Patrick Lagacé

Archive, février 2010

Dimanche 28 février 2010 | Mise en ligne à 23h08 | Commenter Commentaires (229)

Pis, la cérémonie de clôture des JO de Vancouver ?

JO-Vancouver

Question, comme ça.

Est-ce que ça se peut que des cérémonies d’ouverture et de fermeture de Jeux olympiques, ce soit condamné à être un peu plate, un peu convenu, désespérément pittoresque ?

Pour l’athlète qui défile, bien sûr, c’est la conclusion d’une aventure qu’on espère formidable. Pour la moyenne des ours, assise dans son salon, c’est une suite plus ou moins imbuvable de lieux communs et d’images d’Épinal. De la guimauve rassembleuse. J’ai l’air de critiquer, mais nous aimons la guimauve rassembleuse…

N’empêche que, bon, Captain Kirk William Shatner, Michael Bubblé qui chante l’hymne national, des orignaux géants (en mousse), la trame sonore de La Soirée du hockey qui accompagne une reproduction géante de hockey sur table, une remise de médailles, Marie-Mai en vamp, Simple Plan, une troupe torontoise de hip-hop habillée en fluo et Catherine O’Hara de Maman j’ai raté l’avion

Quel est le lien narratif ?

Que veut-on dire ?

Quel est le message ?

Comme a dit mon ami Patrick Neault, sur son compte Facebook : Hey ho le comité organisateur! C’est les JO pas les Junos. Different spelling…. M. Neault qui a mis la main, en exclusivité, sur le demo de la cérémonie d’ouvertureski des jeux de Scotchi Sotchi :

Au moins, la cérémonie de clôture est moins pompeuse que celle qui ouvre les JO. Mais quand même, hier, ouf, j’avais mal aux yeux quand les gars en fluo se sont mis à danser. Au moins, Garou n’a pas faussé.

Ah, il n’était pas là ?

Bon.

Lire les commentaires (229)  |  Commenter cet article






Vendredi 26 février 2010 | Mise en ligne à 16h32 | Commenter Commentaires (90)

Souvenirs de Tchernobyl

Quand j’étais jeune, l’Union soviétique exerçait une réelle fascination sur l’ado que j’étais. Je n’étais pas communiste, pas pour un rouble. Mais tous ces gens qui vivaient derrière un Rideau de fer, ce système opaque, le tout-puissant KGB, l’alphabet cyrillique constituaient un mystère très titillant…

Ti-cul, les sommets USA-URSS me captivaient, les histoires de défection, aussi, tout comme les infos sur les leaders soviétiques : Andropov, Tchernenko, Gorbatchev ; les concepts de perestroika et de glasnost. J’adorais ce mot, glasnost. Et le mot apparatchik… J’avais des connaissances anormales sur la course aux armements et les types de tanks qui pourraient être utilisés en cas de conflit européen.

Puis, en 1986, Tchernobyl. Je me souviens qu’au début, personne n’était certain de l’ampleur de la catastrophe nucléaire que l’on sait. Jeunes lecteurs, sachez qu’en ce temps, Twitter et les Internets grand public n’existaient pas. Pour des infos sur l’URSS, il fallait se fier aux quelques médias occidentaux présents là-bas et aux dépêches de l’agence TASS, qui étaient en fait des communiqués de presse rédigés par le Kremlin… Éventuellement, évidemment, on a su. Su, malgré les démentis, que l’accident de la centrale nucléaire avait tué des milliers de gens.

Longue intro pour ploguer un site aux photos inquiétantes et fascinantes, celles d’une femme qui fait de la moto dans la région de Tchernobyl, une région qui est désormais un quasi-no man’s land. Ses images sont sorties d’un film apocalyptique.

Merci à François, qui m’a refilé le lien.

Lire les commentaires (90)  |  Commenter cet article






Jeudi 25 février 2010 | Mise en ligne à 23h38 | Commenter Commentaires (164)

Le retour du Jedi, euh, du « Star Wars Kid »

Star-Wars

C’est une des premières vidéos virales célèbres : en 2003, Ghyslain Raza, de Trois-Rivières, devient célèbre à son corps défendant quand un film de lui en train de mimer une bataille au sabre laser fait le tour des internets. Pour des raisons obscures jamais élucidées par la science moderne, la séquence a fasciné des millions d’internautes. L’ado est devenu connu par son surnom : « Star Wars Kid ». Célèbre, disais : l’entrée Wikipédia est disponible dans une dizaine de langues !

(Sur YouTube, le clip)

Jamais Ghyslain Raza n’a parlé de cet épisode, qui l’a traumatisé, semble-t-il. Tellement traumatisé que sa famille a poursuivi ses camarades responsables de la fuite de la vidéo vers le web. L’affaire fut réglée hors cour.

Ghyslain Raza, tel un Jedi, fait un retour dans l’actualité. Enfin, façon de parler : le jeune homme occupe désormais le poste de Patrimoine Trois-Rivières, rapporte le Nouvelliste. Le papier n’évoque pas le passé de vedette numérique involontaire de M. Raza. Le journal fait état du passé de M. Raza dans un article secondaire.

AJOUT : Si les braillards veulent m’envoyer leurs adresses postales, je vais leur envoyer des Kleenex. Sérieusement, je ne vois pas où est le problème. Ghyslain Raza, que ça lui plaise ou non, est devenu une sorte de personnage public. Là, il l’est encore plus : il devient président d’un organisme de protection du patrimoine dans une grande ville du Québec. Il s’affiche ouvertement. Il pose pour une photo. C’est plate, mais sa mésaventure a eu un écho planétaire et est devenue un symbole des dangers qui nous guettent, côté vie privée, en cette ère numérique.

Avoir voulu être cute, j’aurais enrobé ce billet de bons sentiments. J’aurais écrit : Eh, Ghyslain, wow, bravo, on dirait que t’as surmonté cette épreuve de belle façon ! Mais j’estime que ça aurait été condescendant et manipulateur, une façon pas subtile de me dédouaner, d’esquiver la pluie de commentaires des bonnes âmes que j’appréhendais de toute façon. Snif, snif, la vie n’est pas un film de Disney.

Vraiment, des fois, je me dis que je devrais faire comme d’autres collègues et limiter au maximum le nombre de commentaires sur ce blogue. Je vous donne trop de place, je dois être masochiste de laisser tous les tatas de la blogosphère s’exprimer ici. C’est même pas que ça m’atteint. C’est juste une question d’hygiène, à la fin.

Lire les commentaires (164)  |  Commenter cet article






publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2012
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives

  • publicité