Patrick Lagacé

Patrick Lagacé - Auteur
  • Patrick Lagacé

    Patrick Lagacé aime le journalisme : « Cette profession permet de vivre des aventures et d'être payé pour le faire », dit-il.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mardi 30 septembre 2008 | Mise en ligne à 12h07 | Commenter Commentaires (45)

    « Vous avez merdé » : la crise financière en (géniale) BD

    bd rue89005.jpg

    L’équipe de Rue89 a traduit et fait circuler une BD qui circule sous le manteau sur la crise des subprimes. Une vulgarisation qui frise le génie, cynique à souhait, pour expliquer cette cro…, pardon, ce système très complexe qu’est la finance moderne.

    Répétez après moi : le marché est capable de se gérer lui-même. L’État ne doit pas réglementer le marché. Le marché est capable de se gérer lui-même. L’État ne doit pas réglementer le marché. Le marché est capa…


    • Je l’ai récupérée la semaine dernière, elle est énorme !!!!!

    • Un peu de lecture mon Pat.
      http://www.nypost.com/seven/09242008/postopinion/opedcolumnists/house_of_cards_130479.htm?page=0

      L’intervention Étatique comme point de départ de la crise.

    • Je l’ai déjà mentionné sur l’autre fil de discussion relatif à la crise économique. La crosse visait à permettre à des gens à revenus modeste d’accéder à la propriété. Le système a été mis en place sous Carter et bonifié sous Clinton. S’agissait-il vraiment d’une crosse (voyons, n’ayons pas peur des mots)? Ou bien s’agissait-il de mettre en place une politique socialiste pour aider les pauvres à accéder au rêve Américain: le bungalow?

      Toute la belle période de prospérité sous Clinton s’est donc faite en gonflant la bulle immobilière indûment? Clinton et Carter avant lui auraient donc fricotter abusivement avec Wall Street pour se faire une réputation dorée de bon Président of United States of America?

      C’est bien beau le cynisme, mais la réalité n’est pas si noire ou blanche que vous la dépeignez.

    • Une chance que Vincent Lacroix a pas été condamné à passer du temps à Wall Street…

    • “Look”, comme dirait Donald Rumsfeld, “We have Sarah Palin!”

      La preuve que tout n’est pas perdu et que la “Hockey Mom” viendra à bout de ce problème:

      « …when asked why the banking bailout package was important.»

      « “Um, helping, oh … it’s got to be all about job creation too. Shoring up our economy and putting it back on the right track.” »

      C’est siiimple, non?

      C’est là:
      http://www.independent.co.uk/news/race-for-whitehouse/the-question-is-can-palin-give-a-coherent-answer-944060.html

      Rassuré? Répétez après moi: Vice-President Sarah Palin… :-S

      :-D

    • Ah! Je me demandais bien quand on allait la voir apparaître dans les journaux cette petite BD…

      Je l’ai lue il y a plusierurs mois déjà (ça ne circule pas qu’à New-York!) et au niveau de la vulgarisation, je leur lève mon chapeau!

    • C’est l’intervention de l’état qui a causé la crise. Sous l’administration Clinton, on a promis de garantir les dette de Fannie et Freddie pour qu’ils prêtent aux pauvres. Ils ont fait ça en disant aux banques de faire des subprimes et qu’ensuite ces subprime allaient être racheté par Fannie et Freddie, 2 organismes para-public, en garantissent leurs dettes.

      Le résultats de cet interventionnisme des démocrates, on le voit aujourd’hui.

    • C’est triste à dire, mais même avec cette vulgarisation, je pige rien. Bordel que je comprend rien à l’économie. :o(

    • @dcsavard

      Ah oui, bien sûr, c’est la faute de la go-gauche…

      Bien sûr que ce n’est pas la faute de l’absence de contrôle gouvernemental et surtout pas la faute des politiques de dérèglementations qui ont été à l’agenda présidentiel pour 20 des 28 dernières années.

      Sans compter que Clinton, c’est pas trop la grosse go-gauche non plus.

      Remonter ça à Carter, là, faut le faire.

      Eh misère…

      Bon je vous laisse “Troller” en paix. Vous partez de trop loin pour essayer de faire le moindre débat.

    • Avez-vous remarqué, les messieurs du forum qui nous font toujours l’apologie de la “Drette” en fustigeant la sociale-démocratie… on ne les entend pas beaucoup parler ces temps-ci.

      “Les marchés se gèrent d’eux-mêmes”

      Y’a right!

    • plus de lecture pour ceux qui pensent que l’état est la solution aux problemes de wall street

      www.cnn.com/2008/POLITICS/09/23/paul.bailout/

      Ever since the 1930s, the federal government has involved itself deeply in housing policy and developed numerous programs to encourage homebuilding and homeownership.

      Government-sponsored enterprises Fannie Mae and Freddie Mac were able to obtain a monopoly position in the mortgage market, especially the mortgage-backed securities market, because of the advantages bestowed upon them by the federal government.

      Laws passed by Congress such as the Community Reinvestment Act required banks to make loans to previously underserved segments of their communities, thus forcing banks to lend to people who normally would be rejected as bad credit risks.

      These governmental measures, combined with the Federal Reserve’s loose monetary policy, led to an unsustainable housing boom. The key measure by which the Fed caused this boom was through the manipulation of interest rates, and the open market operations that accompany this lowering.

      ca.. du libre marché ? soyons sérieux

    • Répétez après moi: la cause la plus importante de ce bordel est l’INTERVENTION GOUVERNEMENTALE. La cause la plus importante de ce bordel est l’intervention gouvernementale… Renseignez-vous un peu, bordel. Il y a plus de dix ans, les élus démocrates ont forcé (oui oui, forcé) les banques à prêter à des acheteurs qui n’en avaient pas les moyens (de là les prêts subprime) au nom de la discrimination positive (les gens de couleur et pauvres ont aussi droit de posséder une maison), un beau concept de la go-gauche. Ce sont en majorité ces gens qui font défaut sur leurs prêts aujourd’hui. Bien sûr la cupidité des banquiers est déplorable, mais tout autant que cette politique, et que les abus de fannie Mae et Freddie Mac – également pressés par le gouvernement d’offrir plus d’hypothèques aux pauvres qui n’auraient jamais dû en avoir. Je sais que c’est inutile que je dise ça. La plupart des gens ne veulent rien entendre et préfèrent les histoires où il y a des gros méchants facilement identifiables. Et ca inclus malheureusement le journaliste. SVP laissez tomber l’économie. Vous n’y connaissez rien et vous désinformez vos lecteurs.

    • Tiens tiens… DG ressort de son antre pour nous asséner la Vérité. Bien entendu, c’est de la faute aux démocrates et du vilain État, qui a permis à ce système de ce mettre en place et d’atteindre de tels sommets avant de s’écraser… Donc, Reagan, Bush père et fils n’ont absolument rien à voir dans ce fiasco ? Ils combinent ensemble 20 ans de gouverne, dont les 8 dernières années. Et Bush fils n’aurait pas pu intervenir ? Pourquoi ne pas avoir démantelé un système si néfaste et laisser libre cours au marché ? Peut-être parce que tous ses proches en profitaient…

      http://laplaine.wordpress.com/

    • J’ai ri quand j’ai vu que ce blogue et celui de Stéphane Laporte sont classés dans la catégorie “Humeur” (dans la liste de tous les blogues sur Cyberpresse).

    • Bein, y’a une notion particulière en arrière de l’idée que le marché auto-géré, régulé par l’offre et la demande: il ne considère pas les besoins et les désirs humains, les volontés individuelles et collectives. C’est une notion purement économique, mathématique à la limite, mais qui exclut à la base toute intervention humaine. Le marché peut s’auto réguler dans la mesure ou aucune loi ne gère l’acces à la main-d’oeuvre, et dans la mesure ou aucun propriétaire ne cherche à accumuler de l’argent en jouant sur l’offre ou la demande. On sait très bien, par expérience, que la main-d’oeuvre n’apprécie pas être gérée au gré de la fluctuation de la demande de produit, tout comme on sais très bien que ceux qui gèrent les entreprises jouent avec les règles de l’offre et de la demande. La bourse vient compliquer encore davantage les choses. Laissez le marché sans réglementation, et l’humain le transformera à son profit, quitte à le mettre en péril.

    • Le problème des américains quand ils tentent de faire une politique de gauche en restant de droite. Il ne comprennent pas le terme de social-démocratie. C’est dommage d’être borné…

    • Trois crises en ligne sur Wall Street; les produits dérivés (milieu 90), une autre qui m’échappe, et cette dernière.

      Un point en commun. Des ratings AAA collés pars les agences de cotations sur des cochoneries dons la valeur est manipulé en tronconnant la dette achetée en portions.

      Mais le problème est problablement ailleurs, ce n’est qu’une coincidence…

    • @dcsavard : Une fois qu’on enlève la désinformation de ton article il reste 3 ou 4 mots. ;)

    • Les banques veulent notre bien
      Les politiciens veulent notre bien
      Les plombiers veulent notre bien
      Lea dentistes veulent notre bien
      Les pétrolières veulent notre bien
      Les avocats veulent notre bien
      Les vendeurs de chars neulent votre bien
      Les épiciers veulent notre bien
      Les multinationales veulent notre bien
      Les poseurs de pneux d’hiver veulent notre bien
      Les Témoins de Jehova veulent notre bien

      Les marchés se gèrent d’eux-mêmes…

      Pis ton chèque est dans malle !

    • Le capitalisme sauvage style XIXe siècle, c’est mort en 1929. Y’a eu le New Deal, depuis. Les États-Unis de 2008, hypercapitalistes ?! Voyons donc, c’est bon pour Québec Solidaire, dire des sottises pareilles. Y’a 30 % de dépenses gouvernementales dans le PIB. Fin du débat. Ici, c’est 40, en France, 50. Absolument tous les pays de l’OCDE sont interventionnistes depuis longtemps, mêmes les USA…

    • “Répétez après moi: la cause la plus importante de ce bordel est l’INTERVENTION GOUVERNEMENTALE.”

      Et d’après vous, le gouvernement américain – peu importe l’administration en place – intervient pour aider le peuple dans sa *poursuite du bonheur* ou pour s’assurer que les grandes compagnies américaines puissent continuer à s’enrichir sans vergogne …??

      “Politics is the entertainment branch of industry”
      (Frank Zappa)

    • @ jesusdeterrebonne

      Vous avez écrit:

      « Avez-vous remarqué, les messieurs du forum qui nous font toujours l’apologie de la “Drette” en fustigeant la sociale-démocratie… on ne les entend pas beaucoup parler ces temps-ci. »

      C’est drôle, je me sens un peu visé tout d’un coup… ;-)

      Ce n’est pas aussi simple que vous le laissez entendre. La diminution de l’interventionnisme étatique dans l’économie n’a rien à voir avec un je-ne-sais quel “free for all”. Un marché libre ne signifie nullement un marché sans règles. Là comme dans les autres sphère de la société, le droit (donc L’État) a sa place…

      La différence, pour faire simple, serait que la “droite” (ensemble plutôt flou…) affirme que l’État ne doit pas être un fabricant de saucisses. Cela ne signifie nullement que l’Etat n’a pas à réglementer les trucs qui sont mis dans les saucisses…
      Capice?

      En ce qui concerne la “social-démocratie” vous poussez le bouchon un peu loin: $ 700 milliards
      pour les gros bonnets de Wall Street ? De la “social-démocratie” ?

      Après tout vous n’avez peut-être pas entièrement tort… Je réaffirme ici que la social-démocratie tend surtout à aider ceux qui n’en ont pas besoin (les “artistes”) au détriment des plus mal pris. Vous n’êtes pas obligé de me croire sur parole.

      Voyez plutôt combien la social-démocratie (le “modèle” québécois) est efficace (et humain à part de ça…):

      http://www.cyberpresse.ca/dossiers/montreal-la-paumee/

      Après des décennies de social-démocratie? Y’a de quoi être est beau C R I S S.
      Et la go-gauche n’a pas le monopole de la moralité et de la compassion.

      Bien cordialement.

    • @ marc-aurele.gagnon

      Vous vous êtes critiqué (à tort) ainsi:

      « C’est triste à dire, mais même avec cette vulgarisation, je pige rien. Bordel que je comprend rien à l’économie. :o( »

      Ce n’est pas de l’économie M. Gagnon: c’est du banditisme (mot poli: spéculateurs). Puisque vous n’avez pas l’esprit tordu des criminels, il vous est difficile de comprendre leur conduites.

      Comme beaucoup d’honnêtes gens vous avez peine à réaliser qu’il y a des crapules qui pourraient vous piler sur la figure si vous êtes dans leur chemin, étrangler votre chat et vendre votre grand-mère à un bordel Thaïlandais pour faire la piastre. Et ça ne les empêche pas de dormir. Les criminels, M. Gagnon ont une caractéristique commune: aucune empathie pour qui que ce soit.

      Bonne journée.

    • @dcsavard
      Sans aller aussi loin que bertrandtoupin, j’aimerais dire que tu parles de Carter et de Clinton – le premier fut élu en 1977 ! -, mais que tu oublies de nous rappeler le rôle crucial qu’a joué la politique monétaire laxiste de l’inénarrable W qui tient les rennes du pouvoir depuis 2000, et dont l’administration, sous Greenspan à la tête de la FED, a imprimé plus de billets verts qui ont empoisonné le marché de l’immobilier que les États-Unis n’en avaient imprimé avant lui depuis… la création du dollar !!!

      Voilà sans doute le genre de détails qu’un Républicain peut avoir tendance a oublié, et qui a certainement pesé assez lourd, pour ne pas dire de façon déterminante, sur la suite funeste des événements que nous connaissons.

    • @bertrandtoupin,

      tu serais gentil de me dire lesquels.

    • Un peu de lecture pour Bertrand et les autres:

      Fannie Mae: http://en.wikipedia.org/wiki/Fannie_Mae
      Freddie Mac: http://en.wikipedia.org/wiki/Freddie_Mac

    • Cet BD sarcastique circulait déjà pas mal dans sa version anglaise l’hiver dernier…

      Voir ici: http://youtubequebec.blogspot.com/2008/03/la-crise-des-subprimes-pour-les-nuls.html

    • Répétez après moi : le marché est capable de se digérer lui-même…le marché est capable de se digérer lui-même…le marché est capable de se digérer lui-même.
      Sur l’air de ”Moi j’connais une chanson pour….”

    • Beaucoup d’ignorance transpire dans les commentaires relativement à cette crise. Un peu de recherche vous aurait permis de constater que cette crise des subprimes a été favorisée par l’intervention du Congrès américain et des mesures mises en place d’abord par Carter puis sous l’administration Clinton. Les élus du peuple se sont essayé à faire de l’ingénierie sociale afin de permettre à ceux qui n’en avaient pas les moyens d’accéder à la propriété, notamment par le biais du federal Community Reinvestment Act. On voit maintenant l’effet pervers de cette intervention gouvernemetale.

    • @Pat Lagacé : ayoye, c’est fou comment tu as arrêté de cacher ton côté gauchiste, socialisme et bloquiste depuis le début de l’élection.

    • En fait… si on comprend bien tout ce que vous racontez…
      Ben laden, les communistes et la gaugauche québecoise avait raison et ont battus les méchants américains. ha ha ha… vous me faites tous rire.
      On va rentrer dans une période ou l’état va s’occuper de tout et vive les taxes sociales de toutes sortes. L’échec du mur de Berlin n’a pas servi et le communisme revient a pleine dent!

    • @jeanturg,

      primo, comment pourrais-je être républicain puisque ce parti n’existe pas dans mon pays?

      secundo, la crise a à voir avec l’incitation du gouvernement aux banques à consentir des prêts à des individus qui autrement n’auraient jamais eu une cenne noire d’une banque en couvrant la banque via des organismes para-gouvernementaux (Freddie Mac et Fanny Mae nommément).

      tertio, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes tant et aussi longtemps que le prix des maisons était à la hausse et permettait donc de supporter les mauvaises créances par une valeur immobilière enrichie.

      quattro, c’est l’écrasement du marché immobilier qui est la cause de la crise. Rien à voir avec le laxisme de l’administration Américaine et le chapelet de requêtes en recouvrement auprès de Freddy et Fannie qui a fait sauter la banque.

      Fannie Mae a été créée en 1938 consécutivement et dans la foulée du New Deal.

      Freddy Mac a été créée en 1970.

      D’un lien que j’ai déjà fourni: «In 1995, Freddie Mac began receiving affordable housing credit for buying subprime securities. »

      Et qui était Président des États-Unis d’Amérique de 1993 à 2001?

      Autant de mauvaise foi dans un seul homme, il n’y a pas à dire, ça doit suinter de partout.

    • La Droite dit: l’Individu!
      La Gauche dit: la Société!
      Les deux côtés sont prompts aux excès.
      Dans le cas présent, voilà une catastrophe et une abération de plus de la droite économique. L’argent, l’argent, l’argent!
      La droite morale elle, si prompte aux responsabilisations noire-ou-blanches à outrance et aux pendaisons publiques devrait se regarder elle-même pour une fois. Et se payer une petite introspection. Mais Ça n’arrivera pas.
      Ils jouent aux maîtres du monde et s’accordent tout les droits et quand ils sèment la dévastation, il ne reste plus que l’État pour sauver leur terrains de jeux…
      Comme un enfant qui refuse l’autorité de ses parents mais court se plaindre à ceux-ci quand un prof leur tapent sur les doigts…
      Les comiques pas drôles de Wall Street oublient toujours que l’argent qui leur sort par les oreilles vient de la sueur des travailleurs ordinaires. Eux, ils ne font que spéculer sur la valeur de cette sueur…
      Le pire, c’est que c’est le petit travailleur qui perd sa maison et qui devra payer encore de ses taxes le rachat de cette monumentale farce! Tous ça pour ne pas que la situation empire et qu’ils ne perdent ausii… leur jobs!
      Comble de la farce, ils continueront de voir les Jaguars et les BMW des vrais responsables défiler devant eux. Bien entendu, ceux-çi continueront de se soustraire aux taxes et bénéficieront toujours des avantages des paradis fiscaux…
      Et les Républicains trouvent le tour de râler qu’il s’agit d’une mesure communiste!

      L’une comme l’autre (la Droite & la Gauche) à besoin de l’autre pour se définir, se tempérer.
      Moi je dis: l’Individu DANS une Société. Le juste millieu, merde!

    • Fascinant comment plutôt que d’avouer qu’ils se sont trompé sur le caractère divin du Marché, les ultra-capitalistes remontent jusqu’à Carter et Clinton pour sortir du chapeau une loi qui ne touche qu’un très infîme minorité des prêts immobiliers qui ont causé la crise du subprime.

      Les ultra-capitalistes de ce blogue font comme McCain qui clame être l’homme du changement alors que les Républicains dominaient le Gvt fédéral des USA de 2000 à 2006. Mieux encore, les ultra-capitalistes démontrent que leurs collègues américains sont aussi incompétents qu’eux puisque ils n’ont pas pu réparer les supposés erreurs de Carter après huit ans de mandat Reagan et huit ans de mandat Bush entrecoupé par un mandat Clinton où le Congrès a été a majorité républicaine.

    • Super cette BD chef ! Ça explique très bien la bédébandade actuelle.

    • @Patrick

      Le “méchant capitalisme” n’est pas le coupable. Ce sont plutôt les politiciens “au grand coeur” qui pointent du doigt les autres pour les distorsions qu’ils ont apporté et qui créent finalement plus de torts que de bien à l’économie et à la société.

      Vaut toujours mieux blâmer les autres que soi-même, c’est bien connu.

      De meilleures BD (et plus réalistes) sur www.redplanetcartoons.com :
      - http://www.redplanetcartoons.com/wordpress/wp-content/uploads/2008/09/9192008riskyloans.gif
      - http://www.redplanetcartoons.com/wordpress/wp-content/uploads/2008/08/8292008justsayno.jpg

    • Je vois plutôt une apparence de lavage de cerveaux en provenance des politiciens et des médias (où néophytes – même journalistes – s’improvisent en experts de l’économie).

    • C’est toujours un peu la même histoire, le même rituel. À tous le 8-10 ans,crise boursière, les petits et moyens épargnants se font laver dans un genre de loterie administrée par les gros capitalistes. Quelques années après la débâcle les floués essaient de se “refaire”, ça marche un certain temps jusqu’à ce que les gros requins empochent encore leurs gains, et qui perd encore ? Les petits génies boursiers qui y perdent leurs REER.
      Les experts en économie, ceux-là même qui vous avaient conseillé telles ou telles actions pour que vous deveniez riches à court terme, vous conseillent aujourd’hui de ne pas céder à la panique pour ne pas infliger un coup fatal à l’économie en phase terminale et ainsi laisser les gros requins assez de temps pour qu’ils retirent tous les argents gagnés à la sueur de leurs gros culs.
      Les gros requins mangent les petits requins et le frétin qui passe, rien de nouveau là-dedans,les parts qu’ils vous ont vendues 100$ il y a deux mois,que vous ne poudriez pas vendre à 60$ aujourd’hui ils vous les rachèteront bien à 1.13$ dans deux mois pour vous les revendre à 40$ dans un an, le cycle va recommencer, c’est pas les poissons qui manquent.
      On accuse les gouvernements, Clinton,Carter et on remonte jusqu’à Lincoln dans un sens, dans l’autre sens ce serait la faute de Bush, père et fils, Reagan,Nixon jusqu’à Washington, mais il n’est pas difficile d’imaginer que de laisser les capitalistes s’autorêglementer,c’est un peu comme laisser l’administration de la justice entre les mains des avocats et de la Mafia.
      Pour vous rassurer je vous conseille les valeurs sures,les banques suisses,dans un coffret !

    • Pour en remettre à propos de l’intervention de l’état, il est a noté que c’est la FED, une créature de l’état, qui est le grand coupable de ce gâchis. En maintenant des taux d’intérêt artificiellement bas (les taux réels étaient négatifs, comme présentement d’ailleurs) trop longtemps à la suite de la débâcle des dot com , elle a encourager tous les excès qui nous éclate en pleine face aujourd’hui. Ces taux ont encouragés les banques à emprunter énormément et aux consommateurs à surconsommer. L’endettement total (gouvernements, consommateurs, entreprises,… )des États-Unis en % de leur PIB est actuellement plus élevé que lors de la grande dépression de 1929-1933. La FED était également le grand responsable de la grande dépression, conséquence d’une mauvaise politique monétaire. Et si vous vous donnez la peine de vous informer un peu sujet des grandes crises économiques de l’histoire, vous réaliserez qu’elles ont très souvent un dénominateur commun: une mauvaise politique monétaire. Les mécanismes de marchés fonctionnent très bien. Ce sont les états qui se sentent obligés d’intervenir continuellement qui créent toutes sortes de distorsions qui causent les situations comme nous vivons actuellement.

      Pour plus d’information à propos des effets pervers sur l’économie qu’engendre les banques centrales je vous suggère de vous intéresser à Ron Paul, un membre du congrès aux É-U. Il y a notamment plusieurs face-à-face intéressants avec Bernanke à visionner sur youtube.

    • La leçon est: la classe moyenne américaine n’est pas honnête. La meilleure façon de vivre c’est de vivre selon ses moyens.
      Mais la classe moyenne en veut plus que les pauvres et autant que les riches. S’il y a une chose qu’elle ne veut pas entendre, c’est: “non”.
      Cette situation n’est pas éthique. Très malsain. Hypocrisie noire. Conséquence: la crise.

    • Pas si facile d’identifier précisément des coupables spécifiques dans ce gâchis qui prend une ampleur planétaire.

      Selon moi, c’est bien simple: Le système économique humain a atteint le seuil critique de son incompétence.

      Le capitalisme et la compétition commerciale, lorsque pratiqués par la presque totalité des peuples de la planète, aura tôt fait d’appauvrir presque tout le monde et de créer de nouveaux conflits graves si de nouvelles règles du jeu ne sont pas bientôt établies.

      On va vider la planète de sa substance en moins de deux et les pays qui étaient jusque là dominants vont capoter et traverser des moments terriblement critiques, sous la pression des pays à qui ils ont pourtant permis d’émerger…

      Dans le mode de fonctionnement en vigueur jusqu’à aujourd’hui, l’espèce humaine a toujours eu besoin pour survivre qu’une partie de sa masse soit défavorisée et exploitée par l’autre, que tous les peuples ne puissent jouir des mêmes richesses, de la même qualité de vie.

      Maintenant qu’on se croyait un peu plus en passe d’y arriver, on réalise qu’il n’en est rien, qu’on ne peut tous être égaux dans le même bateau, que le balancier est en train de virer de bord…

      Ça ne sera pas drôle “t’à l’heure”… Parce que ceux (nous) qui se font manger la laine sur le dos (nous) et s’appauvrissent vont finir par s’exaspérer et les pays en croissance ne voudront pas s’arrêter…

      Ça va être laid…

    • Le responsable de la crise : la loi de Murphy

      Qui est donc responsable de la crise financière aux USA? Les analystes ne s’entendent pas sur la source du problème : Bush, Clinton, Jimmy Carter, les banquiers, Fannie Mae et Freddie Mac, les prêts subprime à risque, les inventions dérivées PCAA, la bulle immobilière, le manque de régulation?

      Mon opinion est qu’il y a un peu de tout ça, mais qu’il y a un grand responsable du nom de Murphy, celui qui a établi la loi de Murphy. Cette loi se lit comme suit, une fois traduite en mes mots : « Y’a-t-il une manière que la maudite machine puisse un jour tomber en panne? Si oui, vous pouvez être sûr que ça arrivera » Et voilà c’est arrivé.

      Tout ce qui était derrière ça relevait de beaux principes : l’accès à la propriété et à la richesse pour M. Tout-le-monde, stimulation de l’économie par un secteur de la construction et de la revente vigoureux. Des financiers qui y trouvent leur compte dans les prêts comme dans les emprunts. Même ces damnés PCAA étaient bien pensés car ils répartissaient le risque de façon scientifique.

      Le seul hic fut le dégonflement rapide de la bulle immobilière qui a surpris les banquiers alors que leurs culottes étaient par terre. La solution est donc une intervention gouvernementale couteuse pour adoucir l’atterrissage. Si c’est le cas attachez vos ceintures, sinon ne vous donnez même pas cette peine; on comptera les cadavres après.

    • @ Allenzheimer: C’est la pire crise économique au États-unis depuis Le Krash en 1929 et non une petite crise tendancielle.

      C’est la preuve que le capitalisme pur et dur ne fonctionne pas, il faut que le gouvernement surveille les crapules qui ne pensent qu’à assurer leur retraite en «crossant» le plus possible.

    • Le 6/49 à 35 millions ?
      Les cheaps bazars payent les 2 taxes ?
      Les pharmacies annoncent leurs spéciaux ?
      Vite avant que ma banque ferme car :

      -”C’est la journée du chèque !!!! ”

      Quelle belle journée que la journée du chèque
      Les bienheureux sont enfin réunis
      Au casino pour une partie d’échec
      En buvant un petit « Dry Bellini »
      D’aucun préfère se splasher la gueule
      On se croirait su’a plage à Miami
      C’est pas une journée pour brosser tout seul
      Si on peut pas s’la péter entre amis

      On profite d’l’économie souterraine
      On laisse les autres s’occuper des impôts
      On est comme un navire en quarantaine
      On est au crochet, on suspend notre peau
      Pour ce qui est d’assurer la relève
      Et pour bien garder le navire à flot
      On n’a même pas besoin de faire la grève
      Suffit juste d’engendrer une coupe de flots

      Aussi vrai que notre planète est ronde
      Et que le premier se pointe à la fin du mois
      On d’vrait avoir un chèque en v’nant au monde
      Disait Émile, le cœur tout en émoi
      Réjeanne, la maigre cramponné sur sa sonde
      Fournissait aucune protestation
      Sachant à quel point les jaloux abondent
      Et qui faut s’méfier de la délation.

      -Plume

    • Quel timing parfait pour relancer la propagande… C’est une comédie ou c’est sérieux? http://www.youtube.com/watch?v=NEJCasA3V7o

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2007
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité