Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Depuis juin 1994, Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l’Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l’Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que plusieurs essais sur les États-Unis, dont Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012) et Madame America : 100 clés pour comprendre Hillary Clinton (Les Éditions La Presse, 2016). Il vit à Manhattan avec sa famille.
  • Lire la suite »

    Archive de la catégorie ‘Général’

    Jeudi 30 mars 2017 | Mise en ligne à 15h39 | Commenter Commentaires (7)

    Nunes à la Maison-Blanche : de mal en pis

    Le représentant Devin Nunes est de nouveau sur la sellette. (Photo The New York Times)

    Le représentant Devin Nunes est de nouveau sur la sellette. (Photo The New York Times)

    Qui a permis à Devin Nunes d’accéder sur le site de la Maison-Blanche mardi soir dernier? Et quelle est l’identité de la ou des sources qui lui ont communiqué des informations suggérant que des personnes dans l’entourage de Donald Trump ont pu être écoutées «fortuitement» par les services américains de renseignements?

    Nunes, président de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants, refuse de répondre aux deux questions, tout comme le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer. Mais le New York Times répond à la deuxième aujourd’hui dans cette exclusivité toute chaude qui fait du bruit à Washington.

    Selon le Times, Nunes a reçu les informations en question de deux responsables de la Maison-Blanche, à savoir Ezra Cohen-Watnick, directeur du renseignement au sein du Conseil de sécurité nationale, et Michael Lewis, avocat chargé de questions liées à la sécurité nationale au sein du Bureau juridique de la Maison-Blanche.

    Cohen-Watnick, soit dit en passant, était un homme de confiance de Michael Flynn, ex-conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche. Le successeur de Flynn a voulu le congédier, mais la Maison-Blanche le lui a imposé.

    Que signifie l’exclusivité du Times à laquelle Spicer n’a pas opposé de démenti cet après-midi lors de son point de presse quotidien? Il donne à croire très sérieusement que les hommes du président Trump ont orchestré l’épisode invraisemblable qui s’est produit le lendemain de la visite nocturne de Nunes à la Maison-Blanche. Le 22 mars, rappelons-le, Nunes a rencontré la presse avant de se précipiter à la Maison-Blanche pour «informer» le président de ces écoutes fortuites dont des membres de son entourage avaient pu faire l’objet entre son élection et son investiture.

    Plus tard au cours de la même journée, Trump a déclaré qu’il se sentait «conforté» par les propos de Nunes, laissant entendre que ceux-ci confirmaient à peu près ses allégations selon lesquelles Barack Obama l’avait mis sur écoute.

    Or, il est de plus en plus évident que Nunes n’a rien appris à Trump lorsqu’il s’est rendu à la Maison-Blanche pour lui communiquer des informations plus ou moins pertinentes qu’il n’avait pas partagées au préalable avec ses collègues de la commission du Renseignement de la Chambre.

    Nunes, rappelons-le, préside une commission bipartite et indépendante qui enquête notamment sur l’ingérence de la Russie dans l’élection présidentielle de 2016 et sur des liens possibles entre des proches de Trump et des responsables russes. Tout indique aujourd’hui qu’il s’est prêté à une grande tentative de diversion destinée à reléguer dans l’ombre cette affaire russe qui hante l’administration Trump.

    Comment peut-il encore rester à la tête de cette commission?

    Lire les commentaires (7)  |  Commenter cet article






    Jeudi 30 mars 2017 | Mise en ligne à 13h35 | Commenter Commentaires (62)

    Le plan Pence pour éviter l’adultère

    Karen et Mike Pence se sont mariés en 1985 dans une église catholique. (Photo AP)

    Karen et Mike Pence se sont mariés en 1985 dans une église catholique. (Photo AP)

    On connaît la fracture politique qui sépare les conservateurs et les progressistes aux États-Unis. Hier, le Washington Post a publié une information qui a contribué à révéler le fossé culturel entre les deux groupes. Je cite un passage d’un portrait consacré à Karen Pence, femme du vice-président :

    «Les Pence se sont mariés dans une église catholique en 1985 mais sont devenus plus tard des chrétiens évangéliques.

    En 2002, Mike Pence a confié au journal The Hill qu’il ne mangeait jamais seul avec une femme autre que la sienne et qu’il ne participait pas non plus à des activités où l’alcool était servi sans qu’elle ne soit présente à ses côtés.»

    Comme on peut le lire dans cet article signé par une journaliste conservatrice, plusieurs progressistes se sont moqués de Pence sur les réseaux sociaux, certains allant jusqu’à comparer son comportement à celui de partisans de la charia.

    Des conservateurs ont accusé ces progressistes d’être condescendants ou méprisants à l’égard d’un comportement adopté par des chrétiens pour les aider à ne pas commettre l’adultère.

    Il faut quand même convenir que le comportement de Pence repose sur certaines prémisses bizarres. Mentionnons-en deux: l’amitié entre un homme et une femme est impossible ou suspect; les rencontres d’affaires entre un homme et une femme sont inexistantes ou dangereuses en raison des pulsions sexuelles de l’un, qui seraient par définition incontrôlables.

    Mais si Angela Merkel invitait Pence à manger avec elle à Berlin, devrait-il refuser au prétexte que la chancelière allemande pourrait faire naître en lui des désirs irrésistibles?

    Bref, que pensez-vous du plan Pence pour éviter de sauter la clôture, comme on dit en bon québécois?

    Lire les commentaires (62)  |  Commenter cet article






    Jeudi 30 mars 2017 | Mise en ligne à 10h16 | Commenter Commentaires (50)

    La citation du jour

    694940094001_5378999770001_Trump-0930

    «Le Freedom Caucus nuira au programme complet des républicains s’il ne se rallie pas à l’équipe, et vite. Nous devons les combattre, ainsi que les démocrates, en 2018!»

    - Donald Trump, président des États-Unis, attaquant sur Twitter ce matin le groupe composé de républicains ultra-conservateurs de la Chambre des représentants qui ont contribué à l’échec du projet de loi pour remplacer l’Obamacare.

    Lire les commentaires (50)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    mars 2017
    L Ma Me J V S D
    « fév    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives