Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Depuis juin 1994, Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l’Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l’Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que plusieurs essais sur les États-Unis, dont Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012) et Madame America : 100 clés pour comprendre Hillary Clinton (Les Éditions La Presse, 2016). Il vit à Manhattan avec sa famille.
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 14 décembre 2017 | Mise en ligne à 13h48 | Commenter Commentaires (52)

    Ci-gît la neutralité du Net

    web15-siteimages-act-netneutrality-2400x960_0

    Comme prévu, l’agence fédérale américaine des communications (FCC) a renoncé cet après-midi à une règle de l’ère Obama qui garantissait le traitement égal de tous les contenus du Net, ce qu’on appelait la neutralité du Net.

    Il s’agit d’une grande victoire pour les géants comme Verizon, Comcast et AT&T, qui auront désormais le droit de faire payer davantage leurs consommateurs pour un accès plus rapide à des sites populaires comme Netflix ou YouTube.

    Et il s’agit d’un dur revers pour les compagnies de technologie, les groupes de consommateurs et les démocrates, qui avaient exercé des pressions pour assurer le maintien de la règle en vigueur depuis 2015.

    La décision de la FCC, prise par son président Ajit Par nommé par Donald Trump et deux de ses membres républicains, représente aussi un pied de nez à la population en général. Selon un sondage récent, 83% des Américains, dont trois républicains sur quatre, s’opposaient au changement.

    La fin de la neutralité du Net s’inscrit cependant dans le processus de dérégulation enclenché par Donald Trump depuis le début de sa présidence. Ses défenseurs estiment que la règle d’Obama représentait un obstacle à l’innovation et empêchait les fournisseurs d’offrir un accès encore plus rapide à leurs clients.

    Quoiqu’il en soit, rien désormais n’interdira à Verizon, propriétaire de Yahoo et AOL, de bloquer l’accès de ses clients à Google ou à d’autres sites qui viennent concurrencer les siens. Vive l’innovation.


    • Est-ce qu’il reste encore bien des mesures prises par Barack Obama que Monsieur Trompe et ses acolytes répulibans ont à démolir?

    • Mes excuses pour la brutalité de mon commentaire:

      ‘Il n’y a vraiment aucune limite à la débilité des décisions sortant de la Maison-Blanche.’

      Encore une fois, la justification est: ne rien faire pour empêcher les investissements!

      Mais dans les faits, ça se résume à: TOUT faire pour permettre aux riches et puissants de devenir encore plus riches et puissants.

      Encore une fois, un autre fabuleux exemple de nivellement par le bas.

      Il faudra voir ce qui va arriver au Canada, mais on peut facilement imaginer Bell et Vidéotron rêver de voir la même ici. On verra donc la qualité de notre expérience sur Internet diminuer OU nous devrons payer plus pour la même chose.

    • Une autre “merveilleuse” réalisation de Trump et de sa swamp gang !

      Il reste encore des crédules qui croyaient à ce message?

    • Je me demande, quels peuvent être les impacts à l’extérieur des USA?

      Je me serais attendu à voir les géants tel que Google, Netflix, Facebook, etc, protester plus fort… À moins que ça ne les affecte pas outre mesure?

    • Maintenant qu’Internet est devenu un service (quasi)essentiel, pourquoi se gêner à en augmenter les tarifs sous tous les prétextes venus? Cette dérèglementation insensée, c’est du profit à l’état pur pour les gros conglomérats appartenant aux tinamis richissimes du filou orangé. Du profit à l’état pur mais sans aucun service supplémentaire pour le consommateur. Consommateur appartenant essentiellement à la classe moyenne, rappelons-le. Une classe sociale qui n’en finit plus de rapetisser et de se faire vider les poches par les bien nantis. «Make America Steal Again!», comme au bon vieux temps de la Révolution Industrielle…

    • Attachez vos tuques, le sujet va rebondir aux négociations de l’ALENA. En nous souhaitant que le gouvernement fédéral comprenne mieux les enjeux que lors de l’affaire Netflix.

    • Question ? Cette l’abandon de cette règle ne constitue-t-elle pas un obstacle à la liberté d’expression ? Un fournisseur qui bloque l’accès ou demande des frais supplémentaire ne contrevient-il pas à cette liberté (free speach) au USA ? Imaginé qu’un propriétaire d’immeuble interdisse à ces locataires de s’abonné au NYT ou Wasinghton Post ? Ou encore qu’il impose à ces locataires l’utilisation de tels ou tels services téléphonique.. Ce mesure de l’administration Trump peut-elle être contestée en justice ?

    • Imposer des frais supplémentaires pour accéder à Youtube ou Google, n’est-ce pas là un affront à la liberté d’expression ?

    • «Et il s’agit d’un dur revers pour les compagnies de technologie (…) Vive l’innovation.»

      La «swamp» orangée n’a rien à foutre de l’innovation technologique. C’est un concept qui lui passe dix pieds par dessus la tête. Elle en est encore au charbon et aux engins à vapeur, ne l’oublions pas. Manquer de vision à ce point sera fortement préjudiciable à l’avenir économique des États-Unis. L’innovation technologique, il faudra la chercher de plus en plus en Extrême-Orient ou en Europe plutôt qu’aux States… et c’est là que se créeront les emplois de l’avenir. Ce sera d’ailleurs l’un des legs les plus néfaste et les plus durable des années trumpistes. «Makkke Amerikkka Impoverished Again!»

    • Des gens ont votés pour un cadidat “anti-establishment” et depuis, jamais l’Establishment ne s’est aussi bien porté!

      Trump a fait sa carrière a abuser des gens… il est normal qu’il continue comme président!

    • - «La décision de la FCC, prise par son président Ajit Pai nommé par Donald Trump…»

      “Pai left his Department of Justice post in February 2001 to serve as Associate General Counsel at Verizon Communications Inc., where he handled competition matters, regulatory issues, and counseling of business units on broadband initiatives….”

      Ouais, un ancien de Verizon qui a refusé toutes les enquêtes demandées sur le «paquetage» des opinions citoyennes demandées sur le site de la FCC, par des “bots” et des gens payés par l’industrie; qui est resté TOTALEMENT SOURD aux opinions et avis de citoyens et d’experts décriant cette dérèglementation; qui a fait fi de TOUS les avis des organismes de protection des consommateurs réclamant le maintien de la neutralité du NET; et qui n’a fait qu’exécuter la basse besogne de l’industrie des télécoms ravis de maintenant être libres de facturer à la carte, toujours sans concurrence réelle, l’abonnement à Facebook, Twitter, au courriel, à YouTube, etc, etc, etc.

      Encore une fois, on donne sans restrictions le pouvoir aux corporations, et au diable le cochon de payeur. Qu’il se la ferme et crache !

      Dégueulasse !

    • Ce qui risque d’arriver est la création d’un consortium genre Google-Amazon-Facebook-Microsoft-Apple qui créera un géant neutre du net qui fournira des services internet.

      Ces organisations ne peuvent poursuivre leur visées si elles doivent en plus composer avec des fournisseurs internets qui peuvent les faire chanter et exiger d’elles qu’elles paient pour que les clients aient accès à leurs services / sites / applications.

      C’est une victoire à très courte vue de la part des géants des télécoms.

    • @ nicden 14h39
      «Attachez vos tuques, le sujet va rebondir aux négociations de l’ALENA.»

      Bell, Rogers et Videotron vont réclamer la même chose bien avant ça.

      «En nous souhaitant que le gouvernement fédéral comprenne mieux les enjeux que lors de l’affaire Netflix.»

      Je ne parierais pas grand chose là-dessus. Faire de l’aplaventrisme devant les géants (généralement américains) du numérique semble être devenu la nouvelle politique économique et culturelle des jovialistes libéraux qui nous gouvernent.

    • Trumpistes = Swampistes..

    • @jean_saisrien – 14 décembre 2017 – 14h18
      Donald Trump qui disait qu’il voulait se débarasser de l’establishment … On la rit encore celle-là.

      Les démocrates, M. Obama et même Madame Clinton, ces vendus aux intérêts du peuple américain. En effet, il fallait s’en débarasser pour laisser toute la place au vrai establishment, c’est-à-dire les riches et puissants qui nous donnent des millions pour faire ce qu’ils veulent.

      Tout un progrès :-(.

      Ca va prendre plusieurs années aux démocrates à faire le ménage dans le MESS que va laisser cette administration d’incompétents.

    • Susan Sarandon sera contente, la révolution qu’elle voulait arrivera… (la prochaine fois qu’un démocrate sera à la Maison-Blanche)

    • @ madmaf 14h59
      «Ce qui risque d’arriver est la création d’un consortium genre Google-Amazon-Facebook-Microsoft-Apple qui créera un géant neutre du net qui fournira des services internet.»

      N’y comptez pas. Il n’y a rien de commun entre ces divers géants du numérique… et même une franche animosité entre certains d’entre-eux. Je ne crois pas non plus qu’ils aient des centaines de milliards de dollars à perdre afin de recouvrir inutilement l’enseble du territoire américain d’un nouveau réseau de fibres optiques à très haut débit. Ce n’est tout simplement pas leur «business». Cela dit, une prise de contrôle de certains géants des télécoms par quelques-uns des géants du numérique serait envisageable dans le pire des cas.

    • La swamp. Toujours plus riche et profonde. De la belle bouette.

      Ciao

    • @bibliothecaire
      C’est plus une mesure de discrimination que de liberté d’expression, car les service de cablodistribution sont privés.

      La discrimination est érigé en système depuis que Trump est là, tous y passe : homosexuels, transgenre, femmes, musulmans, mexicains, latinos, noirs, étrangers, etc…

    • Correction de mon commentaire de 15h19: «l’ensemble du territoire»

    • @patafouin – 14 décembre 2017 – 14h30
      Le Canada ne va sûrement pas suivre, mais si cette décision est maintenue, car je suppose que ça va se retrouver devant les tribunaux, on va en subir les impacts, car à peu près tout le traffic passe par les Etats-Unis. Espérons que quelque chose se passe pour empêcher cette autre bêtise qui va être décrié par à peu près tout le monde ayant plus de deux neurones fonctionnelles.

    • J’ai bien hâte de lire les commentaires des apôtres de l’andouille de ce blogue. Je pense qu’il sera difficile de ne pas tomber dans les insultes….à moins qu’ils arrivent avec quelque chose qui se tient mais j’en doute fort. Pour eux, tout ce que fait ou dit le ”pussy-grabber” c’est de l’or en barre. Misère!

    • @ A.Talon

      Les grands perdants de cette nouvelle politique sont les entreprises qui dépendent du net, pas les consommateurs qui auront, à terme, ce qu’ils veulent, seulement d’un fournisseur différent. Que les vidéos proviennent de Youtube ou Vimeo, le consommateur s’en fout. Pas Google (à qui appartient Youtube), ou Apple qui dépend de son AppStore.

      Toutes ces companies sont assises sur des milliards qui dorment, et avec la venue du Internet of Things, leur survie dépendent d’un net neutre.

    • @syl20_65 15h29
      >>J’ai bien hâte de lire les commentaires des apôtres de l’andouille de ce blogue. Je pense qu’il sera difficile de ne pas tomber dans les insultes…

      Ouin… vous avez mis une belle table en tous cas!!! :D

    • A.Talon 15h19
      «Cela dit, une prise de contrôle de certains géants des télécoms par quelques-uns des géants du numérique serait envisageable dans le pire des cas.»

      Pas sûr. Ça risque fortement de tomber dans les lois antitrust des États-Unis (Sherman Antitrust Act et Clayton Act)…

    • On appelle ca le trickle up economics. Tout ce qui peut être drainé vers le 1 % le sera. Avec bien sur des dommages apparents minimes puisque les bonzes de Wall street continueront a voir la vie en rose et a s’ en mettre plein les poches.
      Et puis, quand cette mesure sera en place et que la fiscalité maximisera les profits on fera des mises a pied massives pour tordre le citron encore plus .

      Au Canada il est difficile de voir si cette mesure déteindra sur les façons de faire. Autant on peut difficilement être chargés plus cher par Videotron et Bell, autant le CRTC est un gros country club ou il fait bon déguster un martini entre magnats.

    • Bien entendu 83% des Américains ne veulent pas payer plus pour NetFlix et Youtube à haute définition avec accès Internet illimité.

      Cependant, je ne vois pas pourquoi NetFlix, Amazon et les “créateurs de contenu” puissent chevaucher sur le dos des télécoms sans avoir à payer une juste part. Le service télé par le câble ou autre, le fournisseur doit payer une partie au distributeur pour livrer le contenu aux abonnés.

      L’affaire de Bell a été condamné à payer des dizaines de millions à Québecor parce que les signaux de son service télé par satellite étaient facilement trafiqués et piratés ne vous sonne “pantoute” ?

      Il y a une limite à demander la gratuité. Est ce que Videotron ne demande pas de payer +++ pour +++ de vitesse?

    • ”Imposer des frais supplémentaires pour accéder à Youtube ou Google, n’est-ce pas là un affront à la liberté d’expression ?” bibliothécaire

      C’est que la droite profonde extrémiste fait du ”cherry picking” dans la constitution comme ils le font dans la bible, retenant que les passages qui font leur affaire et quand ils font leur affaire. Que ça brime l’expression des autres, ça ne les défrisent pas.

    • @A.Talon 15h04 Je crois que vous avez raison sur les deux points.

    • … 83% des Américains étaient opposés à l’élimination de la règle de l’ère Obama souhaitée par les géants Verizon, Comcast et AT&T, entre autres. …

      Hallucinant! Ca montre encore une fois le niveau de déconnexion de Donald Trump avec le réel.

      Monsieur et Madame Tout Le Monde compte pour le zéro absolu dans l’univers de cet homme mentalement sérieusement malade.

    • @ madmaf 15h35
      «Toutes ces companies sont assises sur des milliards qui dorment, et avec la venue du Internet of Things, leur survie dépendent d’un net neutre.»

      Prenons l’exemple d’une compagnie que je connais bien et ce, depuis fort longtemps. Apple a présentement une valeur totale estimée à 900 milliards de dollars et disposerait d’environ 250 milliards de dollars de liquidités. C’est énorme. Mais ce n’est pas une raison pour flamber le tout inutilement en projets farfelus.

      Dans le monde des hautes technologies, les situations peuvent se renverser très rapidement et une compagnie jadis prospère peut devenir très rapidement gravement déficitaire, au risque d’y perdre la vie. RIM-Blackberry, ça vous dit quelque chose? C’est dans ce contexte d’instabilité structurelle permanente qu’Apple évolue et l’un des objectifs de la direction, depuis le retour en selle de Steve Jobs, est de faire en sorte de ne plus JAMAIS se retrouver en situation de mort imminente, comme elle l’avait si péniblement vécu il y a une vingtaine d’années.

      Alors, non, Apple n’aura pas des dizaines de milliards de dollars à gaspiller dans un projet qui n’offrira pas d’évident retour sur l’investissement à plus ou moins long terme. Franchement, je la verrais plutôt chercher à devenir un acteur incontournable des composantes informatiques pour l’industrie automobile, voire même pour l’industrie spatiale avec une participation dans SpaceX.

      Souvent moins gros et moins riches qu’Apple, les autres géants du numérique en seront d’autant plus prudents. En tout état de cause, il est plus que probable que toute cette malencontreuse histoire sentant l’amateurisme orangé à plein nez se retrouve une fois de plus devant les tribunaux pendant plusieurs longues années avant de prendre effet. De quoi laisser amplement le temps aux associations de consommateurs américains de se mettre sur un pied de guerre afin de défendre leurs intérêts.

    • mecasiatique 15h49
      «Il y a une limite à demander la gratuité. Est ce que Videotron ne demande pas de payer +++ pour +++ de vitesse?»

      Non. Ce n’est pas ça la neutralité du Net. La neutralité est que si tu payes pour un tuyau de X débit, ton fournisseur ne peut pas diminuer ce débit (ou l’interdire) si tu veux accéder à un site qui ne fait pas son bonheur (un concurrent, un adversaire politique, un contenu qui lui déplaît, etc.). Ça ouvre la voix à la censure privée…

    • Ça ouvre la voix à la censure privée…

      Misère, Ça ouvre la porte à la censure privée…

    • Pour en savoir plus sur la neutralité d’internet, vous pouvez consulter le site suivant :

      https://www.bloomberg.com/quicktake/net-neutrality

    • … Nommé par POTUS, le responsable de la décision de la FCC sur la neutralité du Net semble être un parfait imbécile. …

      LOL

      M. Hétu, on peut remplacer ’semble être’ par ‘est’ et ne soyez pas inquiet pour votre (très) bonne réputation.

    • “mecasiatique

      14 décembre 2017
      15h49
      Bien entendu 83% des Américains ne veulent pas payer plus pour NetFlix et Youtube à haute définition avec accès Internet illimité.

      Cependant, je ne vois pas pourquoi NetFlix, Amazon et les “créateurs de contenu” puissent chevaucher sur le dos des télécoms sans avoir à payer une juste part. Le service télé par le câble ou autre, le fournisseur doit payer une partie au distributeur pour livrer le contenu aux abonnés.”

      Est-ce qu’on demande aux compagnie de camionnage, de livraison de colis, etc. de payer davantage d’import pour avoir le droit d’utiliser les autoroutes, aéroport, etc. ?

      Est-ce qu’on demande au compagnie privé qui utilise l’Internet pour offrir du souvient à leur clientèle de débourser plus d’impôt pour ce privilège ?

      L’internet est un moyen de communication et de distribution de l’information. Pourquoi permettre au privé de traité de medium de manière différente que que les lignes téléphoniques, les routes, les ports, etc.

    • Les trumpeux ont mis au défi le NYT de comparer les mensonges de leur idole avec ceux d’Obama.

      Pauvres ignares crédules du Menteur Caractériel, le NYT a relevé le défi, et c’est avec le relevé donné par le NYT que les swompeux ont vomi un ti’peu dans leur bouche.

      We applied the same conservative standard to Obama and Trump, counting only demonstrably and substantially false statements. The result: Trump is unlike any other modern president. He seems virtually indifferent to reality, often saying whatever helps him make the case he’s trying to make.

      In his first 10 months in office, he has told 103 separate untruths, many of them repeatedly. Obama told 18 over his entire eight-year tenure. That’s an average of about two a year for Obama and about 124 a year for Trump.

      Trump’s Lies vs. Obama’s

      PS. Pour ceux qui auraient raté cette information fournie par ‘apocalypse’ ce matin sur le billet “Vers une vague démocrate en 2018 ?”

    • Google, qui est en faveur de la neutralité du Net, est déjà un fournisseur de services Internet important aux États-Unis avec sa propre infrastructure, Google Fiber. Il sont présents dans 20 grandes villes américaines, de Seattle à Miami, de San Diego à Chicago. Je ne serais pas du tout surpris de voir Netflix, Facebook, Microsoft, Amazon et Apple devenir partenaires, et participer au financement, du réseau existant de Google.

      La situation aux États-Unis est très différente de celle du Canada : Comcast, Verizon et AT&T ont chacun leur propre infrastructure. Au Canada, l’infrastucture a été financée par le gouvernement fédéral et cédée à Bell Canada qui doit légalement la partager avec ses concurrents.

    • On se calme!!!!! Les Etats peuvent mettre en question des décisions fédérales qui peuvent aller à l’encontre des intérêts des citoyens…

      Eric Schneiderman‏ l’AG de NY @AGSchneiderman commence a conduire une action juridique contre le gouvernement fédéral:

      “I’ll be leading a multistate lawsuit bringing the resources of AGs across the country to bear in the fight to protect the internet and the millions of Americans who rely on it.” pic.twitter.com/wHVFDD8HsJ

    • chrstianb – 14 décembre 2017 – 16h22

      Aujourd’hui, la bataille se fait au tour de la vitesse accès. Or sous l’ère d’Obama, l’accès à Internet est qualifié de “service de télécommunication” . Or Internet de nos jours c’est plus que le téléphone à parler !

      C’est exactement ça qui est en question (speed throttling) ! Vous payez à Belle / Videotron pour un débit 5Mbps en avale et le contenu de NetFlix aux heures d’écoute demande au moins 10Mbps et même plus, vous voulez quand même que Videotron passe l’éponge à NetFlix afin de pouvoir regarder vos émissions ?

      “As of April 2017 the CRTC will uphold Net Neutrality but also allow ISP’s to offer differential pricing to customers, but only in the areas of speed rates, monthly data usage etc. but not based on content.”

      Il n’y a pas de règles de “net neutrality” au Canada. Est-ce que 100% des Canadiens en souffre? Non, parce que la concurence fait en sorte que les distributeurs n’en font pas. Ça fait des années que les distributeurs d’Internet mettent $$$ à faire croître la vitesse de leur réseau. Les “créateurs de contenu” telqu’Amazon et NetFlix n’ont rien à payer ! Pourquoi le contenu de streaming qui consomme la bande passante doit être traité de la même manière que votre courriel?

      Tant qu’à y être, ces “créateurs de contenu” peuvent: soit de créer leur propre service de distribution, soit de payer une juste part des frais d’abonnement comme ce que font les déjà sur le câble ou satelitte !

    • mecasiatique – 14 décembre 2017 – 17h34

      Je crois que vous ne comprenez pas bien de quoi il est question ici. La neutralité du Net, c’est que peu importe la vitesse de votre forfait, tous les sites Web de la planète vous sont accessibles de la même façon, sans interférence de votre fournisseur Internet.

      Avec ce qui a été décidé aujourd’hui, les fournisseurs américains (ils sont essentiellement 3 : Comcast, Verizon et AT&T) pourront acheminer les demandes de connexion avec Google plus rapidement si Google accepte de payer pour être accessible plus rapidement. C’est un exemple parmi tant d’autres.

      Autrement dit, ces 3 fournisseurs peuvent maintenant facturer des deux côtés : du côté de leurs abonnés et du côté des sites Web.

      C’est comme si Bell Canada vous facturait davantage pour que vous puissiez répondre au téléphone après la première sonnerie et, si vous ne payez pas, vous ne pourrez répondre qu’après la troisième ou la cinquième sonnerie.

    • @nuances – 14 décembre 2017 – 18h25
      Excellent post!

    • La réponse d’Ottawa au sujet de la neutralité du Net est jusqu’à maintenant identique à celle concernant l’ambassade canadienne en Israël: pas question d’imiter Washington. Bonne nouvelle mais jusqu’à quel point pourra-t-on se fier à la fermeté de nos grands spécialistes des «Vraies Affaires» sur le long terme?

      «Ottawa promet le maintien de la neutralité d’Internet»
      http://www.lapresse.ca/techno/internet/201712/14/01-5147201-ottawa-promet-le-maintien-de-la-neutralite-dinternet.php

    • @ mecasiatique

      - «Il y a une limite à demander la gratuité. Est ce que Videotron ne demande pas de payer +++ pour +++ de vitesse?»

      Par contre, y’a AUCUNE limite à siphonner le consommateur…hein ?

      Pour votre information, en Suède il en coûte environs 40$ par mois pour l’internet illimité à 60 Mbps, moitié prix et 3 fois plus rapide qu’ici.

      L’Internet est maintenant un service essentiel et devrait être nationalisé, comme l’électricité.

      Mais comme on est gouvernés par des vendus et des lâches…

    • @ mecasiatique

      - «Pourquoi le contenu de streaming qui consomme la bande passante doit être traité de la même manière que votre courriel?»

      Pour la même raison que sur une autoroute, on ne facture pas.

      Les routes sont un service essentiel et en 2018, l’Internet est aussi un service essentiel.

      Ça devrait être nationalisé et gratuit.

      C’est aux fournisseurs de contenu et aux vendeux de bébelles à payer l’autoroute pour nous vendre leurs cossins, de la même manière que je n’ai pas à payer pour me rendre au magasin acheter du pain.

      L’autoroute est gratuite pour le citoyen, c’est un service public, le vendeux de cossins paye l’autoroute qu’il utilise pour me vendre ses cossins et je paye le cossin que j’achète.

      Ça, c’est équilibré.

      Ce qui ne l’est pas, c’est quand le citoyen paye l’autoroute, paye pour y avoir accès, paye pour son utilisation et paye aussi le cossin qu’il achète.

      Faire payer les riches, c’est aussi et surtout faire payer les corporations qui empochent toujours plus sans payer d’impôts.

      Ce sont les mêmes qui braillaient quand est sorti l’enregistrement vidé Betamax et VHS. Ça braillait que la capacité des citoyens d’enregistrer la télé et de copier les films allait les pousser à la faillite, et ces mêmes braillards font maintenant partie des plus grosses et des plus riches corporations mondiales.

      Ils braillent encore que la neutralité du net les empêchera d’innover et c’est encore de la super bullshit et du braillage ne servant qu’à les enrichir encore plus.

      Et on les laisse faire.

    • mecasiatique 14 décembre 2017 17h34

      C’est exactement ça qui est en question (speed throttling) ! Vous payez à Belle / Videotron pour un débit 5Mbps en avale et le contenu de NetFlix aux heures d’écoute demande au moins 10Mbps et même plus, vous voulez quand même que Videotron passe l’éponge à NetFlix afin de pouvoir regarder vos émissions ?

      Pardon? La neutralité du Net ce n’est pas avoir plus que son forfait si le site visité en demande plus! Ça ne fait aucun sens! La neutralité du Net c’est de ne pas avoir MOINS si le site visité ne fait pas l’affaire de votre fournisseur internet.

    • nuances 14 décembre 2017 18h25
      Exactement!

    • @ A.Talon 14h47
      La «swamp» orangée n’a rien à foutre de l’innovation technologique. C’est un concept qui lui passe dix pieds par dessus la tête. Elle en est encore au charbon et aux engins à vapeur, ne l’oublions pas.

      = = =

      Heu… pas tout à fait!

      À part – bien sûr – cette Vérité toute simple (simpliste?) qui veut que toutes les mesures mises de l’avant sous Obama soient bonnes à être jetées aux orties, il y a ici quelque chose de plus pernicieux. Et de plus RÉFLÉCHI.

      Peut-on imaginer, par exemple, que cette mesure vise à limiter la diffusion de ce que la sinistre Ombre Jaune appelle affectueusement les FAKE NEWS?

      Peut-on imaginer, par exemple, que la navigation des internautes US soit ralentie délibérément sur les sites du Washington Post ou du New-York Times, alors qu’elle serait accélérée sur les sites qui diffusent la Vraie Vérité Vraie, genre Breitbart?

      Au Québec, si l’ex de Julie Snyder pouvait accélérer la navigation sur le site J5 de son Hournalle et ralentir la navigation sur le site LaPresse.ca ou sur l’appli LaPresse+, est-ce que ça pourrait avoir un effet sur l’orientation idéologique des lecteurs? S’il me devenait pénible de m’informer sur le site du Washington Post tant la navigation y est lente, vais-je continer à le lire alors que parallèlement la patente-à-gosses à Steve Bannon roule sur mon écran à vitesse grand V?

      L’Ombre Jaune qui occupe le Bureau Ovale a-t-il les capacités intellectuelles pour penser à ça?
      Non. Et comme vous, je pense que rien ne lui ferait plus plaisir que le retour en force des Ford modèle T qui font Pif! Paf! Pouf! et qui rotent dans les rues. Ou mieux encore, le retour des diligences tirées par des chevaux. America First. US Grown Horses First.

      The Name of the Game (according to Steve Bannon) is Control over the media.
      Avec cette mesure visant à déréglementer l’internet, le premier pas vient d’être franchi.

    • @papitibi – 15 décembre 2017 – 05h26
      Comme toujours: très, très intéressant! Merci!

      Tout à fait d’accord avoir votre point de vue.

    • @ papitibi 5h26
      «The Name of the Game (according to Steve Bannon) is Control over the media.»

      Scénario intéressant mais il y a un os. Je doute fort que ce «loner» de Steve Bannon (un marginal sans pouvoir réel et sans le sou) ait l’ascendant nécessaire pour mettre au pas et coordonner les stratégies des géants des télécoms. A fortiori, les géants du numérique de la très libérale Côte Ouest.

      Il me semble plus juste d’appliquer le rasoir d’Ockham afin d’expliquer cette odieuse déréglementation: la maximisation sans vergogne des profits des géants des télécoms par l’exploitation maximale du consommateur américain (de classe moyenne, comme par hasard).

    • @A.Talon 9h22

      Bannon est sans le sou mais le cerveau, c’est lui.

      Trump n’a pas de cerveau, sa fortune est sur-évaluée, mais c’est lui qui occupe le fauteuil présidentiel,ce qui risque d’attirer les sangsues. Et des très très, très fortunés qui ont besoin des gens qui détiennent le pouvoir pour accroître encore un peu plus leur très très, très grosse fortune. Je pense ici à Rupert Murdoch qui – en vendant la 20thCentury Fox et quelques autres propriétés à l’empire Disney, devient (mine de rien) le plus actionnaire de Disney…

      Tout comme – au Québec – en vendant son réseau de pharmacies à l’épicier Metro, la famille Coutu en est devenu le plus gros actionnaire. Je disais ça d’même, là, là…

      Un autre exemple de grosses, grosses fortunes qui pourraient trouver le moyen de faire une piasse avec la déréglementation de l’internet: les frères Koch, qui financent le Parti Répu et qui attendent sans doute un retour d’ascenseur. Ou… un AUTRE retour de l’ascenseur.

      Je résume. L’un a les idées, l’autre a le pouvoir de les mettre en oeuvre, et quelques happy few ont les moyens, eux, d’acheter un Président incapable de penser par lui-même mais largement porté à faire confiance au bouffon Bannon et à ses idées.

      C’est Noël et il y aura des cadeaux pour Bannon. Il y aura des cadeaux pour les grandes fortunes (1500 milliards??). Et pas grand chose pour le Dindon à tête jaune, trop imbu de lui-même pour se rendre compte à quel point il est manipulé.

      = = =

      Vous écrivez:Je doute fort que ce «loner» de Steve Bannon (un marginal sans pouvoir réel et sans le sou) ait l’ascendant nécessaire pour mettre au pas et coordonner les stratégies des géants des télécoms.

      Heu… non, il n’est ni marginal ni sans le moindre ascendant. Bien au contraire; quand ta marionnette s’appelle (the real) Donald Trump et occupe le bureau ovale, du pouvoir, t’en as.

      Même que Bannon exerce un plus grand contrôle sur la présidence que quand il avait son bureau à la Maison Blanche.

    • Tiens…

      Juste un exemple de combien la «saine concurrence» des télécoms canadiens est vraiment, mais alors là VRAIMENT bonne pour nous:

      “New report proves that Canadian cellphone bills are some of the most expensive in the world”

      «Un nouveau rapport démontre que les Canadiens paient les factures de cellulaire parmis les plus élevées au monde»

      https://www.straight.com/life/1008246/new-report-proves-canadian-cellphone-bills-are-some-most-expensive-world

      Ça fait des années qu’on SAIT que les fournisseurs de téléphonie et d’internet s’entendent comme larrons en foire pour fixer les tarifs et pour ne pas vraiment se compétitionner sur le territoire canadien.

      C’est criant d’évidence, leurs tarifs étant au final, absolument similaires, pour ne pas dire identiques.

      Pas de compétition véritable.

      La main invisible du marché dans toute sa splendeur.

      Et cette main, elle nous fait un beau gros “finger” !

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    décembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives