Nicolas Houle

Partage

Lundi 11 juin 2012 | Mise en ligne à 17h34 | Commenter Commentaires (13)

Rush dans un monde parallèle

Dans le décompte des groupes auxquels les fans vouent un véritable culte, Rush se positionne en tête de liste. Et la bande génère des opinions tranchées: ou bien vous adorez, ou bien vous détestez profondément. De quel côté vous vous rangez?

Ces opinions tranchées ne risquent pas de changer avec ce 19e album de matériel original, qui abrite pas mal tous les ingrédients propres au trio. Des titres complexes, une rythmique touffue, un concept faisant appel au steampunk et la voix particulière de Geddy Lee…

Ceux qui n’aiment pas Rush se doivent d’admettre que, lorsque Lee, Alex Lifeson et Neil Peart sont inspirés, on ne peut pas leur reprocher grand chose. Et c’est le cas avec ce Clockwork Angels, en magasin mardi. Premier album de la troupe où l’histoire est si importante qu’elle fera l’objet d’un bouquin, Clockwork… relate la quête d’un jeune homme dans un monde parallèle futuriste, où les machines à vapeur et l’alchimie font partie du quotidien.

On connaissait déjà les deux premiers titres, Caravan et BU2B, que le groupe avait joué durant sa dernière tournée. Les gars ont eu la bonne idée de les mettre à jour: ils apparaissent remixés, avec quelques ajouts. La première grande nouveauté, la pièce-titre, rassurera ceux qui étaient un peu sceptiques devant les deux premiers extraits: elle témoigne d’un groupe en grande forme. Non seulement on a droit à une rythmique des plus dynamiques et à des passages bien ficelées, mais le trio s’est permis un surprenant passage jazzy à la fin d’un solo électrisant de Lifeson, qui vient agréablement changer l’atmosphère.

Clockwork Angels est souvent mordant, voisin du hard rock, et ça réussit bien aux vétérans. Des titres comme Headlong Flight et Seven Cities of Gold apparaissent en effet parmi les moments forts de l’album. The Anarchist est du Rush dans ce qu’il y a de plus classiques, avec ses différents riffs efficaces et sa structure sinueuse, assaisonnée d’accents moyen-orientaux. À cela s’ajoute quelques titres nuancés, qui ne sombrent pas dans le mièvre, comme la ballade épique The Garden, en fin de programme.

12 titres, c’est beaucoup, surtout quand il y a des chansons qui s’étirent au-delà de 7 minutes. Et donc il y a risque d’en avoir de moins solides dans le lot. The Wreckers compte quelques passages racoleurs au plan mélodique, Wish Them Well prend un peu de temps à décoller et il paraît évident que la pertinence de BU2B2 tient davantage à son contenu narratif à que musical – elle semble inachevée, celle-là…

Mais hormis ces quelques bémols, ce premier album de Rush en cinq ans ne décevra pas grand monde. Même pas les fans qui rechignent devant les albums plus récents du band. Du très bon travail, que la réalisation Nick Raskulinecz met en valeur.

Ci-dessous, une entrevue menée par le fan fini qu’est Billy Corgan.


  • Je ne suis pas un grand fans de Rush, mais je les aime bien et je possède la plupart de leur meilleurs album. Je trouve que c’est un “band” brillant mais il y a un p’tit quelque chose et je n’ai jamais réussi à mettre le doigt dessus qui n’arrive pas à m’accrocher totalement . Ce nouvel album me semble être pas mal intéressant et votre critique m’a donner envie d’acheter cet album!!

  • Le dernier album de Rush que j’ai apprécié est Counterparts — un peu de Test For Echo aussi mais depuis, chaque album du groupe me déçoit. Je n’aime pas le son de guitare plus heavy de Lifeson ainsi que les harmonies vocales de Lee. Je retrouve malheureusement ces deux choses dans ce nouvel album… Je vais sûrement y donner quelques écoutes juste pour voir et laisser la chance au coureur. Sinon, je retournerai à Signals et Fly By Night, mes albums préférés de Rush.

  • J’ai eu une grosse, grosse “passe” Rush quand j’étais plus jeune et je dois avouer que je n’ai pas acheté d’album originaux depuis Test for Echo en 1996 que j’avais trouvé mauvais au possible.

    Je ne sais pas si je vais acheter celui-là, mais ce groupe mérite l’admiration. Ils n’ont jamais fait de grandes vagues, il n’y a jamais réellement eu de scandale, et ils ont toujours cherché dans la mesure du possible à évoluer. Ici c’est direct vers le hard-rock, encore plus que dans Counterparts, mais il faut se rappeler qu’ils ont eu des phases assez sautées de la fin des années 70 à la fin des années 80.

    Bref, je préfère de 100 fois un groupe honnête comme Rush, à des égos surdimensionnés comme Metallica.

  • Tout comme Ben, le dernier album de Rush que j’ai aimé de la première à la dernière pièce est Counterparts. Test for Echo? Bof… mis à part la pièce titre, Half the World, Driven et Limbo, c’était pas mal n’importe quoi (malheureusement). La suite était un peu mieux. Vapor Trail est un bon album mais j’ai de la difficulté à l’écouter à cause de la compression du son et du manque de dynamique. Snakes & Arrows est une coche en dessous de Vapor Trail. Quelques pièces d’intérêt mais qui souvent ne passaient pas bien en spectacle. Malgré les critiques dithyrambiques de Clockwork Angels (de la part de magazines et sites Internet spécialisés… elles sont beaucoup plus mitigées du côté des fans) j’ai quelques appréhensions à son sujet. Je vais l’acheter mais combien de fois vais-je l’écouter? Là est la question.

    Le problème avec Rush post-2000 est que disque après disque, il n’y a pas vraiment de chanson qui me reste dans la tête. Il n’y a plus de mélodie. Il y a même des pièces sans refrain! Difficile de fredonner une chanson dans ces conditions. Pourtant dans les années 80 et début 1990 Rush était capable de pondre de belles mélodies accrocheuses mais, de toute évidence, ce n’est plus le cas aujourd’hui.

    Je n’ai rien contre un retour aux sources avec un son plus rock mais j’aimerais bien retrouver le Rush que j’aimais tant sur disque jusqu’en 1993.

    Je vous revient avec mon appréciation de Clockwork Angels après quelques écoutes.

    P.S. Est-ce un hasard que le dernier très bon album de Rush ait vu le jour quelques mois seulement après la dernière conquête de la Coupe Stanley par le Canadien de Montréal?

  • @toup2112 Je suis d’accord avec vous pour ce qui est des mélodies, c’était un problème: les gars, à force de vouloir en mettre plein la vue, tendent à perdre un peu de vue l’essence même d’une chanson. Mais ça ce corrige à bien des endroits ici, il y a un effort en ce sens. Et il y a une belle unité sur ce projet. Je crois que faire de la route en plein milieu de l’écriture de l’album a donné de la cohésion au band et une dynamique proche du live.

    Pour ce qui est de Vapor Trails, Geddy Lee m’a indiqué dans une entrevue à être publiée bientôt dans Le Soleil que des remixages sont en cours…

  • J’aime bien Rush. J’ai quelques albums. Je trouve les paroles particulièrement flyées. Neil Peart est un esprit indépendant et unique qui s’intéresse à la philosophie et à la science-fiction.
    Ce qui m’intéresse le plus dans leur dernier disque est le bouquin de SF que Peart a écrit avec Kevin J. Anderson: Clockwork Angels : The novel. Je vais surement écouter le disque également ;-)

  • Bon, finalement une seule écoute m’aura convaincu que ce nouvel opus de Rush vaut le détour. Je dois l’écouter encore quelque fois avant de m’en faire une idée finale mais chose certaine, mon appréciation sera supérieure à tout ce que le groupe a produit depuis 1997.

    @nicolas.houle: Je suis au courant du remixage et/ou remastering de Vapor Trail. Geddy ou Alex a déclaré il y a quelques temps que le groupe a pensé offrir cette version revue et corrigée en boni à Clockwork Angels mais que l’idée avait été abandonnée en cours de route. Aucune date de sortie n’est prévue. Avec la tournée qui débutera en septembre et tout le reste, je ne retiendrai pas mon souffle.

  • J’aime la musique de Rush. C’est la voix de Geddy Lee qui me retient généralement mais je suis prêt à (re) donner une chance à Rush et acheter leur nouvel album quitte à m’en débarrasser plus tard dans ma prochaine vente de garage.

  • Je possède tous leurs albums; j’ai mes préférés mais ce sont les albums en concert que je préfère curieusement.

  • J’ai écouté l’album 4-5 fois depuis mon intervention et je dois avouer qu’il contient d’excellents moments de musique. Les gars sont toujours aussi en forme! Reste à voir si les chansons réussiront à m’accrocher.

  • Les écoutes s’enchainent depuis deux jours et je dois conclure que ce nouvel opus de Rush se classe. à mon avis, parmi les grandes réussites du groupe, tant j’éprouve du plaisir à l’écouter.

  • Leur meilleur album depuis Power Windows! Et je dis ça malgré que j’aime beaucoup Vapor Trails et Counterparts (comme plusieurs l’ont dit, Test For Echo est à oublier).

  • On déteste ou on adore Rush… eh bien, je suis plutôt dans le milieu. J’aime assez Rush pour les écouter une fois de temps en temps, mais j’ai préféré aller sur une autre scène la dernière fois quu’ils sont venu au FEQ. N’ayant qu’une compilation du groupe sur disque, je vais prêter attention à ce disque (je suis en retard sur mes écoutes !) et qui sait, être preneur.

Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2013
    D L Ma Me J V S
    « fév   avr »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives

  • publicité