Patrick Lagacé

Archive, août 2008

Dimanche 31 août 2008 | Mise en ligne à 14h58 | Commenter Commentaires (108)

Barack Obama et les rednecks

obama2.jpg

Ma chronique du jour porte sur Barack Obama et ce qu’on peut appeler l’Amérique profonde. Cet été, je suis allé en Indiana avec des amis pour voir une course de NASCAR (le voyage était davantage pour les amis que pour les chars) et ça m’a permis de voir une autre tranche de ce pays fascinant. J’adore les États-Unis, je suis pro-Américain, n’en déplaise aux bushistes qui confondent aversion pour Bush & co. avec aversion pour les États-Unis. Bref, j’aborde la question délicate des années-lumières qui séparent le candidat démocrate et une partie de son électorat.

Lisant cela, une lectrice qui voyage régulièrement aux États-Unis, qui désire demeurer anonyme pour cause de susceptiblités professionnelles (pas les siennes), m’a envoyé cette réflexion (je n’ai pas la force d’ajouter les accents à son message, écrit sur un clavier anglo, sorry) :

Tout ca pour dire que oui, vos conclusions sur l’autre versant des US sont pertinentes. Sauf que voila : j’ai aussi vecu 2 ans a Long Island NY et ai parcouru pas mal de miles dans le Nord-Est et ailleurs aux Etats-Unis et ce qui est veritablement inquietant, c’est qu’en une majorite d’americains (PARTOUT sur le territoire) sommeille un RED NECK. Voila, c’est lâché. Et le red neck, c’est quoi? Le red neck c’est l’anti-these d’Obama, c’est le refus de tout ce qui ressemble de pres ou de loin a une analyse intelligente et approfondie des evenements qui surviennent et nous entourent. Le red neck, c’est un faux patriotisme qui fait coller des bumper stickers « Support our troops » sur les Hummer, qui voit en Obama un homme raffine et eduque (donc elitiste et par defaut suspect) qui s’exprime avec des mots a 5$, qui porte un gun a la ceinture en guise d’extension phallique, qui va voir des femmes lutter dans le gras de porc sous un soleil de plomb a Wakulla en Floride (vous avez bien lu, j’ai des photos a l’appui) et qui va a l’eglise le dimanche se faire pardonner ses peches (le plus commun etant la gourmandise).

On est loin, TRES loin du projet ambitieux des premiers immigrants venus s’installer en Amerique pour y developper une societe libre, affranchie et novatrice (je vous invite d’ailleurs a lire ou relire « The Air-Conditioned Nightmare » de Henry Miller. C’est decalissant a souhait mais ses salves contre sa propre patrie sont amerement savoureuses). Le discours d’Obama echappe totalement a la logique de la culture dominante Red Neck, c’est un autre algorithme. Le discours Obama s’adresse a un public ouvert, branche sur le monde et qui ne puise pas dans la peur de l’autre.

Lire les commentaires (108)  |  Commenter cet article






Dimanche 31 août 2008 | Mise en ligne à 12h58 | Commenter Commentaires (69)

Méchant Leloup

Une confession : j’adore la musique de Jean Leloup. Un des rares génies de l’industrie, dont les tounes résistent aux assauts du temps. J’ai acheté son best of, sur iTunes, cet été, en prévision d’un long voyage en auto, et j’ai été frappé par ces vieilles tounes absolument pas démodées. Mon gars s’est mis à fredonner Le Dôme ! C’est un ratoureux, Leloup : sous ses chansonnettes apparemment anodines se cachent des oeuvres, carrément.

J’ai vu Leloup en show une fois, une seule, c’était autour de 1997, à Gatineau. Je me suis juré que ce serait la dernière : je me sentais de trop. Sur scène, Leloup déconnait avec ses musiciens, avec sa choriste. Au milieu de I Lost my Baby, il avait arrêté la toune pour se taper un fou rire avec sa choriste, justement. Un bon quinze secondes de fou rire embarrassant pour tous ceux présents. Puis, après, il avait recommencé à chanter. Je me suis senti de trop.

Je me suis dit, à l’époque, que je me contenterais de savourer Jean Leloup sur CD (ce que je fais, depuis). C’est exactement ce que Valérie Lesage, du Soleil, a décidé, après avoir vu son show de Québec.

On devait avoir droit aux vieux succès de Leloup pour cette première scène en cinq ans. Il était supposé avoir envie de faire plaisir au public. Ça a pris du temps, mais il y a en a eu des chansons à succès. Comme Cookie ou Isabelle. Quand celle-là a débuté, je me suis dit: «Enfin, sur la bonne voie.» Mais il a fallu qu’elle soit interrompue en plein milieu. Leloup avait juste le goût de puiser dans sa gourde. Ça ne se fait pas. Sauf si on se fiche complètement du public.

Critique également sans pitié de l’attitude du chanteur, sous la plume d’Alexandre Vigneault, dans La Presse.

Lire les commentaires (69)  |  Commenter cet article






cerveau.jpg

Ouille, je ne pensais pas qu’un petit billet sur un test de connaissances générales basé sur le web mettrait ainsi le feu dans ce blogue. En ce dimanche matin : 99 commentaires, souvent passionnés, souvent outrés, parfois un peu crinqués. De grâce, les amis, on se calme, l’intelligence est une chose compliquée, difficile à évaluer et qui dépasse bien sûr le simple test de connaissances générales (centré sur les USA, en plus). Quand j’ai écrit « je doute de la validité scientifique de ce questionnaire », je croyais çetre assez clair quant aux prétentions de ce test, je pensais vous inciter à prendre tout ça avec un grain de sel…

Comme je dis : l’intelligence est une chose compliquée, difficile à jauger, subjective. C’est sensible, aussi, à ce que je vois. Personne ne veut être moins intelligent que la moyenne. Mais la fin, est-ce si important ? Avoir un bon QI, je veux dire, tel que déterminé par Mensa, disons, ça change quoi ? Ça rend plus heureux ? Ça rend plus riche ? Je ne pense pas. Je pense que c’est un peu de crémage sur son ego. Pour le reste, pour réussir, pour être heureux, vaut mieux travailler fort, être créatif et pas trop stupide, non ?

Lire les commentaires (20)  |  Commenter cet article






publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2014
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité