Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Depuis juin 1994, Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l’Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l’Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que plusieurs essais sur les États-Unis, dont Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012) et Madame America : 100 clés pour comprendre Hillary Clinton (Les Éditions La Presse, 2016). Il vit à Manhattan avec sa famille.
  • Lire la suite »

    Archive de la catégorie ‘Général’

    Mardi 16 janvier 2018 | Mise en ligne à 20h34 | Commenter Commentaires (13)

    Cory Booker et la «complicité» d’une Blanche

    Kirstjen Nielsen, secrétaire à la Sécurité intérieure, a fait deux aveux étonnants aujourd’hui lors de son audition devant la commission des Affaires judiciaires du Sénat. Elle a dit ne pas avoir rencontré de sa vie un seul des quelque 800 000 «Dreamers» que son ministère aura la responsabilité d’expulser si le Congrès ne parvient pas à un accord sur leur statut. Et elle a affirmé ne pas se souvenir des mots utilisés par Donald Trump pour parler d’Haïti et des pays africains lors d’une rencontre à laquelle elle a participé jeudi dernier.

    Son trou de mémoire a inspiré au sénateur démocrate du New Jersey Cory Booker une intervention remarquée de neuf minutes au cours de laquelle il a dénoncé la complicité des Blancs en général face au racisme du président et celle de Nielsen en particulier. Je cite des extraits de cette sortie qu’il vaut la peine d’écouter en totalité :

    «L’idée que le commandant en chef de ce pays puisse parler de certaines nations de façon grossière et porter ombrage à des millions d’Américains originaires de ces communautés – et que vous puissiez même dire dans votre témoignage que les Norvégiens étaient préférables selon lui parce qu’ils sont ’si travaillants’… [...]

    «Votre silence et votre amnésie tiennent de la complicité. [...] Quand Dick Durbin m’a appelé, j’avais des larmes de colère en l’écoutant me parler de son expérience, et le fait que vous ne ressentez pas cette douleur et cette peine et que vous balayez du revers de la main certaines questions de mes collègues en disant ‘j’ai déjà répondu à ce type de question’, alors que des millions d’Américains souffrent maintenant parce qu’ils sont inquiets de ce qui s’est passé à la Maison-Blanche, je trouve ça inacceptable.»

    Démocrates et républicains, progressistes et conservateurs, ont réagi de façon complètement différente à l’intervention de Booker. Les uns ont félicité un politicien éloquent ayant le courage de défendre les valeurs américaines, les autres ont dénoncé un politicien opportuniste qui a tenté de rehausser son profil national sur le dos d’une femme qui sert son pays au meilleur de ses capacités.

    Votre jugement?

    Lire les commentaires (13)  |  Commenter cet article






    Mardi 16 janvier 2018 | Mise en ligne à 17h10 | Commenter Commentaires (86)

    Trump passe l’évaluation cognitive de Montréal avec brio

    Donald Trump jouit de toutes ses facultés cognitives, selon le docteur de la Maison-Blanche. (Photo The New York Times)

    Donald Trump jouit de toutes ses facultés cognitives, selon le docteur de la Maison-Blanche. (Photo The New York Times)

    Je dois avouer bien humblement que je n’étais pas au courant de l’existence d’une chose appelée «Évaluation cognitive de Montréal», conçue par Ziad Nasreddine à Montréal en 1996 pour l’évaluation des dysfonctions cognitives légères. J’irai cependant au lit enrichi de cette information ce soir après avoir appris que Donald Trump avait passé avec brio ce test vendredi lors de son examen médical.

    Selon le médecin de la Maison-Blanche, Ronny Jackson, le président a lui-même demandé d’être soumis à cette évaluation dont on peut lire ici en français les différentes étapes. Il a annoncé que son patient avait décroché une notre parfaite de 30 sur 30.

    «Il n’y a pas la moindre indication qu’il a un problème cognitif», a déclaré le Dr Jackson, qui a par ailleurs qualifié l’état de santé du président d’«excellent» malgré un taux de cholestérol trop élevé et un surpoids (à 108 kilos, Trump doit perdre de 7 à 9 kilos).

    Trump s’est soumis à l’évaluation cognitive de Montréal après que ses facultés ont notamment été mises en doute par Michael Wolff et plusieurs des sources de son best-seller Fire and Fury.

    Lire les commentaires (86)  |  Commenter cet article






    Mardi 16 janvier 2018 | Mise en ligne à 7h12 | Commenter Commentaires (82)

    Immigration : le dilemme des démocrates

    La sénatrice démocrate de Californie Kamala Harris, à qui l'on prête des aspirations présidentielles, s'oppose à l'adoption d'un budget provisoire sans protection pour les Dreamers. (Photo EPA)

    La sénatrice démocrate de Californie Kamala Harris s'oppose à l'adoption d'un budget provisoire sans régularisation des Dreamers. (Photo EPA)

    Les démocrates du Congrès doivent-ils risquer de plonger l’État fédéral dans un «shutdown» (une paralysie partielle de ses activités) pour arracher aux républicains un accord qui régulariserait le statut des «Dreamers», ces quelque 800 000 jeunes clandestins arrivés enfants aux États-Unis et protégés jusqu’en septembre dernier par un programme (DACA) créé par l’administration Obama en 2012?

    Le Congrès a jusqu’à vendredi pour adopter un budget provisoire qui assurerait le financement des activités de l’État fédéral. Un groupe de sénateurs bipartite avait présenté jeudi dernier à Donald Trump un accord de principe sur l’immigration qui avait semblé le séduire avant qu’il ne change soudainement d’opinion et explose lors d’une réunion où il a prononcé des propos jugés racistes sur les pays africains et les citoyens d’Haïti, comme le raconte le Washington Post dans cet article.

    Les sénateurs démocrates représentant des États bleus ou aspirant à la présidence sont prêts à risquer un «shutdown» si leurs demandes concernant les «Dreamers» ne sont pas satisfaites d’ici vendredi, alors que les sénateurs représentant des États rouges et dont les sièges seront en jeu en novembre craignent qu’une telle stratégie ne leur nuise.

    Contrairement à la réforme fiscale de Donald Trump, le budget provisoire ne peut être adopté au Sénat par une simple majorité. Soixante voix seront nécessaires.

    Une paralysie du gouvernement ne serait pas nécessairement dénuée de risque pour les républicains. Une partie du public pourrait leur en imputer le blâme en tant qu’élus d’un parti qui contrôle la Maison-Blanche et les deux chambres du Congrès.

    Qui plus est, les Dreamers comptent sur un capital de sympathie important au sein d’une majorité des Américains, y compris des républicains, qui souhaitent leur régularisation selon les sondages.

    Mais la décision finale sur un «shutdown» reviendra aux démocrates. Que devraient-ils faire s’il n’y a pas d’accord sur les Dreamers?

    Lire les commentaires (82)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    janvier 2018
    L Ma Me J V S D
    « déc    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  
  • Archives