Patrick Lagacé

Archive du 20 mai 2008

Mardi 20 mai 2008 | Mise en ligne à 16h22 | Commenter Commentaires (155)

La peine de mort ?

Aussi bien vous le dire tout de suite : je suis contre la peine de mort, moralement. La société tue un gars qui a tué ? Euh, on s’abaisse à son niveau, non ? Je suis contre la peine de mort pour des raisons pratico-pratiques, aussi : à cause des erreurs judiciaires. Aux Etats-Unis, combien d’hommes innocentés alors qu’ils pourrissaient dans le couloir de la mort depuis des années ? Au Canada, Guy Paul Morin et David Milgaard, faussement accusés et emprisonnés pour des meurtres qu’ils n’avaient pas commis, pourraient parler longuement des dangers de la peine de mort.

Les preuves en béton de la police et des procureurs, des fois, sont en plasticine. Ça arrive. Pas souvent, mais ça arrive.

Je suis contre la peine de mort, mais je trouve quand même que les sentences données aux meurtriers sont, bien souvent, assez légères. Le cas qui m’a le plus secoué : une femme tuée par son ex-chum, de quatre coups d’X-acto, dans l’auto de la victime. C’était en 1998, en Outaouais. Défense du gars : Elle a ri de moi quand je lui ai dit que je suiciderais, si on ne revenait pas ensemble. J’ai perdu la carte. La Cour avait dû se contenter de la version de l’accusé, celle de la dame étant indisponible pour des raisons évidentes. En l’absence de cette version, l’accusation avait été réduite de meurtre non-prémédité à homicide involontaire, accusation à laquelle il avait plaidé coupable.

Sentence : 15 ans. Me semble que c’est peu, pour un type qui s’est pointé chez son ex avec un X-acto…

Je suis contre la peine de mort mais je suis contre les sentences diète. Je suis contre la peine de mort parce que je crois que croupir en prison, au final, c’est plus dur que de mourir d’une décharge électrique sanctionnée par l’État. Je suis contre la peine de mort parce que l’effet dissuasif est inexistant. Pièce à conviction numéro un : les Etats-Unis.

Lire les commentaires (155)  |  Commenter cet article






Mardi 20 mai 2008 | Mise en ligne à 7h49 | Commenter Commentaires (88)

Nancy Michaud : un cauchemar moderne

proulx.jpg
Photo PC

Je suis à La Pocatière, pour couvrir cette affaire atroce à Rivière-Ouelle, le kidnapping et le meurtre de Nancy Michaud, 37 ans, mère de famille et attachée politique. Cauchemar moderne, donc. C’est une peur enfouie au fond de tout le monde, non ? Tu dors, t’entends un bruit et, oui, il y a quelqu’un dans la maison, c’est pas juste ton imagination. Épouvantable. Et la fin, ici, est atroce.

Le suspect ? Un solitaire, tout le monde s’entend là-dessus. Parents absents, élevé par sa grand-mère. Il fait l’objet de rumeurs les plus insisistantes, depuis le meurtre. En tout cas, Francis Proulx n’a pas la gueule de l’emploi. Vous allez dire que ça n’a pas rapport, mais des fois, oui. Je me souviens avoir couvert un cas semblable, en Outaouais. Le salopard qui avait abattu un couple dans le chalet affichait deux tatouages de revolvers. Dans la face…

Reste que ça ne change rien. Une mère de famille a été arrachée à son lit en pleine nuit et tuée. C’est en haut de la liste des crimes les plus horribles, de nos jours.

Ma chronique du jour porte sur l’avocat qui défend le suspect, Me Robert Gervais, dans une autre affaire, la seule accusation criminelle portée contre Proulx, en fait (une tante l’accuse de lui avoir volé 100 000$ cash). Et Me Gervais considère son client comme un type docile, incapable de commettre ce meurtre. Il me parle d’un gars qui ne cadre pas avec les accusations terribles déposées par la SQ.

J’ai parlé à Me Gervais hier, en fin d’après-midi. Une conversation très courte, pour vérifier quelques détails, sans plus. Il m’a rappelé, vers 20h, pour me raconter des choses sur Francis Proulx, il tenait à ce que ce soit connu. J’ai alors décidé de pondre une autre chronique, parce que le son de cloche de Me Gervais est original et inédit dans les échos qui entourent Proulx. Et ses commentaires sont moins subjectifs que ceux des membres de la famille du suspect. Je ne dis pas qu’il a raison, je ne sais pas s’il a raison, je ne suis pas flic. Mais ce qu’il dit mérite d’être connu, disons.

Épouvantable… Deux enfants de 18 mois et six ans. Tu leur dis quoi ? C’est quoi, les bons mots à trouver, dans cette situation-là ? Phoque.

Lire les commentaires (88)  |  Commenter cet article






publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2008
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité