Nicolas Houle

Partage

Dimanche 7 juillet 2013 | Mise en ligne à 12h41 | Commenter Commentaires (6)

FEQ: la question franco, l’audace et les râleurs

712951-huit-musiciens-augmentes-quatuor-cordes

Déjà le jour 4 du Festival d’été. Diable que ça passe vite. Comment se passe votre FEQ jusqu’à maintenant? Très bien pour moi. Certes, ma soirée d’ouverture avec Belle and Sebastian a été une énorme déception. En revanche, moi qui ne suis pas un grand amateur de rap, j’ai passé du très bon temps avec Wiz Khalifa et le Wu-Tang Clan, et j’ai adoré ma soirée avec les Keys, qui j’ai achevée avec le fougueux trio The Joy Formidable.

Au lendemain de la soirée d’ouverture, j’entendais des gens pester contre le traditionnel concert francophone des Plaines. C’est devenu la norme de chialer contre le franco. Comme si, parce que c’est en français, ce devrait être mauvais, un raisonnement ridicule. Des ratés, il y en a en anglo comme en franco: Belle and Sebastian, qu’on attendait impatiemment, est loin d’avoir livré la marchandise au Pigeonnier. Par contre, je suis persuadé que si on avait mis Louis-Jean Cormier là, plutôt qu’à l’Impérial, où on a refusé beaucoup de monde, ç’aurait été un grand succès.

Il y a du contenu francophone bien actuel, qui peut séduire même ceux qui ne le suspecterait pas. Or si on ramène les idoles d’hier -aussi respectables soient-elles- dans une formule ronflante, c’est certain qu’on ne servira ni la cause du franco, ni celle des artistes, ni même celle du public friand de cette branche de la chanson d’ici. Certes, c’est un défi de remplir les Plaines avec du franco et il faut rivaliser d’imagination, or si on ne peut le faire, qu’on le distribue alors de manière équitable sur les autres scènes…

Le FEQ, qui tend à être conservateur du côté des Plaines, a eu un peu de mal à puiser dans le bassin des vedettes incontournables cette année. Résultat? On a quelques brises d’air frais. Wiz Khalifa -parmi les artistes les plus demandés au Festival- est du nombre. J’ai adoré son passage. La foule aussi. Ça prenait un brin d’audace pour programmer une soirée hip hop sur les Plaines, chose qui ne s’était faite qu’à de rares occasions (Kanye West, Wyclef Jean). Un bon coup de la part du FEQ de l’avoir fait.

Quant aux Black Keys, on devinait, en 2011, que le FEQ avait fait un essai en les invitant sur la grosse scène. Au lendemain du concert, j’ai senti les organisateurs moyennement satisfaits de la foule obtenue. Tellement que je ne m’attendais pas à revoir le band. Or le festival a décidé de renouer avec le duo et il en a récolté les dividendes: la plus grosse foule en trois jour sur les Plaines. Comme quoi on peut “éduquer” l’oreille du public. Après tout, les Keys ne sont pas des débutants. Ils ont quand même 7 albums en poche…

Enfin, les Keys ont muselé les éternels râleurs qui se disaient déçu parce que le groupe était déjà venu au FEQ. Un bon show, donné par un band pertinent, qui est au sommet de son art, ça vaut toujours le détour. Qu’importe si la formation était en ville 2 ans auparavant. Ceux qui râlent devant le retour de McCartney, 5 ans après sa dernière visite, devraient en prendre note.


  • Je vous ai trouvé dur avec Belle and Sebastian, qui ne l’a pas eue facile. La pluie et les deux premières parties n’ont pas aidé. Mais je crois qu’ils auraient dû adapter leur setlist un peu. Jouer un B-Side d’un EP qui n’a pas particulièrement été un gros vendeur, faut avoir du culot (Your Cover’s Blown, dont j’avais complètement oublié l’existence, se trouve sur “Books”).

    Quand le Festival (et le public) prend des risques, c’est payant la plupart du temps. Je suis content de la belle foule sur les Plaines les deux derniers soirs.

    Quant à la question franco, la plupart de ceux qui se plaignent ne se doutent même pas de l’existence d’une musique francophone de qualité. Les Cormier, les Ouellet, les Katerine, les Adamus, ils ne les connaissent pas. Pour eux, une artiste “émergente”, c’est Coeur de Pirate, qui joue une fois l’heure à la radio, à un point tel qu’elle est déjà brûlée. Pour eux, le franco, c’est une dizaine d’artistes hyperdiffusés. Le reste n’existe pas.

    En passant, je parierais que Louis-Jean Cormier s’était fait offrir le Pigeonnier, mais qu’il n’a rien voulu savoir savoir. Le pauvre bougre est probablement encore traumatisé de son dernier passage, avec Karkwa, en même temps que… Rammstein. Ça avait été difficile. L’année suivante, Karkwa avait donné un show mémorable à l’Impérial. Comme l’a été celui de Louis-Jean vendredi.

  • M. Houle, je suis l’un de ces “râleurs”, mais vous rapportez faussement nos propos exprimés au cours de la dernière année.

    Personne n’a de problème à ce qu’un bon band revienne aux 2 ans. Les gens n’ont pas critiqué le FEQ sur la venu des Keys pour cette raison.

    Le problème est que, l’an dernier, quand Iron Maiden s’est offert pour faire les Plaines (qu’il aurait rempli encore une fois assurément), le FEQ a refusé en donnant comme raison officielle que leur politique est de ne pas ré-inviter un même groupe s’il n’y a pas au moins trois années d’écart entre les visites.

    On a bien vu cette année, avec les Keys, que c’était de la bullshit, cette politique.

    Alors, on râle, oui, parce que:

    1) Deux poids, deux mesures
    2) On n’aime pas se faire prendre par des valises

    Voilà, c’est dit. Qu’en pensez-vous de votre côté, M. Houle ? Trouvez pas que le FEQ l’a échappé là-dessus ?

    Au plaisir de vous suivre pour le reste du Festival.

  • Pour ma part, je vais voir les shows dans les deux langues; je trouve que le fait d’amener de bonnes vedettes de renommée, monte la barre pour nos artistes locaux et les forcent à se surpasser.

    Pour cette année je trouve dommage qu’il n’y ait pas eu un show sur la scène Bell, pour les 50 années de carrière de Robert Charlebois; on aurait pu avoir des invités et ça aurait été tout un party.

    Je sais que les plus jeunes ne sont pas très friands des artistes francophones; mais le Festival a aussi un rôle de les faire connaître dans des formules originales pour rendre les shows attirants.

    J’ai suggéré au FEQ un contenu à 50% francophone sur la scène Bell; et dans l’autre 50% de la partie anglo, au moins un show qui nous ferait connaître les artistes anglo québécois. Il y a une excellente relève méconnue du côté anglo québécois.

    Je crois qu’il y a moyen, avec une formule 50-50 sur la scène Bell, de faire quelque chose de bien.

  • “C’est devenu la norme de chialer contre le franco. Comme si, parce que c’est en français, ce devrait être mauvais, un raisonnement ridicule.”

    Le FEQ s’est simplement internationalisé depuis les 4 dernières années. Les attentes des festivaliers (particulièrement les jeunes) était grande et les dirigeants n’ont pas livré la marchandise.

    Après metallica, offspring, rammstein, iron maiden, bon jovi et j’en passe, les attentes sont rapidement devenu très grande. Si céline dion avait accepté de se produire durant le FEQ, personne n’aurait chialé car au moins un gros nom se serait pointé. Ce n’est aucunement un débat franco/anglo. Si les artistes commencent tous a se produire hors FEQ, c’est a se demander si ce festival va survivre dans sa forme actuelle.

  • Bonjour,
    Mon opinion est que ça ne devrait jamais être une question de langue ou de nationalité. La musique est un moyen d’expression universel. Les chansons les plus populaires sont celles qui plaisent à la majorité des gens, c’est très logique.

    Maintenant, que ce soit en français, en anglais, en espagnol ou que ça provienne du Canada, des États-Unis ou d’ailleurs, ça ne devrait pas avoir d’importance. Quand c’est bon, c’est bon, mais quand c’est pourri, c’est pourri! J’ai déjà entendu une chanson québécoise sur une chaîne radio américaine (Jean Leloup, 1990). C’est très pop et l’animateur avait mentionné que le rythme était bon.

    Alors, pourquoi forcer constamment les gens à entendre du québécois commercial qui passe en boucle à la radio? Il faut cesser d’avoir peur d’être envahis et il faut s’ouvrir à divers style musicaux. Les Marie May et Respectables de ce monde, quand ils font des spectacles, la moitié est consacrée à l’interprétation des succès de l’heure sur la planète. Et vous savez quoi? Ce sont surtout des chansons anglophones! Quand on leur demande “off the record” pourquoi ils ne font pas des chansons plus variées en français, ils répondent spontanément que l’industrie québécoise les forcent à joueur un style de musique, sinon, ça ne passe pas à la radio. Il faudrait plus d’ouverture…

    Dans ce même esprit d’ouverture, il faut comprendre que sur une scène comme celle sur les plaines, il faut des artistes de renom. Il n’y en a pas beaucoup au Québec et en fait, il n’y en a pas tellement de ces artistes de renom qui chantent en français. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y en a pas: Shy’m, Kamaro, Mylène Farmer, J-J Goldman, Céline Dion, etc. Combien parmi ceux-ci sont venus au FEQ?

    Il y a également de très bons artistes du Canada anglo: Bryan Adams, Shania Twain, Anjulie, …

    Il faut s’ouvrir au monde et cesser le protectionniste linguistique ou territorial.

    Merci de me permettre de m’exprimer!

  • nous ici a Québec, la gagne de souverainiste de Mtl..on est plus capable..garder les chez vous, on les voie partout, dans tout les emission comme tout le monde en parle…on aime les quebecois qui save faire autre chose que de chialer que la scene est ttrop grande quel faarce .aalors rester donc chez vous…salut..

Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

publicité

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    juillet 2013
    D L Ma Me J V S
    « juin   août »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives

  • publicité