Nicolas Houle

Partage

Mardi 29 août 2017 | Mise en ligne à 11h22 | Commenter Commentaires (5)

Steven Wilson: dose d’airs pop

Lorsqu’il a lancé sa carrière solo, Steven Wilson était arrivé dans une sorte de cul-de-sac avec Porcupine Tree: la formation était allée au bout de l’esthétique prog-métal qu’elle avait préconisée durant ses dernières années d’activités.

Le même phénomène menaçait Wilson : The Raven That Refused To Sing, Hand. Cannot. Erase. et le mini EP 4 1/2 étaient sensiblement issus du même moule: un rock progressif mélodique, ambitieux et cohérent, défendu avec de grands techniciens.

Wilson a la bonne idée de s’en éloigner avec To the Bone, au profit d’une facture pop. Collaborant notamment avec Andy Partridge (XTC), le Britannique traite de la technologie moderne, de l’ère de post-vérité ou encore de terrorisme sans perdre de vue les lignes accrocheuses ou ses racines prog.

Il s’offre de pertinents duos, dont un superbe avec Sophie Hunger (Song of I), intègre des sonorités moins communes chez lui, comme l’harmonica, et explore les possibilités de sa voix de fausset.

S’il opte parfois pour des formules qu’il a touchées par le passé, il ne se tire pas moins d’affaire de très belle manière dans cette art-pop finement exécutée, qui l’a mené en tête du palmarès britannique. Tellement, que la longue Detonation, en fin de parcours, jure presque dans le lot…


  • Vous dites sérieusement qu’il est allé au bout du prog? Voyons donc! Le prog offre des possibilités de combinaisons de styles et de sons beaucoup trop nombreuses pour être jamais épuisées. On ne peut pas dire la même chose de la pop pour laquelle Wilson a toujours eu un intérêt marqué. Il y retourne, c’est son droit. En ce qui me concerne ça n’a aucun intérêt.

  • J’ai beau me relire, je n’ai jamais écrit ça! J’ai écrit que PT était allé au bout de sa phase prog-métal – vous le savez, le band avait connu d’autres phases électro, rock, pop et aurait pu décider d’effectuer un virage, mais a fini par se séparer… Même scénario avec Wilson en solo. Réécoutez ses trois parutions précédentes, elles sont toutes du même moule. Il était dû pour changer d’air. Ça ne veut pas dire renoncer à un style, simplement se renouveler, comme il a souvent réussi à le faire depuis le début de sa carrière et ce virage lui permet d’éviter le surplace. Que vous aimiez la forme ou pas, c’est très bien fait et loin d’une pop superficielle.

  • ‘Steven Wilson était arrivé dans une sorte de cul-de-sac avec Porcupine Tree: la formation était allée au bout de l’esthétique prog-métal qu’elle avait préconisée durant ses dernières années d’activités. Le même phénomène menaçait Wilson : The Raven That Refused To Sing, Hand. Cannot. Erase. ‘

    Je vous relis encore et je trouve que ça veut pas mal dire ce que j’en ai compris. Un cul de sac n’offre pas d’alternatives. Moi je trouve qu’il est allé au bout de rien et qu’aucune menace de ce type ne planait sur lui. Il pouvait tourné à gauche ou à droite dans la veine prog, mais il a juste décidé de complètement changer de chemin. Il aurait pu exploiter un autre type de combinaison et de son prog, il a préféré faire de la pop. C’est son choix, mais ça n’a rien à voir avec le prog en tant que tel, et en tant qu’amateur de prog j’ai le droit de ne pas le suivre sur ce chemin pop mille fois rabattu.

  • C’est sûr que le prog passéiste et pépère des derniers albums n’était pas du tout “mille fois rabattu” lui aussi. Le prog, c’est regarder en avant, pas quarante ans en arrière.

  • C’est vrai que le prog de Wilson était pétri d’influences, mais le gars est comme ça, c’est un geek de la musique. Ceci dit, c’est le mélange de ses influences dans la même oeuvre qui rendait le tout intéressant, et la qualité des compositions était indéniable, de même que la production. Ça demeure une perte, mais il y a tellement de choses intéressantes à suivre reliées à ce genre qu’il peut aller faire sa pop comme ça lui chante.

Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2017
    D L Ma Me J V S
    « juil   sept »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives