Nicolas Houle

Partage

Dimanche 22 juillet 2012 | Mise en ligne à 10h11 | Commenter Commentaires (8)

Le mur tombe, moi aussi!

535481-roger-waters-attire-concert-eloges

Voilà, le fameux mur de The Wall est tombé. J’ai beau avoir vu le concert deux fois en aréna, j’étais encore sur le derrière, hier. Un show comme on n’en a jamais vu sur les Plaines… Sono incroyable, projections à couper le souffle, marionnettes géantes et performance musicale impeccable. Ma critique complète ici. Vous vous en souviendrez longtemps?

Habituellement, le fin du Festival d’été de Québec marque pour moi le début des vacances. Cette année, cet heureux ajout qu’a été The Wall est venu brouiller un peu les pistes. Je ne m’en plains pas, remarquez. J’ai eu beaucoup de plaisir à écrire sur Roger Waters et sur les moindres facettes du concert et j’ai aimé vous lire là-dessus.

Il est maintenant temps pour moi de tomber avec le mur. Vous pouvez écrire vos commentaires sur le spectacle, toutefois, il est possible qu’ils apparaissent moins rapidement qu’à l’habitude sur le site. Bon été!

3kgvsvp5


  • Je ne sais pas s’il y avait des ” B3 et des Moog” mais…c’était MALADE!!

    J’en ai un des frissons…comme à McCartney. Même plus je pense! C’était différent…anyway, je ne veux pas comparer les deux.

    Je vais m’en souvenir toute ma vie, c’était le meilleur show de ma vie! (ça sent la grosse déception à Madonna dans quelques semaines lol)

  • Mon plaisir a un peu été gâché par le «mur» de caméras [téléphones intelligents] qui me cachaient le «MUR».
    Un quantité fabuleuse de crétins (qui ne connaissaient que Another Brick In The Wall II) peuplait les plaines.
    Exaspéré, j’ai cessé bien avant le début du show de compter le nombre de saoulons et de grugeots défoncés qui me rentraient dedans. Un clown gueulard et apparemment au cardio impressionnant (pour hurler autant d’inepties de façon ininterrompue) m’a même offert des claques à 2 reprises après que j’ai tenté de lui faire comprendre de diverses façons d’épargner mes tympans.

  • J’ai eu le show auquel je m’attendais : grandiose, spectaculaire, émouvant. Plusieurs images me resteront dans la tête. Les artifices sur “In the flesh”, la marionette du prof sur “Another… II”, le duo Waters-Waters sur “Mother”, les enfants qui retrouvent leur père soldat sur “Vera”…

    Musicalement, c’était aussi très solide mais il manquait la magie de Gilmour à la guitare. “Comfortably Numb” ne m’a pas fait vibrer autant qu’en 94 au stade. Les guitaristes de Waters s’en sont quand même très bien tirés. Toute une soirée!

  • Le meilleur Show de toute ma vie, tout simplement! Et la Quadrophonie : Wow!!!!!!

    À tous : y en a-t-il qui doutent encore que Waters était l’âme de Pink Floyd?!? Syd fut le précurseur et Gilmour un excellent guitariste, mais Roger Waters EST Pink Floyd!

  • Finalement, je m’y suis glissé à ce show. Bien du plaisir. À 15-16 ans, j’ai dû écouter The Wall 300 fois de file…

    Projections, dont des inédites de Scarfe, lumières (fabuleuse tour vers le plafond nuageux) tout ça était first classe, rien à redire. Du Big Show.

    La sono aussi était pas mal, en quadraphonie en plus, quoique la batterie était sonorisée un peu lourdingue pour ce répertoire. Ça faisait un peu Metallica sur les bords et ça jurait. Le ‘tone’ des guitares était carrément à ch%$#, par contre, ça passait tout direct dans le board puis dans un émulateur style Fractal ou pire, Line6. Bref, pas un Marshall miké là-dedans. Et Dieu sait si The Wall est une affaire de ‘tone’, en particulier Another Brick Part I (Strat clean flangée/écho) et les solos de Comfortably Numb, avec le son très subtil de rotating speaker. Absolument aucun effort n’a été fait à ce chapitre, aucun, zéro. Le gars jouait dans une Les Paul ! Beaux sons de guitares classiques, par contre.

    Et non Benoitb, y’avait pas de vrai Minimoog sur cette scène là, les synthés étaient minces pas mal et joués avec très peu de panache.

    Le trigging est les samples étaient vraiment chouette (Look, Mommy, there’s an Airplane up in the Sky), mais bon, ils ont accès aux mixes originaux. Mais je soupçonne qu’un bon 20% du show était carrément en playback MIDI, sinon en playback tout court (sections orchestrales à la ‘The Trial’. Ça fait partie de la ‘game’ dans ce genre de production. En plus le band est derrière un mur le 3/4 du show…

    Et Waters a chanté avec beaucoup de feeling. C’est rare et ça vaut la peine d’être noté. Quand il a dit à la fin que c’était la dernière, là j’ai compris pourquoi. Beau moment.

    Mais… Eh oui, mais ! Y’avait de la paresse inexcusable côté exécution des partitions dans ce show. La finale de Run Like Hell, par exemple, avec son ‘punch’ tout à fait bizarroïde de 11 croches (ou est-ce 13, je me souviens plus) qu’il faut vraiment pratiquer en band pour avoir comme du monde… Et qui fait la signature de la pièce. Eh bien là, on finit la toune pou-poum tchick comme du Joan Jett. Dans la même pièce, les harmonies vocales sur ‘Run, Run, Run, Run’ son en triton (super toffe à chanter, comme dans ‘Drive my Car’ des Beatles) et là, on se casse pas le bécyk, on les fait à la tierce.

    Y’en a eu plein des comme ça.

    Chiant comme remarque? Sans doute. 99% du monde fait pas la différence -dont les critiques musicaux, dont c’est pas forcément le métier d’entendre ces choses. Mais j’ai joué the Wall des dizaines de fois dans des arénas de région et des festivals, et je m’assurais toujours que ces ‘détails’ soient bien rendus pour le 1% qui le remarque.

    1% de 2,000 personnes dans un aréna c’est juste 20 personnes… 1% de la crowd de hier, ça fait quand même 1,000 personnes qui se disent, ouais, y z’auraient pu se forcer. Parce que évidemment qu’ils sont capables de faire la vraie partition ! C’est des musiciens de classe mondiale, c’est des peanutes exécuter ces détails. C’est donc une question d’effort : en faisant pas l’effort, le message est qu’on s’en k…. Ordinaire, vu le prix des billets…

    D’ailleurs, le meilleur moment de tout le show a été ‘Outside the Wall’ à la fin, guitares, banjo et mandolines, avec de belles et réelles harmonies vocales. Là, on a entendu des musiciens jouer. Pour référence, le show de McCartney, ç’a été ça TOUT LE LONG. Et c’est ça la différence : McCartney est un musicien, Waters un homme de théâtre. Le show est plus important que le son pour lui, et c’était exactement ça hier.

    @drstrange

    Eh oui, dans le circuit de région c’est la même chose, les ‘crétins’ ne connaissent que Another Brick part II et attendent que des perles comme Astronomy ou Careful finissent pour pouvoir hurler ! Ça m’a fait un peu cet effet l’autre soir… Le monde applaudissait au mêmes tounes, souvent les plus kétaines.

    En définitive? Un maudit bon spectacle. Mais paresseux côté musique. Gilmour aurait jamais laissé passer ça!

  • je rejoins la plupart des commentaires de Burp.

    Dès le départ avec In the Flesh, la soirée était lancée.
    Mother avec les vieilles images de Waters en syncro c’était un bon moment.
    J’étais loin de la scène mais bien placé entre les différents haut-parleurs, de mon point de vu, côté son il ne s’est jamais rien fait de mieux sur les plaines.

    Enfin je serai en mesure à l’avenir de mieux estimer les foules du festivals! 75 000 personnes c’est beaucoup mais il était facile de se déplacer, du moins dans la section d’admission générale. Nous sommes arrivé sur les plaines vers 20h et nous n’avons eu aucune difficulté à nous approcher et de nous trouver une place bien centré, pas eu besoin d’être déplaisant avec les autres. Et autour de moi il n’y avait que des gens de bonne humeurs, la bière coulait à flos mais rien à dire sur le comportement des gens!!

    un de mes meilleurs show à vie.

  • Je n’étais pas sur les Plaines pour voir ce show, pourtant je suis un fan de Pink Floyd depuis 1969. Être au beau milieu d’une foule où se côtoient vrais fans de musique et soûlons de tout acabit qui bousculent et qui crient, pas capable. La soirée du show, je me suis contenté de regarder le DVD The Wall à Berlin et ça m’a fait plaisir. Sans compter que mes genoux n’apprécient pas la position debout sans bouger pendant très longtemps.
    Quant à dire que Roger Waters est l’âme de Pink Floyd, c’est le même débat qui fait rage depuis des siècles. Tous ceux qui connaissent vraiment l’histoire du groupe savent très bien que RW aurait fait un flop avec PF sans la contribution des 3 autres. RW a eu de brillantes idées et avait des histoires à raconter, certes, mais il n’en demeure pas moins que PF est plus grand que la somme de ses parties.

  • Au moins, ça nous a fait une vraie finale, sans coït interrompu…

    Excellent show de Waters, même si, personnellement, je commence déjà à avoir hâte de retrouver les salles plus intimes. D’ici là, il me reste au moins Osheaga et sûrement quelques autres spectacles en plein-air.

    Bonnes vacances !

Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juin 2013
    D L Ma Me J V S
    « mai   juil »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité