Nicolas Houle

Partage

Mercredi 18 juin 2014 | Mise en ligne à 12h35 | Commenter Commentaires (2)

Livraison rock: Jack White, Rival Sons, California Breed

Je l’attendais d’oreilles fermes, le nouveau Jack White. J’avais tellement apprécié Blunderbuss, qui tourne encore régulièrement dans le lecteur, que je me demandais s’il saurait être à la hauteur. Eh ben oui. Avec Lazaretto, White garde ses repères, dont sa guitare décapante et son piano tout droit sorti d’un western, mais ajoute de nouvelles touches de couleurs, avec le maintien de voix féminines et l’utilisation de violon. Et il arrive avec une collection épatante de riffs qui vous habitent comme des vers d’oreilles. A-t-il a su surpasser Blunderbuss? Je ne sais pas encore, mais c’est vraiment du bon matériel…

Rival Sons est en ascension constante avec son rock aux inflexions blues. Les boys avaient signé de redoutables albums avec Pressure & Time et Head Down. J’étais curieux de voir où ils iraient avec Great Western Walkyrie. Ils sont restés dans le rock brut, encore plus que sur l’album précédent. Ils ont même poussé plus loin la touche vintage en optant pour un vieux micro grésillant et nasillard, dans lequel s’époumone le toujours hallucinant Jay Buchanan. C’est en fait le seul bémol que j’ai envers cet album. Les pièces sont solides, bien écrites et bien rendues, mais Buchanan a une voix tellement exceptionnelle, que c’est un crime de la camoufler derrière une fausse mauvaise prise de son… Du reste, c’est une excellente dose de décibels. À noter que le band revient dans les parages bientôt: on pourra entendre les gars à Woodstock en Beauce.

California Breed est un peu la surprise dans le lot. Après la fin du supergroupe Black Country Communion, en raison de frictions entre Glenn Hughes et Joe Bonamassa, Hughes a décidé de lancer une autre formation, cette fois en trio, avec Jason Bonham et un jeune guitariste, Andrew Watt. J’ai été soufflé par le talent de Watt et la qualité de l’ensemble. Hughes est parfois trop survolté -on ne se refait pas- mais parfaitement en voix et Watt est franchement doué, sachant très bien manier la six cordes sans en faire trop et sombrer dans la branlette guitaristique. Et les fûts de Bonham font vraiment résonner les haut-parleurs! J’espère avoir la chance d’entendre ça live…


  • J’aime bien Lazaretto, mais ces pièces ont été écrites pour être jouées sur scène. Je ne sais pas ce que ça va donner à Osheaga en août, mais samedi dernier, White a donné un concert dont je vais me souvenir très, très, très longtemps.

  • J’avais adoré les White Stripes, mais un peu moins ses autres projets (Raconteurs et The Dead Weather). En solo, Jack White est revenu avec force et j’ai bien hâte de l’entendre au début du mois d’août en espérant qu’il soit aussi bon qu’à Bonnaroo !

Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2012
    D L Ma Me J V S
    « mai   juil »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité