Patrick Lagacé

Patrick Lagacé - Auteur
  • Patrick Lagacé

    Patrick Lagacé aime le journalisme : « Cette profession permet de vivre des aventures et d'être payé pour le faire », dit-il.
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 17 mai 2008 | Mise en ligne à 9h58 | Commenter Commentaires (306)

    Bouchard-Taylor : il faut apprendre l’anglais et être plus ouverts

    The Gazette a obtenu des extraits du rapport de la Commission sur les accommodements raisonnables, présidée par Charles Taylor et Gérard Bouchard. Il s’agit d’une version du rapport écrite il y a deux mois. Les recommandations finales, si j’ai bien compris, ont échappé au filet du journaliste Jeff Heinrich. Elles devraient être rendues publiques vendredi prochain, avec la version finale du rapport.

    Parmi les constats, on note que les profs Bouchard et Taylor souhaitent :

    – Que les Québécois francophones parlent davantage anglais
    – Que les organismes interculturels soient mieux financés
    – Que les Québécois francophones soient davantage ouverts sur le monde

    D’après MM. Bouchard et Taylor, les médias ont monté certains (faux) cas d’accommodements en épingle, les immigrants ne sont pas des invités au Québec mais des citoyens à part entière.

    Le lead du texte de Heinrich résume bien les extraits obtenus : « Apprenez l’anglais, soyez gentils avec les musulmans et informez-vous. » Le lead est un peu condescendant, mais j’ignore si le rapport l’est. J’ai lu tous les textes de The Gazette sur le sujet mais le journal n’a pas, à ma connaissance, rendu les chapitres obtenus disponibles sur son site web.

    Les textes de The Gazette sont dans ce lien vers Google News, le scoop est saucissonné en une demi-douzaine de textes. Je vous dirige cependant vers le texte donnant écho à la dissidence de Jacques Beauchemin, directeur du département de socio à l’UQAM et conseiller de la Commission. Beauchemin trouve que les commissaires blâment trop les médias pour la crise des accommodements raisonnables et ignorent le caractère distinct du Québec, enclave française dans une Amérique anglaise.

    Je continue à me documenter, pour me faire une tête. Si vous voyez des trucs pertinents, n’hésitez pas à les soulever dans la section forum. Si vous voulez commenter, allez-y.


    • Moi ce qui me surprend, c’est pourquoi est-ce que c’est les 80% de francophones qui doivent se plier à l’anglais et non l’inverse?

    • J’espère qu’être ouvert et parler francais s’applique aussi aux arrivants !
      La distortion Montréal-Régions est aberrante dans ces premières conclusions. Le Canada “parke” les arrivants tout de go dans les villes au
      lieu de les encourager à s’adapter en régions qui elles en ont bien besoin.

    • Alors, qu’y a t’il de nouveau???
      Rien a part des choses que seuls les aveugles refusent de voir.
      -Apprendre l’anglais, devient non pas un luxe mais une nécessité vitale, essayez si vous n’êtes pas un tremblay réseauté de trouver un emploi correct si vous ne maitrisez pas la langue de Poe.
      -Considérer les immigrants comme des citoyens, ben vu qu’ils ont leur citoyenneté, on ne peut pas en faire autrement, ils payent leurs impots votent et participent a la vie sociale du pays, alors pourquoi ne seraient ils pas des citoyens (bon les philosophes du qu’ils rentrent chez eux pourront chialler longtemps).
      -S’ouvrir au monde, le Quebec n’est plus une enclave francophone dans une mer anglaise, c’est une partie du monde, qui doit assumer et subir les contre-coups de la mondialisation, alors les Talibans du Joual ouvrez vos livres, le monde ne s’arrête pas a Cuba…. pour ce qui est de la crainte pour l’identité nationale on aura beau faire tout ce qu’on veut, les faits sont là, sortez dans la rue, parlez aux jeunes, ils parlent un langage moitié anglais moitié ce qui semble être du français, s’habillent a la mode de Harlem (et la on parle Anglais) écoutent de la musique anglaise, et en général vont voir les films en VO pour éviter les doublages chiants….. donc ce ne sont pas les immigrants qui menacent l’identité quebecoises mais bien les quebecois eux mêmes (je connais des Italiens de 3eme génération, ils parlent français, anglais, et italiens n’est ce pas une richesse????)

    • bon je vois deja tous les ayatollah de la langue française au quebec péter une coche , mais bon quand je lis “Le lead est un peu condescendant” je me rend compte (encore) que de toute façon le malade est sous respirateur artificiel et que bientôt on pourra récolter les organes

    • Bref encore une fois, c’est encore et à nous de nous adapter aux nouveaux arrivants, et non pas à eux de s’adapter à leur société d’accueil.
      Petit peuple sans avenir…

    • Ben oui c’est ça, parler plus l’anglais et quoi encore? Leur rapport était déjà écrit avant les consultations, blâmer les Québécois francophone alors qu’on est une minorité dans un océan anglophone.Faut le faire!

    • Et les anglophones portent des ailes d’anges.

    • Le Québec a beaucoup à offrir, il ne faut pas qu’ils souffre d’un complexe d’infériorité, mais … que les Québecois défendent la langue française, c’est louable, qu’ils défendent leur culture, c’est absolument normal, mais … les autorités devraient êtres plus favorables à nous, francophones venant d’Europe. Nous aimons le Québec parce que c’est le seul coin d’Amérique qui parle notre belle langue. Mais … moins d’embûches sur le plan immigration, moins de “serrures fermées” et aussi de la part des Québecois on aimerait avoir une autre collaboration et ne pas nous voir comme des “voleurs de job”, ce qui est malheureusement trop facilement le cas. Qu’ils nous voient, Européens francophones, comment un excellent apport et un plus. Si nous faisons l’effort de venir au Québec, il ne faut que nous le regrettions au bout de quelques années. (A méditer)
      Jean D. Vallotton

    • Bravo ! Et que le droit juste règne ! Et que l’intelligence règne !

    • Apprendre l’anglais et être ouvert sur le monde? Quelle horreur!

    • J’ai fait un saut ce matin. Condescendant le ton, dis-tu?

      Les immigrants ne sont pas des invités, mais des citoyens à part entière : mon œil, les immigrants sont des invités et nous sommes leurs hôtes. Ma maison n’est pas un “open house” et j’ai le droit de trier qui entre ou n’entre pas. Ceux qui réussissent à entrer ont certes les mêmes droits que tous les autres déjà sur place et ça s’arrête là. C’est pas parce qu’une personne fume chez-elle que je suis obligé d’accepter qu’elle fume dans ma demeure. Le Québec est ma demeure et dans ma demeure, la religion est privée, les droits sont ceux de la majorité de francophones et les invités doivent les suivre.

      Récemment à mon travail, j’ai eu à accepter une situation totalement ridicule. Je devais traiter le dossier d’une dame, mais celle-ci ne pouvait pas me parler directement, elle devait passer par son conjoint. Le hic, c’est que la dame n’était pas là et que le conjoint voulait obtenir des renseignements confidentiels. Je n’ai jamais pu parler via téléphone à la dame en vue d’obtenir une procuration temporaire, car il ne voulait pas. J’ai dû lui donner un petit formulaire, lui demander de retourner chez-lui, le faire compléter par sa femme et ensuite reprendre un second rendez-vous. Excusez-moi, mais si c’était toujours comme ça, il faudrait doubler le nombre d’employés, car il s’agit d’une perte de temps. Je suis fonctionnaire, il est donc juste de dire que la perte de temps doit être payée et ce, par l’ensemble de la population. Dans ma maison, une telle situation est inacceptable quand je considère que les hommes et les femmes ont les mêmes droits. Ça doit sûrement être moi qui a tort selon MM. Bouchard et Taylord.

      Ensuite, oui, j’éprouve un sentiment d’insécurité par rapport à ma langue. Nous sommes les gaulois de l’Amérique. Peut-être serait-il plus simple de se confondre dans la majorité anglophone, mais je crois qu’il s’agirait d’une soumission et, personnellement, je refuse d’abdiquer. Nous sommes petits (en nombre), mais nous sommes grands (en valeur). Me sentir menacé, je ne devrais point? L’assimilation a déjà fait ses ravages en Outaouais et à Montréal. Il ne s’agit pas de, tu apprends l’anglais ou du meurs, non. C’est une assimilation subtile, lente, mais sûrement.

      Actuellement, e suis en grogne, car nous sommes toujours autant soumis, petits Québécois. Pauvres petits Québécois. Et nous prendrons sûrement le résultat de cette commission comme si c’était nous qui avait un problème d’intégration. Accepterons-nous vraiment un tel blâme?

      Grrr…

    • Le poids des maux
      Depuis les tous débuts du cirque de cette commission qui rappelons-le à été instituée par le gouvernement Charest pour étouffer une crise potentiellement explosive, depuis les tous débuts donc, je prétend que cette commission comportait dans son appellation même, un jugement déjà fait, avant audiences de ce que serait le rapport final. J’avais semble-t-il raison…
      On eût pu l’appeler: “Commission sur les accommodements”, le “raisonnables” supposait déjà une opinion déjà faite. Souvenons-nous que le Parti Libéral compte fortement sur le vote immigrant. Les dés encore une fois pipés. Qu’ils soient majoritaires (au Québec) ou minoritaires (au Canada) les Québécois se font toujours fourrer. Encore une fois, pourquoi d’ailleurs a-t-on donné une représentation égale à un commissaire Anglo-Québécois. À ce que je sache, ils ne sont que minoritaires au Québec. Colonisés un jour, colonisés toujours…

    • Bof, au premier coup d’oeil, ça m’a tout l’air d’une belle formule magique…

      Dans beaucoup de discussions que j’ai depuis quelque temps, il ressort qu’il est temps pour les francophones de privilégier le plus possible l’emploi du français dans la sphère publique pour inciter les anglophones et les nouveaux arrivants à le pratiquer, parce que c’est la seule bonne manière de ne pas perdre notre caractère distinct devant l’anglicisation mondiale. Alors, si la priorité est l’apprentissage de l’anglais, cela déterminera encore plus fort le réflexe des francophones de passer à l’anglais aussitôt qu’il est en présence d’un quelconque accent.

      Au dernier Yulblog, nous avons rencontré un anglophone né à Montréal qui était bien content de pouvoir pratiquer son français avec nous. Son accent était pitoyable, mais il a quand même fini par nous faire comprendre qu’il n’arrivait jamais, sauf en de rares occasions, à discuter français avec des francophones…

      Il est clair pour moi qu’il y a un mélange de concept. Les questions de la linguistique, de la xénophobie, de la tolérance, semblent se mêler assez fallacieusement ici. Si protéger au jour le jour mon héritage francophone fait de moi un intolérant, je décroche. J’espère que cela sera plus clair…

      http://renartleveille.wordpress.com/

    • Pourquoi ne pas simplement attendre la publication du rapport, avec sa mise en contexte, avec les clarifications d’usage…? Pour être le premier à « brasser de la marde » ! (une petite expression bien de chez nous, qui coule de souche…).

      Le Québec de demain est aussi libre que le Québec d’aujourd’hui. Certains veulent décider aujourd’hui ce qu’il sera demain, le déterminer d’avance : sa langue, sa culture et même son histoire; emprisonner le Québec de demain dans des idées d’aujourd’hui. Peut-on se contenter de réaliser le Québec d’aujourd’hui. Ce ne sont pas les véritables défis qui manquent : infrastructures, éducation, santé, etc. Ce n’est pas un geste de souveraineté, une loi sur l’identité ou une conversation nationale qui changeront quoique ce soit à la réalité.

      Quant aux immigrants, ou bien on leur ouvre la porte et on les laisse vivre tranquille, on les laisse bénéficier des extraordinaires libertés que ce pays garantit à chacun, ou bien on ferme les portes. Mais les accueillir pour ensuite les soumettre aux humeurs de deux ou trois imbéciles névrosés et incultes (la vidéo de ce billet en recense beaucoup plus que deux ou trois), ça non, ça ne se passe comme ça dans mon pays.

    • J’ai comme l’impression que des gens confondent le droit (notion suprême) et des notions difficiles à appliquer dans un monde individualiste comme les valeurs, la vision d’une société, les idées et les opinions.

    • Sans être trop rapide dans mes jugements, ça laisse présager que la montagne risque d’accoucher d’une souris. Prenons juste la première recommandation: “Que les Québécois francophones parlent davantage anglais”.

      Le comble c’est que les québécois parlent plus anglais que français et que le niveau du français est devenu lamentable. De plus, les deux commissaires semblent débarquer d’une planète hors systeme solaire, ils omettent complément le caractère francophone de la Province.

    • Avant de partir en peur et avoitr l’air de colons attendons un peu de voir le rapport en entier… Je ne sais pas pourquoi mais je ne fais pas confiance en THE GAZETTE.. Ils sont maitres dans le hors contexte.

    • Il me semble que plus on connait la langue anglaise, moins on éprouve le besoin d’émailler son discours de mots anglais. Si les jeunes apprenaient correctement le français, l’anglais et d’autres langues, il n’y aurait plus aucun problème.

    • J’écoute les nouvelles à la radio de RC: c’est un Arabe qui lit les nouvelles et c’est une Française qui fait un reportage sur le sujet! Pis on n’est pas assez ouvert?

    • Vous voulez être de votre temps et ouvert sur le monde ? Vous voulez avoir de belles job et du bon business avec nos amis Canadiens,Américains et le reste du monde ? Vous ne voulez plus être different des autres mais plutot leur ressembler ? Vous êtes pret a vendre votre culture pour plus de ”revenus” ? Et bien n’attendez plus,apprennez des maintenant a vos enfants a parler l’anglais et seulement l’anglais (Et peut-être le chinois aussi) Assimilons-nous et soyons comme les autres
      Pathetiques ces Bouchard-Taylor
      P.S. Si vous venez dans ma maison vous allez parler francais
      Et si vous êtes des anglais et que je vais dans votre maison je vais parler anglais Facile a comprendre non ? Il n’y a aucune place pour les accommodements
      Que les Francophones apprennent l’anglais c’est bien ,mais que les immigrants du Quebec ne parle pas francais c’est Inacceptable

    • Les problèmes que je vois a priori de ce rapport:

      1 – Au Québec on semble trop compter sur des commissions pour savoir quoi penser. Bouchard – Taylor… ce sont essentiellement deux personnes!! Certainement bien intelligentes mais pas nécessairement “en phase” avec la population.

      2- Ce qui est terrible avec ces fuites c’est qu’elles orientent déjà les conclusions que les gens vont garder en tête. Comme c’est la Gazette qui les sort, il faut nécessairement faire ressortir que les francophones sont des méchants. Le rapport officiel sera assurément une brique et, souhaitons-le, avec plus de nuances. Mais, comme mentionné dans le billet de PAtrick, le “lead” est donné.

    • Je suis immigrant moi-même; j’ai choisi ce pays et je savais à quoi m’attendre. C’était à moi de s’adapter à la vie, à la langue et aux gens d’ici et pas l’inverse. Je trouve ca tout à fait normal et c’est la moindre des choses à accomplir!

    • @underdog

      Les accommodements raisonnables ne découlent pas d’un jeu politico-médiatique de Jean Charest; c’est la conséquence du fait que la loi fondamentale de ce pays garantit à chaque citoyen une panoplie de droits et libertés.

      Les péquistes Diane Lemieux, Louise Harel et Pauline Marois n’ont pas de scrupules : elles se font l’avocat de la suspension des droits et libertés dès que la petite vérité idéologique qui obscurcit leur pensée est contrariée.

      Mais il y a la Cour suprême : l’institution la plus proche de chaque citoyen, le garant de la liberté de chacun. Et cette institution, à elle seule, réussit à faire de moi un fier Canadien.

    • I was born in Montreal, Quoi?bec, and my mom was in love Trudeau, back in ‘84 so she made a full blown bilingual by the time i was 10 years old…to me as a french speaking Quebecker, it’s all beautiful crap! One of my friends came recently from SaskWhat!chewan, and she can’t find a job here cause she doesn’t speak the maiden language…french! She only speaks white!
      Well, only speaking white is not that profitable here in the “belle” province…
      Buenos tardes muchachos…

    • Il n’est pas question de se plier à une quelconque langue: il y a possibilité (oui oui je vous l’assure) de bien connaître l’anglais, de la même façon que l’on peut apprendre l’espagnol, l’arabe ou le portugais sans perdre sa langue d’origine. Je suis très fier de ma langue et du Québec francophone, mais je ne vois pas pourquoi je devrais me priver d’apprendre d’autres langues, comme si de rester ignorant me permettrait de mieux m’en sortir. De la même façon qu’un québécois francophone qui refuse d’apprendre l’anglais passe à côté d’une richesse, un anglo-québécois ou un immigrant qui répugne le français fera de même, tout en n’étant jamais tout à fait intégré à sa société. C’est tout simplement dommage pour ces gens.

    • Donc, c’est au 80% de francophone de s’adapter au 20% d’immigrant et d’anglo et non pas le contraire.

      Comme c’est logique !

    • Dois-je comprendre que tous les $$$ comptabilisé à ce Comité en viennent à cette conclusion simpliste ? Est-ce que les Coprésidents sont syndiqués ? La convention collective de la Commission Bouchard-Taylor est périmée et nous (les Québécois Canadiens Français) en faisons ENCORE les frais !

      Pas à dire…plus çà change…plus c’est pareil !

    • Je crois que l’on vient d’ouvrir une boîte de Pandore…àa moins que notre “bon premier ministre” tablette ce rapport comme il a fait avec le rapport Castonguay par exemple.
      Je préfère attendre vendredi pour exprimer mes commentaires. “the Gazette” est peut-être sélective sur le contenu. D’ailleurs, ce ne sont des recommendations que l’on peut y lire; mais un “résumé” du rapport…légère différence.

    • @tedildotter

      Mon ami, le fait que t’es venu ici, c’est que tu t’attendais à t’adapter, t’es venu avec une ouverture d’esprit. Presque tout les gens qui viennent ici ont cette ouverture d’esprit de garder ce qu’ils ont de riche mais etre ouvert à leur nouvel environnement . Le hic, c’est que “certaines” personnes ici ne sont pas pretes à laisser le temps à ceux qui ont un bagage culturel lourd malgré leur volonté de s’adapter…
      Mon cher, ca va vraiment dans les deux sens …je dirais meme que ca doit etre plus du sens des québécois puisque c’est un état de droit.

    • Ouff…….j’ai eu peur une minute!
      J’ai bien hâte de lire le rapport final vendredi prochain.

      J’avais cru lire entre les lignes que nous québéçois francophone devions
      à l’avenir mettre une cuillèrée d’arsenic dans nos céréales le matin. Que l’immigrant n’est pas un visiteur….WOW, ils ont été payés 100.$ l,heure
      pour nous concocter cette réflexion profonde de sense.

      Je suis en accord avec Machiavel, faudrait pas commencer à s’excuser
      de parler francais sur un p’tit lopain de terre de l’Amérique du Nord.

      J’avoue que l’exercice de Jean René Dufort c’était la dérision et souligner
      comme dirait Jean-Luc M……nos chers Ti-counes, mais quel pays n’a pas de ti-counes dans son arrière cour, on n’a qu’à regarder aux États-Unis, ils en ont un comme président.
      Oui, il ya un malaise au Québec face à l’immigration et comme gouvernement il ya pratiquement absence d,intégration.Oui nous devons être ouvert, accueillant mais aussi respecter notre langue.Oui je parle anglais et aussi le francais, si le Canada anglais se soucis de sauver les bélougas, les canards sauvages etc pourquoi n,ont-ils pas le même désire face aux communautés francophones dispersées à travers le pays et surtout concentré au Québec. Nous avons aussi des efforts à faire de notre bord, voilà que la Tv nous dit Achetez des produits québéçois d’abord…. il me semble que le gros bon-sens devrait prévaloir. Ce qui risque de nous anéantir comme peuple et communautée, ce sont nos dirigeants, qui n’ont pas de vision à long terme, économie défaillante, fermetures, contrats de fabrication en Chine et sous-contrats de toute sortes, non seulement les immigrants vont se diriger ailleur mais aussi le
      québéçois de souche, l’Alberta fascine, c’est sur…….la pétro-chimie
      qui autrefois était en mauricie a fui pour aller s’établir dans l’ouest-canadien. On est capable de s’anéantir avec l’aide de nos premiers ministre.
      Quelle sera la conclusion de ce fameux rapport.??
      N’emmerdez plus.

    • @ normanbates

      Combien connais tu d’immigrants qui ne connaissent pas le français ? ou…combien connais tu d’immigrants dont les enfants ne connaissent pas le français ?
      Mais en passant …connais tu des immigrants ? Moi tout les immigrants que je connais parlent français (ils sont par centaines) . D’autre part, je connais des centaines et des milliers de Québécois qui ne parlent pas comme toi. De bons amis à moi. Des intelligents. Pas des ignorants.

    • @ Shrapnel

      S’adapter à quoi au juste ?

    • @ rllemieux

      Bravo !

    • @simonb74

      Tu es presque incompréhensible. Cependant, je comprends très bien le ton raciste de ton message. Si tu n’es pas content, il y d’autres pays (d’autres provinces pour les conquis).

      Ton amie ne peut trouver de travail parce qu’elle est unilingue anglophone? Je plaints l’unilingue francophone qui va tenter de se trouver du travail dans un endroit totalement anglophone. C’est le juste retour des choses quoi qu’il y a davantage de travail disponible en anglais au Canada.

    • J’ai lu tous les commentaires et je peux n’en venir qu’à une conclusion : dieu que ce peuple n’a pas de fierté, et par conséquent, ne pas d’avenir.

    • @simonb74
      Je lui siggère d’apporter son cv à l’ouest du boul St-Laurent. Ou pourquoi pas au Fairview Center de Pointe-Claire alors qu’on se fait accueillir en anglais dans la majorité des commerces?

    • @ Machiavel

      T’as rien compris de mon commentaire loin d’être raciste…ouvre tes livres d’Histoire…Je suis Montréalais, bilingue, citoyen canadiens, de descendance franco-ontarienne, et polyglotte en plus, maudite souche…

    • Je suis d’accord avec toi! Machiavel….Moi je suis fière d’être FRANCOPHONE, et mon pays c’est le Québec…ce qui est ridicule c’est quand on ose dire que le Canada est un pays BILINQUE…ouf…speak white!!!!

    • Il est utile de savoir plus qu’une langue, …et les nouveaux venus parlent souvent plus qu’une langue,,,,mais, il y a aussi cependant des rétifs qui ne veulent rien savoir,,

    • @simonb74

      Machiavel m’a devancé de quelques minutes et il a très bien exprimé ce que je voulais écrire comme commentaire. Te plains-tu vraiment que ton amie qui ne parle pas un mot de français ne peut se trouver de travail au Québec?

      Un francophone qui n’a pas une solide base en anglais n’oserait même pas ‘appliquer pour un travail dans une province anglophone. Si tu n’es pas content de ton sort ici tu peux toujours déménager ailleurs au canada où tu pourras nous mépriser en harmonie avec les autres dans ton genre.

      Je dois régulièrement me rendre à Vancouver pour mes études de doctorat. C’est épeurant à qu’elle point ces gens-là peuvent nous détester et ils ne se gênent pas pour nous le faire comprendre.

      Mais ce que je trouve encourageant c’est que c’est plutôt généralisé chez les plus vieux. Les jeunes sont beaucoup plus ouverts et sympathiques envers les canadiens francophones. Cela permet d’espérer que les nouvelles générations seront plus ouvertes et si nous faisons nous aussi un effort, nous pourrons peut-être vivre un jour ensemble sans animosité(même si ça demeure une utopie pour l’instant).

    • Moi en tout cas , je trouve Bouchard et Taylor tres courageux …

    • Je pense qu’on a mélangé deux choses. Que les Québécois soient unilingues et refermés sur eux-mêmes n’a absolument aucun rapport avec les relations avec les immigrants.

      Non pas que la question ne mérite pas d’être soulevée, sauf que je trouve qu’elle n’est pas à sa place dans le débat. De plus, même si ça n’excuse rien, le caractère provincial n’est pas du tout limité au Québec.

      Vous qui êtes si facilement insultés par ces Français qui pensent que vous vivez dans des igloos, pourquoi ne montrez vous pas l’exemple en arrêtant de dire qu’ils ne se lavent pas?

      Personne en Allemagne me traite de “tueur de bébés phoques” ou encore de “destructeur de climat” parce que je suis Canadien. Par contre, des Québécois m’ont dit que je devais être nazi puisque je parle allemand…

      Parlons-en de la langue: je ne dis pas qu’il ne faut pas être vigilant, mais la préservation du français ne doit JAMAIS être une raison pour s’isoler, se priver de débouchés, bref se fermer des portes dans la vie. Hors, c’est exactement ce qui se produit.

      En plus que, faut pas charrier, le français ne mourra pas demain. Même l’islandais, avec 300000 locuteurs, est une langue très vivante.

      Une chose est certaine: la Commission a été très honteuse à suivre pour moi. J’ai longtemps cru ce discours voulant que le Canada/Québec soient exempts de cette vague d’intolérance présente partout. Maintenant, c’est fini. Comment répondre à ces Allemands qui me demandent comment ça se fait que le Canada n’a pas de problèmes avec les immigrants? Je peux bien y aller de théories, mais…

    • Marie Madeleine

      “Il est utile de connaître plus d’une langue” dites-vous! Vous avez dû en faire des recherches pour arriver à cette conclusion! Il y a des limites à dire des insignifiances. Les Québecois sont sans doute parmi les peuples les plus disposés à apprendre une deuxième ou une troisième langue. Mais là n’est pas la question. Cette fameuse Commission était mandatée pour analyser la problématique des “accomodements…” et voilà qu’elle trouve le moyen de nous dire que l’on devrait apprendre davantage l’anglais! C’est ça qui va contribuer à règler la question des accommodemnts? Non, mais ce qu’il faut-être colonisé!

    • Je ne sais pas si il y a quelqu’un de surpris avec les conclusions de Bouchard-Taylor? Prendre deux intellectuels, qui vivent dans le cadre sécuritaire de leurs universités, et leur demander de réfléchir aux réactions d’une population minoritaire qui se bat pour préserver ses acquis et s’attendre à une conclusion raisonnable? Ben voyons donc! Si on avait ajouté, sur ce comité, un enseignant, un journaliste, un syndicaliste, un ouvrier et oui, un immigrant, on aurait pu avoir un vrai son de cloche ; maintenant ce qu’on a, est le son de deux cloches.

    • Deuxième tentative!

      Ou est la poubelle?

    • De la même façon que Paris n’est pas la France, Montréal n’est pas tout le Québec. Toute grande ville est un creuset. Quel que soit notre Québec idéal (il en existe presque autant qu’il existe de Québécois), il faut reconnaître que le brassage des identités s’opère organiquement, hors les lois et au fil des décisions individuelles de chaque résidant/citoyen. On pourra toujours légiférer jusqu’à plus soif afin de sous-traiter à une agence gouvernementale ou à une autre notre fierté et notre résolution de demeurer francophones, il demeure néanmoins que les mouvances culturelles échappent au cadre législatif et évoluent sur le plancher des vaches plutôt qu’à l’Assemblée nationale.

      Vous vous dites fiers du français, j’en suis fort aise, lisez ses plus grands auteurs, et surtout, parlez-le et écrivez-le comme du monde; si vous croyez qu’il est la langue des affaires, refusez de faire localement affaire en d’autres langues, même quand c’est profitable et que les cigarettes coûtent ainsi nettement moins cher. Ne demandons pas au gouvernement de mettre au point une sorte de fierté bureaucratique punitive destinée à pallier notre absence de fierté individuelle sur le terrain. La meilleure recette pour l’intégration réussie passe par la somme des fiertés individuelles et tous les gestes qui s’y rapportent.

      Le nouveau commis chinois de mon dépanneur du coin, fraîchement débarqué, après un court détour par Toronto où il a acquis des rudiments d’anglais, note toutes ses questions relatives au français (il suit des cours depuis peu) et me bombarde dès que je me montre la face. Il me pointe des mots dans son dictionnaire chinois-français et me demande comment les prononcer.

      Évidemment, je pourrais simplement lui reprocher de ne pas déjà parler français et aller jouer ailleurs plutôt que de l’épauler dans son apprentissage, mais ça donnerait quoi? Il fait des progrès énormes par ailleurs et il est très fier de m’en faire la démonstration quand je passe acheter le journal. En retour, je m’informe de l’impact du tremblement de terre sur leur famille. Un lien s’établit. C’est normal. Lent, progressif, et tout à fait normal. La ville absorbe lentement. Et la polarité de l’absorption dépende de chacun de nous, chaque jour.

      Au final, ne demandons-nous pas à l’État de compenser bureaucratiquement pour nos petites lâchetés individuelles? Si le courage et la détermination existent à peine au niveau individuel, comment exiger de nos représentants qu’ils fassent ce que nous ne souhaitons pas faire personnellement? Le Parlement et le gouvernement qui en est issu n’ont pas pour mission de nous permettre de faire semblant d’être ce que nous ne sommes pas; au contraire, ils doivent s’assurer de refléter à l’échelle collective une moyenne de nos choix individuels.

    • Bon après-midi,

      Alors je devrais parler en anglais pour demandé mon billet de loto chez le dépaneur, traîner mon dictionnaire français -anglais quand je veux postuler pour un emploi, appremdre à m’excuser de ne pas parler plus courramment et recommencer en entière l’éducation de nom ado, exit les lectures comme Descartes, Balzac, La bruyère, Gabrielle Roy, Camus, Marguerite de Navarre.

      Nous lirons le Coran version anglaise.

      Je m’efforcerai d’accepter tout, tout, tout, de ces gentils immigrants et je dirai Allah est grand quand ils me poursuivront en justice le jour où je ferai une caricature (et vous allez voir comme j’ai du talent !)de M***h***t en bobette dans un champ de pissenlit….

      Et dois-je aussi leur donné tous mes avoirs, mes meubles, ma rutilante voiture, et leur donné accès à mon compte en banque, tant qu’à faire pourquoi pas les laissé me “re-baptisé” d’un nom de leur cru ?

      Pensez-vous que je devrai faire déterrer mes ancêtres du cimetière d’à coté pour leur laissé la place ? Ce serais chic ça…

    • Et manger kasher pour ne pas passer pour antisémite, s.v.p., merci beaucoup. Ça va aider à leur communauté qui en a bien de besoin.

    • patrick, avez-vous compris le vidéo. Est-ce qu’ils parlent français? J’espère que les professeurs de français vont se servir de ce vidéo pour montrer comment le fraçais se parle chez-nous. C’est la faute de notre enseignement scolaire. On devrait apprendre deux ou trois langues courramment lorsque nous sommes juenes. C’est tellement facile pour les jeunes d’apprendre les langues étrangères. Mon fils demeure en Californie et il a trois enfants qui parlent couramment le français, l’anglais, l’espagnol et même un peu de chinois – à l’école les enfants n’ont pas de préjugés – ils ou elle parlent la langue de leurs amis. Pourquoi sommes-nous si borné au Québec et au Canada. Une éducation a se refaire.

    • J’ai lu les commentaires et j’avoue être fière d’être québécoise francophone, qui veut répliquer ????

    • Québécois vous êtes cernés. Rendez vous !

      Toute résistance est futile, nons avons capturé vos intellectuels, vos financiers, vos hommes d’affaire, vos sportifs professionnels,

      Si vous ne résistez pas, nous vous offrons un traitement égal à celui des Acadiens du Nouveau-Brunswick et de la Louisiane.

    • Je me demande si messieurs Bouchard et Taylor auraient dû consulter le site PointDeBasculeCanada avant de nous conseiller de nous informer davantage sur la religion qui semble de plus en plus devenir MAL commode en Occident.

    • Je ne comprend pas Bouchard, il dit quoi dans ce rapport? Qu’un tiens vaux mieux que deux tu l’aura? Qu’a beau mentir qui vient de loin? A mon sens une seul conclusion s’impose : les intello utilise beucoup trop d’adjectif et pas assez de mots outils! Madame Bombardier vous nous avez manquée la semaine dernière, heureux de vous lire ce matin.

    • La Commission va dans le sens des propos d’Alain Dubuc: les souverainistes n’ont qu’à rendre les armes et le bon peuple n’a qu’à adopter la langue anlaise , langue de la majorité au Canada. C’est la loi du plus fort ou plutöt la victoire du multiculturalisme canadien que nous convie cette Commission. Quelle surprise! Pourtant on n’avait qu’à lire les livres philosophiques de Charles Taylor pour connaître ces conclusions. Quand va-t-on comprendre que pour être une vraie nation, il faut avoir les pouvoirs constitutionnels qui vont avec.

    • Nullement surpris de ce rapport rédigé par un monsieur assez pédant (Bouchard) et un épris des idées de Trudeau (Taylor).

      Comme si on avait des leçons de tolérance à recevoir ! Et les anglos, eux, seraient sans reproche ? Ils ne sont pas plus ouverts que nous, mais ça, les auteurs du document n’osent pas le dire !

      Ce qui me console, c’est que ce rapport finira probablement sur les tablettes comme bien d’autres ! Dommage quand même que la facture soit salée et, encore une fois, payée par les contribuables !

    • La peur de perdre notre langue et notre religion coïncide avec la bataille des Plaines D’Abraham, un échec pour les Français. Dès que les Anglais se sont installés, l’anxiété est apparue. C’est l’anxiété de perdre ces deux éléments de notre culture qui a permis de les sauver__ permission de parler notre langue et de pratiquer notre religion.
      L’anxiété a été nécessaire pour que nous puissions continuer d’être ce nous sommes: des catholiques francophones.
      Comment savoir si l’avenir du français est compromis par l’esprit d’ouverture que proposerait présentement le rapport Taylor-Bouchard? Se laisser aller… Quand peut-on se laisser aller? Quand nous avons une certitude, non? Mais là nous n’avons aucune certitude de la survivance de la langue française, au contraire, elle doit disparaître vers 2040.
      Ce rapport, d’après moi, nuir à son avenir… Alors? Que le rapport Taylor-Bouchard passe après notre langue. Et cela tout de suite.
      EM

    • C’est drôle, mais en ce qui me concerne, les seules personnes que j’ai rencontrées qui ne VOULAIENT PAS parler/apprendre le français n’étaient pas des immigrants mais des anglophones vivant au Québec depuis plusieurs générations… Mon épouse est immigrante et parle français (pourtant difficile à apprendre pour les asiatiques). C’est pas manque de ressources que beaucoup d’immigrants n’apprennent finalement pas le français. Apprendre une langue aussi difficile que le français à un niveau suffisant pour pouvoir vivre et travailler dans cette langue signifie que l’on doive étudier à temps complet. Mais, comment étudier à temps complet quand on a une famille à nourrir?!

      Une personne sur le chômage a accès à toutes sorte de formations pour “améliorer son employabilité”, formations durant lesquelles la dite personne continue de recevoir ses prestations d’aide. Mais pourquoi est-il si difficile pour un immigrant d’avoir accès à ces prestations en étudiant le français?! C’est portant la base de la base, en terme d’employabilité… Il y a plus d’un an d’attente!!! Il fait quoi durant cette année?! BS??? Non, la majorité des nouveaux arrivants iront plutôt se trouver un boulot, dans un milieux ou il peuvent se débrouiller… …en anglais! C’est pas parce qu’ils voulaient pas apprendre le français! Mais alors c’est foutu pour le français, car une fois que tu travailles, tu n’as plus accès à ces formations payées!!! Pour aller suivre son cours de français. il devrait démissionner, et s’il fait ça ben ya pas droit au chômage!

      Notre système actuel force une personne qui veut vraiment apprendre le français à se fouttre sur le BS en attendant de pouvoir commencer ses cours! Dieu merci, la majorité vont plutôt travailler, mais alors les gens qui n’y comprennent rien les accusent de ne pas parler français…

      Bon, c’était ma montée de lait de mari d’immigrante…

      On roule sous les surplus à l’Assurance-emploi, mais on continue de couper dans la francisation….

    • @ gjacques2004

      Justement monsieur, enfin c’est les intellectuels qui parlent ! et non pas les démago comme Mario Dumont ou les journalistes qui lancent une nouvelle sans profondeur. Oui Monsieur ! vive les intellectuels ! c’est avec vos taxes que les universités sont payés …enfin la sociologie sert à quelque chose. On se disait à quoi servent les sciences humaines . La voilà la preuve : c’est pour nous éclairer. Justement, si on donnait plus la parole aux intellectuels , on se porterait bien mieux dans le monde.
      En passant, les intellectuels , c’est des scientifiques d’abord. Et sachez Monsieur , je suis ici depuis 9 ans et je connais Taylor de renommée avant meme d’arriver au Québec. Arretez de cracher sur vos intellectuels parce que vous ne faites que montrer votre indécente médiocrité.

    • Primo : s’il est vrai qu’on ne peut voir que vertu à connaître plus d’une langue, pourquoi donc les anglos canadiens de Montréal et dans une plus grande mesure ceux du Canada, peuvent-ils sans embuches vivre sans être embêtés par le bilinguisme mis a part quelques emplois dans la fonction publique fédérale…

      Secundo : on nous enfonce le multiculturalisme dans la gorge comme du Buckleys passé date. En guise d’exemple regardez l’imposture historique que l’on invente pour les fêtes du 400e de Québec. Le mensonge et le révisionnisme historique à la sauce Harpeur-Charest, deux conservateurs de longue date… Regardez comment les allemands, les flamands en Belgique ou tant d’autres peuples s’y prennent pour protéger leur identité sans se sentir mal… mais bien entendu, les québécois, fracturés par deux défaites récentes et colonisés à soin n’osent pas même exister… encore moins s’affirmer!

      Tertio : comme employé du fédéral dans la région de l’outaouais, j’accepterai les conclusions des deux érudits quand ils auront pris le soin de quitter la dodue tour des forums et des bureaux universitaires pour venir constater que dans une région où les postes sont, selon la loi sur les langues officielles, OBLIGATOIREMENT BILINGUE,

      JE N’AI JAMAIS, EN 12 ANS, ASSISTÉ À UNE RÉUNION FRANCOPHONE à moins que l’assistance soit totalement francophone. QUAND UN SEUL ANGLOPHONE D’OTTAWA, POURTANT SUPPOSÉ ÊTRE BILINGUE POUR OCCUPER SON POSTE, PARTICIPe À L’UNE D’ELLES C’EST INÉVITABLE, C’EST EN ANGLAIS. ESSAYEZ LA CHOSE À HULL QUAND VOUS NE MAÎTRISER PAS BIEN LA LANGUE DE POE. JAMAIS !!!!!!!!!!!!!!

      La commission Bouchard-Taylor, trop collée à son objectif de plaire à ses subsidiaires, tire à côté et rate sa cible. Les québécois, en général, ne souffrent pas d’intolérance, ils réagissent comme quiconque se fait étouffer par le multiculturalisme à courte vue, cette assimiliation silencieuse et perfide.

    • @gofrankiego

      J’ai lu dans l’école publique tunisienne quand j’étais au primaire et au secondaire Descartes, Balzac, La bruyère, Camus, …et pour obtenir mon secondaire , en philosophie , j’ai lu Nietschze et Kant…
      En histoire, j’ai lu TON histoire …l’histoire de l’amérique , des révolutions francaises, la reconquista etc , en plus de l’histoire arabe …Mosieur !
      Cela s’applique à tout les pays dont tu ne connais rien.

      Je parie que 90% des gens enragés ici contre les “citoyens” québécois d’origine immigrantes sont des mecs.

    • @kebeklibre

      Au moins vous avez un poste au fédéral. Vous devez vous estimer heureux. au lieu de chialer. Vous l’avez dit vous meme, à moins que la majorité soit francophone.

    • @kebeklibre

      À propos de votre situation : « Quand un seul anglophone d’Ottawa, pourtant supposé être bilingue pour occuper son poste, participe à l’une d’elles c’est inévitable, c’est en anglais. »

      Dans l’immédiat, il faudrait exiger la présence d’un système de traduction simultanée pour l’unilingue anglais. Si la définition de votre poste ne requérait pas de vous que vous soyez bilingue, alors votre syndicat pourrait sans doute intervenir. Il faudrait prévenir votre supérieur, ou son supérieur, votre député, le ministre chargé de l’application de la Loi sur les langues officielles…

      Si je vous suis bien, nous devrions former un pays indépendant, renoncer à notre influence sur une large portion du territoire nord américain, renoncer à participer aux grands forums internationaux comme le G8 (…) parce qu’un de vos collègues de travail censé être bilingue ne l’est pas!

      Je ne souscris pas à votre solution.

    • @mkamal : “Au moins vous avez un poste au fédéral. Vous devez vous estimer heureux. au lieu de chialer. Vous l’avez dit vous meme, à moins que la majorité soit francophone”

      Vous plaisantez ou quoi !!?? À ce que je sache, les québécois paient de très, très larges impôts à l’état canadien (et parfois ceux-ci servent à combattre le légitime combat de la nation québécoise d’existe — les commandites, ça vous dit quelque chose ?? et les décisions unilatérales de Harpeur de se retirer de Kyoto malgré l’appui des québécois au traité, et le retrait unilatéral du Canada de la convention de l’ONU sur la reconnaissance des autochtones, etc… de grâce, renseignez-vous!), ces emplois fédéraux NOUS REVIENNENT DE DROIT! Manifestement, vous n’entendez rien à mon commentaire ou êtes de ceux qui ont hâte qu’enfin cette nation ne soit plus qu’un malheureux souvenir… dommage. En passant, quand on travaille à Gatineau (secteur Hull), la majorité est francophone. Dans notre environnement de travail, la majorité est francophone.

    • C’est exatement ce que je suis en train de faire.
      Je suis en plein apprentissage de l’anglais et je m’ouvre de plus en plus au monde.
      Pour plus rapidement fouttre mon camp du Québec.

    • J’ai écrit ce que j’en pense sur mon site. C’est un vrai scandale. Bouchard et Taylor sont les deux pires traîtres depuis longtemps. http://uhec.net

    • Bon, bon, bon! On se calme tout le monde. Que l’on nous suggère de parler plus anglais et de s’ouvrir sur le monde, c’est très bien, comme un papa qui dirait à son ado qu’il s’appliquer à l’école. C’est simplement paternaliste et l’enfant fera ce qu’il veut. Ce qui me beurre là-dedans, c’est qu’on se sent inévitablement considérés comme des arriérés. En Italie, les immigrants apprennent l’Italien, la langue du pays. Ainsi en est-il en Allemagne, En Suède, en Chine, en Russie et même en Islande. Qu’on cesse de nous casser les couilles avec l’ouverture sur le monde (i.e. l’anglais) et qu’il soit désormais clair pour tous ceux qui viennent et/ou qui vivent ici que le français est la langue du pays. Nos lois linguistiques devraient être appliquées à la lettre et l’ONU nous a donné raison là-dessus. Alors cessons d’être mal à l’aise. Soyons fiers et intransigeants à ce sujet. Sinon, bienvenue en Louisianne!

    • je suis pour un Québec Français, mais cela ne m’empeĉhe pas de souhaiter que tout le monde, ancien et nouveau de souche ou de branches , soit capable de s’exprimer dans les deux langues, mes ancêtres sont hongrois, polonais, allemands, et français, ici, et en Françe, leur langue est le Français, cela fait à peine 100 ans que mes arrieres-grands parents,ont émigré ici, ils se sont mariés avec des amérindiennes et des Québecoises,et j’Ai hate de voir l’entente retrouvée entre les gens parlants plusieurs langues, je veux faire de cette province un vrai pays, mais pas à n’importe quel prix et pas au détriment de ma langue maternelle ,le francais,== vivement notre pays, le Québec ===Français++

    • Tout ça pour ça! Une mascarade burlesque télévisée où chacun à pu faire son petit numéro. C’est triste à mourir.

      J’étais sûr que la commission Bouchard-Taylor accoucherait d’une telle vacherie envers les francophones!

    • c’est pas compliqué, c’est le programme du PLQ :

      - soyez piteux chez vous
      - effacez-vous devant le mysticisme moyen-âgeux de peur de vous faire traiter de raciste
      - soyez plus ouvert sur le Canada pour accélérer l’assimilation
      - ne vous occupez pas de ce qui se passe dans la société, comme ça, elle sera encore plus inerte
      - et surtout, ayez honte, ce type d’émotion demande moins d’énergie que la persévérance et moins de réflection que le courage.

      mais bon, je voudrais bien être ouvert sur le monde, avec un réseau d’ambassade et une diplomatie pour l’appuyer, pas être ouvert sur le Canada, m’écraser, renier mon droit à la liberté (celle de vivre dans un état libre, indépendant) and speak english to reduce the social crisis between nationalism and canadian colonialism. two solitudes, gimme a break, Canadians aren’t alone, but in Québec, here are the two real solitudes, between those who want a normal country, and those who think still have one, despite the fact we lost it in 1759…

      environ 80% des répondants pronaient, avec raison, des valeurs républicaines : chacuns est égaux devant l’État, pas de privlèges, pas de passe-droit. mais avec des élites coloniales, incapables de voir toutes la dyslexie qu’entraine notre statu anachronique de canadien, on a des conclusions comme celles-là…

    • Le temps donnera raison aux immigrants. Les vieux québécois pure laine réfractaire au changement global finiront dans l’oubli 6 pieds sous terre. Les immigrants ayant fait enfants en plus grand nombre, remplaceront la société québécoise actuel et feront ce qu’ils leur sembleront juste. Ils ne sont plus des invités le moment où ils ont leur citoyenneté. Voilà ce que je retiens de cette étude finale. J’ai marié une immigrante et j’en suis très fière. Elle m’apporte beaucoup plus de richesse que si j’aurais marié encore une fois ma propre culture. Plein de bon sens. C’est moi le plus riche dans tout ça!

    • Que les Québécois francophones soient davantage ouverts sur le monde
      Me souvient d’un reportage dans l’Actualité y’a quelques années, ca s’appelait la colonisation tranquille, on avait répertorier quelque chose comme 1,5 millions de Québécois a travers le monde, qui étudient, travaillent,créer… en Californie, en Floride, en Europe en Afrique qui font du missionariat etc…alors pour ce qui est des Québécois pas ouverts sur le monde on repassera.

    • Comme toujours les anglos (comprendre les red necks) pensent toujours que le québecois ou le canadien français, peu importe, devrait être soumis et se comporter en bon vassal de sa majesté dominante. La Gazette est très représentative de ce mépris qui a toujours existé de la part de l’occupant enver l’occupé- nous en l’occurence- depuis toujours considéré comme inférieur et qui devrait leur lécher les bottes. “Speak white my friend”. Quand allons nous cesser de leur lécher les bottes?

    • @mozzart999, je partage entièrement votre opinion !
      Il faut cesser de vivre en société fermée, il n’y a pas seulement le Québec sur la planète !

    • @rllemieux

      “nous devrions former un pays indépendant, renoncer à notre influence sur une large portion du territoire nord américain, renoncer à participer aux grands forums internationaux comme le G8″

      influence sur le territoire nord-américain, mais de quoi parlez-vous? la participation aux grands forums internationaux comme le G8? mais de quoi parlez-vous? ça c’est le Canada, ce même pays qui a passé pour quasi-révolutionnaire pour nous avoir laisser le droit d’arpenter un couloir à l’UNESCO.
      lors du Sommet des Amériques ou de Montebello, qui se sont déroulés au Québec, où étions-nous? à l’extérieur des barrières de sécurité, parce que c’est le gouvernement canadien qui était là, qui savait pour nous, mieux que nous même, ce qui est bon pour le Québec.

      alors oui, l’indépendance, et le plus tôt possible! mais je crains qu’il fodrait attendre une Nième rebuffade constitutionelle pour être vraiment sûr sûr sûr que le Canada n’est pas une voie pour le Québec. et tant que des conservateurs comme Charest diront “le fruit n’est pas mûr, blah blah blah, le fruit n’est pas mûr”, nous irons nullepart. et le fruit n’est certainement pas mûr, il est pourrit et depuis longtemps!

    • @akratique

      des gens comme toi devrait s’exiler dans les montagnes et encore ils trouverait quelque chose qui les emmerdent!

      @ tout le monde

      je suis assez contente que ils vous ait enfin montrer à quel point c’est ridicule tout ces petits chichis.

      1. si vous ne parlez pas anglais il y’a deja moins de possibilité d’emploi et l’anglais ouvre des centaines de portes pour communiquer avec des gens de toute sortes de nationalité différentes. sans l’anglais on ne pourrait même pas comprendre le 1/2 de la planète.

      2.une phrase que j’étais plus capable d’entendre!
      -ils s’en viennent chez nous gna…gna…gna
      paf! ils vous l’on finalement fait comprendre j’espère?
      les immigrants VIVENT ici! ils sont autant chez eux que vous! quoique si j’avais à choisir une province d’acceuil à voir comment vous appreciez les gens…je préférerais encore aller en ontario!

      3. les jeunes vivent entourer de multihétnicité et c’est une excellente chose. internet nous permet de parler a des gens et vivre à montréal est une chance.

      4.seul les incultes et les débiles profonds ne comprendrons jamais que le multiéthisme c’est l’avenir

      5.ceux qui essayait de decsendre les imigrants et les anglophones ne se sont que ridiculiser eux-mêmes. par exemple le gars de hérouville! y’a t-il quelqu’un qui a trouver ce qu’il disait intelligent et censé??
      non ! tout le monde l’a pris pour un raciste

      6.y’a une bonne façon de reconnaitre les racistes ils commencent toujours leurs phrases comm ça:
      -je suis pas raciste mais……
      no comments!
      je ne suis raciste envers personne sauf les raciste eux même! ils devraient tous aller sur leur petite île de la haine! au moins on aurait la paix!

    • Vous vous attendiez à quoi, chers lucides, de la part du frère de Lucien le fossoyeur du Québec. Tondu un jour, tondu toujours.

    • Le Québec est en train de mourir, et la commission Bouchard-Taylor nous recommande une bonne dose d’arsenic!! NON MERCI! L’à-plat-ventrismedevant les francophobes et les immigrants ghettoïsés c’est fini!

    • À moins que je ne me trompe c,était un peu ce que Bouchard et taylor pensaient avant la commisssion…. à quoi a-t-elle servie?

      je trouve un peu ridicule de lire… Les Québécois sont comme ci…. il y a 7,7 millions de Québécois dont 6 millions de francophones… si c’est cela qui est écrit… c,est de la caricature..

    • Je suis fils d’immigrants, installés à Shawinigan depuis plus de trente ans et parfaitement bilingues.

      C’est possible, ça existe et c’est dans l’ordre des choses que les nouveaux arrivants s’intègrent à la communauté locale. Pour ce faire, il est cependant important d’éviter les généralisations véhiculées lors des derniers mois, et qui ont mis la table pour cette commission.

      Or, j’espère que celle-ci présente des pistes de solutions visant à favoriser l’intégration des immigrants plutôt qu’à faciliter l’assimilation du peuple Québécois.

    • J’invite tous les abonnés de La Presse, du journal de Montréal, du Devoir et de toutes les revues francophones, à cesser les abonnements de ces médias et de prendre des abonnements avec le journal The Gazette.

      Cela permettra de s’angliciser davantage. J’Invite aussi les adeptes de la télévision francophone à se désabonner des stations francophones afin de s’intégrer largement avec les immigrants et la minorité anglophone.

      Ne soyez pas inquiets, ….il s’agit d’une période de transition laquelle devront également s’adapter les jhournalistes.

      Il faudrait également songer à cesser la fréquentation des écoles francophones et changer la loi pour que les francophones s’intègrent avec les immigrants en fréquentant les écoles anglophones.

      Par ailleurs, j’invite tous les francophones à ne plus acheter de livres écrit en français. En ce qui concerne le cinéma il sera agréable de voir des films étrangers sous-titrés afin de mieux s’intégrer aux immigrants.

      Les deux vieillards viennent de décider pour la jeunesse et le futur des francophones……

    • @Claude-Henri

      Un bout de phrase m’a fait réagir : « and those who think still have one, despite the fact we lost it in 1759 »

      Je suis en désaccord. Non, nous n’avons pas perdu. C’est le général Montcalm et ses troupes qui ont perdu une bataille sur une plaine. C’est le gouverneur nommé par le roi de France qui a dû céder sa place à un gouvernement dirigé par les militaires anglais. Mais nous, nous n’avons pas perdu. Nous formons une nation, la plus libre du monde, dans un pays prospère que nous partageons avec d’autres nations.

    • “Il faut cesser de vivre en société fermée, il n’y a pas seulement le Québec sur la planète !”

      Tout à fait d’accord.

      Sur la planète, il n’y a pas que le Québec. Mais on Québec, on y est. Et au Québec, il y a le Québec.

      Pour avoir fait le tour du monde 3-4 fois, je peux vous assurer que les Finlandais, Norvégiens, Suédois, Russes, Polonais, Allemands, Autrichiens, Chiliens, Brésiliens, Italiens, Juifs, Japonais, Australiens, Néo-Zélandais re rejoignent: Ici, vous êtes au/en (insérez le nom du pays). Vous êtes le bienvenu. Ici, les règles de vie sont établis depuis des siècles/millénaires. Ça marche comme ça. Si ça ne vous plais pas, et c’est possible, allez ailleurs car cet ailleurs pourraient être plus près de vos valeurs et croyances.

      Ce n’est pas du racisme, c’est avoir le respect de soit, de sa personne.

    • @MadMAf: Je crois que tu en demandes un peu trop. « Le respect de soi » est un concept interdit au Québec. Dès qu’on veut se respecter on se fait accuser de tous les maux et après on se demande pourquoi nous sommes devenus la carpette sur laquelle les immigrants s’essuient les pieds…

    • C’est vrai que ces recommandations sont assez dur pour le Quebec. S’ouvrir plus sur le monde, suppose que les quebecois ne le sont pas, pas assez, alors que c’est totalement faux. A voir Montreal et le nombre infini de culture et d’ethnies qui vivent ensemble en paix, on ne peut imaginer une ouverture plus grande. C’est message erroné à envoyer au reste du monde.

    • Le problème c’est que tu peux être parfaitement bilingue ou même trilingue, mais à partir du moment ou tu t’insurges contre le fait que c’est la langue anglaise qui profite massivement de l’immigration au Québec, alors tu deviens quelqu’un qui n’est pas ouvert sur le monde; c’est la première étape avant d’être traité de xénophobe.

      Pour certain l’ouverture sur le monde est la défense de ta langue maternelle sont incompatible.

    • @Claude-Henri

      Nous y étions au Sommet des Amériques ou de Montebello. Peut-être êtes vous mécontents des représentants que nos concitoyens ont élu au parlement fédéral pour nous représenter, mais ça n’empêche pas que nous étions représentés. Dans un Québec comme le propose le projet indépendantiste du parti québécois, nous serons carrément absents.

    • Salut Patrick,
      Cet extrait du rapport me laisse perplexe: ” c’est le temps pour les Québécois francophones d’être plus ouverts, et de s’habituer à vivre dans une société « globale ».”

      Mes parents sont arrivés au Québec en provenance d’Italie en 1957. Ce sont eux qui se sont intégrés à notre société et non pas l’inverse. Selon moi ce sont les immigrants qui doivent s’habituer à notre mode de vie qui inclus la culture et l’histoire du Québec. Immigration égale intégration un point c’est tout.

    • @MadMAf

      Très bien dit.

      Petit commentaire sur nos commissionnaires. ;)

      L’intellectuel aime bien se sentir à la souce des mouvements sociaux. S’il voit que le peuple exige le respect, il sous-entend alors qu’il y a xénophobie ou intolérance.

      Parce qu’exiger le respect, si cela vient de la base plutôt que de nos élites, ça dépossède nos intellos de leur glorieuse “mission” de phares éclairant le bon peuple. :)

    • @ddine

      Vivent en paix ? qu’est ce t’en sais ? vivent plutot dans la misère pacifique tu veux dire…

      @ au monde frustré

      Sortez dans les rues et manifestez ou créez votre KK_K québécois, fierté québécoise blanche francophone ou quequechose du genre…

      Pour info, ayant vu comment les européens comment ils se ghetoisent quand ils travaillent comme coopérants dans les pays du sud, je peux vous dire que les gens ici ,qui viennent ici et deviennent “citoyens” -s’il vous plait parce qu’ils payent leur taxes et aiment Stéphane Bureau- s’adaptent bien mieux que quiconque…mais c’est de toute facon l’histoire de l’humanité je vous dirais …
      jusqu’à nouvel ordre…qui sait …un jour…un monde plus juste avec moins de chialeux qui se defrustrent devant un ordi

    • Je suis impatient de voir la réaction de Mario Dumont le Démago No.1.

    • @ddine

      Oh oui, l’ouverture peut-être plus grande…

      Les gens pourraient aller en vacances ailleurs qu’au Nouveau-Brunswick, Old Orchard, Mexique, Cuba, République Dominicaine et France.

      Les universités québécoise pourraient faire comme en Europe et obliger les étudiants à faire des cours à l’étranger pour obtenir leurs diplômes.

      Les jeunes pourraient être davantage incités, intéressés, à partir en voyage pendant longtemps, comme par exemple aller travailler l’été aux États-Unis, etc.

      L’ouverture sur le monde, ça se vit en pratique. Aller dans le Quartier Chinois, ce n’est pas aller en Chine.

      Je vous l’accorde, c’est merveilleux que l’on ait un “échantillon” du monde à deux pas de chez nous. Et encore plus admirable de voir que le tout se fait dans une athmosphère de bonne entente.

      Ici à Berlin, mercredi soir dernier une femme parlait au téléphone en arabe dans le métro. Lorsqu’elle est descendue, un homme lui a lancé une bouteille de bière et lui a crié des injures.

      L’homme est accusé de haine raciale, d’avoir insulté quelqu’un et de tentative de blessures.

    • (C’est du délire, de l’hystérie collective. Je cauchemarde! Le piège à cons a bien fonctionné. Merci au fils de «Red». Réductionnistes et néo-réactionnaires en pleine discussion haineuse qui vire en une foire d’empoigne inqualifiable. Y’a pas de quoi faire les jars demain matin. Je reprends ma lecture de “Le berger et son troupeau” de qui vous savez.
      Propos sibyllins? Oui.) Sans commentaire.

    • “… cela déterminera encore plus fort le réflexe des francophones de passer à l’anglais aussitôt qu’il est en présence d’un quelconque accent.” – renartleveille

      Entièrement d’accord avec cet énoncé. D’ailleurs, ma femme étant d’origine roumaine vivant ici depuis 2003 et moi un “pure laine”, je suis régulièrement témoin de scènes ou des employés de magasins lui répondent en anglais alors qu’elle s’adresse à eux en français, simplement à cause de son accent… roumain! Même pas besoin de s’adresser à eux en anglais. Je crois que le réflexe est maintenant installé. En passant, nous ne vivons même plus à Montréal, mais à St-Lin-Laurentides (région). Surprenant quand même.

    • Les recommendations sont biens, je m’attendais à ça.
      Plus d’ouverture et d’accueil ne nuiront surement pas à évoluer harmonieusement.

    • @mkamal

      Je serais bien curieux de savoir quels commentaires ici tu considères comme étant ceux de gens frustrés, c’est trop vague comme accusation…

      http://renartleveille.wordpress.com/

    • apprenons TOUS le langage de nos voisins officiels ainsi nous seront officiellement assimilés et comme des agneaux, sweet and so quiet.

    • @mkamal
      Je suis algerien, alors lorsqu’il s’agit de paix, je sais de quoi je parle. Quelqu’un qui n’a pas connu l’insécurité, ne connaitra jamais la valeur de la paix, de la tranquillité qui nous ai offerte ici gratuitement sans aucun effort.

      De plus, toutes les libertes et droits qu’on acquis ici, sans aucun effort de notre part, ni particpation alors que dans notre propre pays, on a même pas 10% de ces droits.

      Quant à la reussite professionel, donc l’argent, je peux te citer des milliers de cas de reussite d’origine algerienne. En peu de temps, à peine une dizaine d’années, ils arrivent à acheter une maison, deux voitures, se permettent des voyages .. alors beaucoup de quebecois ne peuvent se permettent un tel luxe.

    • bonjour “Sahara36″
      comme chantait notre Robert Charlebois (i am a frog kiss me than i’ll become a prince)
      ou comme René Lévesque (si j’ai bien compris à la prochaine fois.
      on est au moins deux à être fier.
      Marcel

    • makamal est l’exemple-type de ce qui ne fonctionne pas dans la société. Au lieu de reconnaître que le français est menacé et que nous devons au plus vite intégrer ces immigrants, il accuse tous ceux qui sont fiers de leur culture de faire partie du KKK ou trucs semblables. Pathétique!

    • C’est la fin d’un monde!
      quand j’étais petit il y avait un champ derrière la maison des mes parents,
      aujourd’hui il y a des maison des condos un centre d’achat et les gens parle peu français dans le new town.mais ils sont riches de cash.

    • Franchement je ne vois pas ou est le probleme quant une personne maitrise une autre langue, au contraire c’est un point fort pour lui.
      Je viens d’un pays ou on apprend obligatoirement 2 langues autre que la langue du pays et en aucun moment on a exprimer notre mecontentement de ce que arrive, au contraire ca enrichi notre savoir et notre culture.
      Avec la mondialisation et le multiculturaisme ont est obligé d’apprendre et apprendre d’avantage sur notre monde. Comment allons nous tisser des relations economiques et commerciales, nous quebecois qui s’attachent farouchement au francais, avec les chinois, les indiens, les arabes… qui ne parlent que l’anglais comme langue d’affaires ?
      Pour les accomodements raisonnables, je peux dire et d’apres mon experience que les quebecois installés ici de longue date sont eux qui demandent le plus de faveur et d’accomodements.
      Moi, le quebcois de courte date, travaille dans une institution publique, je ne me suis pas absenté aucune journee de mon travail l’annee derniere alors que mes collegues se sont absentés pas mal de fois ( dentiste, souper avec la famille, signature de contrat, blonde malade, sa mere doit etre accompagnee…).
      Je reconais qu’il existe des gens qui n’ont jamais quitter montreal, ou leurs petits villages et qui essayent par tout les moyens d’intimider les nouveaux arrivants, a ces personnes je dis sortez de vos caves, frequenter les gens, essayer de connaitre le monde et ayez un esprit ouvert.
      Coller tout les problemes sur le dos des immigrants , suivre betement les politiciens et journalistes racistes ne resout jamais le probleme.
      Toute la population doit mettre la main dans la main pour un avenir rayonnant pour le quebec. Cet avenir ne peut reussir qu’avec la particpation de tout le monde, de differents couleurs et de differents cultures, sans exclusion ni intimidation a un groupe quelconque.

    • Avait-on besoin de cette commission à la con au coût de 5,000,000.00$ ?
      Nous n’avion qu’à sivre l’exemple sur l’Australie qui on règlés le problème en décrètant qu’en Australie on vit comme les australiens,
      Facile économique et efficace.
      Bravo à nos deux intellos de la commission de nous insiter à apprendre l’anglais ce que l’on savait déjà et de nous agenouiler, encore, devant des gens qui fuient leurs pays et nous apportent leurs problèmes.
      Quand je pnse que mes impôts servent à un rapport qui probablement finira sa vie sur les tablettes sans avoir rien règlé…

    • @ mkamal

      Ca sera la fete pour lui ce soir.
      Il devrait etre entrain de preparer un discours qu’il espere va lui gagner quelques points , surtout avec les defaites successives les derniers jours.
      l’ADQ sans programme precis seme la peur dans la population pour recolter quelques points dans sondages.
      Que fera l’ADQ pour les quebecois de courte date s’il tient le pouvoir ? c’est la question que doit etre posée , et franchement j’ai peur pour le futur de mes enfants si un jour l’ADQ sera élu sur la tete du gouvernement quebecoise.
      Je pense que leurs faire apprendre l’anglais des leurs enfance, sera la meilleure solution, comme ca il fuiront le quebec vers les autre provinces ou les etats-unis si un jour se sentent visés par des lois descriminatoires pénalisant ceux qui ne sont pas des quebecois “de souche”.

    • @ jvallotton
      Un peu beaucoup surprenant de la part d’un Français votre remarque à l’effet que l’on vous prendrait pour des voleurs de job. Surtout quand on sait toute la merde que Le Pen fait en France à propos des immigrants.

      A votre défense vous ne devez sans doute plus suivre ce qui se passe de votre côté pcq vous êtes bien ici…..

    • C’est très facile de vanter l’intégration totale quand on a aucune idée c’est quoi, vivre “ailleurs”. Encore que moi, quand je dis “totale”, je veux vraiment dire totale…

      J’ai fortement l’impression que les mêmes personnes qui disent que les immigrants ne s’intègrent pas au Québec m’accuseraient de renier mon identité s’ils me voyaient…

      Je n’ai plus de problème à écouter Radio-Canada ou bloguer sur Cyperpresse à partir de la maison (au début, je trouvais cela gênant), mais je n’irais jamais dans un bar regarder la LNH.

      Le Canada bat l’Allemagne 10-1 aux Championats mondiaux de hockey? Dans ma tête, c’est un dilemme. Mon ancien pays qui bat mon nouveau…

      L’Euro 2008 commence dans 3 semaines, et je crois que NOUS allons gagner. Et oui, j’ai mon drapeau allemand, mon chandail…

      Si quelqu’un me parle en français ou anglais, je fais tout pour que la conversation se déroule en allemand.

      J’ai changé mes habitudes alimentaires, mon style de vêtement, la dernière chose que je veux qui m’arrive, c’est bien de me faire “spotter” dans une foule!

      En vacances, c’est pareil: 10 jours à Copenhague, j’ai fait tous les efforts du monde pour parler danois et ne jamais avoir l’air d’un touriste. Ça a marché!

      Dans mon ancienne vie, j’avais tout fait pour aténuer mon accent du Saguenay vu que j’étais rendu à Montréal.

      Pour moi, c’est une obligation de s’identifier avec la société d’accueil – le tout ou rien. Chez vous, okay mais en public JAMAIS.

      Une fois, je me suis retrouvé à parler avec un Français dans le métro de Berlin. Il me demande pourquoi je vis ici si Montréal est si belle.

      Je lui ait dit: “Je vis ici parce que c’est la plus belle ville du monde”

      Il me répond: “Ah non, c’est Paris!”

      Je réplique: “Alors, que faites-vous ici?”

      Il est parti.

    • Premièrement, il faut attendre que le rapport soit rendu public avant de porter un jugement sur son contenu. Les expressions “parler davantage anglais” et “être plus ouverts” sont sujet à interprétation.

      Si on fait un paralèle entre les statistiques disponibles et ces expressions, on peut obtenir l’interprétation suivante. Le taux de chômage des immigrants, ainsi que des membres des minorités visibles, est plus élevé que celui de la population québécoise dite de souche. Compte tenu du fait que les immigrants ont un niveau de scolarité plus élevé que la population “de souche”, on doit considérer cette situation comme étant paradoxale. D’autant plus que ces personnes sont choisies par le Ministère de l’Immigration en raison de leurs qualifications. Ne perdons pas de vue que dans les autres provinces canadiennes, les immigrants se positionnent plus facilement sur le marché du travail qu’ici au Québec. Si on tient compte de ces données, il n’est pas faux de dire que le Québec doit s’ouvrir davantage. Les immigrants n’étant pas des invités, mais des citoyens à part entière, doivent pouvoir bénéficier des mêmes chances sur le marché du travail que les Québécois “de souche”.

      Quant au fait que les Québécois devraient apprendre davantage l’anglais, voici ce que l’on peut en dire. Au Québec, la population de langue maternelle française connaissant l’anglais est passée de 31% à 36% entre 1959 et 2006, et ce malgré toutes les améliorations apportées au système d’éducation québécois. Du côté de la population anglophone, selon la langue maternelle, de majoritairement unilingue anglaise il y a 50 ans, elle est devenue bilingue à près de 70%. Chez les plus jeunes, ce taux excède les 80%. En ce sens, les francophones devraient apprendre davantage l’anglais. Il n’est pas question ici de dire qu’ils doivent s’assimiler. D’ailleurs, histoire de prouver que le français n’est pas menacé au Québec, cette langue est connue par 94% de la population québécoise. C’est la proportion de la population états-unienne connaissant l’anglais.

      La survie du français au Québec passe par le respect que l’on accorde à notre langue, et non pas en méprisant ceux en ayant une connaissance limitée ou nulle. Les premiers gestes que l’on peut poser: bien parler, bien écrire, s’assurer que les enfants apprennent la culture québécoise à l’école (musique, écriture, etc.). Apprendre à nos jeunes que la culture québécoise n’est pas “poche”. Exiger que nos stations de radio passent davantage de musique québécoise, et de façon plus diversifiée, plutôt que 10 fois la même chanson de Céline à chaque jours, etc.

    • Dans une perspective américaine continentale, je propose qu’on apprenne l’espagnol et qu’on soit plus ouverts aux fajitas.

    • @rllemieux

      moi qui croyait que la phrase choc était celle d’être ouvert réellement sur le monde avec une diplomatie au lieu d’être ouvert sur le Canada.

      mais, oui, je sais, montcalm, l’administration française qui se transfère à l’anglaise. mais je ne peux que persister, le Traité de Paris de 1763 concède le Canada de la France à l’Angleterre, et les colons français de l’époque, sujet de la monarchie française, sont devenus des sujets de la monarchie anglaise (et leurs descendants le sont toujours). et les anglais ont prit le pouvoir, les terres et les richesses pendant que français gardaient le calme. à cette date, les terres étaient anglaises, et à partir de 1867 commence la minorisation de ceux qui au début étaient canadien, puis canadien-français, puis québécois (cette démonstration exclut volontairement les canadiens-français des autres provinces pour simplification…). et bref, allez au Canada, vous verrez, ils nous haïssent, nous trouve nuisibles, plaignards, gâtée parce que refusant le centralisme, etc etc etc. et je ne les blame pas, nous sommes la plaie ouverte du fédéralisme canadien, les forçant même à entretenir la doctrine des 2 langues officielles ou en réclamant toujours une exception à tout.

      par ailleurs, oui nous sommes une nation, mais certainement pas la libre du monde, liberté individuelle certe, mais la nation québécoise libre en elle-même, certainement pas. plus de la moitié de nos impôts sont envoyés se faire gérer à Ottawa. certains en s’en satisfaits et trouvent cela normal, pour moi c’est l’antimode de la normalité, de l’efficacité et de la fonctionalité.
      je ne pense donc pas que nous partageons un pays avec d’autres nations. un partage n’est pas seulement un don, il doit y avoir un retour, là tous ce que j’ai trouvé, et j’ai cherché, c’est le droit à la minorisation quand ils disent protéger notre minorité et de nous calmer avec des mots vides de sens “péréquation” (quelques millions en compensations pour les milliards qu’on leur envoit chaque années et qui disparaissent) “fédéralisme d’ouverture” (après le rentable, exotique, ou je ne sais trop quel adjectif), après le fait que Harper ait utiliser le mot “nation”, ce que nous savions déja disons, pour se faire élire, ce ne sont que des mots, mais ça nous conforte, nous évite d’agir.

      concernant les sommets internationaux, oui, il y avait peut-être disons 1 à 10 personnes du Québec, oui, et puis, n’en étaient-ils moins pris dans la dynamique de la politique canadienne? de qui ont-ils défendus les intérêts, des canadiens ou des québécois? le Canada se centralise, je suis bien content pour eux que leur NationBuilding aillent de l’avant, et toute la dynamique étatique, politique et même sociale répond à cette centralisation, et le Québec, j’en suis convaincus, n’y a pas sa place.

      quelle est donc cette place? et comme vous le mentionnez, le projet indépendantiste*, ne propose rien de ce coté. en effet, il faudrait négocier les traités auquels nous désirerions soustraire, et puis? ça ne m’inquiète pas car les règles économiques se fichent bien de la couleur du passeport, tant à l’intérieur ou l’extérieur du Canada, le Québec est soit productif ou ne l’est pas, soit attrayant aux investisseurs étrangers ou ne l’est pas. et comme il y des échanges économiques maintenant, je vois mal, admettons, les acheteurs américains des exportations de tel produit dire “non, maintenant que le Québec est un pays, nous voulons payés plus cher pour faire venir nos produits de plus loins”, ce n’est pas très réaliste. ce qui est réaliste, c’est qu’au landemain d’une hypothétique indépendance, il y aura des questions, des interrogations, de nouvelles négociations et des traités, pendant un certain temps, et après? si on veut améliorer les choses, il faut bien les remettre en question. car le temps n’arrange pas les choses, il les empire même, c’est d’agir qui arrange les choses.

      et à ce que je sache, l’ONU et l’OMC ne sont pas des clans mafieux, les règles pour y entrer sont assez (même très) claires. le Québec y entreraient presque de facto…

      alors, soit nous continuons des décénnie et peut-être même des siècles à s’entre-déchirer et à avoir une politique interne tordue : (gauche/nationalise + droite/fédéraliste) / démagogue/autonomiste
      ou nous franchissons le reste de la rivière, que nous avons commencé à traverser un peu avant le début de la révolution tranquille.

      cela dit, je vous poserais une question : pourquoi ne trouve-t’on des fédéralistes qu’au Québec et qu’au Canada (en excluant le Québec) il n’y ait que des Canadians? corrigez-moi si je me trompe, mais j’ai jamais entendu un canadian dire qu’il was a pround federalist, a pround canadien yes, but federalist… ou ça c’est comme les francophone du Québec, connaissez-vous bein d’autres peuples sur la terre qui se définissent par une catégorie de sondage?

      toute ses questions vous embête? moi aussi. vous aimeriez qu’on parle d’emploi, d’économie, de finance publique, du dévellopement, des découvertes scientifiques exploitables économiquement, moi aussi. mais pour cela, il faut avoir tout les outils en main, par un morceau de gouvernement qui passe son temps à contredire l’autre morceau de gouvernement situé en haut de l’échelle.

      en tout cas, you see my point comme y disent.

      cordialement,
      c-h

      *merci d’utiliser ce mot, je ne suis plus capable d’entendre des tons accusateurs parlant de séparatissses, comme si le but était la séparation, ce n’est qu’un moyen, pas une fin.

    • Je pense que les immigrants doivent s’adapter à leur pays d’adoption si j’allais en IRAN vêtue d’un pantalon, d’un gilet, je serais ostracisée par les religieux fanatiques. Remarquez bien qu’un “gandoura” qu’un turban ça s’enlève quand ces messieurs veulent se soulager avec des adolescentes…L’habit ne fait pas le moine! Comme nos bons curés qui s’amusaient avec les petits gars tout en portant la “soutane” noire….Toute cette histoire de vêtements est stupide et dépassée. Si les québécois ont manifesté leurs appréhensions, leurs craintes vis-àa`-vis les accommodements raisonnables c’est qu’ils se sont sentis vulnérables et fragilisés par ces demandes farfelues. Si 2% d’islamistes ont réussi à se faire entendre c’est qu’ils sont sur la bonne voie pour nous écraser un jour…comme ils ont fait en Europe à un certain moment de l’Histoire. Ils commencent lentement et progressivement ils s’imposent…ils sont ratoureux et très rusés…Le pire c’est qu’ils ont la Charte des droits et libertés qui leur ouvre la porte à toutes sortes de réclamamtions. ce n’est pas fini ça ne fait que commencer…turban, kirpan, burka, voile et que sais-je encore???Les éternels optimistes qui ne voient rien sont ceux qui relativisent facilement et qui ne voient que le PRÉSENT sans penser au FUTUR…Comme on dit en québécois, ils ne voient pas plus loin que leur nez…Quand je vois des jeunes femmes toutes enveloppées pendant que le mâle se promène en bermuda, je deviens enragée…la soumission de la femme au mari, voilà ce que le CORAN proclame…ce n.’est pas ALLLAH qui demande cela, ce sont les mollahs, qui eux, ont la liberté totale…les purs, purs, purs sont rares même parmi ceux qui s’écrasent sur leur tapis de prière…en attendant d’aller écraser les autres…Arrêtons d’être naïfs et soyons réalistes. Ouvrons les yeux! ö desorties

    • Que voulez-vous, dès le début: une commission bidon, menée par des incompétents biaisés qui se croient supérieurs à la « masse » mais qui, en fait, n’ont pas l’étoffe de présider une telle tribune et qui érigent le déni au rang de valeur; à quelle sorte de résultat pouvait-on s’attendre? Certains attendent les recommandations. Pas moi. Elles seront complètement à côté de la plaque comme le reste. Quel a été le coût déjà de ce cirque? Curieusement, c’est la Gazette, journal anti-francophone, qui a eu la primeur. Faut croire que le journaliste avait ses contacts…

    • Ok Ok. Je suis bornée, limite raciste. Je me dois de parler la langue du conquérant. Finalement, enfin m’assimiler pour ne pas déplaire aux nouveaux arrivants. D’ailleurs, voulez-vous bien me dire pourquoi, par un excès de fermeture je m’exprime dans une langue obsolète qui démontre bien mon étroitesse d’esprit. Je dirais même plus, , pourquoi existe-t-il encore des lieux où s’exprimer en français. C’est complètement dépassé. Quand, oui quand, en bon paillassons que nous sommes, réaliserons-nous une fois pour toute que le bon mot n’est pas bienvenue mais WELCOME. Et que tous s’essuient les pieds en nous passant dessus. Thank you very môche…..

    • @ desorties
      Si j’ai bien compris votre intervention c’est que vous n’etes pas d’accord sur le sort des femmes en iran.
      Mais en cotre partie vous vouler opprimer les femmes immigrantes ici au quebec en leurs imposant et en la forcant de porter le style d’habit qui vous plaise. Ceci n’est-il pas contraire a ce que vous avancer au debut.
      En plus vous faites une grosse erreur quant vous essayer de comparer un pays ou regne la dictature avec un pays democratique.
      Les musulmans, les juifs et autres communauté culturelles ne demandent que ce que la loi leurs offre. Si la loi du travail me donne le droit a un mois de vacance, je ne vois le probleme quant je le prends avec le mois qui se coincide avec le mois de Ramadan. c’est mon droit.
      Si j’ai un congé mobile je ne vois ou est le probleme de le prendre le jour d’une fete musulmane ou juive. ce n’est pas un accomodement, c’est un droit.
      Chacun de nous s’habille de la facon dont il aime, mange ce qu’il veut et prends son congé quant il veut dans la mesure ou la loi lui autorise.
      Tu ne peux en cas obliger les gens a manger du porc, boire de la biere, jouer au casino, porter des mini-jupes sous pretexte que la population d’origine les fassent.
      La femme qui porte un voile ou autre chose le fait par conviction personnelle et sans obligation de personne et donc respecte son choix toi qui veut que les iraniens respectent ta facon de s’habiiller si tu veux les visiter un jour.

    • Il est de notre devoir de résister au bilinguisme et de se battre pour une meilleure intégration des immigrants. Ce n’est pas sorcier: tant et aussi longtemps que l’anglais sera respecté au Québec, les immigrants vont l’apprendre et nous perdrons du terrain.

      OU BIEN nous intégrons davantage d’immigrants en leur faisant clairement comprendre qu’ils doivent parler français et s’adapter à notre culture; qu’ils sont des invités bref

      OU BIEN nous diminuons le nombre d’immigrants accueillis puisque nous sommes incapables de les intégrer.

      Y a pas 36 000 solutions. L’un ou l’autre.

      Continuer de se laisser envahir tout en leur adressant la parole en anglais à chaque fois, c’est signer notre propre arrêt de mort collectif et c’est la fin du peuple québécois et l’assimilation totale à la majorité anglophone en Amérique du Nord.

      http://uhec.net

    • @Louis

      À partir de quel moment un immigrant, selon vous, n’est plus un invité, mais un Québécois à part entière? Ces personnes viennent s’établir ici dans l’espoir de pouvoir un jour se sentir chez-eux. Personne ne veut être étranger toute sa vie. Si nous les traitons comme des invités, jamais, ils ne voudront s’intégrer. Si nous les considérons comme des Québécois, ils auront le goût de s’intégrer davantage. L’intégration est un processus qui va dans les deux sens. C’est en quelque sorte un rapport entre les immigrants et la société d’accueil.

    • A ce que je sache le Québec est pas un pays alors cessez de vous comporter comme si ça vous appartenait.

    • Faits reels

      la majorite des quebecois d’origine francaise (cad de souche), que je connais sont conscients de l’importance de l’anglais dans l’education de leur enfant alors pourqoui ce double langage envers les nouveaux immigrants.

    • LOL au youtube d’Infoman.

      Je ne suis pas surpiris des commentaires de ceux qui ne veullent pas entendre l’opinion de Bouchard-Taylor. C’est a vous qu’ils s’adressent.

      Les unilingues sont tartes

    • Curieux, tout de même, que personne n’ait vu le canular inventé par la Gazette — une feuille de choux anti-francophone en nette perte de vitesse, soit dit en passant — afin d’attirer sur elle l’attention dans l’espoir désespéré de s’attirer un peu plus de lecteurs… francophones !
      Ne soyons pas dupes, et ne tombons pas dans ce piège tellement grossier qu’il en est ridicule.
      Pour ne pas disparaître, la Gazette est prête à tout. Elle se fait une spécialité de remuer de la boue, de crier au moindre scandale : pensez à la poursuite dont elle est l’objet de la part de Mme Marois, pour cause de calomnie…
      Pour ma part, je ne crois pas que ce journal jaune ait eu la primeur du rapport entier. Grâce à certaines indiscrétions dont on soupçonne les bas mobiles ou les sources douteuses, elle a sans doute pu voir certaines des recommendations qu’elle a tôt fait de monter en épingle pour frapper et choquer — celles, évidemment, qui font son affaire et vont dans le sens de son idéologie sournoise, qui est la mise au pas définitive du Québec dans le contexte de la ”nation building canadian” et du multicul ravageur. Attendons à la semaine prochaine pour prendre connaissance du rapport dans son entier avant de juger sa teneur exacte.
      Cette nouvelle fracassante sollicite, certes, notre patience, mais comme nous sommes très patients pour nous construire le pays que nous méritons, attendons encore quelques jours…
      En passant : proportion des Québécois bilingues : plus de 46 %. De Canadians bilingues : un gros… 9 % (source : Statistique Canada).
      Quand je me compare, je me console… Et bon appétit à ceux qui ont encore tant de croûtes à manger avant de venir nous faire la morale…
      Et pour bien m’ ”ouvrir au monde” et à la culture universelle, je cours de ce pas réviser mon allemand… et mon latin !

    • Les dés étaient pipés d’avance…
      Le gouvernement de Jean Charest avait bien établi d’avance ce qui en résulterait de cette commission.
      Avec les deux commissaires comme complices, tout comme Ponce Pilate il (Jean Charest) pourra s’en laver les mains.
      À petit feu, on assassine le Français au Québec et on nivele cette province au reste du Canada. Pendant ce temps, le nationalisme des Québécois se meurt faute de combattants…

    • Les Québecois ont décidé de vivre dans une Société laïque.Cela devrait être vrai pour toutes les religions, et non seulement pour le catholicisme.

    • Je connais un ingénieur de grand talent qui a appliqué sur un poste dans une Société d’État fédérale et qui a été refusé parce que sa connaissance de la langue anglaise était insuffisante, son travail l’aurait obligé à transiger avec des anglophones aussi bien aux USA que dans les provinces anglophones. Étant moi-même bilingue, je sais que cet ingénieur réussirait à se débrouiller et après très peu de temps, aurait réussi à perfectionner ses connaissances de la langue anglaise. J’ai trouvé ça dégueulasse de la part des responsables du concours qui ont fait fi des recommandations du comité de sélection.

    • Je pense que les accommodements raisonnables devraient se faire dans les 2 sens. Je n’ai rien contre qu’un immigrant fasse sa culture à lui mais je suis contre le fait qu’une garderie doive donner 5,000$ parce qu’un jeune immigrant aurait mangé un bout de saucisse dans une cabane à sucre.

      Nous, Québécois, n’avons aucun recours si nos jeunes mangent des croustilles et qu’on ne veut pas qu’ils mangent de ”cochonneries” à la maison? Pourquoi alors, on n’aurait pas le droit de poursuivre celui qui donne ca à nos enfants?

      La religion ne devrait pas accorder de ces privilèges-là. Et si dans une garderie, la nourriture n’est pas au goût de l’immigrant à cause de sa religion, que son jeune apporte son lunch de la maison.

      Il faudrait simplement que la Commission ait été logique mais dans les 2 sens pas juste pour satisfaire les minorités qui, avec les années vont devenir plus nombreux que nous.

    • ….Dans ma dernière année de travail,mes compagnes et compagnons de travail, étaient– grec,chilien,espagnol, , italien, portugais,polonais, hongrois,irlandais, écossais,british, etc etc, dans ma famille j’ai des beaux-frères et des belles-soeurs ==arménien, italien, francais, écossais,irlandais, russe et une belle -soeur amérindienne==et tout ce beau monde parle un excellent francais, en plus de leur langue maternelle et de l’Anglais, leurs enfants parlent 3 langues,ils sont partisans du Canadien,–( on peut-y être plus assimillés-intégrés que cela–!!! )ceux de ma famille qui restent dans le grand Canada, parlent encore le Francais, mais ils se sentent un peu oubliés par le Québec. La commission ne demande pas une anglécisation massive et obligatoire de tous les petits quebecois et quebecoises,,,,mais la simple logique, les affaires dans le grand univers se font majoritairement en anglais,,et quand le Québec va être-devenir un pays, avec qui fera-t-il affaire ? avec les USA comme maintenant et les USA sont de langue anglaise,,,,

    • @verret
      Bravo pour votre post sur la fierté. Tout passe par là. Si on est fier de sa langue et de sa culture et de son histoire on se respecte et on se fait respecter (et on est ouvert, informé et on parle anglais, espganol, etc.) Je suggère d’aileurs @ rllemieux de vous lire : il constitue le parfait exemple de l’amertume et de la lâcheté. Pour quoi restez-vous ici Monsieur. Le Québec n,est pas une terre de pleutres. Nous avons besoin d’immigrants ouverts, pas de gens comme vous.

    • « en tout cas, you see my point comme y disent. »

      Non pas du tout.

      D’abord, tout ce qui touche à l’opinion que les anglophones du reste du Canada peuvent avoir de nous ou le mot qu’ils choisissent pour désigner la nation à laquelle ils appartiennent, c’est véritablement sans intérêt.

      Ensuite, que la nation canadienne, devenue canadienne française, devenue québécoise n’ait pas l’impression d’avoir de nom pour la nommer, c’est un problème. Mais le projet indépendantiste du parti québécois n’apportera aucune solution à ce problème.

      Je vous cite « soit nous continuons des décénnie et peut-être même des siècles à s’entre-déchirer et à avoir une politique interne tordue …ou nous franchissons le reste de la rivière ». Relisez-vous : c’est une menace à peine voilée à tout ceux qui ne partagent pas votre idée de la meilleure structure politique pour le développement de cette nation.

    • Non, décidément le Canada n’est pas assez grand pour le Québec. Nous sommes capables du monde ! Qu’est-ce qu’on attend bon sens pour gérer nos affaires, prendre nos décisions, bref, faire comme presque 200 nations (dont plus de 40 depuis 1990) sur le Globe. Aurons-nous le courage un jour? Et la fierté ?

    • En lisant les commentaires des souverainistes sur ce blogue, on perçoit un vent de panique qui les envahit. Ils ont raison de paniquer quant à l’avenir de la langue française, mais ils ne veulent pas se rendre à l’évidence. L’évidence, c’est qu’on ne pourra jamais enfoncer la langue française dans la gorge des immigrants. La seule vraie solution pour protéger la langue française au Québec passe par un seul moyen,et ce moyen est refusé par la très grande majorité des québecois et québecoises, et c’est la croissance démographique. Il faudrait que chaque femme francophone en état de procréer ait cinq enfants et seulement là, la population francophone pourra rejaillir sur la société québecoise, et les immigrants voudront rejoindre la majorité.. En dehors de cette volonté de peupler notre Québec, il n’y a plus de raison de refuser de nous assimiler à la majorité anglophone. Dans le monde entier, Il y a seulement au Québec à ma connaissance, que la langue officielle ait besoin de remèdes de chevaux pour survivre..

    • @ Louis ,ce sont des réflexions comme celles que tu partages ici ,qui font que nous demeurerons toujours un “petit peuple”.Continue à ne parler qu’une langue …continue à t’obstiner à une ouverture sur le monde…Malheureusement por les gens complexés l’anglais est la première langue internationale …c’est comme ça et on ne peut rien y changer.Attends quelques années et tu trouveras ça moins drole d’apprendre le Chinois ..LOL!!! On ne peut qu”être d’accord avec le résultat de la commission.c’est le gros bon sens qui parle …et on voit dans pusieurs commentaires qu’effectivement la vérité choque! Il n”y a vraiment que les pratiques religieuses ou on aurait du être plus ferme .Le Dieu de chacun est une chose totelement personnelle…Enfin comme c’est triste de voir les médias remettre de l”huile sur le feu .Pendant 40 ans on s’est fait écoeurer par un référemdum …maintenant on nous divise encore avec ce complexe de colonisé que l’on traîne avec nous depuis 1534…Pourquoi …mais pourquoi …beaucoup de Québecois préfèrent rester enfermer dans leur petit cocon …préfèrent détruire plutot que de batir ensemble dans la diversité on n’est pas des chiens ou la race fait monter le prix !!!!

    • Tout d abord laissez moi vous dire que j en ai lu de toute les sortes sur ce forum! Parlons en de Taylor-Bouchard! On vois bien la dedans du vrai canada anglais! NON MERCI! dépassé la frontière du quebec et voyez comment le reste du canada est assez grand pour contenir tout les anglais qui desire parler qu en anglais. Je suis Québécoise et fière de l être. J ai appris le joual depuis toujours et maintenant on est en train de le corriger par le vrai français! Nous prenez vous pour des caves??? Comme ci on savait pas le sens français de notre joual! Je suis pas raciste, je suis moi même marié a un immigré, mais je crois qu il faut être ferme chez nous! Les immigrés viennent ici et après cinq ans ils ont un bonus appelé citoyenneté canadienne! Je peux vous dire que si vous allez en arabie ou algerie ou meme la chine don l aide humanitaire n arrive meme pas a entrer, vous ne serez jamais uns des leurs! Le québec c est pas seulement une province mais c est le seul pays francophone en amerique! Je penses que Taylor et Bouchard devrait faire le tour du québec mais dans un autre contexte et voir que la majorité des québécois ne parle pas anglais et ça leur manque pas! Au fait les québecois ne sont plus a Montreal don le nombre diminue un peu plus chaque jour! Sortez des villes et allez dans les campagnes et vous les trouverez. N’essayez pas de nous laver le cerveau Monsieur Taylor et Bouchard.
      A la frontière du Québec commence l Ontario et vos chance de parler couramment votre anglais est bcp plus flagrante. Même en Ontario on se force pas pour nous répondre en français!!! Go de bye english ! Bienvenu Francais…

    • @ zella

      Ce n’est pas une question reliée à ce que les gens mangent, boivent ou à leur façon de se vêtir. Pas du tout.

      C’est la question du respect de l’hôte. Au Québec, on vit en français. Alors me faire aborder en anglais, ça m’irrite au plus haut point.

      Au Québec, on a convenu qu’il n’y avait pas d’arme blanche à l’école. Peu importe la signification du kirpan, c’est un couteau. Est-ce qu’un compas peut être plus dangeureux qu’un kirpan? Probablement. Mais un compas n’est pas un couteau!

      Au Québec, on ne discrimine pas sur la base du sexe. Si une femme ne veut pas/peut pas être à la piscine en même temps que moi en raison de ses croyances, tant pis pour elle! Ce n’est pas à la société de changer ses règles afin qu’elle puisse jouir de la piscine sans y voir d’hommes. AUCUNE DISCRIMINATION SUR LA BASE DU SEXE DE L’INDIVIDU.

      AUCUNE comme dans zéro, nada.

      Aucune discrimination veut aussi dire ne pas choisir son médecin sur la base du sexe. Si on veut absolument vivre dans ce type de société, on va s’établir dans un pays dont la division basée sur le sexe y a cours.

      Pour le reste, on s’en fout. Nous avons une collègue musulmane qui prie plusieurs fois par jour. Elle prie tant qu’elle le veut mais on ne va pas sortir de notre bureau commun ou s’empêcher de faire notre travail jusqu’à ce qu’elle ait terminé et on ne vas pas aménager tout le bureau afin qu’elle ait son coin prière. Et ça fonctionne! Depuis 3 ans, elle prie sans empêcher les autres de faire ce qu’ils ont à faire.

      Et c’est comme ça que ça devrait fonctionner.

    • Beaucoup de bruit pour rien….

      Je ne crois pas que cet article dans The Gazette reflète tout ce qui sera dans le rapport. Il me semble que la religion aura une place encore plus importante dans le rapport que la “gueguerre” français/anglais. Par contre, c’est evident que le Québec est renfermé dans une mentalité anglais=poison, assimilation, etc,,,.

      Aussi, je me demande bien ce qui est plus dommageable pour la survie du français entre un québécois qui parle le français de façon boiteuse et un autre qui en plus de parler un français impeccable, parle d’autres langues dont l’anglais. En tant que fonctionnaire outaouaise vivant au Québec ( eh oui une autre), je suis fière d’être bilingue. Par contre, j’en ai plein le dos de me faire traiter de “vendue” par des gens qui n’ont jamais fait l’effort d’apprendre une seconde langue. On critique les gens dont la langue de travail est l’anglais, mais qui continuent de pratiquer un français impeccable. Je répond souvent à ces adeptes du “Moi je travaille en français” ( thème d’une campagne publicitaire d’ Impératif Français)que je suis comme un chimiste ou un musicien qui utilise un autre langage pour faire son boulot, mais qui est avant tout francophone. Le bilinguisme (pas seulement en outaouais) permet de mieux gagner sa vie et d’avoir accès à plus de postes mieux payés. Et on ne nous remercie même pas du montant d’impôts élevés qu’on verse pour le Québec.;-)

      En tout cas que ma copie soit en anglais ou en français, je vais me régaler en lisant le rapport B-T.

    • Bon allez. C’est dimanche et il fait beau, je vous invite tous à un couscous sympathique. On fera du cross-cultural dialogue. Sympathique non?

    • @ omaya

      C’était de l’ironie… Faut croire qu’il y a des gens qui vont défendre l’idée qu’il ne faudrait surtout pas s’ouvrir sur le monde et apprendre d’autres langues. L’ignorance, la peur et les préjugés vont ensemble.

    • Est-ce qu’on est en train de se faire dire:

      “Speak white you damn racists”

      ???

    • FEU VERT AU GÉNOCIDE IDENTITAIRE
      Deux intélectuels prétentieux présentent un rapport sans valeur.
      55000 immigrants par année c’est 550000 en dix ans et plus d’un million en vingt ans. C’est de la folie. L’identité du Québec sera détruite pour toujours.
      Les gens derrière les politiques de l’immigration sont de dangereux irresponsables.
      Ces deux individus ont une pensée d’intélectuels renfermés . Leur rapport doit être mis à la poubelle.

      DANIEL YELLE

    • omaya
      1. si vous ne parlez pas anglais il y’a deja moins de possibilité d’emploi et l’anglais ouvre des centaines de portes pour communiquer avec des gens de toute sortes de nationalité différentes. sans l’anglais on ne pourrait même pas comprendre le 1/2 de la planète

      Voilà quelqu’un qui n’est jamais sorti de son trou, même si Montréal est un gros trou. Il y a seulement 400 millions d’anglophones sur terre (presque tous unilingues) et 400 autres millions de personnes qui parlent anglais comme langue seconde. En tout seulement 800 millions de parlant anglais sur 6,4 milliards. En d’autres termes 7 hommes sur 8 ne parlent pas anglais. Si tu étais sorti un peu de ton trou, si tu avais voyagé au Brésil, en Chine, en Russie, tu aurais vu que l’anglais it’s greek for them

    • Les précisions dans Cyberpresse ce matin nous permettent de comprendre que l’article pondu par la Gazette n’est que sa propre interpretation du rapport qu’elle a en main. Ces précisions nous disent que le rapport nomme la communauté ethnoculturelle des Canadiens français tandisque la Gazette pointait la “majorité francophone” au Québec. Or, la majorité francophone au Québec est composée, entre autre de la communauté Canadienne française, de beaucoup de communautés ethnoculturelles immigrantes telles que l’haitienne, marocaine, etc… Ainsi la Gazette faisant de ces immigrants des xénophobes avec les Canadiens français pour le simple fait de parler français ! C’est dire à quel point la communauté ethnoculturelle Anglaise au Québec prend pour acquis les communautés ethnoculturelles immigrantes. Remarquez comme cette communauté Anglaise et la Canadienne française sont totalement absentes et point nommées dans l’article de Gazette. Vous retrouverez le même phénomène sur le site du gouvernement de Québec dans sa liste des “Portraits statistiques des groupes ethnoculturels au Québec”. Nous n’existons pas, ni l’Anglais, ni les Amérindiens, ni les Inuits, ni les Métis.
      quebecinterculturel.gouv.qc.ca/fr/diversite-ethnoculturelle/stats-groupes-ethno.html

    • c’est quand même très paradoxal de lire des gens qui dénoncent des sociétés ou tout le monde doit vivre de manière semblable (l’exemple d’Iran a été donne) mais qui se battent et exigent que leur propre société suive la même doctrine et que tous vivent comme la majorité.
      Si j’ai une autre vie, j’étudierai sûrement la psychologie/philosophie. Ça m’aiderait sûrement a comprendre un peu plus ces paradoxes…D’ailleurs si vous avez des suggestions de livre dans la matière, SVP. affichez dans ce blogue.
      Si ça peut aider certains a être moins frustres, dites vous que votre espérance de vie ne dépasse pas les 83ans pour femmes et 78 ans pour hommes. Alors, soustrayez votre age de ces 2 moyennes selon votre sexe, le résultat est ce qui vous reste a vivre si une crise cardiaque due a une frustration trop grande ne vient pas fausser nos calculs. Bonne fin de semaine, sortez un peu, il fait beau dehors et la vie est belle

    • À quand une commission pour nous recommander de faire un bon asphalte ? De ne pas déménager tous en même temps le 1er juillet?
      Faire preuve d’ouverture sur le monde commence par désinstitutionnaliser le Bloc Québécois , moi qui fût pur et dur jusqu’en mai 1980 et comprît la première fois.

    • les imigrants qui veule vivre au Québec se doivent de parlé francais point à la ligne, les accomodements que tous parle est plus ou moins question de religion, et au Québec la religion est du passez sans compromis, le Québec c’est francais pour tous et toute, les joueurs de hockey soccer football etc pas d’accomodement pour gardé le québec en francais et sans aucune religion pour dicté les facon de faire en société, trop ces trops les conflits dans les pays juifs et musulment ne doivent pas traverser nos frontière, ces clair apres deux ans en sol du quebec celui qui ne parle pas la lanque retourné a leur point de départ et s’il se font martiriser tanpis il aurons eu une chance de sen sortir, mais il ont manquer le coche retour a la cage départ. ici on veut le développement mais la paix social avant tout,

    • Encore une fois, des journalistes qui citent des extraits d’un rapport preliminaire pour creer une controverse. Laissons le temps au vrai rapport d’etre publie et on verra. En passant meme Mme Marois preconise que l’apprentissage de l’anglais soit renforce.On ne pourra jamais pretendre qu’a Herouxville, on est assez ouvert.

    • Nous sommes un peuple de conquis et à cause de cela nous avons une attitude de conquis. Nous ne sommes pas ouvert car nous avons peur de disparaître. Nous sommes un peuple viellissant et dépressif. Notre jeunesse se tourne vers d’autre cultures et d’autres valeurs pour essayé de quitter cette dépression sociale. Elle s’apprête à abandonner tout lien avec ses racines et elle gobera bien gentiment les rapports du genre Bouchard-Taylor car dans le monde de droite et ou nous nous dirigeons, quand tu suis le courant, tout va bien. Il n’y a pas de tissu social, l’égoïsme prime sur tout, alors les jeunes, particulièerement les urbains participerons sous peu à leur assimilation avec le sourir fier d’être membre du village global, citoyen du monde. Demandez donc aux citoyens des puissances mondiales s’ls sont citoyen du monde ou fier d’être américain, chinois et de fervents patriotes par surcroît ? Ici on dirait qu’il faut se renier et tout accepter pour être ok. Quelqu’un mène ce cirque quelque part et le but n’est pas clair, toutefois le résultat l’est… Nous disparaitrons bientôt. Quelques cons sans estime s’en réjouirons en plus. Le tout doit commencer par un changement de gouvernance et par l’éducation des citoyens… Qui aura le courage de prendre ça en main et de ne pas s’arrêter à la pression médiatique ni de tomber dans un mode électoraliste…

      Il fait beau aujourd’hui, fermez l’ordi et la tivi, c’est trop déprimant. Allez jouez dehors !

      Lisez le texte de gjacques2004 il résume bien la situation (de façcn plus concise aussi).

    • Qu’y a t-il de mauvais à apprendre l’Anglais? Réveillez-vous les amis! On habite dans un monde où la mondiliasation des marchés règne. Apprendre l’Anglais ce n’est pas une luxe, c’est une nécessité. Les entreprises internationales qui s’installent au Québe veulent des personnes qualifiés et bilingues parce que dans ce monde, l’anglais c’est la langue du commerce, on se comprend? Le gouvernment ne veut pas que les employés parlent Anglais au travail…bin tant pis! Les entreprises savent qu’il y a plein d’autres endroit où cette exigence ne causera pas de polimique. Nos régions se vident, le taux de chômage augemente….mais il y a un certain Mario Dumont et certains souveranistes qui ont appris la formule de la terreur de MM. Bush et Cheney, pour des fins politiques. On cible un groupe d’invididus pour cacher la vraie nature du problème. Au Québec, c’est l’indentié nationale.

    • apprendre l anglais et etre plus ouvert, non, quelle catastrophe

    • Mes amis,

      le probleme n’est pas l’anglais car 90% des immingrants c’est du monde qui parle le francais et qui vous impose leur facon de faire les chose. Les Anglais part et ils sont remplacer par des amis qui parle le francais. J’habite au centre ville de montreal et les magasins n’affiche plus en anglais mais en arabe et chinois et autre langue! Mais ca c’est correcte l parce qu’il parle le francais, la guerre est contre les anglais. Moi je suis trilingue et quand je traverse n’importe quel frontier j’ai pas a chercher mais mots et je peux communiquer sans probleme. Est ce que je fais des fautes en francais? C’est sur, mais j’essaye, de faire de mon mieux. C’est pas les anglais qui impose que installe des piscine pour les hommes et les femmes, qu’un docteur dois etre d’un sexe particulier pour nous triter, qu’on prends des pause priere, mais pas de signe religieuse chretienne par ce qu’on leur force de voir des chose qu’il crois pas. Je ne suis pas catholique mais je n’impose pas mais croyance religieuse a personne. Reveillez vous un peux. Le Quebec dans 20 and va encore parler le francais mais va pas etre comme aujourd’hui, demander vos amis les Francais!

    • cet commission a servie a payé des gens qui on pas de solution et fait du quebec un pays raciste ces quoi payé des milions pour noircir notre image. les imigrant es, bref ces en francais et non du créol que l’ont entent dans nos hosto pour vieux, il son payé pour apprendre le francais mais au lieu de voir le bien il comprenne que nous somme des cons, les résultat demandé apprendre et respect des hôtes mais ce n’est pas le cas ils fraude et ca les amuses ils nous prenne pour des conet si on interpelle pour demandé une meillleur facon de faire la première parol sera ( tu est raciste toi ) comment faire, j’ai quitté MTL trops d’imigrants, manque de respect sur les trottoirs dans les bus, metro, etc ils se voient comme des petit général-e, les gangs de rue vous en avez pour chaque pays imigrant

    • “Je suis impatient de voir la réaction de Mario Dumont le Démago No.1.” – mkamal

      Bon allez. C’est dimanche et il fait beau, je vous invite tous à un couscous sympathique.” – mkamal

      ===

      Il risquerait d’être pas très sympatiques votre pique-nique si vous êtes le type de personne qui utilisent des étiquettes de ce genre envers ceux avec qui vous n’êtes pas d’accord..

      Sans être adquiste je trouve vos étiquettes simplistes et réductrices.

    • A “hoebee”
      J’ai lu votre texte 3 fois, je n’ai strictement aucune idée de ce que vous essayez de passer comme message. Et je ne parle pas des fautes d’orthographe (personne n’est parfait), mais plutôt de la structure de votre texte…complètement illisible
      SVP. écrire en français pour qu’on puisse vous lire. Si le français n’est pas votre langue maternelle, vous pouvez écrire en anglais, plusieurs d’entre nous dans ce blog comprenons cette seconde langue.

    • C’est la faute à Trudeau et au Parti Québécois!
      C’est la faute à la Révolution Tranquille!
      C’est la faute à la laïcité!
      C’est notre faute!
      C’est votre faute à Patrick Lagacé!

      Comment voulez-vous imposés à un peuple accueillant (dans le cas présent; le Québec) les coutumes et les mœurs de d’autres cultures.

      Imaginez-vous que vous partez vivre au Maroc (disons pour le travail). Vous êtes québécois de souche et vous n’êtes pas nécessairement religieux. Vous vous intégrez très bien dans le contexte marocain. Vivez à leur rythme et suivez les fêtes (religieuses ou non) du pays. Cependant (par exemple), arrive la période de la Pâques. Vous n’êtes pas nécessairement religieux mais ou voulez quand même avoir une petite pensée (œuf de chocolat, brunch, et tous les à côtés)… mais imaginez-vous que vous voulez manger en famille un jambon pascal. OUPS! Du jambon au Maroc!? Blasphème total pour un pays musulman, non? Sans doute que vous pourriez en trouver puisque nous sommes quand même pas au Moyen-Âge, mais en vain. Pour une partie de la population, le porc n’est pas très toléré.

      Question; allez-vous manger du jambon? Oui ou non selon vos convictions.

      Reportons le même sort au Québec. Les québécois ne sont ni ignorant, ni xénophobe et encore moins raciste! Les québécois sont divisés entre les traditionalistes, les modérés et les déracinés (blague mais disons ceux qui son athées). D’un côté les traditionalistes prônent le retour aux racines fortes québécoises (religion, mœurs, folklores et tout le tralalala). Du côté opposé, il y a les gens qui sont pour la mondialisation (la terre= un gros village). Il y a un énorme fossé entre les deux. Et au milieu, il y a ceux qui sont modérés (la grande majorité); ils sont pour la laïcité, la fête de noël et pâques, de parler la langue française et baraguiner l’anglais. Eux, ils sont entre l’arbre et l’écorce. D’un côté c’est out la religion de la culture québécoise et de l’autre non à l’internationalisme (et à l’uniformisation).

      Un immigrant qui arrive au Québec, arrive également avec ses coutumes. Si le Québec affichait ses couleurs comme étant une province (ou état selon les aspirations de chacun) où les institutions ne sont pas contrôlées par l’église mais que par sa tenu historique et culturelle était catholique et ayant comme langue d’état le français, il serait clair que les fêtes célébrés et les coutumes aspirantes seraient celle prescrite par l’ensemble de la population. Ainsi, il n’y aurait aucun problème; la religion c’est le catholicisme et la langue c’est le français. Ce qui est autre, c’est du folklore, tolérable mais ne pouvant demander des accommodements détournant la législation obligatoire pour la majorité de la population d’accueil. Imaginez ce genre d’événement en Israël où une communauté québécoise demander à l’état de leur laisser manger du jambon dans des restaurants casher. Un peu surréaliste non?
      Le problème est que la Révolution Tranquille à enlever toutes les barrières religieuses. Malheureusement, ces barrières retenaient également les racines québécoises dont beaucoup ne sont pas prêtes à s’en départir. Il y a un choc de culture qui se fait dans notre cours… Les immigrants ont les mêmes droits que celle de la population d’accueil. Cependant, cette dernière à peur de ne plus se reconnaître, de perdre son identité et son passé historique.
      Il n’y a pas se solution, il y a des solutions. Soit accepter que le Québec est laïque et d’ouvrir sa porte aux communautés immigrantes_ avec leur religion et leur coutume ou soit mettre clairement les règles du jeu. Vous voulez immigrés ici, alors au Québec, non parlons français et les accommodements sur les religions ne sont tolérés que dans votre vie privée.
      Cependant, ce n’est pas cette fenêtre qui dépeint le Canada; multiculturalisme et ouverture des frontières.
      C’est malheureusement notre faute ci cette commission a eut lieu. Nous sommes ni oui ni non…

    • C’est quoi cette idée que les Québécois nationalstes ne veulent pas apprendre l’anglais et souhaitent se replier sur eux-mêmes ? Foutaise. Le muvement a été créé justement pour que le Québec accède au monde (Le Canada n’est pas assez grand pour le Québec, disait Lévesque). La propogande férdérale à bien foncitonné, je ne vous pas d’autre explicatiion. La vérité ? Les sondages montrent que les gens qui votent pour la souveraineté sont davantage bilingues et plus ouverts aux autres que la moyenne. Globalement, le Québec n’a pas de leçon à apprendre de qui que ce soit en matière de bilinguisme : après les Scandinaves nous formons la nation la plus bilingue au monde. Oui, nous devons tous apprendre l’anglais (et l’espagnol) en Amérique, on serait fou de s’en priver. Mais diable ! faisons nous respecter chez nous !

    • @hoebee
      Monsieur ou madame,

      Et si vous appreniez correctement votre langue maternelle ?
      Une immigrée qui passe son temps (et est payée pour) afin de corriger des textes de Québécois de souche

    • Comme disait Conflizius :”C’est toujours plus agréable d’avoir une seconde langue dans sa bouche” ! Vaudrait-il mieux apprendre le mandarin, la langue la plus parlée ? Les chinois apprendront-il l’anglais ou imposeront-il leur langue au reste de la planète ? Ils ont la force du nombre.

    • @ MadMAf
      Je suis d’accord avec toi dans quelques points.

      Mais quant on a le droit de reserver une piscine, je me demande il est ou le probleme si je la reserve pour mes soeurs, mes cousines et mes amies musulmanes tant que ma demarche est legale et j’ai payé pour ce service.
      enfin le fait de traiter les immigrants par des invités n’avance pas le debat, a cause qu’il vont se sentir toujours exclus, et marginalisés vivant dans l’insecurité.
      Enfin le mot utilisé ”de souche” est un mot descriminatoire qui divise le peuple en deux categories : Quebecois installés de longue date et d’autres de courte date. Mon fils qui est né a quebec est ce qu’il est encore invité ? immigrant ou de ‘’souche”.
      Combien de temps faudrait rester au quebec pour devenir ”de souche” ?
      Beaucoup de questions se pose sur ce terme discriminatoire qui doit faire l’etat d’un debat et meme un jugement pour ne pas etre utilisé dorénavant.

    • C’est moi qui est completement fou je crois.
      Je conais pas un pays autre que le notre ou les immigrants ont autant de droits(respect de leur religion,etc.) et et davantages(assurance-maladie,BS,etc…).
      PAS UN PAYS.
      Mais c’est encore nous qui faut plier quand vient le temps de defendre nos valeurs( exemple: aucun signe ou accomodation raisonable sur la place public, comme le voile a l’ecole ou le turnban pour un agent policier,etc..).

      Nous sommes un peuple faible et le seront toujours.
      Regareder les grandes puissances comme les USA, Angleterre, etc.
      Leur immigrants n’ont aucun avantages socilaes aussi grand qu’ici!!

      Le probleme au Quebec( politiciens,Grand chef d’entreprise, Penseurs comme M.bouchard avec son rapport,etc.) est qu’ils se croit completement les prophetes du bien et du mal et pensent de nous, le petit peuple, des appotres de faibles connnaissances,valeurs ou d’esperience de vie!!
      Ensite questionner vous pourquoi le quebec est dans retardataire ds bien des domianes!!

    • Qu’y a t’il de mal a dire que les québécois devrais apprendre plus l’anglais nageant dans un océan d’anglophone????? (Les État-Unis, le Canada anglais, l’internet, les livres universitaires qui sont en majorité en anglais etc…). C’est la langue d’affaire du monde actuel!

    • @rllemieux
      Un détail historique en passant, comme la tour de Pise, la Cour suprême penche toujours du même bord!

    • @marat85

      Il n’y a rien de mauvais à apprendre l’anglais mon cher. Sauf que cette réponse n’a à peu près rien à voir avec la question qui était posée, c’est complètement à côté de la plaque. Et qu’il ne sert à rien d’avoir l’esprit ouvert, quand l’économie elle, est fermée. Québécois, vos élites vous prennent vraiment pour des caves.

    • Il faut avoir pas mal de toupet pour venir nous dire de s’assimiler aux amerloques parce que c’est de ça qu’il est question. Et bien moi, je ne consomme a peut près pas de télévision, de cinéma et de musique “made in USA” parce que je suis francophone. On nous sert continuellement la même salade. On prétend que l’anglais est la seule manière de devenir riche, parce que “il faut devenir riche”. Eux les anglais ont décidé pour nous qu’un des buts dans la vie devait être de devenir riche, de vivre vieux et d’avoir l’air jeune tout le temps. On doit aussi parlé anglais parce qu’eux les anglais ne sont pas capable de digérer quoi que ce soit qui n’est pas en anglais. Eux prétendent avoir un “droit barbare” de toujours et partout être servi dans leur langue. Personnellement, je n’ai pas “d’atome crochus” avec l’anglais et le monde anglophone. Pourquoi? Simplement parce que je suis francophone et je n’ai aucunement l’intention d’être ouvert à l’anglais. Quand j’étais à l’école secondaire on m’a refusé l’accès au cours d’espagnol en prétextant que j’avais des problèmes en anglais. Je me pose sérieusement la question d’où vient ce monopole de l’ouverture qui devrait allé d’emblée à l’anglais? La langue la plus parlée dans les trois Amérique confondus est l’espagnol. Oui à l’ouverture, non à l’anglais.Merci!

    • Etre plus ouvert au monde ? Moi j’aimerais bien que les tenants de l’idée de notre fermeture au monde nous démontrent sérieusement que nous sommes plus fermés sur nous-mêmes que tout autre peuple. Il me semble que quiconque a quelque peu voyagé peu facilement constaté le contraire. Par exemple, connaissez-vous bien des pays où les citoyens essaient de vous parler en français dès qu’ils voient que vous avez un accent français. Et c’est pourtant ce que nous faisons : dès que l’on perçoit un accent anglais, on passe à l’anglais…quelle fermeture n’est-ce pas! ( c’est plutôt un comportement de colonisés mais passons….) Et puis, à la Commission, n’avons-nous pas entendu à maintes reprises les immigrants nous dire qu’ il était facile de s’intégrer au Québec en comparaison avec ce que plusieurs avaient connu comme expérience ailleurs. Et bien oui, j’aimerais bien que les gens fondent leurs affirmations sur des faits vérifiables et que l’on cesse de nous répéter des idées saugrenues.

    • «S’il y a une chose dont on peut être fier, c’est ben d’avoir l’esprit ouvert. C’est tout ce qu’on a, l’esprit ouvert. Si notre esprit s’ouvre encore plus, j’ai peur qu’on le perde.»

      «Bref, le jour où les Québécois vont être aussi ouverts que ce que souhaitent Bouchard-Taylor, j’ai bien peur que l’on soit open. Et que la culture française soit fermée. Ou vendue.»

      Excellent texte de Stéphane Laporte aujourd’hui.

    • Une autre commission, un autre rapport que Jean Charest a commandé pour nous faire croire qu’il fait quelque chose. Un autre rapport qui sera déposé sur les tablettes.

      Qu’est-ce que Jean Charest attend pour faire quelque chose. Il ne fera rien comme d’habitude.

    • les Québécois francophones qui veulent seulement des nouveaux immigrants francophones doivent reconnaitre le dilemme des accommodement religieux des immigrants francophones des pays Arabes et/ou Africains.
      C’est la réalité, la majorité des immigrants qui connaissent bien le français viennent du Maghreb et des ancienne colonies françaises en Afrique.

      Si les Québécois francophones ne veulent pas d’immigrants qui exigeront des accommodements religieux. Vous devez ouvrir vos portes aux immigrants d’Amérique Latine qui n’exigeront pas d’accommodements religieux (majoritairement Chrétiens) et des plus d’européens.

      You cannot have it both way, it’s either one or the other:
      -soit immigrants francophone qui exigeront de accordements religieux.
      -soit immigrants non-francophones qui n’en demanderont pas d’accommodements.

    • @rllemieux

      où voyez-vous une menace dans mes propos? la situation en elle-même n’est-elle pas d’une stérilité déconcertante? les gens qui veulent faire un pays se font accusés d’immobilisme par ceux-là même qui les empêchent d’avancer! (à cause de la polarisation gauche/droite VS fédéralisme-monarchiste/souverainiste)

      la rivière est une image en passant, je vous dis ça comme ça. c’est à dire que le Québec a la moitié de sa structure étatique. les pouvoirs premièrement que sont statu de province lui confère, et qui sont toujours de plus en plus détourné par le gouvernement canadien, et les quelques autres trucs que le Québec est allé chercher depuis environ 40 ans. nous avons plus de pouvoir qu’un province normale, mais moins qu’un pays normal, et pendant ce temps, le Canada se centralise. alors on fait quoi? hé bien, soit on s’écrase et on laisse le Canada se centraliser ou on décide de devenir, pour une fois, responsables de nous-même.

      et si après avoir ré-écrit ça, vous y percevez toujours une “menace à peine voilée à tout ceux qui ne partagent pas votre idée”, et bien mon cher, peut-être devriez-vous lacher un peu la paranoïa pour la psychiatrie.

    • On est 6 millions, faut se parler. C’est ce que chantait une publicité dans les années 70: http://www.tontuyau.com/v.asp?id=1178

      Aujourd’hui, on est plus de 7 millions ½. Faut déconstruire des murs et se parler. Sinon personne n’en sortira sain et sauf. P-E-R-S-O-N-N-E.

      La question est là: “To be or not to be”. La question est de savoir si la société québécoise est assez mûre pour prospérer en intégrant toutes les forces vives. Si elle en est incapable, elle mourra, figée, à brève échéance.

      Une nation qui n’évolue pas est une nation moribonde.

    • C’est bien le comble. La crise des accommodements, c’était notre façon de dire : ÇA SUFFIT! Et voici qu’on vient nous dire que le problème c’est nous, notre intolérance et notre étroitesse d’esprit. On croit rêver. L’exaspération est bien réelle et les conclusions de l’enquête ne feront rien pour l’atténuer.

    • @underdog

      Vous confondez détail historique et mauvaise farce. Si la Cour suprême penche d’un bord, c’est du bord de la liberté. Elle est, à cet égard, beaucoup plus vigilante que la Cour d’appel du Québec.

    • @alleluia
      Merci bien du kudos, mais pour ce qui est de rllemieux, je n’ai rien lu de lui/elle qui soit clairement en opposition avec mon propre propos. Ça me semble même complémentaire et pas du tout mutuellement exclusif.

      Peut-être n’ai-je pas tout lu, mais ce que j’ai eu l’occasion de lire ici me semblait franchement raisonable et pondéré.

      @bozappa
      Il est clair que nous faisons fausse route (pun intended) avec nos recettes d’asphalte frelaté, programmé pour fendre après un an ou deux.

      Plutôt que de mettre sur pied une commission, nous devrions simplement faire table rase de nos fournisseurs actuels et, à cette fin, demander à l’Ontario ou aux états de la Nouvelle-Angleterre de nous mettre en contact avec leurs partenaires d’affaires, qui semblent accoucher d’un produit autrement plus fiable et plus durable.

    • Bonjour à tous,
      ceci constitue ma première intervention dans un blog comme celui-ci mais je ne pouvais pas demeurer dans le silence après les commentaires souvent désobligeant évoqués par certains.
      Je suis un immigrant de deuxième génération, ma nationalité ou ma religion importe peu car je ne crois pas que cela a de l’importance sur mes commentaires. Je suis le parfait exemple d’un fils d’immigrant qui est arrivé ici sans le sous et qui a travaillé toute sa vie d’arrache-pieds pour subvenir aux besoins de sa femme et ses quatres enfants. Je suis un enfant de la loi 101 et j’ai donc appris le Français comme deuxième langue. De plus et heureusement que les purs et durs du Parti Québécois (qui à mon avis n’a jamais représenté ou tenter de représenter l’entière population mais seulement ceux qui pensent comme eux) n’ont pas réussi à convaincre la population que l’interdiction des CEGEP Anglais était une bonne chose, j’ai eu l’occasion et le privilège de fréquenter le Collège Marianopolis (évidemment certains vont dire kocéça??) à Montréal. Pour ceux qui ne le savent pas et ils sont nombreux, Marianopolis est une véritable institution à Montréal et que même Bréboeuf n’arrive pas à rivaliser avec elle. Moi, le fils d’immigrant du quartier Saint-Michel au Collège Marianopolis à Westmount. Une aventure extraordinaire dont certains et ils sont trop nombreux auraient voulu me priver.
      Le Québec m’a permis d’étudier à un prix raisonnable et je termine bientôt une spécialité en médecine en parlant trois langues qui ne me rendent que plus riche autant culturellement que financièrement.
      Les unilingues francophones n’ont jamais compris les immigrants et souvent j’imagine, c’est surtout par ignorance. Un immigrant qui arrive au Canada, au Québec, à Montréal sans le sous n’a pas le temps ni le loisir de choisir de prendre des cours de Français pour s’intégrer. Cela dit, il fait tout pour que ses enfants eux puissent le faire. Il s’arrange pour qu’ils n’arrivent pas à leurs cours de Français le ventre creux. Ceux qui ne comprennent pas cette réalité ne comprendrons jamais pourquoi les immigrants demeurent méfiant envers eux. Nous n’avons pas oublier les commentaires de l’honorable Jacques Parizeau un certain soir de 1995. Si être riche et immigrant c’est mal, et bien je suis coupable. Je ne suis pas encore riche mais je compte bien le devenir si je le peux. Ce débat est allé trop loin et beaucoup en parti à cause des médias. La société est capable d’être raisonnable d’elle-même à condition de la laisser évoluer et non de l’étouffer.
      Ce n’est pas en sortant les dents de l’intolérance que les Québécois francophones réussiront à améliorer notre société. Ils faut qu’on grandissent ensemble et non chacuns de notre côté mais ceci n’arrivera jamais.
      Finalement, j’ai eu l’occasion d’étudier à Québec et passer du temps en région. N’en déplaise à tous, Montréal est différent. Montréal n’est ni le Québec, ni le Canada. Montréal c’est Montréal et heureusement qu’elle est là pour nous dire que nous sommes ici à la maison. Montréeal est une ville bilingue et non uninlingue francophone et c’est ce qui en fait sa forme mais évidemment ici au Québec l’on préfère cultiver la médiocrité plutôt que de voir comment des institution comme McGill ou Concordia ou même Marianopolis nous font rayonner non seulement au Canada mais à travers le monde. Le monde oui, ce monde où les frontières tombent toutes une à une. Ce monde remplit d’histoires encore à raconter.
      Je demande donc au Québécois, veux-tu faire parti de ce monde ou préfères-tu continuer à installer des clotûres avec tes voisins??

      J’aurais beaucoup beaucoup plus à dire mais il faut bien arrêter quelque part, merci de me publier.

    • MBison

      Je choisis: soit immigrants non-francophones qui n’en demanderont pas d’accommodements.

      POur moi, les accomodements religieux détruieront notre civilisation. Je préfère être obliger de parler anglais. D’ailleurs, c’était déja comme cela, je n’ai jamais pu faire progresser ma carrière d’avocate a cause de mes lacunes en anglais. J’ai donc fait une maitrise dans un autre domaine.

      Ouvrez donc la porte aux latinos et asiatiques. Avec eux, pas de problème. D’ailleurs ils sont contre les accomodements religieux (J’ai des latinos et asiatiques dans ma famille et parenté élargie et je peux vous l’assurer). La plupars des latins apprennent le francais, une partie des asiatique l’anglais mais n généralisons pas. Les asiatiques aprennent souvent plusieurs langues, ils sont très studieux et reconnaissants des chances qu’un pays peut leur offrir.

    • @ zella

      “Combien de temps faudrait rester au quebec pour devenir ”de souche” ?”

      Aucune idée. Je suis fils d’immigrant!!!!!

      Mais mes ancêtres ont accepté de venir s’établir dans une ville au Québec et ont dû abandonner certaines convictions et façons de faire. Souvent mes parents ont souligné à mes oncles et tantes: Si tu veux vivre comme au Portugal, tu peux retourner au Portugal.

      Pour ce qui est de réserver la piscine ou autre, suffit de réserver une piscine/un parc privé(e). Il y a plein de lieux privés qu’on peut réserver. Les biens publics doivent demeurer publics et ne doivent pas être interdits aux uns sous prétexte que ces uns ne partagent pas les croyances des autres.

      Ce qui est public est neutre et ouvert à tous, sans discrimination basée sur le sexe, l’origine ethnique, la couleur de la peau, les croyances religieuses ou la richesse monétaire.

    • Ils sont fous ces romains!!!

    • Vive la Chine , eux se font respecter, et surtout ils se tiennent,.
      Non mais a quoi d’autres on se serait attendus d’eux .
      Ben oui laissons-nous assimilez maintenant par d’autre que les anglais cela vas faire différent… peuple de ……

    • let’s speak english.
      bon filnalement cela aura couté des millions pour se faire dire une évidence ,la langue française n’a pas d’avenir ça fait trois siecle quelle vivotte arretons de vivre dans le passé et de vouloir imposer le français au immigrants meme la France n’y croit plus à l’avenir de cette langue .ça fait du bien des nouvelles comme ça et après la visite de michaele jean en France la semaine derniere ou elle a été rapeller en tant que representente de la reine d’angletterre que les français avait peut-etre fonder Quebec mais qu.il avait perdu la bataille des plaine au profit de l’angletterre ça fait que après 3 siecle y est temps de le reconnaitre .bye bye la France pis le français

    • Pour ajouté a ce que je disais plus tôt ici même, je crois que THE GAAZETTE devrait se franciser au lieu de cherché à anglicisé la société québécoise toute entière. 90% des québécois connaissent déjà le français alors qu’a peine 50% l’anglais. Je lis personnellement assez bien l’anglais et ce canard indigeste présente une vision ou seul l’univers anglophone existe. Quand tu a le choix, tu ne prend pas le pire. Ce journal est totalement déconnecté de la réalité qui l’entoure. La plus part de leur journalistes ne sont probablement pas capable de nommé une seule rue a l’est de St-Laurent.

    • Pour nous faire pardonner, on va continuer d’acheter casher à l’épicerie, ce qui va aider monétairement nos juifs et ceux d’Israël . Quand les produits hallal vont sortir en plus grande quantité, on va en acheter aussi pour aider les Arabes qui devraient aider les Palestiniesn avec ça.

      On pourrait certifier des produits catholiques pour les égaliser mais on crainet que M. Bouchard va trouver ça trop antisémite.

      Attendons simplement de voir les vraies de vraies conclusions..

    • La recommendation a propos de l’anglais me semble surrealiste. Comme si on avait le choix? Le contact avec la langue anglaise est quotidien. Faut vraiment pas avoir de talent pour les langues ou etre sourd-muet (mal-entendant et engueule) pour ne pas comprendre et/ou parler anglais au Quebec. De plus, il fut une epoque ou les quebecois francophones barragouinaient beaucoup plus l’anglais que les anglophones le francais. Maintenant, les jeunes anglos se sont vraiment ameliores a ce niveau. Je repete: on a-tu vraiment le choix?

      2) Comme si le Quebec n’etait pas ouvert aux immigrants. Depuis 1967, qu’on l’est. Montreal est probablement une des cinq villes au monde ou tu peux bouffer les mets nationaux de n’importe quel pays du monde. Essaie de trouver un restaurant mexicain a Paris ou vietnamien a Buenos Aires? Tous les latinos que j’ai connus depuis cinq ans qui sont arrives au Quebec n’en reviennent pas de l’infrastructure d’accueil pour les immigrants. Ils sont recus avec le tapis rouge et un plateau d’argent. Ma conjointe qui est Argentine a connu des Mexicains qui entrent au pays comme refugies, recoivent toutes l’aide-sociale existante et qui se trouve un travail au noir. Apres un an ou deux, quand leur demande est refusee, ils auront eu le temps d’envoyer au Mexique un petit magot pour aider leur famille. C’est-tu pas touchant. Les accomodements concernaient des symboles religieux. Nos institutions publiques sont non ou multi-confessionnelles? Est-ce qu’on refuse toute expression religieuse individuelle ou qu’on les accepte toute? Faudrait se faire une idee.

      A premiere vue, ces recommendations semblent sortir tout droit d’un Quebec des annees 60 ou 70. Back to the future, MM. Bouchard (y es-tu encore enferme dans le bunker, lui ?) et Taylor.

    • Appliquons-nous tous (pas toute seule dans mon coin) à bien parler et bien écrire le français sans penser au rapport Taylor-Bouchard. Qu’avons-nous pour ça? Les livres, les grammaires, les dictionnaires. Il ne faut plus croire que bien parler et bien écrire le français c’est quelque chose d’acquis parce que nos parents nous ont élevés dans cette langue. Je ne sais pas, mais dès qu’on demande à quelqu’un d’écrire un mémo de trois lignes c’est plein de fautes et, pourtant, la personne s’exprime très bien oralement. Mais si on devait écrire pour communiquer on ne pourrait plus dire que cette même personne s’exprime très bien, il y a trop de fautes. C’est une question d’habitude. Prendre l’habitude de chercher un mot dont on ne connaît pas la signification. Ainsi on ajoute dans notre vocabulaire. Même chose pour grammaire, une question d’habitude, mais ça doit entrer à un moment donné.
      Maintenant, selon Taylon-Bouchard, il faut faire une concession pour garder notre langue. Je ne sais pas, demander aux immigrants d’apprendre le français pendant que nous passerons une partie de la journée à parler en anglais? Disjonction! Comment inciter les immigrants à apprendre le français si on se refuse du temps pour parler et améliorer notre français? Disjonction! On ne peut améliorer notre français en même temps parler la langue des autres… si on se détourne du français…
      Il y a des conséquences à cette option du rapport Taylor-Bouchard.
      Bien sûr, il faut apprendre l’anglais, mais au dépend du français…
      Ce “oui” on va apprendre l’anglais et s’ouvrir aux étrangers c’est pourquoi? À mon avis, c’est pour fonder une solidarité. Mais c’est artificiel, c’est solidarité juste linguistique.
      Quand on a compris que le français est ce qui est de plus important au Québec, on ne peut que réfléchir __ mais pas trop__ sur l’option du rapport.
      On demande au Québécois de vivre en limitant le français sans le laisser tomber, mais sans le parler uniquement en apprenant d’autres langues. Plus encore, cela fait “singulier” que parler juste le français. Qu’est-ce qu’on préfère? La mort du français en 2040 ou préférer parler quelques mots en chinois, en anglais, en français, une sorte de “joual” du futur…
      Vous savez, on peut aimer les immigrants tout en gardant sa langue. Je ne sais pas pourquoi Taylor et Bouchard préconisent l’apprentissage d’autres langues. Ça n’a rien à voir.
      En clair, ils nous disent: allez vers les immigrants en parlant en anglais. Moi, je dis, qu’on n’a pas besoin d’aller vers les immigrants en anglais pour les aimer… Ils nous disent aussi: la langue de l’autre et l’ouverture sur l’autre pour le profil “esthétique” du Québec. Mais il y a une limite. Québec s’est sorti de son destin d’envahi… Alors restons calme et continuons de vivre comme si ce rapport n’était pas là, rapport assez “disjonctif”. Aimons les immigrants et restons naturels.

    • Notre conception de l’immigration et de l’étranger est malade, que dire moribonde. Y-a t-il un médecin dans la salle ?

      Toubib or not toubib ?

    • @rocuronium
      Marianopolis? Two thumbs up! Géographiquement, j’étais pas très loin derrière (ou dessous, en fait, montagne oblige) au Collège de Montréal. Il y avait un truc de filles dans les parages, Sacred-Heart (secondaire?) je crois, dont je n’ai jamais trop connu l’affiliation. Ils étaient avec qui, Sacred-Heart? Jamais trop compris.

      Et Marianopolis, un coup parti, ils appartenaient à quelle congrégation? Jésuites, Sulpiciens, il y avait une véritable guerre civile catho raging sur la montagne à l’époque.

    • Entrevue avec Jacques Beauchemin à propos de son dernier livre :

      http://www.publications-universitaires.qc.ca/?p=16

      Dans ses travaux J. Beachemin explique les dynamiques sociologiques qui peuvent mener à une crise des accommodements raisonnables.

    • À MORT LE QUÉBEC!

      Chers amis,

      Je suis heureux de vous annoncer la mort programmée -par nous-mêmes- de notre beau pays. Faites place à l’homme nouveau!

      Nous vivons aujourd’hui dans 2 mondes. Celui de la télé, où des journalistes bourgeois-bohèmes, vivant tous sur le Plateau Mont-Royal et non dans les ghettos montréalais, nous vantent le multiculturalisme, l’ouverture aux autres et la haine de notre culture tout en faisant l’apologie de toutes les autres cultures. On crache sur le pape, mais on court inviter le Dalaï Lama, LE PAPE DES BOUDDHISTES, et on l’accueille comme un héros. Un curé c’est un curé, non? Et non, le curé catho=méchant, le curé orange=gentil. C’est fou le pouvoir de la couleur orange.

      On apprend à nos enfants que nous sommes d’affreux colonialistes, esclavagistes, bourreaux de l’humanité en oubliant de préciser par exemple que les Arabes ont eu plus d’esclaves que nous et que notre civilisation est la seule dans toute l’histoire à avoir aboli ce fléau, qui existe d’ailleurs aujourd’hui en Afrique, par exemple. À la télé, tout le monde est la victime de nous autres, et chacun veut sa part du gâteau.

      Et puis il y a la réalité: on ne fait plus d’enfants, on vend nos églises pendant que les autres religions s’imposent dans nos universités, dans nos lieux de travail. Nos rares enfants ne savent plus parler, écrire, communiquer en Français, QUI EST POURTANT LE CIMENT DE NOTRE PEUPLE. Ils ne s’expriment que par des Quessé, ils ÉKRIV KOM SSA.

      COMME NOUS N’AVONS PLUS LE COURAGE D’IMPOSER UNE IDENTITÉ QUÉBÉCOISE, UN MODÈLE POUR TOUS, COMME NOUS NE SOMMES PLUS FIERS DE NOTRE CULTURE, les différentes ethnies et religions se regroupent entre elles, se réfugient dans la seule culture qui reste, LA LEUR. Dans les écoles, des groupes ethniques se forment, avec leurs codes, leurs identités. Et les insultes fusent: sale juif, sale arabe, etc., l’insulte suprême étant évidemment sale québécois. BEAU MODÈLE MULTICULTUREL EN EFFET.

      Le soi-disant dialogue qu’on vante à la télé se transforme petit à petit en repli identitaire ethnique, québécois compris, il suffit de lire ce blog. LES INSCRIPTIONS FLQ SONT RÉAPPARUES!

      Nos journalistes et politiciens ‘universalistes’, qui n’ont de toute façon plus aucun pouvoir sur l’économie, nient l’évidence, cachent des études montrant la montée inexorable de l’Anglais. Ce ne sont plus que des représentants en communication qui font passer la pillule.

      L’INTÉGRATION SE FAIT À L’ENVERS. NOUS NOUS FAISONS ASSIMILER DÉMOGRAPHIQUEMENT ET CULTURELLEMENT. Pas par la faute des autres, par la nôtre.

      400 ans d’efforts de nos ancêtres à la poubelle. Pour tout l’occident, c’est pareil. Que va-t-on attendre, une guerre civile?

      Extrait d’un journaliste, sur cette même situation en Europe:

      “Symboliquement, tout s’est passé comme si les vieux peuples fatigués renonçaient à se reproduire eux-mêmes et appelaient à la rescousse des plus vigoureux, plus juvéniles. Tout s’est passé comme si les hommes français et européens, ayant posé leur phallus à terre, ne pouvant ou ne voulant plus féconder leurs femmes devenues rétives, avaient appelé au secours leurs anciens « domestiques » qu’ils avaient émancipés. Tout s’était passé comme si la France, et l’Europe, devenue uniformément femme s’était déclarée terre ouverte, attendant d’être fécondée par une virilité venue du dehors.”

      PEUT-ÊTRE EST-IL TEMPS DE RETROUVER NOTRE FIERTÉ D’ÊTRE QUÉBÉCOIS ET DE MONTRER QUE LE MODÈLE, C’EST NOUS!

      Germanicus

    • @rocuronium

      comment une province peut s’ouvrir sur le monde?

    • Une dure réalité, décrite dans un extrait du commentaire de Verret, que je reproduis ci-après :

      «( ..) .On pourra toujours légiférer jusqu’à plus soif afin de sous-traiter à une agence gouvernementale ou à une autre notre fierté et notre résolution de demeurer francophones, il demeure néanmoins que les mouvances culturelles échappent au cadre législatif et évoluent sur le plancher des vaches plutôt qu’à l’Assemblée nationale. »

      Rien d’autre à ajouter, sauf, peut-être : un peu de fierté et de colonne « verte et drabe » Québécois, si nous souhaitons la pérennité de notre nation. Prenons des cours de français. Ensuite nous pourrons aborder la langue de Churchill. En n’oubliant pas la touche d’humour britannique !

    • @claude-henri

      Les Québécois n’ont pas que la moitié de leur structure étatique, ils l’ont au complet. Ils ont fait le choix de partager les juridictions entre deux gouvernements : un parlement fédéral pour certaines questions et une assemblée législative provinciale pour les autres.

      Comme le choix de nos concitoyens vous déplaît, vous aurez sans doute recours à des variations sur les thèmes de traîtrise et d’inconscience, ce qui m’amène à véritablement douter de votre affection pour notre nation.

      Le projet indépendantiste du parti québécois, c’est la concentration de tous les pouvoirs dans une seule assemblée législative, un seul conseil exécutif. Ce n’est pas un affranchissement, une naissance ou tout autre symbole. Les péquistes sont à cours d’argument ancrés dans la réalité quand vient le temps de discuter de leur projet : on n’a droit qu’à une série de déclarations plus apparentées à la dramaturgie qu’à la conduite des affaires de l’État.

    • À première vue , on pourrait croire que les Bouchard-Taylor ont tellement élargi leur mandat qu’ils ont escamoté la question centrale qui leur était posé par Charest : Comment faire en sorte d’intégrer l’aspect religieux dans une société laïque sans bafouer les droits de la majorité (comme le fait Jean Tremblay).

      Et les musulmans, ont-ils des efforts à faire eux qui choisisssent de vivre dans une société laïque ???!!!

    • Le Québec a toujours accueilli des immigrants et ce depuis le 19 eme siecle. Écossais et Britanniques qui ont suivi la conquete et ensuite de nombreux irlandais fuyant la grande famine en Irlande.

      Apres ls seconde guerre mondiale des Italiens, des Grecs, des Chinois, des Vietnamiens apres la chute de Saigon. Montréal, Toronto et Vancouver ont toujours été des villes cosmopolites (multiculturelles si ont veut)

      Malgré certaines tensions mineures, les immigrants étaient heureux d`avoir une chance de repartir a zéro et ils ont en général travaillés tres fort pour réussir chez nous ce qui nous a fait grand bien et a eux aussi. Par contre chaque communauté est restée a l`ordre et gardée ses coutumes dans la vie communautaire.

      Personne n`a questionné l`ordre politique et religieux du pays. Tous ont eu la liberté de religion a l`Occidental soit la permission d`établir leur culte dans la vie privée. Église orthodoxe, Églises protestantes, temples bouddhistes ou autre. Tout cela a bien fonctionné. Il y avait aussi quelques mosquées et les musulmans qui pratiquaient le faisait comme les autres en privé.

      La raison véritable de cette commission vient du fait que, au Québec comme ailleurs en Occident, nous avons ressentis les secousses provoquées par le militantisme des islamistes qui sont arrivé ici comme ailleurs.

      Ces militants et militantes de l`islam pur et dur sont profondément convaincu que l`Occident doit etre islamisé, que la religion musulmane qui est un systeme total lorsque appliqué a fond ( systeme religieux, politique, juridique (charia) et militaire tout en un) doit etre imposé a nos société.

      Ils ont commencé par des revendications sur le voile islamique et les lieux de priere dans les insitutions puisque l`islam est selon eux un systeme global qui inclus tout les aspects de la vie (systeme totalement différent du notre ou la religion et l`État sont séparé et la vie religieuse est privée).

      Ces organisations et militants utilisent aussi des poursuites judiciaires pour intimider, museler la presse et obliger les insitutions a céder a leur demandes comme l`introduction de certains aspect de la charia (pour commencer).

      Donc les Québécois ont toujours en général été ouvert sur le monde et ont donné la chance a bien des étrangers. As t-on déja entendu parlé de Pogrom au Québec. Allons donc! pourtant depuis quelques années certaines cultures arrivent ici avec des notions religieuses et culturelles totalement incompatible avec nos valeurs et notre morale.

      Plusieurs arrivent maintenant de pays autoritaire et dicatoriaux qui n`ont jamais connu la démocratie, la liberté religieuse, de conscience et d`expression certains arrivent aussi sans instruction et peuvent etre facilement manipulés, d`autres sont des activistes de l`islam radical en mission commandée!

      La Commission Bouchard-Taylor a fait dévier le débat sur tout les immigrants qui pour la grande majorité ne cause pas de problemes politique ou religieux. Je ne crois pas qu`ils arriveront avec des réponses concretes.

    • @rocuronium
      comment une province peut s’ouvrir sur le monde?

      En quémandant à genoux une reconnaissance de son identité culturelle à un establishman WASP (lire ici le Cacanada), qui lui, noie le poisson en nous vantant un concept qu’on a l’indécence d’appeler le “multiculturalisme”.

      Machiavel y a déjà été au plus “basic*”. Il disait “diviser pour régner”.

      * Je me pratique à améliorer mon “anglish”

    • Meh, au pire, ce rapport sera le catalyseur de notre petite révolution tranquille du 21ème siècle. Monsieur Bouchard sortira enfin de l’ombre de son frère. Thank you so much Mister Boo-charde, thank you!

    • @yasuhito

      Élargi le mandat? Sans ironie, je dirais plutôt ‘noyé le poisson’…

    • Si jamais cette commission truffé de fédéralistes, imbibés de multi-culturalisme s’avisait vraiment de nous imposer l,anglais et tenter de nous culpabiliser via les moyens à leurs dispositions ;ça va brasser car jamais les Québécois n’accepteront le multi-culturalisme à la P.E.T.et encore moins l,mposition d’apprendre l’anglais.au Québec .Ce que nous désirons est l’intégration des immigrants pas leur ghettoisation ,car le multi-culturalisme Canadian signifira la fin de la nation Québécoise.Cependant si ce qui a été coulé s’avére véridique ,eh bien ce sont les fédéralistes qui devront rendrent les armes .

    • @ cochisebt

      EXCELLENT POINT DE VUE.
      Belle façon de nous amener à y souscrire.

    • @lanoun

      tu mexcusera mais moi quand je dis la 1/2 du monde je ne sors pas les statistiques mondiales moi j’y vais d’expérience vécu! comme ça je ne sors pas de mon trou?si t’as les moyens de faire des voyages tout les ans tant mieux pour toi!
      j’ai voyager en france et en tunisie et tu saura que je communique avec des gens du japon,de la chine,du brésil ,des states,de thailandes et que pour ce comprendre on parle anglais . et si tu croit encore que l’anglais est inutile et peu parlé lit ceci

      bien que le chinois soit la langue la plus parlée, les langues les plus puissantes, car étant parlées à travers le monde et langues officielles de nombreux états, sont l’anglais en premier et le français en deuxième.
      source:http://www.populationdata.net/palmareslangues.php

      je ne sais pas pour toi mais moi je m’ouvre aux autres! pourquoi croit tu qu’il y’a telement de publicité pour écoles pour apprendre l’anglais aux adultes?parceque c’est peu parlé et inutile?

      c’est effroyable comment les jeune squébecois parlent mal anglais!TVA avait demander a certains d’ente eux de leur dire en anglais ce qu’il avait fait durant la matiné et ça ressemblait à ça: this…this…morning…euh..i..i.had…euh…math…euh (!?!?)
      brillant! seulement deux jeunes ont pu répondre à la question.
      c’est à desesperer en secondaire 2 y s’en sont encore à dire ”my cat is black’’sauf pour les classes d’enrichi
      ce que je dit c’est que si vous avez la possibilité d’apprendre une autre langue saissisez là. MY GOD aller vous mourir si on vous oblige à apprendre l’anglais??
      we have work to do if we want people to appreciate us !
      vous ne trouver pas pitoyable qu’on en soit là?
      moi oui!
      si vous voulez croire le contraire libre à vous

    • zella, je reprends un à un vos arguments:
      1o….”opprimer les femmes immigrantes” jamais! Plutôt les libérer de toutes ces modes dépassées, rétrogrades et figées dans le béton depuis des siècles. Nous sommes en 2008 en Amérique du Nord. Nous ne sommes plus au temps d’Allah 650 après J.C.
      2o…”comparer dictature et démocratie” je ne crois pas que ce soit une ERREUR mais plutôt une analyse réaliste et une observation tout à fait appropriée surtout pour des immigrants qui ont connu l’horreur des dictatures.Ici c’est une démocratie et non une “théocratie”. Les curés n’ont pas d’affaire dans le gouvernement des citoyens tandis que des dictatures théocratiques, les “mollahs” se mêlent de ce qui ne les regardent absolument pas…nous séparons religion et politique.
      3o…les vacances ne doivent pas être assujetties aux religions pas plus le Ramadan que le Yom Kipur ou le Carême des catholiques. Le commerce se doit de fonctionner en dehors des religions, il ne doit pas être dominé contrôlé par la religion.Je préfère la charité, distribution de la richesse, que le culte artificiel et vide de sens…s’écraser sur un tapis…
      4o…Chacun mange comme il veut…et selon le guide alimentaire canadien pour avoir une bonne santé. L’étude a été faite par des nutritionnistes et non par le mollah ou le rabbin…Le CHRIST l’a dit: ce n’est pas ce qui entre dans le corps de l’homme qui le corromp mais ce qui en sort: calomnies, médisances”
      5o…vous dites que le voile est porté par “conviction personnelle”…je ne le crois pas. C’est parce que le mari, les hommes l’exigent de leurs femmes ou de leurs filles. Et puis les femmes sont “soumises” à leurs maris, à leurs frères, à leurs oncles…Dans le CORAN on parle de “soumission” continuellement, comme un rapport d’esclave à un maître. On ne parle pas de miséricorde, d’amour, mais de guerre, d’enfermer la femme désobéissante dans une chambre et de la laisser mourir de faim. Et on appelle ça une religion???J’appelle plutôt cela un esclavage…

      Alors la “conviction personnelle” vous pouvez aller raconter ça ailleurs, à ceux qui sont naïfs.
      desorties

    • L’argumentaire qui suppose que l’ordre économique mondial à prédominance anglophone doit imposer l’usage de l’anglais à tout crin est trivial et ne tient tout simplement pas la route! Prenons l’exemple du G-8 (auquel la participation du Canada n’est plus qu’un avantage périmé – de plus en plus de pays influents ne font que constater que le nouveau rôle de l’état canadien n’est plus maintenant qu’un valet du voisin américain – le prochain vote pour l’accession du Canada au conseil de sécurité de l’ONU en sera une preuve probante!) parmi ces pays et d’une façon encore plus évidente quand on élargit au G-16, l’anglais est de plus en plus marginalisé. States, british et canadiens, that’s it! À l’heure de traducticiels instantanés de plus en plus performants, la langue n’est plus un facteur esentiel à la réussite ou l’échec des marchés financiers.

      Ceci dit, toute personne bilingue ou trilingue se crée un avantage par son accession aux possibilités de la culture et du patrimoine qu’ouvre une nouvelle langue. Lire Cervantès en espagnol ou Dostoïevsky en russe est aussi satisfaisant que de découvrir Le Nez qui voque dans la langue de chez nous.

      Les jaunes assimilationisses (les fédéralistes comme on dit – ne prennent-ils pas un moyens plaisirs à traiter de façon condescendante les souverainistes de séparatisses !!! il est grand temps de remettre les pendules l’heure) n’en ont rien à foutre de la culture anglophone, ce qu’ils veulent c’est l’annexion de la zone Québec au Grand Empire anglo-saxon d’amérique du nord pour la poursuite de leurs idéaux mercantiles. Car il n’y a rien d’autre qui justifie cette trahison (oui un Tremblay ou un Savard qui se bat pour que le fait francophone disparaisse est un traître, il faut appeler un chat un chat — pensez-vous que dans la gaaaaaazette on se gêne pour traiter les séparatisses de traître!!!)

      Depuis quand les allemands, les chinois, les russes, les indiens, les italiens, etc… doivent-ils occulter leur culture et leur patrimoine pour exister à la face du monde économique et social ??? On trouvera toujours un païen pour baragouiner l’anglais commercial, ce dialecte que toute personne un tant soit peu intelligente peut apprendre en 2 semaines. En attendant, oublions les interprétations condescendantes de la gaaaazette et concentrons-nous à redorer le blason du français et offrons à la jeunesse du Québec le choix d’une seconde langue parmi un éventail plus intéressant que le seul anglais; il s’agirait là d’une façon de socialiser avec nombres de nouveaux arrivants qui ne demandent pas mieux de partager leur culture avec la nôtre; pour autant qu’ils acceptent la culture d’accueil, comme tout québécois le ferait s’il décidait d’émigrer vers l’Inde ou le Japon. Après la fêtes de la cabane à sucre, nos amis latinos nous inviterons à un carnaval comme ceux que l’on voit à Oruro… que c’est charmant…

    • Et ça continue encore et encore. C’est que le début d’accord, d’accord…
      C’est congé demain, alors pourquoi ne pas en profiter pour se «recentrer» sur le monde? Bon! On se calme. Très exceptionnellement @ germanicus. On ne crie pas sur le «web» (les majuscules, les majuscules…). Par ailleurs, Élizabeth II, en plus d’être ce qu’elle est comme mère et grand-mère, est la reine du Canada. Point barre. La reine d’Angleterre n’est pas la reine du Canada. Sa «personne» est la reine du Canada, comme sa «personne» est aussi la reine du Royaume-Uni ou de l’Australie, etc.

    • @ albatros_9

      ”Les Québecois ont décidé de vivre dans une Société laïque.Cela devrait être vrai pour toutes les religions, et non seulement pour le catholicisme.”

      AH mais oui évidement quand les gens arrievent au québec on leur dirait ”bienvenu au Québec vous êtes priées d’abbandonner ici votre religion et vos coutumes merci et bonne journée”
      c’est tout à fait irrespectueu des droits de la personne qui stippulent que chaque personne est libre d’excercer sa religion librement!

    • La lecture des commentaires (c’est long…) fait surgir un questionnement qui me hante depuis longtemps.

      En quoi le nationalisme canadien est-il supérieur au nationalisme québécois ? Ce sont deux nationalismes.

      Quelqu’un peut me répondre ?

    • Wow ! On se croirait en finale de la Coupe Stanley, au dernier match et en prolongation. Il n’y a pas de lendemain pour une des deux équipes. En lisant tous les commentaires sur ce sujet, je me dis que si nous n’avons pas d’ouverture d’esprit au Québec, au moins on a de la gueule (en parlant de langue) en siouplait ! Ça va de l’extrême gauche à l’extrême droite en passant par l’extrême centre, c’est pas rien ça !
      J’ai une amie française qui me dit souvent que nous devrions être une société laïque comme en France. C’est une blague entre nous ! Et pour ”l’étriver” un p’tit brin, je lui dis : ”Tu as absolument raison. Par exemple, si on fait la liste de quelques congés fériés dans votre pays : Saint-Sylvestre, Lundi de pâques, L’Ascension, Pentecôte, L’Assomption, La Toussaint et la Saint-Nicolas, on comprend tout le sens de votre laïcité” ! :D

    • Charest avait repris du mieux… Maintenant il va falloir que je vote Marois ! Pourquoi avoir remis ces deux relliques dans la procession et faire remarquer qu’on ne va nulle part,,, ?

      Pierre JC Allard http://nouvellesociete.org

    • machiavel
      malheureusement tu n’es pas chez toi car les seuls qui sont chez eux c’est les autochtones et eux qui ne parlent jamais, je pense que chez toi ca sera quelques part en normandie, bref, la verité n’est pas bonne a dire et voila un constat encore plus honteux pour cette province qui se fait passer pour le paradis des chaleureux, domage qu’il existe de bons québécois comme partout dans le monde un bon et un mauvais mais le constat c’est pas juste bouchard et taylor qui l’ont eu mais toutes les études et les statistiques, la plus grande honte c’est qu’ils vous suggerent l’anglais pour integrer et cela pas pour les immigrants c’est pour les québécois pour integrer a un monde moderne ou on ne dit plus (nous) (pure laine) (de souche) etc.
      reveillez vous avant que ce soit trop tard.
      to be or not to be
      vive la verité

    • sherbrookoise
      Le Dimanche 18 Mai 2008
      La lecture des commentaires (c’est long…) fait surgir un questionnement qui me hante depuis longtemps.
      En quoi le nationalisme canadien est-il supérieur au nationalisme québécois ? Ce sont deux nationalismes.
      Quelqu’un peut me répondre ?

      __________________________________________________________

      Ze ouane milliarde dollarde questionne.

      Dans les années 30, on aurait pu se demandé quelle était la différence entre le (social) nationalisme allemand et le nationalisme algérien.

      Des décenies plus tard, la question devient sans intérêt, seuls les dommages collatéraux font histoire.

    • @ tromso
      Il faut que tu saches d’abord que les accomodement raisonables touchent en majorité les chretiens et en général les quebecois (se sont eux qui demandent le plus d’etre accomodés ). Elles ne sont pas limitées a un groupe specifique mais elles touchent toutes les communautés.
      A noter que la présence musulmane au canada date de 1870 donc avant plusieurs autre communauté ( chinoises, italeiennes grecque, vietnamienne …) et ils ont toujours vecu avec leurs co-citoyens en paix et en tout respect.
      http://www.cjf.qc.ca/relations/archives/themes/textes/immigration/immi_dahe_0306.htm
      Pour les plaintes et les poursuites elles ne sont que 9 plaintes de la part des musulmans concernant un accomodement et ceci en 6 ans (2000-2006 ) comparé a 16 pour les chretiens, 7 pour les juifs et donc ce n’est pas une pratique strictement musulmane. Et puis je ne vois pas ou est le probleme de porter une plainte contre une personne ou une organisation quant il ya un motif sérieux. Tu veux-tu bafouer les droits des gens et ils ferment leurs gueules ? Pas possible. Tu penses qu’ils sont des esclaves.
      http://www.tropismes.org/wp-content/uploads/2007/09/religion-enquete-commission.pdf
      L’histoire des accomodements raisonables a commencer quant une classe politique toujours perdante a essayer de chercher une facon pour gagner des points aupres des electeurs. Ils ont trouves la solution chez les immigrants et donc avec certaines anectodes tirés d’ici et de la et avec la peur qui ont semer chez le peuple quebecois, ils ont reussi a gagner les elections.
      Mais juste apres le peuple quebecois a su la verité de ce groupe qui veut semer la haine, la division entre le citoyens de toute confession.
      Le resultat est bien connu : un grand echec et un dur revers lors des dernieres elections.
      Les musulmans et les autres communautées culturelles n’ont rien a avoir avec ce que se passe de nos jours au quebec, c’est une question d’identité, une minorité quebcoises qui a peur de perdre sa langue ( je ne sais pas comment elle a calculer ceci ) et une majorité comprehensive qui reconait que ce probleme n’est qu’une tempete dans un verre d’eau cree par une poignée de personnes xénophobe, ignorante manipulée par certaines personnes pour des raisons politiques ou raciales.
      A noter enfin que la communauté musulmane est la communauté immigrante la plus eduquée au canada.( nombre de deteneurs de diplomes universitaires ou post-secondaires).
      Finalement je pense que les quebecois doivent faire un effort pour reintgrer les nouveaux arrivants et encourager toute tentative de les aider dans leurs nouvelle vie et avoir surtout de la patience envers eux parce qu’ils ne faut pas oublier que le nouveau arrivant a des milliers de choses a apprendre quant il s’installe ici.
      Ce n’est pas facile d’oublier tout un bagage culturel acquis dans le pays de naissance, c’est tres dur.
      Je reconnais personnellement que l’etat a fait beaucoup de programmes pour les nouveaux immigrants. Et la plus belle chose qui a fait est la formation d’integration ( entre 1 et 2 mois ) pour les nouveaux arrivants. Elle est vraiment tres benifique et j’encourage tout les immigrants a suivre cette formation, qui a sa fin, l’individu se sent qu’il vit au quebec depuis plusieurs annees a force des ionformations pertinente donnees données dans cette formation.
      Quant a l’anglais, je reconnais que j’ai suivi a mon arrivée des cours dans une eglise , eh oui une eglise et j’ai arreter quelques jours apres vu que mon anglais etait correcte et ces cours n’avancent rien dans ma comprhension a cette langue mondiale.
      Quant au francais je le parle depuis que j’etais au primaire.
      Voila, dernier appel a certaines personnes est de debarasser de leurs prejugées et essayer de de s’approcher de l’autre, l’ecouter et le comprendre. Le quebec est belle avec toute sa mosaique culturelle et inchallah elle restera le berceau de la langue francaise dans ce continent, un souhait que je defendrai moi et mes enfants en parallele avec vous: quebecois de longue date.

    • @ mobile

      Vous avez raison pour les majuscules. Cependant, c’est de bonne guerre, ça accroche plus le regard.

      @trifluvien54: “Il n’y a pas de lendemain”

      Demandez aux ex-Francophones du Mississipi de vous parler du lendemain auquel ils ont eu droit. De plus, tous les enfants des Québécois qui ont émigré pour des raisons économiques au siècle dernier près de Boston ont été assimilés de force dans les écoles anglaises. On changeait le nom des parents de Boisvert à Greenwood par exemple. Bel exemple d’ouverture d’esprit! Apparemment ce concept n’existe que pour nous!

    • @rllemieux

      “Les Québécois n’ont pas que la moitié de leur structure étatique, ils l’ont au complet. Ils ont fait le choix de partager les juridictions entre deux gouvernements : un parlement fédéral pour certaines questions et une assemblée législative provinciale pour les autres.”

      allez-vous trouver un livre d’histoire, il y a eut conquête, imposition d’un cadre étatique, imposition d’une constitution. nous avons choisi quand je vous le demande? pendant les référendums? bien sûr, mais par deux fois la peur l’a emporté.

      “Comme le choix de nos concitoyens vous déplaît, vous aurez sans doute recours à des variations sur les thèmes de traîtrise et d’inconscience, ce qui m’amène à véritablement douter de votre affection pour notre nation.”

      si cette double-supposition vous aide à dormir, j’en suis bien aise! sans doute est-ce la dernière fois que je vous réponds, vous voyez des menaces et pensez analyser une réflection par l’entremise de mes commentaires sur ce blog, vous pouvez bien dire sans rire et surtout sans gène que la cours suprême du Canada favorise la liberté… la liberté de se pencher oui…

    • Une petite perle québécoise pour M. Lagacé.

      Propos superflux afin que ce blogue atteigne 200 commentaires.

      Bonne fin de journée à chacun(e).

      Quel plaisir de débattre ainsi. Mais aussi quel tristesse que tous ces mots se retrouvent à la poubelle d’hier.

      Car dans peu de temps ce sera demain.

      Et demain est un autre jour !

    • @sherbrookoise

      Vous posez une question intéréssante: en quoi le nationalisme canadien est il supérieur au nationalisme québécois? À priori en effet, aucun nationalisme n’est supérieur à un autre (à moins de prôner la destruction de l’autre). Je vous répondrais que le nationalisme canadien est supérieur au nationalisme québécois parce qu’il a, qu’il s’est donné les moyens de ses ambitions. En particulier, en réussissant à créer une dynamique d’intégration qui fait que les immigrants, assez rapidement, se ’sentent’ Canadiens, alors qu’ils ne se sentiront jamais Québécois.

      Pourquoi les nationalistes québécois ne réussissent t’ils pas à créer cette dynamique d’intégration? À mon avis, par manque de pragmatisme: ils prennent systématiquement le problème par le mauvais bout. Il ne sert à rien de se préoccuper d’indépendance sur la base d’un concept identitaire qui ne rejoint pas l’écrasante majorité de la population, et pas seulement les Québécois ‘de souche’, et encore moins de s’imaginer que le ‘comment’ pourra occulter le pourquoi.

      Ce faisant, les nationalistes québécois mettent la charrue avant les boeuf en oubliant qu’avant de pouvoir convaincre l’opinion publique, il faut bâtir une communauté prospère qui partage les mêmes intérêts et les mêmes valeurs. C’est de cette communauté que peut émerger un ‘peuple’ nouveau, ou peut se développer une notion inclusive de la nation.

      La conception qu’on les indépendantistes québécois de la nation est tout, sauf inclusive, c’est un petit club replié sur des anecdotes historiques qui n’intéressent que les convaincus. D’une certaine façon, c’est la force du sentiment identitaires chez les Québécois ‘de souche’ qui les empêche de transcender cette identité historique vers une autre, plus inclusive. Accepter de mourir un peu pour renaître de ses cendres quoi. Si vous parlez à un Québécois, vous l’entendrez souvent dire que c’est l’immigrant qui doit changer, qui doit ‘devenir Québécois’. C’est complètement utopique, et les attentes du nationalisme canadien à cet égard sont beaucoup plus réalistes: chacun doit faire une moité du chemin. Un exemple? La création de richesse: les valeurs québécoises reposent sur une vision égalitariste issue de la culture catholique et paysanne ou il est préférrable que tout le monde soit pauvre, plutôt que de risquer des inégalités en favorisant la prospérité. C’est une vision issue d’un contexte historique bien particulier et compréhensible, mais ça ne rejoindra jamais un immigrant qui veut avant tout améliorer son sort.

      Il y’a également la question économique: dans la mesure ou les politiques préconisées par les nationalistes québécois, mélange d’inspiration marxiste et rurale-communautaire, font tout pour empirer la situation économique du Québec, et en particulier celle des immigrants, le repli et la frilosité ne peuvent que persister de part et d’autres.

      Les indépendantistes doivent comprendre qu’on ne décrête pas un pays, dans l’espoir futile que de cette création de papier émergera une nation, puis un peuple, puis la prospérité économique. Il faut prendre le problème par l’autre bout: prospérité d’abord, puis le peuple, enfin la nation et le pays.

      Alors en conclusion, les nationalistes Québécois n’arrivent pas à faire décoller leur patente parce qu’ils vivent dans les nuages, et s’y prennent comme des manches. Et plus ils s’entêtent, moins ça décolle, c’est comme cette vieille chanson militaire, ‘on avait de l’eau jusqu’à la ceinture, et cet idiot nous a dit d’avancer, on en avait jusqu’à la poitrine, et cet idiot nous a dit d’avancer…’ etc.

      Et puis finalement, glou-glou

    • @rocuronium
      comment une province peut s’ouvrir sur le monde?

      Pas besoin, cher rocuronium. Le mondre viendra à vous. Vous connaissez votre algèbre? Il y a 50 ans il y avait 4 millions de Québécois pour 1,5 milliards d’habitants sur la planète. Aujourd’hui il y a 7 millions de Québécois pour 6 milliards d’habitants, bientôt 9.

      Comprenez-moi, l’immigration est inévitable, voire même souhaitable, nous ne faisons plus d’enfants. Aujourd’hui, en ce moment même, il y a des centaines de millions de gens qui se déplacent tout le temps. C’est la revanche des nomades sur les sédentaires. Un grand bouleversement de l’Histoire et de l’ordre mondial comme celui qui a eu lieu lorsque les sédentaires ont pris le dessus sur les nomades.

      Maintenant, le débat est le suivant: tous ces gens, va-t-on construire avec eux une identité, une mythologie québécoise basée sur le Français, dans laquelle tout le monde va se reconnaître?

      Ou va-t-on laisser les autres nous imposer une multitude de mythologies?

    • Regardez les nouvelles: aujourd’hui on apprend qu’on doit parler anglais pour acheter des billets d’avions à Montréal. Avec la belle bande de mous ramollis liquéfiés que je lis sur ce forum, dans dix ans va falloir parler anglais pour faire son épicerie!
      http://uhec.net

    • N’empêche que c’est vraiment désolant, tout ça. Et dans quelques générations, quand les québécois francophones auront finalement été assimilés et réduits à une faible minorité silencieuse au “Quebec”, l’analyse des historiens identifiera la déchéance de la Loi 101 comme étant le point tournant ayant mené à notre déclin. À notre reddition passive…

    • Tiens, c’est à ça qu’il nous faut être plus ouverts:

      “Moé jé souis une vrai canadienne quèbècois!”
      “Une juif canadien qui reste dans un province française!”
      “Une juif d’Israël arrivé à New York, pis déporté au Canada, qui est dévénou quèbècoise!”
      “Une quèbècois d’Israël de religion juif, d’expression canadienne anglaise avec la française…”
      “Moé pis ma fèmme, on est des canadiens du nord amèricains juifs bilingues anglophones du quèbec française! On est des juifs quèbècois francophones d’amèrique du nord anglaise! Des quèbècois, mais juives!!!”
      “On est … On est des juifs allophônes du quèbec française!”
      “Des juifs quèbècoises canadiens hassidiques!”
      “Un peu des deux, juif hassidique pis canadiens françaises, mais plusse quèbècoise!…”
      “Yes! Ça d’être ça! That’s it!…”

    • @ Sherbrookoise

      Voici une excellente question. Premièrement, il faut se demander en quoi consiste le nationalisme canadien et en quoi consiste le nationalisme québécois. Ce qui est impossible sant d’abord définir ce en quoi consiste le nationalisme. Pour aller très rapidement, le nationalisme est la certitude qu’a une société donné de constituer une nation. La nation est un produit du nationalisme, et non le contraire.

      Maintenant demandons-nous sur quoi est basé le nationalisme québécois, c’est-à-dire ce qui nous convainc que le Québec constitue une nation. Charles Taylor considère que le nationalisme québécois (donc la nation) reposent sur les trois pilliers suivants: 1) une éthique politique essentiellement définie par les droits humains, l’égalité et la démocratie (c’en est la dimension républicaine); 2) le français comme langue publique; et 3) un certain rapport à notre histoire. J’ajouterais à ceci l’allégeance au territoire du Québec, considéré par l’ensemble des Québécois comme étant indivisible. Il est très important de le mentionner, le nationalisme québécois n’est pas basé sur l’ethnicité; il est donc possible pour ceux qui le désirent de devenir Québécois. C’est pourquoi, au Québec, les immigrants ne sont pas seulement des invités, mais des gens qui vivent avec nous; autrement dit des Québécois avec un bagage culturel différent de celui de la majorité.

      J’ai cependant de la difficulté à définir aussi clairement le nationalisme canadien. Je considère plutôt le Canada comme un État multinational. Je considère l’allégeance portée au Canada dans son ensemble comme étant du patriotisme. Le nationalisme est l’allégeance que l’on porte à la nation alors que le patriotisme est l’allégeance que l’on porte pour son pays. Dans un État national comme la France, le patriotisme et le nationalisme sont la même chose, mais pas dans un État multinational. Ces deux concepts se manifestent généralement avec la même vigueur.

      D’après ce que j’ai pu constater dans le autres provinces, il ne semble pas y avoir de véritable nationalisme canadien; partout les intérêts propres des provinces passent avant ceux de l’ensemble plus large. Le nationalisme canadien est peut-être en train de se construire. Quoi qu’il en soit, il faut éviter de considérer que l’un ou l’autre de ces nationalismes est supérieur. C’est un peu comme la religion, il n’existe pas de vrai religion, de religion supérieure, etc.

      Je lance la question: Quelles sont les bases du nationalisme canadien?

    • @ rlemieux
      Parlant d’accomodement, la cour suprême est bien ouverte: un anglo qui ne parle pas français force tout le monde à parler anglais….«ouvrez-vous» sur les autres disent-ils ??
      Vous êtres déjà assimilé mon pauvre ami…

    • http://www.radio-canada.ca/radio/christiane/modele-document.asp?docnumero=57397&numero=1880

    • Mais faut avouer que ce clip des “meilleurs moments” de la Commission Bouchard-Taylor est vraiment édifiant… On choisit les plus ruraux des ruraux pour jouer les héros de la défense des québécois pures laines dans ce cirque rocambolesque et pathétique payé à même nos impôts…

      L’inverse d’une thérapie de groupe pour nous convaincre qu’on est tous des consanguins finis qui ont peur pour rien des envahisseurs étrangers qui ont pourtant apporté dans leurs valises leurs rites, leurs coutumes, leurs dieux et leurs convictions, avec la bénédiction de nos services d’immigration qui leur ont garanti qu’ici, ils pourraient faire comme bon leur semble, qu’ils pourraient même refuser d’adhérer à nos institutions et de participer au fonctionnement de notre société…

      Désolant, tout ça…

      Quel gâchis…

    • Monsieur Lagacé,

      Maintenant que la journée s’achève et que votre mise en situation a provoqué tant de vagues, je vous en prie, manifestez-vous.

      Mouillez-vous, un peu à la manière de Gérard D. Laflaque. Ce n’est pas trop compromettant !

      Merci.

    • @ desorties
      Je vais repondre point par point a ton intervention :
      1- Il n’ya personne qui t’a demander de liberer ces femmes, elles sont tres bien éduqées et sont capables de mener leurs vie de facon adequate sans vos conseils. Elles devraient elles aussi avoir ce sentiment de donner quelques conseils aux femmes qui portent des micro-jupes, mais elles s’abstiennent vu qu’elles croient et repectent leurs liberté personnelle.
      2- ca se voit que tu es endoctriné par ce que arrive en iran.
      L’iran c’est un pays libre son président est élu démocratiquement et ils ont leurs facon de vivre. Elles sont bonnes ou non ? c’est leurs probleme.
      Labas aussi ils devraient avoir des critiques sur notre mode de vie ici.
      3- Concernant les vacances, il est clair que tu ne travaille pas, sinon tu aurais dû connaitre la procédure pour l’attribution des congés annuelles ou congés mobile. Saches alors, que tu peux choisir tes vacances a n’importe quelle date de l’année et qui vous seront accordés sans merci ( selon les normes de travail ).
      4- Concerant la nourriture je veux que tu saches (on sait jamais) que les immigrants mangent les aliments qui se trouvent sur le marché canadien. Pour le choix, la se sont nos affaires, on mangent ce qu’on veut et quant on veux.
      5- eh oui. Le voile est portée par conviction personnelle, la preuve qui refute tes préjugés est qu’il ya des milliers de filles qui le porte sans avoir aucune personne de sa famille ici.
      Et puis toi tu porte tes vetements par conviction personnelle ou sous pression de la publicité et des manufactures de vetements qui t’imposent un style de vetements sans te laisser choisir ?

      Je termine par ce proverbe: Qu’as-tu à regarder la paille qui est dans l’oeil de ton frère? Et la poutre qui est dans ton oeil à toi, ne la vois-tu pas!

      Aller bye.

    • @ desorties :
      “Dans le CORAN on parle de “soumission” continuellement, comme un rapport d’esclave à un maître. On ne parle pas de miséricorde, d’amour, mais de guerre, d’enfermer la femme désobéissante dans une chambre et de la laisser mourir de faim”
      Vous avez déjà lu le Coran?
      De toute façon, ce qu’on semble avoir enseigné aux femmes au nom de la religion catholique ne semble guère plus édifiant : rester à la maison pour faire des enfants et s’en occuper, on peut même déceler certaines formes de soumission.
      Aussi, oui je crois qu’on peut porter certains vêtements religieux par conviction personnelle; on peut bien être fier de ce en quoi on croit. Je vois bien des rapprochements entre quelqu’un qui se fait tatouer une fleur de lys sur le corps et quelqu’un qui porte un hidjab, par exemple. Ce ne sont que deux façons de montrer sa fierté et son attachement national/culturel. Il doit BIEN SÛR y avoir des femmes soumises, mais jamais je ne croirai que cela représente l’ensemble.

    • Honteux! à eux de faire les pas pour se faire accepter. Je parle anglais,mais avant tout, parlez au moins une des deux langues et non de l’Arabe, l’italian ou le russe seulement (exemple)

    • @ pympau

      Merci pour votre point de vue. Et bien que je ne le partage pas,
      je dois dire qu’il a le mérite d’être clair et très cohérent.

      Est-ce que les nationalistes québécois vont s’allumer ?

      Et inspirer un état d’esprit nouveau et réaliste ?

      Je suis vieille maintenant. Et j’espérais tellement que notre peuple et ceux qui le joignent et l’aiment puissent survivre aux années qui viennent.

      P. S. j’ai entendu parler de l’indépendance du Québec à l’âge de 16 ans. J’en ai 65 et voilà où nous en sommes. Un pas en avant, trois en arrière…
      M’enfin !

      C’est l’heure maintenant pour moi d’un repos mérité après une bonne journée de travail.

    • @sherbrookoise: La raison pour laquelle M. Lagacé ne prend pas position me semble simple. Selon moi, c’est parce que peu importe la position qu’il va prendre la moitié du monde va le détester pour mourir. Je connais d’autres blogueurs qui font dans le genre (dont un qui est de plus en plus populaire à mesure que ses prises de position se font rares et que ses opinions sont diluées… peuple mou, blogueur mou…), qui ont peur de se mouiller (quoi que Patrick Lagacé n’a pas peur selon moi, mais puisqu’il représente Cyberpresse il ne peut PAS se mettre à dos une grande partie des gens) et qui préfère lancer des questions sans prendre position.

      J’espère que Patrick Lagacé pourra prendre position, mais je ne me fais pas trop d’illusion: il ne peut PAS prendre trop clairement position, car il ne peut PAS se mettre à dos la moitié des visiteurs ici. Car comme quelqu’un l’a dit, nous sommes dans un septième match de finale de la Coupe Stanley ici: tu es avec nous ou contre nous. Y a pas de place pour les spectateurs quand se joue notre avenir!

      Personnellement, ça me donne l’occasion de réaffirmer mon caractère indépendant de blogueur. Contrairement à d’autres lavettes qui se croient bons parce qu’ils sont capables de licher les gens dans le bon sens (je ne parle PAS de M. Lagacé ici, dont je respecte beaucoup le travail… je fais référence à d’autres blogueurs), je crois qu’il faut honorer et souligner le travail de ceux qui prennent positions et qui ne se cachent pas la tête dans le sable en se demandant qui est là en haut à lui botter les fesses.

    • la loi 101 = isoler le Québéc
      un peuple isolé = un peuple ignorant
      un peuple ignorant = le Québéc souverain

    • @nicoleptic

      J’ai mangé du porc alors que j’avais 15 ans au Maroc et ca se vend partout. Parle pour un autre pays mais laisse le Maroc tranquille tant que tu n’y connais rien. Ce n’est pas un pays théocratique pour que tu dises un pays musulman. Parce qu’il y a des juifs aussi.

    • @sherbrookoise

      Avant d’aller me coucher, je tenais à vous avertir de ne pas écouter ce collabo appelé pympau.

      Non, l’intégration dont il parle à propos du Canada anglais n’existe pas, il ne connaît rien en économie.

      Le modèle Anglo-Saxon ne cherche que des travailleurs, qui pourront s’intégrer uniquement par le travail. Ils ne leur demandent aucunement de s’intégrer autrement. C’est ce qui explique que les noirs américains ne sont toujours pas intégrés aux U.S.A., même après 400 ans. Il n’y a même pas de langue officielle aux E.U., ce qui explique toutes les pubs et panneaux en Espagnol à New York, par exemple.

      Enfin, et c’est ça le plus drôle LES IMMIGRÉS LÉGAUX NE TROUVENT PAS DE JOB PARCEQU’ILS COÛTENT AUSSI CHER QU’UN AUTOCHTONE. Notre patronnat mondialisateur fait donc venir, avec la complicité des sénateurs de l’imperium américain (dont fait partie Jean Charest), des clandestins qui eux, coûtent moins chers car illégaux (je le sais, je travaille dans la construction)

      Moralité:
      1) on ne contrôle plus rien puisque par définition un illégal est caché;
      2) les immigrés légaux ne trouvent pas de travail parcequ’à salaire égal et dans une situation de croissance à 2% les employeurs ont un réflexe identitaire: cela crée des ghettos d’immigrés légaux avec des taux de chômage de 40%
      3) votre salaire, madame, est irrémédiablement tiré vers le bas et votre pouvoir d’achat diminue sans cesse, car les patrons n’ont pas à payer de vrais salaires. En ce moment, dans la restauration et l’hotellerie, il y a plein de jobs parceque les salaires sont très bas et plus personne ne veut faire la plonge. Au lieu d’augmenter les salaires, on va chercher un clandestin. Ça fait l’affaire des patrons qui n’augmenteront jamais votre salaire malgré les profits faramineux des dernières années.

      Et oui, c’est aussi ça la mondialisation: plus de jobs sans diplômes chez nous, ceux-ci étant délocalisés, et les autres qu’on ne peut pas délocaliser, restauration, construction, on fait venir des vagues et des vagues de clandestins laissés à leur sort…

    • “Être plus ouverts…” J’ai peur du sens qu’ils donnent à cette expression…
      Surveillons donc nos arrières…

    • Le probleme n`est pas seulement Québécois on retrouve les memes problemes de facon plus grave en Europe.

      Le probleme c`est d`une part l`arrivée massive de populations non-européenne avec des cultures et des valeurs qui sont peu compatibe avec les valeurs occidentales. ( charia – infériorisation de la femme, marriage forcé, crimes d`honneurs, excision des filles, refus d`intégration, ségrégation des sexes, imposition de la religion dans toutes les spheres publiques et allant jusqu`a la sédition dans certain cas)

      D`autre part des utopies dangereuses qui sape la souveraineté des États occidentaux comme le multiculturalisme qui veut faire cohabiter toutes les cultures de la terre dans un meme pays (balkanisation), le relativisme culturel ( qui nie les différences entres les cultures, les valeurs et les religions et donc l`Histoire) et l`antiracisme et la rectitude politque qui qui tue la liberté de débat et d`opinion. Ces idéologies sont partout dans nos universités, dans les médias et gouvernement.

    • @finilapeurduroc

      Vous écrivez : « Vous êtres déjà assimilé mon pauvre ami ».

      Je vu récemment se dérouler une conférence regroupant des membres de tout le Canada. Il y avait une traduction simultanée (tout comme à la Cour suprême d’ailleurs). Chacun s’exprimait dans sa langue; les discussions ont été fructueuses et les membres ont atteint des consensus sur différents sujets. C’est l’assimilation ça? Être capable de travailler ensemble, d’y prendre plaisir et d’en sortir plus informé, plus sensible aux réalités de chacun et, au passage, avoir créé quelques amitiés?

      Votre insulte laisse poindre de la hargne, de l’amertume et une triste petitesse.

    • pympau, vous confondez les nationalistes et les républicains québécois. Ce sont deux courants distincts. Actuellement, le PQ incarne l’idéal républicain, libéral, inclusif et laïc, à la suite du parti Patriote de Papineau. L’ADQ incarne l’idéal nationaliste, le repli identitaire et le réflexe défensif, conservateur, à la suite de l’Union nationale. C’est le courant nationaliste “style ADQ” qui a dominé à travers l’Histoire du Québec, sauf pendant le court épisode Patriote et depuis la Révolution Tranquille (qui a renvoyé nos conservateurs au placard, K.O. pendant longtemps). Vive la République en devenir. Les Québécois pourront être vraiment libres des tensions nationalistes et des complexe de minorité qu’après leur indépendance. La fierté, ça commence par une Constitution qui reconnaît l’existence d’un peuple. Rien de moins.

    • @habbib

      Malheureusement, je ne suis peut-être pas chez moi, comme tu le dis, car les autochtones étaient ici bien avant. Dans un sens, je ne peux pas te donner tort. Cependant, je fais partie d’une majorité francophone sur un territoire qui se nomme aujourd’hui, en 2008, le Québec.

      Je suis profondément désolé pour le mal que les autochtones ont subit. Pourrions-nous vraiment réparer ce qui a été fait. Peut-être que ceux qui ne sont pas de descendance amérindienne devraient reprendre un bateau ou un avion et repartir vers les pays de leurs ancêtres? Soyons sérieux, nous ne pouvons pas retourner en arrière et nous devons voir vers l’avenir. N’est-ce pas ça la vérité? Québecois, Canadiens ou Américains, en ce qui concerne les premières nations, nous sommes pas mal tous égaux et ni l’un ni l’autre peut faire des remontrances.

      Pourquoi mets-tu en doute la chaleur du peuple Québécois? Nous sommes accueillants, nous sommes accommodants, nous sommes curieux, ouverts, sincères, souvent naïfs, etc. Parfois nous sommes maladroits, mais nous ne sommes pas racistes. Comme tu le dis, il y a des bons et des mauvais. C’est la complémentarité de tous et de chacun. S’il n’y avait pas de méchants, comment reconnaîtrions-nous les bons?

      Bouchard et Taylor, si nous en croyons The Gazette, jugent que les Québécois ne sont pas biens intégrés? Peut-être devrions-nous abdiquer devant la supériorité de la langue anglaise. Peut-être devrions-nous cesser de riposter. Le seul fait que les anglophones soient plus nombreux en Amérique du Nord justifie notre assimilation? Non, le français est vivant au Québec et il doit le demeurer. Nous devons cesser d’être mous et faire en sorte que nos désirs soient écoutés.

      Pourquoi le peuple Québécois ne pourrait-il pas posséder un pays à part entière. Derrière le débat des accommodements raisonnables, il y a, bien sûr, le débat de l’identité québécoise. Avant tout, les Québécois veulent pouvoir établir les balises de ce qui se passe sur leur territoire, mais malheureusement, ils ne possèdent pas tous les leviers pour le faire.

      Nous voulons un pays laïc et les accommodements religieux en sont une entrave. S’il y a lieu, retirons tous les signes du catholicisme de la sphère publique et laissons nos crucifix et nos chapelets à la maison. Même chose pour les sikhs avec le kirpan et le turban ou les juifs avec le yarmulka. Si nous voulons une société laïc, les signes religieux doivent disparaître, car ils ne sont qu’une source de discorde.

      Peut-être, habbib, que tu n’as rien compris de ce qu’est le Québec et de ce qu’il deviendra. Peut-être que tu te sens supérieur aux Québécois ou à ceux qui désirent conserver le français tout en communiquant avec le monde entier. Nous sommes dans une société libre et ton opinion est importante. Cependant, je souhaite qu’il n’y ait pas trop de personnes de ton genre, car ta vision des choses est triste et, si elle a trop d’adepte, elle pourrait causer notre propre perte.

      Un Québécois pure laine, de souche.

      N.B. : J’ai le sang de l’Europe et de l’Amérique

    • Il est minuit moins une…
      Je persiste et signe mes commentaires. Merci à ceux qui ont pris le temps de me donner des répliques sans malheureusement jamais faire face ou contrer mes arguments. Nous faisons tous ici parti du 5% des personnes les plus riches de la planète. L’on pourrait s’entraider, trouver des points communs mais non… beaucoup plus facile de s’affronter et s’envoyer paître à gauche et à droite. Je dois être trop idéaliste mais je connais des gens comme moi. Malheureusement certains d’entre eux ont décidé de quitter pour une autre province. Ceci est un drame, je vois déjà les gens se lever et dire: ben qu’il s’en aille s’il est pas heureux ici.
      Voilà le problème, il faut trouver un moyen de réunir tout le monde. La langue ou notre allégeance politique ne sera jamais le meilleur moyen de le faire. Je m’exprime très bien dans la langue de Molière et je vais continuer à le faire, mes enfants aussi mais si le discours ici ne change pas bientôt nous sommes voués à l’échec.
      Pourquoi ne pas établir des ponts au lieu de les rompre?
      En passant, Marianopolis c’est le CEGEP. Je n’ai rien contre le collège de Montréal et j’ai même des amis qui l’ont fréquenté. Tout comme Bréboeuf, André-Grasset, Loyola ou Lower Canada College. Si l’on veut prosperer, il faudra travailler ensemble (en français, en anglais, en russe, en chinois… en fait je m’en fou un peu en quelle langue. Ce qu’il faut c’est avancer et depuis la fin de 70 qu’on fait du sur place. Bon, c’est l’heure du dodo. Bonne nuit à tous.

    • @claude-henri

      Vous écrivez : «par deux fois la peur l’a emporté. » Vous rendez-vous compte que c’est une interprétation personnelle du vote? C’est votre perception, que n’importe qui peut suggérer n’importe quelle perception?

      La réalité, c’est que les Québécois ont préféré l’actuel cadre constitutionnel à l’une et l’autre des propositions des deux référendums.

      La Cour suprême du Canada renverse la Cour d’appel du Québec régulièrement sur des questions de liberté religieuse, liberté d’expression, droit à la sécurité, droit à la vie ou simplement des questions de moeurs.

      Je m’excuse de vous avoir prêté des intentions en écrivant : «vous aurez sans doute recours à des variations sur les thèmes de traîtrise et d’inconscience ». J’ai peine à garder la tête froide : « pleutre », « con », « assimilé », c’est l’argumentaire de beaucoup de gens ici.

    • Voyons plus loin que Bouchard-Taylor, les fédéralistes, économistes et les anglophiles!

      Comme il n’y aura plus de pétrole d’ici 40 ans, il ne sert a rien de se convertir a l’islam puisqu’ils seront fauchés bientôt. Et pis moi, j’aimes ça les caricatures facque…

      Comme le français selon certains devrait disparaître d’ici 2040. Pour damer le pion aux anglos il reste deux options:

      Mais il faut agir avant qu’eux ne le fassent

      1) On apprend tous le chinois et on se met tous au communisme néo-libéral chinois, ou encore on devient tous adeptes de l’hindouisme et on se rallie avec l’Inde. Comme ça, pas besoin d’apprendre l’anglais puisque Bush avec ses gué-guerres a déja foutu l’économie américaine par terre et que tout le monde s’accorde pour dire que les grands dirigeants planétaires de demain seront l’Inde et la Chine. Alors… l’anglais c’est d’ores et déja dépassé… Ce qui fera mentir leur viel adage: “if you can’t beat them, join them”. On ne les aura pas battus mais on ne les aura pas joint non plus…! Moi, le hockey c’est pas vraiment ma religion, par contre, le kama-sutra est nettement plus passionnant comme sport.

      2) Ou encore on finit par la mettre au point la foutue bagnole électrique écolo et sans pétrole et on leur dit de se le mettre ou on le pense leur or noir pour les uns et leur “parler blanc” pour les autres !

      Vu que Ford et GM partent en cou*lles, pour la production mondiale on s’associe avec Tata Motors ! Ça serait le début d’une nouvelle souveraineté-association, mais avec quelqu’un de vraiment payant !

      Comme ça on ferait plaisir a Bouchard-Taylor en s’ouvrant sur le monde et on se fait plaisir a nous-mêmes en continuant de se foutre du rest of Canada ! En bonus “The Gazette” déménage en Ontario !

      Go ! E.T.S. Go ! Go ! Hydro-Québec Go !

    • vous êtes tous un peu aveugle avec la priorité du français.

      prenez une carte sur le français dans le monde, regardez la carte mondiale.. c’est de ces pays d’où vous allez pogner des immigrants francophones

      venez pas vous peindre qu’il y a trop de demandes d’accommodements religieux. C’est vous qui avez choisi des immigrants francophones hyper-religieux d’une certaine parti de monde.

    • La soumission chez les musulmans est un peu l’équivalent de ce qu’on appelle la divine Providence chez les catholiques. Une forme d’abandon entre les mains de Dieu. Dieu l’a voulu ainsi, je lui fais confiance, il ne m’abandonnera pas.

      Un jeune couple a perdu leur deuxième enfant à sa naissance et le médecin, preuves incontestables à l’appui, était responsable de la mort de cet enfant. Le couple (musulman) n’a pas voulu poursuivre en justice. C’était contrecarrer les plans de Dieu. Dieu allait voir lui-même à ce vieux docteur de Ste-Justine et Dieu n’allait pas les abandonner à leur peine. Ce couple s’est soumis à la “volonté de Dieu”.

      On peut ne pas être d’accord avec cette vision de la chose, là n’est pas la question. J’ai voulu apporter un exemple de soumission en Islam.

    • @germanicus

      1. Collabo, c’est probablement le plus beau compliment que vous pouviez me faire. Enfin, apres bientot 30 ans, me voila Québécois, un traître certes, mais tout de même, membre de la race élue.

      2. Les immigrants s’intègrent *d’abord et avant tout* par le travail mon vieux, la poutine et les cuillères c’est sympa mais pas 365 jours par an. C’est ce que les anglos ont compris, c’est ce sur quoi les Québécois sont boqués, et c’est aussi pour ça que le nationalisme canadien ‘intègre’ mieux.

    • @hdufort

      Rassurez vous, je comprends cette distinction, sauf que vous mettez justement le doigt sur le bobo: le PQ, qui incarne (ou croit incarner) cette idée de nationalisme civique et inclusif, est aussi un parti marxisant dont les politiques économiques à la soviétique ont grandement fait avancer le Québec… sur le chemin de la faillite. Encore une fois, la charrue avant les boeufs, on ne fait pas l’indépendance les poches vides et la sébille à la main.

    • « Pourquoi ne pas simplement attendre la publication du rapport » ?, dit tout en haut, plus tôt, rllemieux. C’est exactement, en fait, ce qu’il sied de faire : ‘économiser’ ses énergies pour la fin de la semaine. Où il y aura énormément à jaser sur et à propos de :
      - Ce rapport sur les accommodements ;
      - même jour, acceptation par les créanciers de TQS du plan remstarien ;
      - lendemain, fin du ‘règne’ de Mongrain, etc.
      Attendons, voir, donc, concernant les accommodements et les accommodements aux accommodements qui seront recommandés. On en aura bien assez, sans avoir à en inventer en sus, sans multiplier les suppositions, les p’t'être ben que, les SI ou autres fictions. On en aura bien en masse du réel.

    • il est grand temps que le quebecois de souche, blanc et de descendance
      francaise sort de son ignorance historique…merci a bouchard-taylor (2 parmi les rares gens instruits de cette societe) de vous mettre ca dans la face !!!

    • a oui apprenons l’Anglais pendant que l’Angleterre demande aux immigrants qui veulent immigrés de pouvoir connaitre et de parler l’Anglais
      même si ici nous sommes 80% majoritaire nous devons apprendre l’anglais , oui c’ est pratique de connaitre 2 ou 5 langues , mais doit-on disparaitre pour faire plaisir au reste du canada qui est Anglais,

    • Avec le temps, la solution. Utopique sûrement, mais avec le temps qui sait. La disparition des religions (pas la spiritualité) et la disparition du nationalisme dans le sens péjoratif. Le Québec, la France et d’autre ont laissé de côté la religion de l’homme contrôleur pour une spiritualité individuelle. Le nationalisme (la race supérieure) a laissé et laisse dans son sillon la mort. Le temps, le temps, avec le temps, j’espère qu’on sera des gens de la terre.

    • En attendant la publication du rapport, je cours à la quincaillerie m’acheter des vis et des attaches à rideaux. Car si le rapport est de la même eau que les fuites, il y a fort à parier qu’on va grimper aux rideaux bientôt.

      D’un autre côté, dire aux “canadiens français” d’apprendre l’anglais, de s’informer davantage sur les autres religions et de s’ouvrir aux autres, c’est à la fois tellement condescendant et théorique que ce rapport se tablettera lui-même. Au grand dam de ces deux observateurs de la stratosphère, les québécois continuerons d’écouter TVA et de lire le Journal de Montréal.

    • Je trouve franchement qu’on a des problèmes plus URGENTS à régler dans ce bas monde, par exemple :
      http://www.dailymotion.com/relevance/video/x23bn3_oil-smoke-mirrors

      Est-ce qu’on va se tirailler comme des gamins sur « QUI A LA MEILLEUR RELIGION (où l’athéisme est une religion, également) » pendant qu’un être humain meurt de faim chaque 5 secondes pendant que ces Québécois, ces Américains, ces Français roulent en Hummer pour aller au service à l’auto du Macdo manger un beau gros big-smack graisseux ? HEIN, HEIN ? Il est temps de réfléchir et d’évoluer un peu.

    • bonjour tout le monde,
      aprés avoir lu tout vous commentaire je constate comme toujours les québécois qui font l’amalgame de tous,d’abord je vous fais remarquer qu’il y’a qu’au québéc qu’on parle de l’immigrophobie avec des histoire ridicule de religion alors que juste à côté les autres province canadien”Alberta, Ontario , Vancouver par exemples”qui compte plus d’immigré ne se plaint pas et laissent les gens vivent leur vie tranquillement,
      quand j’entends que le taux de chômmage des immigrants Maghrébin au Québec et de l’ordre de 30%(les immigrants provenant de l’Afrique noire:20% et les Haïtiens 17,8% )hors en plus qu’ils sont francophone 45% de ces derniers possèdent des diplômes universitaires contre moins de 20% pour les québécois d’origine,”Bienvenue au Québec” c’est bien de parler français de contribuer au rayonnement de la culture québécoise mais la réalité que tout ça ne nourrit pas ne fait pas vivre,moi même ancien résidant québécois je peux vous confirmé par expériences que les québécois ont des beau jours devant eux pour atteindre le degré d’aceuil et d’ouverture de leurs voisins canadiens.

    • Je me demande pourquoi seulement le peuple quebecois qui est sensible aux notions d’accomodement.
      Pourquoi, les citoyens de nos pays d’origine vous accomode quand vous voyager, ou aller travailler chez eux (20 milles canadiens travaillent en arabie par exemple) ? vous aller chez eux et vous parler francais ou anglais et ils vous repondent avec gentillesse et sans arriere pensée.
      Est ce que vous etes superieures au autres pour ne pas repondre a une personne qui vient de debarquer chez vous et qui ne parle que l’anglais ?
      Pourquoi vous vous etes pas integrés au peuple originaire de ce pays, le peuple autochtone , vous qui parlent de l’integration au valeurs du pays hôte ?
      Passons…
      Combien d’immigrants ne parlent pas francais ici au quebec ? 5 %.
      Est ce que ces 5 % vont faire disparaitre le francais ? soyons logique.
      Il ya vraiment un probleme de peur de l’autre, une xenophobie de tout ce que ne vous ressemble pas, un manque de confiance en soi et une crise identitaire dont les immigrants n’ont rien a avoir dedans.
      La solution ouvrez vous sur le monde. lisez un peu sur la mondialisation, et le multiculturalisme, changer de destination de voyages, ou le moindre des choses aller au parcs et frequenter le monde et arreter enfin de vous vous presenter par : un quebecois de souche, pure laine, ou minorité visible : se sont des mots descriminatoires racistes, qui ne sont utilisés qu’ici au quebec et qui divisent le peuple quebecois entre un bon : le quebecois blanc et un autre mauvais qui n’est pas blanc.

    • Est-ce que je suis la seule à remarquer qu’il n’y a qu’un ou deux immigrants qui ont répondu sur ce sujet et qui se sont intégrés alors que les autres nous crachent leur mépris et leur supériorité?

    • C’est une offre… ma chère, mon cher….. On nous demande d’ajouter une note culturelle à notre langue tout en la mettant en danger, Québec est le seul territoire français au Canada… Le rapport Taylor-Bouchard nous demande en fin de compte de vivre constamment dans la peur en relâchant le français et, en relâchant le français la vision du Québec (indépendant) va changer assurément. Effet sournois. Chose certaine, ça ne trouble pas messieurs Taylor et Bouchard. C’est ça, on a eu un virage ambulatoire, maintenant, il faut un démarrage et, en “anglais”. C’est presqu’un scandale! Bien oui, tout se fait en anglais, maintenant. Mais oui, on va apprendre l’anglais, mais l’anglais ne devrait pas virer à 100% dans nos oreilles en s’assouplissant. Rappelez-vous, le français existe.

    • machiavel,
      j’ai pas dis que les québécois ne sont pas chaleureux et relis mon intervention tu verra que j’ai cité le bon et le mauvais donc vous ne pouvez pas echapper a cette regle n’est ce pas? je suis un modeste gitan et je suis fier de savoir que ca va aboutir a ces résultats aussitot que la commission a finit ses audiences et attend toi au pire encore, ce qu’il faut dire par exemple c’est que les deux bouchard-taylor ont un courage exemplaire et une justice qui n’a pas d’égal, le premier tabou qu’ils ont cassé c’est que la vie est en anglais que l’on ne veuille ou pas, y’a rien qui fonctionne en francais a part les discussions et le chating quant a la technologie c’est en anglais d’un coté, secondo les québécois eux mêmes ne maitrisent pas le francais donc pourquoi reprocher ca aux nouveaux arrivants? tertio j’ai pris des cours dans des universités québécoises ou les livres sont en anglais vrai ou faux? et la plus derniere catastrophe c’est que la communauté maghrebine est la plus touchée par le chomage malgré leur bagage académique qui dépasse dans la plus part des cas celui des québécois de souche, c’est pas une non assistance a une communauté en danger affichée par le quebec?
      quant aux démagogues comme le pti mario ou la pauline désarroi ils vont avoir une semaine chargée de bla bla comme ils ont l’habitude de faire et ca mene a rien, les québécois ont raté l’occasion de profiter des maghrebins francophones pour avoir la releve aux anglais d’en profiter et ils le merite bien.

    • Quand donc les “immigrants” seront-ils considérés comme Québécois?

      Facile. Quand ils parleront le français, quand ils cesseront de nous mépriser pour faire partie de “nous”, quand ils cesseront de s’auto-ghettoïser, quand ils vivront ici au lieu de venir chercher leur passeport canadien “au cas” où le bordel reprendrait dans leur pays d’origine où ils vivent juste assez longtemps pour ne pas perdre l’assurance-maladie, la pension de vieillesse et tous les autres privilèges que la “double nationalité” leur donne.

      Quand on ne sera plus obligés d’aller chercher en bateau nos chers immigrants qui vivent plutôt dans leur pays d’origine et qui poussent les hauts-cris parce qu’on est pas allés les chercher avec un paquebot de luxe, on parlera de Québécois.

      Un Québécois ne vide pas une cabane à sucre pour prier.

      Un Québécois se plie aux règles en usage pour tous et ne hurle pas au racisme dès qu’il fait une bêtise qui aurait mis un autre Québécois dans la merde avec les conséquences normales.

      Un Québécois prend le médecin qui lui est assigné, que ce soit un homme ou une femme. Un Québécois te laisse manger ce que tu veux où tu veux et n’a pas d’espace réservé à ceux de sa gang pendant que toi tu es exclu. Un Québécois accompagne sa femme aux cours prénataux et madame se mettra le cul à l’air devant l’accoucheur quand le moment sera venu! Un Québécois répond à une femme policière ou à toute autre figure d’autorité, qu’elle soit homme ou femme.

      Un Québécois partage nos luttes, qu’elles soient linguistiques ou politiques. Un Québécois n’a pas le droit d’aller à l’école avec une arme, un Québécois porte un chapeau dur sur un chantier et une casquette dans la police.

      S’il y a du poisson au menu à la garderie et que le Québécois déteste le poisson, il apporte son lunch.

      Un Québécois n’a pas de ghetto, il se mêle aux autres Québécois.

      Un Québécois est content et fier de sa société qui vaut plus que bien des coins de la planète au point de vue libertés individuelles. Ainsi donc, il ne nous chie pas sur le nez, fier et heureux de tous les avantages qu’il a ici.

      Un Québécois cesse de nous rabâcher l’éternelle histoire des “amérindiens qui étaient là avant nous”. Ne nous dit pas qu’on ne se reproduit plus, puisque plus un peuple est éduqué, moins il fait d’enfants.

      Un Québécois lit ceci:http://www.cyberpresse.ca/article/20071124/CPACTUALITES/711240743/1019/CPACTUALITES

      ceci:http://mail.google.com/mail/?ui=1

      et ceci:
      Mardi le 23 janvier 2007, le journal montréalais Sada Al Mashrek publiait en page 30 :

      À qui de droit Ou à la personne Qui se sent visé
      Qui t’a demandé de t’exprimer
      Qui t’a donné le droit de parole
      Pour japper comme les chiens des rues
      Pour enfin insulter
      Juger et dire des choses insensées et maudites

      Ce n’est la liberté d’expression
      Alors cesse de parler de démocratie
      Si tu te comportes comme un tyran
      Cesse de parler de dignité
      Si tes paroles sont irrespectueuses

      Mon voile n’est pas un mouchoir
      C’est ma peau
      Ma pudeur Ma dignité Mon respect
      Et si toi immigrante de souche
      Tu n’as ni foi ni loi
      Et tu as passée ta jeunesse soule
      D’un mâle à un autre
      Ce n’est pas mon cas.

      par Haydar Moussa

      puis la cerise sur le sundae de Fatima-Houda Pépin:

      Planète islamiste»
      Fatima Houda-Pepin
      Députée de La Pinière à l’Assemblée nationale du Québec, Mme Fatima Houda-Pepin était l’invitée le 18 avril dernier de l’Institut d’études des femmes, de l’Université d’Ottawa. Voici un extrait résumé de sa conférence sur la question de l’intégrisme politico-religieux.
      Née au Maroc, pays où l’islam est religion d’État, j’ai baigné dans un milieu où la religion fait partie du quotidien. Elle est synonyme de foi, de chants, de musique et de joie. Les fêtes religieuses étaient l’occasion de retrouvailles familiales et mes amies juives et chrétiennes y participaient, comme moi aux leurs. Je pouvais circuler librement à la mosquée, tête nue, prier avec un foulard, par respect pour Dieu, sans que nul ne m’interpelle sur mes cheveux qui dépassaient.
      Choc au Canada

      Quel choc à mon arrivée au Canada, il y a 35 ans. J’y ai découvert des cercles d’endoctrinement où les femmes sont voilées entre elles, à l’intérieur de leurs propres maisons. Des organismes de prédication ont des ramifications au Moyen-Orient, au Pakistan, en Iran, en Europe et aux États-Unis.

      Des imams formés à une école de pensée rigoriste, envoyés en mission et payés par l’étranger, propageaient un islamisme radical visant à isoler les musulmans de leur société d’accueil. Des messages appelaient au jihad et à la haine des infidèles, juifs, musulmans démocrates, ou chrétiens.

      Deuxième choc: l’indifférence des pouvoirs publics. Dans la mesure où ces problèmes se vivaient à l’intérieur des communautés, pourquoi s’en mêler? Un déficit de connaissances de l’islam et des musulmans laissait les islamistes libres d’imposer leur vision.

      L’islam du savoir et de la tolérance qui a marqué ma jeunesse au Maroc se transformait sous mes yeux, au Canada, en une camisole de force, réduit à une série d’interdits, imposés le plus souvent aux femmes. Puis, la perception qu’on a des musulmans se dégradera à la faveur d’images de violence venues du Moyen-Orient, d’Afrique, d’Asie, et plus près de nous, suite du 11 septembre 2001, des États-Unis.

      Des groupes islamistes, profitant de l’indifférence et de la méconnaissance ambiantes, ont raffiné leurs stratégies. Ils sont parvenus à s’ériger en «porte-parole» des communautés, au grand désarroi des musulmans démocrates qui peinent à s’intégrer et ne demandent qu’à vivre en harmonie avec leurs concitoyens. D’où la vulnérabilité de ces communautés, dont la majorité silencieuse n’ose pas confronter les islamistes sur leur terrain. Un leadership fragmenté, de faibles structures communautaires et le sentiment d’exclusion des jeunes aussi contribuent à leur marginalisation. Pourtant leur contribution en capital humain, compétences, apport économique et culturel est considérable.

      Lorsqu’on observe la montée des extrémismes religieux et les menaces qu’ils font peser sur des acquis gagnés de haute lutte, l’égalité entre les hommes et les femmes notamment, on ne peut rester silencieux. Adoptant, il y a près de 50 ans, une Déclaration des droits, le premier ministre d’alors, John Diefenbaker, avait déclaré: «Aucun Canadien ne tolérera le fanatisme.» La Charte des droits et libertés, dont on célèbre le 25e, est venue renforcer ces droits.

      Déclaration ou Charte, le principe fondateur en société pluraliste qui se veut juste et équitable est de protéger les minorités contre les abus de la majorité. Or, l’extrémisme religieux s’impose d’abord à l’intérieur des minorités elles-mêmes.

      C’est le cas de la charia que des intégristes ont tenté d’imposer à Toronto, en 1990, avant de reculer sous la pression des femmes musulmanes. Cette bataille a été gagnée à l’intérieur des communautés elles-mêmes, avant qu’elle fasse surface sur la place publique en 2003, avec un argumentaire et un plan de communication plus sophistiqués. Heureusement, l’Ontario a renoncé à ce projet.

      La droite religieuse américaine

      De même la droite religieuse américaine a connu une ascension fulgurante. En 1978, 22% des Américains se déclaraient évangélistes. Ils étaient 33% en 1986. Depuis, le mouvement n’a cessé de croître et de se métamorphoser.

      Le message évangéliste qui était à l’origine de l’ordre de la foi s’est transformé en un puissant instrument entre les mains d’un lobby qui a ses entrées dans les hautes sphères du pouvoir. Cette droite forte et agissante revendique rien de moins que la modification de l’ordre public. La conversion des «born again Christians» ne suffit plus, c’est toute l’Amérique qu’il faut sauver.

      Au centre de sa stratégie: la lutte contre l’avortement, l’homosexualité et la «destruction des familles». Cette influence sur la politique nationale et internationale des États-Unis est considérable.

      La montée de la droite religieuse essaime partout. Au Canada, différentes mouvances intégristes sont déjà à l’oeuvre. Partout on vise l’école, la famille, les institutions et le pouvoir politique.

      Les intégristes, même combat

      Parallèlement, les mouvances islamistes se sont propagées dans plusieurs pays musulmans où elles mènent une lutte contre les régimes en place, considérés comme corrompus, et contre l’Occident «infidèle» et moralement «décadent».

      Cet Occident qui leur garantit des libertés religieuses est ciblé comme base arrière pour déstabiliser ces régimes politiques et du même coup, y faire reculer la démocratie. Dans cette logique, le Canada apparaît comme le ventre mou de l’Occident à cause des libertés fondamentales dont les extrémistes eux-mêmes jouissent.

      La stratégie des islamistes, qu’ils avancent dans les cercles fermés, n’est pas l’intégration des musulmans au Québec et au Canada, mais leur intégration à une communauté sans frontières, une planète islamiste où un musulman doit être régi selon la charia, indépendamment du pays où il vit.

      Un tel objectif passe par le contrôle des islamistes sur les communautés musulmanes et par leur reconnaissance par les autorités politiques, dont ils deviendraient les interlocuteurs officiels. Dans ce sens, toute avancée de ces groupes au plan juridique ou symbolique est un puissant levier pour imposer ultimement – au nom de la liberté religieuse – à une société sécularisée un modèle de gouvernance où la souveraineté de Dieu primera sur celle des hommes.

      La Charte garantit «la liberté de religion». Mais de quelle liberté parle-t-on? Qui détermine, par exemple, les normes à imposer aux femmes en islam, religion où il n’y a pas de clergé, et où la relation avec Dieu est sans intermédiaire? Pourquoi endosser l’idéologie de ces groupes alors que la religion sur laquelle ils se basent ne leur donne aucune autorité pour le faire?

      Une vraie menace

      Les religions ont été instrumentalisées pour justifier inquisition, guerres, conflits interreligieux ou violations des droits de la personne. À notre époque, la vraie menace à la démocratie vient de la montée des extrémismes sous couvert de religion.

      Qu’il s’agisse de la droite religieuse américaine, des radicaux se réclamant de l’islam ou de fondamentalistes hindous, partout la stratégie est la même: exploiter les libertés fondamentales dans le but de les subvertir.

      Ces groupes, malgré leurs différences, ont deux objectifs en commun: saper les bases de la laïcité, au nom d’une certaine idée de Dieu et exercer une domination obsessionnelle sur les femmes, dont il faut contrôler le pouvoir de reproduction, ainsi que la liberté de pensée et de mouvement.

    • Ouf! Sujet ultra sensible. 239 commentaires jusqu’à maintenant, pas toujours des plus pertinents, mais beaucoup sont très justes. Beaucoup d’émotivité. Je veux bien apprendre l’anglais (ou l’espagnol, ou le mandarin), pour mieux voyager par exemple, mais pour vivre ici? No way (sic!) ! Au Québec, c’est le français qui doit dominer. Pourquoi obliger les unilingues anglophones à parler français serait inacceptable? Pourquoi obliger les immigrés à se plier à nos valeurs serait aussi inacceptable? On ne serait pas le 1er pays à le faire… Les immigrés sont avant tout des invités avant de prétendre au titre de canadiens à part entière. Quand on est invités chez des amis, la politesse veut que tu te plies aux us et coutumes de la maison. Il ne me viendrait pas à l’idée d’exiger qu’on me fasse cuire un steak si je soupe chez des végétariens. Et si ça ne te plaît pas, tu changes d’ami. POINT.

    • Patrick URGENT:

      Le lien google donne accès à ma boîte de réception. Effacez les message au complet ou le lien svp.

      Merci!

    • Si je comprends bien les conclusions tirées par M. Lagacé, j’ai déjà fait tout le chemin voulu. Je parle trois langues, et je suis tolérante. Les commentaires de certains Québécois pur laine dans les audiences de la Commission m’ont irritée en raison de leur intolérance. La tolérance, c’est accepter que d’autres membres de la société aient des cultures, religions et opinions différentes. C’est accepter des «accomodements» (je déteste ce mot) qui n’enlèvent rien à la majorité. C’est tout. Et je crois qu’on y est déjà. Prenons les choses calmement. On ne nous demande pas de changer; on demande seulement aux intolérants de notre société, et il y en a chez les Québécois de souche comme chez ceux qui ont choisi de venir vivre ici, de s’adapter. Et de grâce, ne laissez pas les commentateurs vous manipuler et créer un scandale qui n’existe pas.

    • …expérience personnelle,, si tu porte un nom étranger, tu es souvent jugé comme un étranger,,, mon nom de famille est d’origine juive, et j’en suis fière, mais quand les gens autour de moi, me demande depuis combien de temps je suis ici, car j’ai un accent((, je suis québecoise de souche si , e^tre de souche est e^tre née au Québec,( 66ans) )petite fille d’immigrants , 2 ième génération au Québec, j’Ai vu ce que mes grands- parents et arrière-grands-parents ont du endurer pour s’intégrer avec les gens des petites villes des régions , dans la grande ville de Montréal, pas de problème, et l’intégration et l’Assimilation c,est pareil, en bout de compte,imaginez tout le trouble si tu portes le nom de famille d’origine arménienne, allemande, chilienne,etc etc,, —-tu parle le québecois avec un accent et tu connais le joual,en plus, intégré ou assimilé ??mystère,,,

    • ah tien dont ! Adaptons-nous davantage… ne sommes nous pas près de 80% à être francophone versus 20% ??? Je pense que tout est dit.

    • Je comprends l’émotivité chez certains immigrants, surtout ceux récemment arrivés qui ont trouvé au Québec un marché du travail en décrépitude ou leurs compétences ne sont pas reconnues. C’est frustrant. Mais je leur demande aussi de se mettre dans la peau d’un Québécois francophone: après avoir dépensé cinq millions, se faire dire ‘y’a rien là, apprenez donc l’anglais pis ouvertez vous gang d’épais’, non seulement c’est noyer le poisson, mais c’est laussi es prendre pour des débiles. Moi, à moitié québécois que je suis, ça m’insulte de voir un gouvernement qui se fout aussi ouvertement de ses citoyens.

    • La charte des droits et libertés est devenue avec le temps une menace a la survie meme de nos sociétés!

      Pourquoi?

      La charte était concue pour la pratique des religions chrétiennes – Protestante – Catholique – Orthodoxe ce n`était pas un probleme puisque ces religions était séparés de l`État et dans la vie privée.

      L`islam est une religion qui comprend a l`intérieur de son livre religieux un systeme politique, juridique et militaire, une gradation des religions considérées comme inférieures et fausses comme la religion chrétienne et juive. Donc la charte des droits et libertés (liberté de religion) protege maintenant l`islam et l`imposition de son systeme politique, juridique, religieux et militaire dans notre société puisque c`est aussi une religion.

      Si cette charte n`est pas changée pour dire que c`est la religion a l`Occidental les islamistes radicaux vont continuer a se servir de cette charte pour islamiser nos sociétés et personne n`y pourra grand chose.

      C`est aux politiciens de se réveiller!

    • @ loubia
      Ton problème est que tu veux imposer tes pensées et ton mode de vie sur d’autres personnes ( immigrantes ou non ) qui ne partagent pas tes valeurs et tes points de vue, et tout ceci dans une société démocratique qui valorise les notions du droits de l’homme.
      http://www.un.org/french/aboutun/dudh.htm
      Quant a ‘nous’ et ‘vous’ je t’invite a lire ce que a ecris Rima Alkouri, la chroniqueuse a cyberpresse, concernant ce sujet délicat.
      http://www.cyberpresse.ca/article/20071025/CPOPINIONS05/710250724/6730/CPACTUALITES

    • un marché de travail compliqué? voyons donc il fallait juste dire un marché de travail gangrené de racisme de discrimination et de préjugés et on parle encore de ca quelle honte pour le quebec, les arabes, les juifs les noirs et les latinos sont la cible de choix quant aux québécois ils ne sont même pas tolérants envers eux autres comment veux tu qu’ils soient ainsi envers les étrangers, le quebec a longtemps été un mythe et les derniers evenements ont fait de lui la réalité, celle du racisme aveugle, celle d’un peuple renfermé en lui même, celle de discrimination partout et sans exception, celle des préjugés envers l’autre et enfin rien n’envie le monde dans cette province les immigrants ont juste a choisir l’ontario ou la vie avance au lieu de poiroter avec des politiciens aui ne maitrisent même pas leur langue maternelle, pauline désarroi aurait pu dire je suis dégoutté au lieu de dire je suis tané et parler d’une citoyenneté québécoise, pour moi la meilleure image c’est géarard laflaque avec mon profond respect pour les québécois cools qui sont anonymes
      http://www.atlasmedias.com/Atlas_journal78.htm
      lisez la page 5 svp

    • @ tromso
      Voila le type d’intégriste et radical qui seme la haine, la peur et la division entre les individus et qui veut exterminer les musulmans.
      Hitler a un certain moment de sa vie avait des idees pareilles, et tout le monde savent aujourd’hui ce que est arriver aux juifs a cette epoque.
      Heureusement qu’il ya une tres faible minorité racistes, xénophobes qui pensent comme toi et qui osent de propager des idees stupides, et ignobles comme ceux que tu viens de mentionner en haut.

    • Bonjour à tous.

      Il me semble à la lecture des commentaires sur ce blog que trois visions différentes du nationalisme québécois s’affrontent. 1) Une vision totalement exclusive où les immigrants sont des invités. 2) Une vision totalement inclusive où la nation québécoise est niée dans son essence, et une troisième qui semble être à la recherche d’un équilibre, difficile à trouver, entre ces deux extrêmes.

      Dans mes différentes lectures, je suis tombé sur ce passage de Raphaël Canet (2003), tiré de son ouvrage “Nationalismes et société au Québec” que je désire partager avec vous. Je crois qu’il vaut la peine que l’on y réfléchisse un peu (il s’adresse surtout à ceux défendant une position extrême).

      “Le nationalisme inclusif conduit à la disparition de l’identité par dilution (ou par absorption). [...] Le nationalisme exclusif conduit donc à la disparition de l’identité par fossilisation. Afin de ne pas sombrer dans ces impasses, il convient donc de postuler que la réalité identitaire se situe plutôt dans un savant dosage entre ces deux pôles de la représentation officielle de la collectivité politique symbolique” (page 133).

      Autrement dit, le replis sur soi dans des valaurs archaïques, ainsi que le refus de changer au nom de la préservation de l’identité nationale, tout comme le déni de l’existence de notre identité, ne peuvent faire autrement que mener à notre disparition en tant que nation. C’est en trouvant le juste équilibre que d’une part les Québécois seront rassurés quant à leur avenir en tant que nation, et d’autre part que les immigrants pourront se considérer et être considérés comme étant également Québécois. Ces derniers pourront conserver certaines de leurs particularités culturelles sans qu’elles soient considérés comme une menace. Ainsi il sera possible de vivre dans un contexte de véritable échange interculturel qui sera bénéfique pour tous.

      C’est seulement dans le cadre d’un échange interculturel (selon les modalités du “vivre ensemble” proposé par le modèle québécois de l’interculturalisme, à ne pas confondre avec le multiculturalisme canadien) que sera préservé l’unité de la nation, c’est-à-dire l’absence de ghettos.

    • @ zella

      …et ton problème, c’est que tu ne fais pas la différence entre un territoire et la société qui se trouve dessus.

      Loubia a tout à fait raison de s’attendre à ce que le immigrants s’adaptent et fassent des concessions.
      Surtout, il a raison de dire que la société d’accueil n’a pas à accepter l’imposition de valeurs et de comportements anti-démocratiques de la part de ceux qu’elle accueille.

      Lorsque certains immigrants n’entendent pas faire de concessions et veulent imposer des valeurs contraires au contrat social démocratique, lorsque ces derniers sont ouvertement plus attachés à des impératifs religieux dogmatiques qu’au consensus social existant, et qu’ils affirment un mépris de l’histoire et du caractère national de ceux qui les accueillent, ce n’est pas à la société hôte de toujours plier.
      Accueillir des immigrants ne veut pas dire s’effacer, disparaître, se renier.

      Il n’y a rien de démocratique à exiger qu’on accepte des valeurs et des comportements anti-démocratiques.

    • @ loubia,

      Je suis tout à fait d’accord avec vous.

    • J’ai été bouche bée pendant plusieurs minutes…

      J’ai regardé la vidéo et fait une crise d’urticaire. J’avais déjà vu aux nouvelles des opinions exprimées lors de cette commission et j’avais déjà honte. Mais maintenant que je sais que cette vidéo est disponible sur YouTube, j’ai bien l’impression que je vais me transformer en autruche.

      Mais, trêve “d’autruchitude”. Pourquoi nous fallait-il une telle commission pour nous apprendre ce que l’on savait déjà? Et de ce fait, dépenser une telle somme… La leçon qui semble être transmise par les deux gourous de la commission est, somme toute, un résumé du message qui est répandu depuis belle lurette par “nos” dominants colonisateurs. Et, qui de surcroît, s’agence parfaitement bien avec le “New world order”. Ce qui m’effraie, c’est qu’une grande quantité de gens avaleront le message sans se plaindre. Alors qu’il le faudrait.

      Le peuple québécois dont je fais partie et que j’aime, semble très bien s’insérer dans cette chanson de Noël qui s’intitule « Minuit chrétien » et dans laquelle on retrouve la phrase « peuple à genou ». Mes genoux sont déjà écorchés et ce, par une très grande quantité d’injustices et d’invectives. Combien en faudra-t-il encore avant de faire ce qu’il faut? À combien d’autres personnes laisserons-nous le droit de nous dire qui nous sommes?

      Peuple debout me semblerait une bien meilleure solution pour décider quand, qui, quoi et pourquoi nous décidons d’être. Mais, j’imagine que la peur est bien plus salutaire que le désir de changer…

    • zella

      Vous comprenez mal mes commentaire je crois.

      Ce que je propose est essentiel a la santé future de nos démocraties. Je veut imposer aux musulmans de ce pays les memes regles religieuses et juridiques qui gouverne l`ensemble de nos citoyens depuis longtemps.

      1. La religion est affaire de vie privée et est séparée de l`État.

      2. L`islam est une religion comme une autre et doit se réformer pour s`adapter a nos démocratie.

      a. Égalité homme-femme
      b. Égalité du musulman avec le non musulman
      c. Le musulman est libre de quitter sa religion et de se convertir a une autre religion. (liberté de conscience)
      d. Reconnaitre que la charia est une loi d`un autre age et pas applicable chez nous. Meme justice pour tous.
      e. L`islam est soumis a la critique comme tout le monde.
      f. La femme musulmane a le droit de marier un non-musulman et les enfants ne sont pas automatiquement musulman.
      ect
      ect

      3. Ceux qui refusent au nom de leur religion de se réformer pour s`adapter a leur nouveau pays sont déporter vers les pays d`Islam qui pratique la charia, qui bafoue les minorités ethniques et religieuses comme l`Iran, les pays du Golfe ou d`Afrique du Nord ou en passant l`Algérie ferme des église et condamne des pretres a la prison seulement pour avoir precher. Ils y seront tout a leur aise!

    • Il serait peut-être temps d’en finir avec le mythe du peuple conquis. En 1759, la Grande-Bretagne a en effet ravi le territoire à la France, mais il ne s’agissait en principe alors que d’une monnaie d’échange. La guerre n’en était pas en soi une de conquête. Tout territoire conquis n’était alors qu’un jeton de plus à faire valoir dans le traité de paix suivant.

      Que la France ait choisi de renoncer au territoire dans les négos qui ont suivi ne changent en rien la nature même de la guerre. Les Britanniques se sont retrouvés avec un terriroire de plus à gérer, et c’est tout. Nous retrouver dans le giron britannique n’a pas été une catastrophe. Ça nous a même plutôt bien servis en nous mettant à l’abri des soubresauts des révolutions françaises subséquentes et de la débâcle napoléonienne.

      La Révolution américaine nous a permis des gains substantiels vu que les Anglais nous ont refilé des cadeaux significatifs pour nous tenir tranquilles et court-circuiter une alliance avec les révolutionnaires américains, ce qui nous a permis des pas de géant sur le plan démocratique. Même la Rébellion de 1837 s’inscrivait dans une volonté de ramener le pouvoir réel plus près des nouvelles classes possédantes et constituait l’écho local d’un mouvement global bien plus vaste.

      En 1867, nous avons réussi à tirer notre épingle du jeu en obtenant un état doté de ses propres institutions, souverain dans les sphères que la Constitution lui donnait en propre. Pas mal du tout! Aurions-nous pu espérer le début du quart de l’ombre de tout ça sous le Second Empire ou la IIIe République française? J’en doute fort.

      Il n’est pas illégitime de souhaiter plus et d’aspirer à l’indépendance. J’y ai cru un temps. Je n’y crois plus. Je n’ai pas de problème philosophique fondamental face à cette option, même si, comme une majorité, je ne souhaite plus sa réalisation.

      Au final, ramener le crypto-racisme et la frilosité d’une portion non négligeable de nos concitoyens à une histoire de Conquête mal digérée me semble toutefois vaguement hypocrite.

    • Bon, c’est reparti, pauvres, pauvres victimes. À en lire quelques uns ici, apprendre l’anglais serait s’assimiler, se mettre à genoux… Voulez vous bien m’expliquer comment demeurer inculte et ignorant donnerait du pouvoir? Les gens les plus paranos (et donc xénophobes) que je connaissent ne parlent qu’une langue, n’ont jamais voyagé à l’extérieur du Québec et sont entourés de gens qui leurs ressemblent et qui pensent comme eux. Impossible évoluer dans un tel contexte. Espérons que nos enfants vont socialiser un peu plus que leurs parents avec des gens différents d’eux-mêmes.

      Lâchez-moi les violons SVP, pauvres victimes québécoises, vous faites tout sauf pitié.

      En passant, ouvrir sa frontière à des immigrants pour les faire sentir comme des trou de c** une fois installés ça a quelque chose de vraiment très laid, voir sadique.

    • Il faut parler plus l’anglais et s’ouvrir aux autres cultures…

      Framnésie: ne pas se souvenir de son français. Une maladie qui risque de se développer au Québec pour faire plaisir à Taylor-Bouchard. Dire qu’on a attendu au printemps pour cette nouvelle. L’hiver a été si long… Faut croire que “nous étions mûrs”. Ah! les fraises et les framboises.
      En tout cas.

      Oubliais: quelqu’un qui ne se souvient plus de son français. Bien, on risque de plus en plus de rencontrer des personnes qui présentent ce problème “d’identité” au Québec. On aurait jamais eu ce “problème d’identité” sans le rapport Taylor-Bouchard. Conséquence: les bureaux de psychiatres vont être pleins. “Mets ton entonnoir, viens nous voir”.
      En tout cas.

      Langlais: personne qui préfère l’anglais au français. You know. Thank you. My home. My girl. Very nice. My face. My nose. Much. Has been. Trash. Crash. Flash. Le français c’est pour les gens ordinaires. C’est peut-être pour ça que Pierre Lalonde a changé pour Peter Martin et que Madona s’appelle Madona, tout court. Ces personnes sont “extraordinaires”. D’ailleurs, Robert Charlebois est “un gars ordinaire”, ne l’a-t-il pas chanté?
      En tout cas.

      Frangalis: bouton qu’on retrouve sur la langue quand on a trop dit yes…..
      En tout cas.

      Il faut parler plus l’anglais et s’ouvrir aux autres cultures. “Ferme ta boîte”. Ça chasse le français, n’est-ce pas?
      En tout cas.

      En tout cas, ça fait plaisir aux autres. Shakespeare. Shangshung.

    • lol
      pauline désarroi a commencé a commenter le rapport ELVIS GRATTON vraiment y’a pas un génie comme pierre fallardeau, moi je suggere a ceux qui ne veulent pas de diversité d’aller vivre en france avec leur cousin le pen car ici c’est le canada et celui de la reine pas celui de mayon et akapila.
      to be or not to be
      vive bouchard-taylor

    • Le rapport recommande….

      Que les Québécois francophones parlent davantage anglais.

      Hé! bien! c’est ce que j’ai fait en envoyant mes enfants apprendre l’anglais dans l’Ouest. Cependant, ils ne reviendront pas au Québec.
      Je suis un peu mal à l’aise avec leur décision. Si ca peut vous consoler,
      beaucoup d’Haitiens qui viennent ici ne veulent pas retourner dans leur pays.

    • DImanche dernier, je suis allée à Ottawa voir les tulipes … À 1.34$ le litre d’essence faut le faire !

      J’ai fait quelques petits achats dans la capitale du Canada. J’ai essayé de me faire servir en français, car j’étais dans la Capitale du beau Canada. Donc comme 2+2 =4 … J’étais certaine d’avoir droit à tous les services en français. Encore une fois … que d’illusions …!!! Et pourtant, j’ai appris l’anglais … pas le choix aujourd’hui … Mais j’y tiens au français! J’y tiens !

      Comment se fait-il que j’ai à peine été capable de me faire servir en français? Pourquoi? Dans une boutique «Bowring», la vendeuse voilée musulmane était complètement incapable, de même que sa collègue de même comprendre une seule syllabe en français. J’étais dans la Capitale là ! Me semble qu’avec le public, on s’efforce d’avoir une ville bilingue. Trudeau l’avait dit … promis… tout comme Chrétien !!

      Alors vous me direz de davantage parler anglais ici au Québec. Je parle très bien anglais, mais j’ai la nausée de voir comment on méprise les francophones du Canada. J’ai juste envie de vomir sur les belles plate-bandes de fleurs d’Ottawa.

      Peut-être que Pierre Falardeau y va grassement, sans trop de manières, mais il a mille fois raisons. Dans moins de 25 ans, nous serons presque totalement assimilés. Le français sera devenu un outil de promotion du folklore Québécois.

      J’en reviens pas ! Et le pire … Les Québécoises et les Québécois s’en foutent … «Enwoye» on accepte ça.

      Est-ce que je pourrai voir un jour le pays du Québec? Vivre en français, comme la France vit en français. Comme les portugais vivent dans leur langue au Portugal, de même pour l’Espagne, l’Italie … Mais pourquoi pas nous?

    • A tous ceux qui parlent d’assimilation des anglais…la seule LOI d’assimilation en Amerique et la charte de la langue française au Québec. Nul part d’autre existe-il une loi qui force un individu a parlé ou s’exprimer dans une langue autre que son choix personnel, seulement au Québec, et pour faire avaler ça à la population ont parle de culture et langue en voie d’extinction, ont utilise la peur pour faire passer notre message. Ca me semble familière cette approche la…l’approche de BUSH et Cheney!!! Je n’ai rien contre une certaine protection de la langue ou préférais une plus grande promotion de la langue, mais je trouve ce débile q’une personne ne peut pas choisir la langue d’éducation de ses propres enfants, quand l’infrastructure existe! Tous sa pour dire que ça fait longtemps que sa dérape au Québec, et c’était temps que les pendules soit remis à l’heure!!!

    • @maria-elisa
      À ce que je sache, le Canada n’a pas encore nationalisé les Bowrings :) Quels commentaires étranges… Vous vous sentez écorchée parce qu’une canadienne anglophone qui travaille dans un foutu magasin à rayons à Ottawane parle pas le français? Dans les services publics canadiens, il y a des lois sur le bilinguisme. Chez Bowring, Mme? franchement… Il n’y a qu’au Québec qu’on oblige les gens à nous servir en français. C’est tant mieux, mais il ne faudrait quand-même pas exagérer! Et au Mexique, vous exigez à vous faire servir votre cervesa en français?

    • @ toi2

      http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/Langues/LOIS-LINGUISTIQUES-index.htm

      En passant : le ciel est de quelle couleur dans votre univers ?

    • M. toi2
      c’est pas e norvege ou l’on ne peut trouver du travail si on ne parle pas la langue de ce pays.
      De plus mem si vous habiter la-bas et parler couramment le n”norvegine”, vs n’etes jamains considerer plus qu’un inviter.
      Me semble c’est la norvege puisque j’avais lu queleque chose de semblable il y a queleques annees durant les jeux olypinque ds ce pays..

    • @toi2

      D’abord, il faut croire que nous ne sommes pas assez protectionnistes en ce qui a trait à notre langue. Peut-être devrions-nous renforcer les lois que tu sembles pourtant trouver assimilatrices puisque tu as de la difficulté à t’exprimer sans fautes.

      Ensuite, il est tout-à-fait normal que le Québec se dote de lois pour protéger sa culture et sa langue. Tu es dans le champ en disant qu’il s’agit là d’un régime de la peur. Notre culture et notre langue sont évidemment en danger, il n’y a aucun doute. Si nous laissons tout le monde entrer chez-nous sans qu’il apprenne le français, il est indéniable que notre langue reculera. D’une majorité au Québec, dans quelques décennies, nous passeront au statut de minorité.

      Enfin, continue de penser comme ça, tu feras certes avancer le Québec le Québec. Tu veux choisir la langue de ton éducation? Il y a des écoles hors du Québec qui t’accueillerons peut-être. Tu pourrais essayer de demander le statut de réfugier tant qu’à y être.

      Bonne journée!

    • Ouf ! J’ai lu pratiquement tous les messages en réponse à la sortie des bribes du rapport de la commission Bouchard-Taylor. Mon constat? Je trouve difficilement acceptable qu’un peuple, ayant en commun la même histoire, se trouve si divisé et vive une réalité si différente.

      Contrairement au peuple américain qui s’est fait avoir avec le 9/11 et qui se tient (malgré le tas de mensonges et de manipulations), nous, du Québec, permettons à une bande de sans vergogne de manipuler l’opinion publique afin que l’on tienne le rang, sans chichi et sans faire de vague.

      Comme l’on si bien dit les gens du http://www.reopen911.info/ il faut se sortir la tête de l’eau et constater ce qui se passe. À l’échelle de notre province (futur pays) mais aussi à l’échelle mondiale.

      Si nous nous contentons de lire ces nouvelles et de ne rien faire, nous ne valons pas mieux que ceux qui prennent pour acquis que tout aille bien et qu’il ne faut (surtout) pas s’en faire. Ce qui est pourtant un déni complet de la réalité.

      C’est donc jouer le jeu des dirigeants (riches manipulateurs) pour qui l’humain n’est qu’un outil et qu’une fois périmé, on remplace. Bon robot va !

      Je crains de vivre les années qui viennent. Les changements sociaux risquent d’être draconiens et drastiques. Si ici, au Québec, laissons faire, nous acquiesçons alors aux lois du marché totalitaire et mondialiste qui nous indique la voie à suivre et met de côté ceux qui osent parler plus fort.

      Comme je l’ai mentionné ci-dessus, cela s’inscrit complètement dans le New World Order planifié par les dirigeants (lire milliardaires, millionnaires et les autres ayant reçu des pots-de-vin) qui ne se soucient pas du tout des gens ou de la planète mais plutôt, de leurs actions en bourse et de leur bilan. En résumé? L’esclave (déguisé) pointe son nez. Il n’en tient qu’à vous.

    • @toi2, il a existé ailleurs au Canada des lois interdisant l’enseignement ou l’usage du français, dès 1890. La dernière de ces lois provinciales a été abolie en 1969 seulement. Ce n’est qu’en 1988 que le français a été rétabli comme langue officielle égale de l’anglais au Canada, alors que la loi de 1867 le prévoyait. Près d’un siècle de combat anti-francophone au Canada!

      Avaient-ils peur à ce point que l’anglais disparaissent du Canada?

    • Sûr, on a touché un point sensible. Tant de commentaires! Beaucoup disent de ne pas toucher à notre langue et à notre mode de vie. Serait-ce la position des Québécois du Québec face au rapport Taylor-Bouchard? Il y a tellement de gens à l’écart, nous en mettrons plus? Dans le domaine linguistique aussi? Un rapport pour plus d’élimination? Ce n’est pas drôle. De la haute compétition que parler trois langues: français, anglais, chinois. À noter le prix de ce rapport. Le but? Changer notre mode de vie. Alors, le rapport demande plus d’adaptation et d’ajustement. Mais, jusqu’où?

    • ils sont les maitres il faut nous soumetres.

    • Au fond, Jean Charest a au moins compris une chose: les Québécois adorent le cirque. Et cinq millions, c’est pas cher pour les contenter.

    • Le Québec est divisé parce que certains politiciens le divisent. Au cours de la révolution tranquille, les Québécois étaient solidaires d’un même projet concret, d’une série de réalisations : la mise sur pied des Cégeps et la modernisation de l’éducation secondaire, la nationalisation de l’électricité, la création d’ambitieuses infrastructures comme le métro, etc.

      Et puis est apparu un agent polarisant, tributaire d’une seule et unique vérité, une idéologie selon laquelle le Québec devra n’avoir qu’une seule assemblée législative et que tout autre solution, toute autre structure politique est l’affaire des traîtres, des inconscients, des assimilés pour ne reprendre que quelques quolibets chéris par les intégristes de ce blogue.

      Le Québec est polarisé depuis 40 ans. Les péquistes, certains que la mort de ceux qui étaient des vieillards au moment du premier référendum allait garantir la réalisation de leur projet (qui n’est rien d’autre qu’une longue séance de masturbation constitutionnelle), sont toujours aussi acharnés malgré l’expression de la volonté populaire. Et quand on lit ici des commentaires qui nous disent que le choix, c’est de s’entre-déchirer ou de réaliser le projet péquiste, on ne peut s’empêcher de penser que la polarisation n’est pas près de s’atténuer.

      Pour ma part, après avoir flirté avec le projet péquiste (oui moi aussi j’ai eu une période durant laquelle j’étais une victime impuissante de tous les assauts contre mon identité), j’ai adopté une position plus pragmatique : nous vivons dans un pays prospère et nous sommes libres. J’entretiens l’espoir que petit à petit, ceux qui ressentent une blessure en se remémorant la bataille des plaines d’Abraham s’ouvriront à l’extraordinaire richesse de notre réalité contemporaine, certes façonnée par des siècles de luttes, de dialogues, de négociations, de succès comme d’échecs mais qui dans les faits, aujourd’hui, maintenant offre à chaque citoyen des possibilités infinies.

    • Si les Québécois hors Québec faisaient comme tous les gens qui vivent à Monttréal avec une langue ou une religion différente, des ghettos. West Island, le quartier chinois, italien, grec, juif orthodoxe à outremont et juif ultra orthodoxe à Ste-Thérèse.

      Les Québécois hors Québec seraient percu comme raciste, mais pas nos qhettos avoisinants, non, ils se sentent plus comme chez-eux, en famille, c’est normal, c’est leur choix de nous exclure avec la bénédiction de Bouchard-Taylor.

      C’est aussi le choix des Québécois, qui par deux fois ont voté pour avoir ce que nous avons, et refusé d’être ce que nous souhaiterions avoir présentement, et Bouchard-Taylor ont aussi vu nos choix passé.

      Moi, j’ai voté oui deux fois, pour ne pas avoir ce genre de mascarade Bouchard-Taylor, j’ai fait ce qui était nécessaire, quand c’était nécessaire. Ceux qui ont voté non, et qui présentement se lamente, alors, comme moi subissé ces humiliations, mais voté oui, la prochaine fois.

    • @rllemieux

      peur : oui, c’est ma perception, je ne parle d’ailleurs qu’en mon nom.

      mais quand je regarde les images du premier référendum, et que je vois Chrétien dire que les oranges ne passeraient pas la frontière d’un Québec indépendant, ou celle du deuxième où des vendeurs de vertus positives comparent un Québec indépendant à un mélange d’Ex-URRS et d’Alamagne nazi, il est dut de ne pas prendre en compte la peur et les dicours qui l’a sous-tendent. parallèlement, la peur est normal, seul les imbéciles n’ont pas peur. et moi-même, les débuts d’un éventuelle Québec indépendant me font aussi peur, parce qu’inconnu, et que l’inconnu fait peur par définition. cependant, j’ai encore plus peur, chaque jour, pour l’avenir de la nation québécoise si elle s’entête à rester dans le Canada, un pays qui ne nous aiment qu’à la période des impôts et la vieille des élections et référendums.

      cours suprême du Canada : elle fait la promotion des intérêts du peuple canadien, rien de plus. et le Québec doit s’y plier. quand un juge de la cours suprême du Canada ampute la loi 101 au nom de la liberté, il le fait au nom du multiculturalisme (modèle britannique) et c’est parfaitement logique dans une optique canadienne. mais ça n’a rien à voir avec ce que les gens veulent au Québec, soit que tout le monde soit égaux devant la loi, pas d’avantage spécifique, pas de passe-droit (modèle républicain, français). alors il s’agit de déterminer si l’individualisme prime sur l’esprit de corps de la nation. à mon avis, non.

      et sachez que j’ai moi aussi peine à garder la tête froide, avec ce qui semble être les grandes lignes d’un rapport écrit par deux personnes que je croyais capable de réflexions, d’être capables de sortir du cadre institutionnel et normatif que leurs positions de chercheurs scientifiques leur imposent. ils sont partis d’un problème d’accomodement religieux pour finallement nous dire qu’on devrait se canadianiser. c’est Preston Manning, il me semble, qui disait que le Canada est une “communauté de communauté”, et bien franchement, de voir un paquet de ghettos isolés les uns des autres au Québec, comme cela semble vouloir se dessiner, ne me semble pas très opportun pour l’avenir du peuple québécois. – il n’y pas de crise d’accomodements religieux à Toronto, et pourtant, pleins de communautés vivent dans peu d’espace, mais attendez que l’économie ralentisse ou même plante, vous y verez les pires crises (je me trouvais prétentieux de penser ça en voyant le reportage à la SRC mais le reportage en question s’est terminé sur le gestionnaire des accomodements religieux à Toronto qui confirmait mes pensées, il a dit quelque chose comme “pour l’instant, tout va bien, mais il ne faudrait pas que l’économie ralentisse”). la base d’une société est donc sa solidarité, pas son isolement sectoriel.

      et que donc, sauf pour quelques rares exceptions (je pense ici surtout à claude morin, qui ne mérite pas de majuscule), je ne crois pas qu’il y ait au Québec un important pourcentage de traître, d’inconscient, de pleutre de cons ou d’assimilés. ces derniers surtout, ont déja quitter le Québec. et aussi que, si pour les souverainistes, les fédéralistes sont des traîtes et vice-versa, disons que ça devient franchement stérile. les croyances et les références sont différentes, tout simplement. je suis bien athée mais n’invite pas ma grand-mère à aller se faire soigner parce qu’elle croit en Dieu…

      mais bon, malgré que les opinions soient multiples, je ne crois pas qu’elles soient toutes égales, sinon je ne croirais en rien. et ce qui m’interpèle chaque jour est : comment se fait-il que la situation perdure malgré que le nationalisme des fédéralistes du Québec n’ait strictement rien à voir avec le nationalisme des canadiens? car clairement les 2 groupes, fédéralistes et nationalistes du Québec se nuisent mutuellement. il n’est pas impossible d’imaginer, et j’ai bien dis imaginer, que le réaction du Canada face aux demandes historiques du Québec ait été un peu plus positive si tout le monde avait été uni derière l’autonomisme de Bourassa, comme il n’est pas impossible d’imaginer que l’indépendance serait une chose acquise si les fédéralistes du Québec avaient réalisé qu’ils ne sont canadiens que sur papier. et donc, on fait quoi, car là est la vraie question : on s’assimile volontairement au “nation building” du Canada, on s’essaie une autre fois à l’autonomie limitée ou l’on se dote d’un état pour ne plus avoir peur de l’avenir des québécois* en tant que peuple? je crois que seule cette dernière avenue est possible.

      *je soustrais à un nationalisme civique er républicain. voir même à un néo-nationalisme, qui dit que l’État se doit de protéger ses citoyens des capacités infinies de l’entreprise privée à faire du profit au dépend de sa clientèle, les citoyens. la couleur de peau est donc un paramètre inutile dans cette analyse, le profit excéssif ne fait pas de distinction entre les variations de l’épiderme. – après avoir écrit ça, je me dois de dire que je ne suis pas communiste, l’histoire a prouvé que seul le capitalisme, qui motive les intérêts individuels, maximise la productivité. alors il faut, de ce coté, trouver l’équilibre.

    • @ maria-elisa, Ottawa est officiellement bilingue au niveau fédéral mais pas au niveau municipal. Est ce que la majorite québécoise accepte que MTL soit bilingue? Non, alors pkoi demandé aux autres de faire ce que nous ne voulons pas faire? H-Y-P-O-C-R-I-T-E

      Je ne comprend pas les québécois “de souche“ qui ont peur de perdre leur culture et langue après 400ans d’existence, je pense que la vraie question est comment vendre la culture québécoise aux immigrants

    • OUWOWE !

      On n’en lit des vertes et des pas mûrs sur ce blogue !
      Ca va de TVA au 11 septembre en passant par Hitler vous êtes tous en train d’oublier le boutte-clé du Sujet principal i.e. La Gazette.

      Vous savez très bien que ce journal va tirer hors contexte une phrase ou deux (qu’ils ont probablement de la difficulté à comprendre parce qu’en francais !) et vont retourner ça à leur mandat initial : Assimiler les francais. Voyons donc … Bouchard et Taylor ne sont pas assez fous pour faire de telles recommandations (si ils veulent se retrouver du travail) … Vous savez tous comment ca va finir : on va demander à tout le monde de faire un effort, d’être TAU-LÉ-RANGS à la con et on va se faire à croire que parce qu’on est différents, on est plus intelligents …

      Ah si j’avais pu voter en 1995 !

    • L’intégration réussie des immigrants ne peut passer que par un accueil chaleureux, ouvert, respectueux et nourri de dialogues (non il n’y a pas de place pour un « mais » à la suite de cette énumération).

      Quelqu’un qui, dans une même phrase, trace le chemin qui mène de la tolérance du kirpan à l’extinction de la nation québécoise, est fou à lier ou peut-être (espérons-le) seulement ignorant.

      Le « drame » des accommodements raisonnables et de cette commission, où se sont exprimés les points de vue les plus navrants, est une construction de toutes pièces, une vicieuse stratégie de manipulateurs qui remuent des insécurités et des peurs primaires pour des raisons tristement partisanes. Ceux qui agitent des épouvantails, formulent des scénarios catastrophes et annoncent l’apocalypse ont perdu tout contact avec la réalité.

    • @ hdufort

      Est-ce que les québécois sont mieux? Ils ont joués les mêmes cartes en 1977, n’est-ce pas? L’anglais était la langue officielle du Canada en 1867, est-ce que le Québec est plus avancé aujourd’hui? Vous parlez de combat anti-francophone au canada, je pense que les réactions des québécois des dernières décennies sont exagérées envers la minorité anglo. Avez vous peur que le francais disparaissent du Canada? Oui!

    • A mon_wilson,
      Vous avez écrit: “Si les Québécois hors Québec faisaient comme tous les gens qui vivent à Montréal avec une langue ou une religion différente, des ghettos…”
      J’ai un exemple pour vous, la Floride. Nos expatries ont leur quartier, leurs journaux Québécois, en français, leur TV-Satellite pour regarder des émissions d’icite, etc.
      A tous, avant d’écrire n’importe quoi, vérifiez vos propos, posez-vous la question suivante: Ce que j’écris, est ce que je l’ai vérifié ou c’est des histoires dont je veux bien y croire parce que ça conforte mon point de vue?

    • Une commision impartiale devrait etre composé d’un représentant du parti libéral, un du parti québecois, un du parti de l’adq. Cette commission etait biaisé d’avance par Jean Charest la carpe. Un peuple conquis n’a jamais le dernier mot……..francais.

    • Ce peuple à qui l’on ordonne de chuchoter pour ne pas déranger… le dernier québécois soufflera la bougie avant de quitter la salle.

    • Beaucoup de personnes ici, ont soulevé la nécessite de françaiser les immigrants : Il faut que les immigrants parlent français. Les immigrés ne demandent que ça. Je me demande pourquoi, il n’y a pas une chaine de television spéciale pour françaiser les immigrés? Elle pourra par la même occasion parler un peu plus sur l’identité quebecoise.

      Parceque, voyez-vous, la majorité des immigrants ne savent plus sur quel pied danser? A chaque fois qu’on parle de l’identité quebecoise, on met en cause l’immigration, certains demandent de reduire le nombre, d’autres de changer les droits et libertes … etc

      Ca crée tellement de confusions, qu’on a parfois l’impression, qu’être quebecois, c’est ne pas être un immigrant. un quebecois = un non-immigrant.

    • Bouchard et Bouchard
      un même discours
      ils sèment la provocation et le mépris

    • @claude-henri

      Vous écrivez : « quand un juge de la cours suprême du Canada ampute la loi 101 au nom de la liberté, il le fait au nom du multiculturalisme ».

      Vous parlez sans doute de la loi sur l’affichage commercial. Ce que vous dites est faux. Le motif, c’est la liberté d’expression. S’il est raisonnable de demander aux citoyens de la province d’afficher de façon prépondérante dans la langue de la majorité, il n’est pas raisonnable d’interdire purement et simplement l’affichage dans une autre langue.

      Une simple question de civisme, de bon voisinage, de respect mutuel. La bonne entente favorise les rapprochements entre les communautés. En tout cas, moi, c’est comme ça que j’envisage mon pays.

      Vous écrivez : « on fait quoi, car là est la vraie question : on s’assimile volontairement au “nation building” du Canada »

      Moi je réponds : on revendique, on occupe tous les espaces de pouvoir possibles, on négocie, on crée des alliances, on peut se braquer de temps à autre. Le défi canadien, c’est le défi mondial à plus petite échelle. Je suis d’avis que le cadre canadien peut multiplier notre pouvoir : quand une préoccupation québécoise trouve un défenseur dans un ministre (issu d’une de nos communautés ou simplement un ministre ayant une sensibilité proche de la nôtre) qui s’exprime sur une tribune internationale, c’est la voix de 33 millions de personne qui est entendue, c’est la voix d’une des puissances économiques de la planète qui se fait entendre. Cette préoccupation devient une préoccupation de la planète. C’est un véritable levier.

      Un Québécois peut accéder à n’importe quelle fonction ministérielle d’un gouvernement qui peut agir, dans certaines juridictions, à la grandeur du territoire canadien. Pour certains enjeux (comme l’environnement) ce pouvoir est irremplaçable. Il faut à tout prix l’exercer au lieu d’y renoncer.

      Et puis il y a ce que j’appelle la dynamique canadienne : cette compétition, cette comparaison, cette tension qui fait que les bonnes idées se propagent dans ce pays comme l’assurance maladie venue l’Ouest, l’assurance médicaments dont nous sommes les précurseurs, Radio-Canada qui a donné naissance à notre identité contemporaine en créant une nouveau lieu virtuel de rencontre durant la grande noirceur. C’est aussi l’effervescence des juridictions partagées, un autre thème qui me tient à coeur.

      On confond identité et structures politiques. Le problème de l’identité ne changera pas sous le projet indépendantiste du parti québécois. Or bien sûr, à l’hypothétique réalisation du projet péquiste, il y aura un gros party et pendant quelque temps, le temps de dégriser, on aura oublié ce problème d’identité, on aura cru qu’il est réglé. Quelle méprise!

    • @rllemieux
      La cour suprême et la cour supérieure du Québec, du pareil au même. Tous les juges y sont nommés par le fédéral donc par un pouvoir étranger. Il y a même un juge de la cour suprême du Québec qui ne présente ses jugements qu’en anglais!… Où d’autre qu’en pays conquis trouvons-nous donc une telle aberration. Il faut être colonisé (ou pleutre, au choix) pas à peu près pour être encore fédéraliste.

    • Quel débat intéressant dans l’ensemble, sauf pour les Loubia et autres interminables (j’ai sauté vos commentaires, trop long).
      Un message court et précis est un message réussi!
      Ça dû vous prendre l’après midi pour pondre ces “chef d’oeuvre” inutiles, comme pour la Commission Bouchard Taylor quoi!

    • @rllemieux

      “Vous parlez sans doute de la loi sur l’affichage commercial.”

      non, je parle de toutes les fois qu’ils ont amputé la loi 101, notamment pour l’affichage commerciale, mais aussi pour l’éducation, les services gouvernementaux, etc. originellement conçu pour faire du Québec un état francophone, maintenant, elle ne sert qu’à dire aux francophones: vous devez parler français, les autres, c’est pas grave. appliquée telle qu’écrite, Montréal ne serait pas l’avant-poste de la colonisation canadienne au Québec. et ne me sortez pas la communication, l’ouverture sur le monde et toutes ces balivernes svp, dans un pays normal, on parle la langue du pays, et la langue des affaires pour les relations extérieures. les Pays-Bas, l’Allemagne, le Japon, le Chine, l’Islande, le Danemark et tout ses autres pays normaux ne sont font certainement pas dire par leurs élites respectives d’apprendre l’anglais pour être ouvert sur le monde… ils le sont déja, ils ont des ambassades et une diplomatie.

      “Moi je réponds : on revendique, on occupe tous les espaces de pouvoir possibles, on négocie, on crée des alliances, on peut se braquer de temps à autre.”

      depuis Lessage jusqu’à Landry, on ne fait que ça, exception de Charest qui ne demande rien et passe proche de la jouissance intellectuelle quand il mentionne les mots “conférence fédérale-provinciale”, ça existe depuis 1867 des conférences fédérales-provinciales! et je ne dis pas que ça n’a jamais rien donné, mais je le dis pour démontrer à quel point nous nous réjouissons de miètes. et je ne sais pas pour vous, mais de voir Maxime Bernier distribuer des jos louis en Afghanistan, je ris mais ne souris pas. (oké, c’est le pir exemple, mais même à ça, je regarde les agissements du Canada à l’étranger comme ceux des États-Unis, ou de la Communauté Européenne, à l’exception près que la politique canadienne à des répercussions ici)

      “Un Québécois peut accéder à n’importe quelle fonction ministérielle d’un gouvernement qui peut agir, dans certaines juridictions, à la grandeur du territoire canadien.” oui, et il est soumis à la dynamique canadienne, pas québécoise.

      et je vous dis ça comme ça, mais des “juridictions partagées”, en plus d’être anticonstitutionnelle selon le papier qu’on a pas signé, le plus souvent qu’autrement, c’est le Canada qui décide et les provinces agissent en gérant de dépanneur.

      “Le défi canadien, c’est le défi mondial à plus petite échelle”

      désolé de vous contredire, c’est à croire que j’y prends plaisir, mais je suis en complet désacord avec cette affirmation, pour la raison suivante : dans le monde des relations internationales, ce sont des États qui négocient, il n’y a pas d’autorité supérieure absolue (la fameuse anarchie des relations internationales selon le courrant dit réaliste, que la guerre en Irak est venue réaffirmer). les États négocient avec la force de leurs économies/armées/puissances respectives, et un équilibre fini par s’en dégager, comme ce semble être le futur de l’Union Européenne. le Canada et ses provinces n’ont rien à voir avec l’anarchie des relations internationales, les pouvoirs sont structurés par 2 constitutions imposées et systématiquement violés par le plus fort des 2 paliers de gouvernement, le fédéral. pendant les campagnes électorales canadiennes (j’entends fédérale), on nous promet des trucs en éducation, en santé et en transport, pourtant, ce sont supposées être des compétences provinciales. les provinces canadiennes ne sont point importunées par cela, il est normal pour elle que le Canada se centralise. mais au Québec, on chiale, on chiale et on chiale, et on leur envoit notre impôts en pensant qu’ils vont mieux le gérer que nous autres ou nous faire un cadeau parce qu’ils nous aiment… désolé, je vais croire aux schtroumfs avant ça. et je n’ai rien personnellement contre le Canada, c’est un très beau pays, ce n’est simplement pas le mien.

      “On confond identité et structures politiques” ou encore, l’identité découlle de la structure politique, ce qui explique notre état collectif de perdu présentement.

      et concernant l’indépendance qui selon vous ne changerait rien, ne serait-elle pas justement un évènement unificateur, qui permetterait de surcroît, enfin, la disparition du PQ*?

      *parti que j’ai toujours considéré comme un gros bol de jell-o.

    • en passant, les personnages du docu sont réels, je sais mais c’est un peu bp
      démagoge car il y a eu d’autres témoins, dont mon maire Jean un autre de tes têtes de Turc.

    • @claude-henri

      Nous sommes vraiment en désaccord sur tout.

      Les juridictions partagées remontent à l’Acte de l’Amérique du Nord britannique, pas à la constitution de 1982.

      Le drame qu’on fait au Québec à propos de la constitution de 1982 est renversant. La charte canadienne est à toutes fins pratiques la même que la charte de René Lévesque. Il y a cette malheureuse disposition, à l’égard de la langue d’enseignement, qui a imposé ce qu’on appelait à l’époque la clause Canada (défendue par les libéraux provinciaux) au détriment de la clause Québec (défendue par les péquistes). Il y a aussi la formule d’amendement qui cadenasse la constitution.

      Faire de ces trois éléments une grande tragédie grecque, c’est perdre un peu la tête. La charte est un gain pour tous. On apprenait l’an dernier, que la clause Canada n’a eu aucun effet sur l’équilibre linguistique au Québec (c’était prévisible, elle touche une poignée de personnes). C’est une disposition cosmétique, malheureuse, qui doit être renversée mais qui ne représente aucune menace. La chose la plus attristante dans cette histoire, c’est que deux de nos héros de l’histoire ont laissé libre cours à leur petite rancune personnelle.

      Vous écrivez : « Concernant l’indépendance qui selon vous ne changerait rien, ne serait-elle pas justement un évènement unificateur ». Comment pouvez-vous imaginer qu’un projet, qui va priver la moitié de la population de ce qu’elle reconnaît comme étant son pays, va être unificateur? C’est véritablement une illusion de l’esprit. La réalité ne se transforme pas par une simple déclaration, aussi éloquente soit-elle.

      Le projet indépendantiste n’est tellement qu’une idéologie, une obsession constitutionnelle, que ceux qui en font la promotion n’ont aucun argument concret : il y a eu le déséquilibre fiscal. On ne peut pas dire que le déséquilibre fiscal était une lacune structurelle du fédéralisme canadien : ce problème est né au milieu des années 90 suite aux crises budgétaires vécues à travers le pays. À peine 10 ans plus tard, ce problème est presque résolu. Maintenant, le duo Marois/Duceppe réclame un CRTC québécois. Deux choses : D’abord c’est une revendication de structure et non pas de contenu. Le duo Marois/Duceppe pourrait-il nous expliquer les lacunes du CRTC et comment le paysage radio télévisuel québécois changera sous un CRTQ? Ensuite, avec un peu temps, de bons échanges, une discussion utile, nécessaire et productive, la revendication fera sans doute son chemin tout comme la revendication concernant la formation de la main d’oeuvre a fait son chemin.

    • Bonjour à tous,

      Comme je l’ai mentionné précédemment, il faut attendre que le rapport final soit rendu public avant d’en juger le contenu. De plus, il faut savoir relativiser l’interprétation qu’en fait The Gazette. Alors avant de lancer la pierre à Gérard Bouchard et Charles Taylor, qui sont des intellectuels importants pour le Québec, d’autant plus qu’ils se sont toujours portés à la défense de la nation, veuillez suivre le lien ci-dessous.

      http://www.radio-canada.ca/nouvelles/National/2008/05/19/003-cbt-gazette-weinstock.shtml

      Bonne journée à tous.

    • Pourquoi l’anglais? Pourquoi pas une langue d’avenir comme l’espagnol, déjà plus parlé que l’anglais, le mandarin, le russe ou l’arabe qui vont facillement avoir plus de locuteurs que l’anglais dans un avenir très rapproché.

    • Bonjour à tous,

      Je suis un immigrant qui vis au Québec assez long temps. Ce que je ne comprends pas est que certains groupes d’immigrants, au lieu de s’efforcer de s’intégrer à la société québecoise tout en conservant leurs identités culturelles, montent au barricade pour demander que les Québecois les respectent. Le respect doit être multuel. Quand je loue une chambre à l hôtel, je ne peux pas demander qu’on change la porte d’entrée pour qu’elle soit à mon goût.

      Je ne nie pas que certains Québecois (blanc et de souche) peuvent être racistes. Mais il n’y a rien qui empêche ceux qui sont venus ici, surtout pour une meilleure vie, de s’en aller ailleurs au lieu d’emmerder leurs hôtes.

      Je ne comprends pas cette attitude de courbette pour “attirer les immigrants”. Apprendre l’anglais out toute autre langue est bien car cela nous ouvre de nouveaux horizons mais il ne faut non plus perdre sa propre identité. Mais peut-être que les Québecois (francophone et de souche), malgré des termes régionaux, doivent mieux parler leur langue maternelle. Personnellement, je me demande pourquoi j’apprendrai une autre langue internationale quand les gens que cela concerne la masacrent pas à peu près (parce que c’est cool, de tendance).

    • @rllemieux

      nous ne sommes pas en désaccord sur tout, vous avez dit que le Québec était une nation.

      je ne nie pas qu’il y a une part d’espérence, pour ne pas dire d’utopie, dans le projet indépendantiste, c’est d’ailleurs la seule chose qui fait avancer les peuples, l’espérence.

      et le fédéralisme québécois n’est pas une idéologie? tout comme l’indépendantisme, il n’existe qu’au Québec…

      s’il y a négation du Canada par les indépentistes, il y a aussi, et c’est manifeste presque à chaque jour dans chaques journaux, la négation des fédéralisme québécois de leur échec à modifier le fédéralisme canadien. “fodrait que le fédéral fasse ceci, fodrait que le fédéral fasse cela” à ce rytme, la devise du Québec changera de “je me souviens” à “fodrait qu’el fédéral”…

      p.s.: concernant le déséquilibre fiscal, pour moi c’est une manière polie de dire “vol d’un état sur un autre”, et il n’est certainement pas réglé, mais, on est tanné d’en entendre parler je vous le concède.
      Alexis de Tocqueville disant dans L’ancien régime et la révolution « Une nation fatiguée de longs débats consent volontiers qu’on la dupe, pourvu qu’on la repose, et l’histoire nous apprend qu’il suffit alors pour la contenter de ramasser dans tout le pays un certain nombre d’hommes obscurs ou dépendants, et de leur faire jouer devant elle le rôle d’une assemblée politique, moyennant salaire. »

    • @mecasiatique
      Vous dites: «Je ne nie pas que certains Québecois (blanc et de souche) peuvent être racistes»
      Eh bien mon chum est latino et de temps en temps, il est raciste envers les noirs… Pis mon beau-frère est Arabe et il passe des commentaires sur les Grecs et les Italiens qui travaillent avec lui… C’est drôle, des ethnies qui viennent de grandes villes et sont racistes…
      De mon côté, je dis que l’éducation que l’on a reçu, et non l’origine que l’on a, nous prédispose à être raciste.

    • Je crois pour ma part que 150 ans d’illusion quant à la suprémacie de l’état-nation mur-à-mur ont fait leur temps. Nous revenons lentement à une conception plus organique et plus normale de la ville comme creuset multiculturel.

      C’est la fonction même de la ville comme carrefour d’échange d’être au-dessus du chauvinisme ethnique plate et de refléter une ouverture sur le monde qui sache transcender l’étroitesse d’esprit des campagnes environnantes.

      Une métropole n’est pas la vitrine suprême ou le navire amiral d’une nation; elle est son pendant en ébullition, branchée sur les grands circuits commreciaux et ouverte aux dernières tendances. Il faut à la base accepter cette réalité toute bête. Québec fait office de vitrine pétrifiée à la Walt Disney réservée pour la visite. Montréal, c’est encore vivant.

    • Dis-moi, pourquoi tous les journalistes, y compris toi Patrick, avez sauté à pied joint sur ce que la Gazette a publié et qui était, à mon avis, qu’un ramassis de phrases citées hors contexte? Tous les journalistes des différents journaux se sont empressés de commenter. Pourquoi ne pas avoir attendu la publication complète du rapport. Parce que vous aimez brasser de la marde? Difficile de penser le contraire.

    • Pourquoi pas le binaire???

    • @hdufort

      La soi-disant ‘distinction’ dont vous parlez, entre les nationalistes et les républicains québécois, est un détail de forme (’comment’ doit fonctionner la société), sans aucune importance relativement au fond (quelle est l’identité de cette société). C’est comme les marques de lessives: l’étiquette diffère, mais c’est le même détergent avec un parfum légèrement différent. Pour un immigrant: bonnet-blanc, et blanc-bonnet.

    • Si vous avez à coeur la langue de Molière, pouvez-vous faire circuler dans votre milieu!
      Merci à l’avance!

      CENTRE-VILLE DE MONTREAL
      ====================================
      Une anglicisation fulgurante en photos et vidéos
      Déjà un demi-millier d’infractions possibles à la loi 101!

      http://www.imperatif-francais.org/bienvenu/articles/2008/montreal-anglais.html

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2010
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité