La Tour de Babel 2.0

Jeudi 29 janvier 2015 | Mise en ligne à 12h45 | Commenter Commentaires (2)

Des tulipes en hiver

050

Voilà ce que j’ai trouvé de mieux pour faire un pied de nez à ce mois de janvier long et d’une froideur extrême. Une grosse brassée de tulipes roses fluos et belles comme le jour.

Posées sur l’îlot de la cuisine, en plein milieu de la maison, elles explosent de couleur et de vie. Vous n’avez pas idée du bien qu’elles procurent, comme si une bouffée de printemps entrait par la porte d’en avant, au lieu d’une draft glaciale.

Et la bonne nouvelle, c’est qu’elles ne semblent pas vouloir flétrir. Le bonheur!

Les 10 $ les mieux investis des derniers mois…

Et vous — outre partir dans le Sud — quels sont vos petits trucs pour contrer momentanément cet hiver si rigoureux? Écouter du reggae? Faire pousser des plantes vertes? Manger mexicain? Dites-moi tout!

photo Isabel Authier

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article

 

Vendredi 23 janvier 2015 | Mise en ligne à 15h49 | Commenter Un commentaire

2 février = crêpes

gateau-de-crepes

Durant des années, à La Voix de l’Est, la collègue Lucie se faisait un devoir de nous rappeler l’existence de la Chandeleur, chaque 2 février. Dans un petit courriel, elle nous encourageait à manger des crêpes en observant un rituel qui nous assurait la prospérité pour le reste de l’année.

Cette célébration daterait de plusieurs siècles. Je vous épargne les détails, mais elle se référerait à la lumière (Fête des chandelles). Le concept des crêpes serait apparu plus tard et seulement dans certains pays. Si, en Amérique du Nord, le 2 février est davantage connu comme le jour de la marmotte, rien ne nous empêche d’adopter la tradition des crêpes… juste parce que c’est bon!

Les plus superstitieux n’oublieront pas de faire sauter la première crêpe de la main droite, en tenant une pièce de monnaie dans la main gauche. Si tout se passe bien, bonheur et richesse les accompagneront jusqu’au 2 février prochain!

J’ai pensé vous offrir quelques recettes glanées ici et là sur le web. Une version sans oeuf, une autre sans lait (parce ce qu’on n’a pas toujours tous les ingrédients à portée de la main) et une autre gourmande (parce qu’on le mérite). Bien hâte de les essayer.

Pâte à crêpes sans œuf

250 g de farine
50 ml de lait
2 sachets sucre vanillé
50 g de beurre fondu

On mélange la farine avec le lait, on ajoute le beurre fondu et le sucre vanillé et on remue jusqu’à consistance lisse. On laisse reposer 30 minutes.

Pâte à crêpes sans lait

3 oeufs
400 ml d’eau
250 g de farine
3 cuillères à soupe de sucre en poudre
2 cuillères à soupe d’huile de tournesol
Sel

On mélange tous les ingrédients jusqu’à consistance lisse, on laisse reposer un peu et on fait cuire.

Gâteau de crêpes aux pommes (6 personnes)

125 g de farine
3 oeufs
350 ml de lait
1 pincée de sel
1 c. à soupe d’huile végétale

Garniture
75 g de beurre
3 pommes
Un peu de sucre brun
1 pot de confiture d’abricots

Caramel
250 g de sucre
150 ml d’eau froide
Quelques gouttes de citron

Dans un bol, versez la farine en fontaine et cassez 3 oeufs au milieu. Remuez avec une cuillère de bois. Versez le lait et l’huile, en délayant doucement pour éviter les grumeaux. Laissez reposer la pâte si possible 1 heure avant de l’utiliser. Faites cuire les crêpes d’une taille compatible à un moule rond à haut rebord.

Garniture : épluchez et coupez les pommes en lamelles. Faites fondre le beurre dans une poêle et ajouter les pommes en saupoudrant de sucre brun pour légèrement caraméliser.

Montage du gâteau : beurrez le moule, déposez une crêpe et tartinez de confiture d’abricots. Ajoutez quelques lamelles de pommes. Posez une autre crêpe, tartinez de confiture et de pommes. Continuez jusqu’à épuisement des pommes. Sur la dernière crêpe, tartinez 3 cuillères à soupe de confiture. Enfournez pendant 20 à 25 minutes à 300°F.

Caramel : Dans une casserole propre, versez le sucre et l’eau froide. Ajoutez les quelques gouttes de citron. Portez à ébullition sans remuer. Lorsque le sucre commence à colorer, remuez délicatement la casserole pour répartir le caramel, sans éclabousser les parois. Dès que le caramel a atteint la coloration désirée, arrêtez la cuisson et plongez la casserole dans de l’eau glacée pour interrompre la cuisson.

Démoulez le gâteau et décorez du caramel tiède.

Recette et photo : Le Journal des femmes

Un commentaire  |  Commenter cet article

 

Lundi 12 janvier 2015 | Mise en ligne à 13h42 | Commenter Aucun commentaire

Les marchands bleus

marchandsbleus

Danielle Plante Design

Après avoir résisté un bon moment, me voilà conquise par le principe de l’achat en ligne. Autant, cela me semblait impersonnel et imprécis, autant j’ai adoré faire ainsi mes emplettes de Noël cette année. Finie la course effrénée dans les centres commerciaux bondés, moins de bouffée de chaleur dans les allées surpeuplées, moins d’errance à la recherche du cadeau parfait. L’achat en ligne a permis de limiter les désagréments et les déplacements à leur plus simple expression.

Billets de spectacle, abonnement de revue, porte-feuille, livre… Dans le confort du nid, un bon café à la main, j’ai pris le temps de fouiner, de choisir, de comparer, avant d’appuyer sur «acheter». Et tout bonnement, les trésors se sont retrouvés dans mon casier postal les jours suivants. Mer-veil-leux.

Vous savez ce que c’est, j’en suis certaine.

Bon, j’entends les détracteurs plaindre les employés de boutiques qui pourraient souffrir de nos nouvelles habitudes de magasinage virtuelles et de notre absence dans les commerces. Je préfère me dire que je leur ai allégé la tâche, en cette période d’avant-Noël où ils sont sollicités de toutes parts.

Aux consommateurs qui souhaitent poursuivre dans la même veine, je propose Les marchands bleus, un nouveau site d’achat en ligne, mais de produits exclusivement québécois. Les deux fondateurs le comparent à un grand centre d’achat virtuel semblable aux places de marché où les entreprises peuvent inscrire elles-mêmes leurs produits et vendre directement aux clients. «La grande différence est que notre boutique accepte uniquement des produits fabriqués au Québec», assurent-ils.

C’est tout chaud, donc l’inventaire n’est pas encore très garni. On y trouve quelques vêtements, des produits de beauté, des objets décoratifs, des jeux. Plusieurs catégories, cependant, attendent toujours d’être remplies. Espérons que le concept fera boule de neige, car l’idée est louable. Acheter québécois sans stress et sans prendre la voiture, ce serait bien, non?

****

Je n’endosse pas du tout, cependant, le concept d’acheter des gugusses à prix modique en provenance du bout du monde. Quelqu’un à la maison attend depuis plusieurs semaines un support pour déposer son cellulaire. Un petit clisse de support fait en série en Chine, dans des conditions que j’ignore et vendu à prix dérisoire, qui traversera la Terre au complet pour atterrir chez nous. Tout ce voyagement, tout ce pétrole gaspillé, ça me rend folle.

Si tout le monde se met à acheter chinois, comment ne pas mettre notre propre économie en péril? Pendant qu’un support à cellulaire à 5 $ vogue sur les mers du monde, des marchands d’ici peinent à boucler leur fin de mois. C’est un peu malaisant.

Et je m’attends à ce que le bidule brise en moins de temps qu’il en aura fallu pour l’expédier ici. Encore plus malaisant.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

publicité

  • My Categories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    janvier 2015
    D L Ma Me J V S
    « déc    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité