La Tour de Babel 2.0

Mercredi 15 octobre 2014 | Mise en ligne à 13h07 | Commenter Aucun commentaire

Tu te déguises en quoi, mon bébé?

Certains parents font preuve d’une originalité peu commune à l’approche de l’Halloween.

En se creusant les méninges, voici ce à quoi ils en sont venus…

Des idées craquantes pour vous faire sourire ou vous inspirer, c’est selon!

Il manque juste un peu de sauce.

Il manque juste un peu de sauce.

photo pinterest

Chaud devant!

photo pinterest

«L'Halloween me stimule.»

photo pinterest

J'adore!

Capture-d’écran-2013-10-07-à-14.11.19-640x382

Au menu: sous-marin au petit poulet

photos tirées de Pinterest

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

Mardi 7 octobre 2014 | Mise en ligne à 12h27 | Commenter Un commentaire

Les couleurs de Lake Placid

photo cariboutravel

photo cariboutravel

C’est le temps d’aller «aux feuilles» pendant qu’elles s’accrochent encore.

Il est bien sûr un peu tôt pour prédire le temps qu’il fera cette (longue) fin de semaine, mais je me permets ici une suggestion si vous avez envie d’une escapade automnale avec vue spectaculaire sur les montagnes Adirondacks: Lake Placid dans l’état de New York.

Parce que ceux qui ont déjà vu les couleurs de Charlevoix, de l’Estrie et des Laurentides ont peut-être envie de quelque chose de nouveau, sans pour autant se farcir des heures de route… De Granby, il faut compter environ 2h30 pour s’y rendre.

À Lake Placid et autour, les activités sont nombreuses et susceptibles de plaire à toute la famille. Mais prenez pour acquis que l’olympisme est au coeur de cette région qui a accueilli les Jeux d’hiver de 1932 et 1980. Malgré les années, tout tourne encore autour de ce thème.

Il faut d’abord visiter le village même de Lake Placid, en bordure du Mirror Lake, qui a su conserver le charme typique des stations montagnardes, avec beaucoup de bois et d’objets à l’effigie des ours! On y déambule tranquillement, en flânant dans les nombreuses boutiques et les cafés de la rue Principale, où vous entendrez à coup sûr l’accent québécois.

Les restaurants pullulent à Lake Placid. Indien, italien, américain ou français, même les plus difficiles y trouveront leur bonheur.

Soyons honnêtes cependant, l’offre hôtelière, bien que très dense, n’est pas donnée. Du lodge luxueux aux modestes «cabines», il faut fouiller un peu pour dénicher la perle rare. Le Lake House demeure un choix tout à fait respectable. Remis au goût du jour, ce motel rustique offre un bon confort et des balcons donnant sur le lac. Après une longue journée de plein air, on appréciera particulièrement son lounge chaleureux et invitant.

photo lakehouselakeplacid.com

photo lakehouselakeplacid.com

Encore un peu d’énergie avant le souper? Pourquoi ne pas faire le tour du petit lac en pédalo ou en paddle board?

Mais on va d’abord à Lake Placid pour la montagne et les installations sportives qui rappellent le glorieux passé de la ville. En cela, je ne saurais trop vous recommander l’achat du «passeport olympique» en vente un peu partout en ville et qui donne accès à plusieurs sites et activités, à bon prix.

On visitera notamment le centre olympique, dans le village, avant de sauter dans la voiture en direction du Complexe de saut à ski. Encore aujourd’hui, des athlètes s’élancent des deux immenses tours qui surplombent le site. Toute l’année, ces skieurs s’envolent comme des oiseaux très haut dans les airs avant d’atterrir sur un tapis gazonné ou sur la neige. Avec un peu de chance, les visiteurs peuvent assister en direct à ce spectacle, si un entraînement a lieu ce jour-là.

photo shltrip.com

photo shltrip.com

Le site de compétition de luge, bobsleigh et skeleton est aussi à voir. Pour constater de visu l’ampleur des virages et la vitesse que peuvent atteindre ces casse-cou, il est possible de descendre la piste à pied, si aucune compétition ne se déroule lors de votre passage.

Moyennant quelques dizaines de dollars, vous pourrez même vous offrir une courte descente en bobsleigh!

photo Isabel Authier

photo Isabel Authier

Mais on ne peut visiter ce coin de pays sans faire un crochet par le mont Little Whiteface. Une gondole amène les visiteurs vers le sommet où trois choix s’offrent alors à eux: retourner au pied de la montagne par le même moyen, monter vers un autre sommet ou redescendre à pied. Dans ce dernier cas, assurez-vous d’être — très — bien chaussés, car les pistes sont glissantes et abruptes…

On poursuit ensuite notre exploration vers le mont Whiteface, qui s’escalade en voiture le long de la Veteran’s Memorial Highway. Une fois tout en haut, à plus de 4800 pieds d’altitude, on se gare et on traverse à pied un très long tunnel humide creusé dans la montagne, qui débouche sur un ascenseur de fortune lui aussi creusé à même le roc. C’est cette machine qui nous hisse sur 276 pieds jusqu’au sommet, où la vue à 360° sur les Adirondacks est belle à couper le souffle.

photo Isabel Authier

photo Isabel Authier

Si le ciel est dégagé, s’il ne fait pas trop froid et si le vent vous laisse un peu de répit, vous voudrez y passer un long moment à admirer  le paysage et à prendre la mesure du temps, tout simplement.

photo Isabel Authier

photo Isabel Authier

Ce n’est là que quelques suggestions pour occuper pleinement votre séjour. Allez jeter un coup d’oeil sur le web pour trouver ce qui vous convient le mieux!


Un commentaire  |  Commenter cet article

 

Mercredi 24 septembre 2014 | Mise en ligne à 16h01 | Commenter Un commentaire

Des femmes en or

EveLandry_Radio-Canada-1024x682

Je vous l’ai déjà dit: quand j’allume la télé, c’est pour me brancher sur la chaîne HGTV.

En partant du principe que la télévision est un divertissement, je ne me sens pas coupable du tout de regarder des émissions de design, de déco et de voyage qui ne servent à rien d’autre qu’à me divertir. Logique.

En matière de télésérie, La Galère, cependant, avait réussi à capter mon intérêt  — sur le tard, seulement à la 3e ou 4e saison — mais j’ai dû en faire mon deuil l’an dernier. Mes quatre névrosées préférées sont disparues du petit écran à jamais.

Une chance qu’une flopée de femmes encore plus capotées avaient pris la relève l’année d’avant. Depuis, il est absolument hors de question qu’on me prive d’un épisode d’Unité 9. Je l’écoute rarement en direct, de façon à pouvoir sauter les interminables pauses commerciales, mais j’essaie de ne pas trop attendre après chaque diffusion.

Tout le monde s’entend sur le talent extraordinaire des comédiennes qui font vivre la prison de Lietteville. Elles sont à la fois sombres et lumineuses, intenses, naturelles et sans complexe. Certaines scènes sont tellement bien jouées qu’on en oublie presque que c’est de la fiction.

Elle était touchante, la jeune Frédérique Dufort (Léa), cette semaine, dans sa confession à l’avocate. Où donc est-elle allée chercher toutes ces larmes pour rendre la scène plus vraie que vraie? Le métier d’actrice demeure pour moi un grand mystère…

On aime ces personnages de femmes complexes et tourmentées. Des Marie, Suzanne et Élise, toutes en nuances et en réserve. Mais aussi des visages moins connus qui n’attendaient qu’à crever l’écran. Merveilleuses Jeanne et Michelle!

Et même si les gars sont presque des quantités négligeables dans Unité 9, on a toujours hâte de voir quel lapin le psy Steven Picard (Luc Guérin) sortira de son chapeau. Et on se demande encore pourquoi l’auteure a choisi de dévoiler  l’homosexualité du grand boss de Lietteville.

J’essaie de lire le moins possible sur le sujet, histoire de rester «vierge» avant chaque épisode. N’empêche, les questions se bousculent dans ma tête.

Comment Shandy et Jeanne régleront-elles leur relation amour-haine? Quelle sera la vengeance d’Henriette-la-pas-propre à la suite de son éviction de l’unité 9? Le père du bébé de Michelle ne serait-il pas plutôt Monsieur Musique? George l’aumônier défroquera-t-il un jour par amour pour Marie? Et qu’est-ce qu’elle cache, Nancy «Nazi», sous ses regards fuyants et ses joues rougissantes?

Déjà hâte à la semaine prochaine!

Vous aimez Unité 9 aussi? Est-ce que cette série vous intéresse, Messieurs?

Jasons-en! Au bureau, personne n’en parle jamais…

photo Radio-Canada

Un commentaire  |  Commenter cet article

 

publicité

  • My Categories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    octobre 2014
    D L Ma Me J V S
    « sept    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité