Patrick Lagacé

Patrick Lagacé - Auteur
  • Patrick Lagacé

    Patrick Lagacé aime le journalisme : « Cette profession permet de vivre des aventures et d'être payé pour le faire », dit-il.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 16 février 2010 | Mise en ligne à 11h18 | Commenter Commentaires (94)

    Français et Jeux olympiques : courte réponse à mon ami Fagstein

    Photo Reuters - L'unifolié, aux JO de Vancouver

    Photo Reuters - L'unifolié, aux JO de Vancouver

    Steve, salut, je viens de lire ton billet sur l’indignation suscitée au Québec par l’invisibilité du français aux JO de Vancouver en général et à la cérémonie d’ouverture en particulier. J’aimerais te dire pourquoi tu es dans le champ.

    Steve, à la fin, le hic, c’est que ce pays fait semblant que ce pays est bilingue. Alors quand les JO ont lieu dans la grande ville d’un pays bilingue, on s’attend à ce que cette vitrine fasse un peu de place aux francos. Je te rappelle que le bilinguisme, en ce pays, est une politique officielle. C’est ça qui irrite bien des gens. Le décalage, le foutu décalage entre la réalité et les voeux pieux des officiels. C’est comme ça depuis 40 ans.

    Tu ne me crois pas ? Va sur le site du Commissaire aux langues officielles du Canada. Va lire ses rapports. Prends un très vieux rapport et compare-le aux rapports des années récentes. Tu vas voir, il y a des répétitions consternantes.

    Tu parles des francophones hors-Québec, qui forment des communautés où le français, dis-tu, est véritablement en danger. C’est un point de vue. Personnellement, pour en avoir visité quelques-unes, je dirais que le français n’y est pas en danger. Il y vivote. Visiter Saint-Boniface, au Manitoba, est une expérience déprimante. Les commerces y ont des raisons sociales bien françaises, mais ils sont tenus par gens aux patronymes francophones incapables de parler français. On appelle ça l’assimilation. On peut dire que ce n’est pas grave. Je ne suis pas loin de penser que c’est vrai. Mais ça ne change rien au fait que t’es dans l’erreur quand tu parles de francophonie canadienne. Le combat est terminé depuis longtemps, sauf en quelques poches de résistance, ici et là, qui sont grugées de décennies en décennies. Quant au bout où les nationalistes québécois ont une part de responsabilité dans le sort des Acadiens, j’aimerais bien que tu élabores là-dessus. Je suis curieux.

    Alors voilà, Steve, c’est ça qui nous irrite : ce pays se dit bilingue, le clame et le chante, c’est là, dans les brochures, dans son iconographie, dans ses mythes trudeauistes. Mais c’est pas vrai. Dans les faits, c’est un mensonge auquel tout le monde fait semblant de croire. Un bout de laine un peu raide dans le doux patchwork national. Dans les faits, le bilinguisme, c’est l’affaire de quelques zones en Ontario (dont certaines plus vibrantes que d’autres, comme l’est ontarien) et au Nouveau-Brunswick. Un peu, à Ottawa, dans les sphères officielles, sans plus. Hors du Ottawa institutionnel, essaie de te faire servir en français rue Bank, passé le parc Landsdowne : good luck).

    En fait, Steve, la seule province véritablement bilingue, où on a d’excellentes chances de se faire servir dans les deux langues dans les sphères officielles et informelles de la vie, c’est au Québec. Dans une province officiellement française ! Et la seule ville bilingue, dans tout ce pays, c’est Montréal. Tu en es la preuve vivante.

    Et, oui, ça nous irrite, que le français soit sur la voie de garage à Vancouver. On peste, on vocifère, on proteste quand ça touche à notre langue et à notre culture. C’est comme ça. Nous sommes comme ça. Et les Anglos le savent. En 1995, le pays est venu dans les rues de Montréal nous crier son amour, nous dire de ne pas partir, We love you so much ! En sachant que nous sommes toujours en train de rechigner. Nous sommes restés. Vivez avec notre côté bougonneux, maintenant.


    • Le Français est la langue officielle du mouvement Olympique,quels mots ils comprennent pas les anglos,dans cette phrase?

    • Et pourquoi personne ne parle de la TROP grand place qu’on accorde aux premieres nationsa la fameuse cérémonie?

      Pourquoi personne ne parle que c’est un Australien qui a fait le show… comprend t-il vraiment la réalité de la place?

      Tempete dans un verre d’eau tout le monde s’en fou du francais dans la cérémonie d’ouverture… juste les journalistes et les rats de politiciens

    • Le ton du billet de votre confrere est tellement indicatif du dilemme..
      Probleme ? Quel probleme ? Si on regarde les compétitions tout est bilingue,l affichage semble aussi etre fait dans les deux langues. Alors il est ou le probleme ?
      Que d hypocrisie ! A un point tel que j me demande si c était pas volontairement planifié… Quand est venu le temps de profiter d une visibilité aux cérémonies d ouverture le francais était pratiquement absent..Comme une pousiere qu on pousse sous le tapis…
      Sauf qu un moment donné vient le printemps et le temps du grand ménage…

    • Bon, bon, bon! Est-ce qu’on peut mettre la cérémonie d’ouverture de côté un instant? Oui, ce n’était pas impressionnant mais l’ensemble de l’oeuvre était mauvais. Je n’ai pas senti les gens de l’IPE représenté dans ce spectacle….Pour le français, ils ont un peu manqué leur coup. Mais les Olympiques, ce n’est pas que les cérémonies d’ouverture. À chaque compétition et à chaque cérémonie de médaille, on entend tout en français et en anglais. On devrait en revenir de la cérémonie d’ouverture.

      Une chose est certaine, en lisant certains blogues de médias du Canada anglais, on passe encore pour une belle gang de chiâleux insatisfaits et susceptibles.

    • Faut vraiment être minus pour s’attarder encore à la non présence du français au jeu olympique. Get over it. Si vous vous demandez pourquoi les anglais nous méprisent, vous avez une partie de la réponse dans ce blog.

    • Ce que les anglophones et certains québécois n’ont pas compris.
      Les Jeux Olympiques modernes ont été fondés par le Baron Pierre de Coubertin en France.
      La langue officielle des Jeux Olympiques est le francais et a toujours préséance sur la langue du pays hôte.
      C’était les exigences du Baron Pierre de Coubertin.
      L’esprit de la langue olympique n’a donc pas était respecté à Vancouver.
      En plus de se moquer d’une des deux langues officielles du pays,encore le francais.
      Je n’ai aucune illusion pour les cérémonies de la clôture des Jeux : on va encore se faire humilier et prendre notre trou.
      Curieusement,on nous a reconnu comme une Nation mais on nous traite pas mieux qu’un “bantoustan” en Afrique du Sud.
      Ce Canada anglophone sent le racisme à plein nez.
      Pour terminer je voulais féliciter également Réjean Tremblay pour sa prise de position pour le francais aux J-O.En remerciement la Direction de la Presse a caché plus tard sa chronique dans le Journal et il a fallu fouillé pour la retrouver…
      Vivement qu’on soit un Pays…

    • What else is new ?

      Plus on est loin d’une réalité ou d’un concept, moins il est d’à propos. Quand on pense qui à été choisi pour allumer la flamme olympique on se demande si nous sommes aux Jeux olympiques où aux Jeux du Western Canada ?

      Quand on dit une heure plus tard dans les Maritimes, on se demande quel est le décalage au BC ?

    • Bien dit, Patrick! Ton texte est agréable à lire car il est très pertinent et va plus loin que la déception (tout en évitant la colère…).

      Éloi Paré
      Sonate en fou mineur

    • “Un peuple qui n’a pasd’État cherche le salut dans les symboles, dont la protection est aussi importante que celle des frontières. Le culte du symbole devient une forme de culte de la patrie, un acte patriotique.”
      Une citation de Ryszard Kapuscinski qui illustre bien à mon avis notre réaction épidermique et justifiée face au mépris de notre langue en tant que symbole.

    • Tu as bien raison en parlant de Saint-Boniface ou d’Ottawa par exemple.

      Quand je suis arrivé à Ottawa je croyais halluciner du nombre de gens portant prénom et nom francophone, se parler entre-eux en anglais et je m’en étonne encore aujourd’hui. La pression sociale sur les francos hors-Québec est vraiment intense.

      D’un autre côté, je dirais que l’Est Ontarien est plus francophone que le West-Island, là où aussi, le nombre de québécois se parlant en anglais entre-eux en public est vraiment impressionnant.

    • Mais vous ne vous reposez jamais vous ?

    • Le Canada est un pays anglophone avec une province francophone…c’est la réalité….ou nous acceptons cette réalité et nous fermons nos gueules, ou nous en avons assez et nous faisons l’indépendance….moi, j’ai fait mon choix: l’Indépendance.

    • @ Patrick

      Donc si j’ai bien compris, la loi 101 et le bilinguiseme canadien ne sont que des mensonges. Je suis d’accord avec toi

      Je ne suis pas surpris que les nationalistes chialent aux JO, ce train là n’est jamais en retard.

      Vous êtes des hyprocrites car vous chialer pour le manque du fait francais et culturel du québec aux JO mais au Québec on déteste les anglophones, vous avez dit que MOntreal est la ville la plus bilingue, mais au Québev on paie des hypocrites pour mesurer les affiches et vérifier les claviers!

      As a matter of fact, i will vote yes the next referendum to see Quebec separate once and for all, then i want to see how Quebec is going to balance its budget and manage its enourmous debt without the handouts from Ottawa and Alberta.

      Good luck

    • D’accord, mais partez pas en peur lorsque les JO seront à Québec et que 90% du show va être en français. Les anglos auront autant le droit de se plaindre comme vous le faites présentement.

    • Il y a tellement de situations ou la vérité fondamentale n’est pas exprimée. Entre autre, Pat, t’as raison. Le pays n’est bilingue que de nom. Tout ce pays, comme tanty d’autres d’ailleurs, n’est en fait qu’un ramassis de clochers. Chaque province tirant sur la même couverte au détriment des autres. Chaque villes de ce même pays faisant la même chose alors pourquoi donc les anglos majoritaires feraient-il de la place pour nous les francos?

      Je ne dit pas que je suis d’accords mais que la réalité, bien que laide, c’est çà

      Pour avoir vécu à Winnipeg pendant 4 ans, les francos d’origine venaient du Québec et après une seule génération ils étaient assimilés. Ce qui donnait que beaucoup avaient un nom français tel que Robert Paradis ou Michel Poitras mais qu’aucun d’eux ne pouvaient s’exprimer en français.

      Je crois qu’il faut vivre avec la réalité, bonne ou mauvaise, et l’accepter pour éviter de s’en faire inutilement (çà évite également les ulcères, cancers et autres sous-produits de se faire de la biles)

      J-M

    • Exactement !

      Les Québécois aimeraient donc ça que les Anglos fassent un peu d’effort pour nous.
      On a choisi 2 fois de laisser une chance au Canada anglais parce que les Québécois espèrait que peut-être maintenant.

      15 ans après avoir passé à 0.5% de se séparer, rien de nouveau!
      Les Anglso ne détestent pas les Québécois, mais ils s’en foutent complètement.

      92% des gens à Toronto, 92% des gens à Calgary et 92% des gens à Vancouver ne connaissent pas le français.

      J’ai hâte qu’un PM québécois leur dise: “Wake up, vous avez 5 ans pour nous prouver que vous voulez former un pays avec nous. Nous jugerons de vos efforts dans 5 ans par voix référendaire.”

      Je comprends les fédéralistes “romantiques” (ceux qui croit que les Anglos vont changer pour nos beaux yeux), mais personnellement, je n’y crois pas.
      Par respect pour ces romantiques, je laisserais une dernìère chance aux Canadiens anglais de se prouver. Tant mieux si ça fonctionne, le Canada est un beau pays. Mais s’ils continuent de s’en foutre après une demande formelle d’effort, on passe à autre chose.

      Y’a des limites à l’indifférence dans un couple.

    • Encore du bébélalage! Taba…

      Les seuls qui braille sont ceux qui ne comprenne pas l’anglais.

      Le monde entier va finir par parler anglais sauf nous.

      On va devenir une curiositée, un freak show.

      Si ce n’est pas déja fait….

    • Bien dit!

    • Ou est le problème? Le fait français est amplement représenté par la médaille d’or d’Alexandre Bilodeau. Le baron Peter est mort depuis belle lurette et le monde a évolué depuis. On se plaint de la langue mais on étouffe le fait que ce sont des anglos qui trouvent le moyen de financer nos meilleurs athlètes, hors des corporations, peu importe la religion linguistique. Évidemment, lorsque l’on regarde RDS, il est évident que le français est une priorité.

    • Moi, ce qui m’irrite, c’est le seul “terme” français entendu dans le discours de M. John Furlong : “oune équipe”.

      “Canada : One team, Oune équipe!”

      Voilà pour le français. Un petit message de petite politique très peu subliminal.

    • Ce que je retiens de l’histoire des cérémonies d’ouvertures c’est que ca semble être une affaire générationnelle.

      La plupart des gens qui s’offusquent de ca c’est les babys boomers (ainsi que certains jeunes qui vivent encore selon la mentalité de l’époque). Je n’aime pas faire de généralisation mais les boomers semblent vraiment insécure dans leur statut de Québécois.

      Ils ont encore ce vieux sentiment d’infériorité par rapport aux anglais qui fait qu’ils se sentent constamment opprimés ou attaqués. Ils ont besoins de se faire voir et de se faire dire par les autres pays qu’ils sont bons. Ce n’est pas pour rien qu’ils ont tellement aimé René Lévesque. Ils avaient grandement besoin de se faire dire qu’ils étaient autre chose qu’un petit peuple.

      Et je ne suis pas en train de renier ce qui a été fait dans le passé sauf que je me rends compte que la réalité des gens de ma génération est bien différente. On est aussi fier de notre langue et de notre culture que l’était nos parents sauf qu’on ne se sentira pas attaqué dans notre identité parce que le francais a été négligé dans la cérémonie d’ouverture.

      On ne prendra pas ca comme une attaque personnelle et une raison pour monter aux barricades. De toute facon on le voit qu’est-ce que ca donne ce genre de polémique. En bout de ligne ca fait juste creuser d’avantage le fossé entre les deux solitudes.

      C’est vrai qu’on aurait aimé ca que le francais et que les Québécois soient plus présent dans la cérémonie mais on ne fera pas tout un plat avec ca non plus.

      On le sait que le Canada est un pays unilingue et on n’a pas besoin d’aller se pavaner devant tout le monde a Vancouver pour montrer qu’on existe et se faire dire qu’on est bon.

      On le sait qu’on est aussi bon que n’importe qui dans le monde.

    • Je ne vois pas en quoi Steve est dans le champ. Il aborde des arguments posés et toi tu répliques avec l’émotion. Vos arguments ne sont pas si loin les uns des autres, mais ta vision des choses est plus apocalyptique que la sienne.

    • Je ne me suis jamais attendu à être “servis” en français ailleurs qu’au Québec. Lorsque ça m’arrive au ROC ou dans le nord-est des USA (oui les USA!), je sourcille.

      Lorsque ça m’arrivera encore au Québec dans, disons, 50 ans, je sourcillerai aussi.

    • Qu’il soit à Vancouver, à Salt Lake ou à Beijing, même chose, les jeux sont dans un pays étranger pour moi. Sais pas vraiment de quoi s’offusque encore certains Québécois ? Comme si soudainement ils venaient de constater un problème qui persiste depuis toujours, comme si ils entretenaient encore, au fond, un faible espoir que la dualité de ce pays se réconcilie le temps, seulement, d’une cérémonie. Perso je n’y crois plus, le “Canada” ne fait plus vibrer la fibre la plus infime de mon âme depuis bien longtemps. Le “Canada” c’est ailleurs, pas ici.

    • Je n ai pas vu grand allusion dans les ceremonies d ouvertures, a tout la cote EST Canadienne, les maritimes ont ete passe sous silence a l exception d ashley Macisaac , ou etait les newfies, les acadiens etc… Alors la Cote Ouest pour y rester est tres loin de la Cote Est

    • Consollez-vous : La Belgique compte trois langues officielles.

    • @guitarepirate

      Faudrait leur dire “thank you”…y a un monsieur Furlong qui a même dit en français: “bienvenoue”.

      Sont gentils les anglos avec nous, pourquoi se plaiiiinnndre?

      On a juste à s’fermer la trappe, à présenter l’autre joue pis tout ira bien dans le “beautifull Canada”.

      Merci de nous le rappeler.

      André Proulx

    • Que le français ne soit pas assez présent à Vancouver, je m’en sacre pas mal.

      C’est quand même plus loin Vancouver de Montréal que la côte ouest de la France. C’est un autre monde où même les anglais hors BC sont étrangers.

    • Oui mais sans le Canada, on traînerait nos femmes par les cheveux et on se battrait à coups de mailloche pour les restants de cadavres d’animaux…

      Sur ce, je vais aller poursuivre mes travaux sur mon invention. C’est une espèce de pierre ronde, mais je n’en dis pas plus!

    • La politique doit être aussi la REAL POLITIK…..En ce sens que le Canada bilingue devrait être le Québec en français et le reste du Canada en anglais. Pour les évènements internationaux français et anglais devrait être la règle du protocole. Pas besoin d’être raciste ou indépendantiste par après et jetter le bébé avec l’eau du bain en demandant l’indépandance pour ca. Ainsi les deux peuples auraient peut-être plus de respect l’un pour l’autre.

    • Notre belle province “bilingue” n’est pas la seule … Je suis allé souvent et partout au Nouveau-Brunswick et elle est bien plus bilingue que le Québec !

      Qaunt à notre “soi disant” bilinguisme, je peux vous assurer que les Marois, Curzi, Rhéaume, Bourgeois et tous les “Falardeau next generation” feront TOUT pour s’assurer que le cela se déroule dans un contexte LARGEMENT francophone !

    • Je suis persuadé que dans le fond, ceux qui sont le plus outré, ça leur fait plaisir.
      Ce qui leurs fait le moins plaisir, c’est qu’à part la cérémonie d’ouverture, les jeux sont bilingues.

    • Je peux répondre à une des questions. Celle concernant les Acadiens (même si mes cours d’histoire sont plus on moins frais à ma mémoire).

      C’est assez simple en fait et ça commence avec Duplessis si je me souviens bien.

      Jadis, le Québec était le défenseur des droits de la minorité francophone et s’en faisait le représentant auprès du gouvernement fédéral.

      Hors, à partir du moment où le Québec a développé des prétentions autonomistes, il aurait été en pleine contradiction s’il était allez se mêler des affaires concernant les franco dans les autres provinces en demandant au fédral d’intervenir…

      Le francophones hors-Québec ont donc alors perdu un allié important dans la défense de leur droits.

    • J’avais bien aimé cette citation de Gilles Duceppe il y a deux ou trois ans, je crois, qui disait qu’à Ottawa, il y a deux langues officielles: l’anglais et la traduction simultanée! C’est comme ça qu’il faut comprendre le bilinguisme au Canada et ce n’est pas étonnant que le COVAN se soit dit que pour accomoder le français aux JO, il suffisait de traduire ce qui se passait en anglais et de mettre un peu de “présence francophone” pour remplir les quotas…

    • Le Canada devrait laisser tomber le principe du bilinguisme “coast to coast” et se considérer comme un pays avec l’Anglais comme langue officielle sauf au Québec où les fonctionnaires nous serviraient en français… on va arrêter de s’en faire à croire. De toute façon, ça ne fait que causer des troubles et tout le monde chiâle parce que personne n’est content de la situation.

      De cette manière, le ROC va arrêter de dire que le gouvernement en fait trop pour nous (côté langue)et ils ne pourront plus nous traîter de chiâleux parce que les Québécois vont arrêter de se plaindre de l’absence de français ailleurs au pays.

    • Et qu’est-ce que j’en ai à faire moi que mon patron m’exploite en français ou en anglais ?

      Sauver une langue et une culture c’est une chose, faire de la “politique” facile pour détourner les gens des vrais problèmes en est une autre. Pour sauver la langue, commencez par réformer le système éducatif et cessez de former des analphabètes fonctionnels. Ensuite, corrigez les fautes d’orthographe des “journalistes” sur ce site. Bon courage.

      Une chose est sûre, ce bon vieux Karl avait raison quand il disait: «Les pensées de la classe dominante sont aussi, à toutes les époques, les pensées dominantes.» Difficile de trouver des gens qui ne pensent pas comme on leur a imposé !

    • On est rendu au 5è jour des jeux, la 1ère médaille d’or gagnée par un athlète canadien en sol canadien a été gagnée par un québécois francophone, la 1ère médaille canadienne de ces jeux a été gagnée par une québécoise d’adoption qui a appris le français et qui fait ses entrevues en français… et on radote encore sur le “manque de français” à la cérémonie d’ouverture?

      2 blogs de Patrick Lagacé, quelques articles de Réjean Tremblay et de Caroline Touzin là dessus, et j’en passe…

      Que je ne vois plus personne venir dire que La Presse est un journal fédéraliste.

    • @ teamstef

      “À chaque compétition et à chaque cérémonie de médaille, on entend tout en français et en anglais. On devrait en revenir de la cérémonie d’ouverture.”

      À Pékin aussi il y avait des annonceurs francophones (Chantal Machabée y était justement pour ça).

      Si le Canada n’est pas capable de faire mieux que la Chine en matière de francophonie… c’est assez triste.

    • Un correction importante: M.Lagacé, vous parlez du Canada, pays bilingue. Ce n’est pas le pays qui est bingue, mais l’État fédéral et ses institutions. Donc le bilinguisme officiel a une portée beaucoup plus limitée. Ce type de confusion est assez courant. Pour le reste, je serais plutôt d’accord avec votre article.

    • Quess tu dis la le bleuet

      “La langue officielle des Jeux Olympiques est le francais et a toujours préséance sur la langue du pays hôte.”

      T’a entendu ben du francais dans la cérémonie des jeux de Pékin toi ?

      Ca fait pensée au niaisage média et politique du bye bye 2008…

    • @Bleuetenforce
      C’est bien de nous rappeler ce que tous ici ont appris en 5e année. Je me demandais pourquoi aux Jeux de Pékin , les chinois avaient eu tant d’égard vis-à-vis leur communauté francophone!

      @Lagacé
      Il y a un continent d’ignorance qui te sépare de Vancouver. Veux-tu ben me dire, ce qu’un Commissaire aux langues officielles vient faire dans les choix artistiques d’un spectacle?

      Metallica à Québec, ils devront traduire en français la moitié de leurs tounes?
      Pis Le Cirque du Soleil à Toronto? The Circus of the sun??

      Pas pareil que tu vas me dire! Car on a payé cette Cérémonie d’ouverture avec nos taxes!

      Et ben, sachez que c’est aussi les taxes des Canadiens anglais qui ont payé McCartney venu célébrer Québec, ville française et qui ont vu Charest et tous les autres hypocrites chantés en chœur: ”She loves you, yé, yé,yé”.

      Non mais, what does Quebec want again, t’sie?

      P.S: Après la honte nationale de notre stade inachevé aux Jeux de Montréal, maudit qu’on est bien placé pour critiquer Vancouver.

    • À bleuetenforce

      cet argument que la langue française est la langue officielle des jeux olympique je l’accepte mais je n’accepte pas celui que le canada n’a pas représenté la nation québécoise, c’est quoi le pourcentage de français au Canada et c’est quoi le pourcentage du français utilisé dans la cérémonie?

      J’ai 2 questions concernant l’argument défendable de la langue officielle des jeux olympique, est-ce que les autres pays francophone se plaigne du pourcentage de français durant la cérémonie d’ouverture? Est-ce que les organisations officiel olympique ont réprimandé l’organisation canadienne pour l’insuffisance du français?

    • Résistance mes amis résistance doit être notre ”let motive” sinon c’est l’assimilation.
      Et les Anglos étant ce qu’il leur est inné c’est à dire des colonisateurs dans l’âme il ne nous laisseront jamais la place qui nous est dues,ce sont des bornés à la tête carré.
      Ils ont toujours aimer semer la zizanie,diviser pour mieux régner est leur devise.
      Combien d’anglais de l’ouest réussissent leurs cours de français si ils en ont un comparativement au Québécois qui réussissent leurs cours d’anglais,et de toute façon il y a plus de Québécois qui se débrouillent en anglais que le contraire.
      Résistons les amis,résistons sinon ce sera l’assimilation.

    • Au lieu de s’épancher à savoir si les anglos parlent Français, les québécois devraient plutôt s’épancher à parler français sur leur propre territoire. A Montréal on voit bien la qualité pitoyable du français québécois comparé aux autres ethnies de la communauté francophone: Marocains, Algériens, Français, Belges, Haitiens. Les “Kolik, mon char yoh jammé sul bord du ch’min estik, yé pogné ben raide”, moi, ca m’agresse, ce qui fait que je serai jamais dans votre camp dans la défense de “la langue française” au Québec.

    • Plus frustrant encore que l’attitude canadienne anglaise, est la réaction de plusieurs francophones qui semble trouver normal qu’une langue officielle (leur langue) soit bafouée. Étrange réaction, mais après tout, nous sommes sans doute les seuls au monde à avoir refusé (2 fois) d’avoir un pays à nous. Nous méritons peut-être l’assimilation (patience, encore 20 ou 25 ans et on y sera, ou plutôt, nous n’y serons plus)

    • OK, Patrick, you and me, let’s take it outside.

      Mais sérieusement, je suis largement d’accord. Ça m’irrite aussi de voir si peu de français aux jeux (et dans les médias qui les couvrent), juste pas autant pour que j’insulte les autochtones ou je prétends qu’il était complètement absent.

    • À titre de rappel : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/37/37186.htm

      (Les majuscules sont de moi)

      “Dispute sur l’importance du français aux Jeux de la Francophonie

      Les prochains Jeux de la FRANCOPHONIE, qui se tiendront dans la région de Hull-Ottawa en 2001, se dérouleront EN ANGLAIS ET EN FRANÇAIS. Québec affirme que le Comité d’orientation des jeux n’arrive pas à s’entendre sur LA PLACE DU FRANÇAIS dans l’organisation et le déroulement des Jeux de la FRANCOPHONIE.

      La ministre des Relations internationales du Québec, Louise Beaudoin, demande que les présentations et les annonces soient faites UNIQUEMENT EN FRANÇAIS lorsque les cérémonies, les compétitions et les concours se dérouleront en territoire QUÉBÉCOIS. Mais selon elle, l’Ontario, le Nouveau-Brunswick et le gouvernement fédéral s’y OPPOSENT. La ministre considère qu’une telle situation risque de dénaturer l’essence même de la manifestation sportive, qui vise la promotion du FRANÇAIS.

      Son collègue au Loisir, au Sport et au Plein-Air, Gilles Baril, rappelle que les Jeux du COMMONWEALTH, tenus en COLOMBIE-BRITANNIQUE en 1994, se sont déroulés presque exclusivement en ANGLAIS, SANS QUE PERSONNE NE PROTESTE.

      Les deux ministres québécois ont écrit au président du Comité d’orientation des jeux, le ministre fédéral Don Boudria, AFIN QUE CES JEUX DE LA FRANCOPHONIE SE DÉROULENT SURTOUT EN FRANÇAIS.”

      Et après ça, il se trouve toujours des néo-colonisés pour nous reprocher de chialer quand on nous pile sur la langue.

    • Nous, les Québecois, n’avons pas encore compris que ce sera toujours pareil…
      Depuis 40 ans, tu le dis bien Patrick, on ne respecte pas notre langue, bien que
      Trudeau et ses amis aient bataillé pour la rendre officielle “d’une mer à l’autre”.
      Même au Québec on doit parfois passer du français à l’anglais pour se faire comprendre. Et on nous fait accroire qu’au Québec c’est en français… Bien oui,
      c’est le français qui est la langue officielle, mais qui s’en préoccupe…???

      Au rithme que l’anglicisation se fait dans le reste du Canada et même chez-nous,
      il nous reste deux choix, soit qu’on continue à se battre “vitam aeternam”, soit
      qu’on se réalise dans notre propre pays.

      Un sage disait…En bilinguisme, c’est la langue la plus forte qui est parlée…

      N.B. je n’appartient à aucun parti politique, je suis juste un jeune grand-père
      préoccupé par l’avenir de mes petits enfants.
      Patrick, j’ai grandement apprécié tes propos.
      Notre pire ennemi c’est nous-mêmes

    • C’est donc bien compliqué de critiquer l’absence du français à l’ouverture des jeux sans se faire taxer de chialeux séparatisssssses.

      Les langues officielles des Jeux Olympiques sont le français et l’anglais avec prépondérance du français en cas de litiges. Donc de se faire servir le fait qu’il y a plein de commentaires sur les sites en français est extraordinaire ne tient pas la route. Ce n’est que normal puisque c’est la langue officielle. Ce n’est pas une histoire d’ancien temps, c’est la règle aujourd’hui.

      L’ouverture des jeux de Beinging s’est fait au début en français est passée en anglais et s’est terminée en mandarin. Ils ont compris eux, la règle.

      Je me souviens d’un voyage en Grande-Bretagne où un jeune serveur symphatique d’un restaurant était tout surpris d’apprendre, par mon gros accent, qu’il y avait des francophones au Canada. Il insistait pour me faire dire que j’étais Française. J’imagine que s’il a regardé l’ouverture des Jeux il va vraiment croire que je lui ai fait croire des histoires. Pour le reste s’il entend du français aux compétitions, ben ce ne sera que parce que c’est toujours comme cela pour tous les Jeux.

    • Je crois par ailleurs que l’hymne des Jeux Olympiques devrait être le suivant, chanté dans toutes les langues :

      http://www.antiwarsongs.org/canzone.php?id=2003&lang=en

      Cela ferait le plus grand bien à certains de l’apprendre. :D

    • @ tous :

      Pourquoi il y en a qui profite de chaque occasion pour dénigrer le peuple québécois?

      Est-ce une excuse qu’ils se donnent pour justifier leur malheur ? “Si seulement j’étais né anglophone aux USA, c’est sûr que j’aurais réussi dans la vie. Maudit Québec francophone !” ??

    • Faut croire aussi que ceci a foiré : http://premier.gouv.qc.ca/salle-de-presse/communiques/2005/octobre/2005-10-07.shtml

      Un partenariat important pour le Québec et le COVAN

      Montréal, le 7 octobre 2005 – Le premier ministre du Québec, monsieur Jean Charest, et le directeur général du Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de 2010 à Vancouver (COVAN), monsieur John Furlong, ont annoncé aujourd’hui la signature d’une entente de partenariat. Le premier ministre de la Colombie Britannique, monsieur Gordon Campbell, était aussi présent par téléconférence. Ils étaient accompagnés du ministre de l’Éducation, du Sport et du Loisir, monsieur Jean-Marc Fournier, du ministre responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes, de la Francophonie canadienne, de l’Accord sur le commerce intérieur, de la Réforme des institutions démocratiques et de l’Accès à l’information, monsieur Benoît Pelletier, ainsi que de monsieur Richard Pound, membre du CIO et membre du Conseil d’administration de Vancouver 2010.

      L’Accord-cadre prévoit une série de secteurs où le Québec et le COVAN entendent collaborer. De l’entraînement des athlètes de haut niveau, en passant par la promotion de la culture québécoise et de la langue française, la promotion d’opportunités d’affaires et de formation en emploi, l’offre de services linguistiques et d’assistance terminologique au développement de programmes de sensibilisation pour les jeunes, l’entente de partenariat conclue aujourd’hui est l’amorce d’une collaboration fructueuse, tant pour le COVAN que le Québec.

      L’entente signée aujourd’hui prévoit notamment l’ouverture prochaine d’un bureau permanent du Comité d’organisation à Montréal pour assurer une présence et une plus grande visibilité des Jeux dans l’Est du Canada.

      (…)

      « Nous désirons profiter de la tenue des Jeux au Canada en 2010 afin de promouvoir la dualité linguistique et la diversité culturelle de notre pays et nous sommes reconnaissants du leadership que le Québec entend jouer en appui aux Jeux, pour le bénéfice de tous les Canadiens. Notre partenariat avec le Québec est primordial pour le COVAN et nous nous comptons très chanceux de pouvoir bénéficier de son expertise, principalement en français, dans différents domaines associés à la réalisation de notre vision » a ajouté le directeur général du COVAN, monsieur John Furlong.

      (…)

      Le premier ministre a finalement souligné son attachement à ce projet. «L’envergure des Jeux offre une opportunité exceptionnelle au Québec, à toutes les Québécoises et à tous les Québécois, de mettre en valeur et de promouvoir la spécificité de notre culture et de notre identité », a conclu celui-ci.

      —–

      Yeah, right…

    • Je suis d’accord avec vous sur le fond de votre article. Mais affirmer que nous sommes la seule véritable province bilingue est grandement exagéré pour ne pas dire mensongé. C’est vraiment une vue de l’esprit que de dire que partout au Québec on peut être servi en anglais. Essayer de trouver quelqu’un qui parle anglais à l’extérieur de Montréal (à part la Montérégie) est quasiment impossible. Et si Montréal réussit si bien c’est grâce aux très nombreux immigrants qui y résident et qui eux parlent l’anglais, en plus du français et leur langue maternelle. Ce n’est certainement pas grâce aux québécois de souche qui continuent de baragouiner l’anglais comme ça a toujours été le cas. Et baragouiner une langue n’est pas la même chose que de parler une langue. C’est comme comparé un enfant de première année avec un universitaire. Tout ça pour dire qu’on a encore beaucoup de croutes à manger avant de se proclamer une province bilingue.

    • @ Pat Lagacé : Le Canada n’est pas bilingue… le GOUVERNEMENT canadien, et les services qu’il offre, son bilingue. La Colombie-Britannique n’est pas une province bilingue (le Québec non plus, d’ailleurs), pas plus que la ville de Vancouver. Mais encore une fois, on passe à côté du problème. Pourquoi est-ce que vous pointez le blâme vers le Canada alors qu’un représentant officiel du gouvernement, le ministre Conservateur (en plus!) James Moore, celui-là même qu’on accusait de détester le Québec parce qu’il voulait couper dans la culture, est le premier à critiquer le spectacle? Pourquoi ne pas pointer le doigt vers certains membres du COVAN, vers le concepteur australien du spectacle qui n’a probablement pas rempli correctement son mandat? Vous semblez pointer un doigt accusateur vers ce pays, son gouvernement… mais dans les faits, les gens qui ont réagi le plus fortement sont souvent des anglophones (James Moore, Clara Hugues, Graham Fraser) et/ou des fédéralistes (Jean Charest), tous des gens qui, selon les séparatistes québécois, cherchent à nous assimiler dans la marmitte anglophone! C’est bien beau de vouloir soulever une controverse, parce qu’au fond, c’est la seule façon qu’on les séparatistes de redorer leur option, mais est-ce que vous ne seriez pas en train de passer complètement à côté de la plaque? Est-ce qu’un des nombreux journalistes qui s’indigne a songé à faire un travail de journaliste en allant voir les directives qui ont été données par COVAN et le gouvernement au concepteur australien du spectacle? Est-ce qu’on a vraiment chercher à connaître les faits avant de sauter au conclusion, ou bien est-ce qu’on ne serait pas en train de déformer l’information par paresse?

    • Vous êtes devenu un poète, je crois… ;-)


      Claude LaFrenière

    • Québec, province bilingue? N’exagérons rien quand même, il y a une différence entre pouvoir se faire servir en anglais dans un resto sur St-Laurent et travailler et vivre exclusivement en anglais (disons à l’extérieur de Montréal).

    • À tous les Quebecois francophones qui pensent que de se tenir debout c’est d’être chialeux ,je vous plains. Car sous ces apparances d’émancipation se cache un sentiment de honte de votre héritage culturel donc de ce que vous êtes. Quelque soit notre allégeance politique, Fédéraliste,Nationnaliste,Souverainiste,il est important d’être fier de qui l’on est et de l’exprimer bien fort .

    • @mbiss : Je suppose que vous voulez dire à part la Montérégie, L’Estrie, l’Outaouais et la Ville de Québec (tourisme oblige). Soit les régions les plus populeuse du Québec.

    • Je crois que ce sont les gens qui croient en cette fédération qui sont le plus déçu. Les autres tel que moi, trouve tout a fait logique que les jeux reflète la culture Anglophone qui est la culture du Canada. Ce qui est anormal, c’est notre peu de fierté et notre envie de rester dans cette fédération, mais bon tout ceci est très théorique et relatif a chacun.

    • Moncton Anglais, Français ou Bilingue?

      Remi.Net

    • @ Patrick

      Je voudrais te féliciter pour ta présence d’esprit sur la réalité!

      Tu nous démontres aussi beaucoup de patience envers des gens qui se refusent de voir la réalité en face, car ils aiment mieux rêver!

      Ce que je remarque aussi, c’est la réaction des fédéralistes: Toujours en train de blâmer les séparatistes, ou les unilingues Québécois…

      Alors que ceux qui ont des yeux pour voir et qui s’en servent, notent que les Graham Fraser de ce monde sont très loin d’être séparatiste ou Québécois…Unilingue, oui, mais anglophone… Et ce sont EUX qui ont réagit!

      Il y a plein d’exemple de gens comme M.Graham Fraser qui se sont déclaré indignés par le peu de français utilisé… Et les fédéralistes aveugles continuent de croire qu’il sagit de francophone unilingue du Québec…

      Cela est la plus belle preuve de leur ignorance des faits ou simplement de leur mauvaise foi!

      De toute façon, je considère que leur réaction sert la cause indépendantiste, car le Québécois moyen, quand il lit ça, sait ce qui est vrai et ce qui faux!

      Merci encore Patrick pour être si “vrai” dans vos propos! Cela ne fais pas de vous un séparatiste pour autant, mais les “autres” qui n’admettent aucune opinion divergente, en sont convaincus!

    • « Selon M.Diouf, la question n’est pas de déterminer si le Canada respecte son caractère bilingue officiel, mais de respecter le fait que le français et l’anglais sont les deux langues officielles du mouvement olympique. »

      On parle d’olympisme. Le français est respecté plus que ça dans les autres pays, où il n’y a pas de francophones. Ça démontre une fois de plus comment les canadians apprécient les québécois!

      Et il y en a qui n’ont rien compris. Trop compliqué. On ne parle pas de Vancouver versus Québec. On parle du français langue officielle des jeux olympiques. Qu’est-ce qu’il y a de difficile à comprendre là dedans?

    • Très bon papier : on croirait lire les fines analyses que faisait André Laurendeau du Canada bilingue entrevu par Trudeau et F.R. Scott dans les années 1960… Plus ça change, plus …
      J-Félix Chénier

    • Le Canada est bilingue dans son gouvernement, ses institutions, ses programmes. D’ailleurs, je trouve que c’est un faux débat. Avez-vous remarqué que le français précédait toujours l’anglais dans les présentations, les noms des pays? Non? Évidemment, on ne remarque que ce qui manque à nos yeux (ou oreilles). Mes attentes étaient limitées, alors ma déception l’est aussi.

    • je suis un peu melée .
      j ai toujours pensé que les olympiques étais présentés par une ville et non un pays .
      je n avais donc aucune attente d un spectacle en francais .
      comme a Turin ,qui ne représente pas toute l Italie ,
      Beijing , qui ne représente pas toute la Chine….
      tant que tous les discours officiels sont dans les deux langues ,
      et jusqua maintenant dans les compétitions que j ai regardé, le francais passe en premier .
      pour moi c est correct .
      s il y a des jeux a Québec on pourra se permettre un spectacle 90% francais ,
      c est tout ,
      parce qu une ville ne peux pas représenter tout un pays comme le notre

    • Bravo Pat.

    • @monsieur_bleu
      C’est certain que tu aurais réussi aux USA.Tu aurais réussi devenir obèse,artificiel,à fourrer tout le monde pour devenir un gros capitaliste inculte,et a passé ta vie a te regarder le nombril en disant que les autres sont niais parce qu’ils sont pauvres économiquement.
      tu aurais réussi aussi à semer la pagaille partout pour ensuite débarquer avec tes gros sabots en te disant que tu viens les sauver du démon socialiste.
      Il n’est jamais trop tard pour déménager.

    • @charlot68

      ”On est rendu au 5è jour des jeux, la 1ère médaille d’or gagnée par un athlète canadien en sol canadien a été gagnée par un québécois francophone, la 1ère médaille canadienne de ces jeux a été gagnée par une québécoise d’adoption qui a appris le français et qui fait ses entrevues en français… et on radote encore sur le “manque de français” à la cérémonie d’ouverture?”

      Raison de plus pour avoir une plus grande visibilité francophone à la cérémonie d’ouverture, Il semble que ce soit les Québécois qui sauvent la face du Canada, une fois de plus…

    • @alex_cyr

      16 février 2010
      12h18

      ”Encore du bébélalage! Taba…
      Les seuls qui braille sont ceux qui ne comprenne pas l’anglais.
      Le monde entier va finir par parler anglais sauf nous.”

      Haha, vous êtes sérieux??? J’enseigne ”l’anglais” ici. Laissez moi vous dire, le Japon, à ce rythme là ne parlera JAMAIS anglais. Peut-être 5%. Pas plus. Service en anglais = rare comme de la m*rde de pape.
      No need to speak anglais mon ami pour survivre au Japon, où en Chine, ou à plusieurs endroits en Europe, en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie

    • @ bjoncas et vinster171

      j’ose espérer qu’un australien qui ne comprend pas les spécificités canadiennes n’aurait jamais conçu un spectacle ayant pour “superbe” finale 10 minutes de Wayne Gretzky-dans-une-boite-de-pickup.

    • À Purelaine, moins de fonctionnaires à payer et de dédoublement de service devrait aider un Québec indépendant. Là tu parles de la dette, oui on a une grosse dette mais on peut se consoler parce que l’amérique toute entière est dans le trou. Un Québec indépendant hériterait du quart de la dette canadienne donc dans ce cas on hériterait aussi du quart des actifs et comme ton beau canada va bien dans ces temps-ci on devrait s’en mettre plein les poches… Demande-toi pourquoi nos bons amis anglais ont tout fait pour frauder le référendum de 95? C’est sûr que là maintenant, tous les anglos vont dire on s’en fou, ils peuvent se séparer ces Québécois, mais le temps venu au prochain référendum regarde bien l’opération séduction pour nous garder au sein du plus beau pays du monde. Tu verras combien d’argent ils sont prêt à dépenser pour nous garder dans la fédération, c’est bizarre hein, pour une province de soi-disant bs…

    • @bilbaomtl
      Bien dit! On préfère nous montrer les “plumes” de nos premières nations pendant des minutes interminaaaaaaaaaaaable plutôt que montrer le fait français au Canada. Ça en dit long. Le Canada est un pays unilingue anglais, comme les États-Unis, point. Alors on a le choix; ou bedon on continue à faire la carpette et à brailler que les méchants anglais ne nous montrent pas à la visite; ou bedon on fait nos valises. Mais ça, c’est pas demain la veille.

      À lire le nombre de béni-oui-oui qu’il y a ici, on a besoin de personne pour dénigrer le français, on est amplement capable de le faire seul.

    • et pendant ce temps, au Québec, on a seulement le droit de parler francais car si on parle anglais un peu, on se fait c… dessus. Vive le bilinguisme! Ce que tu ne dis pas Patrick est le fait qu’au Québec, ca chiale que le reste du Canada n’ouvre leur porte au francais et le plus drôle c’est que pendant ce temps, au Québec, on essaie de plus en plus de fermer la porte à l’anglais. C’est à n’y rien comprendre. Donc, le Québec voudrait avoir le pain et le beurre et le reste du Canada que du pain sec. bravo Québec!

    • @alex_cyr

      “le monde entier va finir par parler anglais sauf nous”

      Ah oui! Bin retiens donc ta respiration jusqu’à ce que le milliard de chinois qui parlent mandarin aient appris l’anglais…

      Tu sais ce qu’il te dit le bébélala: va donc péter din fleurs!

    • @ mr. Noise
      L’anglais est la langue la plus “populaire” dans le monde (parlée dans tous les pays comme langue seconde). Donc on ne peut lutter contre cette réalité.

      Bien évidemment je trouve dommage que le français perde de plus en plus de terrain.

    • @ louiscomtois : Peut-être que oui, peut-être que non, dans tous les cas, à moins d’avoir la version du concepteur, ça demeure des suppositions.

    • Verre à moitié plein, verre à moitié vide… Il y a toujours plus d’une facette à toute situation. Si la cérémonie d’ouverture a été un flop (ou un “high” pour les souverainistes), je constate encore une fois, après avoir entendu Patrick Chan et Maelle Ricker (celle-ci de… North Vancouver!) s’exprimer dans un français convenable, rejoignant en ce sens Jennifer Hail, Catriona Lemay-Doan et tant d’autres, que le français, sauf pour quelques crétins, n’est pas une langue honnie à grande échelle par nos compatriotes canadiens. Puis-je rappeler que tout politicien fédéral un tant soit peu sérieux dans ses ambitions se doit de parler les deux langues, et que nous avons fait du chemin depuis John Diefenbaker… Mais pour les souverainistes, le verre sera toujours à moitié vide.

    • Ce qui me fait le plus honte, c’est l’absence de notre Société d’État (R.C Français) à ces jeux. Si vous portez attention, pour chaque compétition et ce, depuis le début, je fais exception de la cérémonie d’ouverture, ceux qui nomment les concurrents et le nom de la compétition, le font en français en premier et ensuite en anglais et ça, c’est à tous les jeux olympiques, peu importe le pays. Je fais comme la plupart,
      je pitonne entre CTV et RDS, mais je suis plus souvent à CTV qu’à l’autre. Lisez la
      chronique de Réjean Tremblay, sur l’hommage que ce poste a fait pour Alexandre
      Bilodeau suite à sa médaille d’or. J’ai rarement vu aux jeux olympiques, un poste et tout son équipe, démontrer autant d’enthousiasme quand un Québécois, je dis bien un Québécois, se présente pour une compétition. Si jamais Labeaume et sa bande ont les jeux pour 2022, la très grande majorité des visiteurs s’exprimeront en anglais et le protocole fait, que les mêmes auront le micro mais les discours seront plus long dans la langue de Mollière. Québec n’aura pas la priorité sur la marche à suivre qu’impose le CIO.Tout doit être approuvé par le Comité Olympique,
      Québec va soumettre et les parrains des jeux décideront, une grande gamique, cette histoire des jeux.

    • Premièrement, je suis tout à fait d’accord avec Renaud_1, il y a une certaine affaire de génération dans cette histoire là. Je pense que les jeunes, pour ceux qui ont encore conscience de l’existence de la politique, notre vision du Canada est bien différente. Les deux référendums, je ne l’ai ai pas vécu et bien honnêtement, ça ne me touche pas trop.

      Si on pouvais tout simplement arrêter de se victimiser devant le le colonialisme anglophone, le Québec ferait un grand pas. Je dit le Québec parce qu’il y a une grande différence entre les Québecois et les francophones hors québec. Au Québec, on a une montée de lait contre “l’envahisseur” une fois de temps à autre, ça nous fait du bien puis on oublie. Les francophones hors-Québec se battent à tous les jours pour le français, nous on est paresseux.

      Je suis tanné des Québecois demandant le respect aux anglos mais n’étant pas prêt à le donner.

      1995 Get over it! On dirait une bande de dinosaures “sticker” sur leur vieilleries.

      La présence des amérindiens à la cérémonie d’ouverture? Totalement justifiée. Les francophones trouvent totalement justifié d’éliminer les amérindiens de notre culture mais n’arrêtent pas de pleurer lorqu’on a un peu moins de place que les anglos.

      Les politiciens conservateurs qui nous donnent raison de pleurer le manque de français à la cérémonie?!?! Ils auraient pas dû le prévoir? En demander plus avant? Beau move politique pour gagner le coeur des québecois!

      En attendant la fin des jeux, apprécier les performances des athlètes et les contres-performances de mère nature. Mais ces jeux pourront toutefois donner lieu à un débat intéressant sur notre unité nationale.

    • À propos du paquet de plumes,c’est juste encore une fois du léchage de ces Anglos capitalistes font aux inouits car ils les ont reconnus comme nations (tout comme Nous)et ils préparent leurs stratèges en visions du jours où ils voudront exploiter les richesses que contient leurs territoire ainsi qu’en vue de la reconnaissance de la souveraineté de l’arctique.Ça s’adonne que le territoire arctique fait parti de celui du Nunavout.Quel drapeau y sera planté(l’unifolié n’y a pas sa place)

    • @teamstef

      “Une chose est certaine, en lisant certains blogues de médias du Canada anglais, on passe encore pour une belle gang de chiâleux insatisfaits et susceptibles.”

      Commentaire typique de votre part, et de plus en plus typique du Québécois moyen: “Dans les médias du Canada anglais” par-ci, “Dans les médias du Canada anglais” par-là…”

      Un jour, on ne pourra plus aller pisser sans lire au préalable un journal ou un blogue “canadian” pour être sûr que ça ne dérange personne.

    • @p-y-au-japon
      je parlai d’une langue universelle…
      @chenapan
      “va donc péter din fleurs!”

      Té tu sérieux?!

    • Je suis vraiement décourager par les “journaleux et politiqueux” gauchiste du Québec.
      Vous vous faitent la gorge chaude avec le supposé non respect du Rest Of Canada(ROC) de la langue française.
      Depuis 10 ans que je voyage partout au Canada et jamais le ROC m’a manqué de respect parce que je suis un francophone.
      Au contraire,la plupart me trouve chanceux,car je peux m’exprimer dans les 2 langues.
      Dans la plupart des villes et villages où j’ai été,il m’a été permis de m’exprimer en français.
      J’ai déjà mis les pieds à Vancouver.
      Le français est la 8ième langue parlée dans cette ville. Malgré ce fait, il est quand même facile de ce faire servire par quelqu’un qui parle français.
      J’ai quelques questions pour les “défenseur” de la langue française au Québec.
      1-Pourquoi vous dites que le ROC manquent de respect envers les francophones alors que l’on ne peut même pas envoyer nos enfants dans l’école bilingue ou anglophone de notre choix au Québec???
      2-Pourquoi que nos jeunes qui sortent de l’école secondaire ne sont même pas capable de dire une phrase respectable en anglais ou même d’écrire correctement le français???
      3-Si on veut donner un avenir correct a nos enfants,il est impératif de leur donner une vraie éducation bilingue.. Comment voulez-vous que nos jeunes aient du succès dans leur vie professionnelle s’ils ne maitrissent pas le français et l ‘anglais???
      Je sais par contre qu’il est important de conserver notre langue.
      Mais avez-vous oubliez que nous sommes entouré d’environ 350 million d’anglophones (Canada et USA)et qu’il est impératif que la prochaine génération maitrise l’anglais pour pouvoir avoir un Québec fort.
      Parce que sans l’apprentisage de l’anglais, alors nous sommes condamné a rester une province pauvre sans avenir.
      Dans le années 50 et 60, Montréal était considéré comme une métropole qui pouvait compétitionner avec New-york.
      Aujourd’hui,il est impossible de mettre les deux villes dans la même classe.
      Depuis le mois de mai 1968,le Québec n’a pas cessé sa décroissance.
      Il est grand temps de se reprendre en main et de recommencer à travailler et de donner une éducation forte a nos enfants.
      Vive un Québec fort.
      S.Roussel

    • Il faut vraiment être un imbécile heureux ou vivre sur une autre planète pour dire que c’est le Québec qui devrait faire des concessions en matière de bilinguisme. Dans 90% des cas, les compromis, ce sont déjà les francophones qui les font, la Cour suprême aidant.

      Par ailleurs, mettez 9 francos et 1 anglo autour d’une table, et tout le monde va parler anglais. Mais bon, on aime tellement ça le respect des minorités à sens unique…

    • @sterou2001

      C’est fou ce que certains font rapidement l’équation “défenseur du français = gauchiste”…

    • @marc_g
      C’est parce que droite=béniouioui et à genoux devant le boss.
      gauche=intégrité et tous participe avec des chefs d’équipe.

    • Bravo Patrick Lagacé!! C’est le genre de papier qui fait avancé le débat et qui ne le salie pas d’hyprocrisie!!

    • guitarepirate, tu écris :

      «Faut vraiment être minus pour s’attarder encore à la non présence du français au jeu olympique. Get over it. Si vous vous demandez pourquoi les anglais nous méprisent, vous avez une partie de la réponse dans ce blog.»

      ————————

      S’ils nous méprisent seulement pour ça, alors ce sont des êtres méprisables.

    • Je suis allé voir le site web des jeux de Rio et tout, TOUT (les logos, les vidéos, les animations) est traduit en 4 langues : le portugais, l’espagnol, l’anglais et le français. Et bien traduit, pas de truc poche à RDS (le tableau des médailles sur leur site affiche GER pour l’allemagne, bof), non , non, bien fait, professionel, les jeux olympiques quoi !

      L’affaire avec les anglos du ROC c’est qu’ils sont irrémédiablement incompétents quant vient le temps de traiter des langues, ils sont juste poches parce qu’ils s’imaginent (et beaucoup sur ce blogue aussi) qu’ils parlent la langue internationale perpétuelle (soyons sérieux ici, there is no such thing).

      Mais le plus hallucinant c’est quand je lis du monde ici dire aux autres: bande de perdants, passez à autre chose, évoluez et devenez unilingue anglophone. Je pense que ces gens auraient avantage à s’écouter parler parce que c’est franchement tellement épais que ça fait peur. C’est pas parce que nos voisins du ROC sont poches en langue qu’on est obligés de les imiter dans leur médiocrité. Le bilinguisme est pour les francos du pays une force que les anglos ne soupçonne absolument pas, on va pas s’en priver parce que quelques écervelés rêvent de So you think you can Dance Canada tourné en anglais à Montréal.

      Prenons exemple sur le ROC pour les choses qu’ils réussissent mieux pas pour les choses qu’ils ne réussissent pas. Il y a plein de chose qu’ils font mieux que nous (a commencer par construire des hopitaux universitaires), mais côté langue ils sont les pires incompétents.

      Bref, au lieu d’aller défendre les anglos et leur incompétence crasse allez sur le site de Rio 2016. Whatch and learn comme disent nos amis les anglais. Et la prochaine fois que vous êtes en réunion avec 1 anglo et 10 francos, faites vous pas chier et parlez en français (à moins que ce soit le patron bien sûr), c’est pas grave, c’est comme ça qu’on apprend.

      P.S.: Pi si les anglos nous méprisent pour ça c’est qu’ils sont trop épais pour comprendre que le COVAN à merdé sur la cérémonie d’ouverture.

      Le COVAN a réussi des choses extraordinaire (jeux les plus verts jamais tenu et de loin, bilinguisme sur tout les sites dans une ville ou le français est très rare), mais ils ont vraiment tenu une cérémonie d’ouverture catastrophique et pas juste pour le français (un des 5 piliers de la flamme qui lève pas pour des problèmes techniques). Un autre exemple, ce sont les jeux les plus verts jamais organisés et on fait défiler le PORTEUR de la FLAMME OLYMPIQUE, le grand Wayne Gretzky, devant l’entièreté du monde sur …. un gros pickup ……. EILLE ! CHOSE ! CA T’AMUSE DE SALOPER LE TRAVAIL DE TOUTE L’ÉQUIPE D’ARCHITECTES ET TOUTE LA CAMPAGNE DE RELATIONS PUBLIQUES CONCERNANT LE CÔTÉ ENVIRONNEMENTAL DES JEUX …. est-ce qu’on peut le virer le gars qui a pensé à ça ?

      C’est facile de faire du Quebec-bashing, mais à la fin de la journée ils avaient juste à se débrouiller pour ne pas faire réaliser leur spectacle d’ouverture par … un Australien. Maintenant, ils vont réparer les pots casser à la fermeture et c’est très bien , on apprécie et on va se concentrer sur les jeux. Mais, je ne comprend pas l’attitude de certains ici … oh oui on est désolé de la trouver poche votre cérémonie, ça suffit les moutons il est temps que vous retrouviez votre colonne vertébrale. On critique ceux qu’on aime, all right !

    • @Marc_g : tout à fait d’accord.

      Pour ma part, à la lecture de l’horrible orthographe qui ponctue grand nombre de ces billets, je constate que la lutte est déjà perdue. Le simple fait de ne pas avoir la fierté, la rigueur et l’esprit d’analyse nécessaires pour écrire dans sa propre langue maternelle fait de nous, déjà, des assimilés. Certains prédisent la mort du français d’ici dans 20 ou 50 ans. Malheureusement, force est d’en constater aujourd’hui même le décès.

      Ne vous méprenez pas : l’ouverture sur le monde et les autres langues est immensément enrichissante et stimulante sur les plans culturel, de la logique et de l’actualisation de soi.

      Cependant, on doit commencer par maîtriser (pas maitrisser, comme j’ai lu ci-dessus) AU MOINS les rudiments de sa langue maternelle, afin d’affiner son esprit d’analyse. Langue est l’essence même du raisonnement. C’en est d’ailleurs le seul outil.

      Ensuite, et seulement ensuite, lorsqu’on arrive à s’exprimer avec intelligence et jugement, on peut commencer à passer à l’ouverture sur le monde.

      J’imagine que l’absence générale de « gros bon sens » de certains auteurs sur ce blogue, qui s’empressent de crier à l’extrémisme aussitôt qu’on tente de préserver le français (avec la minuscule, SVP, sinon vous parlez d’un homme né en France), provient donc du raisonnement défaillant de toute personne incapable de manier le verbe correctement.

      J’en déduis aussi que cette pénurie d’aptitude essentielle à la réflexion fait des Québécois une race en voie d’extinction, une race qui aura su tracer elle même son parcours vers le déclin, embrassant avec enthousiasme sa stupidité et adhérant à la colonisation pour être à la mode.

      Vivement un retour vers un système d’éducation convenable. On a créé des générations d’illettrés incultes qui croient détenir la Vérité. Wow. Je viens de comprendre pourquoi on est aussi peu fiers de notre langue.

      Un conseil : si vous êtes trop paresseux pour ouvrir un dictionnaire, il en existe en format électronique, aussi…

      Zab

    • ahh oui, j’ai manqué mon coup, québécois…les petits carrés pour écrire nous donnent pas vraiment l’envie de se relire….

    • oups, une précision :

      J’en déduis aussi que cette pénurie d’aptitude essentielle à la réflexion fait des Québécois une race en voie d’extinction, une race qui aura su tracer elle-même son parcours vers le déclin, embrassant avec enthousiasme sa stupidité et adhérant à la colonisation pour être à la mode au lieu de se respecter.

    • L’absence du français lors de la cérémonie d’ouverture ne m’a pas du tout surprise. Ce spectacle était celui du pays d’à côté, pas du mien, tant dans sa langue que dans sa sensibilité. Je me suis ennuyée à mourir et je m’y attendais. Au moins, on ne peut pas accuser les organisateurs d’avoir été hypocrites en célébrant le fait français, ils s’en fichent éperdument, encore et toujours. Là où ils ont été hypocrites par-contre, c’est en beurrant aussi épais sur les autochtones, alors qu’ils s’en fichent tout autant sinon plus. Mais la plus grande hypocrisie de ce spectacle réside ailleurs, dans la célébration du climat nordique et de la nature. Quand on a Stephen Harper comme premier ministre et les sables bitumineux dans la province voisine, quand on sait que le Canada s’est fait une sale réputation lors de la dernière conférence sur le réchauffement climatique à Copenhague, on ne peut s’empêcher de sourciller devant tant d’insistance sur la beauté de nos paysages, sur la rigueur de notre climat. Mes coups de coeur dans cette propagande largement financée par le fédéral: l’immense ours polaire gonflable et la banquise qui craque pour laisser passer des baleines. Et Harper de commenter le lendemain: ” Certainly the greatest show I have seen in my life”.

    • “We are Métis and get constantly trampled on by the anglos, the francos and now les bilingues. And they wonder why we don’t speak up.” Anonymous/anonyme

      LeCanardHasBeen

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2010
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité