Patrick Lagacé

Patrick Lagacé - Auteur
  • Patrick Lagacé

    Patrick Lagacé aime le journalisme : « Cette profession permet de vivre des aventures et d'être payé pour le faire », dit-il.
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 31 août 2007 | Mise en ligne à 7h15 | Commenter Commentaires (274)

    Éolien : le vent de la zizanie

    bilde-3.jpg
    Photo Robert Mailloux, La Presse.

    Mon dossier sur les projets de parcs éoliens semant la zizanie dans les campagnes du Québec commence aujourd’hui. Voici le premier papier.

    Après l’échec de la centrale thermique du Suroît, rejetée par les Québécois, l’État a décidé de miser encore plus sur l’éolien. Hydro-Québec a lancé un appel d’offres, qui prend fin le 18 septembre, invitant le privé à construire des parcs éoliens. Avec cet appel d’offres, Hydro ajoutera 2000 MW à sa capacité de production d’électricité.

    Oui, c’est vert, oui, c’est propre l’éolien. Mais ça fout le bordel dans le Québec rural. Les craintes des gens sont nombreuses : saccage du paysage, bruit, redevances aux villages et aux fermiers jugées trop minces, tout y passe. Les griefs visent aussi les façons de faire des promoteurs éoliens, et des autorités municipales qui transigent avec eux.


    • En passant par Cap-Chat cet été, il flottait un air de laideur dans le paysage…

    • Voyons donc!. Nous avons des barrages et des tours de transmission partout au Québec qui enlaidit le paysage. Sans parler des poteaux de téléphone, style tiers monde, qui enjolive nos villes. Un parc d’éoliennes est aussi laid que les tours de transmission que l’ont voie entre Québec et Saguenay dans le Parc des laurentides.C’est quoi le problème Uncle Tom? Le vraie problème est que nous ne sommes pas disposés à réduire notre consommation de drogue électrique pas chère.

    • Le dossier des éoliennes au Québec n’est pas très simple. D’un coté on a les écolos qui vendraient leur mère pour des éolienne, on a aussi le gouvernement qui est pres a tout pour sauver la Gaspésie même à Hypothéquer le reste du Québec et de l’autre on a Hydro-Québec pour qui des éolienne ne font que causé du trouble sur tout le réseau électrique du Québec. Bien entendu ça d’lair tellement beau faire de l’énergie électrique avec le vent. Le seul hic c’est que chaque éolienne est un maillon faible de la chaine du réseau électrique au Québec. Ce que Hydro vas faire c’est que dès qu’il va y avoir une instabilité en provenance des éoliennes ils vont lester la Gaspésie en entier.

      L’année dernière il y a eu un black-out monstre en Europe, la cause la non-capacité des éolienne d’absorber des variations transitoire.

      La meilleur technologie pour produire de l’électricité en masse, à bas prix et avec une stabilité presque parfaite c’est l’hydroélectricité (les barrages). De plus une éolienne n’a une durée de vie que de 15 ans alors qu’un barrage c’est plus de 100 ans. Je vous laisse faire le calcul.

    • Renecaron, j’en profite pendant que je te pogne dans le quasi-silence…

      Faudrait bien que tu m’expliques ton point de vue qui est grossièrement contradictoire si tes non et tes oui ne sont pas ironiques! Alors, tu dis que nos écolos font des conneries, pourtant je ne crois pas qu’ils disent oui à l’éolien près du monde, privatisé, dans les plus beaux villages du Québec… Peut-être que je me trompe, mais ça ressemble à un discours rempli de préjugés à vue de nez. Et ça pue…

      Tiens, je vais encore ploguer ma citation préférée de ces derniers temps :

      « Nous avons tous tendance à penser que le monde doit être en conformité avec nos préjugés. Adopter un point de vue opposé implique un effort de réflexion, et bien des gens mourraient plutôt que de faire cet effort — d’ailleurs, c’est ce qui leur arrive. »

      L’ABC de la relativité
      Bertrand Arthur William Russell (1872-1970)
      Philosophe et mathématicien

      http://renartleveille.blogspot.com/2007/08/un-peu-de-rflexion.html

    • Homersimpson,

      alors y’aurait un Plateau dans la ville de Québec? Je ne le savais pas…

      (En passant, ton choix de pseudonyme te colle à la peau… D’oh!)

    • Vous devriezfaire une enquête sur le méthanol. C’est encore moins vert que l’éolien http://www.cyberpresse.ca/article/20070814/CPOPINIONS/708140362/5286/CPOPINIONS
      et
      http://www.cyberpresse.ca/article/20070822/CPOPINIONS/708220358/5286/CPOPINIONS

      Maintenant lorsqu’il y a des gros sous, tout devient vert. Ce n’est pas la faute des écolos, mais des affairistes.

    • Bonjour Patrick Lagacé :)

      Merci pour cet article (déjà publié tard hier: vous travaillez tard…)

      Je relève le point suivant (les craintes):

      « Ces tours de 120 mètres ne peuvent être plantées à moins de 300 mètres de chez lui. Mais son paysage s’en trouve quand même salement modifié. Sa quiétude aussi: on dit que ça fait du bruit, des pales d’éoliennes. Ce voisin parle à d’autres mécontents. Bientôt, les griefs se multiplient. On craint qu’un parc ne fasse baisser la valeur des maisons. On craint les infrasons, ces sons inaudibles émis par les éoliennes. On cite des études qui disent que des gens ont été mystérieusement rendus malades par ces parcs éoliens…»

      Pour ce qui est de l’esthétique des éoliennes et son impact sur le paysage c’est discutable. Je suppose que le sens esthétique des “ruraux” n’est pas le même que celui des “urbains”. Les lignes épurées des éoliennes sont loin d’être laides (si on compare à une raffinerie de pétrole ou à une tour à haute tension d’Hydro…).

      Pour le bruit c’est un problème réel et il faut s’assurer que les éoliennes soient assez éloignées de habitations pour éviter cette pollution sonore.

      Quand aux “infra-sons” et aux décès… C’est pas des craintes irrationnelles?

      Je remarque aussi ce détail:

      «En Gaspésie, l’opposition au vent est organisée, éloquente, présente.»

      Oui, oui… la Gaspésie, les jamais-satisfait de la Gaspésie, les assistés à perpète de Gaspésie, les gaspésiens à qui on doit tout et qui n’en sont redevables à personnes. Une belle tribu ! :-(

      C’est pas le bruit, l’écologie ou l’esthétique du paysage le problème: c’est le refus du développement économique qui ne soit pas de l’assistance.

      Sans compter ceux qui sont de toute façon contre toute espèce de développement. C’est le cas de des opposants à Rabaska, ici, dans la région de Québec-Lévis !

      Le développement Hydro-électrique a eu aussi ses détracteurs, bien organisés et même jusqu’à New York: les Cris. Ça hurlait fort en maudit.
      Toute une crise de nerfs. Y’avais même un des Kennedy engagé par Matthew ComeCoon…

      Avec quelle pilule on calme ces crisettes-là? Avec du CASH M. Lagacé.

      Ce qui a marché avec les sauvages de la Baie James marchera avec les sauvages de Gaspésie. Pas besoin de travailler: on collecte du cash juste parce qu’on est là. Là où il y a de l’eau ou du vent.

      Du vent: comme la plupart des arguments avancés pour s’opposer aux éoliennes. Alors il faudra les payer, acheter la paix sociale en payant à des rétrogrades contre le développement économique pour pouvoir le faire… Ça commence à faire cher.

      Et si ça coûte trop cher de tout payer ça il n’y a qu’à développer l’énergie nucléaire avec les CANDUs. Et PAS en Gaspésie.

      Les écolos ne sont pas pour la défense de l’environnement: ils sont contre le capitalisme.

      Bonne journée.

      :)

    • renartleveille

      ce sont les écolos qui ont fait la promo de l’éolien et ce sont eux qui ont frôlé l’orgasme lorsque le gouvernement a donné le feu vert il y a quelques années.
      ils ne se sont jamais demandé quel serait l’impact de toutes ces élices et des fils qui les relient ensemble sur les paysages du Québec bucolique.
      ils étaient hystériques contre le Suroit alors qu’il y a des centaines d’usines pareils juste au sud
      les écolos sont des grands enfants pas de tête

    • En réponse à laportuguaise…

      La laideur est une question de gout je crois.

      Pour ceux qui se plaignent qu’une éoliène mène du bruit, je vous en supplie… La désinformation est bien drole, mais prenez pas les gens pour des idiots. J’y suis allé à Cap Chat, et, à 300 mètres, si le vent est favorable, tu vas entendre plus le vent te siffler dans les oreilles que le vents qui frappes les pales des dites éoliènes.

      Pour les gauchistes: les éoliennes donnent des emplois aux gens de la gaspésie, c’est une nouvelle économie là-bas qui va durer très longtemps. Pas mal plus que la gaspésia qui a été un gouffre économique.

      En plus! Les éoliennes ne pollue pas sur le plan planétaire, donc, à vous les gauchistes verts, elles permettent une production énergétique SANS gaz à effet de serre, sans mercure ou autre.

      Pour la LAIDEUR de madame: intéressez vous donc au défie d’ingénierie que ca prendra quand le pétrole ne sera plus la pour te déplacer dans les autobus et dans les voitures que tu prends. Moi, je les trouves merveilleuses, et le présentateur touristique qui fait les visite à CAP CHAT éveille les qualités dont nous sommes capables quand, en tant que société, nous voulons faire de grandes choses.

      J’espere que tu te tapperas les quelques heures de route pour aller sur place pour voir à quel point c’est pas si laid…

    • pour le bruit, ALLEZ constater de vous meme… sur place… de la 132, on ne les entends meme pas… Alors le bruit, on les entends à moins de 200 mètres, on parles d’un 80 décibels ou un peu plus à la BASE de l’éoliène…

    • Je suis allée en Californie et dans la passe d’Altamont il y a un grand Cherchez Altamont pass wind farm dans Google Images J’ai trouvé ça joli (mais il faut dire que j’étais seulement de passage). Pour le bruit, impossible de donner une opinion.

      Je suis tombée sur un article d’un docteur en physique qui dit que l’utilité des éoliennes est exagérée par les écologistes. Ce qu’il dit semble avoir du sens. http://www.energyadvocate.com/den_post.htm. Ça revient pas mal à ce que Samuel Fortier dit (vous semblez vous y connaître, merci).

    • Ça pourrait servir d’excuse pour que les régions déménagent
      à Montréal.

    • … un grand rassemblement d’éoliennes.

      Allez faire un tour à Sorel-Tracy lorsque la centrale au mazout fonctionne, admirer le nuage de boucane jaune. Une centrale ou gaz ou au charbon désoufré ne m’intéresse que si elle ne boucane pas. Et puis de toute façon c’est préférable de fabriquer des choses durables avec les hydrocarbures, pas de les brûler.

    • ajouterais-je:
      ÉTUDE SÉRIEUSE – www.eolien.qc.ca/francais/telecharger_document.php?id=108

      (préparé avec l’aide de Hayes McKenzie Partnership,
      consultants en acoustique, Southampton et Machynlleth)
      Pratiquement toutes les machines dotées de pièces mobiles produisent un son et les
      éoliennes ne font pas exception. Des éoliennes bien conçues sont généralement peu
      bruyantes; à comparer avec le bruit de la circulation automobile, des trains, des avions
      et des activités de construction notamment, le bruit causé par les éoliennes est très
      faible. À l’extérieur des maisons les plus proches, qui sont à une distance d’au moins
      300 mètres – et plus éloignées encore généralement, le bruit d’une éolienne qui produit
      de l’électricité est probablement du même niveau qu’un fleuve qui coule à une distance
      d’environ 50 à 100 mètres ou que des feuilles qui bruissent par une brise légère. Cela
      équivaut au niveau de son que l’on trouve dans un salon où fonctionne la cheminée au
      gaz, dans la salle de lecture d’une bibliothèque ou dans un bureau inoccupé et paisible
      à l’air climatisé.
      Source/Activité Niveau de bruit indicatif dB(A)
      Seuil d’audibilité 0
      Bruit de fond la nuit en zone rurale 20-40
      Chambre à coucher calme 35
      Parc d’éoliennes à 350 m 35-45
      Voiture à 40 mi/h à 100 m 55
      Bureau ordinaire occupé 60
      Camion à 30 mi/h à 100 m 65
      Marteau-piqueur à 7 m 95
      Avion à réaction à 250 m 105
      Seuil de douleur 140

    • Je trouve ça difficile d’être totalement pour ou contre l’éolien. J’essaie le plus possible d’être “verte” dans mes agissements de tous les jours et l’éoliens me semble un bon moyens pour les villages, à prime abord, pour franchir une étape pour l’environnement. Cependant, à la lecture du papier de ce matin, je me rend compte qu’il y a un problème récurrent. Oui le vert mais pas à n’importe quel prix et surtout, pas dans ma cour. Je comprend très bien que le bruit peu déranger, mais la pas la vue d’une éolienne? Oui?

      Petite histoire… Il y a quelques mois, à côté de chez moi a débuter en douce, la construction d’un centre communautaire… On nous le promet vert et que les citoyens vont en profiter. Hors, on a tronquer un parc de moitié pour l’y installer, ce parc il était utilisé pour des joutes de soccer. Depuis le début des travaux très bruyants, la poussière et le passage incessant de camions qui roulent comme des fous sur une petite rue résudentielle, les vandales ce sont mis à venir faire du grabuge presque à chaque nuit. Encore pire, les supposés groupes qui profiteraient du centre ne sont pas contents et les citoyens non plus.

      Bref, je comprend les gens d’avoir des réticences face à certains projets, aussi vert soient-ils. Pourquoi ne pas faiire des consultations publiques et trouver des solutions qui ne font pas croire au gens qu’ils se font rentrer une éolienne (ou un centre communautaire) dans la gorge. N’y aurait-il pas moyen pour les gens des villages où l’ont implante des éoliennes d’avoir des sites dédiés qui ne briment personnes? Et qui gère tout ça? Veut-on servir la population ou l’industrie… Trop de questions à mon sens qui ne sont pas réponduent et qui méritent réflexion de la part de nos dirigents.

      Anne-Marie
      http://bidulecompagnie.blogspot.com/

    • C’est quoi l’idée de mettre des éoliennes dans les plus beaux paysages? Le Québec est sillonné d’autoroutes et de lignes de transmissions qui font du bruit en enlaidissent le paysage. Pourquoi ne pas planter ces éoliennes le long de ces infrastructures? Elles seront plus faciles d’accès et en prime on garde nos beaux paysages “vierges”. Personne n’y a pensé?

    • Québec, le 31 août 2007.

      L’HYDRO-QUÉBEC DÉFIGURATEUR DE NOTRE ENVIRONNEMENT.

      Vraiment, monsieur Lagacé, j’ai mon MAUDIT VOYAGE de cette Société d’État qui ne rend jamais de comptes à personne et qui continue toujours à planter des MAUDITS POTEAUX DE BOIS touts croches, avec des canisses de fer accrochées au bout et des fils qui pendent comme des cordes à linges. Cette Société peine à procéder à l’enfouissement de leurs équipements en prétextant qu’il en coûte trop cher.

      Maintenant, voilà les éoliennes qui arrivent et toutes les velléités d’appât du gain pour des quantités d’amis qui suivent pas loin derrière. L’anarchie est déjà commencée dans ce secteur et bientôt nous en serons à l’irréparable défiguration de nos plus beaux paysages. Pendant ce temps, le Gouvernement ne bouge pas et l’ensemble de nos médias au Québec non plus, pas plus que l’ensemble de nos journalistes n’osent se pencher sur ce grave problème qui n’a pas finit de grossir.

      Monsieur Lagacé, vous vous aventurez sur un terrain miné. Je me demande si vous allez pouvoir continuer à chatouiller notre Société monopolistique d’État. Pour ma part, j’ai tenté à plusieurs reprises de transmettre au journal leSoleil des textes d’opinions sur le même sujet et toujours ils sont mis à la poubelle. J’ai dénoncé à plusieurs reprises LES HORREURS des POTEAUX et des fils qui pendent dans le quartier ST-JEAN-BAPTISTE à Québec et jamais je n’ai reçu le moindre appui ou collaboration du leSoleil en publiant mes textes.

      En début d’année, la Société d’État devait procéder à l’enfouissement des fils dans ST-JEAN-BAPTISTE et j’avais eu la confirmation d’un ingénieur d’Hydro lors d’une rencontre fortuite. Par la suite, cette société d’État a fait marche arrière pour dire qu’elle ne fera pas les travaux, mais qu’elle ferait un certain réaménagement tout au plus.

      Alors pour le 400 ème de Québec, je vais inviter tous les photographes du monde entier à venir faire des photos magnifiques du quartier en insistant sur l’apport esthétique des équipements de notre Société d’électricité qui n’a pas d’argent pour embellir Québec, mais qui en a pour payer à tous ses employés des généreux bonus comme cela a été rapporté sur les journaux.

      Bravo monsieur Lagacé pour dénoncer LA DÉFIGURATION signée Hydro-Québec, mais soyez prudent, on pourrait vous demander de changer de sujet. N’oubliez pas que nous sommes au Québec et pas très éloignés de la France, donc deux pays où TOUT NE PEUT PAS ÊTE DIT si ouvertement que cela. Sans oublier le sujet principal des éoliennes, les citoyens doivent « s’impliquer » à tout prix dans ce dossier avant qu’il ne soit trop tard.
      Gilles Pelletier, Québec

    • Le gouvernement actuel du Québec est responsable de l’anarchie qui règne dans l’éolien. Au lieu d’avoir proposé un plan directeur qui aurait donné au Québécois des redevances de cette ressource naturelle on laisse l’entreprise privé acheter quelques maires de village et quelques cultivateurs et ainsi s’emparer des profits qui normalement devraient revenir au peuple du Québec comme nous l’avons fait avec l’électricité.
      Sauf que ce gouvernement est entièrement au service de l’entreprise privé (c’est sa religion) et contribue ainsi encore une fois a donner nos richesse naturelles a ceux qui finance sa caisse électorale.

      Fernand Turbide

    • suite….

      bucolique, carte postale, mais la Gaspésie, ce n’est pas que ça. Il y a des gens qui vivent ici, qui se battent pour garder en vie leur communauté. Les gens ont des projets et des idées, mais on aime donc ça en parler quand ça va mal ! J’ai passé les 7 dernières années à Montréal et Québec et la Gaspésie n’est même pas ma région natale, mais quand je vois mes concitoyens se battre fort pour leur avenir, je ne puis que les aider et dire à la face du monde qu’on est pas juste des chiauleux qui se morfondent dans leur coin en attendant de l’aide providentielle…

    • Renecaron,

      tu ne m’as pas répondu…

      Homer_simpson,

      sans blague? Tu me bourres!

    • à Fernand turbide:

      Hydroquébec est tout sauf efficace. Lors de la crise du Verglas, les travailleurs d’hydro ont dit aux gars de l’armée de ralentir, alors si c’est ca que t’appele appartenir au peuple… On repassera.

      La, ce qu’on voit, c’est un paquet de compagnies en compétition à soumettre des projet d’éoliennes. Celui qui va produire les éoliennes les plus efficaces, les plus rentable et les plus fiables va etre celui qui va se développer.

      SIEMENS, ils avaient un projet de 1, 5 miliard pour le québec et le PLQ a dit NON merci. bravo, une compagnie veut investir 1.5 miliards!!! wow! Ou cet investissement maintenant?

    • Il y a un “plateau” à Québec, c’est le quartier Montcalm (le quartier en face des Plaines). Mais il n’ a pas du tout la même influence que le Plateau Mont-Royal qui lui controle les médias “nationaux” et y impose ses sacro-saintes valeurs cool.

    • La photo de Robert Mailloux me donne l’impression que les éoliennes sont des oiseaux de malheur. Quasiment comme les Oiseaux d’Hitchcock. Tu te réveilles un beau matin, et il y en a partout, plantés autour de ta bicoque, vaguement menaçants. Je peux comprendre la colère et les réticences de gens qui habitent là-bas. J’espère que ce dossier de Patrick pourra contribuer à amener des pistes de solutions sensées dans cette affaire.

    • oups, la première partie est disparue !!…

      Je voulais simplement dire que les médias aiment ça parler de la Gaspésie quand ça va mal pis que les gens chialent, mais que lorsque des citoyens proposent des idées, des projets, on en entend beaucoup moins parler…

      Qui, à l’extérieur de la région, entend parler de projets éoliens issus de la communauté comme celui de la SIDEM dans la Matapédia, ou celui de St-Noël ? Qui a entendu parler des consultations menées ce printemps et cet été à ce sujet ? J’y étais et ma foi, il y a certes eu de l’opposition, mais beaucoup de gens sont pour aussi, à condition de pas se faire fourrer par des promoteurs sans scrupule. Parlez-en aux gens de Murdochville des projets du mont Miller et Copper… (eh oui ! cette ville existe encore et est en train de muter en petite ville post-industrielle avec un pôle éolien important, mais bien sûr, vous en entendrez pas parler, parce que c’est des bonnes nouvelles… Ça intéresse qui de savoir que la ville a augmenté de 400 habitants grâce aux nouvelles industries oeuvrant dans l’éolien).

      C’est pas évident de faire du développement socio-économique dans la région. L’industrie des pâtes et papiers est en crise présentement et on se bat fort pour garder en vie nos communautés. L’énergie éolienne peut constituer un outil de développement intéressant et s’il est pris en main par les communautés, l’acceptabilité sociale est nettement plus grande. c’est certain que les gens sont plus méfiants lorsqu’ils sont les dindons de la farce. Pis à ceux qui disent que le développement passe encore par les barrages, allez voir le coût par kw/h des derniers projets, on est loin de la Manic ou de La Grande.

    • Patrick la pression est très forte sur notre gouvernement pour obtenir encore plus d’énergie. Privatiser HYDRO-QUÉBEC….plus d’éoliennes….
      et autres moyens pourquoi?

      Pour ARNOLD SCHWARZENEGGER et sa CALIFORNIE….ils ont besoin de plus d’énergie et plus d’eau potable….

      Va falloir surveiller nos ÉLUS de très près à savoir comment ils vont gérer nos richesses naturelles. Vont-ils les dilapider comme ils le font avec notre argent?

    • Patrick…..Si nos ÉLUS se trompent comme pour MIRABEL qui a vu le suicide de certains fermiers qui ont perdu leur terre ……

      Nos ÉLUS font de graves erreurs et on les récompense en nommant un aéroport en leur nom……

      Donc c’est pas que je suis contre le progrès, mais je suis contre les ÉLUS qui manquent de jugeotte et qui commettent des erreurs regrettables.
      Donc faut y aller avec beaucoup de discernement et inclure l’humain dans les projets pas seulement les dollars…….qui profitent aux exploiteurs!

    • @ gillesfpelletier

      Dans votre commentaire titré:

      « L’HYDRO-QUÉBEC DÉFIGURATEUR DE NOTRE ENVIRONNEMENT. »

      Vous dénoncez Hydro-Québec comme seul responsable de la “pollution” visuelle du quartier St-Jean-Baptiste de Qc City…:

      « J’ai dénoncé à plusieurs reprises LES HORREURS des POTEAUX et des fils qui pendent dans le quartier ST-JEAN-BAPTISTE à Québec et jamais je n’ai reçu le moindre appui ou collaboration du le Soleil en publiant mes textes. »

      Comptez-vous sur les marmottes endormies du journal Le SOMMEIL de Qc pour tenir compte de l’opinion des citoyens ? Y’a des coups de pieds qui se perdent mais seulement là…

      « En début d’année, la Société d’État devait procéder à l’enfouissement des fils dans ST-JEAN-BAPTISTE et j’avais eu la confirmation d’un ingénieur d’Hydro lors d’une rencontre fortuite. Par la suite, cette société d’État a fait marche arrière pour dire qu’elle ne fera pas les travaux, mais qu’elle ferait un certain réaménagement tout au plus. »

      Parce qu’il y a les coûts de l’enfouissement et que d’autres intervenants doivent faire leur part de travaux… (Bell, la Ville, etc)

      « Alors pour le 400 ème de Québec, je vais inviter tous les photographes du monde entier à venir faire des photos magnifiques du quartier en insistant sur l’apport esthétique des équipements de notre Société d’électricité »

      Le 400 ième : laissez-moi rigoler! :D
      Avez-vous vu la bande de twits qui “gère” ça? Ou vont les millions?
      Pour des “festivité” qui existent DÉJÀ … hein ? Où vont ces millions?
      Dans quelles poches va l’argent?
      Ce sera un flop comme Québec 84. Qui vivra verra.

      Maudit qu’on fait dur !!!
      :-(((

    • Super intéressant ce que vous dites M. Collette.

    • Re-salut

      Question: la photo de M. Robert Mailloux qui accompagne ce billet a été prise où?

      Ça donne l’impression que les éoliennes sont tout près, une impression d’”écrasement” des maisons…

      La photo a été prise avec quel type d’objectif? La profondeur de champ peut parfois donner certains effets intéressants mais aussi trompeurs…

      :)

      :)

    • Les québécois vont enfin comprendre ce dont les amérindiens parlent lorsqu’ils refusent de céder leur territoire pour des intérêts économiques.

    • Vous faites dur. Vos messages sont pleins de préjugés sur à peu près tout le monde: les écolos, les gens des régions, la fameuse “clique du Plateau” et surtout, surtout, les éoliennes !

      Réfléchissons un peu.

      L’énergie éolienne est la première énergie dite verte qui soit à peu près rentable depuis l’hydroélectricité. Si on en est rendu à construire des parcs éoliens c’est parce que le potentiel de développement des barrages hydroélectriques est rendu assez limité (au niveau mondial c’est encore plus le cas) et parce que nos gouvernements ont pris, avec raison, des engagements au niveau de la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

      Certes, il y a des désavantages importants avec l’exploitation de l’énergie éolienne, mais comparons les donc avec ceux de ses principaux oncurrents…

      Les combustibles fossiles sont polluants, de plus en plus chers et produits à l’extérieur du Québec.

      L’énergie solaire est peu efficace sous nos latitudes, encore très dispendieuse et pas si verte que ça quand on considère le cycle de vie totale du panneau solaire. Le solaire passif, quant à lui, a un potentiel beaucoup plus intéressant.

      Le nucléaire ne produit pas de gaz à effet de serre mais produit des déchets radioactifs qu’il faut sécuriser pour des millions d’années. Si vous faites le calcul, comme moi, du nombre d’évènements malheureux qui se sont produits dans les 2000 dernières années d’histoire humaine, vous conviendrez que ce serait tout à fait irresponsables de laisser ce genre de cadeau à nos “générations futures”.

      L’hydroélectricité, quant à elle, est peu couteuse et relativement verte. Relativement, parce que la décomposition anaérobie des terres immergées produit une quantité importante de méthane, un gaz a effet de serre beaucoup plus puissant que le CO2. Relativement, parce que les barrages modifient considérablement des écosystèmes naturels (modification du climat local, destruction d’une quantité incroyable d’habitats, modification des débits d’eau en aval). De plus, si on parle d’enlaidissement avec les éoliennes, il faudrait aussi considérer la travail d’ingénierie que font nos barrages aux paysages nordiques et à ces rivières qu’on harnache.

      Finalement, il y a l’efficacité énergétique qui crée plus d’emplois que toutes ces alternatives, qui dégage des surplus qui peuvent être exportés ou utilisés par d’autres utilisateurs et qui, surtout, permet de limiter la quantité de nouveau projet de production énergétique.

      Bref, il n’y a pas de solutions faciles, mais l’éolien a l’avantage d’avoir un impact assez limité sur les écosystèmes. De plus, le Québec a un potentiel éolien très important, surtout situé dans le nord, là où le phénomène du pas-dans-ma-cour est moins fort. Alors, au lieu de faire des projets éoliens dans des villages pittoresques, là où il vente juste assez pour faire tourner le moulin et où les projets se font sous le signe de la division, pourquoi ne pas construire des gros parcs éoliens dans le Nord-du-Québec ou dans des régions moins peuplés comme la Côte Nord ou le Saguenay-Lac-St-Jean. Le potentiel éolien y est de toute façon beaucoup plus grand qu’en Gaspésie. Il y a bien sûr de nombreuses questions en suspend, telles la capacité du réseau à accueillir cette nouvelle énergie inconstante ou les toujours difficiles négociations territoriales avec les premières nations.

      Mais en fait, si on prenait des mesures d’efficacité énergétique plus drastiques (à quand les certifications Novoclimat obligatoires ?), peut-être n’aurions-nous même pas besoin de tout ça !

      Pour ce qui est des autres préjugés véhiculés sur ce joyeux forum, j’aimerais seulement dire que ayant résidé dans plusieurs régions du Québec (j’habite désormais au Saguenay) en plus d’habiter les grandes villes que sont Québec et Montréal, je peux vous garantir que vous dites à peu près n’importe quoi.

      L’exode rural est présentement un important problème, qui lié à la question du chômage, explique très bien pourquoi l’État et une partie de la population accueille à bras ouverts les nouveaux projets, aussi mal ficelés soient-ils. C’est sûr qu’un développement qui tiendrait en compte les craintes de ceux qui seront directement affectés par ces nouveaux moulins à vent et qu’il leur rapporterait une plus grosse part du gâteau (que ce soit par des redevances ou par les revenus supplémentaires que rapporteraient une nationalisation de l’éolien) faciliterait le processus.

      Finalement, à moins de preuve du contraire, ce n’est pas le Plateau qui dirige l’Assemblée nationale. Et c’est loin d’être le cas. Pour le moment, c’est le Parti Libéral, avec comme opposition officielle l’ADQ. On est très, très loin du Plateau Mont-Royal, qui n’est de toute façon plus ce qu’il était.

    • L’énergie éolienne n’est pas une panacée en matière de développement durable.

      Si elle permet une réduction de 95% des émissions globales dans son cas, il faut penser que c’est beaucoup mieux que une centrale aux hydrocarbures. C’est beaucoup, beaucoup mieux que le nucléaire a qui les déchets nucléaires directs et indirects ne trouveront jamais de bonnes mains en qui tomber… C’est aussi une industrie moins “lourde” que bien d’autres…

      Parlant de destruction de paysage : Les alumineries et acieries dans le coin de bécancour, les rafineries dans l’est de Montréal.

      Pourtant elle a le mérite de créer de l’engouement et de l’emploi dans des secteurs qui sont touchés par la crise forestière.

    • Pourquoi ne pas installer les champs éoliens dans les grands espaces libres du nord du Québec éloignés des villes et villages.
      Les lignes de transport d’hydro sont déjà là.
      Les Cris veulaient y bâtir un champ éolien et le gouvernement du Québec a refusé de donner les permis nécessaires.
      Ils se sont maintenant associés avec une compagnie américaine et ils vont bâtir aux Etats-unis un champ de 2500 éoliennes au Minnosota.
      Cela aurait créé plusieurs emplois.

    • Il faut à tout prix empêcher que les belles régions rurales du Québec se fassent gamahucher leurs paysages par des bandes de couillons qui ont le cerveau à marée basse. Avec ces monstrueuses machines, ils risquent de crever la gueule ouverte en buvant leur tisane |

    • (suite)
      En même temps, nous petites gens du Québec avont toujours besoin de plus d’électricité et sommes même obligés d’en acheter de notre voisin ontarien durant l’hiver…(centrales au charbon). Plutôt que de laisser l’électricité à un coût de 6.6 cents du kilowatts, amenez le à 8.0 cents du kilowatt, le projet d’Hydro-Québec de réduction de consommation de 4.7 twh sera bien plus envisageable… Nous nous ventons de produire une énergie verte et renouvelable comme l’hydroélectricité mais nous ne sommes même pas capable d’être autosuffisants. Oulala, je ne sais pas mais il y a quelque chose qui cloche…

      En bref, c’est bien beau l’éolien : mais tant qu’on ne diminuera pas notre dépendance à l’électricité, ajouter des éoliennes et des barrages seront totalement inutiles au Québec. En terme de réduction de gaz à effet de serre et capitaux investis. Nous avons besoin de revenus extérieurs, alors nous sommes bien mieux de revendre ces précieux kilowatts à nos voisins Ontariens et Amaricains. Ça pourrait enfin permettre d’alléger la maudite dette… On devrait vendre notre produit et non notre production.

      Je veux bien croire les gens que les éoliennes sont bruyantes, mais ou ont ils pêché ça????????? Je me suis installé sous une éolienne en pleine production en Alberta et Gaspésie. J’étais en dessous et le tss tss tss, faut quasiment faire attention pour pas le manquer…. Pour ce qui est de ces fameux bruits, beaucoup de R et D ont été investis pour améliorer l’aérodynamisme des pales et aujourd’hui, les bruits provenant d’une éoliennes sont très faibles.

      Et cette histoire d’infrasons qui rendent malades…. Ben la faut en prendre faut en laisser, sans commentaires…

      Commençons par réduire globalement notre consommation d’électricité, avant de penser à investir massivement. Diversifier les sources d’approvisionnement, éolien, solaire passif, géothermie…

      Consommer moins, consommer mieux…
      Là la devise serait applicable : Notre choix est clair, notre choix est vert.

    • Espoir à tous les ” Don Quichotte ” des temps modernes qui se respectent et qu cherchent une solution visuelle acceptable :
      Voici des éoliennes sur autoroutes.

      http://www.ekoolos.fr/images/blog/article/eolienne_autoroute.jpg

    • Vous savez, c’est plutôt un mythe que les éoliennes sont bruyantes.

      Voici un lien parmi tant d’autres sur le sujet http://www.planete-eolienne.fr/bruit.html

    • Le gouvernement Charest aurait du laisser Hydro-Québec jouer son rôle en ancadrant tout le développement éolien pour éviter la situation anarchique qui règne présentement dans ce secteur.Charest a préféré donner le contrôle absolu à tous ces supposés développeurs qui ne visent qu’un objectif: le maximum de profit peu importe les inconvénients subis par les populations.
      Durant ce temps, la région éolienne la plus intéressante à tout point de vue ; celle de la Jamaisie est laissée pour compte …chercher l’erreur!

    • En leur souhaite qu’on ne choisisse pas le plus bas soumissionnaire qui va faire ça tout croche et très bruyant…

      http://iamwormbuffet.blogspot.com

    • indeedtd, si tu avais lu tout les commentaires, j’ai posté plus haut qu’une éolienne est moins bruyante qu’un char qui passe sur la 132…

      une éolienne à 200 mètres génère 35-45 db, ce qui est moins bruyant que bien des articles électroménagers… J’espere que la question de bruit ne reviendra désormais plus.

    • @claude_lafrenière

      Photo prise au sortir de Baie des Sables .Tout au long de la 132 , lorsqu’on complète les anses et les pointes , ( poétiquement correct n’est-ce-pas ! ) , l’effet entonnoir des vents ouest-nord-ouest optimise la vélocité des vents de la Gaspésie. Monsieur Mailloux a choisi le “spot” ,où la 132 est le plus à proximité des souffleurs de brouillard.
      La nuit , et dans la brume matinale , les éoliennes sont toutes noires…

    • Le grand nord du Quebec est vide… des lacs, des animaux, 2 ou 3 trappeurs… Pourquoi faut-il absolument que les éoliennes soient toutes planté dans des villages qui ne veulent que le pognon rataché a celles-ci? Je ne comprend pas… Notre pays est vide pis on veut absolument ce batir dessus! pourquoi pas les alentours des grands barages, le long des lignes de transport, dans les parcs nationaux, et haut de la Baie-James…. Pourquoi absolument dans les champs des cantons de l’est ou au centre-ville de Gaspé! Pourquoi ce n’est pas HydroQuebec qui gere ca les eolienne… a cause du Hydro dans le mot? Pensons-y….

    • Je vous conseille à tous un voyage aux Pays-Bas. C’est magnifique là-bas et c’est bourré d’éoliennes qui sont peu bruyantes. Peut-être payent-ils plus pour des engrenages moins bruyants?

      En passant, les raffineries de Montréal et de Lévis produisent de l’essence pour tout le Québec. Pourquoi les régions ne souffriraient-elles pas un peu pour la production énergétique?

    • @ freiheit

      D’abord bravo pour ce commentaire complet et argumenté. C’est rare et mérite d’être souligné.

      Je relève trois points:

      1- La comparaison de l’énergie éolienne par rapport aux autres et en partie l’hydro-électricité. Je pense que c’est en effet la moins dommageable pour l’environnement.

      2- L’importance de l’efficacité énergétique: tout à fait! C’est quelque chose qui a été négligé depuis trop longtemps et qui mérite que des efforts considérables y soient consacrés. Vrai aussi que cela permettrait de créer beaucoup d’emplois.

      Moins d’accord cependant pour dire que cela suffirait et rendrait les éoliennes inutiles…

      3- Le potentiel éolien comparatif entre la Côte-Nord et la Gaspésie: pas certain de la chose d’autant plus qu’il faut tenir compte du transport de l’énergie produite, ses coûts mais aussi les pertes d’énergie occasionnées par le transport sur les lignes à haute-tension…
      Un dans l’autre, ça ne risque-t-il pas de revenir au même.
      (En faisant le bilan énergétique des deux solutions…)

      Pour ce qui est des “villages pittoresques” ça ne concerne pas autre chose que l’esthétique et c’est très discutable. Ça dépend de l’emplacement des éoliennes par rapport au reste du paysage
      (et des habitations).

      Les ouvrages d’art contemporains peuvent être aussi esthétiques que les
      constructions d’antan… et il est possible de le faire cohabiter avec goût…

      A-t-on pensé à faire appel à des architectes pour étudier cet aspect du problème? Ce serait peut-être une bonne idée… et un alignement d’éoliennes sur les hauteurs ne serait pas moins “pittoresque”…

      :)

    • @ bozappa

      Merci pour l’information au sujet de la photo.
      De toute façon je vais y aller à la première occasion et me faire une idée de la “chose”.
      Bonne journée !
      :)

    • Bon, je vous amène ailleurs; l’éolien c’est une chose l’économie s’en est une autre. Depuis les 20 dernières années Hydro Québec ont favorisé la conversion au chauffage électrique, des maisons existantes et nouveaux projets domestiques. Conséquences? ce que nous vivons actuellement. Lots de mégawatts patrimoinials épuisés, bonnes perspectives d’exportation manque de ressources pour le faire. Moi je suis de ceux qui croient à la géothermie peu profonde pour amener des économies et à la géothermie des grandes profondeurs 3km et plus, tel que pratiquer par les suisses, français russes et autres, sans oublier l’Islande. La terre étant une planète, ses entrailles a tout ce qu’il faut pour la production d’électricité. Eau qui par l’effet de pression atteint son point d’ébullition à plus de 375 degrés F. Ces profondeurs sont d’excellents échangeurs de chaleur. Maintenant sommes-nous en plein contrôle de ces technologies? Non. Tout est à faire selon les régions du monde. Mon raisonnement, le Québec détient une trés grande expertise minière (comprendre forage de puits équipement etc). Nous avant des régions potentiels d’exeption Abitibi- Témiscamingue, Moyen nord qui font partis du bouclier canadien. Nous avons d’immenses terrains miniers désaffectés qui pourraient être mis en valeur. Dévellopper notre propre technologie être maître chez soi, l’exploitation éolien ne nous appartient pas, elle nous vient d’ailleurs et les profits s’envolent comme de la fumée.
      Je crois que les québécois doivent s’activer à des projets rassembleurs.

    • @olicou

      Quand je lis des commentaires comme ceux-là, j’comprends bien des semi-ermites comme moi qui se richardesjardinisent…

      @jean-pierre_v

      Déjà qu’on s’est débarassé des tours à garde-feu dans le bois ,y en remettent avec le parc cellulaire . Mais des éoliennes , c’est stratégiquement localisé dans des endroits où il fait bon voir…

    • Pour tout projet au Québec, il y a toujours des groupes pour contester. Les écolos ne savent pas ce qu’ils veulent ou plutôt, ils doivent justifier les octrois qu’ils reçoivent de nos impôts. Alors, dès qu’un promoteur veut aller de l’avant, une meute de ”casseux de party” tente de lui barrer la route si bien que tout projet qui se réalise, voit son coût doubler ou tripler. Ex: le pont de la 25, la bretelle de la 640 près de Terrebonne. Lorsque l’on veut développer l’hydroélectricité, on conteste; on conteste leséoliennes, l’énergie nucléaire, le gaz etc. Donc, si on veut progresser, qu’on arrête les subventions. Autrefois, on attachait un âne à une roue pour faire fonctionner les moulins à carde. Aujourd’hui, on pourrait faire pédaler les écolos pour illuminer le plateau.

    • Il n’y a rien de plus laid sur la planète. Combien reste-t-il de terre? On dit que des photos valent des milliers de mots. Dans le cas des éoliennes, leur laideur est plus grande que l’on pense. Elles sont porteuses de la pollution par le bruit.

      Refus.

    • @homer_simpson

      J’aime ton idée de carburant, tu m’as fait bien rire ce matin, merci!

    • @ benoit_collette

      Vous m’(nous?) avez déniaisé avec cette bonne nouvelle:

      « Je voulais simplement dire que les médias aiment ça parler de la Gaspésie quand ça va mal pis que les gens chialent, mais que lorsque des citoyens proposent des idées, des projets, on en entend beaucoup moins parler…

      Qui, à l’extérieur de la région, entend parler de projets éoliens issus de la communauté comme celui de la SIDEM dans la Matapédia, ou celui de St-Noël ? Qui a entendu parler des consultations menées ce printemps et cet été à ce sujet ? J’y étais et ma foi, il y a certes eu de l’opposition, mais beaucoup de gens sont pour aussi, à condition de pas se faire fourrer par des promoteurs sans scrupule. Parlez-en aux gens de Murdochville des projets du mont Miller et Copper… (eh oui ! cette ville existe encore et est en train de muter en petite ville post-industrielle avec un pôle éolien important, mais bien sûr, vous en entendrez pas parler, parce que c’est des bonnes nouvelles… Ça intéresse qui de savoir que la ville a augmenté de 400 habitants grâce aux nouvelles industries oeuvrant dans l’éolien). »

      Ah ah ! Un autre son de cloche en provenance de la Gaspésie!
      Bonne nouvelle alors et pourquoi on entend JAMAIS parler de ça?
      (JAMAIS)

      Est-ce à cause de la mauvaise habitude des médias de faire le focus sur les passeux de pancartes
      mais pas sur les autres et de déformer l’idée que se fait (par exemple) des régions éloignés?
      Une grande partie de l’hostilité entre les régions ne serait-elle qu’un “produit-média” ?
      (Matière à réflexion et pas seulement pour l’auditoire …)

      À lire ce qui s’écrit dans les journaux et sur le Web,( et en exagérant un p’tit brin),
      ce serait la révolte anti-éoliennes en Gaspésie…

      Se pourrait-il que nous soyons trompé par les “médias” ? Ho ! Ho ! ::)

      Merci de remettre les pendules à l’heure et de corriger les déformations médiatiques.

      :)

    • Petit commentaire sur les parcs éolien du Bas Saint Laurent, Gaspésie je les trouvent beaux mais je suis un passionné d’aviation alors……. J’ai beaucoup de photos même en enjambant les clôtures de restriction le bruit difficile comme argument un sifflement sourd peu audible encore là je suis musicien……. La couleur blanche des tours? moi pour ma part j’aurais aimé l’inspiration de type Van Gogh quelle attraction touristique mondiale, d’immense moulins à vent multicolores mais……..

    • J’ai vu des parc d éolien en Espagne et ils ne dérange pas le paysage qui en passant est comparable à notre chère Gaspésie, ce n’est pas une affaire de région, c’est une affaire de logiqueil y a tant de place ou l’on peu installer ces parcs éolien au Québec qu’on pourait être les champion du monde.
      Et @ ONPOURAENREPARLER j’adore votre idée, chaque contract d’hydroquébec avec les compagnies exploitant ces parc devrait être assortis d’une clause touristique, ou elle exigera des compagnie que le parc dans sa couleur, forme ou de quelque façon que se soit puissent représenter un atrait touristique. Un parc invisible ou les éolienne se marient au paysage, un parc de couleur, un de forme il y a toute sorte de possibilité.

    • À ceux qui parle du bruit, vous me faitent rire, les parcs éolien font moins de bruit que les motoneiges en hivers dans la foret, et qui dans ces régions n’a pas de motoneige? Ils font moins de bruit que le vent qui souffle dans les branches d’un arbre mort de la pollution……

    • pas rapport mais pareil…

      Le chroniqueur judiciaire Claude Poirier dit avoir transmis à la Sûreté du Québec les affirmations d’un homme qui dit avoir vu des choses importantes qui pourraient faire progresser l’enquête sur la disparition de Cédrika Provencher, le 31 juillet dernier, à Trois-Rivières.
      M.Poirier, qui est collaborateur à la Presse Canadienne, a reçu le message téléphonique d’une personne allant jusqu’à soutenir qu’un membre de sa famille, un homme âgé dans la soixantaine, a été témoin de l’enlèvement de la fillette, mais qu’il refuse de se manifester à la police.

      Cet individu se trouvait alors en visite avec son épouse à la résidence trifluvienne de parents. Il aurait vu des scènes importantes en allant placer des effets personnels dans sa voiture.

      Il aurait ensuite raconté à des nièces ce dont il venait d’être témoin, en précisant sa volonté de ne pas en glisser mot aux autorités.

      Puisque ce témoignage n’a pas été livré sur la ligne téléphonique provisoire établie il y a quelques jours par M.Poirier, ce dernier a décidé d’en transmettre le contenu à la Sûreté du Québec, qui dirige l’enquête sur la disparition de la jeune fille.

      L’agente Isabelle Gendron, de la SQ, a indiqué tôt, vendredi, ne pas être au courant de la transmission de cette information par le vétéran chroniqueur. Elle rappelle que la SQ a jusqu’ici amassé plus de 3000 témoignages de citoyens qui font l’objet d’analyse.

    • @julievoyelle, la photo de Robert Mailloux est bien belle malheureusement elle travestie pas mal la réalité. Cette photo est prise avec un puissant téléobjectif qui compresse les distances, il n’y a donc plus de prespective pour juger des distances. Je me permets même de dire que c’est un trompe l’oeil, et une tromperie.

    • @archbroca
      Motoneige, ayoye! le suget tabou. Ça et le blé d’Inde carré (o.k maïs)

    • Pourquoi ne pas utiliser les pourtours déjà défrichés de notre réseau de transport d’électricité dans le Grand Nord ? Bien sûr, là où c’est rentable niveau vent, on s’entend. De cette façon, on garde le contrôle de tout ça via Hydro, on s’assure que ça défigure pas le paysage, on peut relier le tout facilement au réseau existant, on évite les querelles de clocher, et on exploite de façon sensée et optimale et responsable la ressource. Reste à régler l’accès aux sites pour l’entretien et hop, le problème est réglé.

    • Ceux qui mentionnent les rétrogrades contre le développement économique….Je vous dis:

      SURCONSOMMATION……Mère nature a des limites…..

      Faudrait consommer de façon décente et respectueuse de l’autre….
      ce que l’inconscient et le riche parfois oublient…..
      Tout comme l’autochtone qui s’excuse auprès de l’animal de le tuer pour manger, nous devrions agir de même avec nos richesses naturelles….

      Avons-nous vraiment besoin de plus d’énergie? Pourquoi…..Pour qui?
      En économisant et en mieux gérant notre énergie pouvons-nous développer de façon respectueuse du bien d’autrui….des coutumes d’autrui (pour les autochtones)…..
      Bonne journée!

    • Je suis tanné d’entendre parler du groupe Éole-Prudence, qui reçoit toute l’attention des médias alors que ses quelques membres peuvent facilement faire leurs réunions dans la cuisine de M.Jomphe. De plus, c’est bien intéressant de parler de la beauté de la Gaspésie mais il ne faut pas oublier qu’il y a des gens qui vivent là. Je voudrais savoir si les 300 emplois créés chez “Marmen” et “BCI Composite” à Matane sont si désastreux pour la région. Pour ceux qui ne le savent pas, 300 emplois à Matane équivaut à environs 5000-10000 emplois à Montréal. Alors, donnez la parole à d’autres personnes que les 8 chialeux d’Éole-Prudence.

    • __ Michel, faut que je te parle. L’angoisse se lit sur le visage de Jacques.
      “J’ai une énorme marguerite en arrière de la maison”.
      __ Je crois que tu devrais voir un psychiatre. Rappelle-moi.
      Le psy conseille à Jacques de prend du repos et de consulter un cancérologue car il est confronté à une situation hors de son champ.
      __ Monsieur, c’est un cancer. La biopsie est conluante: une énorme marguerite. Le cancer est si avancé que vous allez en mourir. “Il faut l’accepter, il n’y a rien à faire”.
      __ Jacques compose 540…. “Michel, c’est un cancer. La biopsie a montré une énorme marguerite”.

    • pour ce qui est de l’argent …… Hydro quebec connait les couts de maintennace et de fabrication d’un parc éolien, on ajoute un retour sur investissement raisonnable de 15% pour la compagnie et un 1% par an au propriétaire du terrain pour la location de l’emplacemant. Car une éoliennes, ne prend pas beaucoup de place sur un terrain qui dans beacoup de cas ne sert pas à grand chose autr que de faire partie d’une terre. Et pour les fermes, alors on ajoute une prime équivalent à la valeur net de la récolte pour le terrain occupé SEULEMENT si le terrain autour l’éoliennes est cultivé ou utilisé à des fin agricole et que un revenue est généré.

    • @quiveutsavoir

      Merci de ton commentaire. Un peu de recul et de prise de conscience en ce vendredi, c’est vraiment le bienvenu !

    • Je pense que les méfaits des éoliennes sont exagérés. Je suis originaire de Matane et lorsque je m’y rend chez mon père à St-Ulric, on peut les voir de intérieur de la maison.

      Ces dernière ne sont pas si lointaines et pourtant, on entend aucun bruit perceptible.

      Cependant, je pense qu’il faut faire le ménage dans le développement de celle-ci et mettre les compagnies privées au pas. Il me semble que les redevances aux propriétaire terriers ainsi qu’aux municipalité sont un peu maigres.

    • Patrick j’ai la nette impression que les LIBÉRAUX cherchent à tout privatiser….
      tandis que les PÉQUISTES semblaient vouloir protéger nos richesses naturelles mais ne savaient pas comment s’y prendre pour bien les gérer;

      Intellectuels qui se vautraient dans le luxe avec Paroles…paroles…paroles….mais totalement incompétents dans la gérance.=Mismanagement!

      BOTTOM LINE: MISMANAGEMENT By both parties! OUCH!
      =Surtaxés et sans services adéquats….Tout s’écroule….
      Tout va très bien MADAME LA MARQUISE!

    • @Soutine….. You make my day! Merci!

    • Patrick: tu peux chercher encore des poux avec ton brulot contre les éoliennes… Selon le sondage maison de La presse publié aujourd’hui même, il n’y a pas grand monde à part toi qui déchirerait sa chemise sur ce sujet!

    • @ julienn

      Vous avez précisé au sujet de la photo de Robert Mailloux:

      « Cette photo est prise avec un puissant téléobjectif qui compresse les distances, il n’y a donc plus de perspective pour juger des distances. Je me permets même de dire que c’est un trompe l’oeil, et une tromperie. »

      C’est bien ce qu’il me semblait aussi. La profondeur de champs était bizarre…

      Ce serait une bonne idée que les photos publiées sur la Cyberpresse soient accompagnées des détails techniques de la prise de vue…

      Cela permettrait de “spotter” plus facilement les “accommodements artistiques” … Pas besoin de Photoshop pour faire “mentir” une photo:
      le bon angle et le bon objectif et voilà…

      Les éoliennes écrasent les habitations pittoresques: HORREUR ! ;)

      :)

    • @freiheit Quel commentaire étoffé et brillant……Merci pour vos propos que j’endosse….Le fondateur de Green Peace mousse le nucléaire qui est un mauvais investissement….Il devient un VENDU!

      Nous devrions avoir beaucoup plus de francophones qui pensent comme vous qui pourraient déteindre sur nos ignares comme certains bozos de ce blogue mal engueulés et irrespectueux. Alors DON CHERRY ne pourrait plus nous mépriser.
      Bonne journée à vous!

    • ENVOYEZ DU VENT!
      SOUVENT
      LE MÊME QU’AVANT.

      ENVOYEZ DU VENT!

    • @seb.b et @beru.qc

      Rien contre l’éolien dans la mesure que les gens qui habitent les anses ne paient pas le prix pittoresquement parlant pour les fermiers d’en haut.
      Pourquoi pas St-jean de Cherbourg ou St-Paulin Dalibaire ? Cap-Seize ?
      Pas obligé de scrapper le tour de la 132 pour un ti mille piasses.

    • @Yves_Sauriol Drôle d’histoire….parents séparés….fillette ballottée entre les deux…et les grands-parents? Ça me laisse vraiment perplexe…….Que disent les grands-parents des deux côtés? Quelle sorte de famille…..?

    • @bozappa
      Votre photo est interessante! Je ne sais pas si c’est efficace mais côté esthétique c’est pas mal.

      Je dirais que sur la photo de M. Mailloux, c’est la quantité de bidules qui polluent le paysage, et lorsque la quantité est élevée il y a un risque plus élevé de bris et de problèmes j’imagine…je suis pour l’énergie éolienne et je crois qu’il faudrait innover quand à l’esthétique et l’efficacité, cela créerait beaucoup d’emplois et peut-être même exportable…

    • Bravo pour la pertinence de ce dossier Monsieur Lagacé . J’aimerais cependant savoir si les informations d’un projet éolien dans l’axe Nouvelle-Carleton et Maria-New-Richmond est disponible sur le Web.
      C’est la fleur de ma Gaspésie. Peut-être qu’au festival de Carleton , le vent et le blues n’auront plus la même symbiose.
      “The answer my friend , is blowin’ in the wind…”

    • Depuis quelques temps je me pose une question : avec tous ces espaces sur les toits des buildings de Montréal, dont entre autres celui de l’Hydro, justement, pour quoi ne pas installer des éoliennes de petite capacité dessus ? Y a du vent en masse à cette hauteur !
      C’est sûr qu’on peut pas placer des immenses éoliennes comme on le fait à la campagne, et ça n’enlève pas la nécessité d’utiliser les grandes éoliennes rurales. Mais ça aiderait sûrement. Et puis, pour une fois, on aurait pas besoin de lignes à haut tension sur des milliers de kilomètres. ÇA, ça vous défait un paysage, pis ça rapporte pas grand chose localement.

    • Il y a le facteur température? Comme le verglas qui peut nuire aux infrastructures, l’hiver est long au Québec…

    • Détruire le paysage?

      Donc si je comprend bien, je suis le seul qui s’arrête à Cap-Chat pour admirer les éoliennes et les prendre en photos?

      Ainsi que celle aux Iles-De-La-Madeleine qui même si elle ne fonctionne pas, est un attrait touristique?

    • @ bozappa

      Salut, c’est ou ça? Ça fait du bon sens les mettre là? C’est beau et original. Qui va se plaindre que l’on défigure une autoroute avec leur allure artistique et futuriste.

    • Les agriculteurs qui vendent leurs terres? Cela prouve qu’il y a un déclin dans l’agriculture, c’est dommage…et inquiètant.

    • @ claude_lafreniere

      En ce qui concerne la comparaison entre la Gaspésie et les régions nordiques, si on regarde le potentiel des vents en haut de 6 m/s, la Côte-Nord, le Saguenay-Lac-Saint-Jean et le Nord-du-Québec surpasse de loin la Gaspésie.

      À ce sujet, consulter la carte du potentiel éolien canadien (http://www.windatlas.ca/fr/maps.php?field=EU&height=50), qui est également disponible en format pdf à l’adresse susmentionnée, et les tableaux de l’inventaire du ministère des ressources naturelles (http://www.mrnf.gouv.qc.ca/publications/energie/eolien/vent_inventaire_inventaire_2005.pdf).

      Pour ce qui est des coûts de transport, la construction d’un méga-parc permettrait certainement des économies d’échelle très intéressante. Bon point par contre sur les pertes d’énergie lors du transport.

      Dans un deuxième temps, il est vrai qu’une éolienne n’est pas nécessairement laide. Je dois dire que j’ai trouvé très jolis les paysages d’éoliennes que j’ai vu en Gaspésie, en Allemagne et aux États-Unis. C’est vrai aussi que l’esthétique des éoliennes pourraient être travaillée par des designers et des architectes (on a justement eu un débat intéressant dans mon village sur l’établissement d’une tour à cellulaire et un argument fondamental contre celle-ci était justement sa laideur).

      @partipris

      Je suis d’accord pour que ce soit l’État qui s’occupe du développement de l’éolien au Québec (et surtout pas les amis de l’IEDM !), comme il l’a fait pour l’hydroélectricité à une autre époque. Ça permettrait un contrôle politique sur comment il se fait, ça garantirait que les éventuels profits (advenant que l’éolien devienne réellement rentable) puissent servir à financer les programmes sociaux et ça ouvrirait la porte pour une plus grande participation citoyenne dans le processus de décision.

      Le hic, c’est que Hydro-Québec est devenu une simple vache à lait qui n’investit pratiquement plus dans la recherche et le développement et a perdu beaucoup de son leadership depuis que les intérêts économiques ont pris le dessus. C’est pourquoi j’aimais bien l’idée de Louis-Gilles Francoeur (relayée depuis par Québec Solidaire) de former une nouvelle société d’État, Éole-Québec, qui se chargerait uniquement du développement de l’énergie éolienne.

      @ jean-francois_trottier

      C’est vrai que les nouveaux parcs éoliens nécessiteront éventuellement la construction de nouvelles lignes à haute tension qui enlaidissent le paysage et participent globalement à la réduction de la biodiversité (essentiellement en fractionnant les habitats).

      Par contre, le potentiel éolien de Montréal est très très faible. Au bout du compte on risque de produire des mini-éoliennes qui produiront autant d’énergie qu’elles ont nécessité à produire. Ce qui serait plus intéressant pour Montréal (et les autres villes du Québec), ce serait d’exploiter son potentiel solaire, autant sur les toits que sur les vastes zones de stationnement (en plus, ça pourrait faire de l’ombre dans les stationnements de centre d’achat, ce qui ferait le bonheur de bien des gens !), de développer des systèmes de compostage anaérobies produisant de l’électricité à partir des biogaz ou de mettre en place des réseaux d’échange thermique entre les usines et les complexes immobiliers.

    • @green14
      Moi aussi je trouve que cela fait futuriste.

    • @freiheit
      Ne mettez pas de parenthèses après avoir copier votre lien…cela empêche l’hyperlien d’être surligné et donc de pouvoir cliquer dessus.

    • @bozappa

      Je ne pense pas que les éoliennes scappent la 132. Par-contre, je suis d’accord avec vous pour aller mettre les éoliennes plus loins dans les terres.

      @Spotnick

      Disons que Cap-chat n’est pas un modèle à répéter pour l’I
      installation les éoliennes. C’est impressionant mais, dans ce cas là, c’est c’est vrai que ça enlaidit le paysage.

    • @freiheit Vous êtes très renseigné et vous dites vrai. Faudrait trouver
      l’ÉLU de notre gouvernement qui saurait gérer notre énergie de façon conservatrice et non en mettre plus pour simplement mousser l’économie aux dépens de l’environnement. C’est là que le bât blesse.

      Le progrès devrait être un mariage entre l’économie et l’humain c’est ce que disait STÉPHANE DION.

    • Présentement le QUÉBEC est géré par des petits gars en culottes courtes.

      =Toutous de STEPHEN HARPER qui est le toutou de GEO. W. BUSH…

      =HEEL….CANADA…..OUFF…..OUFF….OUFF!!!!
      =Énergie pour HASTA LA VISTA BABY….Arnold Schwarzenegger
      pour sa CALIFORNIE…il a également besoin de notre EAU POTABLE….

    • je suis parfaitement d’accord avec le commentaire de rené caron (le premier en haut)

    • ouf, je viens de lire un autre commentaire de la personne que je viens d’approuver, et ouf… un anti-plateaucrate, n’importe quoi.

      je viens d’une ville ou il y a des champs, et reste maintenant à montréal. observation : le plateau est un cartier. ou diable voyez-vous une plateaucratie? qui en sont les membres? comment dirigent-ils en secret la société, les gens qui vivent dans ce cartier seraient-ils les nouveaux francs-mançons? tout ça n’est que fabulations et jalousie, détourtement d’activités neuronales qui pourrait être bien mieux utilisées, au lieux de modire une “clique” qui n’existe que dans les esprits.

      que les “régions” se sentent négligés voire oubliés, oké, c’est une chose, mais ça n’a foutument rien à voir avec un cartier de montréal.

      ps : je ne reste pas sur le plateau
      pps : désolé pour les u accent grave, je suis passé sur ubuntu 7.04 et je n’ai pas encore trouvé comment les faire…

    • @ freiheit

      Merci pour les infos et les liens.

      Je les remet ici pour qu’ils soient cliquables:

      Document PDF:
      http://www.mrnf.gouv.qc.ca/publications/energie/eolien/vent_inventaire_inventaire_2005.pdf

      Carte du potentiel éolien:
      http://www.windatlas.ca/fr/maps.php?field=EU&height=50

      Voilà.

      :)

    • @Claude-henri vous avez bien raison en ce qui concerne le plateau. Ce n’est qu’un cartier, pas un état d’esprit de gens possédés n’ayant que pour but d’haïr tout ce qui n’est pas du 514.

      À chaque fois qu’un papier sur différentes régions du Québec apparait, écrit par un Montréalais, il y en a pour sortir cet argument, peu importe le sujet. Comme si les questionnements à propos des éoliennes ne pouvaient pas intéresser ceux qui n’habitent pas la région concernée.

      Anne-Marie
      http://bidulecompagnie.blogspot.com/

    • @ tous,
      J’ai visité le parc de Baie des Sables avec ses turbines de 1.5MW construites par GE en 2006 par Cartier Énergie et je peut vous confirmer qu’elles sont bruyantes.C’est comme quelque chose qui s’en viens et qui n’arrive jamais en plus du swish,swish des hélices.
      Les éoliennes c’est bien beau comme touriste,mais vivre avec 365 jours pas année pas certain que la pluspart du gens aimeraient ça.Il y a pourtant bien des endroit ou les installer sans les mettre dans des petits villages tranquilles.
      Pas fort les décideurs…

    • @freiheit, de un, merci pour vos liens, ensuite, sur votre paragraphe

      –Je suis d’accord pour que ce soit l’État qui s’occupe du développement de l’éolien au Québec (et surtout pas les amis de l’IEDM !), comme il l’a fait pour l’hydroélectricité à une autre époque. Ça permettrait un contrôle politique sur comment il se fait, ça garantirait que les éventuels profits (advenant que l’éolien devienne réellement rentable) puissent servir à financer les programmes sociaux et ça ouvrirait la porte pour une plus grande participation citoyenne dans le processus de décision.–

      L’état s’occupe déjà du développement éolien, Hydro Québec a les pleins pouvoir de décission de ce développement éoliennes et c’est elle l’acheteuse. En faisant appel au privé Hydro fait la même chose qui se fait au Danemark, en Suède en Allemagne et la plus part des pays européen c’est a dire faire jouer le principe de la concurance parmis les spécialistes de la chose, ce que Hydro n’est pas du tout (et sans oublier les sommes considérables perdus dans les projets a axes verticalesqui ont tous foirés). Et ce principe de concurrence permet d’avoir le meilleur coût possible a l’achat, et est tout a fait prévisible, c’est le privé qui prend le risque de tout surcoût tout comme c’est lui qui prend l’avantage des bénéfices d’une gestion performante. C’est comme cela que l’on a le plus de chance que la chose soir la plus rentable pour le GV, ou du moins avec le moins de perte…

      Car on est très loin du financement de programmes sociaux simplement parce qu’électricité éolienne est de qualité bien moindre pour cause de son instabilté et parce que on a déjà un paquet de monde qui se réclame des droits de ceci et cela sur quelque chose de déficitaire… Les progammes sociaux ils s’en cali** .

      Et j’avous que je rigole un peu avec votre commentaire suivant,
      –et ça ouvrirait la porte pour une plus grande participation citoyenne dans le processus de décision–
      Comme s’il y avait une grande omerta sur le sujet depuis deux décennies.

    • Pourquoi est-ce que le Plateau et Montréal font-ils parti de cette discussion au juste?

      Le monde est fou.

    • @joedirt, on compte beaucoup sur l’expérience que Patrick feras, il vas sûrment mettre ses oreilles a contribution sur ce dossier.

      Et vu l’excellente réputation de notre blogueur préféré… on vas le croire sur parole…

      En attendant celui-ci, le bruit des palmes sont présente que s’il y a du vent, s’il y a du vent il y a aussi le souffle de celui-ci dans les arbres, dans les fils électrique, ect. Et il y a aussi le bruit de la route et de ses “swish, swish” de pneu sur la bitume.

      On garde donc un petit septicime avant que ce ‘problème” fasse un peu plus consensus…

    • @julienn. Ah! D’accord. Je comprends… On pourrait alors penser que la photo a été choisie pour nous transmettre comment les gens de là-bas peuvent se sentir. Envahis et peu respectés par certains entrepreneurs de l’éolienne moins scrupuleux? En ce sens, la photo traduirait «la réalité» mais davantage subjective qu’objective.

    • @julienn,
      pas juste le bruit des palmes,c’est le bruit de la nacelle(gearbox) qui est le plus dominent et continu.

    • Je crois que nous profitons tous de choses en dehors de notre vision, qui en font souffrir d’autre. Avant de s’attaquer aux éoliennes parcequ’ils sont plus visible pour nous au Québec, je pense qu’on devrait arreter de faire affaire avec les pays qui abusent de leur citoyens, souvent de pire façon. Seulement a ce moment je crois, il ne sera pas hypocryte de penser à ça.

      Comme certains l’ont dis, si on consommait moins il n’y aurait même pas de problèmes pour commencer (ou particulièrement moins exporter).

    • @joedirt, alors le problème se situe au niveau du choix des modèle d’éolienne qu’on a au Québec? Certains semble dire que d’autres ne font presque pas de bruit. Il a a sûrement alors une nette différence dans les nacelles?

    • @julievoyelle

      La photo est trompeuse parce que l’éolienne vous semble plus petite qu’elle ne l’est . Ça frappe dans l’dash en bon français.Tapez vous la run,c’est encore un très beau temps…

    • Moi qui suis anti écolos, laissez moi vous dire à quel point j’ai les mâchoires crampées de voir ce bordel merdique que créent ces éoliennes. D’autant plus que les fermiers se font rouler comme des enfants de la maternel. Les cultivateurs ontariens reçoivent 2 a 3 fois plus en compensation.

      Encore plus tordant quand on sait que ces éoliennes sont inefficaces et totalement non rentables, ça c’est quand elles fonctionnent. Certains pays européens qui ont adopté, aveuglément et par manque de choix, cette technologie commence a fortement déchanté. L’or commence à se transformer en vulgaire sable.

      Pas surprenant que le Québec soit en faillite.

    • @daisyb,
      je pense que le choix du fabriquant est un point très important et aussi il ne faut surtout pas oublier que le tout est composé d’engrenages et que la majorité des manufacturiers ne les garantissent que pour 5 ans seulement.Elles vont vieillir donc devenir de plus en plus bruiyantes non,comme une auto neuve qui vieillit…

    • Transformer le vent en énergie, c’est génial. Toutefois, j’ai quelques points d’interrogations. Cette été, J’ai passé mes vacances en Gaspésie, (à Matane) et j’ai noté que la distance entre les éoliennes était énorme et qu’un parc éolien occupait un immense espace. Il doit être possible de rapprocher les éoliennes (En regardant la photo de cette article on ne réalise pas la distance mais elle est bien là.)

      Je sais bien que se sont des spécialistes qui créent ces parc éoliens et qu’ils on dû penser à l’espace que cela occupe. Mais, c’est le seul item qui me tracasse un peu. Pour les paysages, je ne vois pas de problèmes.

    • C’est bien ça julievoyelle –la photo traduirait «la réalité» mais davantage subjective qu’objective–

      Et pas doute que “la-bas” il y a une variété d’opinions et de point ce vue, (non-photographiquement parlant…) sur la chose.

      Et les promoteurs ne vont pas avec les scupules, ils vont avec l’encadrement légal. C’est a dire X métres de distance d’habitations et tout autres règlementations en vigueurs.
      Vrai que vu qu’il y avait peu d’antécédent de la chose il y avait aussi peu d’encadrement. Au GV et MRC a s’y mettre. Mais s.v.p. se rappeler que l’éolien n’est pas une machine a fric, que le coût de son produit n’est pas vraiment compétif vu son instabilité. Complètement imutile pour Hydro dans la gestion de “la pointe”. Et que les redevances plus grosses en Ontario, ou ailleur, vont de paire avec un tarif de vente plus élevés qu’ici (l’Ontario + 50%) et avec des problèmes de dépendance intense au pétrole, au charbon, et au nucléaire ailleur dans le monde.

    • Je commençais à désespérer de la moronité ambiante jusqu’à ce que je lise le commentaire de Freiheit. Merci !! Moi aussi je n’en peux plus des préjugés !

      (signé une fille de la Gaspésie qui habite sur le plateau, qui étudie en environnement et qui ne se reconnaît nulle part dans les conneries énoncées ici sur les gens de ces 3 catégories)

    • J’en ai vu quand je suis allé à North Cape à l’île-du-Prince-Édouard. Elles sont vraiment impressionnantes à voir. Beaucoup plus gros que je le pensais. L’illustration dans le dossier ne la rend pas justice. Il faut les voir pour avoir une vraie idée de leur grandeur. Si c’est dans un endroit isolé, comme c’était le cas à IPE, d’accord. Mais proche des villages, c’est laid et ça fait un bruit constant qui peut être gossant à la longue.

    • @wongjing,
      les éoliennes de Cape North à l’IPE son de 0.665 MW,semblable à Cap Chat qui sont de 0.700 MW et qui ont une hauteur de 70 mètres et que tout le monde trouvent grosse en les voyant. Si tu veut en voir des grosses va voir ceux de Baie des Sables Qc qui sont de 1.5 MW et 110 mètres de hauteur.

    • Monsieur Lagacé,

      Vous avez commencé à préparer ce dossier au mois de mai lorsque vous êtes allé en Gaspésie avec votre photographe après lui avoir « tété un lift parce que vous n’avez pas de char » vous vous souvenez? Vous avez dit dans un billet je suis en route pour La Gaspésie pour couvrir un sujet d’intérêt public. Je me suis dit : pourquoi enverrait-on un journaliste de MTL en Gaspésie? Pourquoi pas un du soleil ou du Quotidien? Pourquoi enverrait-on Pat Lagacé l’arrogant « un écolo qui n’a pas de voiture » en Gaspés………….Eureka. Les Éoliennes!!!!!!!!!! Hydro-Québec Je ne l’avais pas mentionné su’l blogue mais je trouvais que ça prenait du temps avant que le papier sorte. Et puis v’lan la rentrée scolaire, les grands tirages, la roue qui repart. On m’en passe pas des vites de même. « Je ne peux vous dire de quoi il s’agit Sorry – dixit Lagacé Vous vous souvenez?

    • @maltais
      Y a tu des choses alentour de toi ou dans ta vie que tu trouves pas négatif. A peu près tout tes commentaires sont pour détruire les efforts ou l’opinion des autres. C’est tellement simple et facile d’être anti tout sans jamais approter ne serait-ce qu’une suggstion ou opinion constructive qui amènerais de l’eau au moulin.

      Bonne jounrÉe q

    • Bonne journée quand même M. Maltais.

    • Combien ça coûte pour faire virer ces énormes instruments? C’est quand même pas des vire-vent en plastique qui tourne jusqu’à temps qu’on a du souffle… Ce n ‘est pas un ornement!
      Pour moi, c’est un choix éventé.

    • Le Québec est dans le vent… Lula

    • Help ! http://www.volrecreatif.com/boutique/images/delta-u2.jpg demande tour de contrôle … ???
      – ***Zig ,Zag … Zap !***

    • Non, mais, chaque fois que je regarde une photo comme ça, je cherche le nom du village et je me dis “La croisade est rendue là”? Ça sent la morale: C’EST NÉCESSAIRE. Ah, quand c’est nécessaire “Bien sûr, il m’arrivait d’avoir de la difficulté, mais jamais je n’aurais pensé qu’il pouvait s’agir de disfonction érectile…. Composez le: 1-800243-7132.

    • @ tous.
      Je viens de lire certains commentaires et laissez moi vous dire que je suis d’accord avec YM delisle. Tous les poteaux d’hydro, de bell sont très laid dans le paysage et personne en parle.

      Ce que je remarque et qui me fait rire est l’étroitesse d’esprit des québécois. Il faut des hopitaux gratuit, des garderies gratuites, l’écoles gratuites mais n’investisser pas dans des entreprises qui pourrait rapporter des dividentes et baisser notre énorme dettes..

      Nous avons une richesse qui est le vent et l’eau et qui nous appartient, il faut l’exploiter pour sortir cette province du marasme économique.

      Il ne faut pas que ce développement ce fasse d’une façon sauvage mais s’assurer de ne pas nuire au gens ou au tourisme régionale. Malheureusement, je crois que le développement va se faire sans borne et qu’il sera tous croche.

      Il ne faut pas passer sous silence, le filou (dont j’oublie le nom) qui propose de privatiser Hydro-Québec. Hydro-Québec est à tous les québécois et non à une entreprise étrangère. C’est notre plus grande richesse, il faut la conserver pour notre future.

    • Réduire les éols.
      Appelés aussi éoliennes, la thechnique consiste à couper la facture de l’HYdro en mettant fin à la surconsommation__ ce qui diminuerait les éols. Les éoliennes ont-ellles des conséquences sur la démographie? Un sociologue (peut-être…monsieur Gérard Bouchard) se fera plaisir de répondre à toutes vos questions. Je déteste vraiment les éoliennes. C’est horrible. C’est INUTILE pour que cela va donner, d’après des lectures. En tout cas, on a tout ce qui faut pour se tourner de bord, c’est tellement laid.

    • Bien dit, shotokandm. Et v’lan (l’vent) dans les dents !!! ;-)

    • @gilbertduquette,

      Merci pour vos bons souhaits.
      En effet je suis assez négatif en ce qui concerne notre société actuelle. Je n’arrive pas à croire que les gens se laissent aussi facilement entuber et cela dans presque touts les domaines..

      Désolé, les éoliennes c’est de la m…e! Chaque dollar investi génère une perte de $0.75. Elles sont inefficaces du a leurs fragilités, au manque de vent ou a son instabilité.

      Pour faire plaisir a un certain groupe de pression, on fabrique de l’électricité a prix d’or. Certains pays européens forcés d’adopter cet techno commencent à en avoir ras le bol. Coût très élevés, pas de diminution de pollution, etc. Je sais je l’ai déjà écrit. Toutes les études ont passé sous silence les effets négatifs de ces cochonneries. Bruit, laideurs, érosion due au déplacement des vents, problèmes de santé.

      Ca grogne et sa grognera de plus en plus. L’écologie est une fraude monumentale et je refuse de me laisser frauder.

      Bon promis, dès que je verrai quelque chose de brillant, je vous écrirai un texte positif.
      Bonne fin de journée!

    • @shotokandm
      La dette du Québec appartient également à tous les Québécois. Si la vente d’Hydro-Québec permet d’assainir nos finances collectives, pourquoi pas? Pas les doigts dans le nez et sans examen approfondi, évidemment, mais pourquoi décréter un tabou d’emblée?

    • Pourquoi ne pas implanter des parcs éoliens dans ldes zones éloignées de coupe à blanc ou presque. Il doit avoir des endroirts propices au vent.
      Il reste à vérifier le facteur éloignement sur les couts.

    • Merci “freiheit” pour vos propos tout simplement lumineux!

    • @michelglauzon
      Je crois que vous mettez le doigt sur le bobo. Dès que c’est éloigné, les coûts de construction et d’entretien explosent. Déjà que ce n’est pas particulièrement productif en partant, si en plus on s’assure de coûts supplémentaires en construisant les infrastructures trop loin, ça devient d’autant moins drôle.

    • @Verret
      Je suis d’accord que la dette appartient à tous les québécois, mais lorsque tu as une poule aux oeufs d’or, est-ce que tu vends la poule????

    • @sahara36
      Si on te démontre que c’est plus payant de te débarrasser des intérêts sur la dette en vendant une poule qui te rapporte moins annuellement que le poids des intérêts en question, ce serait fou de ne pas au moins explorer ce filon.

      Les tarifs artificiellement bas dont nous bénéficions sont ni plus ni moins qu’une invitation à surconsommer. Si on soutient les ménages moins riches afin qu’ils puissent faire face aux inévitables augmentations, encore une fois, pourquoi pas?

      je ne dis pas que c’est forcément LA solution, Ce que je dis, c’est qu’elle ne devrait pas être écartée d’emblée sous prétexte de ne pas faire pleurer le fantôme de René Lévesque.

    • C’est d’une atmosphère irrespirable et d’une solitude…
      Il y a le dicton qui dit “Celui qui sème le vent récolte la tempête”.
      C’est vain.

    • Mon Dieu que c’est difficile d’obtenir un consensus au Québec, En Californie, en France et dans bien d’autres pays, c’est plein de parc d’éoliennes mais ici, y a toujours quelqu’un à qui ça ne fait pas son affaire et on l’écoute et on arrête puis on fait des études qui coûtent une fortune. Qu’est-ce que ce serait si on passait au nucléaire? Marcel Charland, Québec

    • @marcel56
      Ce qui m’étonne un peu, c’est à quel point l’éolien avait la cote avant qu’on entreprenne de l’implanter pour vrai.

    • @ Verret
      Je suis d’accord avec ta logique, mais ma crainte est que lorsque Hydro sera privatisé, serons-nous à la merci d’une société qui ne recherche que les profits et dont les tarifs ne cesseront d’augmenter.

      Je suis d’accord lorsque tu dis que” Si on soutient les ménages moins riches afin qu’ils puissent faire face aux inévitables augmentations, encore une fois, pourquoi pas”
      C’est une excellente idée mais personne, politiquement parlant, ne vas s’avancer et c’est trop facile par la suite de s’enlever de tels programme.
      Nous surconsommons l’électricité et l’eau, il faudra agir un de ces jours pour limiter notre consommation.

    • on a parlé de dévelopment sauvage des éolienne, si il y a une chose qui peu se faire d’une manière sauvage, rapide et à très grande échelle se sont les éoliennes, car la durrée de vie n’est que de 15 ans et l’impact sur la nature est minime. seuls les gens proche on à souffrir d’un paysage un peu changé mais pas pollué. Si c’est éolienne peuvent nous aider à ce sortir du trou alors allons y en grande et partout, pour 25 ans, de cette facon notre futur collectif sera meilleur. Il en faudrait à tous les coind de rue si il le faut

    • @sahara36
      Encore une fois, je ne prétends pas que nous tenions là LA solution à tous nos problèmes, mais il faut avoir le courage d’explorer cette solution, en même temps que d’autres.Je dis simlement qu’il ne faut pas fermer la porte par automatisme. Il faut avoir le courage de faire ls choses autrement.

      Évidemment qu’il faudrait s’assurer un atterrissage en douceur aux plus faibles revenus en donnant un break fiscal, mais on ne parle pas non plus d’une privatisation qui doive être lancée demain matin. On a amplement le temps d’y penser pour s’assurer que ça nous serve collectivement d’une façon optimale.

    • Je devrais sans doute prendre des pilules de syntaxe et appliquer un onguent anti-coquilles aux zones affectées… À ma décharge, mon clavier sans fil a des problèmes de piles…

    • Le grand problème avec les éoliennes…c’est qu’elles ne nous appartiennent pas !!!
      Vous avez vu la liste des promoteurs, qui vont se remplir les poches !!!

    • va-t-on vraiment abandonné cette panacée juste parce qu’une couple de tapon disent que c’est laid et que ça fait un faible bruit ? Il va toujours avoir des opposants à tout. On construirait un hopîtal hypermoderne, une école avec une méga bibliothèque et une gallerie d’art que ça ne ferait pas l’affaire de certain empêcheur de tourner en rond.

    • @michelnotredame
      La raison en est simple: l’État n’a pas à être promoteur. Les missions de l’État n’ont absolument pas à inclure la production d’énergie.

    • @marcel56

      Au nucléaire?
      Tu devrait l’savoir !

    • Merci M. Maltais pour avoir appuyé votre opinion
      Même si je ne suis pas toujours d’accord avec certains commentaires, il est instructif de voir l’autre côté des choses.
      Merci encore et bonne soirée

    • Et dans quel sens tounent les éoliennes ? Horaire ? Oui mais pas derrière !

    • @bozappa
      Considérant la stabilité de nos sols pour le stockage des déchets et la disponibilité de l’uranium sur le le marché canadien, je comprends mal notre résistance-réflexe au Québec quant au développement de la filière nulcéaire.

      Le nucléaire, c’ast aussi naturel que le tofu:
      http://www.ocrwm.doe.gov/factsheets/doeymp0010.shtml

    • @verret

      Ah! Moi , la science-fission !

    • - De dire que les écolos sont contre le capitalisme!?! Il faut savoir que les “vrais”capitalistes sont irrémédiablement contre tout ce qui empêche de faire de l’argent rapidement. Ensuite, je connais plusieurs écolos qui ont su dire (et essayer de faire comprendre), qu’il ne devrait pas y avoir de lutte entre écologie et économie. Les deux peuvent très bien cohabiter.

      - Notre drogue de consommation électrique pas cher? Pourquoi les québécois n’auraient-ils pas droit, eux aussi, de profiter des quelques avantages que la nature leur offre, comme l’eau, l’électricité et quelques mines (pas encore données aux étrangers)?

      - Je suis de Cap-Chat. La photo que vous voyez en haut de ce texte est de Cap-Chat. Vous avez une idée du beau “look” que ça donne! En bas, les quelques maisons que vous voyez, sont à quelques kilomètres du village et à quelques pieds de la 132.

      - Ici, 4000$ environ en redevance annuellement pour quelques 70 ou 72 éoliennes. Ailleurs, c’est le même montant pour… UNE éolienne!

      - Le pire lu ci-haut: “le gouvernement qui est prêt à tout pour sauver la Gaspésie”. Deux choses: Le gouvernement ne fout rien pour sauver la Gaspésie. On est sur le cul et ça glisse gaiement. De plus, même si un gouvernement décidait d’avantager la Gaspésie dans un domaine, ça ne serait rien à côté de tout ce qui nous a été volé depuis des années et que le reste du Québec nous doit. (Le monsieur qui dit ça doit certainement être un ami de la ministre fofolle qu’est Julie Boulet, qui a sauté une coche l’an dernier parce que pour la première fois, depuis l’existence de la Gaspésie, il y avait un avantage consenti à notre coin).

      - Finalement, est-ce que les grands défenseurs du capitalisme sauvage peuvent m’expliquer pourquoi il faudrait laisser la multitude de crosseurs qui viennent subitement de découvrir la Gaspésie, puis le vent d’ailleurs, aller y planter leur machine qu’ils laisseront rouiller dans les champs après 15 ans de vie? Pour l’argent? Et vous me dites que les écolos sont malades???

    • @marcastpierre

      You bette

    • @marcastpierre
      On vous doit quoi au juste??
      Pis qu’est-ce qu’on vous a volé ???
      Et toi qu’est-ce que tu fait pour la sauver ta Gaspésie ???
      Pis en passant j’ai une très bonne connaissance de Cap-Caht qui reçoit entre 2000 et2500$/an de redevance par éolienne on est loins des 4000$ pour 70 éoliennes du projet d’Axor il y a 10-15 ans de cela.

    • @tous,
      les éoliennes existe depuis plus de 30 ans en Europe comparé à 10 ans au Québec et il y a de plus en plus de mouvements de contestation.Allez voir par vous même. www.cduvent.org et www.ventdubocage.net.

    • Oui a freiner la surconsommation d’électricité. NON au nucléaire.
      Le nucléaire est un mauvais investissement. Il y a beaucoup de négligence dans le nucléaire. Non à la privatisation de l’Hydro-Québec.

    • @ marcastpierre

      Vous avez écrit:

      ” – il ne devrait pas y avoir de lutte entre écologie et économie. Les deux peuvent très bien cohabiter. ”

      Tout à fait. Lisez le commentaire de benoit_collette de la Gaspésie qui nous dit:

      « Qui, à l’extérieur de la région, entend parler de projets éoliens issus de la communauté comme celui de la SIDEM dans la Matapédia, ou celui de St-Noël ? Qui a entendu parler des consultations menées ce printemps et cet été à ce sujet ? J’y étais et ma foi, il y a certes eu de l’opposition, mais beaucoup de gens sont pour aussi, à condition de pas se faire fourrer par des promoteurs sans scrupule. Parlez-en aux gens de Murdochville des projets du mont Miller et Copper… (eh oui ! cette ville existe encore et est en train de muter en petite ville post-industrielle avec un pôle éolien important, mais bien sûr, vous en entendrez pas parler, parce que c’est des bonnes nouvelles… Ça intéresse qui de savoir que la ville a augmenté de 400 habitants grâce aux nouvelles industries oeuvrant dans l’éolien). »

      Vous écrivez ensuite:

      “- Ici, 4000$ environ en redevance annuellement pour quelques 70 ou 72 éoliennes. Ailleurs, c’est le même montant pour… UNE éolienne!”

      Parce que le prix des terrains n’est pas le même…

      Vous avez aussi écrit:

      “- Deux choses: Le gouvernement ne fout rien pour sauver la Gaspésie. On est sur le cul et ça glisse gaiement. De plus, même si un gouvernement décidait d’avantager la Gaspésie dans un domaine, ça ne serait rien à côté de tout ce qui nous a été volé depuis des années et que le reste du Québec nous doit. ”

      Volé quoi au juste? La Papeterie de Matane ou la Gaspésia ? ;-)
      Des millions payés par les autres dans des barils pas de fonds en Gaspésie…

      Le reste du Québec vous doit quelque chose? Sûr de ça?
      En tout cas vos propos rejoignent ce que je disait ici
      sur les Gaspésiens à qui on doit tout…

      C’est pas les Beaucerons qui diraient ça. Inspirez-vous d’eux et des gens de Murdochville. Si on faisait le bilan des échanges économiques (incluant aussi les subventions), il se pourrait fort bien que vous en deviez une maudite beurrée…

      Vous avez écrit:

      “- Finalement, est-ce que les grands défenseurs du capitalisme sauvage peuvent m’expliquer pourquoi il faudrait laisser la multitude de crosseurs qui viennent subitement de découvrir la Gaspésie,”

      Les investisseurs qui placent leur argent dans des projets en Gaspésie sont des crosseurs ?

      Belle mentatlité. Si je dis que c’est anti-capitaliste, vous ne m’en voudrez pas j’espère…

      C’est pas écologiste non plus s’il faut croire votre apologie de gaspillage:

      “Pourquoi les québécois n’auraient-ils pas droit, eux aussi, de profiter des quelques avantages que la nature leur offre, comme l’eau, l’électricité et quelques mines (pas encore données aux étrangers)? ”

      Vous êtes pas sorti du trou. Sauf si vous faites comme à Murdochville.

      :-(

    • Avant de se faire assommer par les pales des éoliennes, j’espère que des études sérieuses sont faites pour la réalisation de ce grand projet ? A savaoir : OÙ, quand, comment, pour qui
      J’ai comme l’impression que la méthode ESSAI-ERREUR est la favorite de ceux qui nous dirigent , ce qui les oblige à faire marche-arrière pour tout recommencer : ex: Mirabel . Au fait, maintenant que tout ces habitants ont été délogés, est-ce que ça ne pourrait pas faire laffaire pour planter les grandes hélices ? pardonnez mon ignorance, mais elle serait plus pardonnable que la-leur qui consiste à dilapider des millions dans le vent.
      A Québec, ils avaient recouvert toute une rue pour concurrencer avec les centres d’achat. Travaux qui ont coûté plusieurs millions. Eh bien, croyez-le ou non, ils ont tout démoli quelques années après.
      Allez comprendre de quelle continuité il s’agit et quel sérieux habite nos décideurs.

    • @ michelnotredame, en quoi le fait qu’elles ne nous appartiennent pas est un problême? on se bat contre les communistes et les socialistes, vive le capitalisme. Car seul le capitalisme est efficace et rationnel. tout ce qui est étatique est: 1. bourré de syndicat qui ne cherche que leur monopolie. 2 il n’y a aucun sens de responsabilité, c’est toujours la faute d’un autre ou du ministre surtouit si il n’est pas de notre parti. 3, le bien commun justifi tous les mal et les pouvoir. Donnez moi une chose qi est mieux géré par le gouvernement que par le privé. Je ne parle pas des cout d’utilisation directe.

    • Vent: en quoi le fait qu’elles ne nous appartiennent pas est un problême? on se bat contre les communistes et les socialistes, vive le capitalisme. Car seul le capitalisme est efficace et rationnel. tout ce qui est étatique est: 1. bourré de syndicat qui ne cherche que leur monopolie. 2 il n’y a aucun sens de responsabilité, c’est toujours la faute d’un autre ou du ministre surtouit si il n’est pas de notre parti. 3, le bien commun justifi tous les mal et les pouvoir. Donnez moi une chose qi est mieux géré par le gouvernement que par le privé. Je ne parle pas des cout d’utilisation directe.

    • Moi, je vais souvent en Belgique, j’en ai ENTENDU des eoliennes. 10 minutes c’est mon max.

    • c,est effectivement laid… mais telllement bon pour la planète…

      L’heure des choix ?

      http://francistremblay.wordpress.com/

    • Que ca fait du bien d’avoir un échange civilisé,on devrait tenter d’en prendre l’habitude.
      J’ai(presque) tout lu et je me suis beaucoup instruit.
      En fait je crois qu’autour de 80% des intervenants sont”pro-vent”,avec une inquiétude en ce qui concerne le bruit.Je ne me suis jamais approché d’une éolienne sufisamment pour me faire une idée la dessus.
      @freiheit
      Merci beaucoup pour vos propos lucides et éclairants,à vous seul vous avez démystifié la bête dans mon esprit.
      Pat cette fois-ci tu as mis dans le mille.
      J’ai hate de lire la suite.

    • @jeanbernard

      Moé aussi

    • L’éolien a le vent en poupe… Mais on peut placer avec plus ou moins de talent. Norsk Hydro a un projet d’un GW ( 200 tours de 5MW) en mer, presque invisible du littoral. Pas demain, mais presque…
      http://www.nouvellesociete.org/415.html

      Pierre JC Allard

    • @joedirt,
      Alors la mon ami, vous prêchez dans le désert. Ici ce sont des convertis!!
      Soyez patient, au Québec nous sommes vingt ans retard sur l’Europe!

      Ajoutez a cela, comme le mentionne « Mildred » que nous fonctionnons sous le principe essai-erreur.
      Trop pressé d’engranger le foin, on néglige touts les aspects négatifs, allant même jusqu’à les cacher. On se prépare de beaux lendemains.

      Une question m’intrigue! Vu le nombre astronomique d’éoliennes installées en si peu de temps et vu qu’elles ont une durée de vie de quinze ans, qu’arrivera-t-il lorsqu’on devra les jeter a la poubelle toutes en même temps?

    • Lorsque je visitais un village de Gaspésie l’an dernier, tout le monde était bien content de l’arrivée possibles des éoliennes et des retombées économiques locales (emplois directs et indirects, industrie, etc). Or, c’est en entrant dans une boutique de souvenirs que j’ai entendu des gens chiâler. C’était un troupeau de cyclistes montréalais, qui s’inquiétaient à propos du joli paysage bucolique. Alors il va falloir faire un choix: soit on veut de l’emploi pour la région, soit on veut un paysage bucolique parsemé de villages abandonné, avec leurs jolies granges en bois pourri.

    • L’éolien se passe de l’avis des citoyens:

      Trois des 150 projets qui seront présentés à Hydro-Québec ont fait l’objet d’une consultation.

    • @ political_2

      Tu demandes s’il y a une chose qui est mieux gérée par le gouvernement que par le privé ?

      1) L’assurance-maladie.
      Dans les pays ou la santé est universellement accessible (ça c’est chez nous), tout le monde peut se faire soigner sans se préoccuper de leur capacité de payer. Dans les pays où l’assurance-maladie est privée (les États-Unis, par exemple), ceux qui n’ont pas les moyens de se payer une assurance privée meurent à petit feu. Et c’est sans compter ceux qui sont assurés mais dont l’assureur finit par trouver une clause dans un paragraphe de la 28e page du contrat d’assurance qui permet de retirer l’assurance pour un traitement à effectuer. Personnellement, je préfère le premier modèle.

      Je pourrais en donner d’autres exemples de ce type, mais j’ai mieux à faire…

      @ verret

      En ce qui concerne la privatisation d’Hydro-Québec, je trouve un peu aberrant qu’on puisse souhaiter la privatisation d’une entreprise nationale pour laquelle la population du Québec a tant donné et de laquelle elle tire tant de bénéfices aujourd’hui. Ce serait comme si l’Arabie Saoudite ou le Vénézuela privatisaient leur industrie pétrolière.

    • @freiheit Bonjour! Je répète la question de MALTAIS que je trouve très pertinente.

      Comment allons-nous nous débarrasser de nos déchets éoliens sachant que nous avons un gros problème déjà avec nos déchets nucléaires?

      Bon matin et merci pour vos propos étoffés qui éclairent nos lanternes.

    • @Maltais Bonjour! Je viens d’envoyer un courriel à mon correspondant Néerlandais pour lui demander comment ils disposent des déchets éoliens aux Pays-Bas…..J’attends sa réponse.

      Bon matin! P.S. Je remarque que le blogue de Patrick devient plus intelliigent et plus civil…..et plus courtois…..QUEL PLAISIR!

    • PRIVATISATION OU PAS DE NOS RICHESSES?

      Remarquez….Les PÉQUISTES conservaient nos richesses naturelles mais ils étaient incompétents à les exploiter sagement
      et les LIBÉRAUX veulent tout privatiser eux…..

      Chercher l’erreur?

    • Dans les annees 60,sous le gouvernement liberal de Jean Lesage,le Quebec a nationalise l’elctricite et cree une societe d’etat qui l’a ernrichi.Aujourd’hui sous le gouvernement Charest,on laisse les vautours du prive gerer les eoliennes avec le bordel que l’on constate,alors qu’Hydro-Quebec aurait pu encadrer le developpement eolien pour le profit de tous les Quebecois.

    • Salut

      À qui veut savoir

      j’imagine que la matière première avec laquelle on fabrique les éoliennes est reciclabe.

    • C’est ce que j’ai hâte de savoir de mon correspondant des PAYS-BAS.

    • @gilbertduquette

      - Téléphone au maire Judes Landry de Cap-Chat. Il pourrait remettre ton pendule de grand connaisseur éloigné à l’heure!

      @ claude_lafreniere

      - Sainte-Anne-des-Monts, qui n’est qu’à 15 kilomètres de Cap-Chat devrait recevoir près de 400 000$ par année. Le prix des terrains ne doit pas être à ce point différent de celui des terrains à Cap-Chat

      - Les vols? Une multitude de projets que des promoteurs locaux voulaient développer dans leur patelin (dont Cap-Chat) ont été systématiquement bloqués par des fonctionnaires de la ville puis détournés. Certains ce sont ramassés en Beauce, d’autres dans la région immédiate de Québec, d’autres à Montréal. Il y a toujours une foule de raisons pour expliquer qu’on ne peut pas investir en Gaspésie. Des raisons fausses, mensongères, dans le but unique de toujours tout ramener au Centre du Québec. D’ailleurs, la Gaspésie n’est pas la seule à se faire ainsi voler. D’autres régions y ont goûté.

      - Quand vous dites que les gaspésiens prétendent qu’on leur doit tout, c’est que vous vivez probablement encore sur l’élan d’un fâcheux épisode nommé “le mouvement des Patriotes” dont les revendications sont devenues un peu loufoques. J’ai oeuvré au début, dans ce mouvement. J’étais d’accord avec au moins un point, la Gaspésie doit se séparer du Québec!” Ça n’a pas marché, malheureusement!

      - Les vrais investisseurs qui placent leur argent en Gaspésie ne sont pas des crosseurs. Ils viennent ici, s’installent ici, développent ici. Les crosseurs dont je parle ce sont ceux qui profitent d’une manne, l’éolien, pour venir faire un coup d’argent puis sacrer leur camp. C’est le cas de Marmen à Matane qui, aussitôt installé, a demandé à leur grande amie Julie Boulet de trouver les moyens de rapatrier leurs bébelles à Trois-Rivière. Alors, n’est pas nécessairement anti capitaliste celui qui parle de crosseur pas plus que n’est écologiste celui qui mange du tofu.

      - Apologie du gaspillage! Ah, elle est bien bonne celle-là. Je trouve simplement que toutes nos richesses sont données aux étrangers et que les québécois n’en profitent pas comme il se doit. Évidemment, il ne s’agit pas de se servir sauvagement dans nos ressources. Mais, plutôt que de donner notre eau à Nestlé (exemple) qui fait des millions, nous pourrions la vendre nous-mêmes et ainsi avoir l’argent nécessaire pour que le coût de l’eau soit moins élevé pour nous. Ce n’est pas en payant des prix prohibitifs qu’on éduquera les gens. Le cartoon de cigarettes vaut combien? Il y a encore des gens fument non?

    • @ quiveutsavoir et maltais

      Question intéressante. D’abord la durée de vie d’une éolienne est d’environ 15 à 20 ans pour le moment, ce qui risque probablement d’augmenter avec les innovations technologiques. Alors que fera-t-on avec celles-ci après la fin de leur durée de vie. Probablement ce qu’on fera avec nos sites d’enfouissement à ce moment-là : on ramassera le tout et on le recyclera. Les monticules des éoliennes sont en grande partie fait d’acier, un matériau qui est recyclable de façon très efficace. Comme le prix des matières premières ne cesse d’augmenter (c’est une des raisons majeures de l’augmentation du coût des éoliennes), dans 15 ou 20 ans le recyclage des éoliennes devrait être économiquement rentable. Et puis, j’imagine qu’on pourra ensuite les remplacer par des nouvelles éoliennes, plus efficaces, moins bruyantes, mieux adaptée à notre climat (si Hydro-Québec faisait un peu de R & D là-dessus comme elle en a fait sur les lignes à haute-tension en milieu nordique…), moins chères et plus stable.

    • Oulala, monsieur Lafrenière, on respire! On se calme! Le ritalin c’est aussi pour les crisettes, je crois. Sinon, consultez un médecin.
      Je vous souligne que vous y gagneriez à lire L’almanach d’un comté des sables d’Aldo Lépold! “Apprendre à penser comme une montagne” vous ferait grand bien.
      Jean-Claude Côté, Grande-Vallée.

    • @freiheit Merci. Je viens de recevoir la réponse également de mon correspondant néerlandais qui me dit qu’ils recyclent le matériel aux Pays-Bas. Il dit que les éoliennes sont jugées préférables au nucléaire.

    • Le CANADA est en retard dans la RECHERCHE et le DÉVELOPPEMENT.

    • Les éoles perturbent le paysage, brisent la terre,détruisent la champagne et empêchent de respirer. La bicoque la plus débralée apporte une atmosphère humaine. Le vieux chêne mérite qu’on le regarde. Les éoles sont ennuyants. Dire que ça relève d’un discours nationaliste…

    • Déjeûner au son des éoliens. Un choix de vie. Buvez au moins beaucoup d’eau. Lula

    • Pour la vitalité des éoliennes les contrats sont d’une durées de 25 ans, après quoi le gestionnaire les remet a Hydro. Il serait très étonnant que les entreprises qui ont un contrat de 25 ans installent des bidulles qui ne font que 15 ou 20 ans… Les parties les plus suceptible de s’usées ce sont les palmes et la mécanique (gearbox). Les gearbox eux sont très simple a recycler, ou même a réusiner. pour les palmes en matériaux composites c’est autre chose et leur niveau de recyclage risque d’être moindre. Les tours elles même devraient pouvoir faire bien plus que 25 ans, tout comme nos ponts d’acier qui peuvent facilement dépasser le sciècle. Un scénario bien possible c’est qu’au bout de l’usure de celle-ci on conserve la tour en place, on reconstruit la “nacelle” et que l’on change les palmes dont on auras sûrment améliorées quelque peu l’efficacité.

      Pour revenir sur le, –et ça ouvrirait la porte pour une plus grande participation citoyenne dans le processus de décision– , on peut dire que le choix de ce développement éolien a justement été fait par le brouhaha médiatique qui a été fait au moment de la petite campagne contre le Suroit, tout le bon peuple voulait laver plus blanc selon les sondages. Là semble bien qu’une partie du peuple, ou les “machine a laver plus blanc” sont instalées, soit pas content de ce brassage de pureté énergétique. Techniquement le choix de l’époque d’Hydro était tout a fait raisonnable, surtout du fait qu’il augmentait la capacité de la pointe du réseau. L’argument de la combustion suplémentaire de gaz naturelle était un argument de fausse fiérté puriste puisque qu’on peut être sûr que la centrale thermique non-construite ici l’a été ailleur, et pas trop loin.

      De plus quand on fait le bilan de la production électrique au Québec versus les autres pays qui ont développer beaucoup l’éolien on voit bien que les motifs étaient pas des plus rationnel et justement motivés par cette très subite “participation citoyenne dans le processus de décision”.

      Coup d’oeil sur les sources de production électrique de l’Allemagne,
      http://www.iea.org/textbase/stats/pdf_graphs/DEELEC.pdf

      du Danemark,
      http://www.iea.org/Textbase/stats/pdf_graphs/DKELEC.pdf

      de la Suede,
      http://www.iea.org/Textbase/stats/pdf_graphs/SEELEC.pdf

      On y vois que ces pays ont des sources énergétiques pas trop “jojo”, du charbon , du pétrol, du gaz (la moins pire de ces sources) et du nucléaire.

      Pour comparer a notre situation, vu qu’il n’y a pas de tableau spécifique au Québec, je place celui du Brésil qui en est bien près sauf pour l’accroisement,

      http://www.iea.org/Textbase/stats/pdf_graphs/BRELEC.pdf

      On y vois tout de suite que la composante de l’hydro électricité y est écrasante. Mieux, celle du Québec est encore plus importante, 97% de l’électricité produite ici est d’origine hydraulique ! Probablement le score mondial en terme de production électrique verte (ou bleue !)

      Malgré ce tableau idylique de notre production électrique semble bien qu’ici l’idée d’une centrale au gaz était insupportable au bon peuple qui a eu son heure de gloire de “participation citoyenne dans le processus de décision” avec la joyeuse suite que l’on connais actuellement.

      ps: le tableau canadien, a défaut de celui du québec, surtout pour y voir l’évolution de notre consommation par rapport aux autres.
      http://www.iea.org/Textbase/stats/pdf_graphs/CAELEC.pdf

    • Pour la vitalité des éoliennes les contrats sont d’une durées de 25 ans, après quoi le gestionnaire les remet a Hydro. Il serait très étonnant que les entreprises qui ont un contrat de 25 ans installent des bidulles qui ne font que 15 ou 20 ans… Les parties les plus suceptible de s’usées ce sont les palmes et la mécanique (gearbox). Les gearbox eux sont très simple a recycler, ou même a réusiner. pour les palmes en matériaux composites c’est autre chose et leur niveau de recyclage risque d’être moindre. Les tours elles même devraient pouvoir faire bien plus que 25 ans, tout comme nos ponts d’acier qui peuvent facilement dépasser le sciècle. Un scénario bien possible c’est qu’au bout de l’usure de celle-ci on conserve la tour en place, on reconstruit la “nacelle” et que l’on change les palmes dont on auras sûrment améliorées quelque peu l’efficacité.

    • Pour revenir sur le, –et ça ouvrirait la porte pour une plus grande participation citoyenne dans le processus de décision– , on peut dire que le choix de ce développement éolien a justement été fait par le brouhaha médiatique qui a été fait au moment de la petite campagne contre le Suroit, tout le bon peuple voulait laver plus blanc selon les sondages. Là semble bien qu’une partie du peuple, ou les “machine a laver plus blanc” sont instalées, soit pas content de ce brassage de pureté énergétique. Techniquement le choix de l’époque d’Hydro était tout a fait raisonnable, surtout du fait qu’il augmentait la capacité de la pointe du réseau. L’argument de la combustion suplémentaire de gaz naturelle était un argument de fausse fiérté puriste puisque qu’on peut être sûr que la centrale thermique non-construite ici l’a été ailleur, et pas trop loin.

      De plus quand on fait le bilan de la production électrique au Québec versus les autres pays qui ont développer beaucoup l’éolien on voit bien que les motifs étaient pas des plus rationnel et justement motivés par cette très subite “participation citoyenne dans le processus de décision”.

      Coup d’oeil sur les sources de production électrique de l’Allemagne,
      http://www.iea.org/textbase/stats/pdf_graphs/DEELEC.pdf

    • suite,
      de la Suede,
      http://www.iea.org/Textbase/stats/pdf_graphs/SEELEC.pdf

      On y vois que ces pays ont des sources énergétiques pas trop “jojo”, du charbon , du pétrol, du gaz (la moins pire de ces sources) et du nucléaire.

      Pour comparer a notre situation, vu qu’il n’y a pas de tableau spécifique au Québec, je place celui du Brésil qui en est bien près sauf pour l’accroisement,

      http://www.iea.org/Textbase/stats/pdf_graphs/BRELEC.pdf

      On y vois tout de suite que la composante de l’hydro électricité y est écrasante. Mieux, celle du Québec est encore plus importante, 97% de l’électricité produite ici est d’origine hydraulique ! Probablement le score mondial en terme de production électrique verte (ou bleue !)

      Malgré ce tableau idylique de notre production électrique semble bien qu’ici l’idée d’une centrale au gaz était insupportable au bon peuple qui a eu son heure de gloire de “participation citoyenne dans le processus de décision” avec la joyeuse suite que l’on connais actuellement.

    • Et un dernier,
      Le tableau canadien, a défaut de celui du québec, surtout pour y voir l’évolution de notre consommation par rapport aux autres.
      http://www.iea.org/Textbase/stats/pdf_graphs/CAELEC.pdf

    • C’est des MOULINS À VENTS. POINT FINALE.
      J’sais même pas pourquoi vous vous obstinez…

    • @freiheit
      L’État doit réglementer et encadrer pour assurer l’accès aux services, ça me semble assez clair. Toutefois, je ne vois rien qui milite forcément en faveur de la nationalisation obligée des moyens de production, que ce soit en éducation, en santé ou pour l’énergie, au-delà d’un parti pris idélogique, s’entend. Bref, on peut croire dur comme fer qu’il faut absolument que l’État se mêle de tout à tous les niveaux, mais ça demeure une croyance, un choix politique; c’est un choix pas nécessairement plus bête qu’un autre, mais pas plus vertueux ou évident non plus.

    • Bonjour! Je suis Gaspésienne, ma mère est née a Cap-Chat et moi a MOnt-Louis, environ une heure plus loin. J’habite maaintenant Montréal depuis 9 ans mais je reste quand même une Gaspésienne. d’abord jaimerais préciser que je n’Aime pas beaucoup les préjugés que je lis ici, comme quoi tous les Gaspésiens croient que tout leur est dû. Pour en revenir aux éoliennes, personnellement je ne trouve pas ca laid. Pour ce qui est du bruit, je ne les ai jamais entendues, les gens qui habitent a proximité pourront me contredire, mais je ne crois pas que ce soit un vrai problème. Là où ça me dérange, c’est dans la façon dont les gens sont traités. J’avais déjà entendu ce montant absoluement ridicule qui est attribué à la ville pour ces éoliennes, et je crois vraiment que c’est abuser des gens. Le prix des terrains a beau être bas, on devrait quand même traiter les gens avec respect, là, c’est de l’exploitation! Il vente vraiment beaucoup dans ma région. Les éoliennes sont donc une bonne idée, si seulement c’était vraiment fait de manière a faire du bien a la communauté… Ca peut donner des emplois a une région qui en a cruellement besoin, ça peut aussi rapporter des profits a des municipalité qui pourraient les utiliser pour aider les gens, mais je crois que je serais très naive si je croyais que les promoteurs vont agir avec respect… Bonne chance à vous là bas, je suis la en pensées…

    • Salut

      2 ième article publié aujourd’hui et qui fait état du manque de transparence des promoteurs et du manque d’information des élus locaux et des citoyens.

      Il semble que les gens ont l’impression de s’en faire passer des “p’tites vites” … Possible: ce ne serait pas la première fois que ça arrive mais est-ce le cas? Le scénario des “gros méchants” producteurs qui filoutent de naïfs “indigènes” ne m’accroche pas…

      Le deuxième article commence sur un air de déjà entendu:

      «On donne le vent! C’est comme Duplessis qui donnait le fer de la Côte-Nord une cenne la tonne!»

      Ah oui? Le vent qui souffle sur la péninsule Gaspésienne est la propriété des gens qui sont là? Comme les ressources hydrauliques aux Crees et le pétrole aux Saoudiens? Admettons-le un instant…

      Mais dans tous ces cas, la ressource n’a de valeur économique que si elle est exploitée et à ce que je sache c’est à ceux qui mettent la ressource en valeur que revient d’être les principaux bénéficiaires de cette exploitation…

      Que le développement soit le fait d’une entreprise d’État ou des entreprises privées ne signifie aucunement le “Klondike” pour les propriétaires terriens du coin…

      Ils veulent quoi au juste?

      Pas de bruit? C’est possible et ici même des références sur le niveau sonore ont été données.

      Plus d’argent? Pourquoi pas mais si le niveau de redevances est trop élevé les promoteurs n’investiront pas à perte (comme la SGF: avec l’argent des autres!) et iront ailleurs. La Gaspésie n’a pas le monopole du vent à ce que je sache. Ici même on a fait état du potentiel éolien plus élevé de la Côte-Nord… À trop vouloir presser le citron, ils risquent simplement de se retrouver devant rien. Parce que le choix est là: des revenus tirés de redevances raisonnables OU rien.

      Ou ne veulent-ils pas ce qu’ils ont toujours obtenus de gouvernements prêt à dépenser des millions dans des projets jamais rentables pour assister les populations gaspésiennes?

      Qui sont les filous et les arnaqueurs là-dedans ? ::)

      Je pense que c’est exactement cela qu’ils veulent. Des éoliennes qui vont les payer plus cher qu’elles ne valent pour des profits inexistants et des déficits comblés par les fonds publics comme c’est l’habitude là-bas…

      La “sous-culture” d’assistés dont nous sommes témoins est la véritable attitude de colonisé: pas le développement économique par l’entreprise privés.

      Il serait temps que ces gens revoient leurs croyances et leurs préjugés contre la société industrielle du XXI ième siècle.

      :)

    • Je suis d’accord avec la Gaspésienne….Si la Gaspésie produit plus d’énergie parce que c’est plus venteux là-bas, pourquoi pas payer les fermiers plus pour permettre des éoliennes sur leur ferme? Ça me semble équitable! Ils sont avantagés de ce côté-là et très pauvres d’un autre côté alors pourquoi pas? Minini66 je suis de tout coeur avec vous!

    • Le vent n’Appartient pas aux promoteurs non plus! Par contre les terrains et les possibles conséquences qui s’ensuivent sont le fait des habitant qui cotoient cette industrie… évidemment qu’ils n’investiront pas a perte, mais je crois qu’une solution équitable pour tout le monde devrait etre possible…

      @quiveutsavoir Merci ;)

    • Le vent n’appartient à personne…..Le fair play qu’en faites-vous?

      C’est quand bien même eux qui fournissent le plus d’énergie….alors pourquoi ne seraient-ils pas compensés en conséquence en GASPÉSIE…c’est bien assez qu’ils sont dépourvus autrement, non?

      Gaspésienne je suis d’accord avec vous!

    • J’ai longtemps hésité à le dire, mais en regardant votre image, j’en suis certaine, je trouve que les éoliennes ressemble à de la poésie.

    • Aux Pays-Bas on me dit que c’est pas joli mais c’est un compromis avec le nucléaire.

    • Incroyable! Les éoles sont rendus dans les pays d’en haut. Vous ne voulez pas donner votre argent à l ‘Hydro (style madame Jeannette Bertrand) essayez donc une éolienne dans votre cour. Voilà quelque chose de plus à laisser dans un héritage. Une éolienne! Le vieux avait une éolienne! Moi je serais morte de peur d’avoir un éole dans la cour! Gin tonic.

    • Je ne chante et ne prêche les éoliennes moi non plus. Alexi

    • Ouache le nucléaire. Pas mon genre de boîte à surprises. Dans un laboratoire bien surveillé, en petite quantité… mais pas quand c’est un «Homer Simpson» qui est dans la salle de contrôle.

      Quand il y a eu l’accident de Tchernobyl, le 26 avril 1987, mon fils avait 6 jours. Les gens là-bas souffrent encore. Et n’oubliez pas que le réacteur n’a pas explosé, il a «juste» fondu un petit peu. Moi ce qui me fait peur c’est 1. les erreurs humaines et 2. les déchets qui restent très dangereux bien trop longtemps.

      Les déchets nucléaires des vieux sous-marins russes dans la région de Kola (Baltique) : les barils commencent à rouiller. Ça va être laid tantôt…

      Quand ils ont construit la centrale de Point Lepreau au Nouveau-Brunswick, les ouvriers buvaient sur la job et après ils mettaient leurs canettes de bière vides dans les tuyaux de refroidissement pour ne pas se faire prendre. Vu dans un documentaire de Radio-Canada.

    • @claude_lafreniere

      Quand tu dis: “Ou ne veulent-ils pas ce qu’ils ont toujours obtenus de gouvernements prêt à dépenser des millions dans des projets jamais rentables pour assister les populations gaspésiennes?” Je pense que tu cherches la polémique, que tu es un brin baveux. En tout cas, tu dis bien n’importe quoi. La seule véritable subvention que reçoivent les gaspésiens c’est le Bien-Être Social, parce que ça fait l’affaire de bien du monde de nous tenir ainsi en sujétion.

      Mais, à ta décharge (il faut quand même que je t’aide un peu), je dois te dire qu’il y a deux Gaspésie. Celle du Sud où, pendant 35 ans un certain Gérard D. Lévesque y a fait couler quelques millions et qui aujourd’hui se trouve sous la “dépendance” de Nathalie Normandeau. Celle du Nord où se trouve la “‘fameuse” Haute-Gaspésie, sous-région probablement la plus pauvre du Canada, à part quelques réserves autochtones. Ici, aucun projet, aucune subvention millionnaire, rien d’autre que du BS. Ah, on a bien eu les “Travaux d’hiver” il y a quelques dizaines d’années.

      Et je veux saluer Mini66, une gaspésienne.

    • peut importe qu’l s’agisse d’eolienne, de centrale (gaz, nucealire, charbon, eau, etc), il y aura toujours quelqu’un qui sera contre. Et cela a commence quand l’Homme a su comment faire du feu.

    • Aux Pays-Bas on a également de la zizanie à propos de leurs moulins à vent me dit mon correspondant néerlandais….Le nucléaire est un mauvais investissement et le fondateur de Greenpeace est un VENDU car il mousse le nucléaire. Il y a beaucoup de négligence dans le nucléaire.
      L’enfouissement des déchets nucléaires n’est pas à toute épreuve.

      Je crains que l’ESTRIE devienne une poubelle pour les déchets nucléaires.

    • Monsieur Lagacé,

      La une pour votre dossier est largement méritée. Chapeau. Je viens de lire la deuxième partie.

      Le pire dans tout ça c’est que les éoliennes sont une source d’énergie instable. http://www.energyadvocate.com/den_post.htm

      Pourquoi le BAPE ne fait pas d’étude de ces projets-là?

      À qui vont les redevances des éoliennes? Aux gens qui les ont sur leur terrain, ou à la municipalité? Si elles vont à la MRC, c’est un conflit d’intérêts.

      Je vais vous donner un exemple. Au Québec, il y a deux rivières qui coulent du sud vers le nord : la Chaudière et la Châteauguay. la fonte des glaces commencent dans le sud alors que le nord est encore gelé. Résultat : embâcles et inondations. Or, pensez-vous qu’on parle des zones inondables quand vous allez à la Ville acheter votre permis de bâtir? Nah, la Ville va percevoir les droits de mutation et les taxes foncières alors elle s’en tape bien que vous soyez inondé. C’est un conflit d’intérêts. Et on le découvre quand il est trop tard.

      Et puis les assurances ne paient pas toujours pour ça.

      Les gens qui ont des éoliennes dans leur village encourent des risques mal mesurés, des flux de revenus incertains ou trop faibles pour le droit de jouissance abandonné ou le sacrifice consenti, une capacité de production douteuse. Est-ce que le jeu en vaut la chandelle?

      Je suis plutôt écologiste, mais là le deal est biaisé.

    • @maltais
      @quiveutsavoir,
      Les éoliennes aprés leurs durées de vie qui est comme vous le dites de 10 èa 15 ans seront abandonnées comme celles du groupe Axor (Cap-Chat,Matane S-Léandre et St-Ulric) Ils ont commencés par abandonnée celles de Cap-Chat,quand elles brisent ils ne les répare tout simplement pas.D’après les experts,Cap-Chat sera le premier cimetière éolien au Canada et qui paiera la note pour le demantler.Surtout pas la mairie avec son petit $12,000 èa $15,000 de redevances annuelle.

    • “Pourquoi enverrait-on Pat Lagacé l’arrogant” C’était pour voir si j’aurais une réplique. Vous m’avez eu. Bravo! Mais Ça dû vous tenter héhé. Félicitation! J’étais convaincu que vous échoueriez. Comme l’a fois où j’avais écrit le tout cautionné par M. Lagacé. Décidément, vous êtes imprévisible en matière de contre-attaque. Parfois vous répliquez pour des fadasseries et lorsqu’on attend LA réplique de peu importe qui niet nothing. Faut vous piquer. Mais vous m’êtes trop inconnu. Nos champs d’intérêt divergent aussi. Enfin, je tiens des statistiques et ça dépend du sujet plus que de l’humeur. Selon mon graphique. Ça vaut ce que ça vaut je ne suis pas un expert.

    • Aussi le coût $$$ pour démanteler une éolienne se situe entre $75000 et 150000 selon leur grosseur.Alors pour demonté le parc le Nordais qui se situe de St-Ulric à Cap-Chat il en coûterait aux alentours de $10,640,000.Qui va payer pour ce beau cadeau.

    • @ marcastpierre

      « Quand tu dis: “Ou ne veulent-ils pas ce qu’ils ont toujours obtenus de gouvernements prêt à dépenser des millions dans des projets jamais rentables pour assister les populations gaspésiennes?” Je pense que tu cherches la polémique, que tu es un brin baveux. En tout cas, tu dis bien n’importe quoi.»

      La Papeterie de Matane? La Gaspésia? et tous les projets similaires…
      Qui a payé pour ces éléphants blancs?
      Je ne cherche pas la polémique: c’est une polémique.

      Le reste du Québec doit-il fermer sa gueule (ne pas être “baveux”)
      et continuer à payer gentiment (ne pas “chercher la polémique”) ?

      Le développement économique passe par le libéralisme économique: pas les subventions.

      Voir par exemple cet article sur les sophismes économiques:
      http://www.antagoniste.net/?p=1672

      Baveux: (nouvelle définition “gaspésienne”):
      adj. qual. : qui énonce des faits considérés comme désagréables

      :)

    • À Trois-Rivières on fait les pylônes. Chez Marmen. C’est notre seule usine. On va en mettre partout même su’l plateau. Les bérets vont revolés au vent, vous allez voir. Sotez vos tuques du Canadiens comme par châ nous.

    • Pour ou contre les éoliennes: voilà que nous sommes rendus à un conflit, qui ressemble à une guerre idéologique. Moi, je m’oppose, je plaide la cause de la consommation raisonnable.

    • À Trois-Rivières on fait les pylônes. Chez Marmen. C’est notre seule usine. On va en mettre partout même su’l plateau. Les bérets vont revolés au vent, vous allez voir.

      Touchez pas au nucléaire non plus. C’est notre deuxième seule usine. Faites vous en pas avec les déchets. On a trouvé une bonne cachette qui peut durer 100 000 ans. Tout est beau. Tout le monde est normal aussi. Ça cause pas d’effet secondaire. Pour preuve lisez mes commentaires ;) Sont presque tous normal.

    • Patrick je suis de l’avis de Longueuilloise…..L’électricité avec les barrages est la meilleure solution….Cependant faut pas oublier que faut commencer par éviter le gaspillage éhonté qui se fait par les riches avec l’électricité. Au Japon on vérifie le gaspillage.

      De plus, ce sont les USA qui nous pressent pour obtenir plus d’énergie de nous. Également le QUÉBEC devrait payer moins cher que les autres pour l’électricité car nous devrions profiter de notre richesse et charger plus cher aux autres régions. NON au nucléaire.

    • @minini66
      d’abord jaimerais préciser que je n’Aime pas beaucoup les préjugés que je lis ici, comme quoi tous les Gaspésiens croient que tout leur est dû.

      Tu devrais peut-être lire le premier commentaire de marcastpierre de Cap-Chat. Tu comprendrais pourquoi.
      Je te donnes un extrait de son commentaire :
      De plus, même si un gouvernement décidait d’avantager la Gaspésie dans un domaine, ça ne serait rien à côté de tout ce qui nous a été volé depuis des années et que le reste du Québec nous doit.

      Désolé de te le dire minini66 mais des marcastpierre j’En ai connu plus d’un lorsque je travaillais en Gaspésie (plus de 8 ans dans trois endroits différents.) C’est triste à dire mais ces personnage fort en complainte et sur le violon des malheurs de pôvres de petits Gaspésiens que tout l’monde exploite fait en sorte que l’image des Gaspésiens est négative
      La Gapésie à exportée trois choses qui aujourd’hui sont devenue une rareté en ses lieux. La Morue, le bois et les personnes dynamiques.

      Pour répondre à marcastpierre. Vous voulez vous séparer du Québec ben envoyé faite le j’vous appui à 100%. Tanné de vous entendre vous plaindre sans arrêt.

    • Salut

      Un exemple que les Gaspésiens sont capables de réaliser des projets qui marchent avec les éoliennes:

      Relire le commentaire de benoit_collette du Vendredi 31 Août 2007:

      Il nous apprend ceci:

      « Je voulais simplement dire que les médias aiment ça parler de la Gaspésie quand ça va mal pis que les gens chialent, mais que lorsque des citoyens proposent des idées, des projets, on en entend beaucoup moins parler…

      Qui, à l’extérieur de la région, entend parler de projets éoliens issus de la communauté comme celui de la SIDEM dans la Matapédia, ou celui de St-Noël ? Qui a entendu parler des consultations menées ce printemps et cet été à ce sujet ? J’y étais et ma foi, il y a certes eu de l’opposition, mais beaucoup de gens sont pour aussi, à condition de pas se faire fourrer par des promoteurs sans scrupule. Parlez-en aux gens de Murdochville des projets du mont Miller et Copper… (eh oui ! cette ville existe encore et est en train de muter en petite ville post-industrielle avec un pôle éolien important, mais bien sûr, vous en entendrez pas parler, parce que c’est des bonnes nouvelles… Ça intéresse qui de savoir que la ville a augmenté de 400 habitants grâce aux nouvelles industries oeuvrant dans l’éolien). »

      400 jobs !!! Si c’est possible à Murdochville pourquoi ça ne serait pas pareil ailleurs en Gaspésie ? Et puis les Gaspésiens pourraient produire eux-même des éoliennes, les installer et devenir les “Rois du l’Éolien ?
      Non?

      On lit ici que les éoliennes doivent être changées aux 15 ans: ça va laisser le temps aux gens pour développer leur expertise dans le domaine et en prendre le contrôle par la suite (avec ou sans des investisseurs de l’extérieur).

      C’est le début du développement éolien: tout ne peut pas être parfait.
      Qu’en pensez-vous ?

      :)

    • Re-salut

      Correction:

      Benoit Colette parle 400 habitants de plus: pas de 400 jobs… ::)

      Au fait combien de nouvelles jobs ont été créées à Murdochville avec ce projet. Ce serait intéressant de la savoir… Quelqu’un a des infos là-dessus?

      :)

    • Faux, les éoliennes ne font tant de bruits.

      Faire des barrages? Où? Les endroits qui ont du potentiel ont tous été utilisé!

      Décidément, nous sommes trop con pour comprendre ce qui nous pend au bout du nez.

      Anyway, nous sommes contre tout projets quelqu’il soit, et ce, même si c’est pour notre avenir et notre qualité de vie future.

    • @joedirt.

      Je crois que ce qui va se passer c’est exactement ce que vous avez écrit. Il est évident que les coûts de recyclage seront très élevés. S’il y’a recyclage. En résumé, coût d’installation élevé, production d’électricité non rentable, coût du recyclage élevé. Conclusion, il faut être riche pour être écolo.

      Tout ce qui est recyclage est onéreux et en prime non rentable. Comme tout ce qui est écolo. Dans notre ville le bac vert coûte 2 fois et demi le coût du ramassage d’ordures. Ajoutons 30% de perte. Le recyclage de pneus. La taxe de $3 permet a peine de recycler la masse de nouveaux pneus usagée. Tout l’ancien parc de vieux pneus n’a pas encore été touché.

      Personnellement ce qui m’inquiète c’est qu’avec l’écologie on se prépare sérieusement a hypothéquer lourdement notre économie. Que les gens soient écolos, ça les regarde. Qu’ils nous ruinent c’est autre chose. Finalement tout ce que nous aurons fait, aura été de créer une nouvelle dette et une nouvelle pollution.

      Curieusement, c’est la Cie. Axor, il y’a plusieurs années, qui avait démontré l’énorme gaspillage de fonds engendré par les éoliennes. Cela a partir de l’installation de ses propres éoliennes. A un tel point que cette Cie voulait se retirer de cette aventure.

    • Le Québec est et sera toujours conservateur et réfractaire aux changements, même les éoliennes. Comme société, le Québec doit faire des choix pour le confort de ses citoyens, leurs sécurités et le progrès. Les Hollandais et les Belges l’ont compris. Aurons nous un jour la maturité de nous assumer socialement. J’en doute.

    • Salut

      Site web de Murdochville en Gaspésie (avec vidéo sur les éoliennes):
      http://www.murdochville.com/francais/video.html

      Si c’est correct là pourquoi ce ne serait pas les cas ailleurs en Gaspésie ?

    • Les HOLLANDAIS sont aussi naifs que nos QUÉBÉCOIS! Ils obéissent à leur gouvernement sans se poser de questions! Je parle en connaissance de cause.

    • Hypothéquer notre économie? C’est de la p’tite bière….On hypothèque notre jeunesse militaire canadienne pour une mission qui va devoir en plus de plus d’argent, plus de chair à canons pour une trentaine d’années…..guerre religieuse…

    • Je viens de lire ceci:
      “Également le QUÉBEC devrait payer moins cher que les autres pour l’électricité car nous devrions profiter de notre richesse et charger plus cher aux autres régions.”

      Les québécois paient leur électricité MOINS chère qu’à peu près partout en Amérique. Il reste possiblement UN endroit en Amérique du Nord où elle est moins chère. Quand Hydro-Québec en vend ailleurs, ce sont les prix du marché qui s’appliquent: les tarifs sont beaucoup plus élevés.
      Qu’on force une économie de l’électricité: bravo. Le meilleur moyen: une augmentation des tarifs.

    • @gilbertduquette et claude_lafreniere

      Je suis heureux d’apprendre qu’il n’y a que la Gaspésie qui soit subventionnée. Ça ne sera donc pas difficile pour aucun gouvernement de régler le cas de la dette du Québec.

      Pourtant, j’ai travaillé en ville : Majestic Soap, General Electric, Pepsi Cola, Château Frontenac, j’y ai étudié pendant 8 ans (5 ans à Montréal, 3 ans à Québec).

      Je dois donc vous donnez raison. Il n’y a rien qui ne soit subventionné à Montréal ou à Québec. Tout le monde est heureux, jamais rencontré un seul chiâleux. C’était tellement évident quand je tombais sur les lignes ouvertes (non mais vous êtes-vous écoutés?). Et vos blogues?

      Tout va tellement bien à Montréal que même les Cols bleus participent à la qualité de vie très relax de leur ville en restant accotés de longues heures sur leur pelle devant des grands trous dans la chaussée. On m’a dit que ces trous étaient gardés tels pour permettre aux citadins d’avoir des coins près de chez-eux pour faire un pique-nique.

      Non mais, sans farce. Comment ont coûté les grands rêves de Jean Drapeau? Comment ont coûté et auraient coûté les élucubrations de Jean-Paul L’Allier? Le 400e à Québec, la chicane est dans la cabane, comme ce fut le cas d’un certain événement Québec-St-Malo. Ça va coûter un bras des sous des contribuables tout ça!

      Et tous vos festivals? Combien de larmes de crocodiles cette année parce que les conservateurs ont sabré dans des hyper super subventions pour des festivals qui devraient faire leur frais? Y chiâlent pas les citadins. Y vont juste partir pour Toronto s’ils n’ont pas leurs nananes!

      Le Stade Olympique? Les rallonges du Métro? Les musées, les bibliothèques (comme la toute nouvelle qui tombe déjà en ruine à Montréal).

      Juste la moitié des subventions inutiles que reçoivent les villes de Montréal, Trois-Rivière et Québec permettraient de développer adéquatement toutes les régions du Québec, la Gaspésie comprise!

      Vous me faites bien rire!

    • @ marcastpierre

      Le développement économique du Québec se fait principalement à Montréal.
      Par des entreprises privées…

      Vous déclarez:

      « Juste la moitié des subventions inutiles que reçoivent les villes de Montréal, Trois-Rivière et Québec permettraient de développer adéquatement toutes les régions du Québec, la Gaspésie comprise! »

      Vous n’avez strictement RIEN compris.

      Le développement économique ne se fait PAS avec des subventions.
      Le gaspillage de fonds publics dans des éléphants blancs n’est pas justifié, ni à Montréal ni en Gaspésie et deux torts ne font pas un droit.

      Matière à réflexion:

      « Le sous-développement économique dépend d’une mauvaise utilisation de la matière grise. » Jean-François Revel

      And now : THINK !

      :-(

    • Si nous voulons être prospères, nous devons avoir quelque chose à vendre et surtout, à exporter. Alors pourquoi pas l’électricité, puisque nous avons la capacité d’en produire beaucoup, tant par l’hydroélectricité que par l’éolien — et l’Amérique du nord veut nous en acheter. Mieux encore, en vendant de l’électricité aux états du nord-est des États-Unis, nous réduisons leur dépendance envers le charbon et le mazout, ce qui en retour réduit la pollution de NOTRE air. En effet, leurs polluants remontent la vallée de l’Ohio et du Saint-Laurent en suivant les vents dominants.

      Avec les éoliennes, nous diversifions notre portefeuille énergétique tout en demeurant relativement “propres”. Le développement de la Gaspésie est plus rentable à travers les éoliennes qu’à travers des marchés en dépression comme le bois ou les pêcheries. On entend les gens chiâler autant à Montréal qu’à Sainte-Anne-des-Monts et pourtant… il y a déjà des centaines d’emplois créés grâce à l’éolien à Gaspé, Matane, Trois-Rivières, etc. — usines de pièces, de moteurs, de tours, de pales, etc. Sans compter la formation spécialisée donnée à Matane. Bref, de nombreuses communautés profitent du développement du secteur, dans plusieurs régions du Québec. Et il s’agit là de retombées directes.

      À plus long terme, nous développons une expertise qui nous permettra d’exporter des pièces d’éoliennes et des modèles adaptés aux climats nordiques semblables aux nôtres. Le marché est énorme: nord du Canada, pays Scandinaves, Écosse, Russie, Japon, Alaska, etc. D’ailleurs, nous exportons déjà des tours d’éoliennes vers les États-Unis.

      Comme je l’écrivais plus haut… pour faire de l’argent, faut avoir quelque chose à vendre et surtout à exporter. C’est comme cela q

    • Pour terminer mon intervention précédente:

      «C’est comme cela que nous devenons riches collectivement et individuellement. Ce n’est pas en nous engueulants d’une région à l’autre, ou en nous acharnant à financer des industries moribondes, ou en vidant les régions de leurs enfants “pour économiser” qu’on arrivera à quelque chose. Il faut plutôt trouver une ressource rentable à exploiter et l’exploiter intelligemment. Autre exemple: au lieu d’attendre que la morue revienne par miracle, des gens de l’est du Québec ont plutôt investi en R&D dans le domaine de la pisciculture. Résultat, le développement de produits intéressants tel l’oursin (exportable au Japon, qui paie très cher) et la truite d’élevage.»

    • Faut se rappeler qu’on va avoir a faire des choix prochainement au regard de l’ecologie planétaire. On a qu’a se rappeler le documentaire Inconvenient truth pour se convaince. A mon sens, les eoliennes, aussi hideuses soit-elles, sont préférables a l’augmentation du niveau des mers, l’augmentation des manifestations metéo violentes, les sécheresses, etc…
      Mon plus grand regret est le refus des liberaux de nationaliser l’éolien et de laisser le profit aux financiers. Comme toujours dans ce dossier, les profits sont privés et les dégats sont sociaux.

    • À ne pas manque sur Les Affaires:

      Course aux annonces d’investissements en Gaspésie
      http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20070902/LAINFORMER/70902009/5891/LAINFORMER01

      Extraits:

      « À Chandler, AAER a réservé un million de pi2 dans le parc industriel pour construire un bâtiment de 40 000 pi2. Selon la portion des 2000 mégawatts qu’elle pourra décrocher, 20 millions $ pourraient y être investis, pour embaucher 170 personnes.

      À Sainte-Anne-des-Monts, la firme pourrait améliorer le bâtiment pour 1,5 M$ et embaucher 47 personnes. »

      à propos de la cie Multina :

      «… LM Glasfiber, qui est déjà installée à Gaspé. Nous n’irons pas concurrencer LM en s’installant de l’autre côté de la rue. On s’oriente 100 % à New Richmond. On dépose aussi une offre pour des parcs éoliens de 200 mégawatts au Nouveau-Brunswick. À New Richmond, on se positionne pour desservir le nord-est américain»

      Alors ?

      :)

    • @ marcastpierre
      Mon pauvre Marc, c’Est que je suis pas Montréalais J’ai passsé mna vie en région pis dans des régions ben plus élioignées que la Gaspésie. (La Basse Côte Nord en autre) fait que tes remarques me passe 100 pieds par dessus la tête.

    • @ Windigo57

      Vous avez écrit:

      « Mon plus grand regret est le refus des liberaux de nationaliser l’éolien et de laisser le profit aux financiers. Comme toujours dans ce dossier, les profits sont privés et les dégats sont sociaux »

      Parce que les “profits” d’Hydro , tu en reçoit ta part ? Ces “profits” ne vont-ils pas directement dans le fond consolidé de la province (un baril pas de fonds)

      Les profits vont aux financiers ? Si tu investis TON argent même dans un compte de banque ou dans ton fond de pension, tu en espère des bénéfices. Pourquoi ce serait pas correct quand quelqu’un met SON argent dans des entreprises?

      Le principal dégât social c’est le chômage et la pauvreté.
      Comment penses-tu que ça se ramasse ces affaires-là ?
      À part des jobs ?

      Le gouvernement se mêle déjà trop de ce qui ne le regarde pas et en même temps n’est pas capable de faire sa job: comme la construction de ponts qui ne s’effondrent pas…

      Le “gouverneMaman” j’en ai jusque là!

      :-(

    • @claude_lafrenière

      Ah bien là, je suis d’accord avec vous. Autrement dit, cessons de jouer à qui a le père le plus fort et travaillons ensemble pour un Québec prospère, villes et régions sans distinctions!

    • @ Claude

      Vous avez bien raison, on ne va nulle part avec un gouvernement trop interventionniste

    • ARRETONS DE NOUS REGARDER LE NOMBRIL DE CRETIQUER TOUT LE TEMPS .LE QUEBEC EST INGOUVERNABLE LES SYNDICATS VEULENT MENER ET SONT LA PLUS GRANDE SOURCE DES PROBLEMES ET NE SONT PAS ELUS NOUS SORTE MDE MAROIS DES BOULES A MITES….NOUS A MIS DANS LES TROUBLES PENDANT PLUSIEUR ANNEES . MARIO QU’UN CARICATURISTE NOUS MONTRAIT COMME UNE GIROUETTE…PAS PIRE. .il n,y aura plus personne de valeur qui voudra aller en politique avec ces critiques perpetuelles sur tout et sur rien.Pensont avant de cretiquer ferions nous mieux ,j’en doute .Cessont d’etre un peuple de creiqueux et devenont positif.Les politiciens qui sont la font pour le mieux et au meilleur de leur connaissance et conseilles par des experts dans different domaines.MATURONS un peu.Et cessons de critiquer.

    • Il semble que d’ici deux ans, on va être capable de stocker l’énergie de manière rentable, selon certains articles de journaux. Ça pourrait être un élément de solution à l’instabilité de la production des éoliennes.

      Si ça marche, évidemment.

    • À tous ceux qui écrivent n’importe quoi dans ce blogue depuis quelques jours et aux quelques-uns qui ont des propos censés, je vous propose de lire un peu. Je ne suis pas, habituellement, un membre-de-la-secte-des-adorateurs-de-Patrick-Lagacé, peu s’en faut. Mais ce coup-ci, j’ai l’honnêteté intellectuelle nécessaire pour admettre qu’on parle de véritable journalisme, fouillé, sérieux, sous-tendu par une réflexion alimentée par un travail d’enquête professionnel.

      Voici quelques extraits choisis (et pas du tout par hasard) dans le 2e texte de Monsieur Lagacé.

      1 – «On donne le vent! C’est comme Duplessis qui donnait le fer de la Côte-Nord une cenne la tonne!»

      2 – Québec a choisi «un modèle de colonisés» en confiant au secteur privé l’exploitation de l’énergie éolienne.

      3 – Et c’est donc le privé qui va récolter des profits importants, confirme l’économiste Gabriel Sainte-Marie, de la chaire d’études socio-économiques de l’UQAM.

      4 – À défaut de miser sur les profits, que fait Québec pour encadrer le Klondike du vent? Pas grand-chose.

      5 – …le gouvernement Charest n’a jamais sérieusement étudié les impacts potentiels de l’exploitation éolienne sur la santé humaine et l’industrie touristique…

      6 – … les citoyens se plaignent d’être laissés à eux-mêmes.

      7 – Québec n’a posé aucune balise solide pour encadrer les relations entre les promoteurs et leurs interlocuteurs.

      8 – À cause de l’attitude de laisser-faire de Québec, «Chaque MRC négocie dans l’ignorance de ce qui se fait ailleurs. On doit embaucher nos propres consultants.»

      9 – Symbole du laisser-faire gouvernemental: en février dernier, le ministère des Affaires municipales a publié un guide destiné aux MRC, pour les épauler dans leurs relations avec les promoteurs éoliens. Le hic? Le guide a été publié plus d’un an après le lancement de l’appel d’offres d’Hydro-Québec, alors que les MRC étaient déjà largement engagées dans des négociations!

      10 – Le promoteur du projet, l’ancien ministre de l’Environnement David Cliche, a refusé d’accorder une entrevue à La Presse au printemps dernier.

      11 – « … les municipalités et les MRC, n’étant pas partie prenante (…), se retrouvent trop souvent devant un fait accompli…»

      12 – «Les promoteurs possèdent l’info. Pas les gens, pas le milieu.», l’économiste Gabriel Sainte-Marie, de la chaire d’études socio-économiques de l’UQAM, qui est en faveur de la nationalisation de l’exploitation éolienne.

      13 – La ministre des Affaires municipales, madame Nathalie Normandeau, ne croit pas que l’exploitation de l’énergie éolienne se fasse de façon désordonnée au Québec.

      Adresse du 2e texte : http://www.cyberpresse.ca/article/20070901/CPACTUALITES/709010687/6108/CPENVIRONNEMENT
      Adresse du 3e texte :
      http://www.cyberpresse.ca/article/20070901/CPACTUALITES/709010689/6108/CPENVIRONNEMENT

      Adresse du 4e texte :
      http://www.cyberpresse.ca/article/20070901/CPENVIRONNEMENT/709010690/6108/CPENVIRONNEMENT

      Adresse du 5e texte :
      http://www.cyberpresse.ca/article/20070901/CPENVIRONNEMENT/709010688/6108/CPENVIRONNEMENT

    • Darwin serait ravi: il croyait que la terre regorgeait de vie avant les cambriens (les crustacés). Pour le prouver, il a regardé avec une équipe les fossiles. C”était ça, tout à fait. La vie était là mais plus simple sur la terre…. Éoliennes: Indice: En même temps que nous avancons nous reculons. Sommes-nous des arriérés?

      Cessons de penser Québec, villes, régions, pensons aux Québécois, aux urbains et aux régionaux. Délaissons l’idéal et passons à la réalité. Que la personne se réalise. Toute une révolution à l’horizon…!

    • Pour que la personne se réalise elle doit bâtir sur du SOLIDE.
      Nous tournons toujours en rond parce que nous bâtissons sur de la
      CRASSE!

    • Il faut gérer le GASPILLAGE comme ils le font au JAPON. Le QUÉBEC est riche en électricité et en eau. Des barrages à certains endroits pour de l’électricité et la région de QUÉBEC devrait payer moins cher son électricité. Les autres régions devraient payer plus cher et ceux qui gaspillent devraient payer des amendes pour le gaspillage….

      Les ÉOLIENNES sont bruyantes et ennuient les fermiers.

      Cependant je verrais beaucoup d’éoliennes en GASPÉSIE et les GASPÉSIENS devraient être payés grassement pour leur passage sur leurs terres. C’est pour moi équitable et juste d’agir ainsi avec eux!

    • La critique POSITIVE est un must! C’est le choc des idées et c’est ainsi qu’on progresse…..

    • D’accord avec vendre beaucoup d’électricité, cependant faut le faire en accord avec Mère Nature et l’humain. Nous avons déjà détruit le mode de vie des autochtones avec le progrès. Puis le progrès semble enrichir toujours les mêmes en laissant les autres moins nantis.

    • Installer les éoliennes là où il y a du vent….oui c’est logique.

      Ainsi sur l’île Charron à la place de condominiums, allons-y coté pratique quelques oiseaux blancs feraient l’affaire.

      Puis en cherchant bien il y a sûrement quelques îles dans le fleuve et sur les rivières des Prairies lesquelles ont toujours un vent favorable.

      Puis sur la route menant vers l’Ontario il y a toujours du vent.

    • J’endosse l’opinion de Longueuilloise sur les éoliennes…..je préfère
      les barrages pour produire de l’électricité…
      Bravo Longueuilloise pour votre commentaire pertinent et étoffé!
      Merci!

    • @m.lemay,
      vos commentaires démontrent que vous ne vous êtes pas informé. Les vents ne sont pas intéressants dans le sud du Québec, à part dans certains secteurs des Cantons-de-l’est.

      On ne peut pas installer des éoliennes n’importe où et il faudra vous faire avec l’idée que tout l’est du Québec (Bas-Saint-Laurent, Gaspésie et Côte-Nord) est intéressant du point de vue éolien. Il y a aussi le nord du Québec, mais les conditions climatiques extrêmes rendraient l’exploitation d’un parc éolien pour le moins risquées.

    • Au final, l’éolien, ça me rappelle ce que disait autrefois le bédéiste Reiser au sujet du soleil: “Le solaire, c’est moche et ça marche pas !”

      Idem pour l’éolien in my book: pas particulièrement fiable et utile seulement (et encore) comme énergie d’appoint. Pas vraiment la filière de demain… Elle ne nous exempte pas de nos sources principales et, pour peu qu’on augmente les tarifs et dompte ainsi les surconsommateurs un peu débiles que nous sommes tous devenus à force de payer des peanuts, notre consommation pourrait sans doute diminuer suffisamment pour qu’on puisse bien vivre sans l’apport éolien.

    • Depuis des heures que j’essaie d’inscrire un message, mais ça ne fonctionne pas.

      Alors je l’ai envoyé à Patrick Lagacé On verra s’il le publiera.

    • @ partipris

      Vous avez écrit:

      « À ceux qui écrivent n’importe quoi dans ce blogue depuis quelques jours souvent sans avoir lu les articles au préalable et aux quelques-uns qui ont des propos censés, je vous propose de lire un peu. »

      Hé hé ! Vous avez remarqué ça vous aussi?
      Il semble que certains commentateurs on une idée déjà faite sur toutes les questions. Pas beaucoup d’arguments ou de faits…

      Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Plusieurs ici ont avancés des arguments ou révélés des faits qui ne sont pas signalés par Patrick Lagacé.

      Vous ajoutez:

      « Je ne suis pas, habituellement, un membre-de-la-secte-des-adorateurs-de-Patrick-Lagacé, peu s’en faut. »

      Ah bon ? Il y aurait de la “lêche” ici… pas remarqué. ;)

      Je croyais que certains commentateurs avaient gardé les dindons avec P.Lagacé durant leur jeunesse: me serais-je une fois de plus fourré le doigt dans l’oeil ?

      Enfin vous nous faites part de votre opinion:

      « Mais ce coup-ci, j’ai l’honnêteté intellectuelle nécessaire pour admettre qu’on parle de véritable journalisme, fouillé, sérieux, sous-tendu par une réflexion alimentée par un travail d’enquête professionnel. »

      Si je comprend bien vous êtes d’accord à 100% avec l’auteur.

      CE COUP-CI, vous faites preuve d’honnêteté intellectuelle, dites-vous.
      Merci de le préciser pour les prochaines fois… ;)

      Vous admettez que:

      « véritable journalisme, fouillé, sérieux, sous-tendu par une réflexion alimentée par un travail d’enquête professionnel. »

      Wow! Le Prix Pulitzer s’en vient, on le sent bien.

      C’est vrai que la compétition pour celui-ci est féroce !
      Martineau, Larocque, Charron… :D

      Il y a des FAITS différents de ceux mentionnés par M. Lagacé révélés par certains commentateurs ici … et des OPINIONS qui valent bien la sienne.

      Ho ! Ho ! (Keep smile!)
      :D

    • CHARRON porté aux nues…..avec vol à l’étalage? Faut vraiment être dingues!

    • Cependant quand on voit une mère comme Myriam Bédard traînée en justice pour l’enlèvement de sa fille……???????

      Nos JUGES en fument du maudit bon!!!!! Ils sont tous tombés sur la tête!

    • Commentaire tout à fait digne de Madame Taupier: aucun rapport avec le sujet, stupide, et borderline psychotique.

    • Madame Taupier, avez-vous pris votre “PULULE” ?

      Dans le bon orifice cette fois-ci ma petite comique !
      Celui juste en-dessous du nez. Avec un verre d’eau.
      Dans le même trou.

      Mme Taupier ??? Mme Taupier ??? :-O !

      :D

    • Je remarque que tu n’as pas pris la tienne….Ta mère a dû avoir une attaque cardiaque quand elle t’a vu? As-tu pris ton pot ce matin?

    • @ adame Taupier alias quiveutsavoir, troll psychotique de ce blog,

      Vous avez commenté mes conseils amicaux ainsi:

      « Je remarque que tu n’as pas pris la tienne….Ta mère a dû avoir une attaque cardiaque quand elle t’a vu? As-tu pris ton pot ce matin? »

      1- Je ne prend pas de pilules.

      2- Toutafè ! J’étais tellement laid que ma mère se trompait de bout quand elle me mettait une couche.

      Parlant de couches: la vôtre Madame… ? :D

      3- Pot? Je ne fume pas.
      Pot de bière? Je ne bois pas.
      Pot de chambre ? J’ai le “tout-à-l’égout” ici .

      Il suffit de “flusher”.

      :D

      Pas besoin de répondre. Il fait beau et je vais prendre l’air. Faites donc la même chose et respirez par le nez très fort Madame. Très.

      Adieu !

      :D

    • Certaines régions du Québec ont beaucoup de vent; d’autres en ont moins, mais elles ont du vent. La Gaspésie a beaucoup de vent. Une richesse régionale qui est en train d’être traitée “collectivement.” Le vent souffle partout au Québec. Le Québec doit être traité “collectivement” donc. Mais il semble que c’est seulement la partie de la Gaspésie. D’après ce que j’ai lu, les Gaspésiens “tolèrent” les éoliennes, ils recoivent de l’argent. Ils ont donné leur accord mais ils ne savaient pas tout. Résultat: La Gaspésie a changé de décor! Nouveau décor? C’est pas nouveau “l’exploitation”. Le privé fait du “profit” sur l’ignorance. La coutume des exploiteurs de dévorer les autres, c’est dans l’Histoire du Québec.

    • Dire que chaque région est reliée à un gouvernement central… Barda

    • J’ai pris le temps de lire tous les commentaires qui ont étés publiés et j’ai finis par me faire une opinion.
      Je vote pour les éoliennes….
      personnellement. je trouves pas ca si laid que ca, et pour ce qui est du bruit, les décibels produites sont tres résonnables….
      Penser aux dommages qu’un barrage peut faire sur le paysage érangeet sur les animaux en plus du cout de construction.

    • @ Madame Taupier.

      «Cependant quand on voit une mère comme Myriam Bédard traînée en justice pour l’enlèvement de sa fille……???????»

      J’ai vraiment de la misère à vous suivre quelques fois.

      Comment est-ce que, pour vous, le fait de gagner des médailles aux Jeux olympiques peut être un signe de bon équilibre mental (vos propres mots sur un billet antérieur)?

      Et comment est-ce que Myriam Bédard peut-elle être une bonne mère pour sa fille à ce moment-ci de sa vie, alors qu’elle est contrôlé par un espèce de gourou d’une secte religieuse, sosie de Raël sans chignon, et qui s’imagine plein d’affaires (comme le fait d’avoir convaincu l’ex-premier Jean Chrétien de ne pas envoyer le Canada en Irak)?

    • Bonjour Jean-Luc Une personne de mon âge voit les choses d’un autre point de vue que vous. Je respecte vos opinions soyez-en assuré!

      Je vois une fillette belle, épanouie et qui ne manque de rien.
      Il est où le problème?

    • Je vois également un ex emmerdeur qui travaille partout dans le monde et qui n’a pas sa fille avec lui et qui revient juste pour emmerder Myriam.

      Je vois une famille dont la jalousie ne fait pas de doute et qui cherche à nuire à Myriam. Des médiocres jaloux….sa famille…

      Je vois des loups au Fédéral qui s’acharnent sur une chèvre.
      J’ai beaucoup d’admiration pour Myriam et il y a beaucoup de méchanceté dans ce monde et beaucoup d’envieux. Le Docteur Mailloux est une preuve vivante de la méchanceté qui s’acharne sur lui.

    • Jean-Luc je respecte ton opinion sur le conjoint de Myriam mais je regrette je ne suis pas de ton avis….Myriam ne s’associerait pas avec un être qui est vil.

    • @Jean-Luc….Non ceux qui gagnent des médailles …..comme celui qui a tué sa femme…le NOIR….aux USA….ce type-là est un vrai méchant…

      Je sais discerner les bons des méchants…et MYRIAM est une femme merveilleuse….je n’en doute pas un instant….

    • @Jean-Luc Notre SOCIÉTÉ hypocrite et lâche fesse sur les bons…
      Le Docteur Mailloux, Stéphane Gendron, Gilles Proulx, Myriam Bédard

      et tous ceux qui dérangent….Les “whistle blowers” sont dangereux
      et
      on enferme les JOURNALISTES et parfois on les tue…..
      alors est-ce normal d’après vous?=La fourberie est à la barre!

    • Lisez les papiers de Foglia sur Myriam Bédard. Il l’a rencontré de nombreuses fois et il la connaît bien.

      Moi quelqu’un qui se fait passer pour un artiste alors qu’il n’a jamais rien produit, je trouve ça louche.

      Et puis quelqu’un qui se pousse aux USA, contrôle le cellulaire de sa conjointe, se sent persécuté par le gouvernement, imagine qu’il a convaincu le premier ministre de quelque chose, ça fait très, très gourou de secte comme manière de voir la vie et d’agir. Ces deux-là vivent dans une bulle complètement déconenctée de la réalité.

      Bonne journée.

    • Excusez-nous car nous sommes hors sujet…dernier commentaire pour Jean Luc et Longueuilloise===============
      Le conjoint de Myriam était aimé de feu vieille peintre car elle lui faisait faire ses commissions pécuniaires, ce qui veut dire que sa famille ne s’occupait pas d’elle.
      À sa mort la famille vient pour l’héritage et fait du trouble. C’est usuel et banal.
      Quant à notre JUSTICE qui s’acharne sur le Docteur Mailloux et qui protège Vito Rizzuto, qui l’a trouvé coupable…je l’ai là où le dos perd son nom.
      FIN de ce commentaire et qui est hors sujet et je m’en excuse auprès de
      Patrick. Comme Myriam je trouve Nhamar OK!

    • FOGLIA je l’ai là où le dos perd son nom!

    • Hey les exités,pourait-t-on respecter le sujet,,,,,ca allait bien pourtant.

    • @ Madame Taupier.

      Pouvez-vous compacter vos commentaires en un seul, SVP? Avec des paragraphes, de préférence! Vous seriez plus facile à lire.

      Je respecte votre opinion, mais il ne faut pas oublié que madame Caiserman (le nom de la peintre qui partageait l’appartement avec Nima Mazhari) commen¸ait à le trouver suspect et voulait changer les serrures de l’appartement.

      Mazhari a profité de la maladie de madame Caiserman et de sa vulnérabilité pour voler ses toiles, car c’était supposé allé dans un musée ou à la famille de madame Caiserman.

      Renseignez-vous!

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Nima_Mazhari

    • @longueuilloise
      Je croise Nima Machin quasiment tous les jours. Le trajet qu’il emprunte du métro à son atelier et vice-versa nous fait nous croiser. Il est parfois avec Bédard mais bien plus souvent seul. La dernière fois, je l’ai vu dans mon dépanneur du coin, carrément.

      Si je pensais comme lui, je le poursuivrais pour harcèlement et j’écrirais à tous les ambassadeurs pour le dénoncer. De toute évidence, il me traque et c’est un complot, du vulgaire terrorisme de proximité pour me faire taire. Vêtu de noir, toujours aux aguets, il essaie visiblement de m’intimider.

      Pour me protéger, je songe à me pousser aux USA avec ma chatte, sans en aviser mon ex (c’est en fait la sienne, mais j’en ai obtenu la garde il y a onze ans passés).

      Quant aux éoliennes, ben, on s’en fout un peu dans le fond et tout a été dit.

    • Ça dérape!

    • @Jean-Luc Elle lui devait du loyer et il s’est remboursé. Point.

    • @quiveutsavoir
      Elle était proprio. Il louait.

      Comment pouvait-elle lui devoir du loyer?

      Êtes-vous paquetée?

    • Pas une autre mouche à merde? Coudons!

    • Stupéfaite pour ne pas dire stupéfiée! L’éolien on s’en balance. Je saisis qu’on se fout totalement des «ruraux» qui ont ou auront un parc éolien industriel littéralement parachuté dans leur environnement proche. Tous des BS, des analphabètes et des téteux de subventions, pas des urbains quoi?!?!!? Je vous rappelle que les gens qui ont grugé nos ressources vivent avec vous (ou pas très loin en banlieue…) Ici MRC RDL SkyPower a obtenu le territoire sans appels d’offres. Oui oui BAPE mais le fric est plus fort que les préoccupations des citoyens. Si tout continue d’aller mal pour nous, 111 engins de la hauteur de l’édifice G de Québec dans notre champ de vision. Vive le gré à gré de monsieur Sam Hamad en 2004. Le vin était bon… Un petit nouveau dans l’univers des communications de SkyPower ces dernièrs semaines, Yvan Loubier du Bloc . Pas payant la politique officielle… maudine… Beau graissage de pattes politiques. S.V.P. un peu de respect pour nos batailles et renseignez-vous un peu plus sur le dossier (voir rapports BAPE de 1996-97 et 98 qui déconseillaient de mettre ces engins en milieu habité)
      p.s.: monsieur Lagacé un petit débat sur la qualité du français sur votre blogue peut-être?

    • @anne1407
      “Noyer le poisson 201 et sauver la face 201, bref…”
      Bienvenue chez nous, cousine!

    • Écrire des phrases ou expressions toutes en majuscules, c’est généralement un signe qu’on essaie de compenser pour une argumentation faible.

      C’est aussi extrêmement déplaisant à lire.

      En passant, on ne vendra jamais d’électricité en Californie. On perdrait 90% de la puissance dans les fils nous y reliant. De plus, ça sonnait comme une attaque sur la Californie du point de vue environnemental. J’aurais choisi à peu près n’importe quel autre état avant celui-là.

    • Bravo pour votre reportage et d’accord 100% avec Anne 1407. Qui veut un parc d’éoliennes de 120 mètres de hauteur dans sa cour! C’est pas parce que l’on vit en région que l’on doit se faire imposer n’importe quoi! Et cela défigure encore une fois le paysage. Je ne digére pas encore les immenses tours d’Hydro installées après la crise du verglas sur l’Autoroute 10. Une horreur! Et si on commençait par inciter les québécois, résidants et industries, à économiser de l’électricité au lieu de la gaspiller, on n’aurait pas besoin d’en produire davantage.

    • Bon matin,
      J’ai tardé à émettre mes commentaires sur le sujet Éolien.. dommage puisque ce blog ne traite malheureusement plus de ce sujet. Je tente malgré tout ma chance dans l’espérance de susciter une réflexion objective sur le sujet.

      Je travaille en fait pour un promoteur éolien et ai donc accès à certaines nuances qui ne sont malheureusement ni discernées ni mises en contexte par certains médias. C’est très malheureux. Les médias disent effectivement la vérité… mais pas toute la vérité, probablement question de susciter une attirante controverse. Vous n’avez qu’à lire les titres et entêtes de M. Lagacé (tempête, zizanie, le bruit d’un jet, cachotteries, questions sans réponse, silence, etc.) pour déceler une certaine “partisannerie”.

      Profit: Est-ce que les promoteurs font des profits? Bien sûr, comme toutes sociétés, privées, publiques, ou individus DOIVENT faire des profits pour survivrent. Ne pas oublier que ces profits sont de toute façon réinvestis dans d’autres projets et aux actionnaires sont forme de dividendes ou sous forme d’appréciation de la valeur des actions qu’ils détiennent. De toute façon, connaissez-vous quelqu’un qui investirait $200 millions dans un parc éolien juste pour le fun???

      Promoteurs étrangers? Dans le marché canadien actuel, comment peut-on amener ce point? Dans notre cas, la quasi-totalité des employés sont québécois, contracteurs québécois, turbinier – installations québécoise et mêmes gaspésiennes, transporteurs québécois, ingénierie québécoise, retombées locales et provinciale. Actionnaires? Vous et moi pouvont acheter des actions de n’importe quelle société partout dans le monde.

      Bruits? Je n’élaborerai pas là-dessus. Toutes les études le démontrent: 45db = conversation dans une bibliothèque – point.

      Étendue d’un parc, pourquoi ne pas les regrouper: zone de vent démontré – distances minimales des maisons – distances minimales des cours d’eaux – distances minimales des routes – zones migratoires des animaux – zones d’ondes radio/audio/tv – contraintes de terrains = emplacement final des éoliennes.

      J’ai énormément de fierté dans ce que je fait. Je ne tenterai pas de vous convaincre, simplement de vous informer. Au plaisir.

    • J’ai oublié, et non omis, les impacts visuels qui sont effectivement incontournables.
      Est-ce que tous les promoteurs consultent et impliquent la population? Probablement pas! Est-ce que tous les promoteurs tentent de minimiser les impacts visuels? Probablement pas! Est-ce que tous les individus trouvent une éolienne belle et pas si imposante? Sûrement pas! À l’opposé je puis vous dire que tous les promoteurs ne sont pas tous égaux. Ce que je sais par contre est que dans le processus d’appel d’offre, les promoteurs doivent démontrer à Hydro-Québec qu’ils ont l’assentiment général de la population et des élus, qu’ils tiennent compte de démontrent les impacts visuels, environnementaux, sociaux et économiques des projets qu’ils soumettent. Y aura-t-il des mécontents? Bien sûr, comme TOUJOURS. Les arguments seront-ils considérés? Bien sûr car ce sont eux qui crient le plus forts… et qui sont le plus écoutés par les médias entre autres (j’ai bien aimé la référence au “focus sur les passeux de pancartes” d’un blogueur ci-dessus). J’ai quelques anecdotes forts amusantes à ce sujet qui me font sourire… jaune si je puis dire.

    • Lorsque nous avons été en vacances à Cap-Chat, il y a quelques années, je vous avouerai que j’ai trouvé les éoliennes plutôt belles.
      Le bruit? Je ne peux me prononcer, les éoliennes de Cap-Chat ne fonctionant pas.
      Une chose est claire. Les MRC et les propriétaires qui vont voir des éoliennes construites sur leurs terrains se font ‘, fouurer’, par des entrepreneurs sans scrupules. On aurait du confier la construction et l’exploitation des éoliennes à Hydro-Québec. Et le gouvernement du Québec aurait du fournir son guide beaucoup plus tôt. Quand j’entends des ministres et des dépités libéraux mettre la faute de ce chaos sur le dos du P.Q., je trouve la chose très drole. C’est le gouvernement Charest q

    • Oups!
      Compléton, C,est le gouvernement Charest qui a lancé cet appel à l’éolien. Tout gachis dans ce domaine est de sa responsabilité.
      C,est ce gouvernement qui a choisi de donner cette manne à l’entreprise privée. C’est ce gouvernement qui a laissé toute liberté aux entreprises privées de prendre avantage des MRC et des propriétaires. Et ce sera l’entreprise privéé et pas Hydro-Québec qui va engranger les juteux profits.
      Je crains qu’hydro-Québec et par conséquent, tous les québécois ne soient les grands perdants de dossier baclé.

      En passant, je suis très favorable à l’énergie éolienne.

    • Cher Wolvie14,
      Pourquoi dites-vous que les MRC et propriétaires se font “abuser”? Un peu facile à dire à moins que vous ne puissiez également le démontrer?!?! Même chose pour l’implication d’Hydro-Québec. Si, je dis bien si, un promoteur privé prend tous les risques (opérationnels, techonologiques et financiers) et réussi à vendre l’électricité à un prix inférieur au prix de revient qu’aurait obtenu Hydro-Québec s’il avait construis et exploité un parc éolien, seriez-vous d’accord à ce que ce promoteur réalise tout de même un profit? N’oubliez pas que, par sa structure, Hydro-Québec peut être passablement plus coûteuse parfois… c’est d’ailleurs l’apanage de tous les PPP. Rien n’est ni blanc ni noir mais à risques et coûts moindre, je crois que certains processus et projets privés ou PPP se justifient d’eux-mêmes. Lorsque j’entends des gens et/ou certaines émissions “journalistiques” prétendrent que les redevances sont plus généreuses en Ontario (par exemple), je me bidonne (pas tant que ça) en me disant que le journaliste objectif a sciemment oublié de mentionner que les éoliennes du projet en question produisent 53.3% plus d’énergie, à un prix 34% plus élevé que les prix actuels au Québec, sur des terres dont la valeur marchande est autrement plus élevé que les terres de la Gaspésie et à des conditions économiques récentes versus celles de 2002-2003-2004. Dernière précision (mais j’en aurais d’autres), en Ontario, les producteurs paient des taxes foncières aux municipalités et des redevances aux propriétaires. Au Québec, les producteurs paient des taxes foncières au gouvernement du Québec (Taxe sur les Services Publics), des contributions VOLONTAIRES aux municipalités et des redevances aux propriétaires.
      Cordialement,

    • @ patloura, tout un plaisir de vous lire !

      Enfin quelqu’un qui apporte des arguments nuancés mais précis.

    • Merci Julienn,

      Dommage que la plupart des opposants aient maintenant déserté ce blogue, j’aurais aimé argumenter davantage sur des faits vérifiés et vérifiables.

      J’aimerais apporter une petite précision pour votre information:
      Dans son papier intitulé Culture du Silence et de l’Ignorance (SIC), M. Lagacé rapporte les propos suivants: “Et c’est donc le privé qui va récolter des profits importants, confirme l’économiste Gabriel Sainte-Marie, de la chaire d’études socio-économiques de l’UQAM. En 20 ans, une éolienne dégage des revenus annuels de 400 000$.”

      La construction d’une éolienne, selon les conditions géologiques (fondations, routes, déboisements, etc.) et économiques (taux de chance, coût de l’acier, indice des prix, redevances aux propriétaires selon la superficie du parc, etc.) coûte entre $2.5 et $3 million. Utilisons donc $2.5 millions, une inflation de 2% (cible de la Banque du Canada) et supposons que M. Sainte-Marie ait raison (bien qu’il peut y avoir des écarts entre les revenus réels et les revenus théoriques basés sur des estimés moyennes de données de vent sur un horizon de 20 ans!). Le promoteur engrange alors un rendement BRUT de 12.8%… mais est-ce qu’il y a des frais d’entretien, d’intérêts, d’impôts, des redevances, des risques comme le remplacement de certaines pièces??? À $3 millions par éolienne, nous descendons à 9.7%, avant entretien, intérêts et impôts bien sûr. Je ne crois pas (en fait je sais), que l’exploitation d’un parc éolien comporte des frais annuels importants.

      Finalement, il serait utile de savoir que la Chaire d’études socio-économiques de l’UQAM, à laquelle travaille M. Ste-Marie, est financée principalement par des syndicats (dont ceux d’Hydro-Québec) et qu’il a participé trés activement à des “études” pour la nationalisation de l’énergie éolienne. Je ne dis aucunement qu’il est biaisé, je ne fais que soumettre d’autres faits afin d’avoir une vision globale de la situation et de TOUS les intervenants, opposants comme partisans.
      http://www.cese.uqam.ca/pages/chaire_partenaire.php?sujet=chaire_partenaire

      Au plaisir,

    • Petite coquille, j’aurais dû écrire:
      Je ne crois pas que l’exploitation d’un parc se fait sans employé, sans entretien et sans frais, en fait je sais que l’exploitation d’un parc éolien comporte des frais d’opération annuels importants.

    • Le risque ? Quel risque ? Hydro_québec s’engage à acheter toute l’élevtricité produite par ces éoliennes à un prix fort élevé. Vous croyez vraiment qu’il y aurait un si grand nombre de projets si le risque était vraiment élevé
      En fait, il n’y a pas grand risque.

    • Vous écrivez vous-mêmes la réponse à votre question sur le risque: énergie PRODUITE!
      S’il y a un bris d’équipement, s’il y a moins de vent que prévu dans les modèles économiques, s’il y a interruption de la production pour quelques raison que ce soit, il n’y aura alors pas d’électricité produite et donc moins de revenus pour le promoteur. Même chose au niveau des frais d’exploitation qui peuvent s’avérer plus élevés que prévus. Ceci au niveau de l’exploitation. Quant à la construction, s’il y a des dépassements de coûts, ce n’est ni le gouvernement ni Hydro-Québec qui en assumera les frais. Et j’aimerais bien que vous m’expliquiez un peu plus votre “prix fort elevé”! Quel est ce prix dont vous parlez? À partir de combien est-il élevé? Comparé à quoi ou à qui, l’Ontario, les États-Unis, l’Europe?

      Amicalement,

    • L’énergie est une nécessité! Donc on ne regarde pas à la dépense!

      Cependant on regarde à qui ça profite vraiment….et ceux qui en profitent le plus devraient payer plus. Ceux qui en produisent plus, parce que plus de vent comme en GASPÉSIE, doivent être rémunérés en conséquence.

      On ne doit pas briser les belles terres là où la production d’électricité
      serait minime. Il ne faut pas faire comme à MIRABEL des erreurs monumentales qui ont causé le suicide de plusieurs fermiers.
      Le progrès doit se faire avec discernement.
      Yolande Taupier/Magog

    • Surprenant que la ministre Normandeau donne le lave-vaisselle comme indicateur de niveau de bruit. Y a-t-il un bruit plus détestable! De plus le lave-vaisselle est de venu le symbole de la pollution de nos lacs et rivières.
      Une suggestion: remplacer la croix du Mont-Royal par une éolienne: on supprime ainsi un symbole religieux, on favorise le développement durable et on verse les revenus à Fabrique Notre Dame pour financer la retraite des employés du Cimetière.
      Marcel Poitras
      PS: vous connaissez la joke du lave-vaisselle encastré?

    • Des chiffres:

      http://www.antagoniste.net/?p=1833

      :)

    • Combien de milliers de km de lignes électriques loin des zones populées?
      Pourquoi pas construire les éoliennes le long des lignes à haute tension?
      Toute l’histoire de la laideur serait arrangée.

      Le bruit peut être dérangeant, mias rien ne se compare à la beauté d’une éolienne.

      Pourquoi admire-t-on plus l’Empire State Building que la plus grande éolienne au monde?

      J’adore les éoliennes et je considère celles-ci comme des joyaux de l’humanité!

      Ahh, j’en veux plus!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • TWITTER

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2010
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité