Nicolas Houle

Archive, juillet 2017

Lundi 17 juillet 2017 | Mise en ligne à 10h46 | Commenter Commentaires (3)

FEQ 50e: le fil d’arrivée

On a beau trouver que ça fait beaucoup 11 jours de FEQ, ça file à toute allure. J’avais à peine commencé mon festival en douce à Place d’Youville, avec les Barr Brothers, que je me retrouvais dimanche, à renouer avec Muse. Ma tête ne l’a pas senti passer, mon corps, oui, par contre!

Alors, cette cuvée du 50e aura-t-elle était à la hauteur? Assurément. On a véritablement senti que l’organisation a poussé fort pour souligner l’anniversaire et ça s’est traduit sur le terrain. Le grand défi sera bien sûr l’an prochain, car 2017 a beau avoir été une année spéciale, elle deviendra, dans la tête des amateurs, le nouveau point de référence. Qui voudra se contenter de moins après ça?

En haut de la liste: Gorillaz
La grande réussite pour moi cette année est en premier lieu Gorillaz. Peut-être pas une grande évidence pour une frange du public, mais Albarn a conquis la foule le temps de le dire. Quand le show s’est terminé, Gorillaz avait clairement de nouveaux fans. Hormis le leader, le choix des chansons, les arrangements, les interprétations, le visuel, tout a permis de faire de ce concert un moment hautement réussi.

Les promesses tenues : Pink, Metallica, Muse
Il y avait beaucoup de valeures sûres sur les Plaines. Dans le lot, la grande nouveauté était Pink, qui a livré la marchandise sur toute la ligne. Je dois dire que j’étais relativement sceptique face au fameux ballet volant, ça me semblait être une bonne dose de poudre aux yeux plus ou moins utile, mais j’ai été impressionné. Metallica? Ça marche toujours autant. Encore une excellent show, même si on a vu et revu. Muse? Intéressant d’avoir accès davantage au band qu’à la machine dans son ensemble. J’ai apprécié.

Anderson .Paak sur les Plaines - Le Soleil, Yan Doublet

Anderson .Paak sur les Plaines - Le Soleil, Yan Doublet

L’étoile cachée: Anderson .Paak
Tout le monde n’en avait que pour Kendrick Lamar. Il a bien fait, sans donner une show d’exception. Ce soir là, Anderson .Paak, qui le précédait, a été quant à moi la révélation: Il sait tout faire, chanter le funk, la soul ou le r’n'b, en plus de jouer de la batterie, et, bien sûr de rapper.

Les frères Shamus et Ewan Currie, de Bros - Le Soleil, Alice Chiche

Les frères Shamus et Ewan Currie, de Bros - Le Soleil, Alice Chiche

Les grands ensembles: Bros et Bixiga 70
On a eu quelques grands ensembles dans ce FEQ, oeuvrant dans des registres très différents, mais obtenant des résultats aussi heureux. La pop rock vintage de Bros, mâtinée de rythmes sud-américain, livrée avec un grand ensemble de 9 musiciens dont 4 trombones était franchement intéressante. J’ai beaucoup apprécié le grand ensemble festif, quoique engagé, du Brésil, Bixiga 70, qui s’est distingué à Place d’Youville.

Migos au Parc de la Francophonie - Le Soleil, Pascal "le Baron" Ratthé

Migos au Parc de la Francophonie - Le Soleil, Pascal «le Baron» Ratthé

Les chiches : Migos.
Je suis étonné que les fans de Migos n’aient pas manifesté davantage leur déception devant l’offre particulièrement chiche, voire irrespecteuse du band. Plusieurs ont fait la file toute la journée pour espérer voir le groupe, qui lorsqu’on enlève le temps occupé par son DJ, n’a joué que 45 minutes…

Voilà qui ferme les livres sur une partie de l’été pour moi. On se retrouve en août, pour la rentrée culturelle.

Lire les commentaires (3)  |  Commenter cet article






Mercredi 12 juillet 2017 | Mise en ligne à 15h54 | Commenter Commentaires (2)

Le FEQ à mi-parcours

Pink sur les Plaines - photo Érick Labbé, Le Soleil

Pink sur les Plaines - photo Érick Labbé, Le Soleil

Ça roule toujours terriblement vite durant le FEQ. Nous voilà déjà à mi-parcours, avec de bons coups et de moins bons. Petit tour d’horizon.

La valeure sûre
Pink. On se doutait que ce serait excellent. Ce l’était. Son fameux ballet aérien durant So What a été le point culminant et hautement spectaculaire d’un concert varié et coloré, livré de manière impeccable.

La demi-déception
Kendrick Lamar. La qualité du matériel du rappeur était là, tout comme la qualité de ses interprétations. Mais tout seul sur l’immense scène des Plaines, c’était un peu ennuyant. Il y avait des temps morts et, en plus, ce petit froid lorsqu’il a décidé de s’attarder à une petite portion de la foule pas assez motivée à son goût, plutôt que de s’intéresser à la majorité qui était en feu…

La déception
Migos. Musicalement, les rappeurs étaient dans le coup, mais offrir à une foule déchaînée et compacte, qui les attendait depuis des heures et des heures un petit set de 45 minutes? Vraiment chiche.

La découverte
Bixiga 70. Une show dynamique et riche au plan musical, exactement comme on aime en voir à Place d’Youville. Dans un tout autre registre, j’ai passé du bon temps aussi, au même endroit, avec le sympathique bluesman Sugaray Rayford.

À la hauteur des attentes
J’avais bien hâte de voir Bros, vous le savez, j’ai adoré l’album. Un départ un peu lent pour un show extérieur, mais de superbes interprétations.

La surprise
Beaucoup aimé Anderson .Paak, sorte de Bruno Mars à sa manière, qui a, au final, valu davantage le déplacement que Kendrick Lamar quant à moi. Je dois dire que j’ai été surpris, aussi, de la grande efficacité de DNCE.

Lire les commentaires (2)  |  Commenter cet article






Samedi 8 juillet 2017 | Mise en ligne à 15h43 | Commenter Aucun commentaire

FEQ : un spectacle, deux ambiances, au désespoir de Kendrick

Kendrick Lamar sur les Plaines - photo Yan Doublet, Le Soleil

Kendrick Lamar sur les Plaines - photo Yan Doublet, Le Soleil

«Si tu ne participes pas, fous le camp!»

Kendrick Lamar n’a pas fait dans la dentelle lorsqu’il s’est adressé aux spectateurs de la Zone Avant-scène, vendredi, sur les plaines d’Abraham.

Ç’a même créé un certain froid, parce que la foule venue l’accueillir était, au demeurant, particulièrement déchaînée et enthousiaste.

Trop gâté le Kendrick? Pas assez Humble, pour le citer? Peut-être. Mais ce n’est pas d’hier que la disposition de l’avant-scène, sur les Plaines donne lieu à deux ambiances. Cette année, on a même redécoupé la Zone Avant-Scène en deux sections, l’une or, l’autre argent.

Forcément, cette façon de faire, qui est une source de revenus non négligeable pour le FEQ, crée deux ambiances. Il y a d’un côté le public hautement motivé, qui arrive tôt, massé de près, prompt à s’éclater, de l’autre les amateurs un peu plus passifs, qui n’arrivent, généralement, que pour la grande vedette.

Lamar n’est pas le seul à en avoir été dérangé. Je me souviens de Neil Finn, de Crowded House, qui s’avouait un peu désemparé en voyant la foule agglutinée d’un côté et absente de l’autre. Josh Homme, de Queens of The Stone Age avait aussi fait des commentaires en ce sens…

On en a déjà discuté ici, il faudra tôt ou tard que le FEQ songe à une nouvelle façon de faire pour démocratiser l’avant-scène des Plaines et s’assurer d’une ambiance parfaite pour ses vedettes. J’ai souvent évoqué l’exemple de Bonnaroo, où la section entière est disponible à tous, à tour de rôle pour un temps limité, pour ceux qui manifestent leur intérêt et font la file.

Ou encore au Paléo, où on a décidé de faire le VIP et le corporatif sur plusieurs étages, au fond du terrain – dans le cas du FEQ, peut-être que l’option pourrait être envisagée à la place des actuelles loges corporatives…

Qu’en pensez-vous?

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2017
    D L Ma Me J V S
    « juin   août »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives