Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Depuis juin 1994, Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l’Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l’Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que plusieurs essais sur les États-Unis, dont Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012) et Madame America : 100 clés pour comprendre Hillary Clinton (Les Éditions La Presse, 2016). Il vit à Manhattan avec sa famille.
  • Lire la suite »

    Archive de la catégorie ‘Général’

    Jeudi 25 août 2016 | Mise en ligne à 11h41 | Commenter Commentaires (33)

    Coulter croit-elle encore en Trump?

    51d1qgc0F7L._SY344_BO1,204,203,200_«Il n’y a rien que Trump puisse faire qui ne lui sera pas pardonné. Sauf changer ses politiques en matière d’immigration.»

    Cette phrase se trouve dans le tout nouveau livre d’Ann Coulter, dont le titre pourrait se retourner contre l’auteure et le candidat qu’elle appuie avec vigueur depuis le tout début de sa campagne présidentielle : In Trump We Trust.

    Hier soir, lors de l’émission de Sean Hannity sur Fox News, Trump a poursuivi son revirement en matière d’immigration en affirmant que les clandestins qui se sont bien comportés en sol américain pourront continuer à y vivre s’ils paient les impôts qu’ils doivent. Il s’agit d’une position que Trump a déjà assimilé à une «amnistie», une politique indéfendable aux yeux des adversaires les plus virulents de l’immigration illégale, dont Coulter.

    À noter que Trump a nié que sa proposition s’apparentait à une «amnistie».

    Coulter, pasionara de la droite nationaliste blanche, a néanmoins exprimé sa déception hier en publiant une série de tweets moqueurs à propos de la nouvelle position de Trump. «Si c’est ”difficile”, alors oublions ça», a-t-elle notamment écrit en faisant allusion à une déclaration de Trump selon laquelle il est «difficile» d’expulser des gens qui se sont bien conduits aux États-Unis depuis 15 ou 20 ans.

    Reste à voir si Coulter et ses semblables retireront à Trump leur appui à la suite de son revirement sur une de ses plus importantes promesses. Revirement qui fait partie des efforts du candidat républicain pour se montrer plus présentable aux électrices blanches de la banlieue qui ne veulent pas voter pour un candidat raciste à la Maison-Blanche.

    Lire les commentaires (33)  |  Commenter cet article






    Jeudi 25 août 2016 | Mise en ligne à 7h55 | Commenter Commentaires (59)

    La citation du jour

    «Hillary Clinton est une raciste qui voit seulement les gens de couleur en tant que votes et non en tant qu’êtres humains méritant un meilleur avenir.»

    - Donald Trump, s’exprimant hier soir devant des partisans de Jackson, au Mississippi.

    Lire les commentaires (59)  |  Commenter cet article






    Mercredi 24 août 2016 | Mise en ligne à 15h35 | Commenter Commentaires (65)

    Poussons, mais poussons égal

    Hillary Clinton et la Fondation Clinton : la presse en perd parfois la tête. (Photo AP)

    Hillary Clinton et la Fondation Clinton : la presse en perd parfois la tête. (Photo AP)

    L’Associated Press a publié hier une «analyse» qui fait mal paraître Hillary Clinton : selon l’agence de presse, plus de la moitié des personnes qui n’appartenaient pas au gouvernement et qui ont rencontré Clinton lorsqu’elle était secrétaire d’État (sur un total de 154) ont fait des dons à la Fondation Clinton.

    Le hic, c’est que cette donnée n’est frappante que si l’on exclut le millier de personnes et plus appartenant à des gouvernements, américain ou étrangers, qui ont rencontré Clinton au cours de la même période. La donnée exclut aussi tous les journalistes, représentants d’ONG et autres personnes avec lesquels la secrétaire d’État a eu des rencontres au cours de ses nombreux déplacements à l’étranger.

    Qu’à cela ne tienne : l’AP insinue que l’ancienne secrétaire d’État a accordé un traitement de faveur à ceux qui avaient donné de l’argent à la Fondation créée par son mari. L’agence de presse s’étend tout particulièrement sur le cas de l’économiste Muhammad Yunus, prix Nobel de la Paix 2006 et pionnier du micro-crédit, qui avait maille à partir avec le gouvernement du Bangladesh, son pays d’origine. Après des contacts avec Yunus, Clinton a demandé à ses adjoints de lui donner un coup de main.

    Il faut noter que l’intérêt de Clinton pour le micro-crédit précédait la création de la Fondation Clinton. Il faut aussi préciser que Yunus était une sommité mondiale à laquelle la plupart, sinon tous les secrétaires d’État auraient voulu accorder de l’attention. Où est donc le scandale? Quand il s’agit des Clinton, le scandale est parfois là où il n’y en pas.

    L’AP fournit d’autres exemples encore moins convaincants de conflits d’intérêts entre le département d’État sous Clinton et la Fondation Clinton. L’agence de presse aurait pourtant pu faire la même analyse avec les prédécesseurs de Clinton et déterminer qu’ils ont rencontré un nombre X de personnes ayant financé la campagne des présidents qui les ont nommés. Mais ce ne serait peut-être pas aussi vendeur.

    NBC News y est également allé d’une histoire tendancieuse hier sur la Fondation Clinton. La chaîne a rappelé que la fondation avait reçu des dons de 17,6 millions de dollars sur cinq ans d’une université à but lucratif, le genre d’entreprises que dénonce Hillary Clinton en tant que candidate à la présidence.

    NBC News aurait pu conclure que l’argent versé à la Fondation Clinton ne permettait pas d’obtenir l’appui automatique de la candidate démocrate à la présidence. La chaîne a plutôt choisi d’accuser Hillary Clinton d’hypocrisie, comme quoi elle ne peut jamais gagner.

    Entendons-nous : la Fondation Clinton crée un problème réel d’apparence de conflits d’intérêts. Un problème qui pourrait être réglé en fermant cette fondation. Mais force est de constater que les médias ont dû mal ces jours-ci à prouver l’accusation principale des républicains au sujet de la Fondation Clinton, à savoir qu’il suffisait lui verser de l’argent pour obtenir des faveurs auprès du département d’État sous Hillary Clinton.

    Autrement dit : poussons, mais poussons égal.

    Lire les commentaires (65)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    août 2016
    L Ma Me J V S D
    « juil    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives