadre légal plutôt que payer puis chialer?»

      Oui ça existe :

      «http://blocpot.qc.ca/node/143»

    • rigobertoperez

      Ce pamphlet est produit par le Collectif Opposé à la Brutalité Policière (COBP) avec la collaboration des avocats Pascal Lescarbeau et Julius Grey. Il nous propose des conseils pour réagir aux abus de pouvoir des policiers. Il nous informe de nos droits face à la police et nous propose, avant tout, des moyens d’action pour établir un rapport de force avec la police.

    • Adam,

      Super comme texte! Très inspirant!

      Je ne sais pas quoi dire pour ta situation…à part que: Conteste le billet !

      Juste de même

    • Et dire que les Hells s’en tirent sans procès et libre, pour meutressss, trafic,importation, intimidation, extorsion.. pis qu’on leur a payé les avocats…

    • @jack-the-ripper

      Bon, au moins l’information existe, c’est bien. Encore faudrait-il qu’elle soit largement diffusée, je doute fort que le site du Bloc Pot soit la première source d’information qu’on pense à visiter pour obtenir ce genre d’informations.

      Cela dit, après lecture des informations sur ce site, il semble qu’Adam n’aurait pas vraiment pu faire grand chose dans la situation où il se trouvait: “L’identité de chacun lui appartient. Une personne n’a l’obligation de révéler son identité à un policier que dans les cas d’exception suivants : (…) Elle circule dans un lieu public (parc, rue…) la nuit (le refus de s’identifier peut entraîner des accusations de vagabondage selon certains règlements municipaux).”

    • Demain on en parlera plus. Comme du policier qui a voler un drapeau du Québec à un manifestant pacifique il y a quelques semaines à Québec. Et comme des policiers casseurs déguisés à Montébello. Et tout ce qu’on à déjà oublié. Et tout ce qui nous est caché.
      Agents de la paix? Foutez nous la paix!

    • A l’adolescence,un ami et moi buvions de la bière au parc Louis-Riel et on s’est fait arrêté par les flics. Ils ont fouillé notre sac à dos et il y avait d’autres Grosses. Ils ont pris les bières, ont dis: bof elles sont chaudes, les ont vidé sur le sol et nous ont dis de partir en nous saluant. Bien sympathiques les gars. On parle de 1992 environ. Ils ne savaient pas qu’on avais 3 grammes de H sur nous autres. C’était le bon temps. 9 /10 j’ai eu des rencontres cordiales avec les flics. Parc pas parc n’importe quand.

    • C’est une nouvelle mode que des blogueurs écrivent leurs petites misères pour être publiées afin d’avoir leur journée de gloire ?
      Dans une histoire, il y a toujours deux versions différentes.
      Et je trouve cette lettre trop pédante et pompeuse.

    • lunedecristal

      Pédante et pompeuse… pôvre vous… Quand on ne comprend pas le sens d’un texte, c’est facile de le classer comme pompeux.

    • @unholy_ghost. “Natahlie Petrowski”. Je veux bien croire qu’il s’agit d’une banale faute de frappe; mais revisez votre texte avant de criiquer ceux des autres. C’est plus prudent et moins gênant.

    • Adam a été chanceux de se faire approcher «professionnellement, avec des mots courtois et une présentation immaculée». J’ai tellement entendu d’histoires de policiers arrogants que j’en suis venu à croire que se faire traiter sans le moindre respect était devenu courant. Il faut dire que j’ai rarement eu l’occasion d’interagir avec un policier. Ça va prendre un moment avant que je sois désabusé de toutes ces illusions.

    • @unholy_ghost. “criiquer”. Correction: critiquer. Vous le constatez, des fautes de frappe, j’en fais aussi. N’empêche qu’Adam écrit mieux que la plupart d’entre nous.

    • @vend01 : le parc était fermer
      On fait le commerce de la victimisatuion et de la moumounerie au Québec .

      Si le gars ne veut pas respecter les lois et reglement et bien qu’il en subisse les conséquences.

      Ce n’rest pas les lois d’Adam que les policiers doivent faire respester ou celles de ceux qui veulent texter au volant ou utiliser leur cellulaire au volant et autre fausse victimes érigés en persécuté par des trolls de journaliste qui aime brasser de la merde .

      Un fait divers pour faire brailler le monde sur un gars qui croit que les policiers devraient plutot appliquer les lois de ceux qui refusent de s’y conformer.

      En fait le gars veut une exception et que les policiers ne fassent pas leur travail.

      Il y a bien juste nos éternellles pleureuses de la fausse victimisation qui se nourissent de ce genre de fable.

      En avez vous une a raconter sur le pauvre gars qui as eu un tickett pour avoir utiliser son cell au volant .

      Ou le pauvre gars qui en as eu un pour avoir rouler a 130km dans une zone de 70.

      C’est toujours la meme histoire avec nos pleureuses.

      Le gars est dans le tord .
      Le parc est fermer
      Qu’il prenne ses resposabilité
      Q

      Lachez vous

    • @popov
      Non, je n’ai pas eu une soirée jouissive le soir de cette bavure, car c’en était une. Les policiers devraient apprendre à tirer pour blesser quand ils ne font pas face à une arme à feu. C’est vrai que je ne connais rien à ce métier et je ne connais personne qui est flic. Mais tirer quand on menace avec un couteau alors qu’on est en position de force, c’est dégueulasse. Pas le même sujet qu’un ticket, ça, gang d’adolescents en manque d’image paternelle.

    • @vrouvroum

      Mais de quoi vous parlez?
      En quoi est-ce que les policiers ne feraient pas leur travail en disant: le parc est fermé, partez svp?

      1-Les policiers ne sont pas supposés (théoriquement) être des percepteurs de taxes. Ils sont là pour faire appliquer les lois, et demander de partir c’est faire appliquer la loi.
      2-Recevoir un ticket d’un policier qui fait très probablement la même chose est enrageant: avoir une roue de véhicule sur une ligne pleine, U-turn qui ne ralentit pas la circulation, stop américain, J-walking, trappe à ticket, pas de flasher (ils ne mettent jamais leurs flashers), ne pas tenir la rampe dans un escalier du métro, mettre ses pieds sur un banc, cracher etc.

      Bien entendu, vroumvroum ne fait jamais ça, et les policiers (même dans leur temps libres) non plus…
      Yeah right.

    • Il devrait se compter chanceux de pas avoir reçu un ticket pour masturbation littéraire sur un blogue publique.

    • @unholy_ghost

      Le gars a de la plume,c’est manifeste.

      Je regarde les exemples d’auteurs que vous citez,et je comprends mal votre raisonnement-en fait je le comprends très bien,mais je le trouve assez nul.Car personne ici n’affirmera qu’Adam mériterait un Goncourt,de marquer l’histoire des belles lettres ou encore d’être enseigné à l’université,tout de même.Tout ce que l’on dit,c’est que le type possède la fibre de l’écrivain-Adam est clairement un auteur qui a de la pratique,et une certaine maîtrise du médium.

      Selon votre logique,aussi bien dire que tout scientifique est nul,s’il ne remporte pas le Nobel….

      Enfin,si vous connaissez le moindrement la chose littéraire-auteurs classiques certes,mais auteurs de moindre talent également-,vous saurez qu’Adam est pas si pire,qu’il se débrouille,qu’il a un minimum de style.Il sait écrire,en bref.Et c’est déjà un début.Son texte est beaucoup trop long pour rien-comme certains l’auront déjà noté-,et je crois aussi qu’il passe à côté de l’émotion qu’il tentait d’exprimer.Car au lieu de ressentir la colère et la frustration d’un citoyen qui se sent brimé dans ses droits,c’est plutôt le désir de se voir publié à tout prix sur le site de son blogueur favoris,que l’on déduit,à la lecture de ce pamphlet qui transpire légèrement la supercherie.

    • cmistral: Adam Mongrain existe bel et bien puisque je lui ai enseigné. Par contre, je ne peux en dire autant de votre existence. cmistral, st-ce un pseudonyme? Avez-vous un matricule? Vous voulez quoi? Qu’Adam vous présente des pièces d’identité? Ça vous prend ça à tous les coups? C’est tellement plus facile de s’en prendre au messager qu’au message. Malheureusement.

      montrealaise: Vous êtes policière? analyste littéraire? une émule de Chantal Lacroix et sa table volante?

      unholy_ghost: «Il devrait avoir une autre amende pour écrire aussi mal…» Le style est une affaire de gout. La critique est une affaire d’opinion. L’opinion est basée sur des faits et des explications. La vôtre frise le zéro du vide. Avant de critiquer, ayez la décence de développer votre pensée. Quant à votre deuxième commentaire, bravo pour votre tartinage culturel, mais je comprends que, chez vous, pour lire, il faut «avoir de l’oreille!» Des yeux, ça ne vous dirait pas?

      bobhineault: Certains états ont comme caractéristique l’arbitraire dans l’application de la loi. Au Québec, pays affreusement pacifique, vous seriez surpris des injustices qui y existent. Les motards, la corruption, les pots-de-vin sont autant de magouille qui nous rapprochent des républiques de bananes. Croyez à la paix pendant qu’on vous détrousse. Ça fait moins mal.

      apapineau: J’ose espérer que nous n’avons aucun lien familial. La méchanceté sans fondement de vos propos est consternante.

      Et au cas où certains ne l’auraient pas compris, Adam s’explique mal pourquoi il a reçu cette contravention alors que des individus dans la même situation au même endroit à la même heure n’ont rien reçu. Cette interrogation me semble légitime. De plus, je crois fermement qu’appliquer la loi ne signifie pas uniquement donner des contraventions mais aussi éduquer. On parle ici des actions et des rôles fondamentaux de la police. Mais je suis sûr que tous les gens qui disent à Adam de se la fermer ne commettent jamais d’infraction ou disent «Merci monsieur l’agent» quand ils reçoivent une contravention.

    • Je dois 150$ à la STM pour ne-pas-avoir-conservé-mon-billet(ça remonte à décembre 2009).
      Ils engagent des “inspecteurs de contrôle à posteriori” trop contents de
      faire un p’tit powertrip. Très baveux, les jeunes agents…
      Et très subjectifs. Attitude variée selon le profil, voyez le genre.
      Mettons que moi, je suis pas veston-cravate.
      Je me suis encore fait “contrôler” cette semaine. Le gars, visiblement très alerte,
      me crie de loin: “carte opus ou titre de transport!”.
      La stm fait une campagne pour favoriser l’environnement et en même temps,
      sans ambages, interpelle de façon cavalière n’importe quels passagers,
      en les soupçonnant de ne pas avoir payé leur passage, c’est aberrant!
      Ha, t’as pas gardé ton billet, c’est ta faute. Tu dis que tu ne pensais pas devoir absolument
      le garder jusqu’à la sortie. Désolé, je fais mon travail. Voici votre contravention, c’est tout.
      Une source de revenus planifiée, d’après moi.

    • Ça me fait penser à la dame qui avait reçu un ticket de 400$ pour ne pas avoir tenu la rampe dans les escalier roulant du métro de Laval il y a quelques années. J’ai la mémoire longue sur ce cas.

      Sur les policiers zélé, on aura toujours des problèmes, le mieux qu’on puisse faire là dessus je crois c’est de les passer dans le journal pour forcer la police à s’auto-discipliner.

      Par contre, pour des tickets de 149$ dans un parc bon sang qu’est-ce qu’on peut faire contre ça? Je trouve ça plutôt révoltant. Je traverse un parc pour rentrer à la maison le soir, c’est plutôt stupide d’en faire le tour par le trottoir.

      Comment peut-on au Québec lutter contre des lois abusives? Qui a proposé cette loi? Qui a fixé le montant? Qui a voté pour? Qui a choisi de la faire appliquer?
      Ça prendrais un peu de lumière là dessus. Ça serait bien que les citoyens puissent être consulté un peu plus sur ce genre de règlements.

      Si les policiers étaient moins “à l’argent” ils auraient certainement une meilleure acceptation dans la société. Le budget de la ville repose sur les tickets et y’a rien qu’on peut faire contre ça?

    • Latour, oui, ce serait moins gênant… Et ta soeur? Je ne relis jamais un post sur un blogue, pour moi c’est comme parler au téléphone, je fais des fautes et m’en fous. Par contre, si j’envoyais un texte à un journaliste pour publication, je réviserais l’orthographe cent fois, alors qu’il y a plusieurs fautes dans le texte de ce Adam. Mais je m’en fous également. Bien écrire ce n’est pas un problème d’orthographe, mais de style. Notre “plume” fait du sous-Loco Locass en prose (alors que l’original n’est déjà pas le Pérou).

    • @janina : Et si le tir est manqué? et si la personne est sur une substance qui fait qu’il est trop geler pour que la douleur l’arrête ?

      La logique policière est simple et logique, l’arme sert à stopper une menace a la vie, si ils peuvent tirer juste pour blesser, alors ils avaient le temps et le recul pour utiliser une autre chose que leurs armes de service. Donc, quand un policier tir c’est pour tuer et c’est logique ainsi.

    • @LucPapineau
      “Quant à votre deuxième commentaire, bravo pour votre tartinage culturel, mais je comprends que, chez vous, pour lire, il faut «avoir de l’oreille!» Des yeux, ça ne vous dirait pas?”

      Vous êtes très chou de défendre votre ancien élève, mais j’ai argumenté mon opinion, ne vous déplaise, même si je n’ai pas tartiné 20 pages comme lui. Peut-être que si vous l’aviez corrigé plus souvent, il n’aurait pas ce style déplorable qui impressionne les gogos. Par contre, je comprends mieux où se situe le problème quand il faut expliquer que ça prend de l’oreille et non des yeux pour évaluer le style…

    • @vroumvroum

      Justement, parlant de ticket pour usage de cellulaire au volant… Ça vous tenterait pas d’en donner des fois? Tsé, au lieu d’écoeurer le monde dans des parcs…

    • @martin_b

      Les heures de fermeture des parcs sont clairement indiquées sur les enseignes où sont affichés leurs noms. C’est là depuis aussi longtemps que je puisse me souvenir, à Montréal à tout le moins. J’ai grandi en sachant que les parcs étaient réputés fermés de minuit à 6:00 et que personne ne devait s’y trouver. Ils demeurent physiquement accessibles pendant cette période, mais on contrevient au règlement si on y entre.

    • “Les policiers ne défendent qu’eux-mêmes, on sait tous ça depuis des lunes sauf les rêveurs de démocratie.” decembre

      ===

      Encore ce mantra que tu pépètes ad nauseam.

      Des abus il y en a eu. il y en a et il y en aura. Ce n’est aucunement une raison pour cracher sur cette démocratie dont tu profites comme tout autre citoyen. Même si tu répètes encore une fois ton dégout pour la démocratie, tu profites de ses avantages comme nous tous.

      Jean Émard

    • Coudonc’, vous n’avez pas reconnu dans la prose cynique et belliqueuse de ce cmistral celle d’un certain Christian Mistral que vous devez au moins avoir vu à Tout le monde en parle (à défaut d’avoir lu ses livres) ? Il faut dire que le pseudonyme ici laissait bien peu place à l’imagination. Donc non, mesdames et messieurs, Mistral n’est pas dans la police, il est dans la littérature.

      Donc, si je comprends bien, Monsieur Mistral, ça vous apparaît comme un mauvais texte littéraire et comme une fausse histoire ? Est-ce que vous avez eu besoin de questionner la véracité de l’Allégorie de la caverne pour vous interroger sur le monde sensible et le monde des idées ? Pas moi. Que cette histoire ait été un peu arrangée par le gars de vues pour bien paraître dans le journal, c’est un peu l’essence même de la littérature, ça ne veut pas dire qu’il faut faire comme si le propos n’existait pas. C’est une belle question que de se demander pourquoi moi et pas eux, et la réponse n’est pas “ça marche de même en ville”. Preuve: si ça marche de même en ville, pourquoi est-ce que je peux traverser le parc Ahuntsic tous les soirs à 1h du matin, quand je rentre de travailler, et que les rares policiers que j’y croise parfois ne m’ont même jamais adressé la parole ?

      Remettre en question la façon dont fonctionne la structure sociale, ce n’est pas un crime, et tant mieux si des gens voient dans ce texte une raison pour s’activer les neurones. Tous ces commentaires qui portent sur le style et la longueur du texte me donnent envie de gerber. Non seulement c’est devenu mal vu de réfléchir, mais encore, quand on le fait, il faut le faire de la façon la plus concise possible pour ne pas irriter les gens qui pourraient souffrir d’être légèrement tirés de leur apathie intellectuelle pour se demander si les choses marchent le mieux possible dans leur société. Drôle de monde.

      Mais bon, ne prenez pas la peine de lire mon commentaire, je n’existe pas, je ne suis pas soutenue, donc je ne mérite pas d’être crue.

      De toute

    • C’aurait pu etre l’histoire du pauvre gars qui as reçu un tikett de 100 piastres pour ne pas avoir ramasser les déjections canine de son animal ou du pauvre gars qui en as reçu une de 150 piastres pour avoir utiliser son cell au volant ou mieux celui qui as jeter son titre de transport et qui recoit une contravention lors d’un controle par un inspecteur de la STCUM

      Le but de l’opération de Lagacé dans ce cas ci est de faire manger de la police et de se rendre populaire avec ce genre d’historiette.

      Demain ce seras de faire manger autre chose dans le même genre sur une autre cible .

      C’est une technique facile et sans risque pour se rendre populaire …surtout quand ce n’est pas le travail des journalistes et de sa clique qui est visé .

      Comme ont dit a vaincre sans péril on triomphe sans gloire .

      On aurait eu droit aux même pleurnichards qui ont une haute opinion d’eux mêmes et qui croient que les lois et règlement ne s’appliquent pas as eux mais stirctement aux autres .

      Peu importe le véhicule et l’historiette choisie par Lagacé l’idée maitresse est de rameuter dans ce cas ci les mangeux de police frustrer d’avoir eu une contravention dernierement pour avoir eux même penser que les lois et règlements sont pour les autres.

      C’est un procéder facile,démaguogique ,populiste et vulgaire mais redoutablement efficace pour rameuter tout ceux qui en ont long a écacuer sur leur frustration de tout les jours .

      Une recette a 100% de succès et qui guaranti la popularité de celui qu’il l’utilise .

      C’est un os que Lagacé leur lance car lui se garde bien de dire le fond de sa pensée,de donner l’autre version …il se contenrte d’excité contre la cible visé .

      L’historiette doit être raconter de manière a victimiser celui qui est dans son tord ,le bien faire paraitre , jouer la déresponsabilisation qui est tres populaire au Québec car tout ìci est la faute du wernement et de la police et toujours être raconter a sens unique avec une seule version pour scandaliser le plus possible les bonnes âmes naive et noircir la cible a atteindre.

      C’est assez minable comme fond de commerce pour tenter de se rendre facilement populaire monsieur Lagacé….mais ça marche a tout coup.

      D’ailleurs c’est assez récurent chez vous d’utiliser ce genre de tactique dans vos blogs.

    • @ Luc Papineau: Merci.

    • Sujet banal trop longuement discuté et qui ne mérite pas autant d’attention. Ce type n’est pas victime d’injustice …..mais plutôt victime par manque de jugement. T’as pas à traîné dans un parc en état d’ébriété et à défier ces policiers qui les observaient, ils savaient qu’ils étaient en tort. Si les autres n’ont pas eu des tickets c’est probablement qu’ils ont été moins frondeurs qu’eux. FIN

    • @antoine777..Je dois 150$ à la STM pour ne-pas-avoir-conservé-mon-billet(ça remonte à décembre 2009).

      Désolé pour toi mais la prochaine fois garde ton titre de transport et tu auras pas de tikett ,ni de problèmes .

      C’est écrit partout gardez votre titre de transport .

      Ils étaient tannés de se faire voler des millions chaque année par ceux qui ne payaient pas leur dû et qui utilsaient le transport en commun sans payé.

      Si tu as jeter ton titre de transport comment ils vont faire pour savoir que tu n’est pas justement un de ces fraudeurs qui utilisent le transport en commun sans payer et qui croient que les autres usagers doivent payer a leur place pour eux.

      Mettons que moi, je suis pas veston-cravate…qu’est ce que ça change ?

      Ils controlent aussi les vestons cravattes et si tu pense le contraire et bien met toi une cravatte pour voyager gratuitement .

      Puis si jamais tu te fait prendre …fait leur de la poésie durant 10 minutes comme Adam et envoie ta plainte a Patrick Lagacé qui vas rameuter sa gang pour se rendre populaire avec ton historiette .

      Ensuite tu rajoute :Très baveux, les jeunes agents…..encore un autre dans le tord qui utilisent de présumés attitudes pour se faire victimiser et s’exonorer de toute responsabilité car la déresponsabilistion est un must ici au Québec sur a peu pres tout .

      Je le sais tout ça c’est encore de la faute de la STCUM ,de la police ,du wernement si tu as jeter ton titre de transport .

      On vas passer a la plainte suivante .

    • Après tout ce qui a été dit, la conclusion est fort simple: Montréal est rendu une gigantesque trappe à ticket. Je demeure à Laval et je me fais un honneur de mettre le moins souvent possible les pieds (et l’auto) dans Montréal. Le pouvoir discrétionnaire donné à des gens raisonnable, ça va. A des policiers, ça va moins bien et pour preuve, l’exemple ci-haut. Vive la banlieue et pôvre Montréalais

    • Désolants tous ces commentaires concernant le style et non le contenu.

      J’ai lu les mots vomi, masturbation, j’ai lu quelqu’un qui reproche que ce soit trop long, un autre trop évasif. Et cet autre qui se targue de pouvoir dire pareil en moins de mots.
      Moi? J’ai pris plaisir à lire ce texte tant pour sa forme que pour ce qu’il vient confirmer; un monde égal est illusoire et ceux qui s’amusent à bloguer en sont un bel exemple.

    • Avez-vous remarqué que les commentaires sont toujours élogieux au début, le ton change et ça fini toujours par des attaques personnelles? Woahhhh!!! “F*ck” le texte, moi ce que j’apprécie particulièrement, c’est les commentaires. “Moé jé raizon pâ toué” et l’autre emphatique avec son français impeccable qui fait son “show” de clown du plateau. Citant tous et chacun pour mieux passer SON message, LE message, que dire… LA vérité. C’que vous êtes beaux, vous êtes divertissants. Le texte? Ha ouais c’est bien écrit. Mais fallait probablement être là.

    • Désolé! Dura lex sed lex. Et, comme chacun sait, la Justice est aveugle. Désolé!

    • @cybermarde… Justement, parlant de ticket pour usage de cellulaire au volant… Ça vous tenterait pas d’en donner des fois? Tsé, au lieu d’écoeurer le monde dans des parcs…

      Etant donné que je ne suis pas policier ,c’est a eux de faire observer les lois et reglements.

      A chaqun son métier monsieur Cybermarde

      Tu n’as qu’as leur envoyer un courriel signé de ton nick cybermarde et tout comme moi ils vont savoir a qui il ont affaire tout de suite .

      Tsé, au lieu d’écoeurer le monde dans des parcs..Wow une minute .le parc était fermer .

      Mardi, il est onze heures….On marche, on parle, on boit; comme des délinquants.

      Evidemment les lois et règlement sont pour les autres et la police doit faire appliquer les siens qui sont de refuser de s’y conformer et plutot de palabrer .

      Alors qu’il en subisse les conséquences ..point final.

      Moi les assiettes de police servi en mono version pour faire brailler tout les cybermarde de ce monde et se rendre facilement symphatique et populaire j’embarque vraiment pas la dedans .

      Que le gars prenne ses responsabilités s’il se trouvaient en état d’ébriété et comme il le dit lui même avait un comportement délinquant.

    • @Disto-bob

      Non, il ne faut pas être Proust pour avoir une belle plume. Mais comme on en prête une à ce Adam alors que ce n’est que tics d’écriture cégépienne (répétition, tartinage, syntaxe emberlificotée, images pompeuses se voulant poétiques, etc.), je me dis que c’est probablement parce qu’on n’a jamais lu un grand texte. L’eût-on fait qu’on se serait aperçu à l’oreille que cette bafouille prétentieuse est le contraire d’un beau texte…

    • @latour

      20 juillet 2011
      17h41
      @scoth. “De plus, ils (elles) sont stupides. Le CEGEP ne leur a pas donné une plus grande intelligence”. Belle généralisation! Au fait, quels sont vos diplômes, à vous?
      *****************************************************

      Ce n’est pas une généralisation mais une constatation. J’ai déjà eu recours à leurs services et c’est une bande de tatas paresseux, peureux (les policières sont aussi connes que les gars). Des gens surpayés (es) qui devraient travailler à contrat et sur appel comme dans l’enseignement. Ça coûte moins cher au gouvernement donc moins cher aux contribuables. Ma formation: début de maîtrise en communication/histoire, certificat en enseignement. J’ai fait de la suppléance pendant 12 ans à la CSDM, je n’ai jamais fait leurs salaires, ni d’avantages sociaux, ni toute la protection syndicale qu’ils (elles) ont. Selon moi, les employés (es) municipaux devraient tous travailler à contrat et être à statut précaire avec leur niveau de scolarité. Ils (elles) se forceraient à travailler comme du monde et à être polis avec les citoyens. Et ceux et celles qui travaillent dans les bureaux devraient être payés (es) le salaire d’employé (es) de bureau.

    • Hey… c’est long comme histoire… la mienne est plus courte!

      Dans les années 60, je me suis fait prendre endormi en état d’ébriété sur le mont Royal.

      La police montée m’a réveillé et me somma de partir et moi, de lui dire tu parle d’une heure pour promener son chien et ce dernier de rétorquée… ce n’est pas un chien, mais un cheval.

      Et moi de lui répondre que je ne m’adressais pas à lui, mais au cheval!

    • @renko
      Je ne suis pas antiflic et on me le reproche sur ce blogue. Mais quand ils ont tué cet itinérant, ils étaient au moins quatre contre lui. Ils auraient pu et dû s’y prendre autrement.

    • @ Adam: oui, la vie est est parfois injuste, et alors ? Il y a des enfants de 4 ans qui sont atteints de leucémie, d’autres qui ont des parents inadéquats, il y a des politiciens malhonnêtes, et des médecins qui font des erreurs. Welcome on Planet Earth, kid ! Il était temps que tu reçoives un wake-up call. Arrête de brailler et poursuis ton chemin, en espérant être le moins souvent possible victime d’injustices, mais en sachant fort bien que tu ne pourras échapper au fait d’en rencontrer d’autres. Y’aurait juste fallu que tes parents t’apprennent ça aussi.

    • @ latour
      ” N’empêche qu’Adam écrit mieux que la plupart d’entre nous.”

      Qu’en savez-vous? Comme le dit unholy_ghost , écrire sur ce blog c’est comme parler au téléphone. J’ai longtemps écrit sur les forums Le Monde et Libération. Je peux vous assurer qu’un simple commentaire de 10 lignes pouvait me prendre 15 minutes à rédiger avec références et arguments solides sinon tu n’as aucune crédibilité . J’ai aussi soumis des textes littéraires qui ont été très appréciés et commentés. Un jour j’ai pondu “Le Christ en bottes de cowboys”. Ca n’a pas pogné et pourtant, il me semblait que c’était mon meilleur texte, rempli de trouvailles. Il racontait de façon impressionniste un party de Noel dans un bureau. Justement, il était TROP CONSTRUIT, ce texte. Tout sonnait faux –comme le courriel d’Adam.
      —————————

      @ bobhineault
      “masturbation litteraire”

      Ha ha ha elle est bien bonne ! Bien dit :)
      ———————————-

      @ Luc Papineau

      Moi, policière? Dieu m’en garde. Pour tout vous dire, je dénonce souvent la police de Montréal et ses fantassins. Merci aux autre qui font bien leur job.

      “analyste littéraire”? Vous brulez.
      “une émule de Chantal Lacroix et sa table volante”? C’est pas ma tasse de thé . Moi, je trippe sur le prof Henri Guillemin racontant Napoléon (archives de Radio-Can et sur Youtube), Marguerite Duras, De Beauvoir, Rimbaud, Prévert, Yves Boisvert (le poète) Christian Mistral (qui a pleuré sur mon épaule au Spectrum; Salut Christian ;) ) et Tolstoi.. On est loin de Mme Lacroix.
      —————————-

      @vrouvroum
      “Le but de l’opération de Lagacé dans ce cas ci est de faire manger de la police et de se rendre populaire avec ce genre d’historiette.”

      Je suis plutôt d’accord bien que le sieur Lagacé a fait sa marque sur son blog en prenant fait et cause pour la police.

      “C’est un os que Lagacé leur lance car lui se garde bien de dire le fond de sa pensée,de donner l’autre version …il se contente d’excité contre la cible visé .” vroumvroum

      Encore d’accord. Ce fut mon impression première. C’est son style.

    • Euh, attendez. Le dude se trouve dans une position illégale, mais là, il pleurniche parce que tout le monde sur la terre qui commet quelque chose d’illégal ne se fait pas ”pogner”.

      Dude, le bottom line, c’est que ce réglèment est ridicule, mais tu l’as enfreint. Oui, la vie est pas toujours juste et les policiers encore moins. Get over it ou ben proteste pour vrai.

      Il me semble qu’on a là affaire à un parfait petit égoiste pour qui les problèmes n’existent pas jusqu’au moment où il doit payer 146 piasses.

      L’escouade Gamma, ça c’est pas grave, mais ton petit cul tranquille, lui, il faut le laisser faire, hein?

      Bienvenue dans le monde mon grand.

    • cannibalcupcake Un ami a moi, qui est considerer marginal de par son habillement, a reçu un ticket de 115$ pour ”bri de bien publique”, puisqu’il était assis sur un banc de parc, les pieds sur le siege et le cul sur le dossier. 115$.

      Est ce que c’est le skater qui as démantibuler un banc de parc de 800 piastres au parc Lafontaire en sautant a pied joint sur le banc avec se planche a roulette.

      Pauvre p’it choux

      J’aurais envoyer la facture a ses parents si jamais ils en as eu .

      Ensuite les squeedgees qui se vengent en frappant sur une auto avec leur lavoir ou qui donne un coup de pied dans le char j’en ai assez vu..sans compter ceux qui insultes les automobilistes et qui urine dans leur bouteille quand ils n’ont plus de lave glace et qui graissent de leur urine les pare brise .

      Evidemment ils s’en vantent juste a leur chum ,pas a la police

    • Par ailleurs, moi aussi je m’inquiète du fait que certains prêtent à ce jeune homme des talents littéraires.

    • @ scotch / 20 juillet 2011 / 14h53

      Tu termines ton commentaire en disant : “Le CEGEP ne leur a pas donné une plus grande intelligence, on le constate dans leurs interventions de relations publiques et lorsque leur chef syndical prend leur défense pour avoir une augmentation de salaire.”

      Tu aurais pu compléter en disant que leur chef syndical EXIGE une augmentation de salaire que le système s’empresse de leur octroyer via la plus généreuse convention collective qui soit pour n’importe quel type d’employés du secteur public. (les médecins mis à part)

      Je peine à croire qu’il y a des gens qui croient que a police existe pour protéger le citoyen. Franchement, l’ignorance est plus profonde que je ne le croyais. La police est là pour assurer le respect de l’ordre public. Circonscrire la masse, en réprimer les excès, et PRINCIPALEMENT, protéger les classes possédantes et, accessoirement, aussi, la classe prétendument dirigeante.

      Allez faire une petite marche (même en plein jour) sur les trottoirs de Summit Circle, vous verrez bien qui sert la police.

      [ :o)

    • popov Encore @cmistral, vrouvroum et janina…
      Lorsque l’itinérant avec le couteau et le gars qui se rendait à sa job ont été abattus par des “être avec la même mentalité que vous”, vous avez dû avoir une soirée assez jouissive…..

      Cest dommage que tu ne te sois pas retrouvé face a face avec lui et son couteau militaire a 3 pouces du nez .

      Je ne sais pas si tu aurais eu le temps de signaler le 911 pour les appeler a ton secours car avec un couteau militaire a 3 pouces de ton nez un intoxiqué en crise ça leur prend juste 3 secondes pour égorger un passant.

      ça aurait fait ton affaire car tu aurais pu continuer a t’en prendre aux policiers qui ne sont pas intervenus a temps pour te secourir …si tu t’en serais sorti vivant évidemment ce qui est moins sur.

      habi

    • unholy_ghost:

      Un premier point: tout chou que je sois, je ne défends pas un ancien élève. Il en est bien capable seul. Si j’ai mentionné le lien qui nous a déjà uni, lui et moi, c’est en réponse à certains commentaires qui niaient son existence. Je m’intéresse bien davantage à vos propos et voici les seules remarques directes que vous faites sur le texte d’Adam”

      - Style pompeux, emberlificoté, prenant dix mots pour en signifier deux;
      - cette prose boutonneuse;
      – ce style déplorable qui impressionne les gogos;
      - Notre “plume” fait du sous-Loco Locass en prose.

      Concernant votre argumentation, je la cherche et ne trouve que ce passage: «prenant dix mots pour en signifier deux». Pour le reste, vous n’avez que des opinions. Facile. Paresseux. Commun. Vous êtes un véritable Mario Dumont de la critique littéraire. Alors, indiquez-moi où elle se trouve, votre argumentation, parce que, manifestement, je ne sais pas lire. En quoi ce texte est-il pompeux? emberlificoté? boutonneux? déplorable? Un peu d’analyse, moins d’émotion et de fiel seraient sûrement à votre honneur.

      Par ailleurs, parce qu’un style ne vous plait pas, vous décrétez du haut de votre bon gout ce qui est et ce qui n’est pas. Et vos exemples de «vraie littérature» montre bien les limites de votre ouverture culturelle. Comme le dit un de mes confrères, vous n’aimez que les morts.

      Quant à votre remarque sur l’oreille, elle semble montrer que vous avez une approche réductrice de la littérature: oui, un texte peut développer une sonorité particulière mais, à ce que je sache, écrire va plus loin que les sons. D’ailleurs, que reprochez-vous concrètement à la sonorité du texte d’Adam? Là-dessus, je cherche dans vos commentaires et ne trouve pas. Encore une fois de l’opinion et aucune démonstration. Il est sûr que démontrer est exigeant et nécessite des efforts.

      Pour ce qui est de la compréhension et des idées mises de l’avant dans ce texte, on voit bien que, comme certains, vous ne saisissez rien du propos quant à l’arbitraire de l’application de certains règlements municipaux par les policiers, des relations qu’ils entretiennent avec les citoyens et de leur mission. Votre incapacité ou votre volonté de pas débattre de ce point pour ne vous attarder qu’à la forme est remarquable. Vous êtes aise de critiquer les autres, mais incapable d’être à la hauteur d’un échange convenable et des valeurs stylistiques dont vous vous faites l’apôtre. Au lieu de perdre votre temps à chercher à défendre vos gouts, restez donc sur l’essentiel du texte. Adam ne l’a pas écrit, j’en suis convaincu, pour qu’on débatte de sa forme, mais de son fond.

      Je ne sais pas quels professeurs vous avez eus mais, à vous lire, ils semblent être aussi incompétents que moi… à moins bien sûr que vous soyez un autodidacte.

    • Dans le cadre de l’émission un homme a l’écoute

      Racontez-nous la pire injustice que vous avez vécu dans toute votre vie…du moins seulement ceux qui en ont déja subi une ,ce qui doit etre une tres petite minorité en ce bas monde a lire Adam

      Seulement pour remettre les chose en perspective .

      Vous n’etes pas obliger de vous identifier.

    • C’est comme une contravention pour être a moins de 3 m d’une borne-fontaine. Ou comme pogner le cancer lorsqu’on a une vie exemplaire.

      Ben c’est de même la vie. Frustrant ? Ouin. Mais y aurait voulu que tout le monde ait une contravention ?

      Conteste, mais si ça marche pas fais le grand garçon pis paye. Ça arrive, ça a même été un grand slogan “shit happens”.

    • Au-delà de la propension de l’auteur à se voir comme la victime d’une injustice (alors qu’il n’a qu’enfreint, sciemment de surcroît, deux ou trois règlements municipaux), c’est la volonté de mise en scène qui frappe. Il ne manque que des suggestions de casting pour l’adaptation cinématographique par quelque émule de Jean-Claude Lauzon. Et, qu’on se le dise, les fourmis dans ses artères sont des figurants nettement superflus. La roche aussi, d’ailleurs. Je couperais également le couple, question de budget.

      Le gars semble donc se voir comme un hybride d’idéalisme, de souffrance, de jeunesse et d’urbanité, fils illégitime du Guillaume Vigneault de Naufrages, de Foglia ou de Lagacé. Le propos est pourtant simple, en forme de question : “pourquoi moi? pourquoi?” La réponse l’est tout autant : “parce que tu enfreignais le règlement”, mais notre pauvre victime essaie de noyer le poisson dans une sorte d’approximation littéraire longuette à la morale douteuse, où des policiers auraient dû prendre en compte ruptures, crottes, roche et fourmis avant de lui coller un constat d’infraction, en plus d’épingler tout le monde qui faisait comme lui (tout en tenant compte de leurs propres crottes cardiaques et insectes vasculaires, sans doute). Rendus là, ce sont des patrouilles de psychologues et de travailleurs sociaux qu’il faudrait lâcher dans les parcs la nuit pour distribuer des contraventions…

      Sans casser de briques, ce n’est pas particulièrement mal tourné, cela dit, mais on en sort en se disant “ben coudonc… tout ça pour ça”.

    • Dernier commentaire! :)

    • gilles lincourt

      21 juillet 2011
      14h46
      Hey… c’est long comme histoire… la mienne est plus courte!

      Dans les années 60, je me suis fait prendre endormi en état d’ébriété sur le mont Royal.

      La police montée m’a réveillé et me somma de partir et moi, de lui dire tu parle d’une heure pour promener son chien et ce dernier de rétorquée… ce n’est pas un chien, mais un cheval.

      Et moi de lui répondre que je ne m’adressais pas à lui, mais au cheval!
      *********************************************

      Tu as fait ma journée. lolllllllllll

    • Je ne sais pas comment me défendre contre la charge de ne pas exister.

      À 136 commentaires, le ton est donné: on me reproche de chialer sur mon ticket et d’écrire mal. Soit.

      Je veux que vous preniez le temps de relire certains passages, quitte à souffrir de ma mauvaise plume une deuxième fois.

      “Il faut être intègre; on se conforme. On a enfreint la loi, et on s’est fait prendre. Reste plus qu’à attendre le constat, on est civil, après tout.”

      “Les constats nous sont remis. Je regarde immédiatement le total : cent quarante-six dollars. Le chiffre est tellement ridicule que je me sens saisi, comme si j’avais été projeté dans une piscine à l’eau trop froide. Mes esprits me quittent, et je marche comme un somnambule à travers le parc vers sa sortie.”

      “« Tsé, je passe vraiment le plus clair de mon temps à défendre la police. Je m’obstine avec tout le monde que leur travail est bon et nécessaire, qu’ils maintiennent l’ordre, qu’en fin de compte les seuls qui paient un prix déraisonnable sont ceux qui ont quelque chose à se reprocher. Je pense vraiment que la police fait une bonne job, et je me pogne avec tout le monde pour les défendre. »

      J’ai vraiment dit ça. Je pense vraiment ça.”

      À comprendre: je n’ai jamais dit que je ne méritais pas ce ticket. Je n’ai aucune intention de le contester. Plus loin, je prend le temps de dire à un policier: “je peux pas dire que j’étais pas dans le parc.” J’étais dans le parc. Je me suis fait prendre. J’accepte.

      Si le couple avait eu le même traitement, je n’aurais jamais pris le temps d’écrire. Si vous avez besoin que je vous explique pourquoi, j’écrirai jamais assez bien pour que vous compreniez.

      Aussi, finalement, la somme est absurde et injustifiable. On charge moins à ceux qui mettent des vies en danger autour d’eux. Si je suis si dangereux, assis à ne rien faire au milieu du parc Lafontaine, je devrais être en garde à vue. Sur ce point, je ne ferai aucune concession. C’est stupidement cher, 146$.

      Et finalement, à ceux qui se plaignent de lire une prose aussi pauvre, je vous offre mes excuses. J’ai écrit le texte comme une note Facebook, pas comme une lettre. Pour mes amis, pas pour vous. C’est bien triste que vous ayez à subir quelque chose qui vous plait si peu.

      -Adam Mongrain

    • il sans s.

    • J’ai écrit deux fois “finalement.” J’suis pas mal gêné.

    • @vroumvroum

      “Tu n’as qu’as leur envoyer un courriel signé de ton nick cybermarde et tout comme moi ils vont savoir a qui il ont affaire tout de suite .”

      LOL! C’est un dénommé “vroumvoum” qui me dit ça! J’espère que tu trippes à faire des manoeuvres illégales avec ta Mazda.

      Il y a une raison à tout, et ça se trouve que ta présence ici est l’une des raisons de mon pseudo.

    • @ effet_placebo
      @ Tout les autres………

      Je crois que (effet_placebo) à tout dit en quelques lignes……

      -(Il me semble qu’on a là affaire à un parfait petit égoiste pour qui les problèmes n’existent pas jusqu’au moment où il doit payer 146 piasses.)

      Rien à redire….

      Alors passons à un autre sujet S.V.P.

      Merci
      JF

    • Merci à unholy_ghost, attaboy, montrealaise, pemabo et bobhineault – c’est péché mal écrire comme ça! Quelle plume lourde, répétitive et pompeuse, qui illustre merveilleusement ceci: ce qui ce conçoit bien s’énonce clairement.

      Bâtard Adam, 4 paragraphes auraient été suffisants! Ton histoire, sans être un scoop incroyable, n’est pas sans intérêt, mais à la noyer dans la mièvrerie, elle n’a plus aucun intérêt. La concision, c’est beaucoup plus convaincant il me semble.

    • Le film français “la haine” raconte un peu la même chose…

    • merci Patrick de nous avoir fait part de cette histoire. Cela fait du bien de ne pas avoir a lire vos chroniques pseudo-intello. Peut-etre un retour au JdeM est imminent. En tout cas, je l’espere.

    • La décision de donner ou pas une contravention est TOUJOURS laissée au bon jugement des policiers. Le mot-clé ici est «jugement». Synonymes : bon sens, discernement, intelligence.

    • Et un conseil à Adam : contestez, ne payez pas. Juste pour vérifier si les dirigeants du SPVM vont vous traîner en cour, avec tous les frais que cela entraîne pour les contribuables, pour une billevesée semblable. Tenez-nous au courant, svp.

    • Un ton agressif dans les commentaires n’arrange rien en tout cas.

    • Cher Adam,

      Vous avez été élevé dans le paradis terrestre.

      Au royaume d’Abel. Mais avec un brin de sympathie pour les fils de Caïn qui, d’ailleurs, n’étaient pas invités à jouer dans votre cour.

      Avant vous, je n’avais jamais vraiment réfléchi à l’action de poser mon cul sur une roche.
      Sauf quand j’étais ben gelé ou ben saoul.

      Si j’avais ressenti la fraîche porosité de la masse minérale offerte à mes muscles fessiers, j’aurais oublié de mesurer l’espace entre mes rotules et le sol en calant une bière avec un chum. Je me serais plutôt retrouvé le nez sur le gazon en me tapant la bedaine avec moult dégorgeages de rires et d’éructations…

      Je vois que vous n’avez jamais eu affaire avec la police.

      Et j’imagine que ce soir-là, vous vous êtes perdu dans les subtiles transes de l’alcool.

      Mais, et j’insiste sur le « mais », vous n’avez pas perdu la raison.
      Heureusement.

      Mais vous vous êtes oublié, mon cher Adam, et vous éprouvé le plaisir de vous laisser aller.
      Ah ! les brêves joies de la délinquance…

      Malheureusement, deux tristes sires en uniforme, représentants de la sécurité municipale vous ont « spoté » dans un parc après les heures permises.

      En vous prenant pour cible, ces agents de l’ordre public – qui, tout au long de votre vie tranquille, ont garanti votre sécurité, – ont erré.

      Et les mots que vous avez appris à maîtriser pour vous protéger de la plèbe n’ont pas suffi, ce soir-là d’ivresse et de divagations philosophiques, à vous distinguer de la masse.

      Votre vocabulaire et votre pseudo-maîtrise du langage auraient dû suffire pour vous affranchir de telles ordonnances qu’auraient, selon vous, méritées les jeunes amoureux «poteux ».

      Mais votre acte de naissance et le visa qu’aurait dû vous conférer l’université que vous fréquentez (sûrement pas l’UQAM !) n’ont pas été pris en considération par ces « flics » malencontreux.

      J’ai un conseil à vous donner : ne redescendez pas de la montagne. N’allez pas où le peuple va. Ces gens-là ne savent même pas accorder un verbe avec son sujet.

      Mais ne critiquez pas trop les policiers. Sans eux, votre classe sociale est foutue.

      Et puis, restez straight, Adam.

      Ou bien, ouvrez les yeux.

      L’éducation n’est pas une arme de défense.

      Délinquentez encore.

      Pour mettre de la vie sur le maquillage de vos mots.

    • À tous ceux qui soutiennent que parce qu’il a commis une infraction, il n’a qu’à payer et se la fermer: vous roulez vraiment tous à 100 km|hre sur l’autoroute ? Si oui, j’imagine que vous êtes en faveur des radars photo qui distribueront des constats à 101 …

    • Cette jolie histoire, je n’en crois pas un mot, juste une provocation fort bien faite.

    • Monsieur cmistral 13h38 (20 juillet)

      Toute la question est là : être cru.

      Moi, j’ai eu pitié d’Adam Mongrain et vous, vous le rendez à sa nullité.

      Existe-t-il ? Et autres billevesées….

      On voit bien que vous ne vous êtes jamais assis sur une roche dans un parc, bien gelé, après les heures…

      Et j’éprouve de la peine pour vous. Et vous décrivez ce SOS comme une forme de pensum littéraire.

      Je ne vous connais pas et j’imagine que vous ne savez pas apprécier une prose qui englobe le rationnel (et la longueur des tibias) et la désespérance d’un être que la société a trahi.
      Mettez-vous à sa place. Je vous sens très agacé pour un récit urbain où l’injustice normalisée s’exerce.

      Dommage que vous n’ayiez jamais eu accès à la « vraie » vie et à la richesse du vocabulaire d’Adam Mongrain…

      Mais je ne vous en veux pas.

      Il y a des gens comme ça qui n’ont pas eu l’occasion de mettre le pied dans la rue ou dans un parc après les heures.

      Adam Mongrain est une espèce à protéger…

      Merci à monsieur Lagacé d’avoir permis à Adam de nous ouvrir les yeux.

    • Merci Adam d’avoir si bien écrit cette révolte qui est la mienne aussi. On n’en a juste assez de cette espèce de domination des prétendus bien-pensants. merci, merci, merci!

    • @mephistau mettre ses pieds sur un banc, cracher etc
      Un beau programme ton affaire.

      Excuse moi mais ce n’est pas mon style cracher , mettre mes pieds sur les bancs pubic ou dans le métro.
      Comme ça la personne qui vas utiliser le banc ne s’assoiras pas sur un banc sale et ne saliras pas son linge.

      Je ne doit pas avoir été éduquer comme toi a croire que cracher partout c’est tres hygiénique et tres cool.

      Le clown qui salis les bancs avec ses grosse godasses ,le gars qui crache dans l’autobus ,le métro ,qui urine dans les couloirs du métro comme j’ai vu a Berri Uquam mérite amplement ce qui lui arrive quand un surveillant le prend sur le fait.

      Je ne voit pas pourquoi il le laisserais faire.

      Est-ce toi tu crache un peu partout dans ton salon ?
      Te débarasse tu de tes vieux kleenex en les lancant dans ta cuisne ?`
      Si tu le fais ce sont tes affaires .

      Alors pourquoi celui qui les lancent sur les trottoirs,crachent dans le métro ,les autobus , devrait -il etre exempter de se conformer aux règlement municipaux et aux sanctions prévues a ces reglements ?
      Parce qu’il réussi a se faire plaindre dans les médias ?

      Me semble que c’est pas trop dur a saisir et a comprendre pour un individu normalement constitué .

      Désolé mais je n’ai pas le gout de faire dans la rectitude pour ¸avoir l’air super cool et pour etre populaire aupres de ceux qui ne respecte rien mais qui eux demande tout le respect du monde .

      Ensuite tu écrit :Recevoir un ticket d’un policier qui fait très probablement la même chose est enrageant: avoir une roue de véhicule sur une ligne pleine, U-turn qui ne ralentit pas la circulation, stop américain, J-walking, trappe à ticket, pas de flasher
      Bien entendu, vroumvroum ne fait jamais ça

      Je vois que que tu ne pige pas trop .

      Si je fais un u-turn ,si je me fait coller pour une infraction…contrairement a Adam je ne blame pas la police de m’avoir remis une contravention et j’assume mes tords,je l’ai fait ,je me suis fait prendre ,je ferme ma gueulle ,je paie mon amande.. that’s it that’s all.

      J’essaie pas de les niaiser en leur racontant ma vie durant 15 minutes ..même pas une seconde car je sais tres bien pourquoi il m’ont intercepter et je ne tente pas de jouer au finfin comme Adam .
      Je vais au plus court et c’est fini .

      Je ne m’en prend pas a personne puis je ne vais pas essayer de me faire passer pour une victime dans les médias et faire de la cabale pour les faire hair ,me venger et etre approuvé .

      Je n’ai pas besoin de ce genre d’approbation et de la basse flatterie typique venant d’ individus qui vivent dans la déresponsabilistion de leur gestes et qui eux même ne respecte absolument rien .

      Le gars le sais il est dans le tord .

      Au lieu de chercher a se faire approuver par son fan club de mangeux de police ,de se faire plaindre , de s’en prendre a ceux qu’il as niaiser avec son roman savon qu’il prenne dont son trou comme un homme et qu’il admette dont qu’il était dans le parc a une heure ou il le parc était fermer ,qu’il paie son tikett au lieu de renacler la prétendu injustice dont il aurait été victime.

      Qu’il garde dont la tête haute au lieu de jouer a la victime s’il était dans son droit.

      Ce genre de comédie la.c’est la faute a tout le monde sauf la mienne ça me pue au nez et. je la trouve insuportable et je suis pu cabale de l’entendre .

      Je me suis fait prendre,c’est pas brillant de ma part ..point final, je l’assume.

      Qu’est ce que cela donne de jouer cette comédie pathétique de la victimisasion ?
      A quoi ça rime exactement son affaire ?

      C’est cela la différence que tu ne semble pas avoir les capacités de saisir mais à cela on ne peut rien y faire .

      Si tu as été éduquer dans la déresponsabilisation de tes gestes et le refus d’en assumer les conséquences ..et bien tu vis avec les conséquences et tu fais comme Adam qui selon son texte buvait et avait un comportement délinquant ,tu blame les autres ,la police ,tu te fait plaindre même quand tu est dans ton tord ce qui au départ ne favorise pas le dialogue avec un policier qui vient strictement faire sa job face a ce genre d’individus.

      Désolé mais le policier n’est pas la pour faire appliquer les lois et les règlements édicter par Adam mais ceux appouver démocratiquement par les élus qui me représentent et nous représentent .

      Quand tu n’est pas content tu change ceux qui les ont votés aux élections ,mais en attendant ce sont ceux la qui doivent s’appliquer et certainement pas ceux d’Adam et de ceux qui font leur trip de la déresponsabilisation qui se résume a :c’est toujours la faute du wernement ,de la police ,de Pierre ,Jean, Jacques et des autres.

      Eux c’est bizarre ils sont toujours blanc comme neige avec leur version unidirectionel tarabiscoté .

    • @ montrealaise

      Salut, old girl.

      Non, je ne crois pas que PatLag ait coutume de dissimuler son idée. Cette fois-ci est atypique.

    • @montrealaise. “” N’empêche qu’Adam écrit mieux que la plupart d’entre nous.”

      Qu’en savez-vous?” Je sais lire.

    • Et si nous passions à autre chose?

    • On a ce qu’on mérite et on récolte ce que l’on sème.
      Me faire brailler parce qu’on a bu une bière dans un parc après 11heure et qu’on s’est fait ”coller” un ”ticket”…jamais de la vie!

    • “On marche, on parle, on boit; comme des délinquants, comme des jeunes fous, comme un gars qui a trois ruptures dans les veines et des fourmis dans les artères.”

      En resume il dit: “j’ai fait le con et j’ai eu un ticket”.

      Ben oui…pis, la police n’est pas obligee de donner des tickets a tous: tout depend des circonstances et il a parfois un limite de tolerance, parfois elle ferme les yeux, comme sur tous ces gens qui roulent entre 100-120 sur les autoroutes, parfois elle donne un avertissement et d’autres fois elle sort son calepin .

      Et si vous faites de la vitesse, elle peut meme choisir de vous arreter plutot que la voiture qui vous depasse.

      Faire le con n’est pas un droit protege par la Charte.

    • Les flics en général sont peureux.
      Ils doivent être en “gang” pour se sentir “Justicier”.
      @VroumVroum
      Les substances dans les seringues des Junkies, ils viennent probablement du Square Berry ou du Parc Mt-Royal. C’est connu depuis des années. Mais nos ptits mangeux de beignes qui attendent leurs pensions préfère jouer les héros face aux citoyens moyens, c’est pas mal moins dangereux.
      Parce que, lorsque le danger s’amène, nos peureuses tire sans trop se soucier qu’ils se retrouvent coin Ste-Cath et St-Denis.

    • @ tous ceux qui écrivent tord plutôt que tort …

      Tort… le mot s’écrit avec un T

      Pas tord comme tordant… tordu…

    • Manifestement, si Adam ne sait pas écrire, il y a des gens ici qui ne savent pas lire ni comprendre l’idée d’un texte. Vroumvroum en est un exemple éloquent.

      Et ça reproche mer et monde à ce jeune et ça se permet de lui faire la leçon. Quant à moi, je préfère un idéaliste au style personnel assis sur une roche dans un parc après minuit qu’à des éteignoirs de service bien-pensants et pontifiants qui se sentent obligés d’intervenir dans un débat pour dénigrer le style d’un auteur qu’on complimente ou qui ne comprennent même pas les idées de base de son texte.

      En passant, à ceux qui reprochent à Adam de manquer de concision, j’espère que vous ne lisez que les résumés des oeuvres de Balzac, Melville, Joyce, Zola et Proust.

      «Quand on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage.» Ce proverbe s’applique tellement bien ici. Adam, tu est enragé, tu le savais? N’importe quoi.

    • Adam Mongrain……Ayoye…..:-)

      Quelle serait la longueur de votre texte si, dans une même semaine….?

      Lundi midi, perte de votre emploi.
      Mardi soir, accident de voiture de votre conjointe, perte totale…la voiture!!!
      Jeudi soir, votre soeur vous annonce son divorce(3 enfants).
      Samedi soir, votre meilleur chum vous apprend son diagnostic de cancer.
      Wow, méchante semaine…..

      Moi, je connais ce gars straight…..et je vous garantis qu’il prendrait votre
      contravention avec plaisir et un grand sourire……en échange:-)

      Je vous souhaite que du bon pour la suite des choses.
      Louise April(Laloue)

    • Très bon commentaire, très juste et non provocant. C’est clair que les policiers avaient le devoir d’appliquer le règlement municipal pour le bien de tous mais là ou ils ont manqués de professionnalisme à mon avis est soit que tu donne un avis à tout le monde ou que tu donnes une contravention à tout le monde. Il faut être conséquent dans nos interventions pour avoir le respect de tous. En espèrant que votre propre jugement vienne apaiser la mauvaise impression que ce geste vous laisse.

    • @insulaire-du-nord et ceux qui pensent comme ce dernier.

      Avez-vous VRAIMENT quelque chose à dire contre les gens qui respectent les Lois et qui sont pour les moyens (photo radar) d’empêcher les gens potentiellement dangereux de rouler trop vite. Je vais me faire cracher dessus après mes prochaines paroles, mais honnêtement, se faire prendre au photo radar, il faut vraiment le faire. Il y a des pancartes qui les annoncent à au moins 750 m avant. Si vous ne les voyez pas ce doit être parce que vous êtes trop occupés à texter ou à vous maquiller pendant que vous conduisez.

      Le nivellement par le bas me fascinera toujours. Tout le monde roule à 120km/h, mais allez, foutons nous de la gueule de ceux qui roulent à 100-110.

      Mes amis se moquent quelque fois de moi parce qu’ils me disent parfois trop ‘’sécuritaire”. Mais vous savez quoi? Dans nos souper, soirées, je n’ai jamais d’anecdote savoureux à raconter à propos du fait que je me suis fait arrêté pour avoir transgressé la Loi. Pourquoi, parce que je la respecte et que je sais pertinemment que si il n’y avait pas de Lois, ce serait le chaos.

      Je me souviendrai toujours d’une scène du film Liar Liar avec Jim Carrey. Son client l’appelle en lui disant qu’il s’est fait pincer pour un acte répréhensible. Jim Carrey de lui hurler comme réponse: T’as qu’à pas enfreindre la Loi!!!

      Savoureux.

    • “J’ai écrit le texte comme une note Facebook, pas comme une lettre. Pour mes amis, pas pour vous.”

      Pour l’amour de vos amis, vous devriez passer de Facebook à Twitter…

    • Ah cette chère population vieillissante qui, collectivement, nous fait pencher a droite…Saviez-vous que le fond de pension d’un policier vaut 1.3 million a sa retraite? Les meilleurs analystes fiscaux du Québec prédisent que nous seront en faillite comme la Grèce d’ici 5-6 ans. Vous pouvez prévoir des hausses de taux d’intérêt plutôt spectaculaire.

      Bonne journée.

    • La nuit, tous les chats sont censés être gris …

    • @unholy_ghost

      J’ai eu à au moins deux reprises la surprise pas forcément agréable de voir Patrick prendre mes réponses à des commentaires publiés à la suite de ses billets pour en faire le point focal d’une entrée de blogue subséquente. On se dit alors que, si on avait su que le texte en question allait se retrouver ainsi dans le spotlight, on aurait fait les choses autrement.

      Sorti de son contexte, un texte peut sembler maladroit ou mal adapté à la nouvelle tribune où il se voit promu. Je crois que c’est ce qui s’est passé ici. Comme vous, je trouve le texte trop long et les états d’âmes trop appuyés par rapport à la profondeur réelle du propos, mais, dans son contexte initial et pour le lectorat auquel il était d’abord destiné, peut-être était-ce parfaitement approprié.

      C’est probablement Lagacé qui aurait du élaguer pour que le message passe mieux et que le texte épouse mieux le format attendu d’un blogue.

    • Argumenter sur la qualité d’un texte est le premier signe qu’on est pas attentif au sujet. C’est comme si on était assis ensemble dans un resto et que j’t’interrompais dans le milieu de ton argumentation pour te dire “Ta chemise est bleue, c’est un manque de style.”

    • @LucPapineau

      Je ne suis pas critique et ce texticule n’est pas littéraire, alors… N’empêche, si vous aviez un peu de lettre, vous sauriez qu’une critique n’est pas forcément une dissertation scolaire avec sujet posé-divisé et qu’il faut parfois exécuter les médiocres en quelques mots.

      Un beau style, Flaubert par exemple (un autre mort…), c’est dire le plus avec le moins de mots. Avec une certaine musicalité (l’oreille). Votre Adam fait le contraire: deux-trois idées répétées inlassablement dans un style fleuri qui se regarde écrire. Un exemple?

      “Je suis chez nous, dans le l’appartement que je travaille pour me payer, prêt à partir travailler dans mon auto que j’ai achetée, en roulant toujours à la limite permise par la loi. Je suis content d’être un citoyen, et de valoriser ma société. Je suis content, et je regarde mon ticket de 146$.”

      Passons sur la coquille (le l’), la syntaxe violée (il travaille son appart pour se payer lui-même?) et les contresens (son char est bloqué à 110 km?). Ce qu’il dit, un écrivain prendrait deux fois moins de mots pour le dire. Je continue? Tout le texte est de la même eau.

      Je m’intéresse à la forme car on a dit que votre pupille a une belle plume. Le fond, il n’y a rien à en dire: il est tombé de son Paradis, ayant sa première prise de conscience civique lorsque ce qu’il considère être la connerie des policiers le fait sortir de sa béatitude. Moi je me félicite plutôt que des flics aient le bon jugement de donner un ticket à des p’tits cons qui sifflent de l’alcool assis dans la rocaille d’un parc public plutôt qu’à des “étrangers” (touristes ou immigrants?). Le contraire m’aurait profondément choqué.

      Pour le reste, j’espère que vous êtes prof d’éduc ou d’informatique plutôt que de français pour considérer qu’il est mal de citer des auteurs “morts” comme Proust, Céline, Rimbaud ou Voltaire. Là on touche à la connerie pure, bien diagnostiquée à l’époque par Jean Larose. Au contraire, ces écrivains sont incroyablement vivants, ils nous parlent mais personne ne sait plus les écouter. Alors que la prose – ou plutôt pour parler la langue adamique: la prose qui ose sa dose de pose… – de votre ami se décomposera aussitôt que ses quinze minutes de gloire se seront écoulées.

    • @lalouapril
      En suivant votre raisonnement, personne au Qc n’aurait le droit de se plaindre, pas meme votre ami en regardant ce qui arrive en Somalie, en Inde et j’en passe.

      Je suis sur que votre ami changerait de place contre une jeune fille de 13 ans brulée par l’acide ou une autre violentée a 9 ans…

    • ne changerait pas de place

    • ghistos……..13.07

      Voilà……
      Nos problèmes sont souvent sans importance, quand on y pense et
      qu’on compare aux véritables problèmes.

      Mon ami ne penserait même pas à écrire un texte de 3 lignes…
      trop occupé à régler ses petits problèmes et aider son ami malade.

      C’est pourquoi je demandais à Adam, ce qu’il aurait écrit dans
      les mêmes circonstances?

      Imaginez si Adam était confronté aux problèmes que vous soulevez…?

      12 Tomes avec une suite annoncée!!!
      Louise April(Laloue)

    • Donc ils etaient saouls et gueulaient dans le parc apres l’heure de fermeture.
      Ils ont eu des contraventions, il est ou le probleme?

    • @lalouapril,
      lundi: j’ai eu chaud et beaucoup de boulot pendant que tout le monde quittait pour les vacances;
      mardi: Pris une demie heure sur la route: travaux!
      mercredi: Je transpire et je travaille!!!
      jeudi: Je transpire, je suis tout détrempé et je travaille
      Vendredi: je lis votre commentaire!!!
      AYOYE, méchant vendredi!!! Moi aussi je la prendrais la contravention!

      Si je comprends bien, on ne peut plus rien écrire maintenant, à moins que nos semaines soient aussi tragiques que la vôtre!!! Raisonnement tordu.

      JChrétien

    • Ce que j’en ai compris de l’histoire d’Adam, c’est que les policiers lui ont donner un amende a lui et son copain parce qu’il se trouvait dans un parc, passé les heures d’ouverture et que le ptit couple tout près d’eux, qui était coupable de la meme effraction, ont pas eu de ticket eux autres. C’est pas juste, mais pas besoin d’écrire un si long texte, on peut abréger un peu, mais je suis d’accord, la loi est pas la meme pour tlm on dirait.

    • Plus d’une fois ca m’est arriver, me faire prendre a boire une tite-bière dans un parc, la plupart du temps le policier te fait vider ta bière et continu son chemin, mais une fois, je suis tomber sur deux jeunes constables a vélos, qui commencent leur carrière, alors ils sont un peu plus zélés, ca m’a couter 130$. Je le fais encore aujourd’hui, mais j’ai des yeux tout l’tour de la tete loll. N’est-ce pas ce qui est exitant dans la vie, franchir certains interdits ?

    • jeanchretien…….13h41:

      Si ça vous fait du bien:-)

      Louise April(Laloue)

    • @teddybear

      Pour un policier, la répression doit être appliquée là où il estime qu’elle a des chances de porter fruit. Perso, le couple qui déambule ou traverse simplement le parc ne me frapperait pas comme un vecteur possible de criminalité (peut-être comme futures victimes, mais sans plus). Les deux désoeuvrés qui boivent sur une roche correspondent plus au profil du délinquant potentiel et ont sans doute plus besoin de l’électrochoc de l’amende.

      Cela dit, je suis un après-midi tombé face à face avec un policier au sortir d’un sentier forestier sur le mont Royal. J’étais à vélo, ce qui est interdit, je le savais bien. L’agent a rédigé ce qui semblait être une contravention (c’est d’ailleurs ce qu’il me laissait croire). Enragé, je l’ai mise dans ma poche et j’ai pédalé jusqu’à la maison. Arrivé chez moi, j’ai regardé la chose pour voir combien je devais, et le papier n’était en fait qu’un simple avis, sans amende rattachée. Le gars m’avait joué la comédie d’aplomb, mais le message avait passé. Faut dire que je n’étais ni saoul ni potentiellement dangereux, et le parc était ouvert, mais, au final, j’ai quasiment gardé un bon souvenir de l’interaction tant elle avait été mesurée et efficace.

      Un bon policier applique la pression qu’il juge nécessaire pour éviter escalade ou récidive. Je n’ai aucune raison de croire que ce n’est pas ce qui s’est produit dans le cas qui nous occupe. Pour pousser plus loin l’analyse, il aurait fallu être là, avec Adam.

    • Unholy Ghost;

      Quel masochisme.

      Vous prenez plaisir à détester et à dénigrer ce que j’ai écrit, c’est évident. Vous vous exposez encore et encore à quelque chose que vous n’aimez pas. Vous venez défendre à d’autres d’y trouver quelque chose de plaisant. Vous voulez que ce soit mauvais.

      Vous prenez le temps de citer “étrangers” entre guillemets, comme si j’avais utilisé le terme avec mépris. Ce sont eux qui se sont désignés ainsi. Vous leur excusez leur consommation de drogue et leur présence dans le parc simplement parce qu’il ne sont pas Québécois. Vous auriez été choqué qu’on applique la loi de façon conséquente. Nous devons être puni, juste nous.

      Faut s’haïr.

      Vous gagnez. De toute évidence je ne peux rien faire pour vous rendre de bonne humeur. J’ai pensé vous envoyer chier, mais vous vous interpréteriez probablement victime de votre supériorité. J’ai l’impression que vous vous levez le matin avec la ferme intention de trouver tout le monde cave.

      Je baisse les bras. Aller souffrir ailleurs, s’il vous plait.

      -Adam Mongrain

    • @AdamMongrain

      Miguel Angel Asturias a écris “Monsieur le président” 50 ans avant son édition, et avec son oeuvre il a gagné le prix Novel Littérature. Inspiré par le genre auquel Miguel Angel Asturias a donné naissance, Mario Vargas Llosa a écris “La fête Au Bouc”, et récemment il a également gagné le prix Novel de littérature pour l’ensemble de son oeuvre. Mais là où je veux en venir c’est le fait qu’on dit que lire “The Brief Wondrous Life of Oscar Wao” de Junot Diaz c’est comme lire Vargas Llosa sous l’effet de l’acide. Et qu’est-ce qu’il a de si espécial le style de Junot Diaz? Il écrit comme vous le fait, comme vous respirez. Junot Diaz siège comme membre du jury des prix Pulitzer aujourd’hui, après avoir gagné celui pour la fiction, et on apprend également grâce à internet que Miramax a acheté les droits d’adapter l’histoire de Oscar au cinema. Alors cher M. Mongrain, vous avez un don, ne nous laissez pas vous tordre, parce que vous avez la force de tordre notre façoon de voir le monde.

    • @AdamMongrain
      Les Internets c’est parfois bien direct. Prends pas tous les commentaires à coeur, et surtout pas leur ton. Continue ton chemin et vie ta vinaigrette…juste pas dans un parc passé 23h. ;)

    • @macosx

      21 juillet 2011
      16h10
      @ scotch / 20 juillet 2011 / 14h53

      Tu termines ton commentaire en disant : “Le CEGEP ne leur a pas donné une plus grande intelligence, on le constate dans leurs interventions de relations publiques et lorsque leur chef syndical prend leur défense pour avoir une augmentation de salaire.”

      Tu aurais pu compléter en disant que leur chef syndical EXIGE une augmentation de salaire que le système s’empresse de leur octroyer via la plus généreuse convention collective qui soit pour n’importe quel type d’employés du secteur public. (les médecins mis à part)

      Je peine à croire qu’il y a des gens qui croient que a police existe pour protéger le citoyen. Franchement, l’ignorance est plus profonde que je ne le croyais. La police est là pour assurer le respect de l’ordre public. Circonscrire la masse, en réprimer les excès, et PRINCIPALEMENT, protéger les classes possédantes et, accessoirement, aussi, la classe prétendument dirigeante.

      Allez faire une petite marche (même en plein jour) sur les trottoirs de Summit Circle, vous verrez bien qui sert la police.

      [ :o)
      ***********************************************

      Vous pourriez être surpris. Je ne viens pas d’une famille pauvre et je n’ai pas été bien servie par la police et j’ai même été insultée. J’ai même pensé à me prendre un avocat mais j’ai décidé de prendre l’argent pour aller en vacances. Et comme par hasard, j’y ai trouvé des policiers (es) compétents (es) et bien élevé (es) qui étaient là pour protéger et servir. J’ai écrit un commentaire qui a été censuré un peu plus haut. J’en déduis qu’il ne faut pas trop écorcher l’image de la police dans les médias au Québec. De toute façon, ils s’en chargent très bien. Avec toutes leurs bavures, ils finiront bien par se tirer dans le pied, si ce n’est pas déjà fait.

    • @belseb

      22 juillet 2011
      11h50
      Ah cette chère population vieillissante qui, collectivement, nous fait pencher a droite…Saviez-vous que le fond de pension d’un policier vaut 1.3 million a sa retraite? Les meilleurs analystes fiscaux du Québec prédisent que nous seront en faillite comme la Grèce d’ici 5-6 ans. Vous pouvez prévoir des hausses de taux d’intérêt plutôt spectaculaire.

      Bonne journée.
      *************************************************

      C’est la force de négocier avec un gun surtout quand on n’a pas l’air de savoir s’en servir et d’être vite sur la gachette. lollllllllll

    • Mes excuses pour les fautes.

    • @lalouapril

      tout à fait soulagé (???)

      JChrétien

    • unholyghost

      Vos nombreux commentaires pour reprocher à un jeune de manquer de concision sont tellement éloquents quant à votre mauvaise foi. Décidément, vous prêchez par l’exemple, il n’y a pas de doute. Flaubert doit en avoir des crampes tant il rigole. Proust, que vous donniez en exemple plus tôt, il fait dans la concision, lui aussi? Quand on tartine autant de noms, c’est que la confiture est rare sur le pain.

      Pour le reste, brettez, feintez, louvoyez, mais vous confondez argumenter et avoir une opinion. Cela n’a rien à voir avec une démarche scolaire et tout avec une démarche intellectuelle. (En passant, dans l’introduction scolaire, vous avez omis de mentionner le sujet amené, mais ne nous en formalisons pas.) Il est également remarquable de constater votre rigueur quant au respect de la langue. Vous soulignez les fautes des autres mais demandez à ce qu’on excuse les vôtres. Cependant, cela est bien normal quand on s’érige comme un potentat intelllectuel. Vous êtes manifestement une sommité anonyme et j’ai hâte de lire vos propos quant au prochain billet dont on dira qu’il est bien écrit. Un éteignoir, pas une lumière, encore moins une Lumière de ce siècle dont vous aimez les auteurs.

      Pour le reste, vous êtes un individu généreux, tellement qu’il prête des intentions à tout le monde. Ce gentil couple, vous supposez qu’il s’agit de touristes ou d’immigrants. Une relecture du texte d’Adam (quelle torture…) vous aurait permis de constater qu’il lui avait préalablement demandé s’il avait du pot à vendre. Voilà un bel exemple d’intégration ou de connaissance des attraits touristiques montréalais, n’est-ce pas? Votre hypothèse, c’est vraiment du grand n’importe quoi.

      Mais surtout, vous auriez fait un excellent coéquipier de ces policiers. Des jugements rapides sur tout, une absence de discernement, un arbitraire tout à fait à géométrie variable. Pour vous paraphraser, on vous donnerait un revolver que vous n’hésiteriez pas à «exécuter les médiocres en quelques mots». À moins que vous ne soyez un ver qui travaille activement à décomposer tout ce qui n’a pas de mérite à ses yeux.

      Pour votre gouverne, vous qui aimez insultez, insinuez et surtout avoir raison au détriment même de la raison, j’enseigne avec plaisir Chrétien de Troyes, Pisan, Villon. Je lis chez moi les auteurs que vous avez cités et bien d’autres encore. Seulement, je ne suis pas obtus d’esprit. Pour la référence à la connerie pure bien diagnostiquée, on repassera donc. Par contre, je ne sais pas comment qualifier quelqu’un qui se complait à en rabaisser un autre avec autant de hargne et de mauvaise foi. Un internaute anonyme qui recherche paradoxalement son 15 minutes de gloire? Allez, faites un peu de vent. En cette période de chaleur, cela serait oeuvre utile.

    • Une contravention de 146$ est évidemment abusive considérant qu’une voiture stationnée en effraction n’hérite que de 42$ incluant les frais. Stationner son cul dans un parc ne devrait pas coûter plus cher que stationner son bazou du mauvais côté de la rue.

    • À propos…

      Si l’on demeure sur le fond de ce texte, il en coute 146$ pour trainer dans un parc après les heures de fermeture à Montréal, de 300 à 600$ si vous conduisez sans permis de conduire valide et 80 à 100$ si vous n’attachez pas un bébé dans son siège en voiture… Voyez-vous une logique?

    • Bof revenez-en, la “prose” n’a rien de particulier. Ce crétin buvait dans un parc en vociférant, après les heures d’ouverture. Il n’a eu que ce qu’il méritait.

      Cette lettre n’a rien à faire dans un journal sérieux…

    • @AdamMongrain

      Si vous n’aimez pas la critique, cessez écrire; quand on ne supporte pas la chaleur, il faut sortir de la cuisine. Pourtant, la critique est bien utile: votre dernier message est à peu près correct (il y a encore du travail, en particulier au niveau syntaxique, ne vous reposez pas sur vos lauriers, hein).

      Sinon, ce “nous” de votre dernier message me confirme la vague impression que j’avais en lisant votre pensum.

      @LucPapineau

      “Pour vous paraphraser, on vous donnerait un revolver que vous n’hésiteriez pas à «exécuter les médiocres en quelques mots».”

      Vous étiez son prof de littérature? Ça explique bien des choses. Quand on ne fait pas la différence entre un sens figuré et le sens littéral, entre la concision d’un style et la longueur d’une phrase ou d’un ouvrage, entre une belle écriture et une mauvaise, entre des tics et une plume singulière, on ne devrait pas enseigner la littérature.

      Bon, assez sur ce sujet, je suis sur le point de prendre un vol; pour votre gouverne, on m’invite à donner une conférence (je ne dirais pas où, ce serait un poil prétentieux et ironique)…

    • cessez d’écrire*

    • verret

      Soit vous mentez ou vous faites semblant de savoir ce que vous dites… Montrez-nous des photos de ces affiches…

    • @Luc Papineau Et au cas où certains ne l’auraient pas compris, Adam s’explique mal pourquoi il a reçu cette contravention alors que des individus dans la même situation au même endroit à la même heure n’ont rien reçu
      Arrete ton cirque

      dans le fond le mec était saoul ,gueullait et comme il le dit ,avait un comportement délinquant et le parc était fermer.

      Faut pas etre la tête a Papineau pour comprendre pourquoi il as eu un constat d’infration des policiers .

      Arrête de prendre le monde pour des valises avec tes grands mots a 50 piastres .

      Parle tu comme ça a ton gasragiste dans la vraie vie ?.

    • Mon proprio est aussi fucké!!!

    • @LucPapineau

      Touché!

    • @ Luc Papineau & autres

      En tout cas, moi je ne suis pas policier – en fait, je ne suis même pas très pro-police – mais je fais juste lire le fameux “Adam” et j’aurais envie de lui donner un ticket.
      Imaginez en personne !
      Daniel G.

    • Moi, si le choix de ”Rapala” que j’ai fait, pogne une centaine de brochets, c’est certain que je vais le ranger soigneusement pour m’en servir la prochaine fois!

      Peu importe son auteur, c’est une idée intéressante de créer une fausse lettre pour s’amuser!

      C’est quand même un texte riche en petits indices qui peuvent alimenter une discussion…juste pour le plaisir!

      L’avertissement du policier avec le regard, est celle que je préfère!

    • Le commentaire le plus pertinent revient à Françoismerc le 20 Juillet. Excusez-moi j’ai oublier de m’introduire, c’est moi “l’anarchiste” dans l’histoire. L’autre assis sur la roche. Celui qui a pris la décision d’e retourner avoir une discussion avec les policiers parce qu’on avait soudainement des questions. On a eu nos réponses à la suite d’un échange posé sans montée de rage envers les policiers. Mais ça, vous deviez être au courant, vous avez l’air de nous connaître tellement bien. J’ai tellement ris en lisant vos commentaires!

      Merci Francoismerc d’avoir ouvert cette porte. Contrairement à la totalité d’entre vous, j’ai fait mes recherches et voici un copier/coller du texte de loi en question:

      3. Il est interdit de se trouver dans un parc lorsque ce dernier est fermé. Un parc est ouvert
      au public en tout temps à moins que les jours ou heures de fermeture de ce parc n’aient fait
      l’objet d’une ordonnance.
      Quiconque refuse d’obéir immédiatement à l’ordre d’un agent de la paix de quitter les lieux d’un
      parc, alors qu’il n’est pas ouvert au public, contrevient au présent règlement.

      http://ville.montreal.qc.ca/sel/sypre-consultation/afficherpdf?idDoc=124&typeDoc=1

      On a pas eu d’avertissement. On va contester. Merci Bonsoir.

      Oh. Désolé, j’crois que j’ai détourner le débat de son point le plus essentiel, la forme du texte d’Adam….

    • @martin_b

      Vous êtes un fieffé effronté.

      Vous n’en méritez pas tant, mais voici une photo, que j’ai trouvée en une minute, simplement en googlant “parcs” et “montréal”, ce que vous auriez bien pu le faire vous-même. La dernière ligne concernant l’accès se retrouve sur ce type de signalisation pour TOUS les parcs de la ville, du plus petit au plus grand.

      http://www.rouge-cerise.net/blog/public/culturel/voyage/Amerique/Canada/Montreal_Parc_espoir.JPG

      Je n’attends pas d’excuses, mais sentez-vous libre de m’en offrir.

    • C’est bien navrant comme situation et on sent l’injustice, mais…le texte est lourd et long. S’il réflète la façon dont Adam s’exprime à l’oral….parfois il vaut mieux abréger pour éviter de tomber sur les nerfs. La vie n’est pas un monologue.

      J’espère que le beau petit couple a trouvé ce qu’il cherchait! Les policiers les ont probablement dirigés vers le bon parc.

    • @J_Pedro

      “En vous prenant pour cible, ces agents de l’ordre public – qui, tout au long de votre vie tranquille, ont garanti votre sécurité, – ont erré.”

      Il est là le problème: -qui, tout au long de votre vie tranquille, ont garanti votre sécurité-

      Qu’est-ce que vous en savez?

    • @unholy_ghost
      Fais le calcul mais, disons que 75-80% des commentaires trouve que le gars a une belle plume.
      C’est pas lui qui se définie comme un écrivain, c’est les bloggeurs qui aime le style. C’est pas grave si t’aime pas ca. En fait keskon en a foutre. AC DC ne sont pas Beethoven qui lui-meme n’est pas Mozart ( un gout perso) mais, si des gens aime ca, goood.

      “. Faites-vous une fleur, ouvrez un vrai livre de vraie littérature, pas du Marie Laberge”…
      Tu n’as rien compris a l’etre humain, tous ne sont pas des petits clones, tous n’ont pas les memes gouts. Lire Camus pour moi, c’est exactement comme me mettre un supositoire, je m’endors. Lire des livres d’astro physique, de physique, de génie j’adore.

      C’est triste de devoir expliquer des choses comme ca. Vraiment triste

    • il serait apprécié de ne publter que le commentaire sous mon vrai nom: Luc Papineau. Merci!

    • @gulliver,

      ça démontre simplement que vous êtes bourré de préjugés, rien de plus.

    • Cher Adamo. Votre récit est très touchant et je sens un mouvement planétaire se dessiner pour vous apporter tout le soutien dont vous aurez besoin pour traverser votre épreuve. Surtout en provenance de certaines zones subsahariennes. Le malheur vous accable. Pauvre vous. Gros problèmes…
      Et tout le monde sait que les policiers n’ont pas donné de ticket aux beau couple parce qu’ils avaient atteint leur quotat de tickets pour la soirée. Simple de même!

    • @gulliver

      je suis tous à fait d’accord avec vous, c,est pas dur à imaginer pourquoi les policiers lui on donné un ticket, ça doit être tout un phénomène en personne.

    • ” La loi, c’est la loi ”…

      …. faites moi rire !! Vous êtes des reptiliens ou quoi ?

      Et la spontanéité de vivre, vous en faites quoi? Faire le fou, déborder un peu de nos vies casées tout le monde en a besoin de temps en temps.

      Même les policiers.

    • C’est pas compliqué: 98% des policiers n’ont pas la dextérité verbo-motrice pour soutenir une discussion, je dis bien une discussion, mais plutôt un échange à sens unique. (Le sens qui leur convient, soit dit en passant.) Il m’apparait clair que ces deux policiers, l’obscurité aidant, ont simplement décidé de frapper de façon arbitraire. Ils n’étaient pas dans le parc pour parlementer. En faisant un exemple avec ces deux personnes, ils croyaient que le mot se propagerait: attention tout le monde, il y a des policiers qui surveillent le parc, et ils n’entendent pas à rire. Mario, de Ville Saguenay.

    • notre société est parfois trop laxiste, parfois indûment sévère. c’est à rendre complètement marteau quand on s’arrête à y penser trop longtemps.

      trop laxiste, on découvre la chose quand on est plus capable de vivre sa vie tranquille parce que nos voisins font la fête à tout bout de champs et que la police nous dit qu’il n’y a rien à faire. ou lorsqu’on se fait voler (encore une fois) et que la police nous dit aussi qu’il n’y a rien à y faire.

      ou parce qu’un autre est déclaré pas criminellement responsable du meurtre de ses deux enfants, genre…

      imbécilement sévère, lorsqu’on se fait coller une contravention parce qu’on a traversé à pied au feu rouge ou entre deux intersections alors qu’il n’y avait pas de risque de se faire frapper. ou l’autre qu’on se fait écoeurer par revenu Québec. ou lorsqu’on se fait coller un ticket parce qu’on est dans un parc la nuit.

      ça fait mal un moment de réaliser que notre société est si poche, alors qu’on l’avait imaginée si belle.

      le Québec est juste un peu poche, faut se faire à l’idée!

    • J’ai pas lu!

      J’attends de voir le film…

    • «Slame», Adam! Laisse-les braire. Z’ont rien que ça à faire. Clameur dans la touffeur et les rumeurs. Oui, les «rues meurent»(!) «Entube»(!) ton texte Adam. Sont percutés, à la «masse»! dans de petits quartiers d’un ville un peu dérangée! Connaissent «Galarneau», mais pas Claude… M’enfin!

    • Vroumvroum:

      «La tête à Papineau». Wow! Que vous êtes spirituel. Même mes élèves de première ne versent même pas dans ce genre d’humour tellement ils le trouvent enfantin. Pour ce qui est des garagistes, on voit bien que vous êtes bourré de préjugés. J’en connais qui savent lire mieux que vous, c’est certain. Et ils savent vouvoyer les gens. Le mot-clé ici, c’est «préjugé». Il correspond très bien à la façon dont vous avez réagi à ce qu’a raconté Adam.

      Unholyghost
      Quand on vous dit de faire de l’air, vous n’êtes pas obligé de prendre l’avion, vous savez. Il ne faut pas tout prendre au pied de la lettre. Sens propre, sens figuré, ça vous dit quelque chose?

      GodUnderSiege: belle recherche! Cela devrait faire taire ceux qui soutiennent que vous méritiez une contravention. La loi est la loi. Ce policier a fait du zèle, point à la ligne, et ne semble manifestement pas la connaitre.

      J’en connais un qui a réussi à donner une amende de 160$ et quatre points de démérite à un jeune de 15 ans qui se promenait à vélo trop rapidement sur une piste cyclable… alors qu’une enseignante de primaire y promenait des enfants. Il faut le faire! Son premier permis de conduire sera automatiquement suspendu. Est-ce utile? Est-ce faire preuve d’éducation?

      Dans ma classe, mes élèves sont très disciplinés, font leurs devoirs et n’arrivent jamais en retard sans que j’ai besoin de leur foutre des sanctions à toutes les deux minutes. Prévenir le crime ne se limite pas à donner des contraventions et éduquer ne signifie pas nécessairement punir.

    • @Jacktheripper

      “Fais le calcul mais, disons que 75-80% des commentaires trouve que le gars a une belle plume.”

      Cinquante millions de mouche ne peuvent avoir tort. Mangez de la merde!

      @LucPapineau

      Vous commenciez à m’amuser, je m’attendais à une réponse mordante, vous m’avez beaucoup déçu vous savez.

    • Pourquoi on ne parle jamais des policiers exemplaires, intègres ?
      Pourquoi toujours les salir ? Comme l’armée ?
      Parce qu’au Québec, c’est le seul endroit au monde où la population les méprise.
      Pourtant, quand on a besoin d’eux, ils sont là.
      À nous défendre. À nous protéger.

    • lunedecristal:
      Vous avez bien raison. Il en existe et j’en côtoie régulièrement. Cependant, les gens heureux n’ont pas d’histoire. Les policiers qui font bien leur travail non plus.

    • Pôv ti gars… Lui il va aller payer son ticket avec le sourire parce qu’il est content de ne pas connaître ses droits, alors que moi je vais aller faire capoter le juge en cour et ne pas payer parce que JE connaîs mes droits.

      On a la vie qu’on mérite et lui mérite bien sa vie d’esclave.

    • @lunedecristal

      Le seul endroit au monde! Haha!

      Vous avez beaucoup voyagé, vous. Mexique, Israël, France… Le tour du monde, quoi!

      Je vous envie!

    • “Parce qu’au Québec, c’est le seul endroit au monde où la population les méprise” (lunedecristal)

      Accusation fausse et sans fondement. Allons, un peu de rigueur tout de même!

    • @unholy_ghost
      Les mouches ne mange pas de merde. Examine une moEuche attentivement, tu verras. Aucune mouche ne se nourrit de merde. Revise ta biologie. Le fait demeure, la majorité ont aimé ce texte que tu le détruise d’une manière viscérale ou non.

      Et, bon, peut-être parce que je vais souvent a Paris, mais, lorsque j’y suis, je ne traine pas sur cyberpresse.

    • @anina, herjulfr, datura 1712 et attaboy

      Vous êtes pathétiques…

    • @unholy_ghost

      Vous êtes extrêmement lourd, chiant et lassant.

      Est-ce assez succinct à votre goût?

      N.B. Vous devriez mettre votre plume et votre esprit critique patents au service d’une cause/passion plutôt que de vous acharner inutilement sur le présent sujet et en dénaturer le propos…

    • lunedecristal

      24 juillet 2011
      21h36
      Pourquoi on ne parle jamais des policiers exemplaires, intègres ?
      Pourquoi toujours les salir ? Comme l’armée ?
      Parce qu’au Québec, c’est le seul endroit au monde où la population les méprise.
      Pourtant, quand on a besoin d’eux, ils sont là.
      À nous défendre. À nous protéger.
      ***********************************************

      Ah oui, vous avez déjà eu recours à leurs services?

    • Lorsqu’un gouvernement/municipalité/corps policier légifère et réglemente sur tout (accès aux parcs, cordes à linge, etc.), c’est qu’il est avant tout préoccupé par la capacité de justifier toute décision plutôt que d’aspirer à un véritable idéal de justice (dotation dans la fonction publique, récente loi contre les consultants en immigration véreux… dont 99% ne sont pas soumis aux lois canadiennes, etc.). Vient alors l’arbitraire… en découle la discrimination et le profilage… finalement, on se rapproche effectivement de plus en plus d’un État vicié, voire d’un État policier

    • unholyghost:

      Au fond, le débat de fond, vous vous en moquez. L’échange de point de vue sur la forme aussi. Que ces policiers aient mal appliqué la loi et, d’une façon arbitraire en plus, également.

      Non, vous vous amusez simplement. Les bouts sur «On m’invite à des conférences» et «Vous commenciez à m’amuser» font trop pédants. Vous avez de plus ce réflexe bien commun de rabaisser les autres pour mieux vous élever. Si vous êtes si célèbre qu’on vous invite, partagez avec nous non seulement votre «bon gout» et votre «savoir». Parlez-nous de vous qu’on vous invite à notre tour et vous encense nommément.

      ghistos
      Les seules mouches qu’Unholy semble bien connaitre, c’est celles qu’il prend qu’il est pris en défaut ou écrit n’importe quoi.

    • @Luc Papineau

      “Les bouts sur «On m’invite à des conférences» et «Vous commenciez à m’amuser» font trop pédants.”

      À pédanterie, pédanterie et demi. Vous n’avez pas compris que je n’ai fait qu’imiter la votre quand vous nous sortez vos arguments d’autorité sur votre enseignement et vos bouquins lus. Pour bien vous l’indiquez, j’ai même copier votre expression “pour votre gouverne”, mais bon… Sinon, la chose ne m’est pas coutumière, ceux qui me lisent ici le savent.

      Par contre, c’est vrai, ce fait divers anodin ne m’intéresse pas du tout. Je n’ai fait que répondre à ceux qui parlaient de grande plume. Que votre sérail écrive mal, je m’en fous aussi. Pour le reste, si je “m’acharme”, c’est que vous m’y inviter, sinon j’aurais autre chose à faire. Et j’ai la naïveté de croire qu’une polémique est toujours bonne, mais je vois que vous préférez la fadeur consensuel. Passons.

      @Deadly_moogly

      Non, rien.

    • unholyghost:
      Vous êtes vraiment terrible, d’une bêtise enfantine. Et on vous invite, vraiment? C’est n’importe quoi. Vous êtes définitivement un grand fabulateur et un polémiste navrant sans véritable conviction. Bref, un amuseur virtuel. Sur ce…

    • Unholyghost@ Ce prendrait il pour un guerrier de la plume ? J`opterais pour une simple plume…Une plume aiguisé restera toujours une plume. Mais pour qui il se prend ? A reprendre tous et chacun comme si le commun des mortels ne pouvait s`exprimer avec ce qu`il possède. Vous ne me toiseriez de haut que bien peu de temps. Syndrome du tout puissant derrière un écran, là ou tout et chacun vie en tout puissance. C`est sur les champs de batailles que se mesure le véritable courage. Arrêter, vous vous prenez trop au sérieux. Je me propose le modérateur de votre insolence.

    • Tellement straight, tellement endoctriné, colonisé, oxymore par dessus euphémisme. A tant vouloir être le straight, le bien pensant, bien tu deviens le perdant…C`est un état policier et pendant que le peuple endormis, posent, pacifisme leurs élans non patriotique, parce que c`est bien plus facile de se prétendre bon citoyen, docile personnage. Bien plus facile que de se dresser face au géant qui nous oppriment. Raz le popotin de tout ces lâches qui se cachent derrière leurs petits masques d`oxymore. Paye le ton ticket maintenant bon citoyen. Debout que moi je dis.

    • Primo tu contestes le ticket …
      Secondo t’évite de croire des sornettes … La ville de Montréal est une administratrice et pas un organisme pour le bien-être des citoyens .

      Tertio . La police fait la police .. C’est a dire elle impose une autorité , elle créer une barrière entre le “monde” et ceux qui dirige . Le règlement des Parcs c’est la Ville pas la Police . Le pouvoir discrétionnaire est LE pouvoir policier . CA FA CHIER, mais c’est ça ..

      Comment changer cela … et bien voté pour pour des gens humains et de lâcher les tenant de l’économie au cul serré voila tout … Ce son les élus qui votent les lois pas la Police .

      Pour votre info
      Police
      Ensemble d’organes et d’institutions de la force publique, chargés d’assurer le maintien de l’ordre public en empêchant que des infractions soient commises et en recherchant, constatant et permettant de réprimer les infractions commises; p.méton., personnes faisant partie de ces institutions (d’apr. Yam.-Kell. 1970).

      En gros la police n’est JAMAIS là pour le citoyen, mais que pour l’autorité des dirigeants .. Don ça sert absolument a rien de faire suer un policier …

      La belle jeunesse passe sont temps a décrier les autorités, mais ne s’implique JAMAIS pour que cela change

      Tremblay a été élu avec 12% des votes pensez s’y

      La prochaine fois que vous serez “victime” d’une action policière, allez donc voir votre bon Maire d’arrondissement .

    • @LucPapineau

      Bon, vous vous en sortez avec des noms d’oiseaux. Je vois le niveau. Affabulateur? Vous me faites bien rire.

      @Ezekiel78
      “A reprendre tous et chacun comme si le commun des mortels ne pouvait s`exprimer avec ce qu`il possède.”

      N’importe quoi. Je n’empêche personne de s’exprimer, au contraire. Que quelqu’un ne sache pas écrire n’est pas un problème pour moi; je m’exprime pas très bien ici non plus (je ne me relis jamais, c’est comme parler au téléphone). Que l’Adam s’exprime mal, je m’en fous aussi, je ne l’aurais jamais relevé. Ce contre quoi j’en ai, c’est les gens qui disent qu’il a une grande plume, alors qu’il écrit très mal. C’est le signe que les gens ne savent plus c’est quoi la littérature. Sinon, modérer mon insolence? J’espère que vous blaguer…

      Bon, je pars en vacances, bonne continuité.

    • unholyghost

      «À pédanterie, pédanterie et demi.» Franchement, c’est de l’enfantillage de cour d’école. Vous me décevez. Et vous me traitez de pédant alors que vous faites la morale à ceux qui disent aimer le style d’Adam? Vous vous érigez en autorité littéraire. Vous parlez de mes bouquins lus alors que vous tartinez des noms d’auteurs à longueur de commentaires? Bien évidemment, seul vous savez ce qu’est la littérature. Pfffff…

      Vous n’empêchez personne de s’exprimer. Vous liquidez simplement les médiocres, pour reprendre vos mots.

      Bonnes vacances, s’il ne s’agit pas encore d’un écart avec la vérité. Vous en avez besoin. Pour ce qui est de votre insolence et votre sens de la polémique, ne vous couvrez pas de gloire et de belles vertus. Le narcissisme est parfois pathétique. C’est souvent l’armure des faibles.

    • Narcissisme, enfantillage de cours d’école? Vous prenez toujours plus de hauteur… Bon, on va en rester là.

      PS: je connais deux écrivains qui ont répliqué ici. Des vrais. Ils ont tous les deux dit que votre plume c’était une blague. Il faudrait faire le test avec plusieurs écrivains, ce serait drôle.

    • Est-ce qu’il a le nom des policiers sur la contravention ?
      Moi, je suis probablement moins straight qu’Adam, je les aurais nommés dans le texte !
      Quand t’es certain d’avoir raison (comme ces deux lumières de fourneau 15 watt) tu peux parfaitement assumer tes actes au grand jour, non ?
      Bonne chance dans la contestation de cette contravention stupide. Peut être que le juge se servira de son jugement discrétionnaire, lui…

      Mon frère tournait à droite, sur une rue à deux sens, dans l’est de Montréal. Aucune voiture en vue, aucun piéton, rien, le calme plat. Un policier stationné tout près, l’accoste et lui colle une contravention. Pourquoi ? Parce que sa roue avant gauche avait dépassé un peu la ligne blanche du milieu de la rue… Pas de farce. Mon frère, un gros nounours “straight”, s’est retenu de lui dire ce qui lui est passé par la tête.
      Le jugement est souvent en option, à la police de Montréal. Y a juste les quotas qui comptent, à la fin de la journée.

    • @ unholy_ghost, mieux connu par chez nous sous le nom du fantôme sans spiritualité. De l’Esprit au dessus de tous pour d’autres.
      J’ignore si ce que je viens de dire est brillant, drôle, pertinent, peut-être même dramatique, je ne me relis plus après avoir écrit. Vous m’avez donné une belle excuse. Sur les blogues seulement.
      C’est même rendu que je ne pense même pas quand j’écris sur un blogue.
      Moi aussi j’écris là-dessus comme je parle au téléphone.
      Mais je m’écoute parler, d’autres se regardent écrire. Les 2 s’équivalent je crois. J’espère avoir ainsi réglé en un rien de temps votre problème quant à savoir s’il faut de l’oreille ou de l’oeil pour écrire. Ou était-ce pour lire?
      Anyway cher Esprit sans croyance, je vous serais reconnaissant de faire de vous un Doc Mailloux de la littérature et de régler à votre tour mon problème.
      Voyez-vous, j’ai ce problème qui me tracasse la nuit. Non pas qu’il m’empêche de dormir, c’est quand je me lève la nuit pour aller pisser, je n’arrive plus à m’endormir parce que ce problème me tracasse.
      Je vous le raconte.
      J’ai aimé lire le texte de Monsieur Adam, j’ai aimé votre plume, celle de Monsieur Papineau, mais j’ai aussi aimé tous ceux que vous dites minables ( bon, ce ne sont pas vos mots mais on ne s’enfargera pas ici dans la sémantique ) et j’ai aimé tous ceux que vous nous conseillez.
      J’ai même aimé Alain parce que le regretté Jean-Paul Desbiens, qui chroniquait dans La Presse, le citait souvent.
      Il est là mon problème cher Fantôme de l’opéra, c’est ça qui nuit à mon sommeil une fois ma vessie vidée; pourquoi diable trouver plutôt bon tout ce que je lis?
      Une affaire de goût ou de culture?
      Suis-je à la lecture ce qu’une prostituée est au sexe?
      Suis-je dénudé de tout sens critique?
      Finalement, suis-je tout simplement?
      Si ça peut aider votre analyse, j’aime aussi tout ce que je mange.
      J’attends avec impatience votre réponse. Elle sera, je l’espère, à la hauteur de tout ce que vous avez écrit jusqu’à maintenant.

    • Unholyghost:
      Même si je prends de la hauteur, j’ai encore des mètres à parcourir avant de vous rejoindre, avouez-le. Vous accordez foi à des écrivains VIVANTS? Mais qu’est-ce qu’on s’en fout de votre avis ou du leur s’il est basé sur l’air du vent et les préjugés. Mettez dix écrivains dans la même pièce et ils réussiront à peine à s’entendre sur leur désaccord.

      Il vous est difficile de réaliser qu’en matière de style, tout est souvent affaire de gout. Picasso a déjà dit: « À huit ans, j’étais Raphaël. Il m’a fallu toute une vie pour peindre comme un enfant.» Vous êtes supposé être en vacances. Ou à tout le moins, vous nous aviez fait le plaisir de le croire. Respectez donc votre parole.

    • “Il vous est difficile de réaliser qu’en matière de style, tout est souvent affaire de gout.”

      Relativisme bien dans l’air du temps. Ceci est bien ou pas n’est pas la même chose que j’aime ou non. On peut détester un grand écrivain comme on déteste les oranges. Je vous aime bien dans le fond: vous défendez un de vos kids bec et ongle malgré le bon sens et c’est un sentiment qui vous honore. Bon, on se sert la main et pas plus mauvais copain (la plage m’attend).

    • Monsieur Papineau,

      On pourra pas dire que je vous ai empêché de proférer des idioties à loisir. Et à répétition. On pourra pas le dire, vu qu’on a franchi le cap des deux cents commentaires.

      Vous avez enseigné à ce fantôme, monsieur? Enseigné quoi, au juste? Pas la littérature, that’s for sure, ni la philosophie, ni la science politique, ni rien qui dépasse de beaucoup l’alphabet et l’arithmétique de base.

      Moi, monsieur Papineau, je suis Christian Mistral. Now, pray tell, who the hell are you?

    • Cmistral: Pffffff… «Mettez dix écrivains dans la même pièce et ils réussiront à peine à s’entendre sur leur désaccord.» Avec vous, un seul suffit.

      Dénigrer les autres semble être un sport national ici. Avec fabuler, bien sûr.

    • Et de un (un écrivain, un vrai).

    • Quelques jours de plus et c’est la bagarre!

      Je viens d’un autre siècle et parfois ce que je vois dans le ciècle actuel me tétanise.

      La situation que décrit Adam aurait trouvé dans mon siècle, la résolution suivantes:
      Police: Bonsoir, le parc est fermé, vous devez partir.
      Moi: Monsieur, on discute tranquillement, on fair rien de mal.
      Police: Il faut quand même quitter le parc.
      Histoire terminé.

      D’ou vient l’écart?

      Société violente?
      État policier?
      Quota?

      Je soupçonne la calamité des quotas.

      D’un siècle à l’autre la devise de la police; “Servir et protéger” n’a pas changé. Ce qui a changé c’est qui la police sert. En ce sens je crains que stevec72 ait raison.

    • @ Monsieur Cristal

      Moi, j’ai cru comprendre qu’il s’appelle Monsieur Luc Papineau. Mais il se peut que je sois way ott the track.
      Qui sait qui se cache derrière celui qui préfère rester à l’écart, loin des regards, sur la voie d’accottement.

      Pour celui qui aime brandir et clamer haut et fort son nom à tous, il lui faudra toujours quelqu’un d’anonyme pour tenir son micro. Ou son crachoir…

      There’s a killer on the road
      His brain in squirmin’ like a toad
      Take a long holiday
      Let your children play
      If you give this man a ride
      Sweet memory will die

      - Jim Morrisson

      Quant à vous Fantomas, j’espère toujours une réponse à mes angoisses nocturnes que je vous accuse d’avoir causées.
      Je vous rappelle que dans votre dispute verbale avec plusieurs, vos connaissances des Lettres ainsi que vos critiques toujours bien ficelées m’ont fait réaliser qu’il a lieu se s’inquiéter si, comme moi, on trouve plutot bon tout ce qu’on lit.
      Inquiétant parce qu’un esprit malavisé dirait de moi que je suis aux livres ce que Jacques Demers est aux commentaires sportifs.

    • Unholyghost, vous n’êtes qu’un pseudonyme en vacances! Quand vous aurez une identité véritable, on en reparlera. Pour ce qui est de cmistral, il n’existe pas plus qu’Adam, voyons… Mais on sent pas mal d’affinité avec le véritable Christian Mistral fort en gueule et à la vantardise modeste.

      Ce qui me désole dans ce débat, c’est la morgue hautaine de gens qui s’arrogent le droit de juger les autres sans étayer nécessairement leur point de vue ou encore réaliser qu’ils ne défendent qu’un simple point de vue: la leur. Comme si le «statut d’écrivain» qu’ils affirment détenir leur conférait automatiquement la vérité en matière de gout. Je suis écrivain, je suis Christian Mistral, je suis Unholyghost… Pffff! Moi, je suis la réincarnation d’Émile Ajar et de Romain Gary, tiens! Sur Internet, dans cette réalité virtuelle et de pseudonymes, ce n’est pas qui vous êtes qui compte, mais ce que vous écrivez!

      Ici, vous reproduisez à votre manière ce que bien des écrivains dénoncent: la suffisance de la critique. Vous dénoncez le relativisme d’opinion comme s’il existait une beauté objective et des dogmes en art. Et votre acharnement (le mot est faible) prouve votre incapacité à écouter ce qui n’est pas vous. Vous n’aimez pas? Parfait. Mais de là à liquider les médiocres et à devenir des fossoyeurs littéraires, retenez-vous un peu.

      Vous avez d’ailleurs définitivement plus de difficulté à accepter la critique que ce petit jeune que vous dénigrez allègrement, messieurs. Voilà qui en dit beaucoup. Alors, soyez beaux joueurs et passez à un autre appel.

      Pour essayer que ce débat ne dérape plus encore dans les insultes inutiles mais oh combien amusantes (je vous le dis, je me bidonnerai à vous lire si ce n’était pas aussi pathétique), des pistes de réflexion, tiens:
      - qu’est-ce que «bien écrire»?
      - qu’est-ce qu’une véritable critique?
      - les pairs peuvent-ils être des critiques crédibles?
      - qu’est-ce qu’une véritable critique?

      Sortez de l’essentiel de mon propos et on verra bien à quel point vous tenez davantage à votre discours fermé qu’à un dialogue.

    • Correction:
      On aura compris que la répétition dans les pistes de réflexion est une malencontreuse erreur. J’suis pas mal gêné…

      Dramatico; si je commente ici sous ma véritable identité, c’est que je trouverais passablement ridicule de le faire sous un pseudonyme alors que j’ai tenu à indiquer qu’Adam existait vraiment. Question de cohérence. Par contre, des écrivains qui invoquent leur statut artistique et des arguments d’autorité sans qu’on sache de qui il s’agit (bien que cela me laisserait tout aussi froid, au fond), ça me fait quelque peu sourire.

    • LucPapineau, vous pouvez vous draper dans la vertu contre les méchants critiques, mais j’ai beaucoup argumenté que vous. À aucun moment vous ne prouvez que ce gamin écrit bien. Prouvez-le! au lieu de vous réfugier dans un relativisme qui tourne en rond!

    • Luc (chpeux t’appeler Luc astheure, on est quasiment des vieux chums, pis les grandes amitiés viriles commencent toutes par des bagarres):

      Là, je vais te demander un acte de foi, même si t’es mal disposé envers moi. Vais te demander de croire que j’avais pas l’intention de relever la redondance dans ta liste de pistes, parce que ça arrive à tout le monde, que ç’aurait été une cheap shot, que ça n’aurait rien prouvé. Et comme tu vois, je l’ai pas fait. Si j’en parle maintenant, et c’est là où intervient l’acte de foi, c’est pas parce que j’ai changé d’idée. C’est parce que j’ai pensé que tu méritais des réponses (tu t’adressais à plusieurs) et qu’au moins tu aurais la mienne. Elle sera de bonne foi. Grinçante un peu, peut-être, mais ne le prends pas personnellement, pas plus que si je disais que t’as un gros pif ou que tes cravates sont affreuses: je sais rien de toi personnellement, donc rien de ce qui suit ne saurait t’atteindre (et si par malheur t’as un gros pif ou que t’es daltonien et que tes cravates sont affreuses, ben c’est une pure coïncidence).

      Bien écrire. Qu’est-ce que c’est, demandes-tu. Je crois que tu le sais, comme quiconque lit, quand tu le vois. Je crois aussi, et j’en suis le premier outré, que ça ne s’enseigne pas. C’est la cruelle ironie de l’écriture: elle sert à transmettre, de l’information, depuis la plus sèche et technique jusqu’à la plus riche d’émotions, elle transmet tout sauf la façon de bien écrire.

      Une véritable critique? Toute critique est véritable. C’est la louange qui est suspecte. Tu es bien injuste en affirmant que je refuse la critique. Je vis avec depuis 23 ans, professionnellement, et j’ai eu ma bonne part d’encre méchante consacrée à ma pomme. Or, je te défie (perds pas ton temps, t’en trouveras pas) de dénicher où que ce soit une seule phrase de moi répondant à une critique littéraire ou au rôle de celle-ci. Jamais. Nulle part. Zip. Nada. Bupkiss.

      Les pairs peuvent-ils être critiques crédibles? En cela, je ne suis guère original, mais à la notable exception de Réginald Martel, j’ai toujours trouvé que les pairs étaient les seuls critiques crédibles. Mais qu’est-ce qu’un pair? À mon sens, il ne suffit pas d’exercer le même métier pour être pairs. Il faut que l’un soit capable d’en faire autant que l’autre. Je sais que ce genre d’absolu péremptoire (il n’est pas arbitraire) te révulse, qui laisse peu ou prou de place au relativisme, à la matière de goût. Néanmoins, je t’ai dit que je répondrais franchement, et pour ma part, c’est ainsi que je vois les choses. Rimbaud est meilleur que Baudelaire, même si je préfère Baudelaire, et Shakespeare est meilleur que Corneille et Hemingway meilleur que Fitzgerald et Kerouac meilleur que Capote, même si Fitzgerald et Capote écrivaient, on l’a dit et c’est vrai, à la perfection. Le point commun entre ces quatre meilleurs, c’est qu’ils ont changé c’est qu’est écrire, et qu’après eux on ne pouvait plus écrire comme avant. Que ça nous plaise ou pas.

      Or, des pairs, quand tu écris bien, très bien, quand tu écris genre full planche olympique, ben t’en as pas beaucoup. C’est pas comme dans Rocky, où un ancien poids-plume de 75 ans peut entraîner un poids-lourd de trente, lui taper dans la gueule et lui enseigner à boxer. L’écriture, c’est du shadow-boxing, on se bat contre soi pour s’améliorer, on doit être à la fois Burgess Meredith et Sylvester Stallone, vu qu’il n’y a d’autre opinion que la nôtre, ultimement, qui compte. Ça vaut pour les louanges comme pour les mercuriales, et c’est ce que ton protégé a intérêt à savoir s’il envisage d’écrire. Tu ne lui rends pas service en le défendant avec cette outrance, ici. Ton premier comm était touchant, c’était loyal, ça m’a même ébranlé, ce prof volant au secours d’un pupille doué mais encore jeune et jeté en pâture aux loups. Ton second était déjà de trop et tous les autres n’avaient plus guère à voir avec lui: c’est devenu ton combat, et ça parlait de toi.

      Faudra qu’il apprenne à se défendre tout seul. S’il l’avait fait, il s’en serait mieux sorti. Et toi aussi, et toi surtout.

      Qu’est-ce qu’une véritable critique, redemandes-tu? Dude, j’aurais adoré t’avoir comme prof. Dans mon temps, on avait des questions objectives et des questions à développement. Ces dernières préfiguraient ton cher relativisme, et la note qu’on décrochait dépendait du correcteur. Mais qui aurait, il y a seulement dix ou quinze ans, imaginé un examen comprenant quatre questions à développement dont deux identiques, permettant deux réponses différentes et donc le double de chances de tomber sur la bonne humeur du correcteur?

      Bien écrire, tu sais, c’est beaucoup, c’est énormément se relire avant de publier, c’est comme tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Et si, et quand on se trompe anyway, comme tout le monde tel que mentionné plus haut, il faut pas shooter un autre courriel pour s’excuser. Never complain, never explain, dude. Surtout pas en usant au stade de l’incipit des formules “on aura compris que” ou “Il va sans dire que” ou “Inutile de préciser que”, juste avant de nous l’expliquer, nous le dire, nous le préciser. C’est ça, aussi, bien écrire: pas prendre le lecteur pour un cave.

      Ce qu’il fallait écrire, pour que ce soit bien, c’est une affaire genre: “OK. j’ai merdé, là, dans le comm d’avant. J’étais pompé. Fuck me, hihi…”

      Or some other shit like that.

      Pis, stie, vas-tu finir par le dire, ce que tu enseignais?

    • Mistral, tu sais, moi, je dois être moins viril, mais il m’arrive de commercer mes amitiés par des éclats de rire et des discussions intelligentes. J’aimerais aussi être capable de les terminer de la même manière, mais c’est un autre sujet. Je te rassure tout de suite: je ne porte pas de cravate. Cependant, je suis très jaloux de ton chapeau, même si je lui préfère les Borsolino.

      Comme tu as accepté de jouer le jeu, comparativement au fantôme de l’opérette, j’ai envie de discuter avec toi. Virtuellement, les grosses bières que je ne peux pas boire à cause de ma santé, je les imagine devant nous malgré tout.

      Bien écrire ne s’enseigne pas? Noui. Tu l’as et tu continues de l’apprendre, je te dirais. À travers tes expériences et le contact avec les autres, avec les livres. L’enseignant n’est pas obligé d’être un prof. Moi, je n’ai pas le talent pour écrire de la littérature. Nope. Par contre, te torcher un texte journalistique, j’ai ça dans le sang. Au bac en comm, j’ai eu des profs, des bons, qui m’ont appris des trucs du métier. Celui que j’estimais le plus affichait cette phrase de George Bernard Shaw dans son bureau : «Who cannot do teach». Il m’a appris davantage que les mots, tu l’as compris.

      Tu vois, je n’ai pas dit (si tu me relis) qu’Adam a une belle plume. J’ai remis en question le fait de critiquer son style et de le critiquer sans démontrer en quoi il était faible.

      Pour moi, bien écrire demande tout d’abord quelqu’un qui veut écrire. À cette époque où chez certains jeunes, les mots s’atrophient et leur sens encore plus, je trouve plaisant de voir un petit morveux prendre le clavier de la sorte. Le reste, je me dis qu’il peut en apprendre plus s’il le veut et s’il le vit. Moi, je suis le genre de prof qui donne sa chance aux kids. Ça évite qu’ils décrochent à 16 ans alors qu’ils sont diablement intelligents.

      Contrairement à toi, je ne crois pas que toute critique est véritable. Ça me vient d’un de mes profs que je nommerai pas ici, question d’éviter la tartinade. Résumons ça par «Tout le monde a droit à son opinion, mais certaines opinions sont meilleures que d’autres parce que mieux construites et argumentées». Contrairement à toi toujours, je ne suis pas parano avec la louange. Suis-je naïf ? T’a-t-on trop souvent trahi ? Chacun nos problèmes.

      Là où je diffère quelque peu de ton point de vue, c’est sur l’idée que les pairs peuvent être des critiques crédibles. Quelle crédibilité doit-on accorder à un André Breton dogmatique qui se voulait le pape du surréalisme ? Les pairs sont parfois en conflit d’intérêt parce qu’ils sont obnubilés par leur propre art quand ce n’est pas leur propre œuvre. En même temps, que sait celui qui ne sait pas faire ? À cet égard, j’aime bien les parcours de Truffaut, Godard, Chabrol et Romher (même si les films de ce dernier sont imbuvables). Je te dirais aussi qu’on est aussi son pire critique, qu’on déteste ou qu’on aime ce que l’on écrit. Tu referais certains passages de tes romans, toi ? Tu en as changé que tu regrettes ?

      En même temps, je me dis que les pairs, les vrais, devraient aussi aider plutôt que caler. Mes profs m’ont toujours soutenu, même avec des coups de pied au cul. Tu vois, chaque fois que j’enseigne, je me rappelle que l’école peut être plate, que des cours peuvent être emmerdants et je ne parle pas des évaluations. Alors, en me souvenant que j’ai déjà été un de ses kids assis derrière un des bureaux-prison, j’essaie de faire mieux, j’essaie de comprendre et de ne pas reproduire ce que j’ai détesté. Je suis un pair à retardement, en quelque sorte.

      Concernant les excuses qu’auraient faites Adam, Mistral, je te rassure tout de suite : je l’ai assez connu pour savoir que c’est de l’ironie. Le petit est plus baveux et indépendant que tu penses.

      Pour répondre à ta dernière question, je n’ai pas la prétention d’enseigner le français. Mais si je peux montrer l’être humain dans les mots et les mots dans l’être humain aux gamins du secondaire devant moi, je serai déjà satisfait.

    • @ Luc

      Dont acte.

      Mes amitiés, il ne m’est jamais arrivé de les commercer. Chacun son truc. C’est pas le mien.

      Mes chapeaux: soit des Stetson, soit des Borsalino. Borsolino, connais pas.

      Bien écrire s’apprend, ça va de soi. Ça veut pas dire que ça s’enseigne pour autant.

      La citation de G.B. Shaw est: «Those who can do, those who can’t teach.»

      Bon, c’est assez pour astheure, tu penses pas?

    • Éric Rohmer ou Maurice Schérer.

      PS: Très intéressant cette conversation.

    • Je vais citer un grand auteur inconnu: «Je ne relis jamais un post sur un blogue, pour moi c’est comme parler au téléphone, je fais des fautes et m’en fous.» :)

      Je retourne à mes lectures.

    • @U_G

      You think? J’aurais pas détesté que tu t’identifies, U_G. J’ai bien aimé tes vues, en général, et ta façon de les exposer, en gros. Mais tu nous as fait passer pour deux larrons en foire. Peut-être nous connaissons-nous, peut-être pas, mais ça ne te coûterait rien de le préciser. Pour ma part, sous cet avatar, je ne connais nul homme, mais ça ne signifie pas qu’on ne se soit jamais croisés.

      Corriger la graphie du patronyme d’un cinéaste, c’est pas comme ramancher la citation d’un géant littéraire. C’est cheapo, comme ma shot Borsalino pis ma shot sur le commerce des amitiés (mais là, n’est-ce pas, il me laissait guère le choix, et je t’aurais rien reproché, héhé).

      The thing is: assez, c’est assez.

      À moins que tu ne découvres du nouveau terrain à défricher.

    • @CMistral

      Je passe au tu moiitou. Tu me laisses y penser quelques jours, jet lag n’aidant pas, et j’essaie de repartir le schmilblick.

      PS: Je t’ai fait signer une dédicace dans un salon, à part ça ni vu ni connu.

    • I knew it!

      Merci de l’avoir dit. Astheure, on peut passer devant l’Inquisition, éthico-déontologique, whatever, dude, on est passés à travers le due process.

      Cela dit, t’as compris: si monsieur Papineau n’en remet pas une couche, je considère l’affaire close.

      Faudra se trouver un autre terrain de jasette.

    • Get a room…. :)

    • Hmmppf!

      Risque de me coûter cher, cette dédicace.

    • Dans ce cas, j’aurais préféré encore demander à Marie Laberge…

    • Je n’ai ni aimé le contenu, ni la forme de ce texte. Par contre, je suis d’accord que ce service de police est pourri par son contenu et sa forme.

    • Ouahhh!!!

      Come on, dude, I’m sort of pretty, dans mon genre.

    • Nothing personal… Marie Laberge aussi, elle est jolie dans son genre….

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2007
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité