Patrick Lagacé

Archive du 6 mai 2008

Mardi 6 mai 2008 | Mise en ligne à 18h27 | Commenter Commentaires (39)

Parlons du vent

Désolé, je vous néglige. J’ai été sur la go toute la journée, pas eu le temps de nourrir le blogue.

On parle d’éolien ? C’est ce qui m’a occupé toute la semaine passée. Et hier. Hydro-Québec a annoncé les gagnants de son appel d’offres et les gens de Saint-Jacques-le-Mineur, en Montérégie, sur qui j’écrivais dimanche, jubilaient. Je les comprends. Saint-Jacques est l’exemple de tout ce qu’il ne faut pas faire quand on veut ériger un projet éolien dans une communauté. C’est-à-dire : préparer le projet dans le secret, sans impliquer les gens, en espérant les mettre devant le fait accompli.

Le développement cowboy de la filière éolienne depuis deux ans et le bordel que cela a causé en campagne est une histoire qui n’a pas eu la place qui lui revenait dans les médias. C’est, à mon sens, un bel exemple de montréalisation des médias. Il s’en passait des belles, en région, de la grogne, des crosses, de la zizanie et nous n’en avons pas suffisamment parlé. Mea culpa.

Je n’ai rien contre l’éolien. J’en ai contre les modalités d’implantation. C’est ignoble d’essayer de faire passer ces projets sans le consentement des collectivités locales. C’est ce qui s’est passé en bien des lieux. C’est tata de laisser les MRC et les villages ciblés par les promoteurs éoliens se débrouiller avec ces multinationales du vent. L’éolien est un business complexe, très, très complexe. Québec a fixé des balises ridicules pour encadrer les relations entre le milieu municipal et les firmes éoliennes. Plusieurs de celles-ci ont profité de la situation pour enfirouaper des conseils municipaux, entre autres.

Hydro a choisi beaucoup de projets qui n’ont pas de fait de vagues : bravo. Plusieurs promoteurs cowboys ont aussi vu leurs projets rejetés : certains observateurs croient qu’Hydro a ainsi fait le ménage.

Dans ma chronique de ce matin, je parle de tout cela. En décochant une fléchette à Steven Guilbeault, d’Équiterre. Je pense que Steven Guilbeault est un activiste efficace, qui contribue à nous faire réaliser que la lutte aux changements climatiques est essentielle et urgente. Sauf que dans le cas de la filière éolienne, je lui reproche d’avoir sacrifié les modalités d’installation des parcs éoliens au principe de l’énergie verte lui-même. Je lui reproche d’avoir été un peu aveugle dans sa défense de certains projets menés tout croche par des promoteurs, parce que la cause, au final, est noble.

J’ai croisé Steven chez Christiane Charette, ce matin, où nous avions été invités à débattre. Notre débat fort civilisé est ici

Lire les commentaires (39)  |  Commenter cet article






publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2014
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité