Le blogue de hockey junior

Archive de la catégorie ‘Screaming Eagles du Cap-Breton’

Dimanche 14 décembre 2014 | Mise en ligne à 9h24 | Commenter Commentaires (6)

LHJMQ: quand le gardien participe au festival offensif (vidéo)

François Brassard (Photo Patrick Woodbury, Le Droit)

François Brassard (Photo Patrick Woodbury, Le Droit)

François Brassard est devenu samedi le 4e gardien de l’histoire de la LHJMQ à marquer un but.

Le gardien des Screaming Eagles s’est gâté… contre son ancien club!

Ce but dans un filet désert a confirmé la victoire de 8-5 du Cap-Breton contre les Remparts de Québec, samedi soir.

On peut considérer François Brassard comme un gardien «offensif» : il a amassé 12 mentions d’aide en carrière dans la LHJMQ jusqu’à présent.

Le DG des Remparts Philippe Boucher l’avait échangé aux Eagles lors du repêchage de la LHJMQ, en mai dernier.

Selon le site hockeygoalies.org, seulement trois autres gardiens de la LHJMQ ont réussi cet exploit avant Brassard : Antoine Lafleur (Île-du-Prince-Édouard) en 2005, ainsi que Peter Delmas (Lewiston) et Maxime Gougeon (Rimouski) en 2008.

***

Pour me joindre

Twitter | @fparenteau

Facebook | François Parenteau – LHJMQ

Courriel | fparenteau@lapresse.ca

Lire les commentaires (6)  |  Commenter cet article






200px-Cape_Breton_Screaming_Eagles.svg

Le premier choix de la LHJMQ en 2013 Nicolas Roy et sa famille, originaires de l’Abitibi, invoquent la question des études à l’extérieur du Québec pour justifier leur décision de ne pas se rapporter aux Screaming Eagles du Cap-Breton.

C’est leur choix personnel, même si je ne suis pas d’accord avec l’idée de choisir son équipe.

>>> Pour les dernières nouvelles dans la LHJMQ et échanger avec moi sur Twitter : @fparenteau

>>> À lire aussi : La LHJMQ mérite plus de respect

Mais si je vous demandais quelle équipe a vu le plus de joueurs de son organisation remporter le trophée Marcel-Robert, remis chaque saison au joueur-étudiant par excellence, au cours des 10 dernières années, quel serait votre choix?

La réponse : les Screaming Eagles du Cap-Breton.

Eh oui!

Jonathan Brunelle en 2011-2012, Robert Slaney en 2007-2008 et Guillaume Demers en 2004-2005 ont tous les trois mérité cet honneur.

Dire qu’avec tout ce qu’on entend et lit sur cette histoire, on commençait à se demander qui serait assez fou pour aller jouer là sans compromettre ses études… Pourtant, ils sont nombreux, et pas moins intelligents qu’ailleurs!

Seuls les Saguenéens de Chicoutimi s’approchent des Eagles au cours de cette période de dix ans, avec deux récipiendaires : Dominic Jalbert en 2009-2010 et Nicolas Therrien en 2010-2011.

La LHJMQ ne s’est installée au Cap-Breton qu’en 1997, et malgré cette courte histoire, les Eagles comptent beaucoup plus de joueurs-étudiants par excellence que bien d’autres équipes plus vieilles.

Au bout du compte, les études à l’extérieur du Québec, est-ce la véritable raison du refus de Nicolas Roy de se présenter au Cap-Breton?

«Ce n’est pas impossible que j’aille jouer aux États-Unis. Mes parents ont toujours voulu que j’aille étudier là-bas», avait déclaré Nicolas Roy au journaliste Alex Drouin de L’Écho Abitibien avant le repêchage.

Je doute déjà très fort. Pas vous?

On conviendra que le système scolaire et la langue sont aussi différents entre le Québec et les Maritimes qu’entre le Québec et les États-Unis.

Selon ce qu’on peut apprendre en coulisse, la véritable raison serait plutôt l’équipe elle-même, avec des installations qui ne sont pas parmi les plus attrayantes de la LHJMQ, et aussi l’entraîneur Marc-André Dumont, un ancien des Foreurs de Val-d’Or, qui ne ferait pas l’unanimité auprès des joueurs.

Dans ces circonstances, c’est dommage de s’en prendre à la qualité de l’éducation offerte par les Screaming Eagles.

Peu importe la province, je crois qu’un jeune hockeyeur peut réussir ses études s’il y met les efforts nécessaires. Surtout que le Cap-Breton n’est pas la seule équipe qui doit rouler beaucoup en autocar durant la saison, c’est une réalité partout à travers la LHJMQ.

Lire les commentaires (20)  |  Commenter cet article






Dimanche 25 août 2013 | Mise en ligne à 12h34 | Commenter Commentaires (10)

Dossier Nicolas Roy: la LHJMQ mérite plus de respect

QMJHL Draft 20130608
Nicolas Roy et le directeur général Marc-André Dumont, au repêchage 2013. (Photo : Danielle Bradette, La Presse Canadienne)

On s’y attendait depuis longtemps, bien avant le repêchage, mais c’est maintenant officiel : Nicolas Roy, le premier choix des Screaming Eagles en 2013, la toute première sélection de la LHJMQ, ne se rapportera pas au Cap-Breton.

L’organisation a officialisé la nouvelle samedi soir sur son site Internet

>>> Pour les dernières nouvelles dans la LHJMQ et échanger avec moi sur Twitter : @fparenteau

Nicolas Roy et sa famille, originaires de l’Abitibi, invoquent depuis le départ la question des études à l’extérieur du Québec pour justifier leur décision, même si les Screaming Eagles ont fourni beaucoup d’efforts pour répondre à leurs demandes.

Au final, ils n’ont même pas voulu visiter la ville et les installations de l’équipe.

En conséquence, l’entraîneur-chef et directeur général Marc-André Dumont obtiendra le 5e choix du repêchage 2014 en compensation, en plus de ce qu’il recevra en retour de l’espoir de 16 ans dans une éventuelle transaction.

De fortes rumeurs envoient Nicolas Roy à Rouyn-Noranda, mais les Huskies ont nié ces rumeurs au début du mois d’août. À l’heure actuelle, aucune équipe du Québec ne doit être négligée pour conclure un échange.

Impossible d’être surpris à la lecture de cette nouvelle. Le clan Roy avait indiqué bien avant le repêchage que le jeune ne se présenterait pas au Cap-Breton.

Les Screaming Eagles ont bien fait en le sélectionnant quand même, car on ne peut pas laisser passer un espoir de cette qualité et permettre à une autre équipe de le repêcher sans rien débourser.

Au moins, ils recevront quelque chose en retour.

Depuis trop longtemps, la LHJMQ se fait mener par des jeunes de 15-16 ans et leur famille qui veulent décider dans quelle ville jouer.

Tu veux jouer dans la LHJMQ? Parfait!

Mais respecte ta future ligue et accepte de «courir le risque» de devoir jouer dans tous ses marchés, même si certains sont moins attrayants que d’autres.

Tu ne veux pas «courir ce risque»? D’accord, tu ne seras tout simplement pas éligible au repêchage de la LHJMQ et tu devras jouer ton hockey junior dans une autre ligue.

Enfin de l’équité entre toutes les équipes!

Et si des équipes ne sont plus assez de qualité pour développer des individus et faire progresser des joueurs de hockey junior, qu’on les ferme ou qu’on les déménage dans de meilleurs marchés!

Mais bon, je sais, je rêve en couleurs…

Laissons donc les Roy et MacKinnon de ce monde continuer à choisir leur équipe, au détriment des marchés qui ont toujours un petit quelque chose qui ne fait pas l’affaire.

Lire les commentaires (10)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2017
    D L Ma Me J V S
    « juin    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Archives