Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Depuis juin 1994, Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l’Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l’Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que plusieurs essais sur les États-Unis, dont Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012) et Madame America : 100 clés pour comprendre Hillary Clinton (Les Éditions La Presse, 2016). Il vit à Manhattan avec sa famille.
  • Lire la suite »

    Archive de la catégorie ‘Général’

    La franchise du ministre de la Justice Jeff Sessions est de nouveau mise en cause. (Photo AP)

    La franchise du ministre de la Justice Jeff Sessions est de nouveau mise en cause. (Photo AP)

    Décidément, Jeff Sessions connaît une mauvaise semaine. Dans la foulée des critiques de Donald Trump ciblant le ministre de la Justice, voilà que le Washington Post publie une exclusivité qui met de nouveau en cause sa franchise concernant ses contacts avec l’ambassadeur de Russie Sergueï Kisliak.

    Selon le Post, les services de renseignement américains ont intercepté des messages de Kisliak à ses supérieurs à Moscou les informant qu’il avait eu des échanges avec Sessions concernant la campagne de Donald Trump durant la course à la Maison-Blanche.

    Sessions avait d’abord omis de révéler ses contacts avec l’ambassadeur de Russie lors d’une audition sous serment devant une commission du Sénat au début de l’année. Il avait par la suite admis avoir rencontré Kisliak en juillet et en septembre tout en niant avoir parlé de questions liées à la campagne présidentielle avec ce dernier.

    Dans ses messages à Moscou, Kisliak évoque également sa rencontre avec Sessions dans un hôtel de Washington en avril. Sessions a dit récemment qu’il ne se souvenait pas d’avoir rencontré l’ambassadeur à ce moment-là.

    En raison de la controverse autour de ses contacts avec l’ambassadeur de Russie, Sessions s’est récusé de l’enquête sur l’Affaire russe en mars dernier. Plus tôt cette semaine, Trump a déclaré qu’il n’aurait pas nommé l’ancien sénateur d’Alabama au poste de ministre de la Justice s’il avait su qu’il se récuserait.

    À noter que l’exclusivité du Washington Post repose sur les messages interceptés de Kisliak à ses supérieurs de Moscou. Rien ne prouve que l’ambassadeur a donné l’heure juste sur le contenu de ses conversations avec Sessions.

    Mais cette histoire ne simplifie pas la vie du ministre de la Justice.

    Lire les commentaires (47)  |  Commenter cet article






    Vendredi 21 juillet 2017 | Mise en ligne à 17h25 | Commenter Commentaires (17)

    O.J. Simpson à la Une

    NY_NYP

    Non, vous n’êtes pas en proie à un flash-back causé par une quelconque drogue psychédélique consommée durant les années 1990. Tout comme les chaînes d’information continue l’avaient fait la veille, les quotidiens américains, dont les tabloïds new-yorkais, ont tous accordé aujourd’hui une grande importance au témoignage d’O.J. Simpson devant une commission de libérations conditionnelles, qui a décidé de libérer l’ancienne star de football après neuf ans derrière les barreaux de la prison de Lovelock, au Nevada.

    NY_DNSimpson avait été condamné à 33 ans de prison pour un vol à main armée à Las Vegas en 2007. Il s’était rendu avec des complices dans un hôtel-casino pour y voler des souvenirs de sa carrière de joueur. En 1995, il avait été acquitté du meurtre de sa femme Nicole et d’un de ses amis, Ron Goldman, à l’issue d’un procès de neuf mois retransmis en direct à la télévision qui avait fasciné les États-Unis.

    Le verdict du jury composé de dix femmes et de deux hommes avait divisé les Américains, les Blancs ne comprenant pas que des Noirs puissent croire en l’innocence de Simpson. Comme on peut le juger par les titres du Daily News et du New York Post, la presse populaire continue à considérer que Simpson est un criminel dangereux doublé d’un menteur.

    Lire les commentaires (17)  |  Commenter cet article






    Vendredi 21 juillet 2017 | Mise en ligne à 12h57 | Commenter Commentaires (88)

    Bye-bye, Sean Spicer!

    Sean Spice était opposé à la nomination du nouveau directeur des communications de la Maison-Blanche. (Photo The New York Times)

    Sean Spice était opposé à la nomination du nouveau directeur des communications de la Maison-Blanche. (Photo The New York Times)

    Le porte-parole présidentiel Sean Spicer vient de démissionner pour contester la nomination du financier de Wall Street Anthony Scaramucci au poste de directeur des communications de la Maison-Blanche.

    Spicer, dont les points de presse à la fois combatifs et surréalistes avaient inspiré l’émission satirique Saturday Night Live, a déclaré au président que cette nomination était une erreur majeure, selon un de ses confidents.

    Le secrétaire général de la Maison-Blanche, Reince Priebus, s’est également opposé à l’embauche de Scaramucci, déplorant son manque d’expérience sur les plans politique et organisationnel. Peine perdue.

    Antony Scaramucci (Photo Reuters)

    Antony Scaramucci (Photo Reuters)

    Scaramucci est un ancien de Goldman Sachs et un donateur républicain qui a renoncé à un poste au sein de la Maison-Blanche en février à cause d’un conflit d’intérêt découlant de la vente de son fonds spéculatif (SkyBridge Capital) à un groupe lié au gouvernement chinois.

    Son nom a refait surface récemment lorsque CNN a retiré un article mentionnant que la commission sur le renseignement du Sénat enquêtait sur ses liens avec le Russian Direct Investment Fund (RDIF), un fonds souverain créé par le gouvernement russe en juin 2011 et contrôlé par la banque russe Vnesheconombank (VEB, Banque de développement de la fédération de Russie, sanctionnée par Washington et l’Union européenne en raison de l’annexion de la Crimée par la Russie et du conflit en Ukraine).

    L’épisode avait mené à la démission de trois journalistes de CNN, une tournure considérée comme une victoire importante par Donald Trump dans son combat contre les «faux médias».

    Pendant la campagne présidentielle, Scaramucci avait fait plusieurs interventions médiatiques pour défendre Trump. On dit que le président aime son style bagarreur. Scaramucci occupera le poste laissé vacant par le départ de Mike Dubke il y a deux mois.

    Lire les commentaires (88)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2017
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Archives