Nicolas Houle

Archive du 7 novembre 2012

Mercredi 7 novembre 2012 | Mise en ligne à 13h00 | Commenter Commentaires (9)

Spectacles brouillons: jusqu’où va votre indulgence?

607814-artiste-36-ans-quasiment-dramatique

J’étais au Petit Champlain, mardi soir, pour le spectacle de Martha Wainwright (ma critique ici). Digne fille de Kate McGarrigle et de Loudon Wainwright III, et soeurette de Rufus, Martha est bourrée de talent. Je reste partagé quant à la réalisation de son nouvel album, Come Home To Mama, où je sens un mariage un peu forcé entre sa folk et des claviers ou programmations qui se veulent audacieux ou novateurs. Le contenu, cependant, est pertinent, on pouvait très bien le constater en spectacle.

Or voilà, Martha était au début de sa tournée et si certaines pièces étaient bien rodées, d’autres ne l’étaient guère. Pire, entre les chansons, la leader passait son temps à accorder sa guitare dans différentes tonalités. Résultat? Quelques faux départs, dont un en ouverture, passablement de temps morts, voire de longueurs, et quelques interprétations croches, avec des «sorry» qui venaient souligner à gros traits les oublis ou maladresses…

Avec sa verve et son humour, Martha a pu faire passer la pilule avec passablement d’aisance. Mais s’il n’y avait pas eu des interprétations magnifiques pour contrebalancer ces passages gauches, pas sûr que la foule aurait été si indulgente.

Soir de première ou pas, la responsabilité de l’artiste est d’arriver préparé. La spontanéité, c’est bien, tout comme l’improvisation, mais un minimum de préparation est requis. Après tout, le public donne de son temps et de son argent pour s’asseoir dans la salle. Je me souviens d’avoir déjà vu Chloé Sainte-Marie chanter avec ses paroles sur son lutrin tout au long de sa performance, à l’Anglicane, il y a plusieurs années. N’y a-t-il pas une différence entre début de tournée et répétition générale?

À l’autre bout du spectre, j’ai vu Sophie Hunger, avec ses musiciens il y a quelques semaines, au Cabaret du Capitole. La troupe n’était qu’au deuxième concert de sa tournée, mais personne ne s’en serait douté tellement c’était solide…

Ce qui m’amène à la question du jour: jusqu’où va votre indulgence envers ces artistes plus ou moins préparés ou ceux qui peinent à être justes en concert? J’imagine que le coût du billet entre en ligne de compte, tout comme le niveau d’expérience du musicien et le style qu’il pratique… Personnellement, je suis du type exigeant. Et encore plus envers les artistes que j’apprécie.

Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    avril 2012
    D L Ma Me J V S
    « mar   mai »
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    2930  
  • Archives

  • publicité