Patrick Lagacé

Archive du 4 mars 2010

Jeudi 4 mars 2010 | Mise en ligne à 11h40 | Commenter Commentaires (118)

Le montant du jour : 100 000$

seiko-tv-watch-james-bond

Tiré d’un papier de Hugo Dumas et André Cédilot, sur un M. Éric Grenier, star d’un excellent produit télévisé Anne-Marie Losique, qui dans le civil a des amis actifs dans le crime organisé (M. Grenier, pas Mme Losique) :

«Dans ce milieu-là, tu côtoies un paquet de monde. Si j’étais si proche que ça des motards, je serais en prison. Je suis encore en liberté, je suis un honnête citoyen et j’ai une montre de 100 000 $ dans le bras»

Tous les détails sur Cyberpresse.

Ça se peut, une montre de 100 000$ ?

Lire les commentaires (118)  |  Commenter cet article






Jeudi 4 mars 2010 | Mise en ligne à 10h25 | Commenter Commentaires (180)

Niqab : c’est plate, mais c’est ça

Ma camarade Michèle Ouimet a fait une entrevue avec la musulmane d’origine égyptienne – Naema, 29 ans – au centre de cette controverse du niqab. Le texte d’appelle L’autre côté de la médaille.

C’est Vincent Marissal qui a déterré cette histoire, hier, dans La Presse. Une histoire où le CEGEP Saint-Laurent a tenté d’accommoder Naema. Selon le fil des événements relaté par Vincent, Naema a été, disons, assez difficile à accommoder. Après que l’affaire soit montée jusqu’au ministère de l’Immigration (il s’agissait d’un cours de francisation), la jeune femme a été expulsée du CEGEP.

Citation de Naema, tirée du texte de Michèle :

« Je voulais me rapprocher de Dieu et de ma religion. J’ai donc décidé de suivre l’exemple des femmes de mon prophète en portant le niqab. Seuls les hommes de ma famille peuvent voir mon visage. C’est mon choix. »

Burqa

C’est, en effet, son choix. Et le choix d’une version rigoriste, absolument pas courante de la religion musulmane, implique des désagréments. Comme celui, des fois, de ne pas avoir accès aux mêmes services que les autres. C’est plate, mais c’est ça. Faut-il accommoder la pratique religieuse ? Oui. C’est un signe de civilisation. Faut-il accommoder une lecture obscurantiste de la pratique religieuse ? Non. Des milliers de musulmanes, dans ce pays, honorent le même dieu que Naema. Sans porter un voile intégral.

Sujet connexe chez M. Lisée. Sujet connexe en France, via Le Monde. Gérard Bouchard, acccommodant co-président de la Commission sur les accommodements raisonnables, donne raison à Québec dans cette affaire.

Quand Julius Grey et Gérard Bouchard trouvent que tu demandes un accommodement inacceptable, c’est peut-être que t’es dans le champ. C’est plate, c’est triste, mais c’est ça.

Lire les commentaires (180)  |  Commenter cet article






Jeudi 4 mars 2010 | Mise en ligne à 7h32 | Commenter Commentaires (74)

La Femme, ses seins et une singerie-marketing

poupee-gonflable

Dans Le Soleil de Québec, ce matin, controverse autour d’un concours organisé par un club de danseuses local. Le club de danseuses a décidé de diversifier sa clientèle. En effet, pour des raisons faciles à comprendre, l’essentiel du marché d’un tel établissement est composé de seulement 50% de la population générale, celui représenté par l’Homme. Donc, il faut attirer les femmes. Comme clientes, je veux dire. Pour les artistes, ça va, le cabaret en question se concentre encore sur l’autre 50% de la population, celui représenté par la Femme.

Donc, le club organise des activités pour les femmes. Danse (sans se dénuder) et chants, par exemple, les dimanches. Or, pour attirer les femmes et les encourager à participer à l’essort de ce secteur de l’industrie de la restauration et du divertissement, le club en question offre un prix de présence d’une valeur de 7000$.

Sous la forme d’implants mammaires.

Extrait du texte du Soleil :

La propriétaire du Lady Mary Ann, Johanne Dolbec, ne cache pas qu’avec ce concours et ce prix inusité, elle souhaite faire parler de son établissement et attirer une nouvelle clientèle. «Le dimanche, nous voulons attirer une clientèle autant féminine que masculine, raconte la propriétaire lors d’un entretien téléphonique. Nous continuerons à offrir des spectacles classiques de danseuses les dimanches, mais nous souhaitons innover avec des concours de tous genres, comme celui que nous lançons. Les participantes ne seront pas obligées de se dévêtir et de présenter un spectacle érotique pour gagner le concours. Elles pourront faire du chant, du théâtre ou de la danse. Toutes les performances seront acceptées.»

Du théâtre, hein ?

Hum…

Voici ce qui ferait une belle promo pour le poster : « Jouez Le Cid, gagnez un buste ! ». Enfin, je m’égare, toujours est-il que Le Soleil a déniché une femme qui n’est pas d’accord avec le concours organisé par l’établissement. Une ancienne de la Fédération des Femmes du Québec, Mme Emilia Castro. Ligne d’attaque classique quand on s’est impliquée dans le militantisme d’une association de femmes :

Jointe au téléphone en fin d’après-midi hier, une ancienne membre du conseil d’administration de la FFQ, Émilia Castro, s’est insurgé contre ce concours. Elle demande au cabaret de mettre fin à cette compétition, qui démontre, selon elle, «un manque flagrant de respect envers les femmes». «Je pensais qu’en 2010, nous étions rendus à un autre niveau», évalue celle qui a siégé au conseil d’administration de la FFQ jusqu’en octobre dernier. «C’est une autre façon d’utiliser le corps de la femme comme un objet, à des fins commerciales. C’est totalement inacceptable.»

Le problème, c’est que cette façon d’utiliser le corps des femmes se fait de façon tout à fait volontaire de la part des femmes qui choisissent de préparer un petit spectacle amateur dans leur sous-sol, de monter dans leur auto (ou celle de leur chum), de conduire jusqu’au cabaret en question et d’y faire leur petit spectacle. Le problème, ce n’est pas qu’un cabaret de danseuses ait pensé à une singerie-marketing pour faire parler de lui, le problème c’est qu’il ne manquera certainement pas de jeunes femmes en santé, tout à fait consentantes, pour aller jouer un extrait du Cid, personnifier Carmen ou Madonna sur ses planches, dans l’espoir de se procurer un nouveau kit à 7000$.

Évidemment, c’est plus délicat de dire de ces filles qu’elles utilisent leurs corps comme un objet, que ce qu’elles font est totalement inacceptable, qu’en 2010, les femmes – ces femmes – devraient être rendues à un autre niveau, qu’elles manquent de respect envers elles-mêmes…

Lire les commentaires (74)  |  Commenter cet article






publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mars 2010
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité