Nicolas Houle

Partage

Lundi 14 janvier 2013 | Mise en ligne à 10h04 | Commenter Un commentaire

Dom La Nena : cousine (pas si éloignée) de Lhasa

En ce janvier devenu gris et tristement pluvieux, les airs à la fois chauds et mélancoliques de Dom La Nena semblent tout indiqués…

Dom La Nena? On a pu apprécier son jeu de violoncelle auprès de Jane Birkin, Jeanne Moreau et Camille, mais on n’avait encore jamais entendu ses chansons. En compagnie du talentueux Piers Faccini à la réalisation, l’artiste originaire du Brésil propose un univers feutré, essentiellement acoustique, où chaque titre brille par sa subtilité et sa finesse.

La Nena ne cache pas être influencée par feue Lhasa de Sela ou Cat Power et, de fait, on peut sentir une parenté. Adoptant un ton voisin de la confidence, l’artiste partage des compositions nuancées, en espagnol ou en portugais avec une voix aussi angélique qu’assurée. L’ensemble est magnifié par des chœurs adroits, des arrangements invariablement de bon ton, de même qu’une prise de son chaleureuse comme je les aime: on peut entendre les bancs craquer et les musiciens réagir…

Anjo Gabriel, en ouverture, va droit au cœur, No Meu Pais, qui évoque l’exil, peut faire concurrence à n’importe quel titre pop, tandis que Buenos Aires est une superbe valse en duo avec Thiago Pethit. Un album qui respire l’authenticité.

En voilà une qu’on aimerait bien entendre dans les festivals, cet été…


  • Très intéressant comme album. Oui, je la vois très bien à l’Impérial pendant le FEQ. Elle aurait été si bien avec Piers Faccini l’an dernier…

Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « août    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité