Nicolas Houle

Partage

Mardi 16 juillet 2013 | Mise en ligne à 11h54 | Commenter Commentaires (15)

FEQ 2013: une des très bonnes années

717274-humaniste-stevie-wonder-ailleurs-permis

Dommage que le FEQ se soit cassé les dents avec sa stratégie de mise en vente, qui l’a mené à un premier déficit en 12 ans, car il avait une excellente programmation. L’une des meilleures qu’il m’a été donné d’apprécier en 15 ans. De quoi parler, comme Stevie Wonder, du 13, de 2013, comme d’un chiffre chanceux.

J’ai rarement été aussi occupé à pondre des papiers et à courir les entrevues ou les nouvelles le jour, puis à animer Twitter et à écrire les critiques le soir que cette année. Aussi, le blogue a été un peu laissé en plan. Désolé si je vous ai négligés.

J’ai déjà pondu un bilan sur le FEQ, que vous pouvez lire ici. À noter que, comme il avait été avant la performance de Stevie Wonder, il aurait dû être inclus.

Je vous propose mon FEQ en une série de qualificatifs pour quelques-unes des 33 performances auxquelles j’ai assistées.

Le spectacle le plus historique?
Stevie Wonder, sans l’ombre d’un doute. Des frissons? J’en ai eu tout plein, en particulier quand Stevie a retiré ses lunettes, ému. Tout à coup, on s’est presque senti intime. Non seulement c’était incroyablement bon au plan musical, mais il y avait un contenu humaniste et politique. Une communion, véritablement, qui marquera l’histoire du FEQ.

Le plus emboucané?
Wiz Khalifa. Je ne suis pas le plus grand fan de hip hop, mais Wiz, qui marie le genre avec la pop, a fait un super bon show. Relax, bien rodé et bien monté. Et oui, il fait l’apologie du pot. Un show en odorama.

Le plus rock?
Les Black Keys. Diable que ça sonnait! Depuis leur dernier passage, les gars sont encore plus à l’aise sur scène. Livraison impeccable, avec un excellent choix de chansons – quoique mal servi par les relais de la sono, un peu décalée, selon certains.

Le plus délicieusement grinçant?
The Raveonettes. J’ai adoré pouvoir enfin voir le band à Québec sur une scène idéale pour lui: L’Impérial. Ici encore, une décharge sonore réjouissante, où les plus belles harmonies avaient pour double une distortion grinçante. On en redemande.

Le plus intime?
Dom La Nena. Moment magique en début de festival, quand la jeune musicienne s’est pointée seule sur les planches. En moins de deux, elle avait la salle dans le creux de sa main. Tout le monde retenait son souffle pour apprécier son répertoire feutré.

Le plus plate?
MGMT sur les Plaines. Autant j’aime le band sur disque, autant le groupe est arrivé avec spectacle formidablement ronflant. Une occasion ratée d’élargir son bassin de fans.

Le plus rythmé?
Tiësto. Facile de tomber dans la redite en musique électronique. J’ai été étonné de voir à quel point Tiësto sait ratisser large. En plus, pour le visuel, il est doué, même si la pyro n’avait parfois rien à voir avec ce qu’il jouait.

Le plus décevant?
Guns N’ Roses. Les gars avaient l’occasion de véritablement renouer avec les fans qui les ont désertés au fil des ans. Certes les musiciens de Axl Rose sont très solides, mais le show était très mal bâti et a pris plus d’une heure à lever. Pire, la voix d’Axl, sur une chanson sur deux, était un bruit désagréable, pas toujours juste. Seuls les fans loyaux ont apprécié.

Le plus nostalgique?
Évidemment, le doublé Foreigner-Def Leppard. Vraiment, on se serait pensé dans les années 80. Les boys ont bien fait ça, qu’on aime ou pas.

Le plus prometteur?
Bruno Mars. L’Américain nous a démontrés que, s’il continue de bien placer ses billes, il pourrait être le prochain Michael Jackson.

Et vous, à quoi ressemble votre bilan?


  • Il fallait ne pas aimer beaucoup la musique (ou n’en aimer qu’un genre) pour ne pas trouver que la programmation cette année était excellente.

    Malgré le fait que je suis allé voir 37 spectacles complets, mon seul regret est de ne pas avoir pu me cloner car j’en aurais pris d’autres, surtout en salle. Et je n’ai passé que trois soirées sur les Plaines, préférant les plus petites scènes.

    Mes coups de cœur : voir enfin Belle and Sebastian, même si leur spectacle n’était pas parfait; Father John Misty et The Black Keys; Lisa Leblanc, Bernard Adamus, Keith Kouna; Groenland; LP et bien sûr Stevie Wonder.

    J’ai aussi beaucoup aimé voir et entendre certaines légendes trop méconnues : Dr. John, Emmylou Harris et Booker T. Jones.

    Même RUSH, qui avait quelque chose de nouveau et de pertinent à nous offrir. Bon, le tout a pris subitement fin, mais au moins, nous en étions à la dernière chanson du nouvel album ! À ce propos, après Mastodon l’an dernier, ça devient un peu moins rassurant de se procurer un billet relativement coûteux pour un seul show à l’extérieur… On attend de connaître la météo pour Paul ??? ;)

    Sans méga-vedettes, le FEQ n’a pas vendu tous ses macarons (on devrait dire bracelets maintenant), mais je préfère une distribution plus équilibrée à des Plaines qui débordent pour un ou deux soirs. D’ailleurs, je me demande combien de personnes n’ont pas acheté leur passe parce qu’ils en avaient assez de vivre la précarité sur ce site (la population de Québec ne rajeunit pas !)

  • Je ne suis pas d’accord avec toi, mais alors là pas du tout. Tu ne peux pas blâmer les faibles ventes de laisser-passer sur la mauvaise façon de les distribuer et sur le fait que les gens devaient acheter leurs bracelets sans connaître la programmation, parce que c’est faux.

    Juste avant le festival, il restait des bracelets et tout le monde connaissait le programme. Ceux qui ont choisit de ne pas acheter de bracelets l’ont fait en sachant pertinemment ce qu’ils allaient manquer. S’il est resté des bracelets, c’est à cause de 2 raisons:
    1-La programmation était plus faible que par les années passées;
    2-Le prix était plus élevé;
    3(corollaire)- le rapport qualité/prix était plus bas.

    Si dis que les ventes ont été faibles à cause du SNAFU sur la façon de les vendre et la date de mise en vente, c’est comme si tu blamais les annonces télé pour un produit de basse qualité que tu essaies de vendre trop cher.

  • @elvince On ne peut pas toujours être d’accord, ce serait bien plate. Mais es-tu allé au FEQ cette année pour écrire ça? J’ai amplement expliqué les raisons pour lesquelles la vente de laissez-passer a foiré ici (http://tinyurl.com/pl8r66j) alors je n’y reviendrai pas. Le problème, c’est que les visiteurs «casual» ont décidé de se passer du FEQ cette année en se disant qu’au pire, ils prendraient des billets d’un jour. Y’en a pas eu… Cela dit, je ne crois pas qu’un maniaque de musique en tous genres puisse prendre cette grille-là, la comparer avec les autres années et la juger faible. On a parfois la mémoire courte.

  • Je pense que Danny et moi, on s’est pas mal suivis pendant les 11 jours du Festival, même si je n’ai vu que 36 prestations. ;)

    Tout d’abord, je suis heureux de la tournure des événements. Malgré tout le braillage qu’on a entendu dans les mois qui ont précédé le Festival, une fois celui-ci démarré, on a eu du fun. Beaucoup de fun. Cette année plus que jamais, les festivaliers présents se sont approprié le FEQ, ont participé aux spectacles, chanté, dansé, tapé des mains… souvent spontanément, sans que l’artiste ne sente le besoin de nous demander quoi que ce soit. Même dans le coin des ma tantes sur les Plaines, où j’ai été condamné deux soirs parce que mes enfants sont encore trop jeunes pour vivre un festival de plus près, ça participait. Les gens étaient même debout pour Stevie Wonder. Ça, ça m’épate, compte tenu de la moyenne d’âge.

    J’ai réalisé des rêves (Belle and Sebastian, Wonder), j’ai fait des découvertes (LP, à surveiller, Kouna, David Marin), j’ai ri (Katerine), j’ai pleuré (Lisa, Cormier, Wonder), j’ai dansé (Wonder, Socalled, Balkan Beat Box, Solange), j’ai mangé deux ou trois tonnes de briques dans la face (Black Keys, Gros Mené, Jon Spencer), j’ai chanté (Karim, Cormier, Lisa, Adamus, Katerine, les Trois accords). J’ai manqué de sommeil et j’ai perdu une bonne dizaine de livres (ça ne changera pas grand chose dans mon cas).

    Alors, mon bilan personnel est plus que positif.

    Pour le reste, j’espère que le FEQ maintiendra le cap. Aux gens de comprendre que personne ne les force à acheter leurs laissez-passer à l’aveugle, ils peuvent attendre le lancement de la programmation. Les fans les plus fidèles s’occuperont de faire de la prévente un succès.

    ***

    Je sais que ça a déjà été tenté, mais pourquoi ne pas programmer des spectacles sur les Plaines au début de l’après-midi la fin de semaine? Oui, je sais, ça compliquerait les tests de son des artistes de la soirée, mais il y a sûrement moyen de s’arranger! Si Bonnaroo est capable d’avoir des shows de midi à minuit sur What Stage, je ne vois pas ce qui empêcherait le FEQ de faire deux blocs de spectacles par jour.

    Là, on pourrait y attirer des groupes qui ne rempliraient pas les Plaines en soirée, mais qui pourraient attirer plus d’une dizaine de milliers de fans. Certains groupes s’y prêtent bien, il y en a même qui préfèrent jouer en après-midi. Je vois très bien des Edward Sharpe and the Magnetic Zeros un samedi à 13 heures ou Bon Iver un dimanche en fin d’après-midi (oui, Bon Iver en fin d’après-midi… je l’ai vécu et c’est magique). Je nomme des groupes indé parce que c’est ce qui me branche, mais on aurait pu y mettre Bad Religion cette année au lieu de les faire jouer dans une boîte à sardines en même temps que la soirée hip hop.

    On jase, là.

    J’ai déjà hâte à 2014. Prêt pour la prévente.

    C’est une solution qui aurait le mérite de coûter moins cher que l’installation d’une nouvelle scène, même si elle demanderait une certaine adaptation. Et beaucoup de patience, parce que ça ne marcherait probablement pas super bien la première année.

  • Et en effet, cette programmation, elle était en béton. De loin supérieure à 2011 et 2012.

  • Programmation avec beaucoup de profondeur. Il n’y a pas que les Plaines dans la vie! La preuve, il y avait beaucoup de monde partout, même à l’Impérial où j’ai manqué Louis-Jean Cormier parce qu’arrivé trop tard.

    Meilleur show? The Raveonettes. J’ai encore mal aux oreilles.

    C’est cute les grosses vedettes, mais les artistes actuels restent plus intéressants pour un vrai fan de musique.

  • Mais non Nicolas.
    je suis le festival assidument depuis 1981-82 (là , tu vois que je ne suis plus jeune… ;-)
    C’est une année ordinaire.
    Et c’est vraiment une année ordinaire.
    Rend toi à l’évidence et reviens sur terre. (*allo bruno Mars ???) .
    Ordinaire: Il s’est vendu 140 mille laissez-passer plutôt que 170.
    Moi même je n’ai rien acheté. rien.
    Le meilleur show ? Il était gratuit: Booker T.
    Même le Soleil n’en a pas parlé.
    Même le Soleil a passé à coté pour plutôt couvrir la platitude des Fusils et des Roses où tout le monde s’est emmerdé.
    Ordinaire, je te dis: Rien d’éclectique, de surprenant (sauf peut-être les raveonnettes que j’aurais aimé).
    Une année platte et prévisible et ennuyante avec des valeurs sûres plutôt que sures
    (la pognes tu ?) .
    une chance qu’il y avait Booker et Katerine .

  • @Nicolas: Je ne suis pas allé au FEQ, parce que je n’avais pas de laissez-passer, parce que quand j’ai vu la programmation, je me suis dit que ça ne valait pas la peine. C’est la première année depuis 2007 (quand je suis revenue à Québec après quelques années passées à l’extéreur du pays) que je n’achetais pas mon laissez-passer.

    Je n’ai pas passé mon mon tour à cause du SNAFU que je n’ai pas acheté de bracelet. Il y en avait encore en vente, j’aurais pu m’en acheter un si j’en avais voulu un, mais je me suis dit un gros gros “Bof”. Il faut croire que je ne suis pas le seul, car il y a quand meme 30 000 personnes qui avaient acheté un bracelet l’an passé et qui ont passé leur tour cette année.

    Dans ton lien (http://tinyurl.com/pl8r66j) tu dis qu’il y a 3 raisons, mais en fait c’est une seule: mauvaise publicité. C’est pas la date de mise en vente, ni la date de dévoilement qui vont faire une différence. Les inconditionnels vont acheter leurs bracelets à la date de mise en vente, les mous vont attendre de connaitre la programmation et acheter selon qu’ils aiment ou non.

    Les gens qui commentent sur ton blog vont faire du “confirmation bias”, autrement dit, si tu te fies aux commentaires que tu vas recevoir ici, tu vas penser que tout le monde est très heureux de la programmation du FEQ, mais un blog sur la musique et la culture est un microcosme qui va naturellement tendre à aimer la programmation du FEQ peu importe qu’elle soit bonne ou pas, et ceux qui n’ont pas aimé vont en général ne pas venir comenter ici.

    Mais au final, il reste que 30 000 personnes ont voté avec leurs pieds. Ils ont trouvé l’an passé que le programme valait le prix d’entrée mais pas cette année. Blâmer la façon de vendre les billets c’est jouer à l’autruche à mon opinion.

  • Oui une bonne programmation cette année,je n’ai vu que s.wonder et les 2 premiere partie (bravo stevie) je crois que plusieurs en ont assez de faire le ‘bétail’ au soleil et d’être prisonnier coincé pour un 4 hr a subir l’impolitesse de certains…
    en passant the eagles étaient au festival du saumon a terre-neuve ce week-end….on a échappé le poisson? ;-)
    une brique pour les gens de la sono,beaucoup trop de sub-basse qui donne un son brouillon….avez vous entendu les 2 guitaristes de stevie?Et que fait cette grosse tente de 3 étages au centre sur les plaines,15 personnes assis la qui bloque la vue a 50,000 clients….pas fort…
    cette année j’ai découvert le festi-voix de trois rivières,très bien organisé,pas cher et les gens sont super cool! je vous le conseille.J’ai eu plusieurs commentaires négatifs de gens de la bas sur le festival de québec et j’avoue que j’était d’accord avec eux,ca peut expliquer un peu la baisse de vente de bracelets…

  • @ jacquesboivin

    Ce serait une bonne idée que de mettre des groupes la fin de semaine en après-midi sur les Plaines, même si je suis probablement encore plus sceptique sur les chances de réussite, y compris à moyen terme… et, même personnellement, est-ce qu’on passerait le cap des 40 prestations ? On prendrait probablement un break le lundi !

  • Je récidive !
    En fait le festival est victime de son succès.
    Les deux ou trois dernières années , on a vécu les champs surpeuplés, les filles ou les gars qui p…. à terre, les gros bras qui menacent de casser la gueule à un quelconque voisin parce qu’il a photographié l’opération, (essayez de vous concentrer sur le show pour voir…) , les clowns qui tiennent leur iPhone en l’air plutôt qu’écouter…
    Il faudrait piler sur tous ses voisins pour aller écouter Richard Desjardins…
    Et finalement, même si tu as ton bracelet , tu te feras refuser, la place est overcrowded ….
    En fait. résumons:
    Un show en plein air ça peut pas avoir la même valeur qu’un show en salle …
    la température…le public non-initié qui parle ou qui gueule tout le temps parce qu’il ont été invité par un commanditaire quelconque, etc….même pas sûr de pouvoir y entrer…

    non ?

    En tout cas, moi je «back» et j’attends une couple d’année pour voir…
    Et je mets mon argent sur quelque shows ou concerts en salle,
    c’est pas mal mieux …

  • Demain soir, ce sera la soirée de Paul. Voilà peut-être une autre raison sur la baisse de vente de bracelets car certaines personnes ont sûrement fait un choix entre le FEQ et Paul. D’une certaine manière, une façon d’avoir un billet journalier.

    Si McCartney avait fait le FEQ, les laissez-passer ce seraient peut-être tous vendus et le FEQ aurait pu vendre des passes journalières.

    Le revers de la médaille, c’est que les bracelets se seraient envolés vite pour un seul artiste. Et je n’aurais pas aimer être un artiste qui ce serait produit le même soir que lui. Il y aurait eu plus de monde que la capacité du site (dans le genre de la soirée Metallica).

    D’ailleurs, cette année-là, les gens ne trouvaient pas la programmation poche car il y avait ce groupe et Elton John. En ajoutant une ou deux méga-vedettes et il ne semble ne plus y avoir ce problème contrairement à la programmation plus équilibrée de cette année.

    Mais ces méga-spectacles ont dû rebuter bien du monde (les gens quittaient par centaines avant même le début du show).

    Vrai que la programmation était très bonne cette année, mais les attentes de beaucoup étaient très fortes envers des méga-groupes qui ne pouvaient pas venir.

    La grande diversité des genres musicaux (hip-hop, métal, folk, rock commercial ou non, pop, franco, musiques du monde, blues, etc.) fait qu’il faut avoir de plus en plus une bonne connaissance musicale pour pouvoir apprécier une telle programmation. De plus, il y a de nombreux groupes peu connus et/ou qui débutent, mais ça ne veut pas dire qu’ils ne sont pas intéressants à voir.

    @ rodlemeg

    Moi aussi je préfère aller voir des spectacles en salle, mais le coût de 11 jours de programmation FEQ équivaut à un billet moyen en salle (il y a aussi des spectacles en salle pendant le FEQ, mais on est pas toujours assis).

    Même si le coût a beaucoup augmenté ces dernières années, on est encore loin de bien d’autres festivals de musique en plein-air et le FEQ partait d’un si bas prix…

  • Autre point fort du FEQ : il permet de nous amener de la belle visite, soit des groupes qui ne viendraient jamais à Québec sinon. Raveonnettes (et tant d’autres) à Québec sans le FEQ ? Peut-être, mais pas sûr..

  • Mon intervention ne concerne pas le coût.
    la passe du FEQ ne coute que le prix d’un seul billet en salle. C’est pas cher.
    Mon point c’est que le FEQ ne fait que de la chasse au gros nom. Mon je fais partie des curieux . les gros noms, rien à cirer.
    Dans le passé, les programmateurs avaient plus de culture musicale que maintenant…
    là je deviens pas fin, et je m’arrête…

  • Les gens, dans la grande majorité, préfèrent les gros noms et vont sur les Plaines. À Québec, les gend aiment le top 40 (et les gros groupes de métal). Ces dernières années, le FEQ a suivi et même essuyé des critiques de plusieurs qui trouvaient que les gros noms n’étaient pas assez gros ou qu’ils n’étaient pas à leur goût.

    Je pense qu’il y avait assez de bons groupes ailleurs que sur les Plaines (je n’y suis allé que 3 soirs sur 11). On pouvait se faire un bon itinéraire juste en allant à l’Impérial. D’ailleurs, il manquait souvent du monde pour aller les voir.

    Mon côté curieux a été rassasié : je ne connaissais pas ou peu une bonne partie des groupes que je suis allé voir et je n’ai pas été déçu.

Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2011
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Archives

  • publicité