Nicolas Houle

Archive de la catégorie ‘Général’

Samedi 25 juillet 2015 | Mise en ligne à 10h59 | Commenter Un commentaire

Paléo… et puis la pause estivale

ambiances_ve15_pierredescombes_7742
© Paléo / Pierre Descombes

Immédiatement après le Festival d’été, j’ai mis le cap sur la Suisse, où je suis allé visiter le Paléo Festival. Pas eu le temps de vous en jaser sur le blogue, le temps a filé à toute allure…

Le Paléo fête ses 40 ans cette année. L’événement qui durait du 20 au 26 juillet se compare à Bonnaroo, qu’il a de toute évidence inspiré. C’est-à-dire qu’il a lieu dans un champ, dans la plaine de l’Asse, non loin de Nyon. Plusieurs scènes et chapiteaux sont érigés et dès la fin de l’après-midi, le site s’anime fortement. Il y a des campeurs, qui font le marathon, mais aussi une portion du public qui vient pour des soirées spécifiques. Un nombre de billets journaliers est émis. Il y a aussi une “bourse”, qui permet aux acheteurs de louer leur laissez-passer.

En gros, vous déboursez environ 400$ pour y passer la semaine (le camping est gratuit avec l’achat d’un billet) ou vous y aller un soir spécifique pour environ 75$. Sur les lieux il y a de tout. Je vous invite à lire mon papier d’introduction ici.

J’ai adoré l’atmosphère détendue et bon enfant qu’il y avait. La fierté et le dévouement de ceux qui y travaillent, aussi, car la grande majorité est bénévole. Dans le lot, j’ai rencontré Michel Mik Clavet, un gars de Beauport qui était parti pour faire un voyage en 1990, mais qui s’est barré les pieds là-bas et n’est jamais revenu!

Même s’il affiche complet, on ne se sent pas trop à l’étroit au Paléo et le public a l’habitude de se déplacer d’une scène à l’autre, au fil des représentations, donc pas de longues files d’attente pour un concert. À partir du moment où l’on est sur le site, on n’a qu’à se déplacer où on le souhaite.

Je n’ai pas été présent toute la durée de l’événement, mais j’ai attrapé de bons concerts. Mon favori dans le lot? Sans doute The DØ. Mais j’ai vu un Sting à l’oeuvre en très grande forme, un Ben Harper d’excellente humeur avec ses Innocent Criminals, une Coeur de Pirate qui avait la cote et un Pierre Lapointe en mode piano. Les gars de Kings of Leon ne font pas les choses à moitié, ils sont arrivés avec un imposant dispositif scénique. Il y avait aussi une belle programmation côté musique du monde. Tulegur est parmi mes coups de coeur de ce côté…

C’est sur cette belle aventure que je mets le blogue en pause pour l’été. Je vous retrouve à la mi-août.

Un commentaire  |  Commenter cet article






Lundi 20 juillet 2015 | Mise en ligne à 14h56 | Commenter Commentaires (12)

FEQ: vers une métamorphose?

1035982-ian-gillan-voix-derriere-lui
Le 48e Festival d’été de Québec s’est achevé de belle manière hier, avec le spectacle de Deep Purple. Un show très professionnel, avec un Ian Gillan en voix et des musiciens en grande forme. Il y avait un bel équilibre entre nouveau matériel, les hits incontournables et les pièces moins connues. Ma critique complète ici.

Que retenir de ce festival, au-delà de la température qui a été moins clémente que certaines années? Bien sûr le combat dans l’adversité des Foo Fighters: après la jambe cassée, la nature déchaînée… La performance aura été brève, mais la table était mise pour qu’elle soit mémorable.

Impossible de passer sous silence la grande visite des Stones, qui a rempli ses promesses de foule monstre. À cela, il faut ajouter qu’il y a eu plein de spectacles qui valaient le détour sur les différentes scènes. Pour ma part, outre Purple, j’ai été conquis par les performances de Patrick Watson, un pari risqué, Interpol, ainsi que par Charles Bradley.

Belle idée que l’avènement des concerts Pop-Up FEQ, qui sont venus mettre un peu d’épices sur l’événement. On aurait pris davantage de ce genre d’initiatives.

Sinon, ce qui m’a frappé, c’est qu’on semble avoir atteint le maximum de la formule actuelle du laissez-passer. Si l’on n’a pas réussi à tout écouler en ayant une grille aussi diversifiée, qui comptait des poids lourds comme les Stones et les Foo, c’est qu’il va falloir songer à redynamiser la formule.

On en a déjà causé ici, à près de 100$ le laissez-passer, la relation du grand public avec l’événement n’est plus la même. À 50$, même si on achetait pour un concert, on se disait qu’on entrait entièrement dans notre argent. À 98$, les questions d’attente, de confort, de risque de météo viennent embarquer dans l’équation et brouiller les pistes.

Je crois que le FEQ s’est privé de revenus important en s’entêtant à forcer l’achat de ses laissez-passer, plutôt qu’à émettre des billets de soirée pour différents lieux, dont l’Impérial. On ne se bat pas contre le public, on doit lui donne ce qu’il souhaite et visiblement, on est rendu là. Le FEQ l’avait compris lorsque les festivaliers lui réclamaient des têtes d’affiches internationales. Désormais, une nouvelle réflexion doit s’amorcer pour les organisateurs… Pas simple de gérer un festival grand public comme celui-là…

Comment s’est passé votre FEQ? Et à qui on passe un coup de fil pour la prochaine édition? Radiohead? Alabama Shakes? Muse?

Lire les commentaires (12)  |  Commenter cet article






Samedi 18 juillet 2015 | Mise en ligne à 12h25 | Commenter Commentaires (5)

Qu’est-ce qu’un succès au FEQ?

1035489-patrick-watson

Qu’est-ce qui fait un succès au Festival d’été? Des scènes remplies à en suffoquer, où l’on doit refuser les gens? Ou des sites bien animés, mais où l’on peut librement circuler tout en appréciant ce qui est proposé?

Vendredi soir, à mon sens, les concerts de Patrick Watson et Interpol étaient deux grands succès. La foule était au rendez-vous, le confort aussi.

J’étais sorti avec des amis, en famille. Destination : les Plaines. Comme bien des amateurs de musique, j’étais partagé entre assister au concert spécial de Patrick Watson sur la grande scène et celui d’Interpol au Pigeonnier. J’ai pu, sans mal, apprécier les deux, en plus d’assister à la performance réussie des Barr Brothers.

Oui, il y avait de l’atmosphère, oui, il y avait de l’écoute et oui, la sono était bonne. Mieux, les enfants pouvaient s’amuser entre les concerts, on pouvait aller se procurer de quoi grignoter sans craindre de déranger tout le monde ou de ne pas retrouver sa place; on pouvait même passer au petit coin sans une attente éternelle, s’étendre sur les Plaines et laisser les enfants s’endormir sur nous.

Quand on ajoute à ça que le spectacle est de fort calibre et que la météo est clémente, ça ressemble à une soirée parfaite, en bonne compagnie. À mes yeux, ce n’était pas moins un succès que les passages des Stones, Rammstein ou Metallica, où les lieux étaient bondés…

J’étais parmi les premiers sceptiques à l’idée de voir Watson et son répertoire aérien sur les Plaines. Il s’en est tiré merveilleusement bien, avec un public aussi curieux qu’attentif. Quelle version magnifique de Adventures In Your Own Backyard et quel beau duo avec Charlebois sur Lindberg! Magique!

Je n’ai pas vu le concert en entier, car comme on pouvait également plutôt bien circuler au Parc de la Francophonie, même si c’était rempli, j’y ai passé un bon 40 minutes pour écouter Interpol. Le band était en excellente forme, parfaitement synchro, appuyé par une sono impeccable. Quelle livraison de The New! Mon seul bémol: le chant de baryton du leader, pas toujours juste.

Vous y étiez?

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2011
    D L Ma Me J V S
    « août   oct »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité