Nicolas Houle

Archive, juillet 2013

Jeudi 25 juillet 2013 | Mise en ligne à 9h35 | Commenter Un commentaire

Qu’un au revoir!

The-End-Page-Miss-Glory

La fin du spectacle de Paul McCartney ne fait pas que concorder avec le début des vacances, pour moi. À la fin août, je m’éloignerai de mes tâches de reporter afin de diriger la section des Arts du Soleil. Ce n’est pas entièrement du neuf: j’ai déjà fait ce travail en 2005 et en 2006. Je vais néanmoins continuer d’animer le blogue, autant que possible, mais je serai forcément moins actif sur le terrain.

Cela dit, ce n’est qu’un au revoir, puisque je remplace ma patronne, Daphné Bédard, pour une durée d’environ an – elle s’éclipse en congé de maternité. Donc dans pas si longtemps, je serai de retour, fin prêt à jaser de tout ce qui s’enregistre et à courir les spectacles, les entrevues et les nouvelles. Merci d’avoir été là et de continuer de l’être, c’est toujours un plaisir de jaser musique avec vous…

Bon été!

Un commentaire  |  Commenter cet article






Mardi 23 juillet 2013 | Mise en ligne à 13h43 | Commenter Commentaires (14)

Sir Paul, pour une dernière fois?

720847-paul-mccartney

Le voilà enfin, le grand retour de Paul McCartney à Québec. Cinq ans après son séjour triomphal de 2008. Pas aussi majestueux qu’on l’aurait souhaité. Je ne parle pas de performance, ici. Pour avoir eu la chance de voir le spectacle à New York, je peux vous dire que le gentil Beatle a mis sur pied un excellent concert. Non, ce qui est dommage, c’est de constater qu’il y a eu aussi peu de frénésie envers la vente des billets.

Loin de moi l’envie de sombrer dans l’auto-citation, mais l’an dernier, au lendemain des shows de Madonna et Waters, il était clair à mes yeux que les spectacles en billetterie sur les Plaines, tels qu’on les avait présentés, se devaient d’être revus. Les curieux et la clientèle que l’on pourrait qualifier de «casual» étaient ressortis partagés de leur expérience. Les uns étaient déçus du confort, les autres estimaient avoir payé cher pour un show extérieur, certains s’étaient plaint de ne rien voir, etc. Visiblement, une bonne part de ceux-là n’ont pas répondu à l’appel cette année. Ni pour Paul, ni même pour Céline.

Les campagnes de pubs agressives pour les deux artistes dans les journaux, radios et télés, tout comme les rabais ne mentent pas. Du 3 pour 1, comme on a offert pour Paul, de mémoire de critique, je n’ai jamais vu ça. Je n’ai jamais non plus reçu de sollicitation pour des rabais par texto, comme on m’en a offert pour Céline. De toute évidence, la mode ou l’engouement pour les grands shows payants sur les Plaines tend à s’essouffler. Manque de nouveauté? Il est vrai qu’on nous a ramenés dans les deux cas des artistes qu’on a vu il y a cinq ans.

Il ne faut pas oublier que vendre quelque 70 000 billets, c’est un score exceptionnel. Et l’intérêt de base qu’il y a eu pour les deux artistes, représente probablement ce qu’ils auraient obtenu s’ils s’étaient produits en aréna, un soir ou deux. Donc une clientèle de mordus ou de fans, davantage que de curieux, qui veulent assister à un événement unique.

Bref, je crois que, plus que jamais, les shows en billetterie sur les Plaines sont appelés à changer. Seuls quelques rares artistes pourraient encore débarquer et écouler des 70 000 billets. U2? Certainement. AC/DC? Très probable. Mais ensuite, pas sûr. Il sera visiblement préférable de les programmer en aréna, réaménager le site de manière à pouvoir accueillir une clientèle moins vaste ou encore se donner rendez-vous là où on a pris l’habitude durant la saison estivale: au Festival d’été.

D’ici là, un excellent concert attend ceux qui iront sur les Plaines ce soir. Alors autant profiter de cette visite de Sir Paul, qui pourrait bien être sa dernière chez nous. Sur la fameuse scène extérieure, à tout le moins.

Lire les commentaires (14)  |  Commenter cet article






Mardi 16 juillet 2013 | Mise en ligne à 11h54 | Commenter Commentaires (15)

FEQ 2013: une des très bonnes années

717274-humaniste-stevie-wonder-ailleurs-permis

Dommage que le FEQ se soit cassé les dents avec sa stratégie de mise en vente, qui l’a mené à un premier déficit en 12 ans, car il avait une excellente programmation. L’une des meilleures qu’il m’a été donné d’apprécier en 15 ans. De quoi parler, comme Stevie Wonder, du 13, de 2013, comme d’un chiffre chanceux.

J’ai rarement été aussi occupé à pondre des papiers et à courir les entrevues ou les nouvelles le jour, puis à animer Twitter et à écrire les critiques le soir que cette année. Aussi, le blogue a été un peu laissé en plan. Désolé si je vous ai négligés.

J’ai déjà pondu un bilan sur le FEQ, que vous pouvez lire ici. À noter que, comme il avait été avant la performance de Stevie Wonder, il aurait dû être inclus.

Je vous propose mon FEQ en une série de qualificatifs pour quelques-unes des 33 performances auxquelles j’ai assistées.

Le spectacle le plus historique?
Stevie Wonder, sans l’ombre d’un doute. Des frissons? J’en ai eu tout plein, en particulier quand Stevie a retiré ses lunettes, ému. Tout à coup, on s’est presque senti intime. Non seulement c’était incroyablement bon au plan musical, mais il y avait un contenu humaniste et politique. Une communion, véritablement, qui marquera l’histoire du FEQ.

Le plus emboucané?
Wiz Khalifa. Je ne suis pas le plus grand fan de hip hop, mais Wiz, qui marie le genre avec la pop, a fait un super bon show. Relax, bien rodé et bien monté. Et oui, il fait l’apologie du pot. Un show en odorama.

Le plus rock?
Les Black Keys. Diable que ça sonnait! Depuis leur dernier passage, les gars sont encore plus à l’aise sur scène. Livraison impeccable, avec un excellent choix de chansons – quoique mal servi par les relais de la sono, un peu décalée, selon certains.

Le plus délicieusement grinçant?
The Raveonettes. J’ai adoré pouvoir enfin voir le band à Québec sur une scène idéale pour lui: L’Impérial. Ici encore, une décharge sonore réjouissante, où les plus belles harmonies avaient pour double une distortion grinçante. On en redemande.

Le plus intime?
Dom La Nena. Moment magique en début de festival, quand la jeune musicienne s’est pointée seule sur les planches. En moins de deux, elle avait la salle dans le creux de sa main. Tout le monde retenait son souffle pour apprécier son répertoire feutré.

Le plus plate?
MGMT sur les Plaines. Autant j’aime le band sur disque, autant le groupe est arrivé avec spectacle formidablement ronflant. Une occasion ratée d’élargir son bassin de fans.

Le plus rythmé?
Tiësto. Facile de tomber dans la redite en musique électronique. J’ai été étonné de voir à quel point Tiësto sait ratisser large. En plus, pour le visuel, il est doué, même si la pyro n’avait parfois rien à voir avec ce qu’il jouait.

Le plus décevant?
Guns N’ Roses. Les gars avaient l’occasion de véritablement renouer avec les fans qui les ont désertés au fil des ans. Certes les musiciens de Axl Rose sont très solides, mais le show était très mal bâti et a pris plus d’une heure à lever. Pire, la voix d’Axl, sur une chanson sur deux, était un bruit désagréable, pas toujours juste. Seuls les fans loyaux ont apprécié.

Le plus nostalgique?
Évidemment, le doublé Foreigner-Def Leppard. Vraiment, on se serait pensé dans les années 80. Les boys ont bien fait ça, qu’on aime ou pas.

Le plus prometteur?
Bruno Mars. L’Américain nous a démontrés que, s’il continue de bien placer ses billes, il pourrait être le prochain Michael Jackson.

Et vous, à quoi ressemble votre bilan?

Lire les commentaires (15)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2013
    D L Ma Me J V S
    « juin   août »
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Archives