Nicolas Houle

Partage

Mercredi 12 décembre 2012 | Mise en ligne à 16h01 | Commenter Commentaires (8)

Les concerts de l’année (1)

Tant qu’à se lancer dans les bilans, allons jusqu’au bout! Passons maintenant aux spectacles de 2012, à Québec.

Lorsque je me prête à l’exercice de ces rétrospectives annuelles, je m’amuse toujours à comparer avec ce que j’avais retenu lors des années précédentes, en particulier du côté des spectacles. Ça évoque des souvenirs, évidemment, mais ça permet surtout de juger de la qualité de l’offre. À ce chapitre, 2012 est un grand cru. Pour une rare fois, je n’ai eu aucun mal à atteindre le cap des dix. J’en ai même laissé de côté avec un soupçon de regrets…

Roger Waters, 21 juillet, Plaines d’Abraham

En revoyant le mythique The Wall qu’il avait conçu avec Pink Floyd, Roger Waters, a offert la totale : un mur gigantesque, une sonorisation en quadriphonie comme on n’en entend jamais en extérieur, des explosifs, des éclairages spectaculaires, des marionnettes gonflables et, par dessus tout, un band dirigé par un leader en voix. Tous ces artifices étaient au service d’observations sociales et politiques encore pertinentes et, côté musique, une étonnante fraîcheur se dégageait des interprétations. On n’est pas près de l’oublier, celui-là…

Patrick Watson, 10 juillet, Parc de la Francophonie

Patrick Watson nous a choyés en 2012. Non seulement Adventures In Your Own Backyard est l’un des albums de l’année, mais il nous a gratifié de deux performances mémorables : l’une durant le Festival d’été, l’autre au Grand théâtre, mardi. Laquelle choisir ? Dans la seconde, le matriel était mieux mûri, mais peut-être que pour l’effet de surprise et la grande complicité qu’il y avait avec la vaste foule qui retenait son souffle durant les moments les plus nuancés, le concert du Festival d’été est celui que je retiens. La voix de Watson a erré en apesanteur tout autour du Parc de la Francophonie…

Omar Sosa et Paolo Fresu, 19 octobre, Cabaret du Capitole,

Quel merveilleux concert que celui-là. Ce n’était pas un duo, c’était une symbiose entre le pianiste Omar Sosa le trompettiste Paolo Fresu. L’interaction des jazzmen, qui se connaissent bien, était un spectacle en soi : on ne se lassait pas de voir à quel point ils pouvaient achever en même temps une section qui était improvisée et à quel point leurs dialogues devenaient une conversation qui menait toujours quelque part. Ils se sont mis au défi avec une bonne dose d’humour et ont recouru de temps à autre aux effets électroniques, tout ça en touchant à une vaste gamme d’émotions.

*À noter que l’extrait ici est pris lors du concert de Montréal et on ne sent pas les deux musiciens pleinement à l’aise…

The XX, 24 octobre, Impérial de Québec

The XX est le type de groupe qu’on voit peu à Québec : pas assez connu pour remplir une grande salle, trop connu pour permettre aux diffuseurs de faire leurs frais. On a donc été chanceux de pouvoir entendre le trio, d’autant qu’il était au sommet de son art et venait de lancer un deuxième album fort réussi. Les trois musiciens étaient en parfaite maîtrise de leurs instruments respectifs, laissant bien respirer leurs chansons dépouillées et résonner leurs voix avec assurance. De plus, ils se sont présentés avec de superbes éclairages, qui ont magnifié leur univers.

*l’extrait ici est davantage pour mettre des images – le son est un désastre!

Leonard Cohen, Colisée, 2 décembre

Après l’heureux concert de 2009, au pavillon de la Jeunesse, on croyait que Leonard Cohen nous avait livré son testament scénique. Il a recréé une magie similaire au Colisée, en poursuivant là où il avait laissé. Interprétations senties, avec des choristes et musiciens talentueux, grande écoute et charisme étaient au rendez-vous. Le poète de 78 ans avait même un air gamin qui l’amenait à gambader à son entrée et à sa sortie scène. Le grand Leonard a par ailleurs été terriblement généreux, avec un marathon musical de plus de 3 heures.

Vous étiez à ces spectacles? Suite et fin de ce top 10 demain…


  • J’ai assisté aux spectacle de M. Waters et M. Cohen. À mon avis, la qualité du spectacle de Leonard Cohen fait de lui un des meilleurs spectacles de l’année. Quel artiste généreux! À 78 ans, cet artiste m’a offert mon premier triple rappel (Je ne veux pas mettre de pression aux groupes que j’écoute beaucoup, mais trois rappels!).

    Le spectacle de Roger Waters était génial côté scénique, mais malheureusement, j’ai trouvé que la foule n’a pas suffisamment embarqué dans The Wall. Je me console, j’ai eu la chance de voir un des membres de Pink floyd interprété un de mes albums préféré.

    J’ai bien hâte de voir la suite de votre palmarès M. Houle

    P.S. Merci beaucoup pour votre top 20 de l’année, j’ai bien l’impression que j’ai fait de nouvelles découvertes grâce à vous cette année!
    P.P.S. Dans de nombreux choix de l’année des critiques, le nom de Frank Ocean, est-ce moi où il passe sous silence au Canada?

  • @anthony_y Bien content si vous faites des découvertes – il y a eu d’excellentes parutions cette année! Pour ce qui est de Frank Ocean, personnellement, l’album m’avait échappé cet été car il était paru durant le Festival d’été, ma période la plus occupée de l’année. Il apparaît effectivement dans beaucoup de palmarès à juste titre, car il est novateur et réfléchi, quoique parfois un peu froid et cérébral. Pourquoi on en parle moins ici? Peut-être parce que c’est un album r’n'b et neo-soul, des genres très populaires aux États-Unis, un peu moins chez nous, mais c’est tôt pour le dire et il est possible qu’il fasse son chemin dans d’autres listes…

  • Une amie m’a appris qu’elle avait la chance d’aller voir Leonard Cohen au Colisée. En entendant le nom de notre amphithéâtre, j’ai eu peine à croire qu’une musique aussi subtil pouvait être produite dans un bâtiment aussi peu adapté.

    Je n’étais pas au spectacle. Pour ceux qui y étaient, ça sonne comme du Cohen au Colisée?

  • @louis-philippe Très, très bien. Cohen, tout comme Roger Waters avant lui il y a quelques années, a fait la preuve que des ingénieurs de son de talent, qui ne tentent pas de mettre le volume dans le piton, peuvent tirer une sono impeccable de ce vieux bâtiment qu’on se plaît à mal aimer…

  • Mais… et le retour de Carmen Campagne, qu’est-ce que vous en faites???

  • Le seul spectacle de la liste ci-dessus qui m’a échappé est Omar Sosa et Paolo Fresu à cause d’un petit conflit d’horaire. J’espère qu’ils reviendront bientôt !

    Frank Ocean : c’est l’album de l’année pour l’ensemble des critiques (Metacritic et Any decent music ?), mais il est vrai qu’au Québec, l’accueil a été bon, mais sans plus. Je ne suis pas amateur de r’n’b, mais je l’aime bien. Il serait dans mon top 25 ! Idem pour Kendrick Lamar, le no 2 ou 3 selon les sites ci-dessus), un album rap bien foutu, tout de même mieux reçu au Québec.

    Leonard Cohen : j’étais sceptique pour l’endroit mais comme je ne l’avais jamais vu (et que les chances de le revoir disons diminue), j’y suis allé. Le sceptique a été confondu !

  • @chip On comptait sur vous. A-t-elle été capable de tirer sa vache, finalement?

  • @nicolas.houle: ben non. Paraît que la vache l’a chargée. C’est justement à cause de ça que Ma’me Campagne a dû prendre une pause. Trop maganée par sa vache. C’est dramatique quand même. Non? Ah… ok.

Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2012
    D L Ma Me J V S
    « nov   jan »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives

  • publicité