Patrick Lagacé

Archive du 20 septembre 2007

Jeudi 20 septembre 2007 | Mise en ligne à 17h50 | Commenter Commentaires (102)

Jésus aime le maire Jean Tremblay

jesus.JPG

Ayoye. Jésus a un ami fidèle, loyal et pieux à Saguenay.

C’est un Tremblay, évidemment, et c’est le maire de la place, Jean Tremblay. M. Tremblay, aujourd’hui, est allé dire des choses stupéfiantes devant les Comission Bouchard-Bouchard, de passage à Saguenay.

Bon, on s’en doutait bien que M. Tremblay était un ami intime de Jésus, le maire menant une guérilla pour pouvoir faire une prière au p’tit Jésus avant les séances du conseil. Mais je ne pensais pas qu’il était si ami avec Jésus !

En fait, Jean Tremblay, à en juger par les déclarations qu’il a faites devant Gérard Bouchard, a raté sa vocation. Il ne devrait pas diriger une ville. Il devrait diriger une paroisse. Que dis-je, non, il devrait diriger un diocèse ! Jean Tremblay ferait un sacré bon cardinal…

Certaines déclarations, glanées ici, ici et sur LCN (mes commentaires sont entre parenthèses) :

« La religion catholique est une des plus belles valeurs qu’on a au Québec… »

« Qu’on soit rendu à dire à une personne on ne te permet pas d’exprimer tes croyances religieuses, c’est un dérapage… »

« On est un peu bonasse. Quand quelqu’un, qui représente trois pour cent de la population, veut faire quelque chose, tout le monde se plie. Mais quand le maire veut faire sa prière, on lui dit d’arrêter pour respecter le principe de la laïcité… »

jeantremblay1.jpg

« Depuis qu’on oublie nos valeurs principales, cela ne va pas si bien que cela. Les gens ne sont pas si heureux… »

Et la nouvelle de Rad-Can précise : Bien que M. Tremblay affirme qu’il parle au nom de la Ville de Saguenay et que tous les conseillers municipaux ont été informés de ce qui se trouve dans le mémoire présenté, il avoue toutefois qu’il a été l’auteur principal du document, ayant grandement inspiré celui qui l’a écrit.

Mais la citation sidérante, c’est celle-ci : « On devrait confier des espaces et demander à nos Églises de bien vouloir nous accompagner dans l’enseignement qu’ils vont faire.[...] Je ne mettrais pas l’avenir moral de mes enfants entre les mains des politiciens. [...] Les politiciens, j’en suis un moi-même, je les côtoie assez souvent pour savoir qu’on doit leur faire confiance avec beaucoup de prudence… »

Bref, ramenons les curés dans les écoles !

Comprenez-moi bien. Je respecte l’opinion de M. Tremblay, ce n’est pas le genre de xénophobe soft entendu à quelques reprises chez M. Bouchard. Et quand j’ai jasé avec lui, l’hiver dernier, à Saguenay, il a bien pris soin de se distancer des hurluberlus municipaux d’Hérouxville. Sauf que là, M. le maire… Écoutez… Je suis sidéré par vos propos… On croirait entendre le marguillier d’une paroisse, en pleine Révolution tranquille, qui fait de la résistance.

Demander aux curés de revenir enseigner le déluge aux écoliers ?

C’est pas sérieux…

Si on le fait pour Jésus, il faudra le faire pour Allah, non ? Je veux dire, si c’est ok pour le curé de venir à l’école parler de la Bible, qu’est-ce qu’on va dire à l’imam qui voudra entrer à l’école avec son Coran ?

Mais le plus énorme sophisme prononcé par Jean Tremblay, c’est quand il dit s’opposer à ce qu’on mette « l’avenir moral » de nos enfants dans les mains des politiciens. Qui parle de confier cet avenir moral dans les mains des politiciens ? Qui a dit que ce n’était pas le job des parents ? Qui a dit que « l’avenir moral » devait être décidé par les politiciens OU par l’Église ?

Personne, me semble.

À part vous…

Si vous n’étiez pas si sympathique, en personne, je vous traiterais d’obscurantiste…

Lire les commentaires (102)  |  Commenter cet article






Jeudi 20 septembre 2007 | Mise en ligne à 6h29 | Commenter Commentaires (114)

Si on était sérieux…

x00136_9.JPG

J’haïs cette journée En ville sans ma voiture. Parce que c’est le festival des bonnes intentions, absolument pas appuyées par des mesures concrètes. Une journée dans l’année, on joue à l’écolo, on laisse l’auto dans le driveway, dans le 450. Et le reste de l’année ?

Ma chronique du jour sur le sujet est ici. J’y dis que si on était sérieux, si on voulait vraiment réduire le nombre de voitures sur l’île de Montréal, le passage sur les ponts serait payant. On commencerait pas ça. Comme mesure pour réduire le trafic et financer un réseau de transport en commun régional solide, fiable, étendu.

En attendant, moi, je vais regarder en me bidonnant les reportages sur ces inévitables gens pétant de bonheur qui patinent sur Sainte-Catherine. Les reportages sur ces touristes qui vont essayer le métro, ce matin.

Y a-t-il quelqu’un qui a essayé de faire Repentigny-Place des arts en deltaplane ?

Et pendant ce temps, pendant que vous laissez votre auto à Beloeil, les pays émergents explosent et émettent du CO2, bouffant ainsi tous les légendaires « petits gestes qui comptent » qu’on fait, ici, raconte Thomas L. Friedman.

Ajout : Courriel d’un lecteur, qui ne souhaite pas être identifié :
Je me demande quelles mesures ont été mises en place aujourd’hui pour sensibiliser les citoyens sur le transport en commun et l’environnement. Je me le demande un peu moins lorsque j’entre dans l’autobus de mon quartier de Montréal-Nord, par ailleurs très mal desservi, et que je suis entassé comme du bétail au point de n’avoir absolument aucun appui, bref un périple d’une demi-heure pour accéder au métro qui n’a rien à envier à un système du tiers-monde.

Faisant la remarque au chauffeur de la STM qu’une personne réticente à prendre l’autobus et qui l’essaie pour la première fois lors de cette belle journée ne peut que confirmer son dégoût du transport en commun, il me répond que la STM n’a aucune vision et que son opinion ne vaut rien de toute façon. Alors que je me dis que la STM n’a rien fait de bon en cette journée, naviguant entre les journaux gratuits qui jonchent le sol en ce jour de conscience environnementale (et ce non parce que les gens sont inconscients, mais parce que les paniers à recyclage sont pleins à craquer, et ce tous les jours depuis des mois), n’aperçois-je pas notre beau service de police de la Ville de Montréal, avec pas moins de 6 policiers, à l’extérieur de la station Université de Montréal qui profite de la journée sans ma voiture pour….donner des contraventions aux piétons!!!! Quelle belle utilisation de nos policiers aujourd’hui, que je dis aux agents de la paix ou à nos percepteurs d’impôt avec arme à feu. Pas que j’en ai contre la lutte aux piétons indisciplinés, mais le choix de la journée…

Lire les commentaires (114)  |  Commenter cet article






publicité

  • TWITTER

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2014
    L Ma Me J V S D
    « déc    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité