Nicolas Houle

Archive, mars 2014

Le premier extrait du nouvel album des Black Keys est enfin lancé. Fever a circulé quelque peu dans le Web de manière officieuse avant que le duo ne se décide à le mettre en ligne. Plusieurs se sont interrogés à savoir si c’était véritablement un enregistrement des Keys… D’autres ont manifesté leur déception…

Nul doute qu’il s’agit des Keys. Un son résolument vintage, en particulier du côté de la basse -à la limite d’être saturée- et des claviers, un Auerbach bien en voix, défendant ses mélodies comme il en a l’habitude. On nous offre même un pont, question que la pièce change quelque peu d’atmosphère.

Mais où est la guitare? Premier élément qui peut étonner, la six cordes, qu’Auerbach sait toujours faire sonner, est terriblement discrète. Ensuite, on a l’impression que le groupe fait dans la retenue, n’affichant pas beaucoup de ferveur pour le tempo privilégié, si bien qu’on se retrouve avec une chanson qui semble vouloir être mordante, mais qui reste polie.

Les changements ne sont pas un mal, au contraire, surtout venant d’un band qui n’a pas jamais prétendu réinventer la roue. Ce qui déçoit ici, c’est qu’on a l’impression d’avoir des Keys qui font du Keys, mais en se forçant pour être pop et se faufiler sur les ondes radio. Ça passe plus ou moins bien.

Même le mixage est discutable, avec le clavier très à l’avant-plan et la voix pourtant assurée d’Auerbach passablement en retrait.

Pas mauvais, mais pas transcendant. Mettons seulement que les Keys, qui avaient la touche du roi Midas depuis quelque temps, ne se distinguent pas ici.

Ça vous plaît?

La suite viendra avec l’album Turn Blue, le 13 mai.

Fidèles à leur façon de se mettre en marché de manière virale et originale, les deux gars étaient passés par le boxeur Mike Tyson, qui avait mis le singulier clip ci-dessous dans son compte Twitter…

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






Jeudi 20 mars 2014 | Mise en ligne à 12h21 | Commenter Commentaires (20)

Pono: embarquez-vous dans l’aventure de Neil Young?

Outre le triste accident qui s’est soldé par le décès de trois personnes, la cuvée 2014 de South By Southwest aura retenu l’attention par le lancement officiel Pono. Le Pono? C’est plus qu’un engin qui se prête à toutes sortes de jeux de mots discutables. L’idée, qu’on doit à Neil Young, est simple: proposer un lecteur portatif qui permet la lecture de fichiers musicaux de haute qualité.

Une brochette impressionnante d’artistes soutient l’initiative. Les musiciens n’ont, en effet, que de bons mots pour ce qu’ils ont entendu. Enthousiasme excessif? Je ne crois pas. Curieusement, depuis l’avènement du numérique, la qualité sonore de ce qui a été proposé aux consommateurs n’a eu de cesse de se détériorer. On n’a qu’à entendre quelque chose d’enregistré sur DVD-audio (DVD-A) ou sur Super Audio CD (SACD, où la courbe est semblable à celle du modèle analogique) pour constater ce qu’on manque. Young et son équipe font une analogie intéressante en comparant l’écoute d’un MP3 à l’écoute de la musique lorsqu’on est en dessous de l’eau.

Or voilà, si la technologie a progressé, l’accès à ces fichiers de qualité demeure difficile et, trop souvent onéreux. C’est là que l’initiative de Neil Young devient intéressante: pouvoir écouter des fichiers FLAC, sans perte de qualité, avec, comme plancher, la qualité CD et, au sommet, la résolution ultra haute (192 kHz/24 bit). D’autres types de fichiers, comme les WAV, peuvent aussi être lus. Le baladeur peut être branché dans votre salon ou votre radio d’auto et bien sûr, être transporté sur vous. On peut y stocker 128 Go – la moitié par carte microUSB.

dfaebd67ddf239b4ba87ea015f89d233_large

Deux irritants d’importance, toutefois: si vous voulez avoir accès aux fichiers de très haute qualité que vendra Pono, faudra bien évidemment débourser de nouveau. Ça n’a que peu d’incidence si vous voulez vous concentrer sur de nouveaux albums, c’est moins amusant si vous voulez renouveler votre discographie, quoique les fichiers allant de 15$ à 25$ apparaissent nettement plus abordables que les SACD…

Quant à l’autre, c’est la forme même de l’objet: triangulaire, à la manière d’une barre de chocolat Toblerone. Pas super pratique dans une poche, mettons. Cela dit, faut bien faire quelques concessions pour avoir de la qualité.

Le Pono a jusqu’à maintenant généré des avis partagés, surtout en raison de ses lacunes ergonomiques. N’empêche que quelque 13 000 supporters enthousiastes ont permis d’amasser pas moins de 4,4 millions$ sur le site de socio-financement Kickstarter. Pas rien quand même. Il ne reste que quelques dizaines d’unités encore disponibles. Il faut dire qu’on peut obtenir des Pono à 300$, soit 100$ de moins que le prix de lancement prévu, ainsi que des éditions limitées, signées par des artistes.

Je suis encore à me demander si je vais plonger. Depuis que mon lecteur MP3 s’est retrouvé dans la laveuse, j’ai sorti mon vieux lecteur MiniDisc et je réalise encore plus à quel point ma musique sur MP3 -un format contre lequel j’ai toujours pesté- sonnait mal…

Songez-vous à suivre la voie tracée par Neil Young?

Lire les commentaires (20)  |  Commenter cet article






Jeudi 13 mars 2014 | Mise en ligne à 9h22 | Commenter Commentaires (9)

Rockfest: faire taire ses détracteurs

715922-weezer-plaines-abraham-9-juillet

J’ai rarement vu un festival avoir aussi mauvaise presse que le Rockfest l’an passé. Musiciens pas payés, logistique déficiente, accueil laborieux, navettes absentes, problèmes à la billetterie, terrains de camping non réservés, manque d’eau, annulations et j’en passe. L’événement de Montebello semblait avoir tout fait pour saboter sa croissance.

Comment rebondir après pareil échec? En muselant ses détracteurs. Et comment museler ses détracteurs? Avec, d’abord, une programmation béton. Puis en allant se chercher des alliés crédibles pour réparer les pots cassés. C’est exactement ce que les organisateurs ont fait.

112751-mike-inez-sean-kinney-jerry

Tout de même, réunir les Blink 182, Mötley Crüe, Weezer, Alice In Chains, Megadeth, Billy Talent, Primus et Mastodon, c’est déjà pas mal. Ajouter les NOFX, Five Finger Death Punch, Cypress Hill, A Day To Remember, Danzig avec Doyle, The Gaslight Anthem, Joan Jett, Reverend Horton Heat et Fishbone, ça devient costaud. Et il y a une foule de bands punks, dont des vétérans bien connus tels Reel Big Fish, Strung Out, Guttermouth, Black Flag, Misfits, Dead Kennedys, Henry Rollins et Suicidal Tendencies.

Sympathique aussi qu’on soit allé chercher le band pré-Simple Plan Reset, qu’on ait ramené Anonymus avec Marco Calliari et qu’on ranime les Sainte Catherines, sans compter les bands de Québec Dance Laury Dance et Mute.

Quant à la production et à la logistique, comme c’est 3E, compagnie jumelle du FEQ, qui sera en charge, on peut s’attendre à ce qu’une majorité d’irritants disparaissent. Bref voilà une belle manière de rebondir.

Reste juste à voir juste à quel point le public sera prêt à mettre le cap sur Montebello en grand nombre, le lieu en soit, loin des grands centres, demeurant discutable pour certains… Y serez-vous?

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mars 2014
    D L Ma Me J V S
    « jan   avr »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives