Le blogue de hockey junior

Le blogue de hockey junior - Auteur
  • François Parenteau

    François Parenteau s'intéresse au hockey junior et à la LHJMQ. Suivez-le sur Twitter au @fparenteau
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 24 août 2014 | Mise en ligne à 8h00 | Commenter Commentaires (9)

    Canadien: pourquoi Jérémy Grégoire a glissé en 6e ronde

    L'espoir du Canadien, Jérémy Grégoire (Photo Robert Skinner, La Presse)

    L'espoir du Canadien, Jérémy Grégoire (Photo Robert Skinner, La Presse)

    Si l’espoir du Canadien Jérémy Grégoire n’a pas été repêché avant la sixième ronde du repêchage 2013 de la LNH, ce n’est pas à cause d’un manque de talent ni de potentiel.

    L’explication est plus subtile.

    Pendant le camp des recrues du Canadien et celui d’Équipe Canada junior cet été, plusieurs textes ont été écrits à propos de la soi-disant «étonnante progression» de l’attaquant du Drakkar de Baie-Comeau.

    Oui, Jérémy Grégoire s’est bien sûr amélioré — notamment son coup de patin —, mais en réalité, il a toujours été un espoir de premier plan, et non un lointain projet de sixième ronde.

    Sauf qu’à la date limite des transactions dans la LHJMQ, aux Fêtes 2013, sa demande de quitter les Saguenéens de Chicoutimi a fait jaser dans le petit monde du hockey.

    À moins que la demande provienne d’un exceptionnel comme Nathan MacKinnon, les dirigeants de la LNH y pensent souvent deux fois avant de repêcher un tel joueur. Ils préfèrent éviter de possibles problèmes dans le futur.

    Le hic, c’est que la demande de Grégoire était légitime, bien qu’il restait évidemment le premier responsable de son rendement.

    Son déménagement à Baie-Comeau a été plus que bénéfique pour la suite de sa carrière.

    À Chicoutimi, le développement des jeunes joueurs de l’équipe souffrait de la gestion des recrues et des vétérans par l’entraîneur Marc-Étienne Hubert, qui a depuis quitté pour retourner derrière le banc des Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

    Après une première saison de 30 points en 61 matchs, le Sherbrookois n’allait nulle part à son année de repêchage avec une production de 15 points en 35 parties.

    Considéré comme un espoir professionnel de haut niveau depuis ses débuts au hockey junior, Grégoire n’était même pas répertorié parmi les 25 meilleurs espoirs de la LHJMQ par la Centrale de recrutement de la LNH.

    Dès son arrivée avec le Drakkar, il a retrouvé ses repères. Il a terminé la saison avec 17 points en 27 rencontres.

    En séries, il en a ajouté 16 en 18 matchs éliminatoires.

    Quand l’intensité du jeu augmente, l’athlète de 6 pieds et 186 livres est à son meilleur.

    Grâce à son retour en force, Jérémy Grégoire a sauvé sa saison de repêchage.

    Au dernier classement de la Centrale de recrutement en 2013, il figurait au 79e rang des meilleurs espoirs nord-américains.

    C’est finalement près de 100 sélections plus loin, au 176e rang, que le Canadien en a fait son choix de sixième ronde.

    Un an plus tard, cette décision s’avère payante.

    La saison dernière, Jérémy Grégoire a produit plus d’un point par match pour la première fois de sa carrière (35 buts et 34 aides en 65 parties).

    L’attaquant a déjà signé un premier contrat professionnel et représente une belle option de joueur d’énergie et de robustesse.

    Sur la glace, c’est un guerrier, et il sera l’un des joueurs les plus convoités sur le marché des transactions dans la LHJMQ cette saison.

    En décembre prochain, il pourrait être choisi pour participer au Mondial de hockey junior qui se déroulera à Montréal et à Toronto.

    ***

    Merci d’«aimer» ma page Facebook et de me suivre sur Twitter @fparenteau!

    Tags: , , , , , , ,


    • Je comprends que certains se posent des questions au sujet de Grégoire. Mais que dire de Nantel, Rouyin-Noranda, classé 51e, repéché par Colorado 204!!!! On parle d’un recul de 150 positions, il était juste derrière, Kube et Vaclav.

    • Encore plus simple comme explication : la glace olympique du Centre Georges-Vézina ne lui convenait tout simplement avec son coup de patin et son style de jeu.

    • La véritable réponse c’est que son instructeur Hubert ne l’aimait pas et ne l’utilisait pas plus qu’il faut, faites jouer Crosby ou Mac Kinnon 6 ou 7 minutes par partie et souvent moins on s’ en reparlera, voilà la véritable raison, c’est toujours comme cela avec n’importe lequel joueur quand la relation entre un joueur et la direction est pourrie, et je ne dis pas que c’est juste la faute à Hubert, mais parfois c’est comme cela dans n’importe lequel domaine quand la communication ne passe pas.

    • Est-ce que le style de jeu de Grégoire rappelle celui d’Olivier Fortier?

    • L’important c’est sûrement d’avoir été repêché. Il faut aussi faire les comparaisons avec les autres joueurs de la LHJMQ car la LNH peut avoir des comportements, des patterns face aux joeurs qui en proviennent.

      Je lis les évaluations aussi de Hockey’s Future. Un 6,5 pour le talent et un D pour les probabilités de succès pour Grégoire versus un 5,5 et un D pour Tommy Veilleux. Ok, Grégoire aurait pu être repêché avant Veilleux. Je me rends maintenant à Vincent Dunn, repêché 138ième, 6,5 pour le talent aussi mais avec une probabilité de succès de C. Si cette évaluation est bonne, Dunn devait être repêché avant Grégoire et Veilleux et il l’a été.

      Allons plus haut encore…Christopher Clapperton… Plus petit… plus de points et donc évalué avec plus de talent. Probabilité de succès ? D lui aussi. Ils prennent aussi le joueur avec selon eux, le plus de talent.

      La compétition est vive. Et je crois au biais possible des recruteurs de la LNH envers la LHJMQ. J’en vois un aussi au hockey féminin pour faire les équipes nationales. Les joueuses évoluant dans la NCAA ont plus de chance d’être choisies. Le calibre y est réellement plus fort mais des joueuses évoluant dans le réseau collégial ou universitaire canadien devraient être plus considérées.

    • @ atchum. …….Voilà deux joueurs aux antipodes l’un frêle et peu physique Forte et l’autre de type power-forward physique et très engagé dans une partie, la prochaine saison nous en dira plus sur Grégoire, plus de talents de finesse que Gallagher et il est en quelque sorte un peu le même genre mais à 6 pieds et 200 à 210 lbs à maturité, lui choix de 6e ronde alors que s’ il avait été 10 jours plus jeunes il serait choisi fin 1er ronde début 2e en 2015, alors que Gallagher est choix de 5e ronde plus âgé.

    • Je suis au Saguenay et je vais régulièrement aux Sags.. Une raison de plus des insuccès de Grégoire était aussi la grande patinoire du CGV.. Ça ne favorisait pas son style de jeu !

    • @ bigbergeron. ..J’ai vu joué Jeremy Grégoire deux fois l’an dernier sur une patinoire olympique à Shawinigan et le grandeur de la glace ne lui nuisait nullement, je dirais même qu’avec plus d’espace il était plus difficile à couvrir, je l’ai aussi vu jouer deux fois sur des patinoires régulières, et ma foi je n’ai pas vu de différence dans son jeu, mais une chose est certaine la s chimie n’y était pas au Saguenay.

    • @ vieuxbouc

      18h21: Désolé de te contredire, mais je n’ai jamais vu jouer les Cataractes sur la glace olympique à Shawinigan… Les Cataractes jouent leurs matches locaux sur une surface dote “nord américaine” même si la glace olympique est disponible à Shawinigan.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2014
    D L Ma Me J V S
    « oct    
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    30  
  • Archives

  • publicité