Patrick Lagacé

Archive du 6 septembre 2007

Jeudi 6 septembre 2007 | Mise en ligne à 16h21 | Commenter Commentaires (383)

Voter voilée : Ottawa dit oui

burqa.jpg

Le Directeur général des élections a fini par dire non aux électrices qui voudraient voter voilées, en mars. Élections Canada, à l’approche des trois élections partielles du 17 septembre (dont Outremont), dit oui : les règles sont claires et les musulmanes voilées peuvent voter voilées, selon la PC.

Bref, non à Québec et oui à Ottawa (c’est le contraire, d’habitude, me semble…).

Un porte-parole d’Élections Canada a expliqué ceci : « Une femme portant une burqa ou un niqab pourra voter en présentant une pièce d’identité avec photo et un autre document prouvant son identité. Si elle n’a pas ces deux documents, elle peut faire confirmer son identité par un autre électeur inscrit dans la même section de vote. »

Ok, rien à craindre, un « autre électeur » pourra confirmer l’identité de l’électrice, je peux dormir tranquille…

Bien sûr, je vous entends déjà hurler. Je ne hurle pas, mais je sacre un peu, quand même. Il y a là un symbole puissant, contraire à ce qu’un pays démocratique devrait prêcher, c’est à dire qu’on exerce son droit de vote à visage découvert, sans contrainte. Pour les détails, je suis bien prêt à accepter des ajustements, je suis bien prêt à comprendre que la dame n’ait pas à enlever son voile devant tout le monde, oui. Mais ça ? Non, je ne comprends pas.

Sauf qu’avant de lancer des roches aux musulmanes, avant de dire Ça-vient-icitte-pis-ça-respecte-pas-nos-lois, je vous souligne qu’il s’agit de nos règles à nous. Ces électrices voilées vont respecter les règles du pay, justement…

AJOUT : Un des principaux lobbies musulman n’est même pas d’accord avec le vote voilé.

Lire les commentaires (383)  |  Commenter cet article






Jeudi 6 septembre 2007 | Mise en ligne à 14h21 | Commenter Commentaires (48)

Petit message d’intérêt public

À : Lecteurs de ce blogue
De : P. Lagacé
Sujet : Modération, censure, filtre

Ce n’est pas moi qui modère ce blogue. Il arrive qu’en voyant des commentaires déplacés, je les efface. La plupart des commentaires sont publiés sans filtre. Mais les modérateurs de Cyberpresse, ainsi qu’un logiciel, assurent quand même un certain tri. Oui, certains mots-clés sont détectés dans les messages, qui sont alors bloqués. Non, je ne vous dirai pas lesquels. Oui, c’est un peu compliqué. Non, je ne crois que cela soit de la censure. Non, je ne lis pas tous les commentaires (après 60, environ, je décroche). Oui, je trouve qu’une large partie des commentaires publiés sur ce blogue sont déconcertants. Oui, je trouve un certain réconfort dans le fait que les commentaires publiés ici, si on compare au nombre de lecteurs, représentent un grain de sable sur la plage.

Merci de votre attention.

Lire les commentaires (48)  |  Commenter cet article






Jeudi 6 septembre 2007 | Mise en ligne à 11h31 | Commenter Commentaires (118)

Les gens de Québec n’ont pas le monopole de la connerie

boucher1.jpeg

C’est le caricaturiste du Soleil, l’excellent André-Philippe Côté, qui m’a écrit pour me dire à peu près ça, ce matin, suite à ma chronique de ce matin, Il faut rebaptiser Québec sur les spectaculaires (et parfois cocasses) épanchements entourant le décès d’André P. Boucher, mairesse de Québec. Que les Montréalais aussi peuvent avoir l’air fou, des fois. Il n’est pas le seul à m’avoir écrit ça…

C’est vrai. Nous, Montréalais, avons du talent pour se couvrir de ridicule, comme tout le monde. Je pense notamment au psychodrame du changement de nom de l’avenue du Parc. Oui, oui, il y a les OutGames, je sais, mais c’est un peu moins pire que Québec 84, si vous tenez vraiment à en parler…

Et, m’a-t-on souligné : Maurice Richard, hein, quand Maurice Richard est mort ! Vous avez capoté, les Montréalais, hein !

C’est vrai. Mais c’est ici qu’Andrée Boucher, je ne comprends pas. Maurice Richard incarnait quelque chose de plus grand que lui. On en a fait, à tort ou à raison, une sorte de mythe, une sorte de leader de peuple. Et il incarnait une autre époque, un Québec entre deux époques, qui commençait à allumer les lumières. Idem pour Lévesque, pour Drapeau, pour Trudeau : on peut bien chipoter sur leurs échecs, on peut bien être en désaccord avec leurs options politiques, reste que ces trois-là étaient des géants.

Andrée Boucher ? Encore une fois, outre la gestion de main de fer, outre la gentillesse envers le citoyen, je ne comprends pas.

Lire les commentaires (118)  |  Commenter cet article






publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2007
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives

  • publicité