Patrick Lagacé

Patrick Lagacé - Auteur
  • Patrick Lagacé

    Patrick Lagacé aime le journalisme : « Cette profession permet de vivre des aventures et d'être payé pour le faire », dit-il.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 16 mai 2008 | Mise en ligne à 14h32 | Commenter Commentaires (36)

    Excuses aux autochtones : la moindre des choses

    indian_h.jpg

    Stephen Harper s’excusera, au nom du gouvernement canadien, auprès des autochtones qui ont subi des sévices dans les pensionnats chrétiens dans lesquels l’État les a confinés de force, pendant un siècle. Harper fera ces excuses le 11 juin.

    Bien fait.

    C’est une partie sordide de notre Histoire qu’on ignore, sciemment ou pas : les saloperies qui ont été commises dans ces pensionnats. Ça va plus loin que les agressions sexuelles, psychologiques et physiques commises par les religieux. L’affront, c’est aussi le déracinement, le kidnapping pur et simple d’enfants, arrachés à leurs parents pour qu’on les canadianise dans des pensionnats. C’est l’entreprise d’éradication des langues et des cultures de ces enfants-là.

    Richard Desjardins en a parlé dans son plus récent film, Le Peuple invisible, réalisé avec Robert Monderie. Il illustre à quel point les pensionnats ont servi, parallèlement, à déposséder les Indiens qui occupaient des terres nécessaires aux Blancs. Le film montre à quel point l’indignité n’était pas que fédérale : nous, Québécois, n’avons pas été plus vertueux que les autres dans notre traitement des autochtones qui obstruaient « notre » développement. Le duo Desjardins-Monderie a également brillamment démontré comment le traumatisme des pensionnats s’est perpétué, de génération en génération, sous la forme de divers poisons comme l’alcool, la dope et la violence. Traumatisme qui résonne encore et encore.

    Je sais, je sais : c’était une autre époque. Les sensibilités envers les minorités n’étaient pas ce qu’elles sont aujourd’hui. Je sais, je sais : l’État donne des sous aux Indiens, leur consent des privilèges et ils-ne-paient-pas-de-taxes. Je sais, je sais : pour bien des gens, ça devrait suffire.

    Mais ça ne suffit pas. Parallèle avec Nathalie Simard, la victime parmi les victimes, si vous me le permettez. Quand l’histoire est sortie, on a su que Cloutier, pendant des années, a payé la p’tite Simard pour se taire. Personne n’a dit, publiquement, que cela effaçait les sévices subis par la chanteuse. Au contraire. Pourtant, dans le cas des Indiens, il y a des tas de gens qui pensent que le fric devrait leur fermer la gueule. Que ça « efface ».

    Oui, le problème est complexe. Il est multidimensionnel. Mais des excuses, c’est un excellent début. La Commission du juge LaForme devrait offrir une autre tribune pour dire et montrer les horreurs, aussi.


    • Je n’ai pas vraiment envie de trop déblatérer sur ce sujet parce que, d’un côté, en tant que “blanc” faisant partie d’une société qui a été développé d’arrache-pied au fil des siècles par mes ancêtres, je n’ai pas envie de voir une autre histoire se régler à grands coups de millions pigés à même les fonds publics et mon fond de pension.

      D’un autre côté, je réalise l’ampleur du drame et de l’injustice que l’invasion et la colonisation du pays ont infligés aux autochtones.

      Mais je ne peux juste pas me résoudre à déverser des million$ à des restants de peuplades métissées, alors que ces gens n’auraient très certainement pas atteint un tel niveau de vie et une telle aisance matérielle si les blancs européens n’étaient jamais venus.

      J’ai toujours eu du mal avec les “jackpots” pour guérir des blessures morales. Surtout très anciennes, voire ancestrales.

      Mais ça, c’est moi.

    • C’est bien d’en parler!

      Oui, c’est un début mais on est loin d’une justice… Et le pire, c’est qu’il y en a pour chiâler…

      Ceux qui critiquent les autochtones sont les mêmes qui chiâlent après les “B.S.”… Oui il y en a qui en profitent, c’est vrai et c’est plate mais combien de centaines en faut il pour un seul milliardaire qui blanchit son argent? Qui “fourre le système” à coups de millions?

      Parce qu’il a un veston et une cravate, ça pardonne tout, on n’en parle jamais… Mais l’autochtone alcoolique ou le “B.S. crotté”… Lui faut fesser dessus!

      Ah misère…

    • Oui c’est la moindre des choses, car quand l’homme blanc est arrivé ici il y a 400ans il a détruit, il n’ a pas que construit. Mais je suis contente que tu mentionnes ceci car ça revient souvent que ce sont juste les juifs qui ont souffert historiquement etc. Alors que oui, il ne faut pas renier qu’ils ont vécu un drame collectif, c’est épouvantable ce qu’ils ont vécus, mais il y a aussi eu d’autres drames entre humains, dont présentement celui du Darfour. Et anciennement celui des Indiens…Bon weekend avec ta blonde et ton ti-papoute, 3 jours aaaaaaaaaaaaah!

    • C’est un sujet délicat. Je sais que les amérindiens n’ont pas une histoire facile et que mes ancêtres, les canadiens-français et anglais ont profité d’eux. Je sais qu’ils ont perdu beaucoup de territoire et qu’ils ont vécu ce que je qualifie de génocyde mais le temps à passé et les gens de ces différentes époques ne mangent plus les piscenlit par la racine depuis belle lurette. Je crois que l’ont devrait se regarder les pieds et voir chacun nos propres défauts. Après-tout nous sommes des êtres-humains égaux et dire le contraire ne vaudrait pas mieux que le rêve d’Hitler.

      Nous vivons sur un magnifique territoire alors pourquoi pas faire un melting-pot de nos deux cultures et le partager également.

      Plus de territoire spécifique aux amérindiens comme aux canadiens, un droit de propriété pour les amérindiens en territoire canadien et de même pour les canadiens désirant vivre avec les indiens.

      Bien que nous soyons différents sur certains points de vues, nous pourrions nous compléter merveilleusement. La preuve, un collègue à moi est huron et habite à Wendake. Un Québecois et un Huron qui s’entendent à merveille.

      C’est peut-être utopique mais bon…

    • M. Lagassé, permettez-moi de vous corriger quelque peu. Il est faut de prétendre que les “Indiens” (on devraient plûtôt dire “membres des Premières nations” ou “Inuits”, ce n’est pas une question d’être “politicaly correct”, il est tout simplement erratique d’appeler “Indien” quelqu’un qui n’habite pas l’Inde). Il est vrai que les revenus qu’ils perçoivent sur une réserve sont libres d’impôts. Par contre, tout revenu gagné hors-réserve est imposable, comme pour tout autre contribuable canadien.

      François Gauvreau

    • Notre préocuppation première, bien avant les accomodements raisonnables, devrait être centrée sur l’état de la situation de ce peuple composés d’hommes, de femmes et d’enfants qui sont les seuls et véritables “de souches”. Notre ” Je me souviens” devrait comporter aussi le traitement qu’on leur a réservé et qu’on leur fait toujours subir. Nous devrions tous avoir honte de notre désintéressement général…

    • Je pense la meme chose depuis longtemps. On se moque de moi quand je compare les réserves a l’appartheid….légalement c est sensiblement la meme chose. Je suis metis et j’ai renoncée a mes cartes autotochtones parce que les gens ont trop de préjugés malheureusement. On ouvrent les portes a l’immigration mais oublie ceux qui étaient la avant et non on es pas tous des criminels, les gens jugent beaucoup a cause dune minorité c’est un peu la meme chose avec les islamistes intégristes..accomodement raisonable en sont la preuve flagrantes !

    • Le présent n’est que la suite du passé
      ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
      On comprend mieux la peur de la culture de l’autre chez certains. C’est la peur de subir les actes commis par ses ancêtres.
      Aussi, on comprend mieux la peur de la religion quand elle est représentée ainsi.

      Il y a toujours des voix sporadiques qui disent que la culture québécoise est en danger de disparition immédiate, l’autre qui veut qu’on proclame l’état d’urgence, etc. Mais ce n’est que des cauchemars causés par une lecture traumatisante du passé.

    • Yesss. Et dans un monde idéal, une commission “vérité et pardon”, comme en Afrique du sud où le “vivre ensemble” a primé sur les accusations réciproques. C’est une question de choix, à nous de le faire. Ensemble.

    • Ces excuses ne seraient qu’un tout petit début.

      Il est inadmissible que ce gouvernement n’ait pas reconnu et signé la Déclaration de l’ONU sur les des Droits des Peuples autochtones, plus de 141 pays l’ont signé, 3 ont refusé, dont le Canada, les États-Unis et la Nouvelle Zélande

      http: //quebec.blog.lemonde.fr

    • Quote:” Je sais, je sais : c’était une autre époque.” Ceux qui oseraient répondre comme cela, ne sont qu’une bande de sauvages. Rien ne pourrait compenser les torts causés. Et cela, pas seulement au autochtones.

    • T’es dans le champ complètement. D’abord que seraient devenus ces enfants? Des illettrés comme leurs parents? C’est ça que tu voulais? Les garder pur, à l’abri de la civilisation des méchants blancs?
      Ensuite, l’abus des enfants sur les réserves bat tous les records (tu iras voir le film de Desjardins) Mais là comme ce sont des Blancs qui ont abusé des enfants, les contribuables vont passer au batte (on parle de 80,000$ par Indien).
      Pendant ce temps, les enfants de Duplessis ont dû se contenter d’un gros 25,000

    • Est-ce que les Iroquois vont s’excuser d’avoir exterminé les Hurons?
      (les Hurons à Québec sont des Québécois qui n’ont rien à voir avec les vrais Hurons, massacrés en 1649)
      Aujourd’hui on appellerait ça un crime contre l’humanité ou du nettoyage ethnique

    • Les amérindiens ont subis autant ici au Québec catholique que dans les autres provinces de diverses religions chrétiennes, des abus, des outrages, les blancs ont pris les enfants ,de force, dans les réserves, et ils les ont ^placés de froce ,dans des écoles, couvents, collèges, orphelinats, une fois séparés de leurs parents, les enfants devaient ouiblier leur nom de ‘’sauvage”" et prendre un nom ”chrétien”, les garçons devaient travailler pour les frères, et se plier aux caprices sexuels de ces hommes, pour les filles ,ce n’étaient pas mieux , elles étaientt des servantes et elles devaient, elles aussi se plier aux caprices des frères et des pre^tres, il y a eu des enfants qui ont servis de cobayes pour des médecins blancs, et cela à la grandeur du Canada, l’histoire des améridiens est une histoire de peines, de rejets, et aujourd’hui, ce ne sont pas quelques excuses qui vont panser les plaies encore vives, ma grand-mère et ma belle-soeur sont améridiennes et elles ont perdues leur droit en mariant un blanc, les droits leur ont été redonnér depuis, mais il y a des femmes qui ont tous perdus, et leur enfants n’Avaient pas le droit de vivre dans une réserve,,ce n,est pas le non-paiement de taxes qui vont les aider à prendre leur places de premières nations,,ma belle-soeur à mon age (66 ans)et elle reste dans l’ouest, ma grand- mère a toujours resté dans l’outaouais, et ce n’est pas si loin,dans ,notre histoire. et cela faisait bien l’Affaire des autorités autant des provinces que du CAnada, c’est une triste histoire,,,autant que celle des métis, des noirs et des Japonais,,,,allez-voir le site des amerindiens et vous allez voir que dans tous les pays, les autochtones ont toujours été répudiés, que ce soit aux u.s.a , au Mexique, en Amérique du sud, etc etc,,,cela va prendre plus que des excuses,,,

    • Etranges simulitudes avec nous en France.

      Le gouvernement avait procédé à l’enlèvement d’enfants de la Réunion (ex île Bourbon) pour les donner à des familles d’accueil en métropole, sans en reférer à leurs parents. Parqués certains dans des pansionnats, ils étaient tous dans la région sinistré de la Creuse.

      Pour se reconstruire, certains sont retournés rechercher leurs vrais géniteurs.

      A ma connaissance, le gouvernement français ne s’est pas encore excusé à ce jour.

      htpp://allainjulesblog.blogspot.com/

    • Oui ils ont souffert, mais c’est de l’histoire ancienne, pourquoi devrions-nous pendant des siècles payer pour les actions de nos ancêtres? Des actions que nous n’endossons pas. Après tout, nous avons fait faire un bond formidable à leur société. Nous respectons aujourd’hui leur culture et leur accordons certains privilèges. D’ailleurs ce sont maintenant des citoyens à part entière, pourquoi devrions-nous leur accorder de nouveaux territoires et de nouveaux millions. Nous sommes égaux après tout dans ce pays!

      Ça vous sonne une cloche? C’est à peu près le discours que l’on entend toujours lorsque l’on s’intéresse à la cause autochtone. Une certaine compassion, mais dans le fond… passons à autre appel.

      Or à mon avis, tous ces beaux arguments passent très loin de la problématique. Malgré que certains aient quand même des échos convaincants, ils passent bien loin de facteurs importants tels que la culture et le mode de vie. N’est-il pas tragique que la société moderne force les autochtones à rompre avec leurs traditions ancestrales pour réussir (ou même pour échouer…)? Le documentaire de Desjardins, que je trouve par ailleurs assez ordinaire, présente diverses réserves autochones du Québec. La réserve de Kitigan Zibi (Maniwaki) est donné comme exemple de réussite. Desjardins mentionne l’important développement économique de la réserve en présentant des images de sites de construction. Il oublie par ailleurs de mentionner que ces sites sont des cabanes pour vendre des cigarettes illégales. Mais même en oubliant que le développement économique d’une réserve passe souvent par certains marchés plus ou moins nobles, on passe le message que c’est en copiant l’homme blanc que l’amérindien réussit. Dans une société où le partage, la communauté, l’entraide, le contact avec la nature et la famille sont l’essence même de leur tradition, le capitalisme et l’individualisme qui en découle font un contraste dommageable. Il est difficile pour un amérindien d’être proche de ses racines et de réussir dans la société moderne. Je ne suis même pas certain que ce soit possible. Les excuses de Harper sont certes une bonne initiative, mais quelque chose a été brisé et ce n’est pas les millions ou l’acquisition de nouveaux territoires qui va le régler. Les pensionnats et la colonisation sauvage ont créés une coupure faisant en sorte que la culture amérindienne n’a pas su s’adapter progressivement à celle des “blancs. En 2008, le patrimoine immatériel (traditions et coutumes) n’est toujours pas reconnu au Québec. Le moment où la culture amérindienne et la culture nord-américaine seront compatibles est encore bien loin.

      Précisions, non je suis pas amérindien, mais je viens de Maniwaki et j’ai plusieurs amis amérindiens. Ce sont par ailleurs des Algonguins.

      Finalement, c’est fou à quel point il existe d’importantes similitudes entre le génocide culturel au Tibet et le traitement réservé aux autochtones au Canada. Un brin triste quand même…

      Jean-René Chalifour

    • Les pires bigot de la blogosphere

      @mak_yavel
      > à des restants de peuplades métissées,

      @la noune
      > D’abord que seraient devenus ces enfants? Des illettrés comme leurs parents?

      Bravo messieurs ! Edifiant … à en vomir …

    • @camelot

      Et comment ils ont formé l’élite amérindienne qui fait avance la cause? Quand même pas en faisant de la pêche et de la chasse.
      Quant aux abus sexuels, s’ils faut bien sûr les dénoncer, elles sont le lot d’une minorité. Ce sont les abuseurs et l’église catholique qu’il faut poursuivre, pas les contribuables canadiens

    • @ mak_yavel

      Lorsque vous écrivez que “ces gens n’auraient très certainement pas atteint un tel niveau de vie et une telle aisance matérielle si les blancs européens n’étaient jamais venus”, je crois qu’il faut nuancer. J’ai vécu dans le nord du Manitoba, dans une petite ville peuplée en bonne partie de Cris (ou Crees comme on l’écrit en anglais.) Quand je regarde le sort de ces gens, je me dis qu’il aurait été bien mieux pour eux que les Européens ne viennent jamais. Ils ont des maisons chauffées, des voitures, des télés… mais ils vivent de chèques du gouvernement et les problèmes sociaux sont énormes. Ils sont l’illustration de cette fameuse phrase de Félix Leclerc selon laquelle la meilleure façon de tuer un homme est de le payer à ne rien faire.

      Oui, il y a des crapules au sein de certains peuples amérindiens qui jouent la carte de la victime tout en profitant de la situation, mais ce n’est pas généralisé. C’est un peu comme si on réduisait tous les Québécois à Vincent Lacroix et Mom Boucher.

    • On a bien mal traité. les Amérindiens… et ce n’est pas terminé. Sur le coup des pensionnats, cependant, je ne vois pas comment on pourrait mettre sur le dos de l’État la faute qui est tout entière celle des églises concernées. À force de s’excuser tout le temps on vide les excuses de leur sens.

      Pierre JC Allard http://nouvellesociete.org/5076.html

    • “lanoun

      Le Vendredi 16 Mai 2008

      T’es dans le champ complètement. D’abord que seraient devenus ces enfants? Des illettrés comme leurs parents? C’est ça que tu voulais? Les garder pur, à l’abri de la civilisation des méchants blancs?
      Ensuite, l’abus des enfants sur les réserves bat tous les records (tu iras voir le film de Desjardins) Mais là comme ce sont des Blancs qui ont abusé des enfants, les contribuables vont passer au batte (on parle de 80,000$ par Indien).
      Pendant ce temps, les enfants de Duplessis ont dû se contenter d’un gros 25,000″

      Ouache, ouache, ouache et re-ouache. J,en ai des frissons. Premièrement, les communautés religieuses n,avaient pas en tête l’alphabétisation des amérindiens quand ils les ont arrachés de force à leur parent. C’était de l’assimilation pure et simple. Du «Devenez comme nous, laissez-nous faire ce qu’on veut où on veut, quand on veut, pis fermez vos yeules» Ce n,était pas par bonté d’âme ni par charité chrétienne. Faut être un brin déconnecté pour croire ça.

      Deuxièment, les amérindiens vivaient de la terre, de la forêt, des lacs et des rivières, ils se transmettaient leur savoir de génération en générations par des rites sacrés ou par le bouche à oreille. Ils s’en foutaient éperdumment de savoir lire ou écrire. Ça ne faisait pas partie de leur culture.

      Troisièment, comment on peut penser que comme on a bien fait de vous apprendre à lire et écrire, on avait le droit de vous violer, de vous battre et de vous enlever à votre famille?

      *vomi*

    • Merci à toi

    • Tout ça au nom de (D)dieu.Ce sont les communautés religieuses qui voulaient évangéliser les sauvages et en faire des catholiques.Lorsqu’on implique dieu dans un mouvement,on le vide de toute logique.Lorsqu’on ne peut expliquer des choses on les attribue à dieu pour ainsi manipuler des gens qui ne se posent pas trop de questions.C’est pourquoi il faut retirer dieu de la politique et ce ,partout dans le monde.À la ville de Saguenay autant qu’en Afganistan,qu’en Israël,….

    • @mak_yavel

      C’est pas comme si les premières nations avaient demandé aux Anglais et Français de venir ici les évangéliser et les assimiler pour mieux profiter du style de vie européen pour ensuite crier au scandale. C’est absurde cette façon de penser.

      On s’indigne contre l’invasion de l’Irak et de l’Afghanistan mais les “indiens”, faudraient qu’ils en reviennent, ça fait 500 ans qu’on est ici… Qu’est-ce que vous diriez si le Québec se faisait envahir par des gens/espèces plus “cultivés” avec du matériel meilleur que ce que nous avons présentement? Est-ce que vous auriez le même discours? Il faudrait accepter et vivre avec sans rechiger?

      C’est le parfait discours du colonisateur…

    • @ tout le monde, d’un gars qui vit à côté de la réserve de Kanahwake

      dsl la gang… je suis d’accord pour dire que les autochtones ont été chassés de leurs terres par les Européens et que c’est en énorme partie pour cela qu’aujourd’hui plusieurs d’entre eux en veulent beaucoup aux blancs. Mais, svp corrigez-moi si je me trompe ou si vous n’êtes pas d’accord, mais les Québécois (ou francophone tout court) ne se sont-ils pas fait attaquer et envahir par les anglais il y a de cela 250 ans, soit en 1760 ? À ce que je sâche aujourd’hui ces mêmes Québécois cohabitent avec les anglais et aussi (faut-il le rappeler) avec les autochtones. Il est vrai que peut-être tout n’est pas rose mais force est d’admettre que nos relations avec les anglais sont de loin supérieures à celles que nous entretenons avec les autchtones. Du moins, les Québécois et les anglais acceptent de payer conjointement des impôts et de respecter les lois en vigueur pour cohabiter sainement entre eux. Oui, je sais c’est un cliché l’histoire des taxes et seuls les autochtones travaillant dans les réserves n’en paient pas, mais le problème n’est pas seulement là. Il est vrai que plusieurs sévices leurs ont été commis, de nombreuses injustices aussi. MAIS, svp avouez que le tout dépasse les bornes lorsque des passes droits flagrants leurs sont accordés comme ce fut le cas la semaine dernière avec l’histoire des cigarettes de contrebande dans la réserve de Kanahwake.

      Bordel, des gens ne respectent pas la loi, ils l’avouent en pleine télé au bulletin de 6 heures et leur chef de bande affirme même qu’il ne faut pas que la police intervienne. Le député du coin, Jean-Marc Fournier (Chateauguay) abonde dans le même sens et dit qu’il faut être prudent pour éviter de créer des débordements… NON mais quel genre de message pourri cela envoie-t-il à la population ? Vous pouvez ne pas respecter les loi à conditions de
      a) soit être une minorité ou
      b) de réagir lorsqu’on vous punit pour une infraction

      Comme si un arbitre ne donnerait pas de punition à un joueur qu’il sait d’avance qu’il va se plaindre. Comme si la police n’arrêterait pas quelqu’un qui commet un crime ou une entrave quelconque sous prétexte que cela va susciter chez lui une réaction négative. (Je vous avoue que j’aimerais bien sa, ça pourrait m’éviter quelque tickets de temps en temps.)

      Vous savez, le pire la dedans c’est que j’habite à 2 minutes de la réserve de Kanahwake, soit à Chateauguay. Je joue au hockey depuis plus de 10 ans pour la région du Suroît avec 4 indiens de la réserve et ce sont des méchants bons jacks et bons joueurs de hockey aussi en passant. Chaque fois que je leur parle de sa il me dise que les réserves sont dirigés par des bandes et des chefs de bandes qui très souvent n’aiment pas vraiment les blancs (lire francophones). Ils peuvent bien se ficher de plusieurs lois, car la SQ n’a pas de pouvoir dans la réserve, ce sont les peacekeepers qui patrouillent. Pour ceux qui connaissent un peu les réserves indiennes, pas besoin de vous dire qu’un peacekeeper ça arrête pas souvent un indien en infraction. C’est pas un jugement sa là, c’est une constation… ex: Un bon jour je reviens de ma pratique de hockey de Chateuguay et je ramène mon chum indien justement chez eux dans la réserve. J’ai le pied un peu pesant, du style 75 dans la zone de 50, il est 9h30 pm. Un peacekeeper m’arrête et s’apprête à me donner un ticket. Par contre, juste avant qu’il prenne mes papiers pour vérifier mes assurances, permis, etc., mon chum se met à lui jaser et à lui dire subtilement qu’il vit dans la réserve et qu’on jour au hockey ensemble depuis une dizaine d’années. Le résultat d’après vous ? “Faites attention la prochaine fois et bonne soirée les gars.” Hasard n’est-ce pas ? C’est ce que j’ai dit à mon chum en riant après la conversation avec le peacekeeper.

      Tout sa pour vous dire que personnellement ces histoires là m’éceure. Je suis tanné de ce conflit qui arrête pas. Je ne comprend pas pourquoi il faut donner un traitement de faveur à une personne qui contrevient à la loi sous prétexte que son peuple à subit des sévices dans le passé. C’est vrai que ça rarement été correct le sort réservé aux indiens, mais qu’est-ce qui permet ces passe droits ? SVP quelqu’un expliquez-moi je le vois juste pas. À la limite, c’est presque comme si on fais exprès pour faire monter la colère de la population. Comme si on voulait accentuer le fameux cliché qui dit qu’il n’y a que de justice pour le ou la blanc(he) moyen(ne). Pas pour aucune minorité culturelle, ni pour les autochtones. Je sais, j’exagère mais avouez que la ligne est mince.

      Pourquoi n’est-il pas possible que la loi soit uniforme pour tous. Pas discrimination pour aucun autochtone, aucun peuple, aucune religion. Si quelqu’un fait de la cigarette de contrebande, il est arrêté qu’il soit blanc, noir, jaune, rouge, autochtone, musulman, juif, fan des leafs, je m’en fou. Une loi, juste UNE, et pareil pour tous. Même chose aussi pour l’impôt, malgré que cela serait un énorme changement qui créerait toute une polémique.

      Personnellement, je ne vois que cette solution pour qu’enfin disparaissent la majorité de ces préjugés envers les autochtones entre autres et que la cohabitation entre les peuples au Québec se fasse mieux. Si tout est égal pour tous, alors personne ne peut se plaindre ou chialer contre un autre qui peut se permettre des choses que nous on ne peut pas.

      J’adore mes 4 chums indiens et je trouve ça cool qu’ils nous parlent et s’intègrent à nous. C’est juste que ça m’énerve quand je vais magasiner au Rousseau avec eux et qu’ils sortent leur carte NO TAXES au moment de payer le one-pièce Easton de 250 $ que moi je paye environ 300$ avec la TPS et la TVQ. J’en ris quand je suis avec eux parce que je les connais et que ce sont mes amis, mais ça fait juste me chicoter un peu en dedans et je leur dit. Un peu comme si ton frère ou ta soeur avait un privilège que t’as pas.

      Au fond, ce maudit débat là il est plate et me fais chier royalement parce que la majorité des autochtones, je suis sûr, sont de très bonnes personnes qui ne demandent pas mieux que de faire tomber tous les préjugés qui existent actuellement. C’est juste que je pense que dans le système d’aujourd’hui, ces préjugés ne disparaîtront jamais tant et aussi longtemps que toutes les lois et droits ne seront pas identiques entres autochtones et blancs. Car, quand c’est pas égal entre deux peuples ou deux personnes, il est toujours plus facile de se plaindre et de juger parce qu’en quelque part on a un peu raison. PAS BEAUCOUP, juste un peu…

    • @*vomi*

      vous mélangez tout!

      Les abus sexuels sur les enfants étaient des actes criminels graves à l’époque. Ils le sont toujours. Il y a des lois pour ça. Or, avec le règlement global, on suppose que tous les enfants ont été abusés et que c’est l’État canadien qui est responsable d’ actes criminels commis par quelques pédos.
      Deuxièmement, à l’époque on éduquait les enfants à la dure, en les frappant. C’était la norme pour tous les enfants, dans tous les pensionnats. Et dans bien des familles. Voir en cela de la violence faite aux enfants autochtones, c’est de la %$?// de rectitude politique

    • Olea a frappé dans le mille. Je suis d’accord, la présence des Premières Nations (majuscule jusqu’au premier substantif, à propos) dérangeaient les plans des Blancs et, par conséquent, se sont fait tasser sans ménagement. C’est d’autant plus ironique qu’ils ont enseigné des trucs de survie indispensables aux colonisateurs. Ce qu’on leur a fait ressemble pas mal à un génocide «au ralenti». Félix Leclerc disait bien que la plus sûre manière de tuer un homme, c’est de le payer à rien faire. Si les Premières Nations sont si maganées mainteant, c’est parce qu’on leur a enlevé tout pouvoir économique et décisionnel et qu’on les a ifantilisés (la Loi sur les Indiens, ça vous dit quelque chose?). Les gouvernements pensent que verser de l’argent ça règle tout. Or c’est faux. Ces gens ont besoin entre autres de services dans leur langue, mais surtout d’un but dans la vie. Les choses changent, mais lentement….

      Par contre je ne peux blairer les Warriors et autres criminalisés.Ceux-là, ils faut les tasser. Ils font régner la peur.

      Ceci de la part d’une ancienne résidante de Châteauguay qui a vécu deux blocus du pont Mercier, un en 1988 et un de 91 jours en 1991. Et je travaillais près du métro Crémazie… Mais j’ai pardonné. Cette histoire m’a coûté très cher en argent et en stress et chicanes, par contre, et je ne suis pas la seule.

    • @ 1492

      Vous avez mon vote ! ;)

    • “Comme la flore, la faune, les montagnes et les rivières, les Amérindiens constituaient un élément devant être “domestiqué”, intégré ou éradiqué, si la poussée de la civilisation ou le progrès le requérait”. Cela a été affirmé par Charles Martijn (1979m p.4). Ça nous fait voir le comportement des Blancs à l’égard des Amérindiens. Il en est encore de même aujourd’hui. Cela s’est produit au Saguenay__Lac-St-Jean. L’éradiction est bien illustrée par le triste sort de la bande de Chicoutimi, regroupé autour du prometteur Peter MCLeod, le métis fondateur de Chicoutimi, le repli obligé de Chicoutimi à Falardeau jusqu’à Péribonka n’a jamais été narré, selon un de mes professeurs, ethnologue (UQAC) dont j’ai oublié le nom. Je m’en veux. Mais je ne m’en souviens réellement pas. Alors? La civilisation…..
      le progrès…. faut faire un baccalauréat en histoire pour haïr ces deux mots comme moi.
      EM

    • Wow, wow, wow c’est bien vrai que ce qui a été fait est vraiment dégueulasse mais arrêtons un peu…. C’est pas de notre faute si aujourd’hui les ¾ des autochtones sont saoûls à l’année longue. Je travaille dans le nord québécois et environ 80% d’entre eux ont soit des problèmes de boissons, drogues et autres…… en plus d’avoir aucun respect pour personnes. Je n’enlève pas que les blancs y sont pour quelque chose mais il fauty arrêter un peu. Ils ont tout les outils pour s’en sortir mais personnes ne bouge de leur côté……..et il y en a beaucoup de leur côté qui le dise mais ils sont toujours écrasé par les autres de leur communauté.

      Plusieurs jeunes québécois aussi ont été maltraités pour l’église dans ce temps-là. Ne l’oublions pas.

    • @ GoHabsGo 19931

      Tu as demandé à n’importe qui te renseigner sur quelques notions concernant l’exemption de taxes vis-à-vis les Premières Nations. Alors, étant n’importe qui, je vais essayer te répondre très brièvement et sans égards à toutes les fleurs du tapis historique.

      Bon, premièrement les juristes du temps des ancêtres ont fait croire à tord ou à raison aux instances militaires et politiques qu’il n’y avait que deux façon de prendre possession d’un territoire X convoité : par la guerre ou l’achat.

      Donc, les représentants d’alors ont fait signer à certaines Premières Nations (pas tous) des traités en échanges grosso modo de médicaments et exemption de taxes en échange de l’utilisation de leurs territoires. Il y avait également des provisions pour des territoires plus petits et des abris; ça donner des réserves et pas tout à fait des ‘cabanes au Canada’.

      Ils ont légalement agit envers ces peuples et donc ces traités avaient force de loi autant au moment de leur signature qu’aujourd’hui (selon la Cour Suprême du Canada). L’arrangement dans les faits était tellement loufoque, surtout que les Premières Nations n’avaient aucun sens de propriété avec la terre qu’il considérait plus comme une mère spirituelle qu’un bien, que s’en était à la limite de l’acceptable. Mais ils ont accepté de part et d’autres. Pour se faire bonne conscience et pouvoir se péter les bretelles devant la communauté internationale, les bonzes gouvernementales du temps ont décidé d’appliquer les pilules/abris/réserves/cabanes à tous les ’sauvages’, même ceux qui n’avaient pas signé de traité.

      Les Premières Nations ont vécu avec leurs décisions toutes ces années et ce n’est que depuis quelques décennies que pilule veut maintenant dire milliards en frais de santé, qu’exemption de taxes veut dire 50$ sur un ‘one-pièce Easton’, que réserves veut dire terrains qui commence à valoir des sous, surtout quand un entrepreneur ou un agrandisseur de golf décide de bulldozer. Et évidemment, cabanes se traduit par petit bungalow; plus souvent qu’autrement construit avec l’aide du petit promoteur de la ville voisine qui a des amis soit dans les clubs de motards criminalisés ou au gouvernement – y a-t-il une différence!

      Anyway mon GoHabGo, quand ton chum paie 50$ de moins chez Rousseau, dit-toi seulement que c’est peu cher payer pour la partie nord du continent nord-américain. En plus, les cinquante piastres qu’il sauve ne sortent pas de TA poche. C’est juste 50$ de moins que les ti-n’amis au gouvernement ne pourront gaspiller sur des toilettes luxueuses ou autre dépense inutile. Demande à Monsieur Rousseau s’il n’est pas content d’avoir la business des gens de l’autre côté du pont Mercier lui permettant d’engager un autochtone russe (Kovalev) pour inciter les non-autochtones ‘canayens’ à visiter son magasin avec autant d’assiduité que les confrères ancestraux.

      Pensez-y un peu – y’a pas moyen de faire du troc. Échange quelque chose qui vaut 250$ pour les culottes de ton chum (genre, cinq billet de cinquante). Humm… après les cigarettes, les armes et les capteurs de rêves – des échanges d’équipement de hockey seraient quand même beaucoup plus patriotiques, non! Surprend toi pas s’il te demande un tip! Oublie-pas, c’est nous qui leur avons appris la notion du tipping.

      Oh, by the way, avant de quitter – faudrait pas oublier les Premières Nations qui n’ont pas encore céder leurs territoires (comme la majorité des PN sur le territoire québécois). Je me demande bien s’il va falloir leur faire la guerre ou si nous allons simplement acheter? Probablement la guerre parce que les terrains sont pas mal dispendieux asteure!

      Good Trade

      ;-)

    • @sk8girl007, l’Afrique du sud ? ça va tellement bien là-bas ! Attendez de voir la suite, car ce pays risque de connaître le même sort que le Zimbabwe ! Vive l’Afrique !

    • @ nicolas_gagnon,

      Je n’ai pas eu l’opportunité de vous répondre avant (trouble d’ordinateur, entre autres choses…).

      Rien n’est totalement noir ou blanc dans ces histoires de colonisation.

      On parle d’époques où tout se règlait à coups de canons. On parle des grandes vagues de colonisation et de conquêtes.

      On parle de peuplades aborigènes nomades qui ne bâtissaient rien et dont la civilisation était primaire.

      Les hommes de Cromagnon ont apparemment exterminé les hommes de Néanderthal:

      Devrait-on mettre Claire Lamarche et Hubert Reeves sur le coup pour retracer les descendants et organiser une grande retrouvaille de réconciliation???

      Si mon discours est celui du parfait colonisateur, le votre est celui de l’idéaliste primaire…

    • Peu importe que tout ça soit gris, vert, multicolore… On parle d’une invasion tout simplement. Que ce soit de grandes vagues de colonisation ou des cas isolés, ça ne change rien à ce qui a été fait.

      “On parle d’époques où tout se règlait à coups de canons. On parle des grandes vagues de colonisation et de conquêtes.

      On parle de peuplades aborigènes nomades qui ne bâtissaient rien et dont la civilisation était primaire.

      Les hommes de Cromagnon ont apparemment exterminé les hommes de Néanderthal:

      Devrait-on mettre Claire Lamarche et Hubert Reeves sur le coup pour retracer les descendants et organiser une grande retrouvaille de réconciliation???”

      Ben oui, et Hitler a quasiment exterminé les juifs. Si je suis votre raisonnement, faudrait pas s’arrêter à ça, c’est de l’histoire ancienne, une grande vague de conquête allemande…

    • @ nicolas_gagnon,

      Le problème, de nos jours, c’est qu’excuse rime avec argent, surtout quand ça implique le gouvernement. Et alors là, ça rime avec millions.

      Et quand ça touche à des communautés à qui on en a déjà versé beaucoup, faut y aller mollo.

      On ne peut pas revenir en arrière.

      Et les communautés dont on parle ne sont pas celles d’il y a quatre-cents ans.

      Elles ont eu amplement le temps de se prendre en main.

      Faut en revenir, à un moment donné.

      Sinon, mon histoire de néanderthals et de cromagnons devient plutôt pertinente…

    • Le génocide canadien – car c’est de ça qu’il s’agit, une tentative d’éliminer un peuple – doit être finalement analysé et exposé au grand jour.

      Il faut nommer les responsables de ces lois qui ont détruit des vies. Nommer les députés qui ont supportés ces lois. Et nommer les fonctionnaires qui ont implanté ces mesures inhumaines.

      L’argument des mentalités anciennes est bidon et sans valeur. L’esclavage avait été aboli depuis plus de 150 ans dans l’Empire Britannique, et on continuait à détruire la culture et les familles amérindiennes. Ne venez pas me dire que le Canada a attendu tout ce temps avant d’avoir une conscience et une décence.

      L’argument de l’argent de compensation est vicieux et malhonnête. Commençons par faire la lumière sur notre dégoûtante histoire, on se posera la question de quoi faire avec après.

      Ça c’est passé il y a trop longtemps? Argument étroit d’esprit. Si votre grand-mère avait été assassinée par les Nazis, vous ne diriez pas que c’est de l’histoire ancienne, vous diriez qu’il faut se souvenir, pour que ça ne se reproduise pas.

      Il faut que cette commission raconte notre histoire, même si elle n’est pas reluisante. Il faut dire les choses comme elle sont et arrêter de vivre la tête dans le sable. La seule honte à avoir est celle d’avoir attendu aussi longtemps pour faire la lumière sur un des aspect les moins connus du Canada.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    février 2007
    L Ma Me J V S D
    « jan   mar »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728  
  • Archives

  • publicité