Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Depuis juin 1994, Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l’Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l’Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que plusieurs essais sur les États-Unis, dont Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012) et Madame America : 100 clés pour comprendre Hillary Clinton (Les Éditions La Presse, 2016). Il vit à Manhattan avec sa famille.
  • Lire la suite »

    Archive de la catégorie ‘Général’

    Vendredi 17 novembre 2017 | Mise en ligne à 11h55 | Commenter Commentaires (179)

    Des hausses d’impôts dès 2021 pour les moins fortunés

    Le sénateur de l'Utah Orrin Hatch, grand manitou de la réforme fiscale au Sénat. (Photo Photo)

    Le sénateur de l'Utah Orrin Hatch, grand manitou de la réforme fiscale au Sénat. (Photo Photo)

    La Chambre des représentants à majorité républicaine a adopté avec une grande rapidité et une relative facilité hier la plus importante réforme fiscale depuis 1986 aux États-Unis. Le Sénat devrait pour sa part tenir un vote sur sa propre version, différente en plusieurs points importants, après la fête de Thanksgiving.

    Il est entendu que les républicains du Sénat auront plus de mal que ceux de la Chambre à assurer l’adoption de leur proposition, ne pouvant se permettre plus de deux défections (13 républicains ont voté contre la réforme de la Chambre). Or, le sénateur républicain du Wisconsin Ron Johnson a déjà annoncé son opposition au texte de loi actuel. L’appui de plusieurs de ses collègues, dont Susan Collins, Bob Corker et Jeff Flake, est par ailleurs loin d’être assuré.

    Un des problèmes auquel les républicains du Sénat auront à faire face est illustré par une analyse de leur proposition réalisée par un organisme non partisan du Congrès, le Joint Committee on Taxation (JCT). Selon cette analyse, les foyers gagnant 30 000$ par année et moins verraient leurs impôts augmenter dès 2021 et ceux gagnant 75 000$ et moins en 2027, alors que les plus fortunés continueraient à jouir de baisses d’impôts cette année-là.

    Les républicains, faut-il préciser, contestent l’analyse du JCT, qui repose en partie sur leur proposition d’éliminer l’obligation faite aux Américains de souscrire une assurance santé. Cette décision, selon le JCT, provoquerait une augmentation des primes qui conduirait les bas salariés à ne pas s’assurer et à perdre les subventions fédérales auxquelles ils ont droit.

    Les républicains qualifient ce raisonnement de «ridicule» puisque, disent-ils, les subventions en question ne sont pas versées aux contribuables mais à leurs assureurs.

    Les républicains ne semblent cependant pas nier le fait que plusieurs petits salariés se retrouveraient sans assurance santé après l’adoption de leur réforme fiscale. Le Bureau du budget du Congrès estime que 13 millions d’Américains se retrouveraient sans couverture en raison de cette réforme.

    Comme on l’a déjà écrit, l’élimination de l’obligation faite aux Américains de souscrire à une assurance santé mènerait à des économies de 330 milliards de dollars sur dix ans nécessaires aux baisses d’impôts permanentes promises aux sociétés.

    Lire les commentaires (179)  |  Commenter cet article






    Vendredi 17 novembre 2017 | Mise en ligne à 7h19 | Commenter Commentaires (53)

    La citation du jour

    NY_NYP

    «La photo d’Al Frankenstien est vraiment mauvaise, vaut un millier de mots. Où vont ses mains dans les photos 2, 3, 4, 5 & 6 pendant qu’elle dort?»

    - Donald Trump, président des États-Unis, réagissant hier soir sur Twitter aux accusations d’inconduites sexuelles formulées par une journaliste contre le sénateur démocrate du Minnesota Al Franken tout en oubliant celles qui pèsent sur lui ou sur Roy Moore, candidat républicain à l’élection spéciale en Alabama pour un siège au Sénat, au sujet desquelles il n’a pas encore pipé mot.

    Lire les commentaires (53)  |  Commenter cet article






    Jeudi 16 novembre 2017 | Mise en ligne à 11h51 | Commenter Commentaires (109)

    Le sénateur Franken accusé d’inconduites sexuelles

    Al Franken pelotant la journaliste Leeann Tweeden à son insu lors d'une tournée au Moyen-Orient.

    Al Franken pelotant la journaliste Leeann Tweeden à son insu lors d'une tournée au Moyen-Orient.

    Une journaliste de la radio accuse le sénateur démocrate du Minnesota Al Franken de l’avoir embrassée de force et pelotée à son insu alors qu’elle participait en décembre 2006 à une tournée avec l’ancien comédien de Saturday Night Live pour divertir les soldats américains basés au Moyen-Orient.

    Le baiser forcé serait survenu dans une loge où le comédien et la journaliste, Leeann Tweeden, devaient préparer la présentation d’un sketch. Franken avait inséré un baiser dans le script et tenait à le répéter avant d’entrer en scène, et ce, malgré l’inconfort exprimé par la journaliste, qui aurait fini par accepter de guerre lasse.

    «Nous avons lu le script jusqu’au baiser et il s’est alors approché de moi, a mis sa main derrière ma tête, écrasé ses lèvres contre les miennes et planté agressivement sa langue dans ma bouche. Je l’ai immédiatement repoussé avec mes deux mains contre sa poitrine et lui a dit que je ne serais pas si gentille s’il recommençait», a écrit Tweeden dans un texte publié sur le site de la station radiophonique de Los Angeles qui l’emploie aujourd’hui.

    Tweeden affirme que Franken l’a traitée par la suite de façon méprisante. Et il a profité d’un moment où elle dormait pour mettre ses mains à la hauteur de ses seins recouverts d’une veste pare-balles. Lorsqu’elle a vu la photo, elle dit s’être sentie humiliée.

    Aujourd’hui âgé de 66 ans, Franken siège au Sénat des États-Unis depuis juin 2009. Il a réagi à la déclaration de Tweeden en ces termes : «Je ne me souviens certainement pas de la répétition du sketch de la même façon, mais je transmets mes plus sincères excuses à Leeann. Quant à la photo, elle visait clairement à être drôle mais elle ne l’était pas. Je n’aurais pas dû le faire.»

    Franken a retenu l’attention au début de l’année grâce à ses questions serrées à Jeff Sessions, qui a dû amender ses réponses sur ses contacts avec l’ambassadeur de Russie à Washington pour ne pas être accusé d’avoir menti devant le Congrès. Après les allégations de Tweeden, le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a demandé à la commission sur l’Éthique de la chambre haute de lancer une enquête.

    Lire les commentaires (109)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives