La Tour de Babel 2.0

Mercredi 19 novembre 2014 | Mise en ligne à 13h34 | Commenter Un commentaire

Pause gourmande au resto Le Gourmet

le-gourmet

Ils sont de plus en plus rares, les restaurants qui survivent au passage du temps. Il est encore plus rare qu’ils y arrivent sans tambour ni trompette, sans publicité tapageuse, en faisant leur petite affaire loin des feux de la rampe.

Les habitués du restaurant Le Gourmet savent de quoi je parle. Ce bistro roule sa bosse depuis des années. Longtemps tapi dans la petite rue Saint-Joseph à Granby, l’établissement a un jour pris le pari de déménager ses pénates à Bromont. Même pas à Bromont en fait, à l’extérieur du village, dans un coin sombre, comme s’il voulait se faire encore plus discret…

Ne cherchez même pas Le Gourmet sur le web. Il n’y est pas. Pas de site, aucun menu affiché, juste quelques infos de base et des commentaires de clients.

Plus indépendant que ça…

Le Gourmet, c’est Louise au service et à la gestion, et Stéphane aux fourneaux.

Dans un univers culinaire où les chefs sont désormais traités comme des coqs en pâte, portés au rang de stars, avec leur sex-appeal et leurs tatouages à l’avenant, Stéphane Dostie détonne complètement. C’est dans sa cuisine qu’il est bien, efficace et effacé, loin du glamour gastronomique.

***

Je n’étais pas retournée au Gourmet depuis son arrivée à Bromont. Il était temps! En y entrant un récent samedi soir, j’ai adoré ce que j’ai vu. Les proprios ont transformé une bâtisse défraîchie en un cocon chaleureux, décloisonné, empreint de bon goût. Le feu dans l’âtre, les énormes lustres scintillants et l’éclairage feutré mettent illico la table à une belle soirée.

Il n’y a pas de menu à la carte au Gourmet. La formule table d’hôte tient sur une simple feuille, mais offre des viandes et un poisson pour plaire à tous.

Lors de notre passage, tout le monde autour de la table a semblé ravi de son choix. Amuse-bouche salé-sucré à base de chou kale, potage aux asperges à l’huile de truffe, poêlée d’escargots à l’ail rôti avec sa croquette de risotto aux champignons, jarret d’agneau, truite des Bobines, assiette terre et mer, magret de canard, tout était savoureux, joliment présenté et de grande qualité.

Au Gourmet, la tradition veut généralement qu’on termine le repas par une trilogie de desserts. Ce soir-là, on proposait trois petites portions délicieusement inspirées, dont une tartelette citrouille et fromage et un petit chou à la crème parfumée à la banane.

Bon, le service aurait parfois besoin d’un peu plus de légèreté. Les soirs de grand achalandage, la petite équipe a de la broue dans le toupet et on le sent. Mais l’ambiance et la nourriture font amplement oublier ces lacunes passagères.

Il faut compter une quarantaine de dollars par table d’hôte. La bonne nouvelle, c’est qu’on apporte son vin, ce qui limite considérablement l’addition.

Il faut absolument réserver, sous peine de passer en-dessous de la table. Le restaurant est ouvert seulement en soirée, du jeudi au dimanche.

Bref, Le Gourmet est un trésor qu’on revisite sans hésiter quand on a envie de se faire plaisir, sans se presser, en ne craignant jamais d’être déçu.

photo tripadvisor

Un commentaire  |  Commenter cet article

 

Lundi 10 novembre 2014 | Mise en ligne à 11h44 | Commenter Aucun commentaire

Comme la caverne d’Ali Baba

Design

Incroyable de penser que Noël approche. Mais comment diantre tous ces mois ont pu passer aussi vite?

À ma grande surprise, deux cadeaux sont déjà réglés. Deux cadeaux et demi, en fait, car un autre est en préparation. Je ne me rappelle pas avoir été aussi en avance de ma vie.

Mais quand viendra le temps de passer aux choses sérieuses, d’acheter des présents aux femmes que j’aime, je sais déjà où j’entrerai. La boutique Design au centre-ville de Granby possède tout ce qu’on aime : l’embarras du choix, une propriétaire sympathique et un service hyper personnalisé.

Un peu plus et on se croirait dans une boutique de la rue Laurier ou Saint-Denis à Montréal. Normal, la dame y a eu pignon sur rue durant plusieurs années.

Elle y offre des vêtements québécois de toutes les tailles, des bijoux, des sacs à main, une belle gamme européenne de produits de soins, des foulards et même un peu d’articles de maison. Au moment de mon passage, il y avait là une nappe de Noël magnifique, de facture moderne et épurée, qui aurait pu faire des heureuses dans mon entourage, c’est certain.

En découvrant l’endroit, dernièrement, j’ai eu l’impression d’entrer dans la caverne d’Ali Baba. C’est joli et féminin comme tout, décoré avec beaucoup de goût et rempli d’une multitude d’articles. Malgré l’exiguïté des lieux, il vous faudra sans doute un bon moment pour faire le tour du propriétaire. Trop de choses à regarder!

Le meilleur dans tout cela, c’est que les prix sont franchement raisonnables. «On me dit que je ne charge pas assez cher!», a d’ailleurs confié la reine des lieux, devant mon étonnement. Ne changez rien, Madame, c’est très bien ainsi!

J’ai déjà hâte d’aller y choisir mon cadeau d’échange!

Une bien belle découverte à faire dans la rue Court à Granby. Ne vous laissez pas rebuter par la façade un peu bancale; l’extérieur est encore en transition.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article

 

Mercredi 29 octobre 2014 | Mise en ligne à 14h40 | Commenter Commentaires (8)

Diantre, on recule l’heure

reveil

N’oubliez pas de régler vos réveille-matin, dans la nuit de samedi à dimanche, si vous ne voulez pas arriver avant tout le monde à la messe ou, plus vraisemblablement, au restaurant pour le brunch.

Je me souviens encore d’une année où un changement d’heure oublié m’avait fait rater une belle visite guidée printanière de la Grosse Pomme (et pour laquelle j’avais payé). Je me revois debout sur le trottoir en face de l’hôtel, l’air ahuri, à me demander où était tout le monde. «What time is it?» Une heure trop tard, de toute évidence. Je n’ai plus jamais raté un changement d’heure de ma vie.

Passage obligé, le changement d’heure est à mon avis un exercice aussi futile qu’invalidant.

On connaît tous les raisons «économiques» qui auraient poussé les gouvernements à adopter cette pratique bizarre… et pas si économique que ça.

Mais nos corps là-dedans? Et nos esprits? N’ont-ils pas, eux aussi, besoin d’être économisés?

On ne répétera jamais assez les effets secondaires du changement d’heure sur certaines personnes: troubles du sommeil, de l’humeur et de l’appétit, perte d’attention, etc. C’est temporaire, heureusement, mais si peu nécessaire.

Je comprends, à la limite, le changement d’heure du printemps. Mais celui d’automne, alors là, pas du tout.

Vous, ça vous dérange?

D’accord, il fera un peu plus clair au moment d’ouvrir les yeux le matin. Mais PERSONNE n’a envie de voir la pénombre s’abattre à 16h comme une chape de plomb.

Si le mois de novembre est si difficile à traverser pour nombre d’humains, si on le qualifie de «mois des morts», c’est un peu, beaucoup, en raison de cette noirceur hâtive qui nous rend blêmes comme des aspirines.

Je m’ennuie déjà des longues soirées d’été où on s’attarde dehors en attendant la nuit. Ça, c’est la vie!

Alors, on fait quoi pour contrer cette obscurité? On mange coloré et vitaminé, on allume les lumières, on ajuste notre sommeil et on s’invente des activités stimulantes pour ne pas tomber dans la paresse.

Le mois de novembre peut d’ailleurs devenir un excellent prétexte pour une courte escapade. Un week-end à la découverte d’un nouveau coin de pays, au tarif basse saison, ça ne se refuse pas.

Et si, comme moi, vous avez des proches qui ont eu l’idée de génie de naître en novembre, vous êtes assurés d’avoir des occasions de faire la fête.

Chanter «Bonne fêêêêêêête» à tue-tête, manger du gâteau, offrir des présents et voir du monde, ça vous chasse la grisaille, ça, mes amis!

Bon mois de novembre, une heure à l’avance.

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article

 

publicité

  • My Categories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « oct    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité