Patrick Lagacé

Patrick Lagacé - Auteur
  • Patrick Lagacé

    Patrick Lagacé aime le journalisme : « Cette profession permet de vivre des aventures et d'être payé pour le faire », dit-il.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 14 mai 2008 | Mise en ligne à 12h05 | Commenter Commentaires (176)

    Parlons un peu de l’essence à 1,40$ le litre

    Quand je suis parti de Hull pour aller travailler à Montréal, en 1999, si mon souvenir est bon, l’essence coûtait autour de 0,60$ le litre. Aussi bien dire que c’était donné.

    Montréal, 2008 : 1,40$ le litre.

    Je suis relativement chanceux : nous avons une auto, qui roule principalement sur l’île (qui ne roule pas beaucoup, donc). Si j’habitais Saint-Jean, avec trois enfants, une Ford Windstar pour trimbaler la marmaille et une deuxième voiture, je crois que je m’arracherais les cheveux devant mes factures d’essence.

    Traduction : le prix de l’essence n’a pas trop eu d’impact sur mes activités, sur mes loisirs, sur mes décisions.

    Sauf que je cherche un nid pour la famille, présentement. Comme tout le monde, on se pose des questions. Montréal ? Le 450 ? Un condo sur l’île ? Une plus grosse maison en banlieue ? Quand je regarde le prix du pied carré à Montréal, j’ai envie de fuir loin en banlieue. Si on était en 1999, c’est peut-être ce que je ferais.

    Mais nous sommes en 2008. Le litre d’essence coûte 1,40$ ; un litre à 2$ dans un futur rapproché n’est plus du domaine de la science-fiction.

    Traduction : un deuxième char et un exil dans le 450 n’est peut-être pas une si bonne idée pour le portefeuille familial…

    Pis vous ? Ce litre à 1,40$ a-t-il changé vos habitudes ? Votre vie ? Vos projets ?

    Pensez-vous que c’est une bonne chose pour la planète ?

    Trouvez-vous que ça va nous forcer à utiliser le bus et le métro davantage ?

    Avez-vous envie de prendre le PDG de Exxon Mobile en otage ?

    Pensez-vous à recommencer à pédaler ?

    Avez-vous parlé à votre voisin pour la première fois depuis un siècle pour jaser de covoiturage ?

    APPEL À TOUS
    Vous pouvez vous vider le cœur dans le forum. Si vous êtes tombés sur des papiers intéressants parlant de cette hausse vertigineuse, n’hésitez pas à la signaler dans votre commentaire. Vous pouvez aussi m’écrire via le lien ci-dessous : des collègues et moi, on prépare des papiers sur la hausse du coût de l’essence et ses impacts. ici


    • Que dire de plus que tout ce qui a déjà été écrit, dit et hurlé concernant cette immense arnaque orchestrée par les gouvernements pourris et les magnats sans scrupules de cette planète?

      À quoi bon déblatérer, discourir et prêcher dans le désert quand toutes les réelles solutions alternatives sont tuées dans l’oeuf et que nos gouvernements sont des complices actifs dans la prise d’otages?

      Quand les idéalistes et les acteurs tordus de ce triste scénario ne font que tenter de culpabiliser le citoyen moyen tout en continuant de lui vider les poches jusqu’à la peau pendant qu’il remplit son réservoir à moitié?

      Qu’on tente de nous convaincre que le progrès social et technologique c’est de tous nous entasser dans des wagons à bestiaux, gazés par les effluves de la transpiration et des parfums “cheap” de la populasse?

      Y’a rien à voir, rien à dire.

      Ne regardez pas en bas, les prix sont vertigineux…

      Fermez vos gueules et avancez à la pompe… puis passez à la caisse…

      Petit peuple. À genoux……

    • J’habite en région, où tout est loin et surtout où il n’y a pas de transport en commun, donc veut veut pas, oui j’ai dû changer mes habitudes. Avec 3 enfants, un chum qui travaille à l,extérieur, on doit avoir 2 voitures. Imaginez combien ça nous coûte d’essence *pleurs hystériques* Amener le plus vieux à ses cours de natation, amener la deuxième chez son ami, aller aux rendez-vous médicaux à une heure de route, le dentiste encore plus loin ect L’enfer. Mais on se débrouille. On apelle la belle-mère voir si elle a besoin de quelque chose en ville, on embarque les amis en se rendant à la pratique de soccer, on ne va plus au centre d’achat (ou si peu) on encourage le marché local à la place. On a changé notre mini-fourgonette pour une voiture, on est plus serré, mais bon c’est pas si pire, les enfants alternent la place du millieu lol Faut juste s’adapter j’imagine.

    • Maintenant on va mettre la hausse du prix de l’essence sur le dos de la protection de la planète…faites-moi rire.

      On se faire cr*sser ben raide pis on n’y peut pratiquement rien.
      C’est une conspiration! Il y a eu la bulle techno….et maintenant la bulle énergétique…

    • Il faudra nécessairement revoir le transport en commun pour les banlieues .
      Et pour le présent, je m’offusque plutôt à ce qu’il n’y ait pas davantage d’automobile éco-énergétique sur le marché et à moindre coût. Je crois que le temps presse pour trouver d’autres alternatives au pétrole. D’ailleurs, cela aurait dû être fait depuis longtemps.

      Pour le reste, j’aime le vélo.

    • Personnellement, je suis assez confus concernant la réaction que je devrais avoir face à une telle nouvelle.

      D’un côté, c’est vrai que nous consommons trop. Monter le prix nous forcera à modérer les déplacements inutiles ou encore mieux, à les transformer (vélo, transport en commun, etc…). J’ai 30 ans et je vais finalement aller chercher ma première voiture après des années de vélo et d’autobus. Une chance que mes déplacements seront légers car le prix me faisait déchanter.

      De l’autre côté, c’est bien beau la modération mais ça n’empêchera pas les compagnies d’essence de continuer à monter les prix. Un moment donné, il faudra qu’un autre moyen de combustion soit développé et accepté socialement pour arrêter de dépendre seulement de l’essence.

      Finalement, il faudrait que le transport en commun commence à penser à se renouveler car la formule présente n’est VRAIMENT pas adapté à la réalité qui s’en vient, celle des milliers d’usagers qui vont remplir les autobus déjà bondés qui passent trop peu souvent…

    • Une nouvelle ligne de métro qui partirait de longueuil? Est-ce que cela a déjà été proposé?

    • La hausse ne change pas grand chose pour moi puisque je travaille relativement près de chez moi et tous les lieux que je fréquente souvent sont près de chez moi aussi. Je fais donc le plein d’essence aux 2 semaines, desfois même 1 fois aux 3 semaines.

      Mais je suis tout de même outré par la manque d’alternatives autre que le transport en commun. Elle est où ma voiture électrique? Oui je pourrais acheter une Prius, mais même si je vis bien, je n’ai pas les moyen d’acheter une auto valant plus de 10 000- 15 000$ et tant que les efforts ne seront pas tous mis dans la création de véhicules électriques, on va continuer a avoir le choix entre des hybrides trop cher pour le “petit” peuple ou des voitures qui font 60km tout au plus sur une charge.

      Va-t-on vraiment attendre l’épuisement total des réserves de pétrole avant de créer? Et que va t’on faire avec la myriade de produits dérivés du pétrole rendu là?

    • Je ne pense pas à recommencer à pédaler, j’ai recommencé et j’y vais beau temps mauvais temps, plus question de sauter une journée. Ma voiture, une grosse familliale, ne roule que 2 kilomètres par jour pour aller conduire les filles à la garderie. J’y pense à deux fois avant de payer une visite à mes parents qui demeurent à 200 km de chez moi. Je prends la voiture de mon chum aussi souvent que possible, une petite Echo. Je magasine les Prius dans ma tête. Je rage contre l’incurie des gouvrenements qui n’ont pas su prévoir cette pourtant inéluctable montée des prix. Mais, je me réjouis en même temps. Fallait que ça cesse cette consommation effrénée d’énergie polluante. Et, j’en suis la preuve avec des milliers d’autres, quand ça fesse dans le porte-feuille, on est plus vert tout d’un coup. Dion est archi-nulle en politique et sa dernière idée va achever de le couler mais, il a raison. À 2.25$ le litre, ça va devenir payant de chercher des alternatives et elle vont, comme par miracle, être mise en marché. On va tous mieux respirer après, c’est juste un coup à donner.

    • Même à $0.60 le litre, quelque chose me dit que vous seriez resté à Mtl quand même…

    • Ce qui m’inquiète le plus avec l’augmentation du prix du pétrole, c’est tout ce qu’elle engendre d’augmentation sur tous les produits qu’on consomme. Il en coûte plus cher qu’avant pour avoir le même niveau de qualité de vie et nos salaires n’augmentent pas à la même vitesse.

    • Je me posais justement les mêmes questionnements et j’ai déjà une maison sur l’ile de Montréal et on cherche à déménager … une maison en ville plus chère en ville (en fait plus près du centre-ville et des services) ou bien en banlieue (moins chère et la tranquilité…) mais à quel prix car effectivement si la personne qui dépensait .80¢ le litre se retrouve avec un litre à 2.40$ soit 3 fois plus… la banlieue commence à coûter cher (mettons que ceux qui dépensait 60$ semaine et pourrait payer 180$ semaine… soit 480$ par mois de plus!) Souvent la banlieue n’offre pas de service de transport en commun puisque la majorité de ses habitants possède au moins une voiture…Donc il faut alors prendre sa voiture! De plus on oublie que les autres sources d’énergies vont possiblement elle aussi augmenter en parallèle

      Une étude américaine a déjà démontré que la banlieue existait en majeur partie pcq l’essence n’était pas chère et que cela favorisait l’expansion de celle-ci… ou est l’avenir de la banlieue? J’ai l’impression que l’on vas assister à un retour des gens vers la ville (du moins bcp plus près de la ville) et que les maisons de Montréal augmenter en valeurs et celles des banlieues vont voir leurs valeurs diminuer…

    • Demeurant au Lac-St-Jean où l’essence coûte actuellement 1,32 $ le litre, c’est très furstrant de voir à quel point cela nous coûte cher. Plusieurs de mes amis étudiants travaillent à peine plus haut que le salaire minimum et ont à faire 20-25 minutes de voiture pour se rendre à leur travail…c’est donc pas très rentable.

      Ici, on a souvent à faire de longues distances en voiture pour se rendre où l’on veut donc la hausse du prix de l’essence à vraiment un gros impact sur la vie de chacun. Ici, pas de transports en commun donc une famille normale à deux voitures et doit débourser des sommes faramineuses d’essences chaque semaine :S

    • L’augmentation commence à se faire sentir dans le budget essence. Disons que notre garçon de trois ans est propre depuis quelques mois et que notre plus jeune a 21 mois… nous avons donc échangé la colonne couches pour celle d’essence!
      Nous avons trois enfants. Il nous faut donc un gros véhicule (Uplander). Avec un seul véhicule nous y arrivons, papa marche 15 minutes pour se rendre au boulot et maman part avec les deux plus jeunes. Maximum 15 minutes de voiture pour le travail.
      Une partie de la famille habite Trois-Rivières et Drummondville, les déplacements sont donc plus dispendieux.
      Nous aimons aussi faire des petites sorties la fin de semaine, mais là nous devons prendre en considération le prix de l’essence.
      Un jour nous devrons travailler à un autre endroit (ce qui est plus que possible), nous aurons sans doute à faire face à une autre réalité. Il est impensable de vendre notre maison, nous l’avons eu à bon prix il y a 6 ans (Fabreville, Laval). Acheter un autre véhicule: OUF.
      On traversera le pont une fois rendu ;-)

    • Bonjour Patrick! Oui, ca changé, je demeure a 45 minutes de Mtl et avec une Chrysler comme voiture(et oui, 2 enfants oblige) ca me coute en moyenne 75$ par semaine… Je diminue ma vitesse et ca me fais économiser. Mais il faudrait que ca me coute cher en maudit pour que je revienne demeurer ici , en ville…

    • Je peux me permettre un auto, mais comme j’habite un endroit où il y a du transport en commun, je trouve ça stupide vu le prix de l’essence est les autres dépenses innombrables qui viennent avec ce joujou. Donc aussi bien empiler et prendre l’autobus.

      C’est lent, mais je me dis que je n’ai pas eu a déneigé une voiture de cet hiver de fou ou m’inquiéter de bris coûteux. Prendre le transport en commun a aussi l’avantage d’être bon pour la ligne puisque l’on marche plus. Souvent ca permet même à certains de renouer avec le plein air et de lâcher la teevee.

      Si j’ai besoin d’un auto, je prend un taxi pour les courtes distances ou je m’en loue un pour voyager. Quand on connait les quelques passe-passes, on peut facilement louer une voiture pour environ 50$ pour un weekend. L’auto est neuve, propre, souvent plein de gadgets et en cas d’accident, on se contente de remettre les clés, merci bonsoir.

      Le prix de l’essence affecte tout de même sévèrement notre facture d’épicerie et autres biens/services. Je souhaiterais que le reste de la population qui habite les grandes agglomérations fasse comme moi et prenne le transport en commun aussi pour au moins ralentir cette hausse vertigineuse. Malheureusement, on ne peut pas demander aux gens de changer. Le rétrécissement de leur porte-monnaie se chargera bien de modifier leurs habitudes de toute façon.

      Je compatise avec les gens en région pour qui l’automobile est pratiquement une nécessité, mais j’aimerais bien que les personnes qui ont accès au transport en commun (la majortié de la population) cessent de se plaindre et vivent avec leur décision de se trimballer dans un truc qui coûte la peau des fesses. Certains vont jusqu’à dire que le gouvernement devrait intervenir. Ridicule. J’adore les restos. Ca me coûte cher par mois. Le gouvernement devrait-il intervenir aussi pour que mes factures soient moins salées quand je me paye du luxe ?

    • j’habite en abitibi, vous n’imaginez pas ce que sa représente pour plusieurs gens d’ici cette hausse des tarifs. mon conjoint travaille en foret et il pars avec le véhicule, donc nous avons un 2ieme véhicule qui s’avère etre un pick-up qui boit beaucoup d’essence (et ne me dite pas change de véhicule , car qui veut d’un pick-un au prix de l’essence??? )je n’ai pas les moyens d’acheter une autre voiture, j’ai 2 enfants a ammener a l’école et la garderie, et le comble, mon chum travaille avec une débrouissailleuse qui carbure a quoi vous pensez…. c’est retourné avec les impots mais sur le coup nous devons le payer. et nous ne somme pas encore rendue au temps ou les Compagnie vont payer plus cher car il ont plus de dépense. Alors dans les grand centre vous avez la chance d’avoir le métro, l’autobus, le covoiturage, mais ici on oubli sa , deplus bientot se sera l’épicerie et tout le reste qui augmentera, les gens de la classe moyenne comme nous n’allons pas nous en sortir. Alors de grace je dais ma part pour l’écologie, j’achete pas n’importe quoi et je récupère et je fabrique meme mes produits ménager moi meme, alors qu’il donne des infractions a ceux qui ne font pas leur part a la place ou trouver une autre solution.
      Mais une chose est surm bientot il faudra tous nous mobilisez pour descendre dans la rue , masi pas juste 10-15 personnes la , tout le Québec, car a force de se laisser faire un jour le presto va sauter et comme vous le savez, si il y a des ti-clain qui brise tout pour une victoire du Canadien imaginez ce que se sera quand il va entrer dans une vrai manifestation OUCH!!!! ouff, voila c’ets tout sa fais du bien de se défouler.
      Bonne fin de journé
      Mel

    • @1492…hors sujet, much?

    • J’ai juste hâte que le peuple se lève et un jour qu’il dénonce ces riches pétrolières qui font en 1 heure ce que je ferai en 30 ans de travail.

      D’ici-là, on peut en parler…par contre, faudra agir pour que ça bouge vraiment.

    • Bon… C’est certain que toutes les raisons son bonnes pour toujours tout augmenter… et c’est loin d’être fini.

      Présentement, j’ai ressorti mon vélo et me taperai un 15 kilomètres pour me rendre au travail les jours de beau temps. Ok, je mais devoir me lever plus tôt pour me rendre au boulot, mais j’en retirerai des avantages… comme par exemple, celui-d’être plus en forme!

      Par contre, ce choix ne s’offre pas à tous. Nous sommes tous pris en otage finalement… c’est bien beau l’environnement, mais de la à rendre encore plus riche les pétrolières, je me demande où es le réel avantage d’augmenter les prix et de toujours et encore faire payer les plus petits…

      Quelle merde…

    • Premièrement, ceux qui croient que ce sont les gouvernements qui montent les prix pour se remplir les poches… vous avez peut-être en partie raison, CEPENDANT, IL ADVIENT QUE LE PÉTRÔLE EST CONDAMNÉ À MONTER DE PRIX JUSQU’À CE QU’IL N’EN RESTE PLUS. Or, il y a de moins de moins de pétrôle sur cette planète. Le cap des trouvailles de pétrôles a été atteint depuis quelque temps. Je ne cite pas de source. Faites la recherche par vous même. Or, comme il y a de moins en moins de pétrôle, la loi de la rareté entre en jeu, puisque c’est ce que nous avons construit comme économie.

      Depuis des siècles il existe des sources non polluante et beaucoup plus génératrices que le pétrôle, mais le pétrôle c’est le centre de notre économie présente, donc les gouvernements sont trop lâches pour changer de mentalité et PARLER AVEC LES VRAIS SCIENTIFIQUES.

      Les meilleurs sources d’énergie et les plus grandes avancées sont utilisées dans… LE MILITAIRE (c’est très déprimant et choquant quand on est au courant). Réveillez-vous…

      Et pour ce qui est des grandes, il ne devrait tout simplement pas y avoir de voiture, c’est ridicule… En banlieux, c’est différent..

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Magn%C3%A9tohydrodynamique

    • Fantastique si ça influence la “banlieusardisation’! la preuve qu’il faut jouer dans le porte-feuille des québécois pour qu’ils réagissent. Pour les gens en région; à quand les manifestations monstres demandant des voitures électriques ou à l’hydrogène? C’est bien plus facile se faire victime et chialer contre le prix de l’essence…

    • J’habite Bahrein et le litre est à 0,20$, donc ca va. Mais à chaque jour que le baril augmente, le sourire des locaux se fait de plus en plus large.

    • C’est vrai que ça va toucher mes habitudes car ça fait quand même 20$ de plus par plein par semaine et c’est pas fini. Je propose d’envoyer le Perroquet (précédent article) pour parler et nous faire rire et comme d’habitude on va rire pis c’est tout.

    • Quelle bande de rapaces hypocrites que sont les pétrolières. Ils esquivent plutôt bien la critique en mettant le tort sur le gouvernement et les spéculateurs. Évidememnt, ces 2 acteurs ont leur part de torts mais j’en reviens toujours aux milliards de profits que génèrent ces bandits bien arrimés au pouvoir. Comment une compagnie comme Exxon peut générer 25 milliards (!!!) de profits en seulement 3 mois et nous faire avaler une telle pilule. Comment justifier les hausses de 10¢ du prix du litre dans un après-midi.

      Pauvre ministre Béchard qui s’est remettre au pas, un exemple marquant que les pétrolières sont les membres d’un crime très bien organisé. Vous parliez hier de Bell Canada qui porte son niveau d’arrogance des hauteurs toujours plus culminantes et bien les pétrolières (ou devrais-je dire LA pétrolière) se comparent à un dealer de crack qui sait pertinement bien qu’il peut tout se permettre car ses pauvres clients dépendants reviendront.

      Nous pourrions hausser les taxes sur les profits des pétrolières diront certains. Solution facile mais très peu efficace: les responsables Relations Publiques des Voleurs vous le diront sans même une petite gêne: les consommateurs paieront cette taxe supplémentaire. La preuve: la taxe verte, une taxe que ces bandits ont très très ouvertement avoué refiller aux consommateurs. Aussi aberrant que quelqu’un qui vous rentre quelquechose dans le derrière avec un immense sourire accroché à leur visage d’escrocs.

      Voleurs, profiteurs, charognes, escrocs, vermines, bandits, exploiteurs, voila tout le bien que je pense des Shell, Ultramar, Pétro-Canada, Esso de ce monde.

      Allons faire le plein chez les indépendants qui eux aussi souffrent de ce cartel. Il serait temps qu’enfin nous nous regroupions pour que cette mafia arrête de nous tenir en otage.

      Je ne sais pas pour vous, mais ma rage monte de semaine en semaine . Mais comme la plupart d’entre nous, j’ai besoin de ma voiture pour travailler et je suis donc un exploité de plus.

    • Bonjour à tous,

      Je suis un peu fatigué de ceux qui avancent que l’augmentation du prix de l’essence est finalement une bonne chose: cela encouragera le transport en commun, le déplacement en vélo et la diminution des gaz à effet de serre.
      Mais qu’en est-il pour ceux qui n’ont pas acces au transport en commun (et il y en a beaucoup)?? À ceux qui ne peuvent pas aller travailler en vélo ou a pied??
      Je parle ici des habitants des régions. Réponse : nous payons et nous nous la fermons.
      À ceux qui se plaignent et qui parcourent 200 km / semaine, j’attire votre attention sur le cas d’entreprises de transport ou des entreprises agricoles aux prise avec une flambée encore plus spectaculaire du prix du Diesel, produit moins raffiné que l’essence, qui est vendu présentement à près de 1,50$. Du vrai vol! Et dans ces poids lourds, ce n’est pas 50L pour faire le plein, c’est 400-500L et plus. Imaginez la facture….
      Que pouvons-nous faire???

    • Merci à mak_yavel d’avoir énuméré pour nous les clichés habituels… Maintenant, ma question à son endroit est toute simple: que suggérez-vous?

    • **Petit peuple. À genoux……**

      Parlez pour vous!

    • Je trouve que la hausse du coût de l’essence est une excellente chose du point de vue environnemental. S’il faut toucher au portefeuille des gens pour qu’ils changent leurs habitudes de consommation, alors pourquoi pas, surtout que l’importance de l’impact de cette hausse est liée à la consommation : plus tu consommes de l’essence, plus ça te coûte cher. Si cela pousse les gens de la ville à utiliser leur vélo et les gens des banlieues à prendre le train, tant mieux. Bref, tout le monde doit s’arrêter et réfléchir à ses propres habitudes de consommation.

      J’avoue par contre que pour les gens qui habitent loin des grands centres, où les distances à parcourir sont plus grandes, et où il n’y a pas de transport en commun, c’est plus compliqué. Je ne crois pas que les habitants des régions doivent payer pour la surconsommation des grands centres. Quelle solution, alors ? Un crédit d’impôt ? Une baisse de la taxe dans les stations-service loins des grands centres ? Je ne sais pas.

      Mais si cette hausse permet de changer les comportements des consommateurs, et de pousser la recherche en matière de biocarburant et de voitures électriques, pourquoi pas ?

    • J’oubliais: ceux qui chiâlent contre les gouvernements sont dans le champ de patates jusqu’au oreille: il n’y a *rien* que les gouvernements peuvent faire contre la hausse des prix de l’essence. Regardez ce qui se passe aux États-Unis, en Europe, etc. La hausse des prix de l’essence est liée à une augmentation vertigineuse de la demande, causée par le développement de l’Asie (la Chine et l’Inde surtout), une demande plus élevée en Amérique à cause de la mode des fourgonettes et des VUS et une rareté grandissante du produit.

      Évidemment, c’est toujours plus facile de blâmer le gouvernement pour tout et n’importe quoi.

    • Je travaille et vie sur le Plateau. J’ai vendu ma voiture il y a déjà 5 ans. Je me déplace en vélo 12 mois par année. Je suis pour la hausse du prix de l’essence. Simplement pour que les gens cesent d’abuser et se mettent à un moyen de transport alternatif. Il faut commencer quelque part et comme on ne peut se fier sur la bonne volonté des gens… ça me semble une mesure incitative très efficace.

    • C’est vrai que l’essence coût cher, mais en Europe c’est encore plus cher. En Islande ça nous a coûté plus de 2 dollars le litre. J’imagine quand il faut remplir le réservoir d’un tank urbain (SUV), ça doit coûter les yeux de la tête. Le problème du transport en commun c’est que tout le monde prend son char parce que le service est pourri, le service se dégrade à cause des manques de fonds et de la baisse des usagers, et la roue tourne. Lorsque nous avons acheté notre auto il y a 10 ans, nous avons déjà opté pour une auto moins énergivore. Nous avons une auto, nous habitons à NDG et je prends mon vélo ou le transport en commun pour aller à mon travail au centre-ville. Nous avons choisi ce quartier justement pour la proximité de mon lieu de travail, quitte à choisir un condo au lieu d’une maison détach. Il nous arrive souvent d’éviter de prendre la voiture la fin de semaine, mais c’est surtout parce qu’on déteste le traffic. Je pense que nous avons été super gâté par les prix et qu’il va falloir se résoudre à changer nos habitudes de consommation…

    • Reste avec nous, Patrick Lagacé. Montréal a besoin d’être peuplée par le dernier des Mohicans (dans un contre-emploi) :-)

    • Bien beau le principe de moins consommer mais cette possibilité n’est pas accessible à tous…..Je vis à Granby et je travaille à Sherbrooke….Bien beau le vélo mais je dois quand même passer quelques heures à bosser ….déménager? Bien sur que je ferais un intéressant profit sur ma résidence actuelle mais j’aurais à débourser beaucoup plus pour trouver un nid familial a sherbrookeAlors si quelqu’un a une solution miracle faites moi signe…

    • Je travaille près de mon lieu de résidence (10 min de voiture, pas de pont à traverser mais plusieurs viaducs lavallois), l’idée vélo fait quand même son chemin.

    • Ça fait maintenant 4 ans que mon chum et moi avons acheté une maison à Deux-Montagnes, à une minute et demi de marche du train de banlieue. Merveilleux; mon chum travaille en ville (train=38 min.) et moi je travaille dans les Laurentides (auto=38 min.)
      Sauf que là, mes dépenses en gaz gonflent à l’hélium. Au point où je vais changer d’emploi et me rapprocher de chez-moi.
      Et tout peut se faire à pied ou en vélo; chez Métro, pharmacie, dentiste, cinéma même !
      La crème, c’est la piste cyclable qui mène jusqu’à la plage d’Oka…
      Donc, on a le choix de prendre notre véhicule ou pas pour nos petits déplacements, c’est très pratique.

    • J’attends l’hybride électrique qui serait déjà sur le marché si GM n’auraient pas été de parfaits imbéciles : http://www.sonyclassics.com/whokilledtheelectriccar/

    • Si tu habites en banlieue très à proximité de Montréal (genre Longueuil, Boucherville) la distance à parcourir est moindre et le transport en commun commence à s’y développer de façon importante. Personnellement, je me rends au travail (centre-ville de Montréal) à tous les jours et je trouve ça génial : pas de tracas, pas de stress et un parcours qui me prend à peine 40 minutes. Bref, banlieue n’égale pas toujours voiture à tout prix.

    • Moi ce qui me fait suer c’est de voir que plus le prix monte, plus les pétrolières en mettent dans leur poche.

      Mais ça n’a rien à voir avec la hausse de prix …

      benvoyons

    • Ça change qu’il me reste moins d’argent à la fin du mois, c’est tout. Me rendre aux endroits où j’ai besoin, à toute heure, je prend mon auto. Ça me coûte 2x ce que ça me coûtait il y a 10 ans. Eh oui. Quand on habite en ville, on peut se permettre de modifier ses habitudes, quand on habite un village (la banlieue de la ville de Québec par exemple), on n’a pas trop le choix. Enfin si, si le système de transport en commun était mieux, peut-être, mais pas présentement.

      Est-ce que 1000 villageois qui n’ont pas le choix de prendre leur char polluent plus que 50 000 citadins qui pourraient prendre le transport en commun?

      Les deux paient le même prix à la pompe.

      Après ça on se demande pourquoi on a vécu un exode rural. C’est parce qu’on n’a même plus les moyens de vivre sans avoir les commodités qu’offrent la communauté. C’est triste.

    • Il va falloir faire plus attention à nos déplacements , hier, en revenant de notre maison des Laurentides, j’Ai vu une camionnette 4/4, sur l’Autoroute, complètement entourée de terre,il y avavit juste une petit espace de nettoyer dans les vitres avants, est-ce que ces gens qui s’amusent avec de 4/4, des trois roues, des bateaux,etc etc, vont restreindrent leurs déplacements,, avec la hausse du prix de l’essence ??— j’ai fait le plein samedi, et cela m’A couté 48.50$, je n’Ai pas besoin de me servir de mon auto pour aller travailler,—- je suis à ma retraite et mes moyens financiers sont minces, les rentes de retraites sont toutes en bas du seuil de la pauvreté,—- et je m’occupe de ma mère qui a 90 ans—-,mais je m’en sers pour aller faire des courses, aller chez le médecin de ma mère,—-je voulais aller faire un tour dans le Temiscamingue ,pour rencontrer nos cousins , mais je pense ne pas e^tre capable de le faire, on voulait aussi aller dans le bout de mont-laurier, pas capable non plus,,,avec la maladie de ma mère, il n’y a plus moyen de faire des voyages en train ou en autobus, ma mère fait de l’Alzheimer et elle chiale contre tout le monde,,alors nous allons rester dans notre bout,,,,et il ne faut pas oublier tous les produits de plastiques qui sont fait avec les produits pétroliers, il va y avoir une augmentation dans toutes les sphères de produits de consommation, c,est un été de sacrifices qui s,annonce..

    • Le plus déguelasse, c’est de voir certains hommes avec leurs gros SUV faire le plein à 120 $ et ensuite payer avec un air genre “Moi je suis capable de payer, ça ne me dérange pas le prix de l’essence”.

      J’en ai vu plus qu’un. Déguelasse.

      J’en ai pas contre les gens qui ont de l’argent, c’est juste cette attitude hautaine qu’ont certains riches qui me répugne profondément…

    • note intéressante sur le prix de l’essence

      le prix du baril se transige en dollar US… et le dollar US ne cesse de perdre de la valeur

      ex: ca prenait 300$ US pour acheter un once d’or il y a 10 ans, et 30$ US pour un baril de petrole

      aujourd’hui: 900$ US pour acheter un once d’or et 125$ pour acheter un baril de petrole

      le baril de petrole ne monte pas vraiment par rapport à l’or… c’est seulement la valeur du $ US qui diminu

      trouvez pourquoi et vous aurez probablement la solution au probleme du prix de l’essence

      pour ceux qui pensent que le gouvernement devraient intervenir… lisez ceci

      www.borderfirereport.net/guest-authors/big-government-responsible-for-high-gas-prices.html

      c’est aussi une bonne lecture pour ceux qui espere que le gouvernement cesse de se meler du marché

    • Je n’ai pas de voiture* et chaque hausse du prix de l’essence me rend heureux.

      Désolé de me réjouir du malheur des autres, mais ça va obliger les villes à penser l’urbanisme et les moyens de transport en fonction d’une diversité d’utilisateur et non uniquement en fonction de l’automobile. Je suis tanné de subir la dictature de l’automobile.

      J’aimerais savoir combien les gouvernements investissent par automobiliste versus combien ils investissent par usagers du transport en commun et par cyclistes (comme moyen de transport et non pour le plaisir).
      Quelque chose me dit que, nous, les non-automobilistes, nous faisons fourrer royalement. Ça doit cesser.

      Vivement les commerces de proximité (tout un quartier sans épicerie ça ne devrait pas exister et pourtant il y en a plein), dehors les 10-30 de ce monde. Ça prend des payages sur les ponts et les autoroutes modulés en fonction du nombre de passagers par véhicule (seul = plus chère, pour encourager le covoiturage).
      Totalité de ces revenus réinvestis dans l’amélioration des autres moyens de transports. Plus de bus, plus de metro, plus de tramway, + de trains de banlieues, + de pistes cyclables, moins de camionnage et de vols courte distance, retour au train (TGV anyone?).

      *Pour certaines urgences ou pour le transport de trucs lourds, je suis membre de Communauto (3 voiture à moins de 5 minutes de chez moi). Ma blonde et moi l’utilisons un peu moins d’une fois par mois.

    • Je viens de terminer la lecture d’un livre nommer “Au bout du Pétrole”, de Normand Mousseau édition Multi Mondes, 2008. Je vous conseille fortement cette ouvrage de vulgarisation scientifique portant sur un sujet qui aura un impact énorme dans les années à venir.

      Globalement ce livre contredit l’affirmation gratuite selon laquelle il n’y a pas de manque de pétrole.

      Au taux d’extraction actuelle il reste pour environ 40-50 ans de pétrole. Toutefois, il faut noter que moins il reste de pétrole dans un puits plus sont extraction est difficile et donc le taux d’extraction diminue. Les grand puits de pétrole exploités aujourd’hui sont de moins en moins facile à exploité et se font vieux et aucun grand gissement n’a été découvert depuis une trentaine d’année. Il faut dire que la formation du pétrole demande des conditions géologiques particulières, que la terre a une dimension fini et que les géologue font une bonne job en générale. Il reste des gisements à découvrir mais ces gisements sont les plus petits (difficile à trouvés) ou les plus difficle d’accès (diffile à exploité). Depuis les année 60 environ des études géoliques (Hubbert 1959) prévoit que le pic pétrolier (moment ou la vitesse d’extraction maximale sera atteint avant de décroitre) devrais se situer au début des années 2000. Une étude précédente limitée aux États-Unis c’est avérée exacte et a prédit que le taux d’extraction du pétrole diminuerait dans les années 70. Le pic de production de la mers du nord, d’où provient beaucoup du pétrôle consommé au Québec, a eu lieu en 1999.

      Le marché actuel semble être le reflet de ce pic pétrolier. Bien que le prix du baril de pétrole augmente constamment les réserves restent constantes et sont évaluées à environ 50 jours. Le fait que le prix augmente et que les inventaires restent constant nous indique qu’il ne s’agit pas de spéculation mais du fait que la production peine à rejoindre la demande. Lorsqu’il y a spéculation sur un marché en général l’inventaire augmente largement, on a qu’à penser à la spéculation sur le marché immobilier aux États-Unis, il y a maintenant des tonnes de maison vide. Si vous voulez en savoir plus sur le sujet je vous suggère de lire le blogue et les chroniques de Paul Krugman un imminent économiste chroniqueur au NY times (http://krugman.blogs.nytimes.com/2008/05/13/more-on-oil-and-speculation/)

      Alors que faire face à l’augmentation du prix du pétrole?

      En consommer moins et plus efficacement.
      (Selon moi le prix du pétrole doit augmenter car diminuer notre consommation de manière volontaire à grande échelle est une utopie, une taxe sur la carbonne pourquoi pas, au moins c’est nous et l’environnement qui en profite et non les pétrolières)

      Pousser pour le développement d’énergie renouvelable

      Assurer notre sécurité énergétique en contrôlant les ressources canadienne.
      (Nos ressource ne nous appartiennent plus vraiment comme nous avons signé une clause dans L’ALENA qui nous oblige à fournir un proportion constante des ressources pétrolières exploités aux américain. (En passant le Mexique n’a pas signé la clause). De plus, les redevances demandés au compagnie privé pour l’exploitation des ressource appartenant à tous les citoyens sont de 1%. C’est le plus faible taux au monde, ou écris autrement c’est du vol.)

    • Personnellement j’ai décidé de rester à Montréal et je n’ai aucun regret. Je travail dans le quartier Ahuntsic et je suis déménagé à deux rues de mon boulot.

      Résultat: économie de $50 de carburant par semaine et surtout… Au moins 10 heures de moins par semaine à perdre mon temps dans les bouchons de circulation.

      Ça change tout…
      Je n’arrive plus frustré le matin au boulot.
      Je dors une heure de plus tout les matins.
      Je termine et à 17 :00 et je suis chez-moi à 17 :10

      Et pour ce qui est de la tranquillité de la banlieue…Moi j’habitais Vaudreuil-Dorion, je ne sais si certain d’entrevous ont la « chance » d’y habiter mais c’est vraiment l’horreur cette ville.

    • Et bien moi je quitte la Rive Sud et je retourne à Montréal.
      Adieu l’air pur de St-Bruno mais trop de concessions, trop de pollution, trop de longs trajets, trop d’achats (une maison, une cours et une piscine requièrent du temps et de l’entretien). Ajoutez à cela le prix de l’essence: en banlieue TOUS les déplacements se font en voiture et le style de vie est très différent. Faire des courses à pied est un concept qui n’existe pas! Et c’est sans compter le prix du mazout…

      Penses-y bien Patrick… il n’y a pas de solutions idéales mais si tu restes à Montréal, assures-toi d’avoir un stationnement pour l’hiver! ( ;

    • Durant les années 50, un certain Monsieur Hubbert qui était alors un imminent spécialiste dans le domaine pétrolier avait élaboré une formule de calcule qui déterminerais le moment ou la capacité à produire du pétrole atteindrait son point culminant. En anglais on parle de « Oil peak ». En combinant la capacité mondiale de produire en comparaison à la demande croissante, on atteindrait un maximum qui peut être produit et à partir de ce moment, la demande augmenterait, or la capacité à produire diminuerait. Si l’on regarde le graphique que Hubbert avait dessiné, on pourrait le comparer à une courbe ascendante et un coup rendu au maximum, elle baisserait. Autre phénomène est que les pays producteurs de pétroles exportaient et faisaient beaucoup d’argent, mais, leur propre demande devenant plus grande, ils ne peuvent plus exporter car ils doivent tout conserver pour eux. Selon Hubbert, le « Oil peak » serait atteint aux environ de l’an 2006, mais il y a beaucoup de controverse sur ce chiffre car d’autres spécialistes estiment qu’ils nous resterait encore 10 ou 15 ans avant de l’atteindre.

      L’an 2006 est de plus en plus plausible parce que les pays producteurs exportent de moins en moins car ils peinent à suffire à leur propre demande et c’est ce qui crée cette rareté. La demande est de plus en plus criante et cela est causé par les pays émergents comme l’Inde et la Chine et il y a de moins en moins de puits de pétrole qui sont trouvés. Des pays comme la Russie ont même commencé à assécher entièrement certains puits de pétrole et cela va s’accentuer partout dans le monde. Des que le Oil peak est atteint et qu’on se retrouve dans une courbe descendante, le pétrole deviendra plus rare, la demande deviendra de plus en plus grande et les capacités à produire ne suffiront plus, alors les prix vont augmenter drastiquement à un point tel que seul les pays riches pourront en obtenir et cela au détriment des pays moins riche. À ce moment, nous tomberons dans un spirale irréversible, des guerres éclateront, des crises économiques sans précédents surgiront et la famine gagnera de plus en plus de terrain. Les agriculteurs ne pourront plus travailler sur leurs terres car il n’y aura pas assez de pétrole pour faire fonctionner leur machinerie, les immenses paquebots ne suffiront plus à transporter de l’essence et c’est toute la chaine alimentaire et humaine qui va en souffrir. D’imminents scientifiques parlent même d’un retour vers l’âge de pierre quand nous embarquerons dans cette spirale.

      Le pétrole fut une chance pour l’humanité et il est là grâce aux dinosaures et autres particules de la préhistoire qui au fil des millions d’années se sont transformées en une huile combustible, or elle est non renouvelable et nous sommes en train de toucher le fond du baril. La situation ne va pas s’améliorer, car le pétrole est source d’argent et l’argent est une source du chaos et c,est ce que nous vivrons dans peu de temps.

    • Je n’ai pas de voiture (encore faudrait-il que j’aie mon permis et je n’en vois pas la nécessité). Par contre, j’ai envoyé promener mes projets de voyage, surtout depuis l’annonce d’Air Canada, West Jet et Porter qui ont décidé de refiler aux consommateurs un supplément pour l’essence. Et pis là, j’imagine que je vais me faire accuser de ne pas stimuler l’économie mais bon, je vais rester sagement chez moi.

    • Je trouve que pour le champion de la production d’électricité, on fait très peu pour promouvoir des alternatives électriques à l’essence. D’autant plus que la Zenn, un très beau produit qui reçoit beaucoup d’éloge, a été dévellopé et est présentement manufacturée à St-Jérôme…

    • Le prix du gas.. bof… tu trouves que de 0.60 a $1.40, un facteur de 2.33. Quand je suis arrive au Texas en 2000, il etait a $0.98, la $3.50, ratio de $3.50. Ca aide pas la planete pantoute, le prix augmente a cause de l’offre et de la demande (si on passe outre les speculations) bref la meme quantite d’essence brule mais les pays producteurs et les petrolieres s’en mettent plus dans les poches.
      Perso, ca ne me derange pas vraiment le prix, j’ai deux voitures et ma plus gourmande est la Mini cooper (l’autre etant une prius).
      PS: Demande a JF Mercier ce qu’il en pense, juste comme ca.

    • Simple, je suggère le documentaire ”The End of Suburbia”. Ce qui se produit est exactement ce qui est prévu. Vraiment frappant comme documentaire.

    • Pour ma part, le fait de rester sur la rive-sud n’est pas un inconvénient. J’ai la chance de pouvoir faire mon horaire et ainsi partir et revenir avant le trafic chaque jour. 40 minutes du moment où je quitte la banlieue pour me rendre à mon travail, qui se situe au coin St-Laurent/Sauvé, en ayant préalablement laissé ma copine à son bureau sur le plateau en chemin.

      j’habitais Verdun avant et ça me prenait plus de temps que ça sans avoir à débarquer personne d’autre que moi.

      Pour le prix de l’essence, c’est certain que ça coûte plus cher qu’avant mais je m’en tire toujours pour environ 25-30$ par semaine. Évidemment, si j’étais obligé de faire du 8h30-16h30, ça ne serait plus 40 minutes mais probablement 1h30 de voiture. C’est quand même 3 heures de perdues par jours dans le trafic comparé à mon 1h20 sans trafic.

    • Personnellement, tant que le litre de lait sera plus dispendieux que le litre d’essence, je trouverai la société aberrante de se plaindre.

    • J’habite Montréal depuis maintenant 10 ans et je n’ai toujours pas de voiture. Bien sûr, si j’étais resté dans mon Saguenay natal, je n’aurais pas le choix de vivre avec cette montée des prix, mais pour l’instant, elle n’a aucun impact direct sur ma vie. Disons que j’attendrai la venue d’une voiture qui fonctionnera avec une source d’énergie moins couteuse (et surtout moins polluante) avant de me lancer dans l’achat d’un véhicule. Évidemment, le fait de ne pas avoir d’enfants m’aide beaucoup pour ca aussi..

      Guillaume

    • J’ai hâte au jour où tous se convertiront au transport en commun. Ça va faire baisser le prix de l’essence et il va y avoir moins de trafic. Comme ça, ça va me coûter moins cher d’essence et je ne serai plus pris dans les bouchons.

    • Dans le film The Matrix, Neo demande à Morpheus pourquoi ne pas exposer la vérité à tout le monde. Morpheus lui répond que non seulement les gens ne voudraient pas y croire, mais certains aiment tellement ce monde qu’ils seraient prêt à le défendre.

      Dans le monde réel, c’est un peu pareil. On préfère mettre la faute sur les pétrolières plutot que de comprendre que la qualité du pétrole est de moins en moins bonne et de plus en plus rare. On préfère croire qu’il est tout à fait normal d’avoir une voiture par personne, qu’il est normal de parcourir 30-40-50 Km pour aller travailler, enfermé dans nos petit cocon sur la 20, la 15 et la 40.

      Avec la fin de l’age du pétrole, ce ne sera pas la fin du monde, mais seulement la fin d’une époque. Nous semblons oublier que notre mode de vie a radicalement changer depuis Henri Ford, et qu’il devra changer radicalement dans les années à venir…

      Reste à voir comment les gens vont accepter ces changements, mais j’ai foi en l’humanité et en notre extraordinaire capacité d’adaptation.

    • J’ai pris la décision de vivre au centre-ville de Montréal, dès 2006 j’anticipais le prix de l’essence au-dessus de 2,00$ le litre, j’ai acheté un condo en 2007, je viens d’emménager et je suis très contente de ma décision. Les désagréments de la ville pèsent peu dans la balance car j’ai l’impression de vivre selon mes valeurs. Moi et mes 80 voisins mettons nos ressources en communs, profitons d’un parc, d’un jardin privé et d’un gym et piscine. La collecte des déchets et collecte sélectives fonctionnent très bien, les gens recycle beaucoup. Très peu d’appareils électriques sont uitilisés pour entretenir le terrain, personne n’utilise de boyau d’arrosage pour nettoyer quoi que ce soit, bref économie d’énergie, d’eau et de ressources. Si vous nous mettiez à la queue dans des grosses maisons de banlieues, il faudrait au mois 10 pâtés de maison pour nous loger avec chacunes deux véhicules. Ici 80 propiétaires occupent une parcelle de terrain car nous sommes bâti en hauteur et plusieurs n’ont même pas de voitures, le métro étant à 5 minutes de marche. Voilà un aperçu de ce que devrait être l’avenir du développement résidentiel pour promouvoir l’économie et la synergie des ressources, il faut accepter de revenir à une certaine proximité. C’est en ramenant une densité de population qu’on pourra avoir les moyens de nos ambitions. Tout le monde n’a pas besoin de vivre au centre-ville, mais il faut densifié le développement résidentiel. L’étalement urbain ne fait pas de sens et cause un gaspillage qui risque, à long terme, d’être irréparable.

    • Nous avions envisagé de vendre notre Prius, dont les mensualités nous coûtent la peau des fesses, pour la remplacer par une voiture plus familiale, mais vu la hausse du prix de l’essence, on se demande si on sera gagnants…

      Ceci dit, que les pétrolières nous tondent ou non, il faudra bien un jour ou l’autre se libérer de notre dépendance au pétrole.

    • J’attend avec impatience le premier clown qui parlera de la voiture «qui se recharge toute seule en roulant avec le moteur-roue que les pétrolières ont fait échouer».

      En attendant, j’aimerais bien que nos armées de fonctionnaires imaginent un programme de crédits d’impôts pour ceux et celles qui s’établissent près de leurs lieux de travail. Ainsi, on inciterait ceux qui transigent de banlieue en banlieue (du style vie à Vaudreuil, travail à Laval ou encore vit à Boisbriand travaille à Lachine) à moins dépendre de leurs voitures.

      On pourrait interdire les futurs Quartiers Dix30 et autres «Power Centers», car ces regroupements de commerces perdus dans d’arides stationnements tuent les commerces de quartier et nous rendent encore plus dépendant des bagnoles.

    • La solution: arreter d’aller travailler a Montréal. Travailler a distance, ou se trouver un emploi proche de son lieu de résidence.

    • J’accepte l’invitation à me vider le coeur…

      Les journalistes pourraient jouer un grand rôle en ce moment et ne le font pas. Peu de gens le savent mais étant donné que les petits détaillants d’essence ne pourraient survivre à une saine concurrence (équilibre offre/demande), le gouvernement, par le biais de la régie de l’énergie, impose un prix plancher à la pompe. Grâce à ce prix plancher, les petits détaillants peuvent survivre et le gouvernement peut s’en mettre plein les poches.

      Les gaugauches diront que c’est très bien comme cela car imaginez s’il y avait quelques dépanneurs du coin qui fermaient ou si les dépanneurs devaient revenir au temps où ils ne vendaient pas d’essence, ce serait catastrophique pour quelque centaines d’emplois. Donc, mieux vaut que 7,5 millions de Québécois paient plus cher leur essence que le prix d’équilibre. Pathétique.

      Les pétrolières ne sont pas à blâmer. Elles paient leurs barils de pétrole selon le marché mais se prennent une cote à chaque étape de la transformation. Mais s’il n’y avait pas de prix plancher, elles se feraient une concurrence féroce, avec guerres de prix à l’occasion. Elles font suffisamment de profits en amont pour pouvoir se permettre de vendre à perte au détail. Et ce sont tous les consommateurs qui en bénéficieraient au lieu de quelques centaines de détaillants! Que vouliez-vous que le PDG de Petro-Can dise il y a deux semaines avec son profit de 1,1 milliard au premier trimestre. C’est sûr qu’il est content le gars mais l’état est son complice car il l’oblige à vendre plus cher qu’il ne le voudrait!!!

      Preuve de ce que j’avance, un tableau paru dans un grand journal de la région de Montréal hier qui indiquait que c’était à Montréal que l’essence coûtait le plus cher parmi toutes les grandes villes du Canada. certes il doit y avoir des régies de l’énergie ailleurs mais il faut croire qu’elles sont moins voraces!!! Ou allez simplement de l’autre côté de la frontière où votre litre vous reviendrait environ à 1$. Les américains sont bien détestés avec leur goùt de liberté mais en libéralisant le marché, leur prix est toujours le plus bas possible.

      Mais il faut croire que ça ne vaut pas la peine d’informer les gens de ce fait que la régie impose un prix plancher car les gens pourraient réaliser qu’ils devraient normalement payer 1$ au lieu de 1,40$ et ils demanderaient d’abolir cet autre exemple de lourde bureaucratie qu’on aime se créer au Québec. Quelques centaines de détaillants perdent? On va créer une régie avec des fonctionnaires qui vont imposer un prix plancher pour qu’ils ne perdent plus! Tout le monde applaudit sur le coup et ne réalise pas que c’est eux qui en feront les frais. Avoir un peu d’argent, c’est clair que je me pars un dépanneur. Tu ne peux pas perdre d’argent!!! Le gouvernement s’assure que tu fais du profit!!! C’est comme pour le lait: les agriculteurs ne sont pas efficaces et font peu de profits? On appelle le ministre et on augment le prix du lait!

      Quand les gens seront assez écoeurés de payer, ils poseront des questions et les choses changeront. Mais tant qu’on les gardera dans l’ignorance et que les journalistes ne dénonceront pas la vraie vérité du pourquoi ça coûte aussi cher, on va continuer de faire les cochons-payeurs.

      Un gars qui était tanné à 79 cennes…

    • On parle beaucoup des voitures hybrides mais la solution se trouve peut-être dans une évolution celle-ci: la voiture hybride dite «plug-in».
      Depuis déjà quelques années, certaines entreprises convertissent des modèles hybrides existant tel la Toyota Prius en y ajoutant des batteries supplémentaires. Le résultat est une consommation exceptionnellement basse (2 litres aux 100). Toyota n’a rien trouvé de plus intelligent comme réaction que d’annuler la garantie de toute voiture convertie…
      GM, le géant aux pieds d’argile se prépare à mettre en marché la «Volt» qui sera une voiture hybride à branchement auxiliaire. Les chiffres de consommation avancés pour la Volt sont encore trop élevés par rapport à ce que l’automobiliste a réellement besoin : un véhicule permettant de s’affranchir une fois pour toute de la dépendance au combustibles fossiles. Chaque année, des dizaines d’idées foisonnent de partout dans le monde. Il y a toujours un lobby pour acheter les brevets ou pour discréditer les technologies pouvant s’avérer une alternative au pétrole. Je ne m’attarderai pas sur le cas du méthanol fait à partir de céréales alimentaires (une aberration complète) mais je souligne qu’il est possible de produire certains combustibles à partir de déchets agricoles (lisier de porc, rejets de récoltes etc…) et on peut également récupérer le lixiviat des dépotoirs publics et en extraire certaines composantes proches des hydrocarbures. Nombres de revues scientifiques font état à chaque année de recherches en ce sens.

    • On viens probablement de découvrir le 3e plus gros gisement de pétrole au monde au sud du Brésil, ce qui pourrait faire en sorte que la fausse pénurie de pétrole pourrait bien en manger un coup

      http://www.lesechos.fr/info/energie/300257771.htm

      Ils disent dans le texte que le gisement en contient assez pour faire fonctionner toutes les raffineries aux État-Unis pour 6 ans, c’est 149 raffineries fonctionnant à pleine capacité pour 16,3 millions de barils par jours….

    • Je suis un peu dans le même bateau que vous.

      Pour ma part j’en ai ma claque de Montréal . Je souhaite acheter une maison dans les Basses Laurentides. Le prix de l’essence n’était, jusqu’à récemment, pas un facteur déterminant. Même à 1.40$ ca passe encore.

      Mais à 2.00$ le litre, comme le prédisent certains experts, je ne suis plus trop sur de mon affaire. Je suis à regarder les solutions possibles : la plus réaliste serait sans doute un « cocktail transport » auto + train + marche. L’auto pourrait même être remplacée par le vélo en été dans la mesure où je ne me trouverais pas trop loin de la gare de Saint-Jérôme.

      Changer ma vieille Cavalier pour une Echo ou Yaris m’épargnerait un bon 2L/ 100Km. A 2$ le litre, c’est 20$ par plein….à considérer

      Les hybrides avec un prix de départ à près de 30.000$ sont trop chères.

      Reste le co-voiturage, mais là encore, c’est un casse tête de faire concorder les heures de départ.

      Voilà pour ma petite contribution personnelle.

      Au niveau collectif, il est impératif d’améliorer les services de transports en commun, spécialement dans le 450. J’entends souvent des Montréalais taper sur la banlieue; royaume du gros char. S’il y a beaucoup d’autos en banlieue, c’est qu’il n’y a rien d’autre ou à tout le moins pas grand-chose pour se déplacer. Les services de transports en commun, quand il y en a, ne répondent pas aux besoins.

      Pour ce qui est de prendre le président d’Exxon Mobile en otage, moi j’enlèverais plutôt un R à prendre….

    • @ squire,

      «Merci à mak_yavel d’avoir énuméré pour nous les clichés habituels… Maintenant, ma question à son endroit est toute simple: que suggérez-vous?»

      Encore la rengainefacile, insignifiante, déresponsabilisante et vainement culpabilisante du “toi, qu’est-ce que t’as à proposer?”…

      Tellement bête comme argument que ça ne vaut même pas les mots que je gaspille à vous répondre…

      Je ne suis ni ingénieur, ni physicien, ni chimiste, ni architecte. Et pas non plus ministre.

      Il y a des gens éduqués et grassement payés pour penser et solutionner ces problèmes de société, mais ils travaillent plus pour leur propre intérêt que pour ceux de la collectivité.

      Tout ce qu’on trouve à dire, c’est qu’on devrait revenir à des modes de vie dignes du 18e siècle, manger des légumes à même la terre, s’entasser dans des wagons à bestiaux, se laver moins à l’eau chaude et éviter de péter…

      Vous, en avez-vous vraiment des idées lumineuses à partager?

      ===

      @ rogiroux

      «**Petit peuple. À genoux……** Parlez pour vous!»

      C’est justement ça, le problème, cher roger giroux:

      Tout le monde parle pour les autres, et agit pour soi.

      “Faites ce que je dis mais faites pas ce que je fais.”

      Les Al Gore de ce monde qui voudraient que je roule en charette, que je mange mes ongles et recycle mon papier hygiénique pendant qu’ils défoncent la couche d’ozone à coups de jets, qu’ils bouffent des repas dispendieux et aussi écologiques en production que des centaines de conteneurs de bouteilles de plastique enterrés dans votre cour et qu’il investit ses millions dans des entreprises de pollution massive, j’en ai ma claque!

      Nous sommes majoritairement les dindons de la farce dans la névrose environnementale et la minorité qui détient la clé de la santé de la planète la cache bien profondément dans sa poche, calée sous son portefeuille…

    • J’ai vendu ma voiture l’automne dernier, je faisais à peine 100 kilomètres par mois. Je fais mes déplacements en ville soit : à vélo, à pied ou en autobus les jours de très mauvais temps. Quand absolument nécessaire, je fais une location de voiture pour un jour ou deux. Je ne suis pas totalement contre l’augmentation du prix de l’essence, à condition que les pétrolières investissent des sommes significatives pour la protection de l’environnement à partir de leurs profits. Utopique, je sais. Quand on considère le prix du litre de lait, d’eau, de cola ou de bière… l’essence est encore le liquide le plus économique, je crois. Je ne consomme ni cola et ni bière, on me corrigera si je fais erreur sur les coûts. Qui sont les plus pénalisés à chaque augmentation du prix du pétrole ? Les gens à faible revenu qui ont tout juste les moyens de posséder une voiture et qui se promènent sur les routes les fins de semaine. C’est eux qui seront privés, pas les mieux nantis en Volvo, Mercedes, BMW et autres VSU de plus de 50,000$. Une solution pour faire réagir les pétrolières ? Si un pourcentage important des automobilistes se donnait le mot pour ne plus acheter d’essence pendant X temps… que se passerait-il ? Il y aurait réaction des pétrolières évidemment. Mais les compagnies savent très bien que les gens trop dépendants de l’auto ne feront jamais un pareil geste. Comme on dit, ils tiennent la population par les couilles ! Houille ! Houille ! Oil ! Oil !

    • “Bientôt le litre à 4$.” Voilà ce que soutient Normand Mousseau, professeur de physique à l’Université de Montréal.
      http://www.canoe.com/archives/infos/quebeccanada/2008/05/20080514-085300.html
      CHeers!

    • @shako73
      Ce qui est également dégueulasse, c’est les représentants qui font 100k+ par année et qui ne payent pas l’essence pour leur gros SUV de compagnie. Ça devrait être une loi de conduire un véhicule hybride si on ne paye pas son essence, question de limiter les abus.

    • d’après ce qu’on dit, le moteur à hydrogène dégageant de l’eau en bout de muffler existe non seulement, mais serait parfaitement fonctionnel.

      est-il besoin d’affamer la planète pour des “bios” carburants ?

      ou de continuer à augmenter le prix du carburant fossile ? pour le plus grand Plaisir des spéculateurs et des émirs qui se l’amusent plus que jamais devant des bénéfices records aux frais des pauvres bougres qui n’ont pas le choix que de gaver leur pétrolette pour aller Suer toute la journée pour un salaire de Misère.

      de toute façon, advenant le cas d’un chgt technologique, l’hydrogène sera taxé un jour ou l’autre comme ressource rare…

      fa que PAYONS et TAISONS NOUS !

    • @ Unspoken_Request,

      Un autre qui prêche la conscience globale tout en se complaisant dans son propre nombril…

      Facile de se péter les bretelles quand tu vis en ville, que tu ne travailles peut-être pas ou que tu as la chance de bosser à quelques coins de rue de chez-vous, mais ce n’est pas la grâce de tous!

      Et on ne peut tous vivre au Centre-Ville, qui serait vite congestionné.

      La décentralisation des usines et des bureaux est une chose, mais imaginez l’aménagement de tout ça et les contraintes, pour que tout ce beau monde vive le même rêve que vous “à ne pas devoir voyager pour se rendre au bureau”!…

      Toujours habiter à côté de l’ouvrage… dans le même building… et qu’est-ce qui arrive quand on change d’emploi? On déménage tous à chaque fois?

      “…chaque hausse du prix de l’essence me rend heureux…”

      Quel demeuré!…

      “Quelque chose me dit que, nous, les non-automobilistes, nous faisons fourrer royalement.”

      Quel égoïsme!

      On devrait alors faire payer plus cher aux “non-automobilistes” pour tous les produits et services, vu qu’ils ne contribuent pas pour les routes et pour l’essence de tous les transports de marchandises et d’humains requis pour tout dans cette société!…

      Ce sont les automobilistes qui se font fou..r, à ne pas obtenir plus de services et d’avantages pour tout ce qu’ils payent dans cette belle société.

      Avec votre Communauto, vous me semblez être un de ces granos qui vivent petit et s’imaginent que tout le monde peut habiter dans un village, y travailler et embarquer dans la même charrette que ses voisins qu’il connait depuis la maternelle…

      Totalement déconnecté… flottant sur un nuage rose, dans une réalité parallèle…

      On est vraiment confronté aux deux extrêmes, dans le débat environne-mental…

    • Si je fais le calcul, en me coutant environ 10$ de plus le plein qu’il y a 5 ans, je fais un plein par semaine, ça fait environ 500$ de plus par an en dépense d’essence.

      Si c’est uniquement ça qui retient quelqu’un d’aller vivre en banlieue, alors là, je ne comprendrai jamais rien…

      Oui c’est cher, mais si seulement nous voyons des améliorations au réseau routier avec la part de taxes qui a énormément augmentée car elle est à pourcentage, peut être que je ne trouverais pas ça scandaleux.

      Qu’il monte le prix, non seulement nous avons un retard vis à vis l’Europe, mais c’est ça qui va forcer l’industrie à changer et à nous offir des sources d’énergies alternatives pour nos voitures… et peut être aussi contribuer à diminuer le nombre de véhicule sur les routes, qui sait.

      Mais ce que je ne comprendrai jamais c’est pourquoi nous n’utilsons pas notre propre pétrole pour nos approvisionner et ainsi couper notre dépendance aux zones instables de ce monde… mais non, nous envoyons tout ça aux américains…

      En terminant, n’oublions pas une chose, ceci créé une inflation sur TOUT car tous les biens transitent par camion, donc la facture est refilé au consommateur… j’espère pour la plupart que vos salaires suivent en conséquence.

    • Mon Hummer boit beaucoup…alors je roule moins vite. LEVEZ LE PIED, c’est payant. Québécois/coises et autres, RALENTISSEZ vous sauverez 10% d’essence. Mais le Québécois moyen aime son CHAR et il aime ROULER VITE!

    • Une question me turlupine toutefois concernant le pompage massif du pétrole:

      Une fois tout le pétrole pompé de ces immenses poches souterraines, une fois le sol totalement vidé de ces tonnes de gallons de liquide épais et visqueux, n’assisterons-nous pas à des effondrements gigantesques, à d’immenses affaissements du sol, suite à ce vidage massif du sous-sol???

    • @ maxg

      “ex: ca prenait 300$ US pour acheter un once d’or il y a 10 ans, et 30$ US pour un baril de petrole

      aujourd’hui: 900$ US pour acheter un once d’or et 125$ pour acheter un baril de petrole

      le baril de petrole ne monte pas vraiment par rapport à l’or… c’est seulement la valeur du $ US qui diminu”

      Euh, selon ce que vous avez écrit, le baril de pétrole se vend 4 fois plus cher qu’il y a 10 ans comparativement à 3 fois plus cher pour l’or, on peut ainsi conclure que le baril de pétrole a effectivement connu une meilleure croissance que l’or.

    • à ceux qui pensent déménager (Pat, matisadan…),

      Il faut penser en fonction d’une vie sans pétrole! Si vous allez en banlieue, choisissez un lieu ou vous êtes à distance de marche d’un train de banlieue (ou ligne de métro, ou autobus), d’une épicerie et de tout ce qu’il vous faut dans vos vies respectives. Le problème s’en va grandissant alors ne calculez pas les pour et contre en fonction d’un prix à la pompe à 2$ ou 3$, si le prix monte à 5$ dans 5 ans vous serez quand même baisé!

      Personnellement, je me construis une maison en mauricie. J’ai de la difficulté à trouvé un terrain parceque, justement, je prend en considération plein de choses: orientation du soleil, grandeur du terrain (faire un jardin), proximité de l’école pour les enfants, des épiceries et surtout, proximité de la famille! Ça peut paraître banal, mais si on reste dépendant de la voiture pour avoir des activités familiales et des soupers entre amis, on va se retrouver chacun chez soi à se louer des films sur illico sur demande!

      Conseil à tous: vendez vos SUVs et vos gros 4×4 au plus sacrant! Qui va vouloir acheter un gros 4×4 avec l’essence à 4$/litre dans quelques années?

    • L’essence est un bien comme un autre. Personne est oublige d’acheter ou de vendre a un certain prix. Il faut y penser avant, pas apres avoir acheter une auto et chialer sur les gouvernements et les petrolieres. Si plus de monde se debarrassaient de leurs autos, le centre-ville serait plus vivant, on aurait moins de problemes d’alchool au volant, moins de pollution.

    • L’Amérique et le système approche de la limte. Tout en Amérique est basé sur le transport. Suffit de voyager un peu pour le voir.

      Les produits locaux seront-ils plus abordables que ceux qui ont à franchir de longues distances…….les patates du Québec par exemple seont-elles acquises à meilleur compte que celles de l’ïle du Prince Édouard ou celles des États.

      Et le boeuf…..à meilleur compte celui du Québec ou celui de l’Alberta.

      Le développement des produits locaux devraient être favorisé rapport aux produits importés. Après tout, la consommation de pétrole inclus des dépenses extraordinaires avec la mondialisation et normalement cela doit avoir un effet sur la fabrication locale et régionale sans quoi si le système actuel “La mondialisation” continue, c’est que le tout est de la boulechitte.

      Chaque époque a connu sa révolution, il est temps que la présente époque connaisse la sienne.

    • Se séparer de la voiture? C’est est une épreuve; mais cela est sûrement supportable. Il va bien falloir, un jour, dire adieu aux ballades solo juste pour passr le temps ou pour aller voir si son chum est seul ou sentir ce qui se passe ailleurs quand les persiennes ne sont pas fermées…
      Les gens doivent changer de comportements. Bon, le covoiturage . C’est une bonne idée pour aller travailler, c’est une très bonne idée, mais ce n’est tellement pas dans nos moeurs.
      Se séparer de la voiture? La voiture est quand même le lien entre le milieu de travail et celui de la famille, très souvent, le travail est loin et, la famille est éparpillée dans la province.
      Se séparer de la voiture? À cause du prix de l’essence. Bien, j’ai toujours pensé que, quand on achète une voiture c’est parce qu’on a les moyens de payer l’essence. Il va en ressortir que les gens qu’on va voir en voiture seront des gens qui ont de l’argent. Mais je ne voudrais pas que les gens se mettent à économiser comme SÉRAPHIN sur la nourriture et le chauffage pour payer l’essence.
      Se séparer de la voiture? Bien, peut-être que des gens vont se découvrir des talents de bons marcheurs ou de bons coureurs!
      Sûr, il y a la bicyclette. La bicyclette! Elle a pris de la puissance! Pas besoin de pédaler! Mais faut suivre le code.
      Se séparer de la voiture? Je suis certaine que les gens vont dire à
      2.00$ le litre “on a pas le choix, il faut payer” persuadés que tout le monde pense comme cela.
      Se séparer de la voiture? Il faut peut-être changer de carburant: pu de pétrole, ok. Terrifiant scénario! Américains et Canadiens, nous sommes de la race du pétrole! Nous descendons du pétrole! Il faudrait refaire connaissance avec les chevaux. Mais, je ne suis pas sûr que les pommes de….. enfin, ça pollue, aussi, en plus, sur le Chemin du Roy ça sent la vache…

    • @ sigau
      merci de mettre l’info en ligne. Alors que la majorité des gens chiâle contre les pétrolières ou le gouvernement, la seule solution est de se préparer à vivre un jour sans pétrole.

      J’ai mis en ligne le rapport Hirsch présenté au département de l’énergie US en 2005, le rapport de Energy Watch Group qui parle d’un pic en 2006 et la dernière newsletter de l’ASPO (Asociation for the Study of Peak Oil and Gas) de la semaine dernière qui établit le pic en novembre 2007.

      D’autres documents PDF sont disponibles…

      http://www.picpetrolier.net

      à ceux qui pensent déménager (Pat, matisadan…),

      Il faut penser en fonction d’une vie sans pétrole! Si vous allez en banlieue, choisissez un lieu ou vous êtes à distance de marche d’un train de banlieue (ou ligne de métro, ou autobus), d’une épicerie et de tout ce qu’il vous faut dans vos vies respectives. Le problème s’en va grandissant alors ne calculez pas les pour et contre en fonction d’un prix à la pompe à 2$ ou 3$, si le prix monte à 5$ dans 5 ans vous serez quand même baisé!

      Personnellement, je me construis une maison en mauricie. J’ai de la difficulté à trouvé un terrain parceque, justement, je prend en considération plein de choses: orientation du soleil, grandeur du terrain (faire un jardin), proximité de l’école pour les enfants, des épiceries et surtout, proximité de la famille! Ça peut paraître banal, mais si on reste dépendant de la voiture pour avoir des activités familiales et des soupers entre amis, on va se retrouver chacun chez soi à se louer des films sur illico sur demande!

      Conseil à tous: vendez vos SUVs et vos gros 4×4 au plus sacrant! Qui va vouloir acheter un gros 4×4 avec l’essence à 4$/litre dans quelques années?

    • On ne sait pas: tout ça n’est peut-être qu’un truc, élaboré par des réseaux occultes, pour parvenir à ce qui au départ semblerait contradictoire: réduire progressivement mais substantiellement les émissions de GES par les véhicules sans faire baisser les GROS profits des pétrolières. Il n’y a pas de meilleure façon pour limiter la consommation de ce qui reste des réserves de pétrole aux compagnies de transports (avion, bateau, train, camionnage commercial).

      Peut-être qu’il n’y a pas que les gouvernements et les écolos qui ont élaboré des stratégies pour faire baisser la consommation de pétrole par la masse populaire.

    • Prenons votre situation sur 5 ans M.Lagacé, 2 choix vous restez en ville mais vous voulez une plus grande maison disons 2000 p/2 pas trop loin de votre travail avec une passe d’autobus et 1 petite voiture. Maison: 2000 x $225 pi2, 450,000 – 100,000 (mise de fond) = 350,000 hypothèque à 6% sur 25 ans dont voici les chiffres par mois:

      2240 hyp.
      333 taxes
      60 passes bus
      416 auto ( .50 du km x 10,000)

      total par mois = 3049 x 60 mois = 182,940 soit 183,000$

      votre maison de 450,000 a pris 5% par années= 574,000$ – 450,000

      profit 124,000 – 183,000= 59,000$ dollars si vous restez à Montréal j’ai évité les calculs de la valeur présente

      Pour une banlieu à 50 km de Montréal (un peu avant Marieville)

      maison à 200,000 -100,000 (mise de fond) hypot. 100,000

      639 hypot.
      166 taxes
      2000 voitures (2 voitures 10,000 kms + 30,000 x .50$ kms)

      total: 2805$ x 60 mois =168,300

      la maison de 200,000 a pris 5% soit 255,200 profit de 55,000 – 168,300

      donc 113,300$ pour habiter dans une banlieu éloignée.

      Evidemment vous n’êtes pas dans le trafic puisque vous avez des heures flexibles en tant que journaliste. Aussi combien vaut votre temps de voiture pour vous rendre au travail.

      tous ces chiffres sont évidemment discutables tout dépendant du lieu, de la sorte de voiture petite, neuve, usagée etc. Cela démontre juste qu’il est préférable de vivre à Montréal en période de prospérité. Une bulle immobilière pourrait tout changer dans ces scénarios. Comme on dit la meilleure prédiction est celle que l’on fait après.

    • Ce n’est pas la solution.

      On sait très bien que les pétrolières refileraient immédiatement la facture aux automobilistes qui sont laissés sans défenses face a ces exploiteurs sans scrupule.
      Et ça ne donne rien non plus de perdre du temps a boycotter une ou l’autre de ces enseignes ils ont les mêmes propriétaires. Ce sont les mêmes actionnaires majoritairement et c’est évident qu ‘il y a collusion et que ces bêtes a cornes forme un monopole mais si c’est difficile a prouver .
      La solution Pierre Trudeau l’avait laissé en héritage au peuple Canadien en lui donnant la propriété de Pétro – Canada que Brian Mulroney, ce valet par excellence de la haute finance et des multinationales, s‘est empressé de refiler a ses amis de la – free entreprise-
      Ca prend pas un cours classique pour comprendre que si on est propriétaire d’une pétrolière en tant que contribuable nous allons accumuler ces milliards de profit qu’ils nous est possible ensuite de réinvestir dans les infrastructures routières.
      Pourquoi toujours laisser une poigné d’individu s’enrichir au détriment des populations?
      Réveillons-nous, nationalisons Pétro – Canada ou encore comme le dit le prof Lauzon une raffinerie.
      C’est immoral de se laisser exploiter de la sorte.

      Fernand Turbide

      .

    • « Désolé de me réjouir du malheur des autres, mais ça va obliger les villes à penser l’urbanisme et les moyens de transport en fonction d’une diversité d’utilisateur et non uniquement en fonction de l’automobile. Je suis tanné de subir la dictature de l’automobile. »

      Unspoken_Request, j’ai envie de vous inviter à souper simplement pour cette phrase.
      C’est navrant d’entendre des gens hurler à l’exploitation et demander que des manifs monstres soient organisées. Ce n’est pour le prix du pétrole qu’il faudrait manifester, mais bien pour du vrai transport en commun. Surtout en région!!

    • Je suis étudiant à La Pocatière et je ne descend pas souvent chez moi en Beauce. En effet, j’ai rempli mon auto d’essence et le litre coutait 1,28$. Coût total de la facture: 50$ pour une TOYOTA TERCEL. Je ne veux pas imaginer la facture pour 1,40$/litre. Il va falloir que l’industrie de l’automoblile trouve une solution, que le gouvernement en trouve une parce que sinon c’est l’ensemble de l’économie qui va en souffrir. Étant donnée que le litre d’essence coute de plus en plus cher, le prix des biens ne cesseront d’augmenter.

    • Moi ce qui me fait rire dans tout ça, c’est qu’on peste contre les pétrolières, on les accuse de faire de l’argent sur le dos du pauvre monde, d’être des voleurs, etc. Mais au Québec, on est un peuple de chiâleux qui n’agit pas. On râle un peu, mais on continue de faire le plein dans notre beau gros char dont on ne se départirait pour rien au monde. Trop pratique, apparemment. Personnellement je n’ai pas de voiture et ça ne me pose aucun problème. J’utilise les transports en commun, qui me conviennent parfaitement. De toute façon, il faut voir la réalité en face : le pétrole n’est pas là pour rester et bientôt, il faudra penser à d’autres moyens de se déplacer.

    • je ne crois pas ce que je lis : les pétrolieres font trop d’argent !!!. aux dernieres nouvelles, y sont là pour ca!!! c’est pas un organisme a but non-lucratif c’est une business

    • Et si on retourne un peu en arrière, vers les 1970, le “gallon de gaz” se vendait 0.50…à 1.40 le litre on parle de 6.36 le gallon canadien et 5.30 pour un équivalent de gallon américain. Mais les Amerlocs ne paient que 3.60 le gallon..nos taxes à l’ouvrage ???

    • Nous habitons le fond du 450, et ma copine prend le transport en commun… Pour l’instant, nous rentabilisons la passe d’autobus, surement que ça va changer, mais il reste qu’une passe d’autobus est partiellement déductible sur les impôts!

    • A ceux qui dise que les maisons a Montreal sont hors de prix… Bonne Blague. J’habite a Victoria en Colombie-Britannique et la maison moyenne en ville coute facillement 600 000$. L’essence ici aussi est a $1.39.

    • S.V.P. regarder autour de vous la “grosseur” des véhicules… est-ce que tous ces gens ont besoins d’avoir d’aussi grosses voitures? allez faire un tour en europe…vous allez voir que les autos sont pas mal plus petites et consomment bcp moins… d’ailleurs si les USA avait le même parc automobiles que l’europe…c’est 25% de moins qu’il aurait besoin pour leurs consommations quotidiennes…

    • Ce qui me fait rire c’est que l’on va revoir le fameux courriel qui va nous inciter à boycotter Pétro-Canada(En passant celle qui faut boycotter est Esso/Exxon un des plus gros pollueur au monde). Les gens qui pensent que cela va faire changer le prix de l’essence se gourrent totalement. Donc ceux qui pensent envoyer ce courriel à leur amis SVP lisez les journaux et essayer de comprendre le pourquoi de cette hausse.
      La seule façon de faire un petit quelques choses pour influencer le prix serait de changer nos habitudes de conduites et il faudrait lâcher les gros SUV.

      P.S. En passant, je ris de voir les épais avec leur gros Hummer, Porsche Cayenne etc..à vider leurs poches pour nourrir les pétrolières.

    • Faîtes-moi pas pleurer …

      Vous voulez payer votre condo moins cher à Mascouche ! Voilà l’étalement urbain qui vous rattrape alors payez ! pis j’espère que le prix va monter encore et encore et encore …

      à vous entendre, vous n’avez pas le choix de payer … Irez-vous jusqu’à vous prostituer pour acheter du gaz ?

    • Constatation:

      - Ceux qui sont pour et contents de la hausse des prix de l’essence n’ont pas de voiture, demeure en ville (avec tous les transport en commun), demeure près du travail et ont peu de déplacement à faire. Bravo! C’est facile être pour quand ca ne vous coûte pratiquement rien comme sacrifice…

      Imaginez, le Québec (on oublie le ROC pour l’instant) est assez immense. Je suis de Gaspé, mes parents demeurent à heure de route(2 hrs aller-retour). Mes frères et soeurs (2-2) demeurent: Québec, Mauricie…

      Faire l’épicerie, conduire les enfants à des cours… aucune autre possibilité que la voiture… et non, il n’y a plus de charette en Gaspésie…

      Le pire dans tout ça, c’est les co de pétrôle qui se graissent la patte… Si taxe de plus il y a, elle devra être en fonction de l’offre alternative de déplacement…

    • Peut-être faudra-t-il un soulèvement pour que l’on nationalise nos ressources naturelles….de l’or jaune à l’or noir sans oublier les diamants du nord…ALLER HOP!!!…n’attendons pas que l’on se mitraille dans les rues

    • J’habite un village en région où il n’y a que des maisons et un dépanneur. Pas de piste cyclable, l’autobus y passe 2 fois par jour à 6h30 et 17h30. Pensez-vous que je peux l’utiliser? Non évidemment, alors je dois utiliser la voiture. Nous avons donc acheté une Camry hybride. Nous essayons de regrouper nos sorties la même journée pour sortir le moins possible. Le travail (de nuit) de mon mari est à 10 minutes en voiture. Il est absolument impensable de ne pas avoir de voiture mais on a essayé de faire notre part. Une chose est certaine, si nous habitions dans un grand centre il est certain que nous n’aurions pas de voiture, on louerait au besoin.
      Au Québec les distances à parcourir sont grandes, la voiture électrique n’a pas beaucoup d’autonomie, par contre si on rapetissait la grosseur des voitures et que les hybrides étaient plus abordables on verrait un changement. Je crois que c’est là que les gouvernements pourraient intervenir en encourageant l’achat des hybrides en redonnant plus que les taxes. Au lieu d’investir sur des prolongements d’autoroutes pour augmenter la quantité de voitures et de camions monstrueux sur les dites routes, qu’on utilise le train et le bateau pour le transport de marchandise, et qu’on augmente les trains de banlieu et qu’on améliore le transport en commun. Il me semble que ce serait agir plus intelligemment de la part de nos gouvernements. De toute façon ils ne gagneront jamais contre les pétrolières, la seule façon d’agir c’est en consommant moins de pétrole, pas en menaçant les pétrolières, elles ont le gros bout du bâton de toute manière.

    • La hausse du prix de l’essence est une bonne chose. Avant c’était moins cher que le prix d’une bouteille d’eau. Je crois que nous avons longtemps été privilégiés. Maintenant le coût de l’essence à sa juste valeur marchande s’en vient. En fin de compte, ce sont encore les boomers qui en auront profité le plus. Et paradoxalement, ce sont les plus chialeux. Allez donc y comprendre quelque chose.

    • Mais oui, mais oui, comme on le lit dans un commentaire ci-dessus, il faudra certainement attendre que les réserves soient épuisées avant que l’on agisse sérieusement, car n’est-ce pas toujours comme ça que nos sociétés fonctionnent? C’est dans les moments de grande adversité que l’homme est le plus inventif.

    • Ça n’a pas de bon sens. Le prix du litre augmente comme si c’était une logique. Les pétroliers se disent qu’ ils faut augmenter le prix de toute façon il vont le payer. Il sont malades les compagnies. En plus de payer cher le gas, certaines pompes sont défectueuses. Comme nous l’apprend hier une étude : 1 pompes sur 20 ne donne pas de gas. Ca veut dire qu’on réçoit de l’air si on tombe sur une pompe défectueuse.
      Quand on pose la question à un ministre il dit ”qu’Il n’est le Hugo Chavez du Québec”. Les ministres ne se plaignent pas pourquoi? parce qu’ils utilisent leur auto une fois par semaine. Ils ont des voitures de service dont le gas est payé par nous autres. Comme Mr Lagacé, en 1999 quand je voyais le prix du gas je me disais souvent wow ce n’est pas cher aujourd’hui. Tout à fait le contraire de nos jours.
      C’est logique que le prix du pétrol augmente à cahque matin parce que nous utilisons encore nos autos.
      MA SOLUTION: Je voudrais que chacun laisse son auto à la maison pendant 1 semaine. Utilisons tous le transport en commun et nous allons voir la réaction des pétroliers et du gouvernement. D’ailleurs cela permettra à la Montréal d’être une ”ville propre”
      Faisons comme Laval dont l’arrivé du Métro est victime de son propre succès. Il est temps que les cosciences changent. Pour survivre à ce monté de prix, le seul moyen : c’est d’utilisé le transport en commun :)

    • http://youtube.com/watch?v=z7dtjsEEE1I

    • Serait-ce le temps de nationaliser une raffinerie?

      Léo-Paul Lauzon (corrigez moi si je me trompe) avait déjà lancé cette idée farfelue (à l’époque) d’un retour gouvernemental dans le raffinement du pétrole.

      Il est connu que les grandes pétrolières génèrent la grande partie de leur profits sur les marges du raffinage. Le petit détaillant (indépendant ou affilié) ne perçoit qu’une infime partie des marges bénéficiaires.

      Un retour gouvernemental (et j’entends déjà les grands libérateurs des marchés crier) permettrait “d’assainir” un marché oligopolistisque (un mot scientifique pour mafia). Ainsi, la collectivité aurait techniquement un moyen de pression sur les pétrolières pour réduire les marges.

      Cette idée est farfelue compte tenu des coûts astronomiques associés à la construction d’une raffinerie et à l’historique d’inefficacité magistrale du gouvernement dans les grands projets (Métro de Laval, Autoroute 30, Gaspesia et notre fameux Stade-O).

      Je vous comprends, amis du Plateau, quand vous dites qu’il est si facile de vous déplacer vers votre emploi / logement / commissions, etc. La vie est belle pour vous, je crois que nous devrions tous partir de la région et venir fêter, en vélo, avec vous.

      Vous devriez arrêter de vanter votre paradis, ne trouvez vous pas vos loyez assez chers comme ça? :-)

    • @indeedtd…

      Ooh mon dieu je n’ai pas commenté sur le sujet présenté…!!! Votre conformisme évident me le pardonnera-t-il un jour?

    • Bonjour,

      Moi c’est l’inverse, j’habitais à Laval et depuis 3 ans, j’habites à montréal !
      La question est à quel endroit à montréal !? Dans mon cas, j’habites Cartierville, beaucoup d’espace vert, de belles rues larges parsemées d’arbres matures avec de vrais trottoirs, des maisons ayants plus d’identités et… Je n’ai plus de pont à traverser !!!
      Bref, je m’ennuie pas trop des quartiers récents de Laval avec les cabanes à moineaux identiques cordées sur de terrains minuscules de 3000 PC avec un piquet sur le terrain en guise d’arbre…

      Concernant l’essence, en Amérique, on sur-consomme, s’en est rendu ridicule, plus gros producteurs de déchets, plus gros consommateurs d’énergie, plus haut taux d’obèses au monde… Le prix de l’essence coûte encore plus chère en europe, là-bas, pas il n’y a presque pas de SUV pour tranporter 2.5 personnes !!! Les petites cylindrées sont très populaires ainsi que les scooter mais les transports en commun sont mieux adaptés qu’ici… Anyway, pour tous ces obèses, une petite marche de temps en temps ou un p’tit tour de bicyclette ne fera pas de tord !

    • Unspoken_Request : je comprends ton point de vue, je l’ai déjà partagé, pour être né à Montéal et y avoir habité pendant 30 ans. Mais, en tant que néo-ruraux, ma voiture est mon outil de travail : je fais de la réinsertion sociale et les jeunes dont je m’occupe sont souvent pris dans le fond d’un rang, isolés, sans moyens de transport. La hausse du coût de l’essence entraîne donc une hausse des coûts d’exploitation des organismes similaires à celui où je travaille, comme elle isole de plus en plus certains jeunes de la région. Je ne m’en réjouis donc pas…

      De plus, je ne crois pas et je ne souhaite pas que la fin du pétrole est la fin de la voiture. J’attends impatiamment une offre de voitures plus vertes à coûts abordables.

      Autre point, c’est cette manie d’associer et de vouloir à tous prix une hausse des coûts énergitiques pour sauver la planète. La gars d’Équiterre, l’autre jour, disais, du haut de sa bonne conscience, qu’il fallait que le coût de l’électricité reflète le coût du marché au Québec (pour restreindre la consommation). Or, même si le soi-disant coût ne suit pas le marché international, il reste qu’Hydro-Québec fait de plus en plus d’argent chaque année, c’est donc une entreprise rentable. Pourquoi alors empêcher les québécois de profiter de cette ressource renouvelable à un prix intéressant ? Pour protéger la planète ?? Moi je pense qu’Équiterre veut protéger ses contrats et qu.hydo se prépare à faire la piastre avec les chars électriques. En tout cas, je trouve irresponsable de prôner une augmentation tout azimut des coûts énergitiques !

      Finalement, à tous ces diseurs de bonne consience qui prennent l’avion douze fois par année pour aller dans des congrès écologiques, je dis cessez de frapper sur ma voiture et regardez-donc votre propre nombril : vous polluer autant en un seul voyage que ma voiture en trois années !

    • @ maxg
      Vous amenez un point intéressant sur la valeur du dollar US et du pétrole. Nous n’avons pas vu le prix de l’essence baisser pendant la hausse rapide de la valeur du dollar canadien vs le dollar US. Par contre, il est très difficile de comparer le marché de l’or et du pétrole (voir Krugman: http://krugman.blogs.nytimes.com/2008/05/12/why-oil-isnt-gold/ ).

      Le lien que vous nous suggérer ne démontre aucunement que le gouvernement est responsable pour le prix élevé du pétrole. Il s’agit plutôt d’une lettre auto-congratulatoire de Ron Paul (candidat défait aux primaires républicaines). Certaines de ses “solutions” ont été rondement discréditées:
      1. le congé de taxe sur l’essence n’est appuyé par aucun économistes. Hillary Clinton s’est fait descendre sur cette question la semaine dernière.
      2. avoir moins de lois et règles qui régissent les raffineries de pétroles. Moins de sécurité pour les travailleurs et l’environnement n’est pas un mix winner pour la majorité des gens.

    • Mak_yavel a raison sur son dernier point :
      *
      (Qu’on tente de nous convaincre que le progrès social et technologique c’est de tous nous entasser dans des wagons à bestiaux, gazés par les effluves de la transpiration et des parfums “cheap” de la populasse?)
      *
      Le transport public: c’est dégueulasse.

    • Je me suis patenter une catapule devant mon bloc appartement, avec une tension exacte et l’angle parfait, ça me prends environ 30 secondes me rendre au travail… Après le travail, je traverse l’autoroute lorsqu’un camion roule à pleine vitesse. J’espere, alors que le camion roule assez vite pour que je vole près de chez moi. Ensuite je me suis réveillé.

      J’ai de plus en plus envie d’aller dans les réunions du conseil municipal de Saguenay pour que Jean “là là” Tremblay améliore le sytème de transport en commun et, ensuite, m’acheter un vélo. Merde, je me suis encore réveillé.

      Plus sérieusement, ce sont des petites choses. Pas de coup de gaz ni de coup de brake trop brusque, rester entre 90 et 100 km/h dans les autoroutes, faire le plein d’essence lorsque je suis dans le milieu de mon réservoir, éviter de trop faire de détour en ville, vérifier la pression de mes pneus régulièrement, marcher lorsque je ne vais pas loin. Pour l’instant, c’est ce que je change. Je me connais et je vais me résilier à payer et revenir à mes mauvaise habitudes.

    • J’ai 31 ans et je n’ai jamais eu de voiture (mais je n’ai pas de famille). Lorsque j’habitais à Montréal, je trouvais ça normal. Cependant, je trouvais que le prix de la carte mensuelle de la STM augmentait beaucoup trop vite. Surtout que les seules «améliorations» que je remarquais, c’était l’apparition d’écrans plats de télévision dans certaines stations.

      Depuis deux ans, j’habite Sherbrooke et je trouve ça difficile. Très difficile. Je ne sors presque pas car le transport en commun à Sherbrooke est limité. Un déplacement qui prendrait 20 minutes en voiture peut prendre facilement 1h30 en autobus. Sauf que si je m’achetais une voiture, je n’aurais plus d’argent pour sortir. C’est ironique. Alors, je deviens du «cocooning»

      Toutefois, je trouve ça bien de voir que le prix du litre de lait sera enfin moins élevé que celui du litre d’essence.

    • @marty99

      Il n’y pas de bulle de l’essence (lire Krugman du New York Times). Le pétrole se raréfie et la hausse des prix ne semble pas être l’affaire de spéculateurs.

      http://www.nytimes.com/2008/05/12/opinion/12krugman.html?_r=1&scp=1&sq=krugman%20oil%20non%20bubble&st=cse&oref=slogin

    • Oui, c’est bien beau de parler de l’ environnement et que c’est bénéfique pour la recherche des solutions de rechange. Je n’ai pas d’objection car ça fait long temps que je roule avec une petite voiture, qu’importe le prix du litre. Un “char” c’est pour se déplacer du point A au point B et je me rends au centre-ville par le transport en commun. Des sous de moins pour le stationnement.

      Mais je chauffe toujours au mazout et que c’est un dérivé du pétrole. Il y a quelques années, c’était “pas cher” . Mais maintenant, j’ai déjà songé à chauffer au l’électricité, comme ça coûte deux fois plus cher maintenant. Il coûte des sous aussi pour la conversion. Au Québec, on ne peut pas ne pas chauffer en hiver. Nous ne sommes pas en Europe.

    • 1,55 euro ou 2,40$ cdn pour le sans plomb ici a Paris.

      Oui y’a des 4×4 mais y’a plus de petites voitures que d’hummer. Mais bon … c’est certain qu’une smart ca fait moins “sua coche” qu’un gros Lincoln Navigator.

      Pensez à ca avant de chialer.

      Ah oui j’oubliais … les autoroutes sont payantes ici. Vivement le retour des payages (encore mieux serait le nombres de passagers et la classe du véhicule).

    • mak_yavel : way to go !!!!!!!!!!!!!!!!

    • Je suis un de ces enthousiastes de la situation actuelle. Je consomme directement 0$ d’essence par année, donc je suis parmi les gens les moins affectés par la hausse des prix. Par contre c’est un choix de vie plutôt qu’un choix économique, parce que je pourrais parfaitement me payer un SUV même à 3$ le litre et habiter en banlieu, mais me tapper 2h de traffic par jour et déplacer 2 tonnes de ferraille pour aller m’achetter une pinte de lait, je trouve ça complètement illogique. Je crois que nous avons sauvagement viollé la planète au cours du dernier siècle, et il est grand temps que nous établissions des mécanismes économiques qui nous feront payer le coût réel de ce que nous consommons (l’impact à long terme de nos choix de consommation).

      Avec les prix du carburant à la hausse, tout les produits qui nécessitent un transport de longue distance deviendront plus onéreux, ce qui nous poussera à consommer localement autant que possible, et à utiliser des moyens de transport plus efficaces (maritime et ferroviaire). Saviez-vous que la construction d’une automobile nécessite environ 50 000 litres d’eau (potable), soit l’équivalent d’une piscine olympique? Si les 6 milliards d’habitants du globe consommaient de façon aussi hypocrite que nous, la planête serait bien rapidement un dépotoir à ciel ouvert…

      Désolé pour les gens de région qui n’ont pas vu venir le coup, mais vous aussi aurez la possibilité de changer vos choix de consommation, et vos communautés n’auront autre choix que de devenir quasi auto-suffisantes, ce qui encouragera une foule de commerces locaux, de loin préférables aux power-center et Wall-Mard de ce monde…

    • Pourquoi crier contre le prix de l’essence et la gaspiller avec vos motoneige,sea doo, et autre bebelles les fin de semaine.
      La seule chose a faire est de faire le maximun pour en depenser le moins et faire baiiser les prix.
      80 litres d’essence en 6 mois cet hiver, pres de 3,000 kl de marche.
      Arretons de crier au loup et diminuons le consommation le plus possible.

    • Moi, j’habite dans une banlieue de Boston. J’ai les mêmes problèmes que vous. Massachusetts a un bon système des trains, métro, et autobus. Il ne me faus q’une minute pour marcher à une gare. Je fais certain que mon boulot est toujours accessible avec le transport publique !

      Aussi, je rassemble mes courses.

    • Moi ça ne me dérange pas, je suis en BMW (Bus, métro and walk) et taxi aussi des fois.

    • hahah ils me font rire ses Québecois en france le litre est a 1.38 l`euro
      environ 1.60$ (dollars canadien)
      ques que vous avez donc a tous chialler
      allez faite comme tout le monde prendez votre vélo et cesser de polluer
      la planete vous le rendra :P restez optimiste en utilisant votre vélo vous allez predre ses kilo en trops !

    • Personnellement, je trouve cette situation très frustrante! L’augmentation du coût de la vie reliée à l’essence nous touche sur beaucoup d’aspects. Non seulement nos transports, mais aussi sur tous les produits et services qui contiennent du pétrole et aussi qui impliquent du transport et avec la mondialisation, on sait que ce que l’on retrouve sur nos tablettes a fait du chemin!

      Tout cela nous oblige donc à repenser chaque aspect de nos vies car on peut voir que la hausse du prix de l’essence commence à avoir un impact sur le prix de plusieurs produits et services. Et ce que je trouve frustrant dans tout cela, c’est que c’est quasiment un travail à temps plein que de vouloir être un consommateur responsable… Et, malheureusement, il faut avoir les moyens! Qui a vraiment les moyens de s’acheter une auto alternative, de rendre sa maison ou son logement éco-énergétique, d’acheter des produits bio et/ou qui proviennent de la région, etc… Je commence à être tannée de devoir toujours tout regarder et tout analyser quand j’ai besoin de la moindre chose, sans être en mesure d’être vraiment sûre que ce que l’on me donne comme information est vraiment la bonne.

      De plus, les alternatives proposées ne sont pas toujours très alléchantes. Plusieurs commentaires indiquent que l’on peut prendre le transport en commun au lieu de l’automobile. C’est vrai, mais, personnellement, j’habite sur l’ïle de Montréal et c’est parfois un vrai casse-tête quand je veux prendre le transport en commun. Ce n’est pas juste une question de se rendre au travail, mais pour tout le reste. Quand j’ai le choix entre prendre l’auto pour 15 minutes ou prendre le transport en commun pour 2h00 (avec tous les transferts que ça implique) pour me rendre où je veux aller, j’avoue que l’auto prend le dessus… Je suis pour le transport en commun, mais il faut avouer que présentement, le service est loin d’être en mesure d’absorber une augmentation significative de la clientèle et que ce n’est pas toujours très plaisant quand on veut l’utiliser hors des heures de pointe.

      Juste un petit ajout concernant Communauto. J’y ai été abonnée pendant quelques années, mais je me suis résignée à abandonner car je n’ai absolument aucun stationnement près de chez moi. Je trouve ce service fort intéressant mais, dans mon cas, je trouve cela décourageant de devoir me taper une heure de transport en commun pour aller en chercher une et une autre pour revenir chez moi… Mais, si j’ai la chance d’avoir un stationnement près de chez moi, je saute sur l’occasion!

      Toute cette situation est d’autant plus frustrante quand on voit ces grosses compagnies s’en mettre plein les poches… Je pourrais comprendre qu’ils haussent le prix de l’essence si leurs profits restaient à peu près les mêmes, mais, non, ils font de profits astronomiques! Et les gouvernements, qui sont supposés nous protéger, ne peuvent (ou ne veulent, aucune idée!) faire grand chose contre ces monstres économiques. C’est décourageant!

    • Il y a quand même moyen de s’adapter un peu à ces prix élévs= Je me suis acheté une Yaris et j’ai diminué ma vitesse à 90 km/h sur l’auroroute. Je suis donc capable de parcourir 750 km avec 40 litres d’essence. Par ailleurs, je parcours 50 km pour aller à mon travail… En roulant à 90km/h plutôt qu’à 110 km/h comme je le faisais avant, ca me prend approximativement 6 minutes de plus… Je conclus donc que ca ne change pas grand chose à ma vie de circluer plus lentement…

    • *Pour certaines urgences ou pour le transport de trucs lourds, je suis membre de Communauto (3 voiture à moins de 5 minutes de chez moi). Ma blonde et moi l’utilisons un peu moins d’une fois par mois.” – unspoken

      ====

      Communauto http://www.communauto.com/

      Un alternative à envisager.

      Pratique mais ça dépend du quartier où on habite.

    • un classique

      http://www.youtube.com/watch?v=Z-SuYQ5bVKk

    • Cela me fait bien rire quand je lis des commentaires du genre: “moi j’ai pas de voiture, l’augmentation ne me touche pas…) Vous ne comprenez vraiment rien. Tout le monde est affecté pcq tous les transports coutent plus cher. Et vous pensez que ce sont les compagnies qui absorberont ces coûts?? Et bien non, comme toujours, la facture sera transférée au consommateur, le dernier maillon de la chaine. C’est a dire vous, moi et tout le monde, voiture ou non. Réveillez-vous, ce problème touche tout le monde.

    • @m.lemay: Je veux bien manger des produits locaux, mais je veux aussi manger des bananes ;)

    • Si vous voulez bruler moins d’essence bien choisisser une voiture qui consomme tres peu comme une Yaris ou une Accent pas une Prius ou Civic hybride!

      Pourquoi me diriez vous …..bien une Prius/Civic hybride vous coutes environ $10000 at $15000 dollars de plus (penser financement) qu’une Yaris ou Accent et la difference de consommation n’est pas si enorme si vous combiner ville/autoroute (meme la Prius fait moins bien sur de grande distance) et aussi en achetant une Prius/Civic hybride vous faite cadeau a Toyota/Honda de plusieurs milliers de dollars (comme si ils en avaient de besoin) qui serait plus utile dans vos poches!

      Et aussi la valeur d’une Prius/Civic hybride apres quelques annees n’est pas tres bonne comparer a une Yaris ou autre modele de meme type.

      Un exemple une Civic hybride modele 2006 a environ $34,000 dollars sa valeur en 2008 avec pres de 70,000km est moins de $18,000 !

      N’oublier pas les couts de reparation plus elever (batterie,transmission) etc…

      Pensez’y ! ;)

    • À tous ceux qui disent que la hausse du prix du pétrole est une bonne chose parce que EUX restent à Montréal et qu’il ont accès au transport en commun et que le vélo c’est tellement tendance, je réponds : Quand vous paierez votre petit saucisson importé d’Italie acheté au marché Jean-Talon trois fois le prix because le pétrole utilisé par les avions/bateaux/trains pour l’importation, vous allez peut-être vous rendre compte qu’il fallait s’indigner en 2008 et cesser de croire que Montréal, c’est le nombril du monde.

      Je sais qu’on est pas tellement écoutés, que les gouvernements s’en foutent un peu parce que leurs amis… vous devinez la suite. Mais quand on aura VRAIMENT plus le choix, quand les sources de pétrole seront taries, tout le monde va se réveiller et se dire : mais qu’est-ce que je foutais moi, en 2008? C’est bien beau faire la morale, mais on a pas tous la même réalité! Pensons un peu plus à l’avenir bordel!

    • En 1969, l’essence ordinaire se vendait $0.39 le gallons impériales et le salaires de pompistes qui le livraient était de $0.80 de l’heure, ils leur fallaient donc .5 heure pour un galons d’essence. Et la moyenne des voitures faisait 10 milles au gallons soit 28 litres au 100

      Aujourd’hui la moyenne fait 15 litres au 100 Km en Amérique du Nord.
      En 2008, le salaire minimum est d’environ 8$ et ce même gallon impériale coûte 5.85$ (à 1.30 litres) soit 44 minutes ce qui fait donc une très légère marge d’augmentation et cette marge tombe si on calcule que les voitures consomment 2 fois moins.

      Coome dit l’annonce de Loto-Québec on s’habitue à être millionnaire et on s’est habitué à payer l’essence très bon marché depuis les années Clinton.

    • @Mak yavel
      “Facile de se péter les bretelles quand tu vis en ville, que tu ne travailles peut-être pas ou que tu as la chance de bosser à quelques coins de rue de chez-vous, mais ce n’est pas la grâce de tous!”
      J’ai pratiquement toujours habité en banlieue. Beauport, Charlesbourg, Longueuil, Gatineau.

      J’ai vécu longtemps à Charlesbourg, secteur Orsainville (banlieue de QUébec; Si ça peut). J’allais à l’Université Laval (à l’autre bout de l’agglomération, Sainte-Foy) et je travaillais sur Quatre-bourgeois (aussi à Sainte-Foy, proche de Cap-Rouge. En Bus (800-801), ça me prenait environ 1h00-1h30. Il y avait des Express (heure de pointe seulement) qui passaient par les autoroutes. Ça me prenait 40-45 minutes.
      Bref, en bus c’était au minimum 1h20-1h30 de bus par jour si je faisais grosso-modo du 9h à 5h. 2h00 à 3h00 par jour pour un horaire atypique.
      Avant ça, j’allais au Cegep F-X. Garneau (à la frontière entre St-Foy et Québec = 1h00 à 2h00 de bus par jour).
      L’été (moins de bus, peu d’express), je me rendais souvent en ville en vélo (et même parfois à l’Université).

      Aujourd’hui, j’habite à Hull et j’étudie ET travaille à Carleton University. Va sur google map et tu comprendras facilement que ce n’est pas la porte d’à côté. Je le fais souvent en vélo. Sinon, je dois prendre deux bus de DEUX SYSTÈMES de transport différent qui font un détour par le centre-ville d’Ottawa (Carleton est excentré, en allant vers le centre ville les bus de Hull m’éloigne de Carleton géographiquement parlant)..
      Ça prend 40-50minutes par trajet de bus, près de deux heures par jours…
      En vélo c’est un peu moins.

      2) “Quel demeuré!…”
      Vous m’insultez pour mes opinions… Très mature. Arguments ça vous dit de quoi?

      3)”On devrait alors faire payer plus cher aux “non-automobilistes” pour tous les produits et services, vu qu’ils ne contribuent pas pour les routes et pour l’essence de tous les transports de marchandises et d’humains requis pour tout dans cette société!…”
      Vos connaissances de l’économie sont médiocre.
      Chaque fois que j’achète quelque chose (service ou bien), le coût du transport est inclus dans le prix. Donc, jpour les biens et services issues du secteur privé, je paye comme vous.
      Pour le secteur public:
      Pensez-vous réellement que ce que vous payez en immatriculation, en taxe sur l’essence et lors du renouvèlements de permis de conduire suffit à payer nos infrastructure routière?
      C’est loin d’être suffisant! Le reste est payer par nos impôts et nos taxes.

      Je paye des taxes et des impôts comme vous.
      J’ai un permis de conduire. Donc je paye aussi de ce côté. De plus, le fait que je soit abonné à Communauto (que vous semblez ne pas connaitre ni comprendre) signifie que je paie en partie pour l’immatriculation des véhicules. JLe coût de l’essence nous est aussi refilé. Donc, je paye des taxes sur l’essence
      Bref, je paye pour des routes que je n’utilises que très peu.
      VOUS, en revanche, ne payez pas beaucoup plus que moi et vous usez beaucoup beaucoup plus des infrastructures routières.
      De plus, en ne prenant que très rarement une automobile, je contribue à limité la nécessité de construire de nouvelles routes, de nouveau ponts, et de nouveau stationnement. Pourquoi? parce que je ne fais pas augmenter la circulation.
      De plus, je contribue à limiter les épisodes smogs (qualité de vie), qui est un sérieux problème à Ottawa durant l’été.

      En refusant de prendre la voiture aussi souvent que possible, je suis un actif pour cette société et non un passif. Et vous osez me traitez d’égoïste parce que je trouve qu’une grosse partie de mes taxes pourraient servir à des choses de plus utiles et de plus constructif qu’à construire des routes et encore des routes?

      4)
      La fin de votre message n’est qu’insultes et fausses présomptions sur le type de personne que je suis et sur mon mode de vie.
      Au fait, je déteste les hippies (mon vieil héritage grunge et punk qui revient) et les granos de type “je m’habille avec du chanvre” me tape royalement sur les nerfs.

    • @pariah
      Vous dites:”A ceux qui dise que les maisons a Montreal sont hors de prix… Bonne Blague. J’habite a Victoria en Colombie-Britannique et la maison moyenne en ville coute facillement 600 000$.”

      Sauf que l’on a pas les mêmes salaires au Québec…

      Aux autres; pourquoi la hausse du coût de l’essence arrive le plus souvent au printemps ou durant l’été? C’est ignoble de faire ainsi de l’argent sur le dos du peuple. Et nos gouvernements ne font strictement rien?… Si l’on continue à se faire avoir ainsi, bientôt l’on ne pourra plus vivre dans les villes que l’on désire, ni manger à notre faim. Triste mais c’est déjà le cas pour plusieurs personnes.

    • @ Unspoken_Request

      Dommage, mak_yavel écrit mieux qu’il raisonne. En fait, il raisonne pas pire, mais il est tellement occupé à crier fort et vomi ses généralités à tout vent que ça l’empêche d’avoir une critique constructive.

      Il n’est pas payé, dit-il pour réfléchir aux solution! Chacun son expertise! Il gueule à propos des problèmes et les autres doivent trouver des solutions! C’est génial comme système!

      Et quand on est pas d’accord avec son point de vue, ben tabaslak c’est encore mieux, ça lui donne une autre raison de chialer!! Et comme il n’est pas payé pour trouver des solutions, ben tout ce qu’il trouve à faire, c’est de re-crier des énormités et re-vomir des généralités, c’est son champs d’expertise!

      Tsé, quand t’es bon dans une job…

      Pour moi, c’est tigidou. Bus l’hivers (2 heures par jour, mais bon, j’aime bien lire et les filles sont jolies) et vélo en été (ça vous creuse des pects ça m’sieurs, j’pense ben avoir mon six-pack d’ici la fin de l’été)

      Allez! Souriez! Fa bo dehors!

    • Très attendrissant ces appels à diminuer la consommation pour moins polluer.

      Vérifier si vous le pouvez, mais les usines qui ont fermé ici pour se transporter en Chine par exemple ont permis à des citoyens chinois d’acquérir des voitures….applaiàudissements svp.

      Seulement il faut les faire rouler et cela se fait avec du pétrole….vous n’applaudissez plus….ok

      Eh bien sachez que le gouvernement chinois achète tout le pétrole disponible sur la planète à n’importe quel prix et il subventionne le coût à la pompe….. alors en vous privant vous de pétrole, le chinois lui achète, en consomme pour fabriquer et/ou pour faire transporter les produits dans des industries qui ont fermé ici.

      Ce qui pollue le plus la planète ce sont les produits chimiques de toutes sortes qui sont surtout utilisés par les corporations.

      Mais lorsque l’on est exclave et manipulé, on peut croire tout individu que l’on précède de titre ronflant et les médias leur accorde une importance délirante pour faire en sorte que le peuple se sente responsable.

      Péloquin avait raison….

    • Comme,d’une part, le gouvernement engrange beaucoup d’argent avec les prix d’essence et que, d’autre part, un % des gens vont de plus en plus utiliiser la bicyclette comme moyen de transport….. Pourquoi ne pas prendre un % de ces revenus et les appliquer a aider le cyclisme ( pistes cyclables, abri, sensibilisations et publicités,etc)….Ce serait avoir une certaine vision des changements a veniret s’y adapter.
      C”est bien beau prendre sa bicyclette mais, en milieu urbain, souvent sa relève plus du rodéo ou du cross country que d’un moyen de transport entre le point A et B.

    • Ben voyons, Pat, c’est pas compliqué; tu roules à l’huile végétale et tu peux te rendre à NY pour moins de 40$…

    • @ mak_yavel

      Une fois tout le pétrole pompé de ces immenses poches souterraines, une fois le sol totalement vidé de ces tonnes de gallons de liquide épais et visqueux, n’assisterons-nous pas à des effondrements gigantesques, à d’immenses affaissements du sol, suite à ce vidage massif du sous-sol???

      Pourquoi ne pas y entreposer les gaz à effets de serre ?:D

    • “Bonbonne j’pends le char, je m’en vais chercher des batteries a pharmacie pour le mp3″…. Ca acheve ce temps la et c’est une bonne chose. Ya plein de facon de minimiser l’impact de la hausse, structurer ses deplacements, minimiser, ralentir etc.. et quand ce possible, marche, velo, tansport en commun… Tout cas, aucun impact dans mon cas, sauf peu etre une nouvelle satisfaction; le plaisir de reflechir avant de consommer

    • L’essence peut bien monter à 2$ en ce qui me concerne, c’est tant mieux pour l’environnement et tant mieux si ça contribue à démolir cette culture du gros char qui nous empoisonne l’existence. Je sais de quoi je parle, je vis à Gatineau, une banlieue dortoir conçue exclusivement pour et par (on le croirait presque) les chars.

      Et de toutes façons, les gens sont complètement irrationnels quand il s’agit d’essence. J’entends constamment des gens pleurnicher pour quelques sous de plus le litre, pour ensuite entendre les mêmes se vanter d’avoir acheté une Subaru flambant neuve avec 6000$ d’options dessus. Bref, on se vautre dans l’absurdité la plus totale.

    • @Ariri
      Le prix de l’essence élevé touche bien sûr tout le monde. Même ceux qui s’en réjouisse en sont conscient fait augmenter la facture de tout le reste.

      Ce qui me réjouit là-dedans, c’est que ça veut dire que l’ère du pétrole achève, ce qui est selon moi une bonne chose. À court terme, c’est sûr que ça fait mal. À long terme c’est bien.

      Il faut comprendre quelque chose: ça fait des années que nous ne payons pas le plein prix pour le pétrole. Les coûts liés à la dégradation de l’environnement et à la rareté croissante du produit ne se sont pa reflété suffisamment dans le prix à la pompe.

      Intégrer les coûts environnementaux de l’activité économique aux prix des biens et services que nous consommons est l’un des grand défis de notre siècle.
      Quand un lac ou des sols agricoles sont totalement contaminés, il y a une perte de jouissance pour nous et pour les générations futures qui auront à investir pour faire de la décontamination. Cette perte de jouissance (économique ou autre) a un coût.
      Autre exemple de ces coûts non comptabilisé: des stations services fermés qui reste à l’abandon en pleine ville parce que le terrain est contaminé et que la station a fait faillite ou refuse de payer, (l y en a plusieurs (ex bien connu coin Cartier-René Lévesque à Québec). Décontaminé ces terrains coutent chère et nécessite des investissements importants, ce qui limite les futurs utilisations commerciales de ces endroits souvent bien situés. Les coûts de ces dommages environnementaux prévisibles (c’est fréquent ce genre de contamination par les stations-services) aurait dû être inclus dans le prix à la pompe dès le départ, car ce n’est pas au gouvernement, ni à la société à réparer les pots cassés par ceux qui participe à ce genre de destruction. Que les responsables paie! Pollueurs payeurs. vous achetez de l’essence, vous contribuer à cette contamination par vos transactions économique avec cette station-service. À vous de payer. C’est votre responsabilité.

      On doit prendre ce genre de coûts dans le prix des biens que l’on paie.
      Bref, c’est le principe du pollueur payeur qui s’applique.
      Vos activités causent des dommages à notre société. Vous causez des ennuis à notre milieu de vie par votre consommation. À vous d’assumer une partie de la facture.
      En ce sens, ce n’est que justice que le prix de l’essence monte. Vous polluez plus que moi. Très bien, alors payez plus que moi.

      Je sais que ces hausses ne sont pas liés à l’application du principe de pollueurs-payeurs et que les cie pétrolière s’en mettent plein les poches.
      Ça n’empêche rien au fait que ces hausses ont des effets bénéfiques sur la consommation d’essences et sur la société en général.

      À moyen terme, ces hausses (qui j’espère seront combinés à une taxe et à un marché du carbone) signifieront, je l’espère, moins de smog, moins de contamination des sols, plus de gens en santé, moins de gaz à effet de serre, moins de ski-doo (polution sonore + GES), moins de bateau à moteur (une plaie sur les lacs), moins de colons qui font de la vitesse en auto, moins de trafic, plus de commerces de proximité, moins de wal mart et de power centre, plus de rue principale animée dans les petites villes et villages etc.

      J’ai lu des gens ne vivant pas à Montréal (je n’ai vécu que brièvement à Mtl) se plaindre de comment c’est donc impossible de vivre sans voiture…
      Guess what, il y avait une vie avant l’automobile. Et by the way, les voitures sont arrivés plus tard dans les petites villes et village qu’à Montréal ou à Québec…
      J’ajouterai que le système de transport de Québec et d’Ottawa/Gatineau sont très performant en général (considérant le fait qu’ils pourraient être mieux financés), et ce même si on vit en banlieue. Pour ce que j’en ai vu, celui de Sherbrooke, de Trois-Rivières et de Chicoutimi/Saguenay me semble assez bien aussi.

    • @ mak_yavel

      Vous écrivez: “Je ne suis ni ingénieur, ni physicien, ni chimiste, ni architecte. Et pas non plus ministre. Il y a des gens éduqués et grassement payés pour penser et solutionner ces problèmes de société, mais ils travaillent plus pour leur propre intérêt que pour ceux de la collectivité.”

      Autrement dit, vous n’avez aucune solution à proposer, vous vous en remettez aux autres pour régler vos problèmes et pendant ce temps vous allez chiâler dans votre coin contre tout et n’importe quoi, en prenant soin d’insulter ceux qui ne pensent pas comme vous, le tout avec une bonne dose de lieux communs.

      Bravo, vous avez un bel avenir comme animateur de lignes ouvertes.

    • Je n’ai pas lu tous les commentaires, alors désolé si je répète ce que quelqu’un a déjà dit.

      1- À moins que je ne me trompe, l’essence est un bien dit inélastique. Cela signifie que les consommateurs sont peu ou pas sensibles aux changements de prix (Économique 101). Personnellement, je ne crois pas que les niveaux de prix actuels nous pousserons, collectivement, à modifier nos comportements. C’est bien dommage.

      2- C’est la même histoire qui se répète en mai/juin de chaque année. La preuve est ici: http://youtubequebec.blogspot.com/2008/05/de-la-hausse-des-prix-de-lessence.html . Après tout, l’été est LA période de l’année ou les gens utilise le plus leurs véhicules. Une hausse de la demande implique nécessairement une hausse de prix.

      3- Il est drôle de mettre notre réaction collective à la hausse des prix de l’essence en parallèlle avec notre prétendue consience environnementale. (D’ailleurs il semble que nous ne soyons pas aussi verts que ce qu’on aime croire! http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20080513/CPENVIRONNEMENT/805130739/-1/LAINFORMER0502) Je ne suis pas un partisan de Stéphane Dion, mais il faut avouer que des prix plus élevés sont probablement la seule chose qui nous forcera à moins utiliser nos voitures et donc à réduire notre consommation d’énergie et nos émissions de GES.

    • Ça fait tellement d’années que je considère que le transport est une dépense des plus inutiles et une perte de temps que j’ai toujours fait des choix en fonction de le minimiser le plus possible. Ne serait-ce que mon travail me demande d’aller chez des clients avec une malette de trois tonnes, je n’aurais toujours pas de voiture. J’ai choisi d’habiter près des transports en commun, près du train, il me fallait à peine plus de 20 min. pour me rendre au centre-ville.

      Habiter à Montréal à long terme fut une très bonne décision au point de vue économique. Pour le prix d’une deuxième voiture on a pu se payer une maison en ville et la plus value est toujours à nous. Nous avons élevé 2 enfants avec une Toyota Tercel, alors ceux qui disent qu’il leur faut un 4 x 4, me font rire. Il confondent besoin et désir. Les loisirs étaient bien organisés, si bien qu’avec les activités parascolaires, je n’ai pas eu à faire le taxi sans arrêts. Mes enfants pouvaient revenir de l’école à pied. J’ai changé d’emploi et je demeure à moins de 2 km de mon bureau. Je peux y aller à pied. Je peux tout faire à pied à partir de chez moi, épicerie, dépanneur, loisirs. Avec le prix de l’essence qui monte et montera encore, je ne peux que me réjouir de mon choix. Notez bien qu’il n’y a pas qu’en banlieu où on trouve des maisons avec jardins, cour et tout le tralala pour que les enfants jouent dehors. Mon fils me faisait remarquer qu’il ne s’était fait agressé qu’une seule fois sur la rue, à 15 ans, en allant au cinéma à Laval. Alors, c’est quoi cette peur de la ville.

      Si ce n’était des règles absurdes de la Régie du Logement, qui découragent vraiment les propriétaires à entretenir leurs édifices, imaginez il faut plus de 20 ans pour récupérer le prix des réparations majeures d’une durée de vie de 15 ans, les immeubles à logements seraient mieux entretenus, la ville plus jolie et le voisinage plus intéressant. Mais ça, c’est une autre histoire.

    • 1.38€ en France… DOUZE cents de moins qu’à Dresden.

      Et toujours autant de traffic, malgré l’excellent transport en commun.

      En passant, je ne sais pas pour vous, mais ici le diesel est plus cher que le super depuis lundi.

      Au Danemark: 11.22 DKK, 2.32$
      En Islande: 185 ISK, 2.37$

      Alors Patrick, ne loue pas un 4×4 pendant des vacances :D

    • J’adore voire les apotres vert défendre les hausses du prix de l’énergie.

      Les pétrolières se sont fait de bons alliés.

      La crise du pétrole actuelle sent la même chose que celle des années 1970 où le brut a été détourné secretement vers Rotterdam Pays-Bas afin de créer une pénurie artificielle.

      À 100 $ le baril, les réserves mondiales de pétroles ont doublés, pour la simple et bonne raison que le pétrole qui coutait disons 50$ le baril à extraire est maintenant rentable.

      D’autres comme Unspoken Request font la promotion des bourses de carbones, bref, il vend un produit financier dont on évalue la valeur en 2020 à 500 milliards.

      Les boursicoteurs et les financiers vont s’en mettre plein les poches, mais l’impact sur le climat va être NUL car le gaz carbonique ne cause pas de réchauffement, l’histoire récente et lointaine le démontre et le tout est facilement démontrable, d’ailleurs, le juge en anglais qui a jugé le documentaire de Al Gore a jugé que le graphique qu’il présente ne démontre pas ce qu’il affirme. Car dans les faits si liens il y a entre le taux de CO2 et la température moyenne, c’est la température moyenne qui fait varier le taux de CO2 et non l’inverse. Je dis bien, si liens il y a, car les données des années 1900 ne démontrent pas de liens.

      Je suis plus capable de lire les apotres verts, ils sont ridicules et dogmatiques.

      En personne, par contre, la majorité sont des gens raisonnables qui sont prêt à remettre en question leurs idées reçues.

    • Le piege se referme trnquillement sur les banlieusard. Tout la société nord-americaine est basé sur la bagnole on a tout concu pour le char mais pas vraiment pour les piétons cycliste et le transport en commun.

      Et ca continue encore je suis aller a Candiac aujourd’hui dans le milieu d’un champ l’autre bord de la 30 ils ont construit un Cosco un reno-depot un bureau en gros etc… Evidemment faut y aller en char y aller a pied est inconcevable. Les zones résidentiels sont carrement de l’autre coté de l’autoroute. On ne construit pas de trottoir pour passer d’une zone a l’autre. Bref t’es obligé d’avoir une bagnole pour aller la.

      La on es rendu que beacoup de gens on tombé dans le piege de l’étalement urbain tant que le prix de l’essence était bas ca allait maintenant ils doivent payer le gros prix.

      Moi en te que tel je n’ai pas ce probleme j’habite en ville et j’ai tout a porter de marche. En plus en ville il y a encore plein de terrain a dévelloper pour batir.

    • Personnellement, ça n’a rien changé puisque je n’ai jamais eu ni voiture ni même de permis. Bien sûr, en certaines occasions j’aurais souhaité en avoir une, mais somme toute je n’ai jamais regretté ce choix.

      Cependant, la chose que je constate dans mon entourage et dans la rue, c’est que le prix de l’essence fait rager, mais qu’il n’est pas suffisamment élevé encore pour provoquer un réel changement des habitudes.

    • Rive-sud/Anjou 5 fois semaine aller-retour. En autobus environ 2h, en auto ça me prends 25 minutes! Le choix n’est pas difficile à faire. Mes habitudes ne changeront pas, ça va seulement coûter plus cher. Tant qu’à moi y faut s’y faire, Il y a pas si longtemps le gaz était à 0.99…

    • Une idée me vient et je voudrais la donner à ceux qui cherchent de nouveaux carburants. Si on veut éviter une pénurie de ce futur biocarburant, arrangez-vous pour qu’il soit recyclable. Si on l’avait fait avec le pétrole, on n’aurait pas ce problème d’approvisionnement : en effet, le plastique se recycle, mais l’essence s’évapore dans l’air. Si on pouvait la récupérer de façon solide et non gazeuse, même avec des propriétés affaiblies, ce serait mieux que rien : on pourrait peut-être refaire du pétrole avec cette substance. On le fait bien avec du bois, du métal, des vieux pneus et de l’huile à patates frites ! Qu’en pensez-vous ?

    • C’est pas tout le monde qui habite le Plateau… En région éloignée: t’as pas le choix d’avoir une auto.
      Et la hausse de l’essence touche tout le monde: le transport en commun aussi et celui des marchandises. Alors les péteux de bretelles qui disent qu’ils s’en foutent, vous viendrez en reparler quand les bananes seront rendues 10$ le kilo…
      Au smat plus haut qui affirme avoir un Hummer et qu’il faut seulement rouler moins vite, je crois qu’il faut avoir aussi une petite gêne… Hier, en plein centre ville de Mtl, cette horreur à la Gino faisait rire de lui. Fini les regards admiratifs des gars; je n’entendais pas Wow! J’entendais “Ça doit coûter la peau des fe…… en gaz ce monstre”. Mais j’imagine que pour les Gino, c’est un objet de fierté, ça prouve qu’ils sont de riches parvenus (les vrais riches sont discrets).

    • @ifive
      Si vous dites que le prix de l’essence n’influence pas le comportement des consommateurs:
      Pourquoi dans ce cas constate-t-on une hausse de l’achat de petit véhicule et une baisse de l’achat de gros véhicule?
      Pourquoi a-ton observé au Québec une baisse au cours des deux dernières années de la vente d’essence?
      Pourquoi, à Québec, l’achalandage du transport en commun est-il en hausse?
      + Regarder les reportages de la presse sur le sujet, on présente de nombreux cas de gens qui ont décidé de changer leurs habitudes de vie. Ce ne sont que des exemples. Ça ne vaut pas des données statistiques agrégés, mais les exemples semblent être en train de se multiplier.
      Autre exemple: Mon beau-frère, un grand adepte de l’automobile (son père est mécanicien), un Choi Radio X notoire (il est même abonné à la radio satellite de Jeff Fillion) ira au travail en vélo durant tout l’été. C’est 40-50 minutes par trajet (1h20-1h30 par jour).

      Ce n’est pas parce que vous avez suivi un ou deux cours d’économie et que vous connaissez le concept d’élasticité que ça vous permet de l’appliquer n’importe comment.
      La réaction des gens au prix est plus complexe que cela et même les produits où la demande est très inélastique comme le pétrole vont connaître des variation de leur demande en fonction du prix. Cette variation sera plus faible que pour un produits dont la demande est plus élastique c’est tout. Bref, inélasticité de la demande ne veut pas dire que la demande ne peut pas varier.

      De plus, cette grande inélasticité de l’essence est nuancé par un autre phénomène:
      La plupart des économistes s’entendent sur le fait qu’il y a un prix-seuil à partir duquel les consommateurs repenseront leur moyen de transport. Ce seuil varie bien sûr d’une personne à l’autre. Pour certain: c’est 1.10$, pour d’autre 1.40$, pour d’autre ce sera 1.60$ ou 2.00$. Au fait, les économistes de Desjardins croit que le seuil moyen est à 1.40$ au Québec…
      Une chose est sûr. Nous avons tous un tel seuil à partir duquel la qualité de vie (liberté) que peut apporter l’automobile ne compense pas pour les coûts élevés que ce moyen de transport engendre.

    • @libertyforever
      «d’après ce qu’on dit, le moteur à hydrogène dégageant de l’eau en bout de muffler existe non seulement, mais serait parfaitement fonctionnel.»

      Oui, il existe et est fonctionnel. Mais attention, comment faire des réserves pour l’auto. Soit que l’on rempli l’auto d’eau et que l’on fait une électrolyse, qui est beaucoup trop longue et demande de l’énergie elle-même, soit que l’on rempli les voiture d’hydrogène, qui dit hydrogène dit bombe ambulante. Et ça c’est sans compter le poids de la voiture lorsqu’elle sera pleine d’eau au d’hydrogène. Donc le moteur à l’hydrogène n’a aucun avenir. Reste le moteur à l’électricité, pas assez puissant pour l’instant, on pourra l’améliorer dans les années à venir pour diminuer le besoin en essence. La seule solution reste de trouver un moyen de produire des mini-réacteurs nucléaires, pas besoin de faire de plein, la durée de vie de ses machines seraient extraordinaire, mais avant il faut trouver une solution pour les déchets et être certain de la sécurité des ses voitures. Sans compter l’emprise des grande pétrolière sur toutes les formes d’avancement technologique sur les voitures qui font tomber le couperet lorsque l’avancée est significative.

    • «on pourrait peut-être refaire du pétrole avec cette substance. On le fait bien avec du bois, du métal, des vieux pneus et de l’huile à patates frites ! Qu’en pensez-vous ?»- calinette

      C’est impossible avec le pétrole puisque la molécule est fractionnée, le bris des lien carbone-carbone dégage l’énergie nécessaire aux véhicules. Capter tous les gaz et l’eau qui s’échappe de cette réaction ne serait pas suffisante pour recréer du pétrole, il faudrait créer une nouvelle méthode, de nouvelles installations et fournir une très grande énergie, probablement plus grande que pour séparer tous les composantes du pétrole. Donc, ce n’est pas la bonne solution et ça ne le sera jamais.

    • @ patlemay, @ squire,

      Je considère que j’ai passablement de culture générale et j’ai des opinions réfléchies sur de nombreux sujets.

      Mais j’ai pour principe que s’il y a des sujets que je maîtrise peu ou pas du tout, auxquels je n’ai pas de solution intelligente à proposer, il est préférable de m’abstenir de proposer n’importe quoi ou de supporter n’importe quelle bêtise.

      Par contre, ce n’est pas parce que je n’ai pas la solution au problème que je vais m’abstenir de le souligner, voire de le dénoncer, et d’exposer ma vision de la problématique.

      L’intelligence, ce n’est pas de dire n’importe quoi pour participer au débat.

      C’est de penser à ce qu’on va exprimer et d’être capable de l’argumenter et de le défendre.

      Et ça, ça ne semble pas accessible à tout le monde…

    • «L’étalement urbain… j’ai décidé de vivre près de mon travail et de l’épicerie… vive le centre-ville…»

      Misère!… Mais certains ne réalisent vraiment pas ce qu’ils énoncent…

      Vous pensez à quoi, exactement? Pensez-vous qu’on puisse, à coups de millions d’individus, retourner aux principes d’agglomérations des siècles précédents?

      Tous vivre en ville, dans de gros villages, sur un long boulevard comme au temps du far-west, où tout le monde habite et tous les commerces sont regroupés (incluant le saloon)???

      Des buildings couvrant quatre ou cinq pâtés de maison, de 100 étages, où tout le monde serait entassé parce que tout le monde voudrait “vivre en ville à deux pas de son travail et de l’épicerie”???

      Mais sur quelle planète, dans quelle galaxie vivez-vous donc?

      Comme si nous pouvions “TOUS VIVRE EN VILLE”?

      La bêtise n’a vraiment aucune limite………..

      (Y’a pas pire qu’un rêveur qui rêve à des conneries et qui parle en dormant…)

    • À en croire plus d’un commentateur urbain, la seule réalité québécoise se situe entre la ville et sa banlieue. Et bien, je suis heureux de vous prendre que le monde rural existe également et que c’Est à cet endroit que l’on produit une bonne aprt de la bouffe que vous consommez et pompez vers “la grande ville” quotidiennement. Et comme les agriculteurs ont des familles (et oui !), et bien il ya du monde qui y habite. Ce monde doit aller à l’école, et doit recevoir toute une gamme de services car se sont des gens comme vous, les urbains. Donc, il existe en dehors des métropololes et de leurs banlieues, toute une réalité qui, pour l’instant, n’est pas assimilable à celle que l’on retourve dans les deux lieux ci-haut mentionnés. Faque, si cela vous est possible, cessez-donc, pour un instant, de voir le RÉEL avec les ornières si caractéristiques des urbains. Avant d’habité en “région”, j’habitais Montréal et j’alalis à l’université en vélo chaque jour et je “preachais” à qui mieux mieux la valeur de mon style de vie. Maiis la réalité est complexe. certes, en “campagne” on utilise beaucoup la voiture, mais les puits de carbones y sont très présents. De plus, contrairement à la ville, l’effet aldebo y est passemblement réduit par la verdure omniprésente, ce qui réduit considérablement la chaleur. Finalement, nous n’Avons pas d’industrie autres que l’agriculture (du moins, dans mon nouveau chez-moi). Dois-je conclure que ma région est meilleure que Montréal pour le bilan écologique ? (en plus, on composte !) ? Non, car cela serait futile. Je n’ai pas à trouver de coupable car nous le sommes tous du fait que nous sommes humains et surtout vivants.

    • Le besoin de trouver un coupable et de le pointer du doigt est un principe fondamental de la politique et de la religion. Il permet de se conforter dans sa propre identité, ce que font plusieurs commentateurs de ce blogue. Par le fait même, ils tombent dans le piège de la nature humaine. Ces gens, même s’ils ont de beaux discours, ne règleront rien car ils sont incapables de se transformer eux-même.

    • @ “le_mechant”,

      Là, vous venez de sérieusement brasser la belle petite certitude de bien des granos du Plateau……

      :)))

    • ouian, ben je devrais faire un peu plus attention à mon ortographe… j’en rougis ! (mais je blogue en cachette à partir de mon bureau….)

    • @Lemechant
      Vérifier le taux d’urbanisation du Québec et du reste de l’occident est un problème avant tout urbain.
      Ce que je critique, c’est le mode de vie urbain + banlieue. C’est le premier responsable
      Les gens en campagne ou dans des petits villages, cessez donc de vous sentir visé à ce point. C’est pas vous le problème, c’est les villes!!!

      @Mak Yavel
      Cessez donc de faire du name-calling. Vous n,avez que peu d’argument et vous passez votre temps à insulter ceux qui ne sont pas d’accord avec vous en les traitant de granos ou de demeurés.
      Apprenez à discuter en adulte et de manière respectueuse. Les insultes ne font que démontrer un manque d’argument sérieux et une pauvreté intellectuelle.

    • “Comme si nous pouvions “TOUS VIVRE EN VILLE”?”

      Au dernière nouvelle, 80% d’entre nous vivait en ville…

    • Unspoken_request : oui, mais quand tu te montres heureux de la hausse des prix d’essence, çà concerne les ruraux également car l’essence augmente partout.

      De plus, au lieu de chercher à changer le comportement des autres, pourquoi ne dis-tu pas ce que tu pourrais changer dans ta façon de vivre ? Aurais-tu atteint la perfection ?

    • L’étalement urbain est une conséquence directe de l’urbanisation. Elle en est le corrolaire. Imaginez si nous stokions le monde en hauteur : ce serait un enfer sombre…

    • Unspoken_request est un apotre de la théologie verte, il ne faut pas trop en demander.

      Je me demande comment on peut se réjouir du prix de l’énergie, qui fait tout augmenter, en particulier les aliments, car ils doivent être produits(tracteurs, moissonneuses batteuses etc) et transporter et souvent transformer, toutes ces étapes vont couter plus cher….

      Il ne doit pas se rappeler de la fausse pénurie de pétrole entre 1973 et 1975 et des crises qui ont suivies.

      Les pétrolières ont depuis toujours jouer sur l’offre pour garder un prix élevé et aujourd’hui, on voudrait me faire croire que c’est la demande qui est en cause, on me prend pour qui?

    • Wow, merci le_méchant :))) Je commençais à me penser seule dans ma région éloignée. C,est facile de dire “Ben là, promenez-vous en vélo ou faites vos courses en autobus!” quand on habite à deux pas d’une station de métro et qu’on a pas d’enfant à trimballer partout. Premièrement, en région, il n’y a pas de transport en commun (en dehors des villes importantes) et il est très rare d’avoir un emploi dans le village même où nous habitons. Et vous essaierez vous, de faire une épicerie pour 5 personnes et la ramener à pied. Il y a des habitudes à changer certes, mais de là à se réjouir de la hausse du prix de l’essence quand pour une grande partie de la population c’est un besoin essentiel, et non un luxe.

      Et oui, Unspoken_request, même si j’habite en région je me sens visée quand on se réjouit de la hausse du prix de l,essence parce que je la subie moi cette hausse, comme tout le monde.

    • @rootdown

      vous dites:
      “le congé de taxe sur l’essence n’est appuyé par aucun économistes. Hillary Clinton s’est fait descendre sur cette question la semaine dernière.”

      c’est parce que Clinton veut augmenter les dépenses en plus de couper les taxes… donc augmenter le déficit

      pour mieux comprendre la position du Dr Paul sur les baisses des taxes sur l’essences… écoutez le Dr lui-meme

      www.youtube.com/watch?v=6wpjSYjNyiE

    • Étant actuellement étudiante sur l’île de Montréal, une voiture ne me serait pas bien utile, surtout avec ces hausses ridicules! Ça donne pas le goût de partir de Montréal, tout est tellement accessible avec le transport en commun… Mais l’attrait de la campagne avec ses terrains accessibles est tellement plus attrayant!

      Personnellement, j’opterais pour la maison en retrait de l’air pollué de la ville et le covoiturage, avec les frais d’essences partagés entre les passagers: on trouve des gens partout qui veulent voyager, à toute heure de la journée. Puis c’est plus écologique!

      Je suis certaine qu’il y a des systèmes de jumelage pour le covoiturage un peu partout, après tout, ce serait logique! Pour les trajets de longue route, je conseille Allo-Stop (www.allostop.com) ou Amigo Express(www.amigoexpress.com) : en tant que chauffeur, vous faites payer votre gaz par les passagers, et en tant que passagers, vous payez beaucoup moins cher que le bus voyageur!!!

    • @Lejuge
      1) L’argument environnement = religion se fait TRÈS TRÈS vieux. Et ce n’est pas parce que certains s’amuse à le répété ad nauseum que ça le rend plus véridique.
      2) La réalité: l’argument est fallacieux, car les religions sont basés sur des croyances, alors que les sciences environnementales (biologie, climatologie, géologie, hydrologies, économie, OUI L’ÉCONOMIE EST LIÉE À L’ENVIRONNEMENT) sont basées sur des FAITS vérifiables et vérifiés.
      3) Continuez de donner des étiquettes (théologiens). C’est plus facile que de répondre aux arguments que j’ai énoncés dans quelques un de mes messages sur cette entrée.
      4) Pourquoi je suis content? Je l’ai expliqué plus haut. Visibnlement vous ne m’avez pas lu et vous faites des jugements sur ma personne.
      À moyen et long terme, c’est une bonne chose. Tout le monde sait que l’ère du pétrole achève. Ce n’est pas de la théologie de le constater. C’est du réalisme. Le pétrole est de plus en plus dur à extraire, il y en aura de moins en moins.

      @lemechant

      “De plus, au lieu de chercher à changer le comportement des autres, pourquoi ne dis-tu pas ce que tu pourrais changer dans ta façon de vivre ? Aurais-tu atteint la perfection ?”
      M’avez-vous lu? Je n’ai jamais critiquez personnellement les gens ici pour leur choix de vie. J’ai dit que je suis content quand des changements écnomiques (hausse du prix de l’énergie) ou gouvernementaux (taxe sur le carbone) forcent notre société à faire attention à notre consommation et ultimement nous force à repenser notre mode de vie en dehors de la sacro-sainte automobile.

      Il y avait une vie avant l’automobile au début du 20ème. Les transports publics ont été racheté par le privée (compagnie automobile) en Amérique du Nord, puis réduit ou démantelé, Même chose pour les infrastructures ferroviaires (remplacé par l’autobus).

      J’ai aussi dit que, selon moi, les automobilistes coûtent très chère à l’État. Mon petit doigt me dit qu’une part trop importante des taxes que je paie va à payer des routes, des autoroutes, du déneigements, des viaducs, etc. Et ne me dites pas que je suis égoîstes. Je ne veux pas ravoir cette argent. Je préfèrerais que cette argent soit mis en éducation, en santé, dans le transport en commun et dans les pistes cyclables. Certains pays d’Europe du Nord font beaucoup mieux que nous dans ces secteurs.

      Plein de spécialistes disent qu’il y a trop de routes aux Québec. Notre système routier nous étouffe financièrement. Allez juste comparez avec l’Ontario. Je n’ai plus les chiffres avec moi, mais le # de km par habitants est beaucoup trop élevé. Ça nous revient trop chère d’entretenir ce grand réseau. Ce n,est pas de ma faute, mais celle des automobilistes.

      Au sujet de mes habitudes de vie. Vraiment encore là, vous ne m’avez pas lu plus haut. J’ai raconté en détails comment je vis pratiquement sans automobile. Bien sûr, je ne suis pas parfait. Personne ne l’est. Je souhaite seulement que la vie soit plus facile pour les gens n’ayant pas de voiture.

      Juste quelques exemples: vous n’avez pas idée à quel point ça peut être difficile de faire son épicerie sans voiture dans certaines banlieue. Ça demande vraiment du planning et de l’inventivité par moment. sous-exemple: il n’y a pas d’épicerie dans le Vieux-Québec (en fait il n’y a pratiquement aucun commerce de proximité dans le Vieux; le quartier bien qu’il y ait plein d’appartement est totalement désincarné); il n’y a pas d’épicerie dans le centre de Hull. Pourtant plein de gens y vivent.
      Des petites quincaillerie de quartier ou sur les rue principales des banlieue? Elles ferment toutes au profit des super-méga Réno-Dépot, seulement accessible en voiture le long des autoroutes.
      Pensez à toutes ces grandes surfaces qui font fermé les commerces de proximité. Imaginez comment c’est chiant de se rendre à pied dans ces grandes surfaces. Ça peut prendre 10 minutes simplement pour traverser à pied le stationnement d’un Power centre.
      Ces grandes surfaces conçus pour l’automobile rendent la vie très difficile pout n’importe quel non-automobiliste qui n’habite pas au centre-ville.
      Les autoroutes sont des balafres urbaines qui obligent piétons et cyclistes à faire de long détour simplement pour les traverser. Ça a brisé bien des vie de quartier. Le Chinatown de Québec a été détruit pour bâtir une autoroute…
      Nos villes et banlieues sont conçus pour faciliter les vie des automobilistes. Tout est fait en fonction d’eux.
      Simplement pour cette raison, vous ne me ferai jamais pleurer sur le sort des pauvres automobilistes qui paient leur gaz plus trop cher.
      Bande de pleurnicheur. Des vrais enfants-roi. Les automobilistes se plaignent la bouche pleine. Des gros bébés gâtés. Réveillez-vous!!! TOUT EST FAIT POUR VOUS ACCOMMODER!!!

      Oui, de mon côté, je vais payer plus cher pour tout le reste aussi, mais on est encore loin de l’inflation des années 1970. Tant qu’on atteindra pas ces niveaux, je ne peux pas dire que le 5 cents de plus sur certains produits va me déranger..

      “oui, mais quand tu te montres heureux de la hausse des prix d’essence, Ça concerne les ruraux également car l’essence augmente partout.”

      Je suis heureux, car à moyen et long terme, une transition vers une économie moins dépendante du pétrole est une excellente chose. Je l’ai dit dans mes messages plus haut. Lisez svp avant de me répondre. Vous me faites répétez.
      les fluctuations de l’économie feront toujours des gagnants et des perdants. C’est plates, mais le système capitaliste de plus en plus sauvage dans lequel nous vivons est ainsi fait.
      + j’ajouterai que la hausse du prix des denrées alimentaires pourraient, à moyen terme, aidé les agriculteurs, et, donc, l’économie rural.

      Enfin, il y a une belle illusion chez les gens vivant en région éloigné ou très loin de tout centre urbain: vous ne pourrez JAMAIS avoir le même niveau de vie et les mêmes service que des gens vivant en ville.
      C’est une illusion. Personne n’ose le dire dans les médias, mais c’est la réalité.
      Vivre loin des centres urbains a des avantages et des inconvénients.

      C’est un choix de vie. Vous devez apprendre à vous arranger sans certains services. C’est comme ça depuis qu’il y a des villes et des campagnes. À d’autres époques, seules les villes avaient de l’électricité et de l’eau courante. IL y a toujours eu une disparité. Il y en aura toujours. C’est peut-être injuste, mais c’est comme ça.
      Deal with it.

    • @Unspoken_Request

      “Au dernière nouvelle, 80% d’entre nous vivait en ville…”

      Je crois que vous jouez sur les mots, ville signifie Montréal. Si on considère que Montréal a environ 1,8 million d’habitants, on est loin de votre 80%. Je suis bien d’accord avec mak_yavel sur ce point. Il serait impossible pour tous les méchants banlieusards pollueurs, dont je fais partie, de déménager dans le 514, faute d’espace. Et il faut accepter la réalité du Québec et l’étendue de son territoire.

      Pour plaire aux verts purs et durs, il y aurait 2 solutions:

      1) Déménager tous les banlieusards en ville et leur donner une passe de bus/métro et une bicyclette pour qu’ils n’utilisent plus de voiture.

      2) Déménager tout le monde en région où il est bien vu d’utiliser une voiture étant les longues distances.

      C’est pas très réaliste. Si nous avions un système de transport en commun digne de ce nom, ça serait déjà un début. De mon côté, prendre l’auto = 40 minutes pour me rendre au travail. Prendre bus/métro = +- 1h20. Le double du temps plus la carte à payer en plus des assurances pour l’auto que je devrais payer même si je ne l’utilise pas pour aller travailler, + les mensualités.

      Alors la question ne se pose même pas pour moi. Faut aussi savoir que les méchants VUS se retrouvent aussi en quantité sur l’île où ils sont de la plus grande inutilité. Des propriétaires d’Hummer, il y en a aussi en ville. Alors il faudrait changer les mentalités de tout le monde avant de s’en prendre à un groupe précis. Faire 30 km pour aller au travail à partir de la banlieue est la même chose que de faire 30 km pour partir de l’est de Montréal pour aller dans l’ouest.

      J’ai des collègues qui habitent Pointe-aux-trembles et qui travaillent secteur Bordeaux-Cartierville, ça leur prend en moyenne 1 heure aller et 1 heure retour, pourtant, ils habitent Montréal.

      Je crois qu’il faut en venir à accepter cette réalité mais changer nos habitudes, nos mentalités et mettre plus d’argent pour avoir un vrai réseau de transport en commun.

    • @ Unspoken_Request

      Oh, mais je suis d’accord avec vous! Mais, le hic, c’est que je vois mal un embouteillage de chevaux sur la 15 le matin! Je sais bien que l’auto n’a pas toujours existé! Mais, une fois que ça existe, ça crée un besoin… Vous passeriez-vous vraiment de réfrigérateur sous prétexte qu’on vivait sans avant?

      Je suis très pro-énergie renouvelable! Mais, perso, je ne crois pas avoir tellement de poids dans la balance. Je prends le métro et ce, comme combien de milliers de personnes chaque jour? C’est quand on aura plus rien comme pétrole qu’on pourra, pour vrai, commencer à passer à autre chose!

    • @ mak_yavel

      Votre opinion me semble assez contradictoire, pour le moins… Je vous cite:

      “Je considère que j’ai passablement de culture générale et j’ai des opinions réfléchies sur de nombreux sujets. Mais j’ai pour principe que s’il y a des sujets que je maîtrise peu ou pas du tout, auxquels je n’ai pas de solution intelligente à proposer, il est préférable de m’abstenir de proposer n’importe quoi ou de supporter n’importe quelle bêtise.”

      Mettons… (bonjour le gros égo, mais ça c’est une autre question.) Puis vous ajoutez:

      “Par contre, ce n’est pas parce que je n’ai pas la solution au problème que je vais m’abstenir de le souligner, voire de le dénoncer, et d’exposer ma vision de la problématique.”

      Bref, vous confirmez ce que j’ai écrit: vous n’avez rien à proposer, donc vous vous contentez de chiâler.

      Ce qui m’anène à votre dernier point: “L’intelligence, ce n’est pas de dire n’importe quoi pour participer au débat. C’est de penser à ce qu’on va exprimer et d’être capable de l’argumenter et de le défendre.”

      Hélàs, si seulement vous mettiez en application cette dernière idée!

    • Le problème à Montréal c’est le transport en comun, comment fait une personne restant à Laval (j’aurais pu choisir bien d’autres exemples…) pour ce rendre à son travail à Pointe-Clair ou à Montréal-Nord…? Il doit prendre ça voiture aussi non avec le transport en comun il se tape 2h minimum de voyagement… il y a aucune alternative…

    • 1) Je ne suis pas un vert pur et dur, un grano ou autre chose du genre. Je suis un seulement NON-AUTOMOBILISTE. Est-ce si radical que ça de ne pas aimer l’automobile et le monde de l’auto?

      @nicolas gagnon
      2) Non ville ne signifie pas Montréal.
      Regardez mon deuxième message sur cette entrée. J’ai vécu le gros de ma vie en BANLIEUE de Québec. J’ai aussi vécu brièvement à LONGUEUIL et maintenant je vis à Gatineau, tout en travaillant/étudiant à Carleton University.
      À Québec, je pouvais souvent faire jusqu’à 3h00 de bus par jour… (versus 50 min. 1h00 en auto). Donc votre 1h20 d’autobus ne m’impressione pas vraiment D’ailleurs vous calculez votre carte de bus, mais vous ne calculez pas le prix du gaz. Je suis certain que ça va vous coûter plus cher en gaz si vous utilisez votre voiture pour aller au travail que pour la carte.
      J’ajouterai un autre truc: en bus, vous pouvez lire, dormir, faire une liste d’épicerie, faire quelques coups de télléphone etc. En auto, le monde chiale après le trafic… Je vous assure, c’est beaucoup moins stressant de se rendre au travail en bus plutôt qu’en auto.
      Personnellement, j’ai des dizaines de livres au complet grâce à mes voyages en autobus.

      Mon point: il est TOTALEMENT FAUX d’affirmer que le transport en commun et le vélo sont uniquement pour les gens vivant dans un centre-ville ou pire à Montréal. Les banlieues des villes comme Québec, Sherbrook, Trois-Rivières, Ottawa et Saguenay sont aussi très bien pourvu en transports en commun. Bien sûr, ce n’est pas suffisant. Notre société devrait investir dans ce secteur.
      Par contre, j’aI déjà vu des gens se plaindre de leur système de transport tout en ayant un circuit passant au 10 minutes à deux pas de chez eux…
      Qu’est-ce qu’il lui faut de plus? Le transport en commun, c’est pas un taxi!!!
      Les banlieusards qui pleurnichent en disant “c’est facile à dire de prendre le transport en commun, vous habitez en ville” ne m’émeut pas du tout. Ces gens sont ADDICTS à leur conforts et rechignent à faire un trajet de bus de plus de 20 minutes.

      La vérité: prendre le bus va tjs demander un petit effort de plus que de prendre son auto. Peu importe les améliorations que l’on peut faire au système. Il faut marcher (de l’exercice non!!!), il faut supporter les conditions météorologiques pendant quelque minutes (pauvre vous!!!), il faut attendre (bien difficile dans un monde hyperactif).
      La grosse question est donc: à quel prix d’essence cet effort devient supportable?
      Voilà une autre raison pour laquelle je me réjouit de la hausse. Plus le prix de l’essence augmente, plus les autres moyens de transport deviendrnot attrayant. Plus il y aura de non-automobiliste, plus les gouvernements devront investir pour améliorer les services et les infrastructures pour ces usagers.

      Cette raison n’a rien de vert en soi. Les non-automobiliste se font avoir en ce moment. Nous sommes des laissé poru compte. Nous subissons la dictature de l’automobile (voir plus haut pour quelques exemples).

    • @ squire,

      Votre mauvaise foi n’encourage nullement la discussion.

      Vous ne voyez et ne comprenez que ce que vous voulez.

    • Unspoken_Request : ne vous inquitez pas, j’ai lu tous vos post avant de vous répondre. Vous me semblez un peu paniquer en disant qu’on ne vous lis pas.

      1- “2) La réalité: l’argument est fallacieux, car les religions sont basés sur des croyances, alors que les sciences environnementales (biologie, climatologie, géologie, hydrologies, économie, OUI L’ÉCONOMIE EST LIÉE À L’ENVIRONNEMENT) sont basées sur des FAITS vérifiables et vérifiés”.

      Ce n’est pas parce que les faits sont observables et vérifiables, que leur explication n’est pas falsifiable. De plus, ne vous en déplaise, la science repose sur un modèle de croyances tout autant que la religion. Par exemple, la physique jsuq’à Einstein repose sur un principe de non-contradiction, alors que la physique quantique se balance du même principe. J’en déduis donc que devant l’impossibilité de saisir le RÉEL dans son essence, la science repose sur des postulats relevants de croyances. Il en est de même pour la théorie de l’évolution (qui est une théorie métaphysique par excellence) et des science environnementales. En fait, les croyances renforcent les interprétations scientifiques et les confortent. Avez-vous déjà vu Dieu ? Un croyant risque de vous répondre : non, mais j’ai vu sa trace kkpart dans le monde. Avez-vous déjà vu un atome ? Le scientifique vous dira : non, mais j’en déduis sa présence par la trace qu’il laisse dans mon outil d’observation. À un médecin à qui je posais la question, en fin de semaine dernière, à savoir s’il avait déjà vu un gène, il m’a dit : personne a jamais vu de gènes. Leur existence est déduite de l’obervation de faits, tout comme certains déduise dieu de la beauté du monde. Donc, il me semble inutile d’enlever toutes notions de croyances du monde scientifique.

      Partant de là, le caractère “religieux” de certains écolos est évident. Surtout quand il est renforcé par des attitudes dogmatiques, fatalistes (fin du monde, début d’un temps nouveau, etc,etc, et identitaires (les méchants/les gentils).

      “Enfin, il y a une belle illusion chez les gens vivant en région éloigné ou très loin de tout centre urbain: vous ne pourrez JAMAIS avoir le même niveau de vie et les mêmes service que des gens vivant en ville”.

      Celle est très bonne : car, en tant que natif de Montréal, je suis très bien placé pour faire la comparaison. Même en ayant maintenant un char pis un maison, j’ai plus d’argent dans mes poches que quand je vivais en ville pourle même salaire et le même travail (je suis pas agriculteur). Mon niveau de vie est donc franchement meilleur. Il en est de même pour mes rendez-vous médicaux. Je trouve franchement, même si je suis d’accord avec vous pour ce qui est la vie en ville (m’avez-vous lu ?) que vous parlez à travers votre chapeau. en fait, vous faites des généralisations fautives et basées sur des faits non-observables. De plus, ce que vous dites est très irritant pour les communautées agricoles. C’est comme si nous disions : nous allons garder nos meilleurs aliments pour nous, tant pis pour la ville. They just have to deal with it !!! (Honnêtement, plus j’y pense plus je trouve ce commentaire méprisant !)

      “j’ajouterai que la hausse du prix des denrées alimentaires pourraient, à moyen terme, aidé les agriculteurs, et, donc, l’économie rural”. oulala, ici on a un problème et on y trouve vraiment les opinions, car c’est de l’opinion, de kkqun qui parle sans connaître son sujet. Connaissez-vous des agriculteurs ? De mon côté, j’en connais plein. Et voici une situation typique : Pour des immobilisations de 2 000 000 $ en passif, le salaire d’un famille de 4 personnes : 20 000 $ annuel. Pis, la hausse des prix du pétrole, c’est une hausse des frais d’exploitation. C’est donc pas plus d’argent dans les poches des agriculteurs qu’entraine une hausse des prix des denrées alimentaires, mais, au mieux, le maintient de leur niveau de vie actuel. Mais si la demande baisse pour les denrée rendues trop chères, là çà peut très mal aller pour eux, considérant la valeur totale de leur passif.

      Unspoken_Request : écoutez, je le répète, je partage vos opinions pour la ville, mais je vous demande finalement d’arrêter vos jugements à l’emporte-pièce et de jeter un regard plus subtil sur la réalité globale. Je pourrais continuer à contre-argumenter (une hausse de 5 cents pour la bouffe ? parlez-en aux Haïtiens!), mais je dois retourner au boulot. Je trouve désolant que certains se réjouissent du malheur des autres parce qu’ils voient la lumière au bout de leur tunnel !

    • @Unspoken_Request

      “À Québec, je pouvais souvent faire jusqu’à 3h00 de bus par jour… (versus 50 min. 1h00 en auto). Donc votre 1h20 d’autobus ne m’impressione pas vraiment D’ailleurs vous calculez votre carte de bus, mais vous ne calculez pas le prix du gaz. Je suis certain que ça va vous coûter plus cher en gaz si vous utilisez votre voiture pour aller au travail que pour la carte.
      J’ajouterai un autre truc: en bus, vous pouvez lire, dormir, faire une liste d’épicerie, faire quelques coups de télléphone etc. En auto, le monde chiale après le trafic… Je vous assure, c’est beaucoup moins stressant de se rendre au travail en bus plutôt qu’en auto.
      Personnellement, j’ai des dizaines de livres au complet grâce à mes voyages en autobus.”

      Premièrement, je ne sais pas où vous avez vu une tentative de ma part d’impressioner qui que ce soit avec mon 1h20, je disais seulement que pour moi, 40 min était mieux que 1h20, that’s it, argumentez sur les bonnes choses quand même, je n’ai pas non plus verser de larme avec aucun de vos récits.

      Deuxièmement, si VOUS preniez la peine de me lire, vous verriez qu’il m’en coûte seulement 25-30$ /semaine d’essence et que je covoiture. Si ma copine et moi prenions le transport en commun, ça nous prendrait 2 cartes régionales à 100$ chacune, c’est le double de ce que ça me coûte en essence, et j’aurais tout de même les frais du véhicule à payer, alors refaite vos calculs.

      Troisièmement, tous vos loisirs dont vous parlez que vous faites en bus, et bien, le fait que ça me prenne au moins la moitié du temps me permet d’avoir des loisirs dans un environnement plus agréables qu’un bus ou métro, genre chez moi. Et ce que vous dites sur le chialage en auto à cause du trafic, ça pourrait peut-être être vrai mais je ne suis pas chialeux de nature. Mais en plus, le fait que je quitte pour le travail à 6h15, il y a 0 trafic sur la route, même chose à mon retour l’après-midi.

      Le facteur stress n’est donc pas à considérer, merci quand même de vous en soucier ;-)

    • « Vous me semblez un peu paniquer en disant qu’on ne vous lis pas. »
      Non, mais quand on me pose une question à laquelle j’ai clairement répondu je le souligne.

      Sur la science et la religion. Voulez-vous vraiment vous lancé dans un débat philosophique et méthodologique sur la science et la religion?
      Bien sûr, on est jamais sûr de rien. C’est un vieil argument éculé pour ramener la science au niveau de la religion. Peut-être que tout n’est qu’illusion et bla bla bla
      Toutefois, la science, contrairement à la religion, accepte qu’il faille douter de TOUT (incluant l’existence même du monde et de sa personne).
      Descartes et la méthode cartésienne sur laquelle est basée une bonne partie de la science moderne apporte une réponse à ce dilemme fondamental :
      Cogito ergo sum.
      Je pense, donc je suis; c’est la seule chose dont je peux être absolument certain, selon la Descartes et la méthode scientifique.

      De ces constats nous pouvons dire : la science est basée sur le doute, sur l’esprit critique, la religion est basée sur la croyance.
      La science produit du « savoir » en doutant constamment de ce qu’elle fait, en remettant en cause ses postulats, en révisant ses méthodes. La religion produit du « savoir » par argument d’autorité : « Dieu l’a dit »; « C’est écrit dans la bible », etc.
      La science révise constamment ses modèles, ses théories et ses lois en fonction des nouvelles données qui lui sont présenté. Pas la religion. Rien n’est jamais 100% certains avec la science (les scientifiques qui disent le contraire font une erreur sémantique ou bien il déroge de l’esprit scientifique).
      La science accepte la critique de son savoir, pas la religion.
      Mettre les deux sur le même pied d’égalité comme vous le faites maladroitement vous rapproche des tactiques fallacieuses utilisés par les créationnistes.

      À partir de ces éléments, revenons aux accusations de religion lancés à la face des sciences environnementales. Un savoir produit par une science, sans être 100% certain (car rien ne l’est), reste BEAUCOUP, BEAUCOUP, BEAUCOUP plus fiable que n’importe quel religion. Mettre sur le même pied d’égalité nos connaissances sur les changements climatiques et les histoires telles que « Dieu a créé Ève à partir d’un côte d’Adam » ou bien « Jésus a réssucité Lazarre ou je ne me souviens plus qui » est malhonnête intellectuellement pour toute personne se qualifiant de rationnel.
      Sans être certain, les connaissances apporté par les sciences environnementales sont supérieur à celle apporté par n’importe quel religion.
      La raison : elles sont basées sur le doute et non sur la croyance.

      « Ce n’est pas parce que les faits sont observables et vérifiables, que leur explication n’est pas falsifiable »
      Selon Karl Popper, toute théorie scientifique DOIT être falsifiable. Sinon, ce n’est pas de la science. Ce n’est pas admis par tous, mais ça reste grandement accepté

      « Partant de là, le caractère “religieux” de certains écolos est évident. Surtout quand il est renforcé par des attitudes dogmatiques, fatalistes (fin du monde, début d’un temps nouveau, etc,etc, et identitaires (les méchants/les gentils). »

      Il faut toujours faire les distinctions entre les connaissances que la science produisent et ce que les gens font avec… Ça me semble évident.
      Il reste que de comparer l’ensemble du mouvement pour l’environnement à une religion parce qu’il y a quelques zélés qui font des conneries est grossière erreur.
      Nuançons quelques autres points :
      - Les données scientifiques sur le réchauffement climatique et sur ses liens avec notre production de carbones sont très solides.
      - À partir de ce constat basé sur la science, affirmez que nos sociétés devrait réagir et changer nos façons de faire, n’est pas une religion. C’est une opinion politique et économique basée sur des donnés scientifiques qui démontre clairement que si l’être humains produisait beaucoup moins de carbones le problème serait moindre. Il n’y a rien de dogmatique ou de fataliste là-dedans. C’est une opinion tout à fait rationnel sur la direction que devrait prendre nos sociétés.
      - Sur les méchants et les gentils :
      1) Des gens se sentent coupables dès qu’on aborde la question des comportements environnementaux. Personne ne les accuse directement de quoi que ce soit et ils se sentent visés pareil. J’ai vu ça souvent. Les gens deviennent super défensif à la minute que je parle des raisons pour lesquels je n’ai pas de voiture. Les gens voient des accusations partout sur la question environnemental. Ils sentent le besoin de se justifier constamment. S’ils se sentent « méchant », c’est souvent de leur faute.
      2) Parler en terme de « méchant » et de « gentil » est toujours réducteurs. Ceux qui le font, font une erreur. Toutefois, ça ne fait pas une religion. C’est davantage une dispositions de l’esprit qu’autre chose, je crois. Il y a des gens qui voient en noir et blanc. Good and Evil. C’est simpliste.
      3) Scientifiquement, des comportements dommageables pour nous et notre environnement ont été clairement identifiés. On ne peut nier la chose. Pour prendre un extrême, si vous faites comme Homer Simpsons et que vous videz votre silos de purin de porc dans un lacs, votre comportement sera jugé moralement (et juridiquement) répréhensible, et avec raison selon moi. Donc, oui, polluer à outrance peut être moralement dégueulasse.
      4) Maintenant, est-ce qu’à chaque fois qu’on invoque un principe moral ou une norme social, il faut immédiatement parler de religion? Si on utilise la religion dans le sens Durkheimien du terme peut-être. Mais ce n’est pas de ce dont on parle ici. On parle de religion au sens usuel.
      Dans ce sens, il existe des principes moraux sans religion. Un assassin est moralement répréhensible. Même chose pour le vol ou le viol. Ça n’a plus rien de religieux aujourd’hui (ça l’a déjà été à d’autres époques). Ce sont des normes de vie (de base) en société accepté par la majorité. Est-ce que les Droits de l’Homme sont une religion? Bien sûr que non! Pourtant, il y a des principes moraux dans ces droits. Est-ce que les gens qui dénonce la torture à Guantanamo ou les décapitations des terroristes sont nécessairement religieux? Avoir des valeurs ne signifie pas qu’on fait partie d’une religion.

      Donc, comparez l’ensemble du mouvement environnemental à une religion, simplement parce que certains trouvent qu’il y a quelque chose de moralement déplorable à polluer autant ne signifie pas que nous sommes en présence d’une religion au sens commun du terme.
      L’utilisation du terme religion pour qualifier les mouvements environnementaux est une « gimmick » pour discrédité l’ensemble du mouvement. C’est malhonnête et ça ne reflète pas du tout la réalité.

      - Dire que « l’ère du pétrole achève » ne peut être comparé à votre « début d’un temps nouveau ». La plupart des donnés que nous avons à notre disposition nous apprennent que le pétrole va manquer. Il n’y a rien de religieux à faire une telle affirmation.

      « Celle est très bonne : car, en tant que natif de Montréal, je suis très bien placé pour faire la comparaison. Même en ayant maintenant un char pis un maison, j’ai plus d’argent dans mes poches que quand je vivais en ville pourle même salaire et le même travail (je suis pas agriculteur). Mon niveau de vie est donc franchement meilleur. »
      Je ne sais pas où vous habitez, mais ça rendrait vos propos plus intéressant si vous le faisiez.
      Pour ma part, je parlais des régions éloignées et je ne parlais pas d’avoir plus d’argent dans ses poches. Je parlais des services telles que les service de transport en commun, de services scolaires (des villes et villages sans cegep, sans écoles secondaire ou même sans écoles primaire il y en a), des services très spécialisés de santé ou d’éducation, comme la physiothérapie, la chiropractie, l’acuponcture, l’orthodontie, les pédagogues spécialisés liés à des troubles d’apprentissages etc. Ce n’est pas pour rien qu’il existe des moyens de transports par avions pour les cas de santé lourds. Certains services ne sont pas accessibles à 10 minutes de voitures. Ça fait partie de la game quand on vit loin de tout centre urbain. C’est de ça que je parle.

      « vous parlez à travers votre chapeau. en fait, vous faites des généralisations fautives et basées sur des faits non-observables. »
      Ceci est une accusation qui mérite une démonstration. Sans appuyer votre accusation par des exemples, elle ne vaut rien.

      « De plus, ce que vous dites est très irritant pour les communautées agricoles. C’est comme si nous disions : nous allons garder nos meilleurs aliments pour nous, tant pis pour la ville. They just have to deal with it !!! (Honnêtement, plus j’y pense plus je trouve ce commentaire méprisant !) »
      Regardez mes explications sur ce commentaire, ça devrait vous aidez à y voir plus clair sur ce que je vise.
      Si vous ne comprenez toujours pas à quoi je faisais référence :
      C’est quoi, vous voulez des stations de métro dans votre ville/village? Vous voulez le meilleur hôpital avec toutes les spécialités? Vous voulez une Université juste pour vous? Vous croyez qu’il faudrait bâtir des autoroutes pour relier toutes les villes et villages du Québec? C’est de ça que je parle. Les gens vivant loin des grands centres ne peuvent s’attendre à ce type de qualité de vie. Vous ne pouvez pas avoir un festival à toutes les deux semaines comme à Montréal. Vous ne pouvez pas avoir un aussi bon système de transport en commun.
      Et vous trouvez ça méprisant parce que je vous dit que c’est impossible? C’est simplement la vérité.
      Au fait, vous reconnaissez vous-même que ça vous coûte moins cher vivre en région plutôt qu’à Montréal?
      Et vous souhaitez me sensibilisez au fait que le prix de l’essence monte aussi là où il n’y a pas de système de transport…
      Moi je vous répond : 1) c’est ben de valeur, ils sont pognés pour payer plus chers pour l’essence car il n’y a pas bcp d’alternatives, mais en bout de ligne ça fait partie de la vie en secteur rural. Tous les services ne peuvent être à porté de main.
      2) Ce n,est pas parce que l’essence fait mal aussi au monde rural que le mouvement global, planétaire et national n’est pas positif. Pour moi, à moyen et long terme, les effets positifs sont plus important que les impacts négatifs. Donc, je me réjouis.

      « oulala, ici on a un problème et on y trouve vraiment les opinions, car c’est de l’opinion, de kkqun qui parle sans connaître son sujet. Connaissez-vous des agriculteurs ? De mon côté, j’en connais plein. Et voici une situation typique : Pour des immobilisations de 2 000 000 $ en passif, le salaire d’un famille de 4 personnes : 20 000 $ annuel. Pis, la hausse des prix du pétrole, c’est une hausse des frais d’exploitation. C’est donc pas plus d’argent dans les poches des agriculteurs qu’entraine une hausse des prix des denrées alimentaires, mais, au mieux, le maintient de leur niveau de vie actuel. Mais si la demande baisse pour les denrée rendues trop chères, là çà peut très mal aller pour eux, considérant la valeur totale de leur passif. »

      Vous me parlez du présent. Je parle d’à moyen terme et long terme. J’ai aussi parlé au conditionnel, il me semble. Au fait, je me base sur ce que j’ai entendu d’une discussion avec deux économistes entendu à Désautels à Radio-Canada et sur les propos de ma sœur (qui est également écnomiste).
      Au fait, la demande pour les denrées alimentaires ne peut pas baisser tant que ça… Il faut manger. Bien sûr, ça dépend du type de production que vos connaissances ont. Il y aura tjs des produits agricoles où il a moins d’avenir et certains où il y en a plus. L’économie est malheureusement ainsi fait.

      « finalement d’arrêter vos jugements à l’emporte-pièce et de jeter un regard plus subtil sur la réalité globale. Je pourrais continuer à contre-argumenter (une hausse de 5 cents pour la bouffe ? parlez-en aux Haïtiens!), mais je dois retourner au boulot. »

      D’accord, j’ai dit que les automobilistes était pleurnichards (je continue de le penser; je peux mettre un « beaucoup » devant « automobilistes », si ça peut vous faire plaisir, mais ça ne change pas grand chose en fait), mais en dehors de ça, je n’ai pas fait bcp de jugement. Sur la hausse des prix des denrées. C’est une tragédie. Je ne m’en réjouis pas. C’est toutefois autre chose que la hausse du pétrole. Cette hausse n’est pas dû uniquement à l’éthanol (une folie), mais également à consommation de la Chine et de l’Inde en nourriture (notamment en viande) qui ne cesse de croitre (il y a aussi d’autres facteurs). Mon seul commentaire par rapport à cette hausse est lié à l’idée que ça peut être bénéfique pour nos agriculteurs d’ici.

      « Je trouve désolant que certains se réjouissent du malheur des autres parce qu’ils voient la lumière au bout de leur tunnel ! »
      Se réjouir de la hausse du prix de l’essence n’est pas ce réjouir du malheur des autres. Il y a un saut de logique. Je trouve le phénomène positif dans son ensemble (regardez plus haut). Le mouvement global pour nous rendre plus efficace sur le plan énergétique est positif.
      Vous voyez moins d’argent dans votre portefeuille (quel malheur!), moi je vois un changement nécessaire et inévitable pour le mieux pour l’ensemble d’entre nous.

      @nicolas gagnon
      Vous passez un peu à côté de mon propos principal pour vous concentrer sur les détails. J’ai déjà perdu trop de temps ici (oui j’ai moi aussi autre chose à faire). Donc, je ne vais pas prendre le temps de vous répondre. Bonne journée!

      (Psst! quand je parlais “d’impressionner”, c’est juste une façon de parler. Vous vous serviez de votre exemple personnel pour dire que le système de transport n’est pas assez bon; ce que je voulais dire, c’est que votre exemple n’était pas si pire. Au fait, on est d’accord, il faut plus d’investissements dans nos systèmes de transports)

    • À Unspoken_request:

      Les ruraux ne veulent pas avoir de système de transport en commun aussi élaboré que celui des villes, ils veulent avoir eux-aussi une alternative à la hausse des prix de l’essence AUTRE que le transport en commun ou le changement d’habitude. Tout les politiciens, les écologistes, les penseurs ect. donnent des solutions inpensables pour les gens des régions, c’est ça le problème. Utiliser les taxes sur l,essence pour développer le réseau de transport en commun? Ça va apporter quoi au gars qui reste dans le fond de la Gaspésie? Ah mais on peut toujours lui répondre: “Ben s’cuse moi Buddy mais tu as choisi de rester en région, faque paye notre métro pis arrête de chialer, ça fait partie des inconvénients de la vie en campagne”. Demander aux gens de changer leur habitude? C,est sûr que le gars qui reste dans un village de 560 habitants et qui doit se taper une heure de route matin et soir pour travailler va avoir super gros le goût de se lever à 3 heures du mat et le faire en bicycle…Mais on peut aussi lui répondre “Ah ben là kessé tu veux j’te dise le grand, tu restes en campagne assume, ou bien déracine ta famille pis viens rester à Montréal toi avec”….C,est sûr que ça ferait avancer le débat.

    • Je prendrai possession, vendredi prochain, de mon scooter Yamaha. Habitant le nord de l’île, j’ai la chance de travailler à 7 km de mon bureau, à Montréal-Nord. Si je dois me déplacer dans d’autres installations pour le boulot, tout se fait à l’intérieur de 8-9 km. Pour amener la progéniture (une fille de 10 ans) à l’école, je roulerai 1,5 km. On s’entend que pour elle, un tour de scooter, c’est pas mal gagnant et cela facilitera le décollage de la maison le matin qui est habituellement ardu.
      On pourrait me dire: “Et le vélo?”. Sauf qu’arriver en chemise-cravate imbibée de sueur au travail, ce n’est pas très indiqué. Et nous n’avons pas de vestiaires pour faire sa toilette. Un jour peut-être.
      Mon scooter ne sera utilisé qu’en jour de beau temps d’avril à novembre. Je prédis d’ailleurs qu’en été, Montréal ressemblera de plus en plus à un ville asiatique avec ses mobylettes. Cela d’ici 2-3 ans.

    • @ “Unspoken_Request”,

      Si vous étiez aussi économe de vos mots que vous l’êtes de l’automobile et des combustibles fossiles, l’environnement de ce blogue ne s’en porterait que mieux, lui aussi…

    • @Yavel
      Il est beaucoup plus facile de faire le genre de commentaire que vous venez de faire, plutôt que d’élaborer sur ses opinions et arguments.
      Vous n’avez eu recours qu’à l’insulte ici. Vous n’avez jamais présenté d’arguments contre mes propos.
      Pas fort.

      (Ça va, vous êtes capable de le lire ça? C’est assez court pour votre capacité d’attention?)

      @Olea
      1) Votre interprétation de mes propos manque de nuance. (Si j’ai écrit de long messages, c’est parce que j’ai essayé de faire les nuances qui s’impose).
      2) Je n’habite pas à Montréal
      3) Vous chialez contre le fait que vous payer le métro; Que faites-vous des urbains qui paient pour vos routes? Ça va dans les deux sens ce raisonnement. Pour ma part, mon commentaire au sujet du fait de payer n’était pas urbain vs. ruraux, mais plutôt, automobiliste vs. non-automobiliste. Comme notre société, notre économie et nos règles d’urbanisme sont en bonne partie basé sur l’automobile, il est évident que les non-automobiliste sont perdant au change en ce moment.
      4) Quelqu’un plus haut vivant en campagne (pas le temps de vérifier le nom) a reconnu que la vie y était moins cher. Malgré ces hausses du pétroles, la vie va y rester moins dispendieuse (bien sûr ça implique d’avoir un emploi avec un revenu décent, mais ça c’est un autre débat qui implique le problème du développement économique, etc.)
      5) C’est vrai qu’il n’y a moins d’alternative en région éloignée. Ça c’est vrai (Au fait, si j’ai parlé du transport en commun, c’est parce que plein de gens se sont plein qu’il n’y en avait pas en région éloignée).
      Cependant, (1) la vie en générale y coûte moins chère, (2) il y a le vélo qui peut être une alternative pour certains, (3) solution que j’aime moins, amis qui demeure viable: le scooter et (4) le covoiturage ça peut se faire partout.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2010
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité