Nicolas Houle

Partage

Mardi 12 septembre 2017 | Mise en ligne à 15h01 | Commenter Commentaires (3)

The National: l’usure du temps

Plus les années passent, plus The National est lent à pondre ses albums. Quatre ans se sont ainsi écoulés entre Sleep Well Beast et son prédécesseur. Certes, les musiciens ont été occupés par divers projets parallèles, or on sent que la machine originaire de Cincinnati n’avance plus aussi aisément que dans ses belles années – ce qui ne veut pas dire qu’elle a perdu sa touche.

La troupe continue de creuser le sillon qui est le sien, se reposant sur des orchestrations subtiles, en demi-teintes, sur une rythmique inventive et s’appuyant, bien sûr, sur la voix de baryton caractéristique de Matt Berninger.

Ce dernier chante la réalité de sa génération, le temps qui passe, l’usure des relations amoureuses. C’est fait avec la minutie propre à The National -et même, parfois, avec la fougue presque punk que le band aime déployer à l’occasion.

Il y a d’indéniables réussites (Walk It Back, Day I Die, Guilty Party, The System Only Dreams in Total Darknes), or on sent que The National peine à sortir de sa zone de confort et, lorsqu’il le fait, comme sur l’atmosphérique pièce-titre ou sur Born To Beg, il peine à convaincre, s’enlisant dans la linéarité…


  • Je ne suis évidemment pas d’accord avec votre appreciation mitigée et l’ensemble des critiques que j’ai lu non plus d’ailleurs (avec 85% sur Metacritic pour un 5ieme album majeur en ligne depuis les 12 dernières années)

    Il est vrai que certaines compositions sont moins évidentes et demande une écoute répétée avant de révéler leurs subtilités (surtout celles avec l’incorporation d’électroniques comme la pièce titre)

    Toutefois, aucune des 12 pieces de l’album ne sont inutiles et j’ajouterais que c’est le genre d’album que Radiohead peine à acccomplir (exploratoire tout en étant intense et pertinent) The National est une des meilleures formations américaines et Indie-Rock présentement avec un chanteur et parolier de très haut calibre, une paire de guitaristes originaux dont un s’occupe de la composition de la musique et l’autre des arrangements qui viennnent magnifier le tout ! Sans oublier, la section rhytmique qui est encore un peu l’arme secrete du groupe, surtout en concert ! À constater au Metropolis pour 2 soirs en décembre… mais c’est sold out depuis quelques mois déjà !

  • Je suis amateur de longue date de The National. Le groupe est immensément doué et cet album, comme les autres, le reflète bien. Mais à mon sens, la formation a atteint un sommet avec Boxer qu’elle n’a pas réussi à atteindre de nouveau, peut-être parce qu’elle a décidé de poursuivre dans la même voie de manière répétée. On sent le début d’une volonté d’essayer quelque chose ici, on verra où ça mène. Dans l’intervalle, on s’entend, ça reste une formation qui est au-dessus de la mêlée, et qui vaut la peine d’être écoutée. Quant aux agrégateurs de critiques, ils peuvent être de bons indices, mais ils sont aussi une sorte d’aimant à étoiles ou à cotes (à la hausse ou à la baisse), certains se fiant trop à l’opinion des autres. Il faut donc en prendre et en laisser…

  • Excellente musique, je vais acheter cet album. Merci d’en avoir parlé.

Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2017
    D L Ma Me J V S
    « août    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives