Le blogue de hockey junior

Articles taggés avec ‘Championnat du monde de hockey junior’

hockey_canada_230614

Équipe Canada junior a invité lundi 7 joueurs de la LHJMQ à son camp estival des moins de 20 ans qui se déroulera du 3 au 8 août à Brossard, à Montréal et à Sherbrooke.

Gardiens de but

Zachary Fucale (Halifax)
Philippe Desrosiers (Rimouski)

Défenseur

Samuel Morin (Rimouski)

Attaquants

Jonathan Drouin (Halifax)
Anthony Duclair (Québec)
Frédérik Gauthier (Rimouski)
Jérémy Grégoire (Baie-Comeau)

En comparaison avec les 7 représentants de la LHJMQ, 18 joueurs invités proviennent de l’Ontario et 16 de l’Ouest.

>>> La liste complète des 41 joueurs invités


>>> L’horaire du camp

Le Canadien compte deux espoirs dans cette liste : le gardien Zachary Fucale, un vétéran de l’an dernier, et Jérémy Grégoire, un choix de 6e ronde en 2013.

L’entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau, Benoît Groulx, a récemment été nommé entraîneur-chef d’Équipe Canada junior.

Le prochain Mondial junior aura lieu du 26 décembre 2014 au 5 janvier 2015 à Montréal et à Toronto.

Les joueurs ignorés pour ce camp estival pourraient forcer la main des dirigeants d’ici au camp final d’évaluation, en décembre, grâce à un solide début de saison l’automne prochain.

Un commentaire  |  Commenter cet article






Lundi 6 janvier 2014 | Mise en ligne à 20h07 | Commenter Commentaires (6)

Des pistes de solution pour Équipe Canada junior

Au cours des derniers jours, Don Cherry et Brent Sutter, l’actuel entraîneur-chef d’Équipe Canada junior, se sont prononcés à propos des insuccès du Canada au Mondial junior.

Je vous invite à lire leurs propos en cliquant ici pour Cherry et ici pour Sutter.

Don Cherry : «La tendance de Hockey Canada à choisir un nombre égal de joueurs provenant des ligues québécoise, ontarienne et de l’Ouest a nui à Équipe Canada junior. On devrait sélectionner les meilleurs, peu importe leur provenance.»

Brent Sutter : «On se concentre trop sur la victoire ou la défaite dès le plus jeune âge, et on ne travaille pas assez sur les habiletés. C’est là que ça commence, plus jeune. Lorsque les joueurs arrivent à 16 et 17 ans dans la Ligue canadienne de hockey, ils devraient déjà avoir un certain bagage au niveau des habiletés. «Je crois que l’on se concentre trop sur les résultats, sur les X et sur les O, à un jeune âge et pas suffisamment sur le développement des habiletés.»

Je trouve ces propos intéressants, mais j’y ajouterais quelques nuances.

D’abord, par rapport à ce que dit Don Cherry, je veux bien sélectionner les meilleurs joueurs, mais je me demande s’il voulait plutôt dire «plus de joueurs de l’Ontario».

Dans le texte, il affirme : «Il n’y pas lieu de croire qu’il y a trop de joueurs issus d’un circuit. Si les 22 meilleurs sont au Québec, qu’on aille les chercher.»

J’ai beaucoup de difficulté à croire que ce n’est pas une farce de sa part. J’aimerais bien voir sa réaction si jamais 10 Québécois étaient sélectionnés.

Disons que c’est plus plausible en Ontario et dans l’Ouest, si l’on se fie aux dernières années.

D’accord pour les meilleurs talents, mais si deux joueurs se valent, au moment de trancher, les dirigeants vont souvent y aller avec des joueurs qu’ils connaissent.

Ce n’est pas de la politique, la vie tout court fonctionne comme ça.

Concernant Brent Sutter, j’ai été surpris de lire ses conseils aussi tôt après le tournoi, étant donné qu’à mon avis, il a eu un rôle à jouer dans les mauvaises performances d’ÉCJ.

Son style de gestion et sa philosophie de hockey nord-américain ne s’accordaient pas au style de jeu et à l’arbitrage européens, sur une patinoire olympique.

Je ne crois pas du tout que les joueurs canadiens présents en Suède manquaient d’habiletés individuelles.

Ce sont des joueurs repêchés dans la LNH ou sur le point de l’être, et des vedettes dans leur ligue respective.

Par contre, pour les habiletés collectives, la chimie entre les joueurs, des joueurs au style nord-américain sur une patinoire olympique, c’est possible que ça fasse défaut.

Le développement peut-il être meilleur au Canada?

Assurément.

Les autres pays nous ont rattrapés et il faut travailler fort pour se démarquer.

Est-ce qu’on en ressent les effets à un si haut niveau, quitte à tout chambarder?

Je n’y crois pas, on parle quand même de la crème de la crème.

Mais une meilleure gestion des effectifs s’impose.

>>> Rejoignez-moi sur Twitter : @fparenteau

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






Encore une fois cette année, le Canada revient du Mondial junior avec les mains vides.

Très décevant.

Oui, les autres pays s’améliorent année après année, mais les Canadiens demeurent une grande puissance.

Et deux fois de suite la quatrième place pour une grande puissance, c’est inacceptable.

Le bassin de hockeyeurs juniors au Canada regorge tellement de talent offensif qu’il est inconcevable de voir nos représentants générer aussi peu d’attaque.

Un seul but par match en demi-finale et en finale du bronze, c’est nettement insuffisant.

L’avantage numérique n’a pas fait le travail, et ce n’est pas les occasions qui ont manqué.

Dire que les Russes ont été pris trois fois avec un surplus de joueurs sur la patinoire!

Globalement, Équipe Canada junior a offert une meilleure prestation que la veille contre la Finlande, surtout en troisième période, mais au final, le réveil a été trop tardif.

L’obligation de jouer du hockey de rattrapage tôt dans le match a empêché le Canada d’imposer son rythme.

On se dirigeait vers un premier match sans but canadien depuis des lunes avant que Josh Morrissey fasse dévier la rondelle avec son patin derrière le gardien Andrei Vasilevski.

Les minutes suivantes ont été excitantes, mais la Russie a réussi à conserver son avance de 2-1.

Malgré la défaite, le trio des Québécois Drouin-Mantha-Hudon a connu un bon match.

Anthony Mantha termine le tournoi avec 11 points (5 buts et 6 aides) en 7 parties, bon pour le premier rang des pointeurs canadiens.

Devant le filet, Fucale a eu une faiblesse sur le deuxième but des Russes, mais il sera là l’an prochain.

D’ailleurs, ce sont 11 joueurs qui peuvent être de retour l’an prochain pour ÉCJ, de l’expérience qui ne s’achète pas.

***

De grandes attentes pour l’an prochain au Canada

Les attentes seront grandes puisque le Mondial junior 2015 sera disputé au Canada, à Toronto et à Montréal…

C’est facile de juger après coup, mais le Canada avait-il l’équipe pour faire bonne figure sur une grande patinoire européenne?

Des joueurs de talent brut ont été laissés de côté pour des joueurs «de rôle».

En regardant l’alignement actuel, je me dis que les chances de succès auraient été plus grandes l’an prochain justement, avec du jeu plus robuste sur une patinoire nord-américaine.

Bref, une équipe à l’image de l’entraîneur-chef Brent Sutter.

Est-ce que l’équilibre des forces était adéquat?

Surtout pour faire fonctionner l’avantage numérique, une arme cruciale dans ce tournoi à élimination directe.

>>> Rejoignez-moi sur Twitter : @fparenteau

Lire les commentaires (12)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « août    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    282930  
  • Archives

  • publicité