Patrick Lagacé

Archive du 17 janvier 2011

Lundi 17 janvier 2011 | Mise en ligne à 17h59 | Commenter Commentaires (53)

Dire Straits et la bêtise de la censure rétroactive

Dessin de Bado, dans Le Droit, aujourd'hui

Dessin de Bado, dans Le Droit, aujourd'hui

Admirez le flash de Guy Badeaux, alias Bado, caricaturiste au Droit, dans la foulée de cette histoire de censure des paroles de Money for Nothing, de Dire Straits, par le Conseil canadien des normes de la radiodiffusion (CCNR), pour cause d’utilisation du mot tapette (faggot), dans ce hit datant de 1985…

Une décision absurde, magistralement démontée par M. Foglia dans sa chronique Les améliorations convenables, dans une récente chronique. Une décision absurde, qui est dénoncée par une association de gays et de lesbiennes !

La censure et sa cousine, l’auto-censure, sont toujours des pentes glissantes. Mais quand on censure le passé, c’est risible. Ce n’est pas la première fois que des bureaucrates dérapent sur l’Histoire, qui n’est pas au focus avec les normes acceptées du présent. Voyez, l’été dernier, cette histoire, un peu passée inaperçue, en direct de Berthierville, où le Musée Gilles Villeneuve a reçu une amende de la police du tabac parce qu’une photo du pilote québécois, croquée il y a plus de 30 ans, le montre dans une combinaison de course frappée du logo de Marlboro. Lisez le texte de Pierre Bellemare, c’est délirant, même si, plus tard, la police du tabac a mis le constat d’infraction aux vidanges…

Gilles-Marloboro

En France, la Loi Evin, qui bannit la publicité sur le tabac, est sujette à une application zélée, qui photoshoppe l’Histoire, si on veut. La Bibliothèque nationale de France a dû biffer une cigarette des doigts de Jean-Paul Sartre (2005) et la Cinémathèque a choisi de remplacer la pipe de Jacques Tati par un ludique moulin à vent…

L'image originale : Tati et sa pipe...

L'image originale : Tati et sa pipe...


Et Tati, réinventé pour plaire à la Loi Evin...

Et Tati, réinventé pour plaire à la Loi Evin...

Ce qui nous rappelle – pardonnez que j’ambitionne sur l’hyperbole – que Staline a aussi joué avec les photos, en son temps, pour censurer le passé, le plus souvent pour éliminer ses ennemis de la mémoire…

Staline–Oups

Lire les commentaires (53)  |  Commenter cet article






publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité