Patrick Lagacé

Patrick Lagacé - Auteur
  • Patrick Lagacé

    Patrick Lagacé aime le journalisme : « Cette profession permet de vivre des aventures et d'être payé pour le faire », dit-il.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 23 mai 2008 | Mise en ligne à 11h47 | Commenter Commentaires (82)

    Nous sommes Blancs et francos à l’os…

    reporter.gif

    … Dans les médias et dans les téléromans et dans les films, je veux dire. Blancs, francos, de souche.

    À la télévision, aux nouvelles, notamment, si on se fie seulement aux bulletins des grands réseaux, le Québec est un grand regroupement de Tremblay et de Gagnon. Les Noirs, les Viêts, les Maghrébins d’origine sont assez peu nombreux. Je ne parle pas ici de quotas. Je parle de représenter la réalité.

    À l’émission de Patrick Masbourian, Stéphane Baillargeon du Devoir abordait la question de blanche québécitude des médias et des productions culturelles (des films au théâtre) dans une excellente chronique, qu’on peut écouter ici.

    Plus tôt cette semaine, c’est Benoît Aubin qui parlait dans le JdeM de ce Québec qui change, qui change de façon organique et naturelle, qui accueille et québécise ses nouveaux arrivants (ou, à tout le moins, leurs enfants!) sans que ça paraisse dans les produits culturels :

    « Les Québécois vivent, depuis 50 ans, une phase identitaire nationaliste intensément narcissique. Le Québec moderne représenté dans les livres, les films, la musique ou aux nouvelles est essentiellement blanc, francophone, indigène. Mais nous savons tous que la réalité est différente de la représentation biaisée que nous nous en faisons. La question est: Pendant combien de temps encore allons-nous pouvoir prétendre que nous sommes autre chose que ce que nous sommes devenus ? » écrivait-il.

    Bien dit…

    Remarquez, les journaux ne sont guère mieux. Nous sommes aussi, pas mal Blancs, de souche, d’héritage catholique.

    Bref…


    • Dans la Nature, ceux qui s’adaptent survivent…

      Reste à savoir si dans notre cas, il faudrait que les immigrants s’adaptent à leur pays d’adoption ou si les Québécois doivent plutôt s’adapter à la nouvelle réalité étrangère…

      Et si les deux faisaient un bout de chemin?

    • Faut organiser au plus vite des partouzes géantes avec toutes les communautés pour qu’e d’ici quelques générations on soit tous aussi beaux et sexy que les bréziliens!

    • Voyons donc. As-tu regardé Casino, Km/H, Sophie Paquin, Dans une galaxie près de chez vous (ou n’importe quelle émission pour ado) ou les publicités de Desjardins, dernièrement? Il y a toujours des « gens de couleur » (puisque nous parlons de couleur de peau ici) ici et là, peut-être pas dans les rôles principaux mais toujours présents, dans une proportion assez fidèle à la société québécoise.

      Même du côté du très blanc “Loft Story”… c’est une amérindienne qui a gagné à la 2e saison. Comme quoi les Québécois ne sont pas les caricatures qu’on se fait d’eux. Sommes-nous collectivement coupables d’avoir des origines “blanches”?

    • Vaut mieux être blanc que “jaune”.

    • Moi plutôt l’impression que la nouvelle réalité fait sa place tranquilllement…

      Brathwaite, Ducasse,Péan,Benezra,Moreau quelques noms chez les plus vieux et quelques petits nouveaux Diaz,lupien,Diouf,Badouri,El Rouki…

      je pourrais en mentionner encore longtemps Trop …heu ben non ! pas assez ? combien en faudrait-il pour passer à une société ”ouvert et représentative ” ???

      société nombriliste ? moi je vois plutôt des commentateurs montréalais adepte de l’autoflagellation/autodénigrement.. d’ailleurs cette nouvelle réalité c’est celle de Montréal pas du Québec,Patrick !

      Moi le provincial, le bouseux de la campagne…j’en vois pas de probème !

      Le seul problème que je vois c’est la façon dont Benoit Aubin parle de son ”petit ”peuple..toujours le bon mots pour nous rapetisser !

    • je suis canadien-francais “de souche” 12e generation au Canada (3e au QC, 9 avant a Hawkesbury, ON). avec une touche d’italien, whatever, c’est pas important. mon épouse est américaine, mais vit ici a Montreal, avec moi evidemment.

      Un de mes préférés a La Presse est Ronald King. Un jour ma blonde regarde ce que je lis et dis “ah! Rawnald King, est-ce qu’il aye anglay” (ca c’est son accent), et moi de repondre “ben tabarouette, depuis le temps que je le lis, je ne m’etais jamais rendu compte que son nom est anglais.”

      J’avais toujuors dis son nom avec un accent francais – le pire c’est que j’ai ete a l’ecole anglaise plus jeune…

      tranche de vie…

    • Moi, je n’ai aucun problème avec la couleur, la langue et la teneur ethnique et culturelle de nos médias. C’est bien assez comme c’est là.

      Il faut que les nouveaux arrivants adoptent notre language et nos moeurs.

      Et pour ce qui est de la présence “ethnique”, elle est bien assez forte, comme d’autre l’ont écrit avant moi.

      Quant à “l’évolution” que nos médias devraient traverser, j’imagine que ça se fera bien à un moment donné… quand nous serons juste un peu plus submergés…

    • Le montréalais qui ne sort pas trop souvent de son Ïle se dit: “Ho que le Québec se change et se transforme”.

      Ceux qui vivent aïlleurs, la majorité, se disent: “Ho que Montréal a changé et est transformé”.

      Notez bien que je ne porte pas ici de jugement sur les origines de cette “transformation”. Je remarque, je constate, c’est tout. Il ne faudrait pas que mes propos soient percus comme ceux d’un cul-de-terreux provincial supposéement moins tolérant que le montréalais. Mon confrère et ami Mohamed ne partagerait pas votre opinion…

    • Je crois qu’il y a là une perception montréalaise qui se surreprésente le nombre d’immigrants dans sa tête et qui ne voit pas cette réalité mentale dans les médias.
      À l’extérieur de Mtl (l’autre moitié et + du Québec), c’est encore très blanc et très franco…

      Ça prendrait des statistiques: nombre et % de minorités visibles et linguistiques au Qc versus leur présence (%) dans les médias.

      je crois qu’il y a sous-représentation, mais je crois aussi qu’elle n,est pas aussi pire que ce vos sources mentionnés ici le laissent croire. Je crois que ces cris indignés ne voit pas plus loin que le bout de Montréal.

      Bref, essayons de nuancé svp en apportant les véritables faits et non les perceptions centrées sur Montréal.

    • Et puis Pure Laine à Télé-Québec ? Vous savez la station qui diffuse les F-T avec un journaliste de La Presse dont le nom m’échappe… Voyons !?!?! Ah la mémoire ! :|

    • Pourquoi il faut toujours s’assurer que c’est équitable d’avoir 4 blancs, 1 noire, 1 arabes, 2 femmes, 1 handicapé et 3 pitounes.(ça c’est nécessaire :))… on peux-tu juste prendre ceux qui vont faire la job??? et ce que les gens ont le goût de voir à la télé. (Ex; à TVA les gens ont le goût de voir une fille qui parait bien pour faire les sports au lieu de quelqu’un (homme ou femme) qui connaît ça et qui n’est pas couché à 9h00)
      Je me demande réellement si les immigrants se casse le bicycle sur ce sujet.

    • La couleur n’est pas un problème, la religion non plus tant qu’à moi. La seule différence entre « nous » Franco-québécois, canadien-français, d’Amérique-du-Nord, est notre langue : Le français. La seule chose à préserver c’est notre identité et elle s’exprime en français.

      Anne-Marie

    • Il y a des gens d’origines différentes sur toutes les chaînes, que ce soit dans les téléromans ou les pubs … oui, il y en a et c’est OK. Ils participent à notre vie. … SURVIVANCE …
      Il n’est pas narcissique que de défendre sa langue et sa culture. Je ne connais malheureusement que les stats de 1989 mais dans toute l’Amérique du Nord, il n’y avait que 2% de francophones !!! C’est hallucinant comme les anglos se disent toujours persécutés, eux qui assimilent toutes les nations inimaginables !!!
      Non pas narcissique du tout – question de SURVIVANCE … c’est comme Israël, seul pays démocrate au Moyen-Orient, où on entend toutes les langues, mais dont la véritable est l’hébreu évidemment, qui est entouré d’une mer de pays Arabes …

      SURVIVANCE … aurions-nous tenu jusqu’à ce jour ? Il y en a tellement qui sont assimilés à d’autres origines, tellement aussi qui immigrent dans d’autres pays pour des raisons diverses. … SURVIVANCE …

    • Faudrait faire de la télé représentative juste de montréal, où sont 85% des immigrants. Ce serait déjà discriminatoire envers les régions. Ce l’est déjà d’ailleurs, mais on se préoccupe plus de la couleur de la peau ou machins de mode ethnique (voile). Les apparences, ou les “perceptions”. Les communautés ethnoculturelles de Montréal ont leurs réseaux de médias satellites et regardent LEUR monde comme NOUS regardons le nôtre. Il y a rien d’anormal à çà. L’interculturalisme c’est du wishfull thinking à l’eau de rose bonbon pour amadouer les blancs-francos-de souche. Les faire sentir “cheap” pour les faire donner toujours un peu plus encore. Plus de Vaseline avec çà ?

    • Monsieur Lagacé,

      Vous et vos collègues des médias qui avez soufflé sur les braises de la haine raciale et qui avez injustement mis en doute toutes les demandes d’accommodements raisonnables de la part des communautés culturelles et qui pour vendre votre papier avez déformé la réalité; VOUS êtes les grands coupables (mais pas les seuls) de ce gâchis. Vous tentez maintenant de faire amende honorable mais dans mon cas ça ne passe pas. Vous avez, monsieur le franc-tireur contribuez à nous faire sentir comme de trop chez moi. Je ne vous souhaite pas d’être un jour la victime d’actes injustes et de comportement discriminatoires …

      Mon commentaire est écrit alors que la colère m’afflige face à cette situation absurde et je prends conscience que le Québec n’est plus un si bon endroit pour y vivre …

    • Dans les films et les téléromans, soit ça se passe en région (Laurentides, Estrie, Bas-du-Fleuve) ou bien dans le Plateau… L’est de Montréal, Québec et même Laval ou le West Island? Très peu représenté… Et étant donné qu’une bonne partie des immigrants vivent dans l’est de Montréal, à Laval et à Brossard, c’est certain qu’ils ne sont pas bien représentés.

    • Je suis un Québécois de souche d’origine égyptienne. Je suis né au Québec et je ne connais que le Québec. Arrêtez de me demander d’où je viens (et je ne suis pas le seul).

    • Je me demande bien si la discrimination positive donnerait quelque chose de bon dans les médias… Est-ce que le talent est supposé respecter un quota? Déjà qu’on a beaucoup l’impression, peut-être à tort, que le « corpus » des personnalités n’est majoritairement qu’un ramassis, le résultat d’un grand concours de lichage!

      À défaut d’avoir une grande quantité de gens de couleur, il y a beaucoup de langues brunes…

      La question : est-ce que les gens issus des communautés ethniques partent avec un handicap dans ce grand concours de relation publique?

      (Ironie quand tu nous tiens…)

      http://renartleveille.wordpress.com/

    • J’ai écouté l’excellente émission de Masbourian hier soir. Stéphane Baillargeon a bien traité le sujet de l’omniprésence du “Nous” dans les médias et de l’absence du “Eux”, par extension.

      Ce n’est pas la présence de quelques Noirs métissés ici et là qui déconstruit la démonstration faite par Baillargeon.

      Fréquentez quelques jours seulement les postes de radio-télé et les journaux anglophones, allez dans les bureaux d’un ministère quelconque du fédéral (pour un visa, tiens!) ou au Jewish Hospital. Tout de suite la réalité nous saute en pleine face: les jobs sont accessibles aux minorités.

      On se demande ensuite pourquoi ils s’intègrent plus facilement aux anglos que nous… pas compliqué. Pour la même raison que les Italiens-Blancs-catholiques arrivés dans les années 50: les pure-laine ne voulaient “PAS D’IMPORTÉS PARMI EUX !”

    • Encore une fois, les Québécois de souche (je garde l’expression…) tentent de voir des problèmes là où il n’en a pas. Est-ce que les diverses communautés culturelles se sont plaintes de ne pas être très représentées à la télé? Encore le vieux complexe catholique de devoir s’excuser de prendre sa place. De toutes façon, les immigrants ont tous des antennes satellites et regardent les émisions de leur pays.

      Encore une fois, on s’excuse d’exister en tant que québécois de souche. Ne vous inquiétez pas, d’ici quelques générations nous ne serons plus là.

    • Ici, dans ma région, nous accueillons, depuis 7-8 ans beaucoup de réfugiés Colombiens…dont le teint est rarement blanc.Ces gens apprennent le français et s’intègrent assez bien, règle générale.

      Je vous prie de lire l’ex-immigrant Joseph Facal dans le JMtl.

      Je viens de lire l’Édito de Pratte:”Il faut tendre la main”! Je suis bien d’accord avec cela. Sauf que, dans le cas des Pratte et cie, “tendre la main”, notamment au plan politique et constitutionnel,ça signifie accepter les rebuffades en série…un peu comme chez les Francophones hors Québec..”Plus on se fait fourrer, plus on chante O Canada avec davantage de convictions”.

      Tendre la main:aux autochtones, aux immigrants! Oui! Mais commençons par être nous-mêmes, par nous respecter.Une nation fière n’accepte pas d’être toujours à la remorque d’une Autre nation.

      Moi, je suis absolument d’accord avec le fait d’avoir, au minimum, une constitution québécoise!!! Nous sommes timorés sur la question de la langue. Mais que se passe-t-il aux USA? En Angleterre? Ils ont le courage de préciser très clairement leurs attentes en ce qui regarde la langue.

      Qu’on songe seulement au fait que nous sommes gérés par une constitution betonnée, irréformable…qui nous a été imposée de force…et qu’aucun parti politique québécois n’a reconnue!!

      Mais alors ayons, au minimum notre propre constitution dans laquelle nous précisions nos exigences…puis après, tendons la main, oui|!

    • @1492

      “Dans la Nature, ceux qui s’adaptent survivent…”

      Tout à fait d’accord. Votre ‘nick’ nous rappel d’ailleurs un bon exemple. Parlez-en aux peuples indigènes qui n’ont pas su s’adapter à l’arrivée des explorateurs européens. Ce sera difficile de leur en parler puisqu’ils n’existent plus depuis belle lurette.

      Que nos médias soient uniformément blancs ou non ne changent rien au fait que l’immigration métamorphose inévitablement le Québec. La plupart des Québécois préfèrent tournez le dos pour ne pas voir cet ÉNORME train qui passe.

      Moi, je préfère sautez dedans.

      Si les autres préfèrent paître dans les champs, tant mieux pour eux, mais l’Evolution Railway passe vite. :-P

      Un vieil ami africain à moi: “Notre culture nous est chère quand on est pauvre en tant qu’individu. En s’appropriant et s’accrochant à un passé collectif à lequel on n’a même pas participé”

    • Moi, je vois davantage de personnes d’origines ethniques diverses à la télé que dans la rue… Mais c’est normal, je suis de Québec… Alors on voudrait une télé plus représentative ? Représentative de quelle réalité au juste ? De celle de la moitié métropolitaine de la population ou de l’autre moitié régionale du Québec ?

      Quelque part, la télé nous renvoie une image médiane de la réalité québécoise, à mi-chemin entre le melting pot montréalais et la forte dominance blanc-catho-franco-de-souche (je sais pu trop) des régions.

      C’est peut-être le moins pire des compromis en fin de compte.

    • Oups, j’ai oublié Benoît Aubin. Il est à mon humble avis, un des meilleurs journalistes du Québec. Il ose jeter un oeil critique sur la société dans laquelle il vit, quitte à se faire traiter à mots couverts de traître par medidata et d’autres “nous-les-Québécois-les-plus beaux-du-monde”.

      Je dis qu’il faut beaucoup de droiture et de courage à Monsieur Aubin pour relever nos bizarreries dans un Québec où il est pratiquement impossible d’auto-critique. Comment fait-il pour écrire dans le même journal que Martineau, ce simplet d’esprit !

      medidata a écrit: «Le seul problème que je vois c’est la façon dont Benoit Aubin parle de son ”petit ”peuple..toujours le bon mots pour nous rapetisser !»

    • Je ne suis tellement pas d’accord avec vous. Je crois, au contraire, que nos produits culturels reflètent très bien la réalité cosmopolite du Québec moderne. Un peu comme hdufort, je vous invite à être davantage attentif lorsque vous écouterez un film, une série ou de la pub provenant du Québec. Je suis pas mal certain que ça ressemble à ce qu’on retrouve dans la société québécoise, en général.

      En général… Ça ne veut pas dire le centre-ville de Montréal. Il ne faut pas oublier qu’encore aujourd’hui, la grande majorité des Québécois sont d’origine française, donc de peau blanche. C’est peut-être difficile à concevoir pour quelqu’un qui passe la plus grande partie de son temps sur l’ile de Montréal, mais c’est la réalité. Même si de plus en plus d’immigrants viendront enrichir notre société au cours des prochaines années, le visage du Québec sera, pour longtemps encore, blanc et francophone. Et s.v.p., ne vous inquiétez pas trop pour la blancheur de notre culture, des gens pleins de talents comme Normand Brathwaite, Anthony Kavanagh, Boucar Diouf, Yanic Truesdale, Gregory Charles, Danny Laferrière, Linda Malo, Didier Lucien, Jean-François Harrisson, Maude Beauchemin, Rachid Badouri, Thai-hoa He, Emmanuel Juteau McEwan s’occuperont d’y mettre un peu de couleur …

      Emmanuel
      www.lateteapapineau.blogspot.com

    • La plupart des gens en province (en région) ne savent pas que le Québec à changer. Et ils ne veulent pas le savoir.

    • @pemond

      hahaha. prix du meilleur commentaire. lol.

    • Bullshit et archi Bullshit. Coudon c’est tu rendu un péché d’être blanc et francophone et fier de l’être. On dirait que c’est ça à regarder Brathwaite qui s’affiche comme Noir plus qu’il ne l’est vraiment. Il est mulâtre mais il n’a pas vraiment l’air d’être fier de ça. Ça fait pitié à le voir aller.

    • Bien dit, simon.picotte. En 2 lignes. Je suis coite :-)

    • ..quand mes arrières -grands-parents sont arrivé ici vers les années 1880, venant de l’Europe,ils ont du s’Adapter,, même si les gens des régions n’Aimaient pas leur nom de famille d’origine juive, mes grands-parents n’Avaient pas la bonne religion, mais la bonne couleur, leur accent belge et français n’étaient pas trop apparents, ———- mon grand-père a eu plus de misère que ses parents, dans sa région, il n’avait que 2 ou 3 familles d’origine étrangère, et , il a épousé une amérindienne, et il a fondé une famille ,il a du faire 36 métiers pour faire vivre sa famille———-,mon père, première génération née au Québec a fait rire de son nom de famille,mais, il était si bien enraciné qu’il chialait contre les immigrés qui venaient voler les jobs et cela se passait dans les années1940-1960————-,,,je suis le deuxième génération née au Québec, du coté de mon père ,mais la dixième ,du coté de ma mère,,—-et quand je regarde les membres de ma famille, plusieurs ont unis leur vie avec des immigrants de première génération, et des amérindiennes, et des métis,,nous avons quasiment la société des nations dans notre famille et personne ne se plaint des Autres Nations,mais cela donne de la couleur à nos fêtes de familles,c’est pareil question religions, chacun est libre de faire ce qu’il veut de sa vie…c”est si beau de vivre dans un environnement sans chicane en laissant les gens faire leur vie comme ils l’entendent…

    • Attendez maintenant que débarquent les Martiens.

      Là on va virer verts…de peur !

    • Dépôt du rapport final de la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles

      « Je ne veux pas que ma culture soit transformée par des interactions avec les cultures immigrantes» Serge-André Guay

      Hier, le 23 mai 2008, Gérard Bouchard et Charles Taylor, co-présidents de la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles, ont déposé leur rapport final. Ce passage du rapport retient plus particulièrement mon attention :

      «Les membres du groupe ethnoculturel majoritaire (en l’occurrence, les Québécois d’origine canadienne-française), tout comme les membres des minorités, acceptent que leur culture (les traditions, les référents identitaires) soit transformée à plus ou moins long terme par les interactions que suppose le régime (interculturel). C’est cette condition qui rend possible l’évolution de l’identité québécoise.»

      Personnellement, je ne veux pas que ma culture soit transformée par des interactions avec les cultures immigrantes. Je veux que ma culture demeure typiquement et exclusivement québécoise. Plus encore, je désire du plus profond de mon coeur que l’évolution de ma culture découle de sa propre source ancestrale.

      J’encourage la découverte d’autres cultures, d’ici et d’ailleurs dans le monde. Je crois dans l’amitié entre les cultures. Mais je ne crois pas que l’évolution de mon identité québécoise dépende de l’interculturalisme ou d’interactions avec les différents groupes ethniques. Selon moi, l’identité d’une nation évolue quand sa définition gagne en clarté et qu’elle se précise dans sa réalité historique. Le passage de «Canadiens-français» à «Québécois» dans les années 70 illustre fort bien ce qu’est une évolution respectueuse de la réalité historique apportant clarté et précision. Autrement dit, l’évolution de l’identité québécoise ne peut pas autrement évoluer que dans son propre cadre, et non pas ceux des cultures immigrantes, si riches soient-elles et malgré tout le respect qu’elles inspirent.

      À mes yeux, l’interculturalisme est pire que le multiculturalisme. On se souviendra de mon opinion au sujet de l’effet dévastateur du multiculturalisme dans la grande région de Montréal publiée dans le quotidien montréalais LE DEVOIR sous le titre «Montréal pris au piège du multiculturalisme». J’écrivais : «Le multiculturalisme se définit ainsi : «coexistence de plusieurs cultures dans un même pays». Autrement dit, chacun peut vivre dans sa propre culture, y compris sa propre langue. Bref, l’intégration au peuple hôte n’est plus utile. Avec le multiculturalisme, il s’agit uniquement de coexister.»

      Avec l’interculturalisme, on espère davantage que la coexistence des cultures mais leur intégration en une nouvelle culture d’accueil. Les co-présidents demandent à tous les résidents du Québec, «les membres du groupe ethnoculturel majoritaire» et «les membres des minorités» d’accepter «que leur culture (les traditions, les référents identitaires) soit transformée à plus ou moins long terme par les interactions que suppose le régime.» (interculturel). Ce qui revient à souhaiter que toutes les cultures en présence sur le territoire québécois s’influencent les unes les autres et évoluent ainsi au fil de leurs interactions vers une nouvelle culture. En fait, les co-présidents nous disent que le seul moyen d’intégrer les immigrants à la société québécoise, c’est d’accepter de transformer notre culture. Ils laissent entendre la même chose aux immigrants : le seul moyens que vous avez de vous intégrer est d’accepter de transformer votre culture.

      Je ne vois pas en quoi l’interculturalisme «assure ainsi une sécurité aux Québécois d’origine canadienne-française comme aux minorités ethnoculturelles, tout en protégeant les droits de tous, suivant la tradition libérale,» tel que mentionné à la page 121 du rapport. L’interaction n’apporte pas la sécurité lorsqu’elle vise la transformation des cultures en cause car toute transformation implique des pertes à force de négociations et de révisions, de réaménagements et d’adaptation. Personnellement, la sécurité que je recherche se trouve dans la préservation de l’identité et de la culture québécoise et non pas dans une transformation interculturelle qui risque de la diluer voir de la dénaturer.

      Enfin, je me demande si une identité nationale, ça se partage. Je ne parle ici de l’identité nationale sous son aspect citoyenne mais sous son aspect historique et spirituelle. Qu’on le veuille ou, l’identité nationale de l’immigrant prendra toujours racines en dehors de nos frontières, dans une autre nation avec une autre histoire et souvent une autre langue. À mon avis, l’identité nationale québécoise demeure l’apanage des Québécois de souche. Ce que nous pouvons partager avec les immigrants, c’est la citoyenneté, l’aspect légal de l’identité québécoise.

      Les co-présidents de la commission écrivent : «Enfin, en instituant le français comme langue publique commune, il fournit un cadre de communication et d’échanges.» Dans la définition de l’identité québécoise, la langue est beaucoup plus qu’un simple outil de communication et d’échanges. Et elle dépasse largement l’espace public commun. En fait, la langue est le fondement même de la pensée et de la spiritualité de l’identité québécoise. C’est le vivre en français qui permet à l’identité québécoise de se formuler. Il ne suffit pas de parler en français dans l’espace public commun du Québec pour être Québécois. Seul le vivre en français permet à un immigrant de s’intégrer à la société québécoise. Mais cette intégration se limite généralement à la citoyenneté. Or, être Québécois, c’est beaucoup plus que de simplement être citoyen du Québec.

      Serge-André Guay, président éditeur
      Fondation littéraire Fleur de Lys

      http://manuscritdepot.com/internet-litteraire/actualite.129.htm

    • Pas d’accord avec toi Patrick. Je trouve que beaucoup de téléromans, ou séries, mettent en valeur des communautés culturelles. Mais… Et c’est un gros mais: ils mettent en valeur des immigrants QUI S’INTÈGRENT. Mais malheureusement, il y en a beaucoup trop qui ne s’intègrent pas, et qui ne veulent rien savoir de nous!

      http://ledernierquebecois.wordpress.com

    • Tant qu’il n’y a pas d’exclusion à l’embauche je ne pense pas qu’on doit
      tout faire pour représenter toutes les nationnalitées. Nous somme tous égals à mes yeux.

    • Merci Pat pour avoir abordé ce sujet que personne d’autres dans la majorité blanc-franco en parle.

      Les États-Unis et le Reste Du Canada font leur job d’inclure les visages nouveaux de leurs pays. Mais le Québec ne le fait pas dans ses médas.

      On a juste a checker l’assemblé national, en autre bel exemple aussi.

    • Une fois une personne brillante québécoise de souche qui appartient au monde des communications m’avait dit : mais c’est eux qui n’aiment pas travailler dans le domaine des médias, publicité et communications.
      Un commentaire que je juge très ordinaire. Pleins de simplifications, de préjugés, de légèreté, de raccourci et d’éthnocentrisme.
      Cette personne, je l’ai que très bien connu. J’ai réalisé un truc avec elle (et avec d’autres). C’est que les québécois d’origine canadienne française pour reprendre les propos de B-T, n’ont pas d’outils pour comprendre l’autre. Faut pas les en vouloir. Mais ils ont un très grand chemin à parcourir. En parallèle, ils ont parcouru un long chemin pour s’affirmer sur quelques domaines, mais ils ont raté le rendez vous avec plusieurs choses. Cette société a évolué drastiquement et rapidement. C’est comme une personne qui a vécu une relation passionnante qui l’a fait épanouir sur certains aspects mais lui a fait manquer d’autres choses, n’a pas pris le recul et ne veut pas avouer qu’elle s’est trompée…
      Je viens de lire un article dans le Voir où Nancy Huston parle des identités qu’elle connait et qu’elle vit…l’etre humain est fait comme ca, il faut qu’il apprenne une culture, il faut qu’il comprenne les codes avant de les embrasser…donnez lui la chance…
      Par contre, y a le repli identitaire et c’est un phénomène bien plus vrai, attaquez une personne sur ces valeurs et il devient farouche…seul le dialogue et l’ouverture d’esprit peuvent faire avancer les choses.
      Et quand je dis ouverture d’esprit, ce n’est pas manger thailandais faire ses courses chez le coréen du coin…

    • @Trifluvien : Très juste, il y a Pure Laine. Mais justement, c’est ce que Baillargeon soulignait : un Noir pour jouer un Noir, on en voit, dans les téléromans. C’est très bien, Pure Laine, mais la prochaine étape, ce sera justement d’avoir un Noir, une Arabe dans un film ou une télésérie et qui ne jouent pas un Noir ou une Arabe. Qu’ils jouent un personnage, comme tout le monde. Genre : le chum de la fille dans le rôle-titre est Noir et il n’y a pas 15 épisodes consacrés à sa négritude…

    • Quelle connerie cette expression : «de souche» … On est pas des arbres! On est du monde! Et des Québécois, il y en a de toute les origines, qu’on se le dise!

    • Je trouve que les médias veulent encore lancer un débat qui n’a pas sa place…….
      La sphère culturelle est représentative de la population du Québec (Québec et non Montréal)….
      dans les pubs, certaines téléséries, même les JTs……

      Il ne s’agit pas de faire de la discrimination positive juste pour en faire…..combien de journalistes provenant d’une minorité visible ont postulé pour présenter un JT et ont été refusé? combien d,acteurs noirs ou arabes se sont vus refusés le rôle parce qu’ils n’étaient pas blancs et francos?

      Moi je me dis que tout cela ira progressivement, tout comme les Norman, rachid et autres ont tracé leur voie grâce à leur talent, on aura un jour d’autres Micheaelle jean aux JTs……
      plus les auteurs de série rencontreront des acteurs non blancs et francos dans leur casting, plus la probabilité d’avoir un non blanc franco dans un rôle de blanc franco augmentera……

    • L’interculturalisme intégrateur est une absurdité en 2008. La mondialisation combinée à l’incroyable développement des communications élimine les distances entre les nations et donc les groupes ethniques ne sont plus isolés même à des milliers de kilomètres de leur pays d’origine. Ma femme regarde ses programmes télé polonais ici-même au Québec par l’internet et communique tous les jours avec ses amis et sa famille en Pologne par le vidéo sur internet. Les communautés ethniques vont au contraire renforcer leurs cohésions en des réseaux internationaux de diasporas et aider leurs pays pour les échanges commerciaux. Les Québécois de souche doivent participer en tant que groupe dans cette saine compétition des plus enrichissante par un réseau à leur nom (identité) ou se voir disparraître.

    • @ Patrick Lagacé,

      Exactement!! Malgré certains efforts depuis une couple d’années, le fait demeure que les rôles ethniques restent gravement stéréotypiques (même “l’humour” de Boucar Diouf peut être catégorisé comme tel).

      Au fait, si jamais j’entends encore des “pure laine” se plaindre de l’invasion des minorités au Québec, je vais leur offrir les statistiques suivantes:

      % de minorités visibles à Toronto: 41%
      % de minorités visibles à Vancouver: 40%
      % de minorités visibles à Montréal: 16%

      Et dans ces villes-là, ils n’ont pas peur de mettre des minorités en tant que lecteurs de nouvelles, et de parler des différentes communautés de manière positive. C’est avec cette attitude que le Québec est condamné à regarder le reste du monde évoluer sans eux…

    • Aux souverainistes: Vous voulez que les immigrants s’adaptent au Québec mais vous aimez bien qu’ils se détachent du PAYS qui les a adoptés. Vous les aimez quand ils deviennent des bons souverainistes mais vous ne les aimez pas s’ils accordent leur allégeance au Canada. Faites nous pas la morale en fait d’adaptation.

    • @manu0924,
      qui a écrit « je vous invite à être davantage attentif lorsque vous écouterez un film, une série ou de la pub provenant du Québec ». D’accord, je vais faire plus attention à l’avenir, promis juré, monsieur le professeur. Après tout, mes 34 années de culture québécoise ne m’ont pas préparé à juger ce que je regarde…

      Merci papy.

    • @ simon.picotte
      “La plupart des gens en province (en région) ne savent pas que le Québec à changer. Et ils ne veulent pas le savoir.”

      Je voudrais juste vous faire remarquer que «Montréal» n’est pas LE Québec, mais qu’une région du Québec. Montréal a changé et c’est très bien, un plus. Mais ça ne veut pas dire que LE Québec a changé, ça veut juste dire qu’une des régions du Québec (la région de Montréal) a changé.

    • @Patrick Lagacé
      Dans ce cas, dans une Galaxie près de chez vous aura été précurseur avec Bob.

    • Ce qui m’horripile le plus dans le présent débat, c’est que j’ai l’impression que les Québécois de souche (blancs,francos,etc…)n’ont plus le droit de former un peuple ,de vivre leur propre réalité et d’orienter la façon de fonctionner de la société québécoise.Comme dans la chanson de mon enfance à l’école primaire: “Bonhomme, bonhomme … tu n’es pas maitre dans ta maison car nous y sommes!!!”

    • La couleur de la peau, ce n’est qu’un caractéristique physique comme une autre, tel que la couleur des cheveux par exemple. Le problème, c’est que culture et descendance sont deux traits encore très correlés mais *non-causal*. L’explication est bien simple, ce n’est que depuis quelques années seulement que la technologie a brisé l’isolement géographique des différentes populations d’homo sapiens. Résultat : on confond encore beaucoup race et culture. Et ça, c’est mal. Discriminer sur la base de la race, c’est inacceptable et de toute façon non-fondé scientifiquement. Discriminer sur la base de la culture (au sens large), c’est une autre question.

      Faites l’expérience de pensée suivante : On vous donne le choix d’engager pour un certain travail intellectuel 100 haitiens ou 100 Allemands., sans avoir la chance de rencontrer les candidtas individuellement. Devinez qui vous choisirez… Parceque les noirs sont génétiquement moins travaillants ou moins intelligents? Non ! Parceque Haiti est un pays du tier-monde et que la culture (au sens large : Éducation, valeurs…) résultante les désavantage.

      Sachant cela, que faire ? il faut éduquer les enfants pour que cesse l’association fallacieuse couleur de la peau /culture. Cela se fait par la télé, à l’école, en envoyant les immigrants parmi les autochtones. Surtout pas par des ghettos ethnique ou des “black community centers” comme certains le prône.

    • Pis? So what?

    • C’est toujours amusant d’entendre des gens dire qu’ils sont fiers de leur race et de leur origine alors qu’ils ne sont absolument pas responsables ni de l’un, ni de l’autre.

      On devrait remercier notre bonne étoile d’être nés au Québec plutôt qu’au Zimbabwé(par exemple) et voir le côté positif des choses plutôt que de toujours *bitcher* sur ses congénères, ou sur les immigrants!

      Et franchement, les racines (la souche), c’est bien utile pour grandir mais ca empêche aussi d’avancer à un moment donné …ÔÔ…

    • Voici un chef-d’oeuvre de rectitude politique.
      LE CŒUR ILLÉGAL
      “ Elle s’appelle Lissette Berenice Urena Medina et vous avez dû voir son beau visage placardé sur des panneaux partout en ville au printemps dernier. La pub dont elle était une des 13 vedettes était un gracieuseté du ministère des Communautés culturelles du Québec.
      “ Sous sa photo souriante, on pouvait lire : “ Le teint basané, le cœur québécois ”. Un peu plus et on l,aurait prise pour une néo-Lavalloise, étudiante en histoire à l’UQAM.
      (..)
      “ Lissette avait peut-être le teint basané, mais son cœur était plus dominicain que québécois.

      “ Au moment de la scéance de photos, elle n’était pas une néo-Québécoise bien intégrée à la société, mais une immigrante illégale, sans permis de séjour ni de travail. Qui plus est, elle ne parlait pas un traite mot de français.
      “ Venue visiter sa sœur en novembre 94, elle avait décidé de prolonger indûment son séjour en écumant les agences de mannequins, et en contrevenant à la loi. Comme symbole d’intégration culturelle, on n,aurait pas plus mal tomber.

      Mais attendes vs n’avez rien vu. Lorsque la senora a vu sa binette sur les affiches, elle a crié au scandale. A l’exploitation. Elle s’est trouvé un avocat!

      “ un dénommé Michel Lebrun qui s’en est pris au gouvernement québécois, l’accusant d’avoir embauché sa cliente illégalement et de l’avoir exploitée par le biais de l’agence Marketel.
      “ Lissette a en effet été payée 200$ cash par l’agence et lui a cédé tous ses droits.
      “ Deux cents dollars, ce n’est pas le Pérou, encore qu’à l’agence de casting Ginette d’Amico, Ginette elle-même m’a affirmé que certains figurants prêtaient leur visage gratuitement. Oui messieurs-dames. GRATUITEMENT. Et quand ce n’est pas gratuit, le tarif varie entre 100$ et 1300$.
      “ Toujours est-il que Lissette a empoché son fric sans trop poser de questions et sans que personne ne cherche à lui fournir plus d’explications.
      “ Un mois plus tard, lorsqu’elle s’est vue célèbrée dans le ciel montréalais, lorsqu’en plus elle a appris qu’elle avait participé à une campagne de 1,2 million, elle a crû rêver. Sans faire ni une ni deux, elle est allée cogner à la porte d’un avocat. (Nathalie Petrowski, 12 octobre 1995)

    • @MBison. Il y a 3 Noirs à l’Assemblée nationale, dont une ministre, et deux Noirs à la Chambre des Communes. Sur 200 députés québécois, 5 sont Noirs (dont 3 immigrants), donc 2,5%. Or les Noirs ne font que 2% de la population québécoise. Ils sont donc SURREPRÉSENTÉS dans nos parlements.

    • Une culture vivante en est une qui change et qui s’ouvre au monde. Une culture qui se meurt en est une qui refuse le changement et qui construit des murs. À vous de choisir.

    • saguay

      Ne vous en déplaise,toutes les cultures se sont ,depuis toujours,mêlées et métissées les unes aux autres,et ça a donné la Civilisation.Un québécois “pure laine”,ça n’existe pas puisque “nous” sommes en majorité plus ou moins métissés d’amérindiens,sans l’aide desquels “nous” n’aurions pas passé le premer hiver.

    • albatros_9

      Ca s’applique aussi aux fédéralistes ce que tu viens de dire.

    • C’est vrai les immigrants sont sous-représentés.Les gens voient la belle haitienne présentée la météo le week end à TVA et se disent ok c’est correct.Il y a assez d’immigrants à la tv.Ben voyons-donc.Laissons de la place à ces gens et ils viendront du côté francophone.Pourquoi pensez-vous que les juifs et les italiens nous haissent et ont adoptés l’anglais.Nous les avons rejetés au 19e et 20e siècle.Les anglophones les ont acceptés.Maintenant ces gens sont des anglos`pour toujours.Ne faisons pas la même erreur avec les autres communautés.La loi 101 ne règle pas tout.

    • Joblow,
      Il faut combien de générations pour qu’une personne née au Québec comme vous cesse de se référer à l’origine de ses parents?

      Vous n’êtes pas un Québécois de souche Égyptienne: vous êtes né ici. Vous êtes aussi de souche que moi!

      Peut-être que quand vous accepterez totalement cette vérité, vous cesserez de vous faire poser des questions idiotes? Ou alors tenez-vous absolument à être Égyptien d’origine et à rejeter le fait que vous soyez 100% made in Quebec?

    • Ben oui, c’est comme ça.

      Dans les annonces de bière, les gros, les pichous et les vieux sont sous-représentés, dans les annonces de Liberté 55 ce sont les jeunes. Dans les magazines littéraires, scandale, pas un analphabète. Au hockey, pas un intellectuel, Mme Chose, ça s’peut-tu!

      Je regardais Ramdam, l’autre jour, j’étais assommé : pas une fois je n’ai vu un mormon nain aveugle. Au Jour du Seigneur y a pas assez de musulmans, de sikhs et de raéliens. La Semaine verte manque de Paris Hilton.

      Bon, je vais aller me manger une poutine au falafel avec du cari et du poivre vietnamien.

    • Petite question… Est-ce qu’il y a beaucoup de personnes issues des communautés culturelles qui étudient en journalisme ou en théâtre? Peut-être pas. Sûrement pas en fait. Il s’agit peut-être d’un problème, mais on ne peut pas tordre leurs bras non plus…

    • Michaëlle Jean a déjà été lectrice de nouvelles…Bientôt diffusée à Radio-Canada, la série humoristique “La petite mosquée dans la prairie”.

      «La petite mosquée dans la prairie “s’inspire de mes propres observations en tant que musulmane élevée en Amérique du Nord”, a déclaré la réalisatrice Zarqa Nawaz à la presse. La série décrit avec humour, voire de manière sarcastique et ironique le quotidien de musulmans Canadiens vivant dans une petite ville rurale : Mercy, dans la province du Saskatchewan.»

      http://www.saphirnews.com/-La-petite-mosquee-dans-la-prairie-primee_a8235.html

    • Voila l’essentiel du message que j’ai toujours essayé de t’écrire Patrick. Parfois de façon très émotive je l’avoue, mais j’aimerais un jour que quelqu’un le reconnaisse. Mais quand cela viens d’un inconnu du showbiz médiatique ont passe souvent inaperçu ou un tout simplement pour frustré; un illuminé. J’ai toutjours été rigoureux dans mes écrits.

    • Cette question est très importante. Il ne faudrait pas oublier que personne ne fait un choix aussi difficile que celui d’immigrer pour devenir un citoyen de seconde zone dans un autre pays.
      Si on va vers une démocratie, c’est pour être reconnu comme citoyen à part entière et avoir une voix au chapitre.

    • Prions St-Joseph pour que Montréal ne devienne un Lab Oratoire.

    • La baisse de la natalité est un phénomène qui s’étend partout dans le monde, en occident plus particulièrement. Prenons un pays fictif, la Brétonnie disons. Plus la Brétonnie s’industrialise, plus les femmes brétoniennes s’instruisent, plus la natalité de la Brétonnie faiblie. C’EST NORMAL !! La natalité baisse partout dans le monde, pas juste dans l’hémisphère nord..
      Ce qui se passe au Québec en 2008, c’est ce qui se passait en Grande-Bretagne et en France y a environ 15-20 ans, et regardez aujourd’hui. Le Québec ne fait que suivre la tendance, la ligne que tous les pays riches occidentaux suivent et s’ont obligé de suivre : accueillir des immigrants, refugiés économiques, politique, et bientôt.. climatique. En bout de ligne, ces gens ne font pas plus d’enfants que nous en arrivant ici, c’est une aberration totale de croire qu’ils nous aideront à ‘’renouveler’’ les générations.

    • La bonyenne de différence , c’est juste drôle :
      http://www.youtube.com/watch?v=8DT8SK34fRA

    • Tijos ~ **Avec un taux de fertilité qui frise le taux de remplacement, la France affiche maintenant le deuxième plus haut taux de natalité parmi les 25 pays de l’Union européenne, suivant de près par l’Irlande.**

      Bien sûr, comme c’est grâce à l’état français et une politique nataliste *bien appuyée*, je suis certain que les gens qui trouvent que le gouvernement prend trop de place vont trouver matière à rechigner …

    • @lanoun

      tu parles juste à la couleur et tu parles juste de pourcentage de minorité visibles.

      Où sont les blanc non-franco et non-anglo?
      Dans le milieu de travail les citoyens avec des noms non-franco et non-anglo sont partout. Mais ce n’est pas le cas dans notre Assemblé et dans nos médias.

      Les films et épisodes de télé filmés à Montréal dans le contexte de Montréal qui ont des persos avec juste des noms franco… man c’est pas la réalité.

      Comparé au émissions Américaines, surtout ceux qui représentent les villes de New York, Los Angeles, Baltimore, Las Vegas, Miami, Boston et etc.
      O’Neil, Tores, Harrowitz, Dupont, Castenza, Hagen, ca c’est la noms dans les émissions Américaines des persos, c’est la réalité.

      Ici, les émissions Québecois de Montréal. Où sont les persos avec les noms comme Sanchez, Papadopoulos, Vitali, Ahmad, Zimmerman et DeSouza?

    • @MBison
      Y’a 12% d’immigrants au Québec. Un tiers ne parle pas français et un autre tiers ne parle pas assez bien pour passer à la télé. Bref, il n’y a que 4% de la population du Québec qui est francophone et immigrante.
      Y’a 11% d’immigrants aux États-Unis. La plupart parle anglais. Combien en vois-tu à la télé? Tous ceux qu’on voit sont sans accent.

    • @lanoun

      je parle pas d’immigrants je parle de citoyens Canadiens du Québec.
      Un tiers ne parle pas français? Quel mensonge. Ils sont soit bilingues ou trilingues.

      Juste parce que la langue maternelle ne peut être pas le français, ça ne veux pas dire qu’ils sont des unilingues. La GROSSE majorité des non-de souche sont bilingues ou trilingues!!!

      Un tiers??? gros chiffre dude, gros chiffre de mensonge.

      Ceux de premières et deuxièmes générations sont trilingues.
      Ceux de troisièmes générations ont peut être perdu leur langue ancestral mais sont parfaitement bilingues (Français et Anglais)

      Un tiers? t’as pogné se chiffre de where?

    • @ gigantesk

      Un Noir qui va étudier en théâtre sait d’office qu’il crèvera de faim dans le milieu. J’ai accompagné un jeune garçon montréalais recruté par une agence de casting dans ” L’ange de goudron”, “Congorama” et “Un meurtrier si proche” (canal D). L’espace de quelques jours, j’ai rêvé qu’il pourrait faire une belle carrière dans ce domaine car il est bon et très apprécié par les agences. J’ai pensé lui suggérer de se diriger dans des études théâtrales puis… pourquoi lui faire perdre des années de sa vie? On le prend aujourd’hui quand on a besoin d’un jeune garçon Noir mais quand il sera adulte, il n’aura pas de rôle dans le téléromans ou ailleurs. On prend les Noirs seulement pour les rôles de Noirs. Un médecin ou un plombier Noir, il n’y en a pas et il n’y en aura pas plus tard non plus. Du moins, du côté francophone.

      Mince consolation: son père et lui ont chacun eu un rôle dans un film présenté à Cannes. Le père dans “Les invasions barbares” et fiston dans “Congorama”. Elles sont peu nombreuses les familles au Québec où 2 de ses membres ont été vus dans un festival aussi prestigieux, ne serait-ce que pour un tout petit rôle.

    • Tout cela m’épuise.

    • Patrick tu es dans les patates. Les non-blancs au Québec ne sont pas si nombreux, les nons-blancs qui ont étudié en communication, en journalisme ou en théâtre le sont encore moins. Qui a eu l’idée folle de nommer Michael Jean lieutenant-gouverneur aussi ? Ça nous en a fait une de moins. Madame Gallipeau n’est pas blanche à ce que je constate. Il y a Hervey, Normand, Grégory, Luke, Hachid, la petite chinoise dans Annie et ses hommes, la chinoise dans Virginie et la petite dans les Bougon, le chinois dans Catherine et ceux que j’oubli. Je croix que c’est assez représentatif du Québec. Faudra t-il qu’il y est un noir, une chinoise et une femme voilée dans tout les téléromans. Cela ne serait pas représentatif du Québec qui est encore Monsieur Lagacé, à majorité blanche. Je crois que vous regarder pas la télévision pour écrire une chose pareille.

    • Si un jour, toutes les cultures viennent à disparaître, emportées par l’uniformisation et le nivellement et bien il restera certes des humains après sauf qu’il ne restera plus rien de l’humanité qui nous faisait rêver

      De la même façon qu’une terre n’abritant d’une seule plante fait le sacrifice de sa beauté et l’homme au prix de lourds efforts, de pesticide, et d’énergie, fait disparaître la prairie pour ne laisser qu’un champ

      Extrait de Sous-Bois d’A.G.

      La terre recouverte par une seule variété de rose ne serait guère différente du désert
      C’est faire le sacrifice de la beauté que de labourer une prairie pour en faire un champ.

      Extrait de Sous-Bois d’A.G.

      « Il faut parfois et même très souvent mettre de coté tous les beaux principes qui nous retiennent(guident) si nous voulons nous retrouver du coté du bon sens quand il prend son envol.»

      Extrait de Sous-Bois d’A.G.

      « Le patriotisme c’est l’attachement légitime que tout être humain ressent pour la terre qui l’a vu naître »

      Extrait de Sous-Bois d’A.G.

      « Si quelqu’un brise tout chez lui ce n’est pas toute la planète qui va disparaître, si quelqu’un hait et se fait violence chez lui ce n’est pas toute l’humanité qui va en souffrir »

      Extrait de Sous-Bois d’A.G.

      « Le grand brassage pour la vie est tout aussi néfaste à ce chapitre que le grand isolement peut l’être pour elle »

      Extrait de Sous-Bois d’A.G.

      « La vie recherche les différences afin d’augmenter les probabilités de l’émergence, des meilleures idées, là, où la liberté permet l’expression des plus nobles pensées »

      Extrait de Sous-Bois d’A.G.

      « Encourager le brassage sans retenu, aura comme résultat, que l’humanité de demain, sera une fête sans couleur et sans saveur puisque tout ce qui pourrait nous émerveiller de l’autre, aura disparus, perdus dans le grand
      baril des amalgames et des mélanges douteux »

      Extrait de Sous-Bois d’A.G.

      « L’immigration ce n’est pas le jardin qu’on agrandit mais c’est le désert qui se répand »

      Extrait de Sous-Bois d’A.G.

      « L’immigration c’est l’hémorragie du savoir et des forces vitales pour les pays en voie de développement et pour nous et pour nos cultures c’est la mort par étouffement »

      Extrait de Sous-Bois d’A.G.

      « L’immigration, est ni plus ni moins que le moteur, du cercle vicieux que trace l’irresponsabilité et qui continue de tout balayer et de faire le vide de notre belle petite planète et ce au nom du nivellement »

      Extrait de Sous-Bois d’A.G.

      « Transplanter des plantes du désert ou d’autres venues des forêts tropicales humides au milieu des fleurs indigènes de nos contrées. Faire en sorte de créé un milieu ambiant propice où elles prospèreront et se multiplieront et nous assisteront très rapidement au déclin des premières se terminant éventuellement par leur disparition aussi des deuxièmes. Je crois qu’un jardinier, intervenant dans son jardin de cette façon serait très déçu et découragé du résultat. Il lui tournerait le dos et à moyen terme il ne resterait plus désertée, qu’une plate bande de mauvaises herbes
      ayant remplacé toutes celles qui étaient là et celles, qu’il avait aussi ajoutées »

      Est ce bien ce que nous voulons pour nos sociétés?

      Extrait de Sous-Bois d’A.G.

      Être responsable c’est ne pas mettre au monde dix enfants là où la terre ne peut qu’en nourrir deux et c’est permettre à deux enfants de naître là où la terre peut en nourrir dix

      .
      Extrait de Sous-Bois d’A.G.

      Dire la vérité; c’est décrire quelque chose qui existe dans la réalité, sans, nier sa cause, dévier son sens, manipuler les faits ou trafiquer son contenu »

      Extrait de Sous-Bois d’A.G.

      Celui qui ne craint pas d’ouvrir les yeux face à l’horreur est aussi celui qui voit la beauté quand il regarde dans sa direction

      Extrait de Sous-Bois d’A.G.

    • VlB et son admirateur Michaud sont dégueulasses. Dire que nos enfants sont obligés de lire les ‘oeuvres’ de VLB en classe. Parlant de classe, VLB a prouvé une fois de plus qu’il ne connaît pas la signification du mot. Michaud et lui sont des obsédés qui ne sont capables d’aucune nuance et leur jugement est complètement faussé par leurs préjugés. Dire que c’est avec des personnes comme eux que les souverainistes veulent se séparer du Canada.

    • « Le patriotisme c’est l’attachement légitime que tout être humain ressent pour la terre qui l’a vu naître »

      **Patriotism is your conviction that this country is superior to all others because you were born in it.**

      **Le Patriotisme, c’est votre conviction que ce pays est supérieur à tous les autres parce que vous y êtes né.**
      (George Bernard Shaw)

    • Et du métissage des cultures naissent de nouvelles cultures …
      (moi)

    • Pourquoi écrire: “ce que nous sommes devenus” comme si ce que nous sommes présentement c’est pour la vie, ça s’arrête là, alors, à ce moment là, l’avenir n’existe pas, c’est problématique. Nous ne sommes pas ce que nous deviendrons, mais, certes, nous préparons le futur d’une certaine façon par l’éducation, mauvaise ou, bonne. L’avenir, une somme de présents? Oui. Mais la mort vient un jour. Nous disparaissons avec notre manière de penser et de vivre. Vous connaissez beaucoup de parents Québécois actuels qui vivent comme au temps de leurs arrières-parents et parents? Alors, attendons-nous à un Québec différent de celui que nous connaissons actuellement __ nous ne sommes pas intégristes au Québec, du tout, mais jaloux, d’une jalousie saine. Je ne veux pas dire qu’il faut devenir intégristes, loin de là, mais rester jaloux surtout de notre langue__ Québec actuel sera mort. C’est une affaire de 75 ans tout au plus. La tuque rouge et la ceinture fléchée sera le noyau mais plus aussi gros. Ça “commence” à changer depuis… le multiculturalisme (nous vivons toujours au présent, j’écris au présent). Aurons-nous même encore de l’intérêt pour la culture?

    • @ rogiroux

      Shaw s,est tout simplement trompé dans l’utilisation des termes

      Il associe le patriotisme au nationalisme

      Ce qui est une grave erreur

      Freud ici fait montre de bien plus d’intelligence

      Le nationalisme c,est le narcissisme des petites différence qui font se combattres des cultures apparentées

      Pour ce qui est du métissage

      prenez note que sut une grande échelle il n,est guère différent du grang brassage

      Rappellez nous ce qui arrive quand on brasse du sable de l’eau et de l’huile

      Freud

    • j’ai tellement hâte d’écouter “une petite mosqué dans la praire” ou quelque chose comme ça, traduite de l’anglais, purely canadian, diffusée à la SRC…

      pathétique organe de propagande….

    • Les gens me font capoter quand ils parlent de “représentation ethnique trop faible” dans nos médias francophones.

      “Pas assez représentative”. “Non-proportionnelle”, tant qu’à y être.

      Mais, “bout d’viarge!”, on a juste quatre réseaux francophones pour environ 7,5 Millions d’habitants, majoritairement blancs francophones, on ne peut quand même pas avoir une télé globalement multi-ethnique juste pour plaire aux minorités!…

      Dont la majeure partie vit de toute façon, en privé, soit en anglais ou dans une langue étrangère…

      On ne peut quand même pas se faire violence, les québécois francophones blancs d’origine, parce qu’il y a une portion minoritaire de la population qui est d’origine étrangère.

      On peut bien être sur le bord de l’extinction et de l’assimilation, culturellement et démographiquement…

      Le seul peuple à se demander s’il ne devrait pas s’effacer un brin…

      Pathétique…

      “Pauvre petit peuple!”, comme disait l’autre…

    • Suis-je le seul au monde pour qui un scrutin secret sans agitation de foule préalable par des diplomés de l’UQAM en organisation communautaire ou leurs cousins syndicaux des centrales constitue encore le meilleur test de la volonté populaire? A-t-on encore le droit de vivre si on n’adhère pas spontanément au crédo de Claudette et de ses cotisants?

    • À lire certains commentaires, je me dis que les choses ne changeront jamais. toujours une revendication pour que les immigrants s’adaptent à la culture québécoise…
      … et ils ne se rendent pas compte de la bêtise qu’ils disent. Les immigrants ne durent qu’une génération; leurs enfants, tant qu’ils décident de rester au québec, sont québécois pour les nombreuses générations à venir.

      Ce n’est pas une question de changer les médias pour faire plaisir à quiconque. Plutôt, de regarder en face les choses qui changent. Que ce ne sont plus des “maudits immigrants” que nous avons là, mais des québécois qui ne sont pas blancs. Mais francophones (la blague de celui qui a dis que un tiers de parle pas français. tous les immigrants et enfants d’immigrants sont minimum bilingue, incluant le français.). Il est normal que les médias évoluent en fonction de ce changement. Et il y en a plein, des asiatiques, des noirs ou des arabes qui parlent un français excellent. souvent mieux que les québécois de souche… mais ça je passe.

      Je suis moi-même d’origine asiatique, et je ne me suis jamais reconnue dans une télé “blanche”. C’est bien dommage, et je ne souhaite pas la même chose à mes enfants qui seront, eux aussi, non-blancs. Mais encore plus québécois que moi pourtant…

    • J’ai rarement vu un billet s’appuyant sur une soi-disant description des faits aussi peu conforme à la réalité. Je ne répèterai pas ce qu’on dit les autres à propos des personnes de couleur ou asiatiques que l’on retrouve dans nos médias télévisuels, mais j’ajouterais que même dans la Guerre des Tuques, film des années ‘80, on représente la réalité immigrante; dans ce cas, par deux frères Vietnamiens. Il suffit d’ouvrir les yeux.. c’est justement un signe d’une bonne intégration que l’on ne les reconnaisse pas tout de suite. Pour nous, Normand Brathwaite est un Québecois. Il faut y penser deux fois avant de réaliser qu’il est en fait.. une personne de couleur. Et idem pour Gregory Charles, Dany Laferrière, Boucar, etc..

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2011
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité