La Tour de Babel 2.0

Vendredi 22 août 2014 | Mise en ligne à 10h47 | Commenter Commentaires (2)

Un délice de film

image

J’ai hâte de vous en parler depuis la seconde où j’ai quitté la salle de projection, un grand sourire étampé au visage. Le voyage de cent pas (The Hundred-Foot Journey) est un petit bijou de film, que je vous recommande chaleureusement.

Vous aimez la bouffe, les voyages, les atmosphères? Courez voir ce long-métrage d’une grande beauté, qui met l’eau à la bouche et la joie au coeur.

Le décor est planté dans un petit village du sud de la France, débordant de charme avec ses ruelles étroites et son marché animé. Imaginez l’émoi des habitants lorsqu’ils voient débarquer à Saint-Antonin-Noble-Val une famille indienne déterminée à y ouvrir son propre restaurant.

voyage

Les fans d’Helen Mirren seront ravis de retrouver cette grande actrice dans le rôle d’une restauratrice rigide et ambitieuse, qui ne digère pas du tout — mais là pas du tout — que ces gens s’installent juste en face de son chic établissement étoilé Michelin.

Cette confrontation entre les cultures — et les saveurs — donne lieu à un film divertissant, séduisant et rempli d’humanité.

Ça change du 3D, des effets spéciaux et de la violence gratuite dont on nous bombarde généralement…

Je ne connaissais pas Om Puri, l’acteur indien qui incarne le passionné et colérique patriarche de la famille Kadam. Maintenant oui. Son personnage attachant sert de ciment à toute l’histoire.

image-1

Et ce, même si tout tourne autour de son fils Hassan, un cuisinier exceptionnel qui a tout appris de sa maman et dont le très fort instinct culinaire le mènera au sommet de sa profession. Mais c’est sans compter son attachement pour la belle Marguerite (la Québécoise Charlotte Le Bon), qui viendra brouiller les cartes.

Comme preuve que le bonheur n’est pas toujours où on l’attend.

Mais au-delà de cette fable sur la tolérance et les liens du coeur, Le voyage de cent pas est d’abord un prétexte pour glorifier la nourriture, qui est ici filmée de façon magistrale, presque sensuelle. Vous n’aurez jamais vu omelette aussi alléchante!

Bien sûr qu’on y trouve des clichés, bien sûr que l’histoire est un peu cousue de fil blanc. Mais passez par-dessus ces petits détails et laissez-vous porter tout simplement.

Vous en sortirez avec des étoiles dans les yeux, l’envie folle de faire vos valises et — surtout — avec une faim de loup!!!

photo Disney

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article

 

Vendredi 15 août 2014 | Mise en ligne à 13h26 | Commenter Commentaires (3)

Frais sorti… du lave-vaisselle

179

Le lave-vaisselle a cessé de fonctionner au beau milieu de son cycle. Ne restait que de l’eau stagnante au fond de l’appareil et de la vaisselle encore sale.

Il a fallu tout faire à la main. Ça en faisait beaucoup d’un coup.

Et nous attendons toujours que le réparateur revienne de ses vacances estivales.

Le lave-vaisselle est une si belle invention. Mais pas que pour récurer les verres et les assiettes. Vous connaissez peut-être d’ingénieux cuisiniers qui se servent de la machine en marche pour mitonner leur souper.

Ceux-ci, précisons-le, veillent à bien sceller la nourriture pour éviter le savon et les saletés! D’autres, moins écologiques, font fonctionner l’appareil uniquement pour la recette.

J’ai toujours voulu tenter l’expérience, mais je n’ai jamais osé…

Pourtant, on dit que cette méthode de cuisson à la vapeur fait de petits miracles culinaires. Lasagne, bagels, légumes, poissons et même la dinde (pas sûre) seraient délicieux lorsque cuits au lave-vaisselle.

Alors, c’est aujourd’hui qu’on se lance! Façon de parler, moi j’attends toujours la visite du monsieur du lave-vaisselle…

Commençons par le plus simple: du saumon poché.

Ingrédients

1 saumon nettoyé et préparé

Sel, poivre, aneth et persil

1 carotte pelée et tranchée

1 oignon pelé et tranché

2 cu. à table de céleri haché

Jus d’un citron

1 cu. à soupe de vin blanc sec

Crème sûre et aneth ou sauce hollandaise

Déposer le saumon sur deux feuilles de papier d’aluminium assez larges pour bien emballer en double tous les côtés du poisson. Saupoudrer l’intérieur et l’extérieur du saumon avec l’assaisonnement. Dans la cavité, disposer la carotte, l’oignon, le céleri, le jus de citron et le vin. Plier l’emballage pour en faire une papillotte parfaitement étanche à l’air et à l’eau. Laisser de l’espace à l’intérieur de la pochette pour la vapeur. Placer la papillote sur la tablette supérieure, en s’assurant qu’elle ne touche à aucune pièce du lave-vaisselle. Faire fonctionner l’appareil durant deux cycles complets et vérifier la cuisson. Servir avec la sauce de votre choix.


recette tirée de cooks.com

photo tirée d’internet

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article

 

Mercredi 6 août 2014 | Mise en ligne à 13h15 | Commenter Aucun commentaire

Liège de beauté

Fabric_r4_c2

Depuis que je suis revenue du Portugal, en mai, je meurs d’envie de vous parler de ma découverte.

Là-bas, le liège n’est pas que dans les bouchons et les planchers. On le trouve sous de multiples formes, toutes plus belles les unes que les autres.

Le Portugal est le paradis de cette écorce magique, récoltée sur le tronc des chênes. Partout, des boutiques y vendent des articles fabriqués de cette matière.

Je suis tombée sous le charme, complètement. Parlez-en à mon compagnon de voyage qui me voyait pâmée chaque fois que j’en voyais un étalage.

Traité comme le cuir ou le suède — et aussi durable —, le liège sert donc à fabriquer des merveilles de valises, de sacs à main, de sandales, d’étuis pour ipad, de bijoux, de napperons, bref d’une foule d’articles pratiques et/ou décoratifs.

J’étais gaga des parapluies, mais leur prix m’ont ramenée à l’ordre.

C’est sur un joli bracelet que j’ai finalement jeté mon dévolu. Avec des cordes de liège et des billes de verre. Un souvenir pas cher du tout et parfait pour me rappeler longtemps ce bien beau voyage.

Tout cela pour dire que je n’ai vu nulle part ici ces articles fabuleux. Pourquoi, diantre?

J’aurais envie, tiens, de tout lâcher et d’ouvrir une petite boutique exclusivement réservée aux objets en liège, directement importés du Portugal. Ça ferait un tabac, c’est certain!

Si quelqu’un connaît un endroit où on en trouve dans le coin, dites-le-moi, d’accord?

J’ai vraiment besoin d’un nouveau parapluie.

photo leecork.com

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

publicité

  • My Categories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2014
    D L Ma Me J V S
    « juil    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité