Le blogue de hockey junior

Archive du 22 novembre 2012

Jeudi 22 novembre 2012 | Mise en ligne à 12h01 | Commenter Commentaires (5)

Matteau et Paquette ont compris le message de l’Armada

Si l’Armada de Blainville-Boisbriand connaît une séquence de cinq victoires consécutives, c’est entre autres grâce à la nouvelle attitude des attaquants Stefan Matteau et Cédric Paquette.

Dans les deux cas, le talent n’a jamais été remis en doute. Mais l’indiscipline de Matteau (premier choix des Devils du New Jersey en 2012) et de Paquette (choix de quatrième ronde du Lightning de Tampa Bay en 2012), a causé des problèmes à l’Armada en début de saison.

>>>Pour tout savoir des dernières nouvelles concernant l’Armada, suivez-moi sur Twitter au @fparenteau

Jusqu’à ce que la direction décide de passer un message en les suspendant chacun pour un match, à quelques jours de différence en octobre.

Depuis, les deux joueurs performent à la hauteur de leur potentiel et contrôlent leurs émotions sur la patinoire.

«Je pense que c’était la meilleure affaire pour moi»

«Ça m’a fait réaliser des choses», admet Stefan Matteau. «Cette semaine-là a été difficile, il y a eu des conséquences à mes punitions stupides, mais je pense que c’était la meilleure affaire pour moi. Il y a eu un déclic du côté de la discipline, et ça aide beaucoup.»

Au cours des cinq derniers matchs, il a inscrit sept points et maintenu un différentiel de +7. Paquette a de son côté amassé huit points.

«Je ne suis pas quelqu’un d’égoïste, mais sous le coup de l’émotion, j’ai parfois voulu me venger au mauvais moment, ou d’autres affaires niaiseuses comme ça», raconte-t-il.

«Je me suis repris en main et ça va bien. Avec mon style de jeu, c’est certain que je vais écoper de punitions, mais il ne faut pas que ce soit des pénalités inutiles, par exemple, des coups après le sifflet.»

Paquette a été testé

Cédric Paquette le reconnaît : ses adversaires l’ont testé en début de saison et il est tombé dans le panneau.

«Tout le monde dans la Ligue savait que je pouvais pogner les nerfs assez facilement. Ils ont réussi à me déstabiliser, mais je ne pense plus que ce sera possible. Je me dis que tant qu’à être puni, je vais laisser tomber les gants. Au lieu de me venger d’un adversaire sur le coup, je garde ça dans moi et je m’arrange pour le pincer légalement plus tard», explique le Gaspésien d’origine.

«Mes esprits sont plus reposés maintenant, je pense que mon mental était fatigué un petit peu», ajoute-t-il. «Je prends de meilleures décisions sur la glace et je me contrôle pas mal mieux.»

Pendant cette période, Cédric Paquette a perdu le «A» d’assistant-capitaine sur son chandail. Le défenseur Olivier Picard l’a remplacé.

«Même si j’ai perdu mon “A”, je prends encore mon rôle au sérieux. Je suis toujours un leader, ce n’est qu’une lettre sur un chandail», réagit-il.

Penser à l’équipe d’abord

Jusqu’à présent, Jean-François Houle aime la manière dont ses joueurs ont répondu depuis leur retour.

«Stefan et Cédric se sont concentrés à jouer au hockey à la place de prendre des punitions. Ils sont mieux préparés mentalement, ça paraît pour l’ensemble de l’équipe et ça parait dans nos victoires. Quand deux bons joueurs décident de jouer au hockey correctement, ça fait une grosse différence. Il fallait juste qu’ils pensent à l’équipe avant de penser à eux», déclare l’entraîneur-chef de l’Armada.

Le directeur général de l’équipe Joël Bouchard rappelle que ce sont deux joueurs en progression, et comme tous les autres joueurs, ils ne sont pas parfaits.

«Ce sont des jeunes qui ont du caractère, de la fougue. C’est notre travail de bien les encadrer et de faire en sorte qu’ils s’expriment dans les limites du hockey et du concept d’équipe. Il faut s’assurer qu’ils continuent à respecter le plan parce que des fois, le naturel revient», souligne-t-il.

«Cédric joue très bien et ne prend pas de punitions stupides. Je suis fier de lui et ça doit continuer. Quant à Stefan, il a eu quelques altercations, mais c’est un joueur robuste. Il s’est battu à quelques reprises et on n’a aucun problème avec ça. Ce sont les punitions stupides qu’on n’aimait pas», mentionne Joël Bouchard.

«C’était la chose à faire»

«On a pris une décision, et c’est maintenant derrière nous. On est content de leurs performances et de leur attitude depuis leur retour. Les joueurs savent comment ça fonctionne chez nous, ils étaient avertis, et on a juste suivi le même plan que l’an dernier. Ça ne changera pas, peu importent les attentes envers l’équipe», assure le directeur général.

On se souviendra que lors du septième match contre l’Océanic de Rimouski en deuxième ronde l’an dernier, l’Armada avait gardé au banc son meilleur pointeur, Jess Tanguy, en raison d’un manque d’éthique de travail.

Lire les commentaires (5)  |  Commenter cet article






publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    janvier 2013
    D L Ma Me J V S
    « déc   fév »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité