Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Depuis juin 1994, Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l’Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l’Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que plusieurs essais sur les États-Unis, dont Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012) et Madame America : 100 clés pour comprendre Hillary Clinton (Les Éditions La Presse, 2016). Il vit à Manhattan avec sa famille.
  • Lire la suite »

    Archive, novembre 2017

    Mardi 21 novembre 2017 | Mise en ligne à 10h32 | Commenter Commentaires (23)

    Le chiffre du jour

    Des Haïtiens d'origine ont prié dimanche dans une église de Little Haiti dimanche à Miami. (Photo Getty)

    Des Haïtiens d'origine ont prié dimanche dans une église de Little Haiti dimanche à Miami. (Photo Getty)

    60 000 : nombre d’Haïtiens qui devront préparer leur départ des États-Unis d’ici juillet 2019 à la suite de la décision de Donald Trump de mettre fin à un programme temporaire de résidence leur ayant permis de résider et de travailler sur le territoire américain depuis un puissant séisme en 2010 dans leur île natale.

    Lire les commentaires (23)  |  Commenter cet article






    Mardi 21 novembre 2017 | Mise en ligne à 7h38 | Commenter Commentaires (14)

    L’après-Weinstein et le Congrès

    Le représentant démocrate du Michigan John Conyers est le doyen de la Chambre des représentants. (Photo AP)

    Le représentant démocrate du Michigan John Conyers est le doyen de la Chambre des représentants. (Photo AP)

    Pardonnez-moi le poncif: ce n’est que la pointe du iceberg. Après Al Franken, c’est au tour du doyen de la Chambre des représentants, John Conyers, d’être visé par une histoire d’inconduite sexuelle.

    Selon des documents obtenus par le site BuzzFeed, le bureau du représentant démocrate du Michigan a versé 27 000$ en 2015 à une ancienne employée pour régler à l’amiable une poursuite. La femme prétendait avoir été congédiée en raison de son refus de céder aux avances sexuelles de Conyers, aujourd’hui âgé de 88 ans.

    BuzzFeed publie également des déclarations assermentées de trois autres anciennes employées du bureau de Conyers affirmant que celui-ci avait l’habitude de faire des avances sexuelles aux membres féminins de son personnel en plus de leur caresser les mains, les jambes ou le dos de manière suggestive.

    Le montant versé par le bureau de Conyers pour régler la poursuite de l’ancienne employée et obtenir son silence n’entre pas dans la somme de 17 millions de dollars que le Congrès a consacré aux règlements de 264 cas d’inconduites de diverses natures au cours des 20 dernières années.

    Et pourquoi les cas de Franken et Conyers ne représentent-ils que la pointe de l’iceberg? Au cours de la dernière année, 40 parlementaires dans 20 États ont été accusés publiquement d’inconduites sexuelles, selon une analyse du USA Today.

    Et l’attention des médias se tournent désormais vers le Congrès, où les histoires de ce genre ne manqueraient pas. Le grand déballage de l’après-Weinstein n’est donc pas fini. Déballage qui n’a pas épargné hier le célèbre journaliste et intervieweur Charlie Rose, dont l’émission éponyme a été retirée de l’antenne peu après la publication de cette enquête du Washington Post.

    Rose a également été suspendu de la matinale de CBS dont il était un des animateurs. Voici la une que lui réserve aujourd’hui le Daily News de New York :

    front-rose-1120

    Lire les commentaires (14)  |  Commenter cet article






    Donald Trump et son conseiller pour la sécurité nationale, H.R. McMaster. (Photo Getty)

    Donald Trump et son conseiller pour la sécurité nationale, H.R. McMaster. (Photo Getty)

    Le général H. R. McMaster a qualifié Donald Trump d’«idiot» et de «crétin» lors d’un dîner privé en juillet avec la patronne d’Oracle, Safra Catz. En rajoutant une couche, il a également affirmé que son patron avait l’intelligence d’un «enfant de la maternelle».

    C’est du moins ce que rapporte le site BuzzFeed, qui dit tenir l’information de quatre personnes ayant été mises au courant par Catz des insultes formulées par le conseiller de la Maison-Blanche pour la sécurité nationale au sujet du président des États-Unis.

    Une autre source a confié à BuzzFeed que McMaster lui avait dit qu’il ne croyait pas que le président avait les capacités intellectuelles requises pour comprendre les questions débattues par le Conseil de la sécurité nationale de la Maison-Blanche.

    Toutes les parties impliquées dans cette histoire ont nié les allégations publiées par BuzzFeed. L’opinion de McMaster rejoindrait cependant celle de certains acteurs clés de Washington en matière de sécurité nationale, dont le secrétaire d’État Rex Tillerson et le sénateur du Tennessee Bob Corker, président de la commission des Affaires étrangères du Sénat.

    Catz a été considérée pour divers postes au sein de l’administration Trump.

    Les confidences recueillies par BuzzFeed pourraient venir des ennemis de McMaster à l’intérieur et à l’extérieur de l’administration Trump. Le conseiller de la Maison-Blanche est vu de façon négative par les nationalistes de la Maison-Blanche et leurs alliés, de même que par les tenants d’une politique pro-Israël tous azimuts.

    Lire les commentaires (48)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    novembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    27282930  
  • Archives