Nicolas Houle

Archive, mars 2012

Vendredi 30 mars 2012 | Mise en ligne à 9h32 | Commenter Commentaires (13)

Les prix Juno de l’indifférence

Qui se distinguera à la remise 2012 des prix Juno ? Feist, Dan Mangan, City and Colour ou les inévitables Nickelback ? Peu de Québécois, en tout cas. Malgré ses efforts pour représenter le pays d’un océan à l’autre, le gala qui sera diffusé dimanche soir, à CTV, risque de laisser, encore une fois, le public de la belle province indifférent.

Les galas des prix de Juno se suivent et se ressemblent. Rares sont les cérémonies du genre à faire l’unanimité, or cette fête de la musique canadienne peine à intégrer pleinement les talents d’ici dans ses catégories, se reposant peut-être trop, à tort, sur le travail de l’ADISQ, avec ses Félix. On peut consulter les nominations ici et tout de même s’amuser au jeu des prédictions.

Les artistes d’expression française se retrouvent dans une catégorie à part. Entre Catherine Major, Coeur de Pirate, Fred Pellerin, Jérôme Minière ou Malajube, je place mes billes sur Béatrice Martin, qui jouit d’une belle réputation sur la scène internationale et qui, à une certaine époque, s’était faite entendre auprès de Jay Malinowski (Bedouin Soundclash).

Nos musiciens tenteront aussi de rafler le Juno «fan choice», choisi par le public. Arcade Fire et Ginette Reno se mesureront à Avril Lavigne, City and Colour, Deadmau5, Drake, Hedley, Justin Bieber, Michael Bublé et Nickelback. Étonnante affiche québécoise ! Pas de Galaxie, Richard Desjardins ou Caracol… Ça m’étonnerait que Ginette -en colère que sa candidature ait été retenue là et non ailleurs- puisse supplanter Bieber ou Hedley, dont les fans doivent avoir voté à profusion dans le Web…

Pour l’album de l’année, j’ai rarement vu une lutte aussi ronflante, avec deux disques de Noël en lice, alors qu’il s’est pourtant publié du bon matériel… Qui plus est, on a une sensation de déjà-vu : Avril Lavigne, Drake, Justin Bieber, Michael Bublé et Nickelback se mesurent. J’ai l’impression que Bublé, chouchou des Juno, gagnera ici.

Côté Artiste de l’année, la lutte est davantage intéressante, avec l’arrivée de City and Colour, Deadmau5 et Feist dans l’arène. Mon vote va à cette dernière, mais City and Colour pourrait se faufiler.

Compétition peu excitante en vue pour le Juno du groupe de l’année, qui devrait se jouer entre Nickelback et Hedley. Si le jury est conservateur, il optera pour les premiers. S’il est un iota plus audacieux, ce sera pour les seconds.

Là où le gala pourrait être intéressant, c’est en tournant les projecteurs vers Dan Mangan, comme il l’a fait l’an dernier avec Meaghan Smith. Mangan est en lice pour la Révélation de l’année, qu’il mérite pleinement. Il devrait aussi partir avec le Juno de l’Album alternatif. Pas sûr, cependant, qu’il pourrait ravir celui du Compositeur de l’année à Feist, à Jim Cuddy ou à Ron Sexsmith, la première partant favorite.

Parmi les singularités des Juno, impossible de passer sous silence qu’il y a deux volet dans la catégorie album alternatif, l’une «régulière», l’autre «adulte». Il semble que ce soit dans la seconde que cadre Feist avec l’excellent Metals. Elle devrait avoir droit aux honneurs, or Jim Cuddy se trouve aussi dans les parages et comme il sera intronisé avec ses comparses de Blue Rodeo au Panthéon de la musique canadienne, ceci pourrait teinter le vote du jury.

Côté jazz, soulignons la présence du François Bourassa Quartet, qui mériterait la statuette avec Idiosyncrasie. Colin Stetson apparaît dans la même catégorie avec son étonnant New History Warfare vol. 2 : Judges, susceptible de remporter la statuette de l’Album instrumental de l’année, où il est aussi en nomination.

Rayon rap, Drake devrait être honoré et, pour le Juno dance, Deadmau5 devrait triompher. Quant à l’album international de l’année, si le jury ne couronne pas Adele, il sera soit audacieux, soit profondément dans le vinaigre, à vous de choisir.

Si vous êtes parmi les rares curieux à vouloir écouter la remise en direct, sachez que la cérémonie, animée par le capitaine Kirk, c’est-à-dire William Shatner, sera diffusé dimanche, à 20h, à la chaîne CTV. Hedley, Nickelback, Feist, Deadmau5, City and Colour et Blue Rodeo offriront des performances.

Lire les commentaires (13)  |  Commenter cet article






Mercredi 28 mars 2012 | Mise en ligne à 17h34 | Commenter Aucun commentaire

Dans la contrée pop de Miike Snow

Miike Snow, vous connaissez? Ce n’est pas une personne, mais bien un trio. Après avoir oeuvré auprès de Madonna, Kylie Minogue et Britney Spears, pour laquelle ils ont signé le fameux hit Toxic, les Suédois Christian Karlsson et Pontus Winnberg se sont joints à l’Américain Andrew Wyatt pour former ce trio.

Deuxième offrande du groupe, Happy To You abrite autant de mélodies accrocheuses que de trouvailles sonores ou rythmiques. Wyatt, au chant, passe aisément du murmure à la voix de fausset, évoquant tantôt Ezra Koenig (Vampire Weekend), tantôt Chris Martin (Coldplay). Quant à ses comparses, ils tissent un environnement musical riche, mais jamais oppressant.

Dès Enter The Jokers Lair, on plonge avec bonheur dans cet univers pour n’en ressortir que neuf pièces plus tard, agréablement surpris. Devil’s Work, avec son mélange d’instrumentation synthétique et symphonique, Black Tin Box, à laquelle participe Lykke Li, Bavarian #1 (Say You Will) avec sa rythmique militaire ou encore la rêveuse God Help This Divorce sont autant de passages habiles, pétris avec finesse.

Un album rafraîchissant, qui tend à créer une dépendance.

À noter que les extraits que vous pouvez entendre ici sont malheureusement plus on moins représentatifs de l’album, d’autant qu’il s’agit de versions différentes.

Aucun commentaire  |  Commenter cet article






Mardi 27 mars 2012 | Mise en ligne à 11h52 | Commenter Commentaires (8)

FEQ : les paris sont ouverts

medium_square

Au fur et à mesure que les événements canadiens dévoilent leur programmation, les tournées estivales des artistes se dessinent. Du coup, les amateurs de festivals peuvent s’adonner à l’un de leur sport favori: spéculer. Dans le cas du Festival d’été, il y a de quoi s’amuser, car l’événement s’étend du 5 au 15 juillet. Beaucoup de noms peuvent donc se faufiler.

Si on s’inspire du Festival Folk de Winnipeg, on pourrait attendre Iron & Wine, ce qui est très intéressant, Feist, Billy Bragg, Beth Orton, Tedeschi Trucks Band et K’NAAN.

Quand on jette un oeil au Festival de jazz de Montréal, Patrick Watson semble un incontournable, Norah Jones pourrait être un bon coup, les Barr Brothers sont en pleine ascension et peut-être qu’on pourrait tenter de flirter avec Seal, quoique j’en doute.

Un visiteur de ce blog, cosmos1999, suggérait de surveiller ce qui se passe au Bayfest de Sarnia. Le dévoilement des têtes d’affiche n’est pas terminé là-bas, mais la récolte paraît maigre, étant donné que le FEQ a passé son tour pour Iron Maiden et Alice Cooper. Reste toutefois John Mellencamp, qui serait fort crédible, et les Cowboys Junkies.

À travers cela, Leonard Cohen a annoncé ses dates de tournée européenne, hier, qui débutent en août. Ceci laisse donc des plages de libre pour juillet et permet d’espérer qu’il se produise chez nous avec les pièces de Old Ideas. Même son fils, Adam est disponible durant l’été, ce qui permettrait un doublé inspiré…

Côté jazz, la tournée du guitariste Bill Frisell, consacrée au répertoire de John Lennon, est fort attirante aussi et déborde largement le cadre de la note bleue…

Qu’avez-vous déniché qui nous permettrait d’avoir idée de la programmation du FEQ, qui sera dévoilée le 23 avril? Hormis, bien sûr, les noms déjà connus tels LMFAO, Beirut, Jean Leloup, Johnny Hallyday et Aerosmith?

Lire les commentaires (8)  |  Commenter cet article






publicité

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mai 2012
    D L Ma Me J V S
    « avr   juin »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité