Le blogue jeux vidéo

Le blogue jeux vidéo - Auteur
  • Kevin Massé

    Graphiste et journaliste depuis 2006 à La Presse, Kevin Massé est passionné par tout ce qui touche à l’industrie vidéoludique. C’est pourquoi, de fil en aiguille, il est devenu également critique de jeux à La Presse et sur lapresse.ca, en 2008.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 1 février 2017 | Mise en ligne à 14h41 | Commenter Commentaires (5)

    L’empathie, les jeux vidéo et l’UNESCO

    1979

    Savoir se mettre à la place de l’autre, le comprendre, s’interroger sur ce qui fait qu’il est lui. C’est en partie ça, l’empathie.

    Il n’est pas donné à tous d’être empathiques. Il est même souvent difficile de comprendre la réalité d’un autre qui a vécu la guerre ou a un mode de vie, des idéologies, un passé, une religion différente de la nôtre.

    Pour Paul Darvasi, professeur au Collège Royal St-George à Toronto, le jeu vidéo peut éduquer et favoriser l’empathie. Il a d’ailleurs réalisé un rapport commandé par l’UNESCO cherchant à trouver des façons de favoriser l’empathie et la compréhension à travers les jeux vidéo.

    Son rapport est ici:
    Empathy, Perspective and Complicity: How Digital Games can support Peace Education and Conflict Resolution

    L’entrevue réalisée par le site Polygon que je vous résume rapidement est ici:
    Here’s why the UN is getting interested in video games

    Pourquoi? En 2014, 180 000 personnes sont mortes dans 42 conflits. Ces conflits ont, en majorité, émergé d’incompréhensions entre des cultures dont les visions de la réalité sont différentes.

    En entrevue avec le site Polygon, Paul Darvasi précise son idée ainsi:

    « Il est difficile d’avoir de l’empathie si vous ne pouvez pas vous mettre dans la perspective de quelqu’un d’autre. Les jeux vidéo vous permettent de supposer des perspectives sous une forme incarnée.»

    Dans This War of Mine, nous jouons le rôle de citoyen ordinaire devant survivre dans les décombres d'une ville détruite par la guerre.

    Dans This War of Mine, nous jouons le rôle de citoyens ordinaires devant survivre dans les décombres d'une ville détruite par la guerre.

    «Quand vous regardez les nouvelles ou un documentaire, vous pourriez ne pas vous sentir connecté à la question. Mais les jeux vidéo vous plongent dans l’action. Vos actions ont des conséquences dans le jeu, et donc il y a un investissement affectif et cognitif en plus.»

    Paul Darvasi nomme plusieurs jeux indépendants mettant sa théorie de l’avant. Parmi ces derniers, on retrouve Hush, This War is Mine, Peacemaker et 1979 Revolution: Black Friday.

    Ce dernier est son préféré.

    Un jeu en point &Click qui met le joueur dans le rôle d’un photojournaliste couvrant le renversement de Shah qui a eu lieu voilà 30 ans en Iran. Un jeu qui pour lui demande de prendre des décisions éthiques difficiles. « Ce jeu vous permet de voir la culture iranienne de l’intérieur et de vraiment voir les différentes questions idéologiques qui étaient en jeu.»

    Le jeu vidéo qui peut aider notre monde à être meilleur. Voilà une vision positive qui me plaît.

    Ça fait changement.

    Merci à Caroline Emmanuel de l’Alliance Numérique pour m’avoir transmis l’article de Polygon.


    • Je dois me faire vieux…
      quand j’étais plus jeune, en jouant à Zelda sur le nintendo 8 bits, j’avais énormément de plaisir, a mettre des bombes à tout les endroits possibles, à tenter de bruler tout les arbuste.
      A jouer de la flute dans tout les tableaux.
      Bref, à tout inspecter, à tout découvrir.

      Aujourd’hui, j’ai DL le jeu this war of mine.
      J’ai joué 5 minutes et arrêté, je n’avais aucune quoi faire, je n’avais pas le gout de me promener pour rien dans la mauvaise direction pendant 10 minutes.

      Maintenant, je joue à des jeux de sports.

      On se fait vieux….

    • Juste un petit bémol, l’ONU a publié l’année dernière un rapport sur la violence et les jeux vidéo qui avait de nombreux problèmes dont d’avoir utilisé les recherches vieilles de plus de 10-15 ans. Ces recherches découlaient directement d’idéologues reliés à un certain Jack Thompson, vous vous souvenez de cet énergumène?

      Ceci est simplement pour dire de prendre ce qui provient de l’ONU concernant les jeux vidéo avec un grain de sel.

    • L’éducation, la conscientisation, à mon avis c’est pas mal plus efficace. Dérangerait pas d’essayer quand même. Mais le jeu doit impérativement être bon. Et un jeu moralisateur c’est aussi turn off qu’un film moralisateur.

    • Il faudrait une étude plus poussée mais est-ce vraiment de l’empathie ? Ou alors cela vient du jeu de rôles puis votre joueur apprend à se placer dans différentes positions mais est-ce vraiment de l’empathie pendant le jeu ou cela est encore un combat ? C’est comme regarder des films mais les bons ne sont pas les mêmes qu’avant plutôt qu’être pro américain ce sont les Italiens qui sont les héros ou peu importe.

      Les jeux vidéos modernes ont une approche un peu héritée des Donjons et Dragons.

      Ou revenons à Donkey Kong, dans Donkey Kong c’est Mario non encore nommé qui va sauvé sa belle. Dans Donkey Kong junior on s’en va libérer Donkey Kong. Hey… On pratique l’empathie ? On est capable de se mettre dans la peau de différents personnages.

      Met il y a encore la lutte contre le bien et le mal et dans l’action plus que dans la réflexion. Bien que vous pouvez avoir des mind games et avec des encyclopédies les accompagnant. Souvent pareil votre personnage a plusieurs vies et il tue et se fait tuer. De l’empathie ou de la désensibilisation ? C’est un jeu. Cela peut être métaphorique aussi de tuer les démons intérieurs.

      Jouer à Pong la vous aller pratiquer l’empathie… Ah ah… L’empathie pour les premières générations de joueurs.

      Ou un jeu électronique du passé : http://www.ina.fr/video/PUB3254154002

    • Tu as de l’empathie pour disons ce qui semble être un militant parce que tu as joué son rôle ? Mais le militaire lui ? Il n’est peut-être pas autant le méchant qu’on le laisse croire sauf que dans un jeu ou dans un film avec un héros, il faut très souvent simplifier la réalité.Une puissante oeuvre psychologique peut toujours interroger plus en profondeur plusieurs personnages avec le bon et le mauvais inhérent à chacun.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    février 2017
    D L Ma Me J V S
    « jan   mar »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728  
  • Archives