Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Depuis juin 1994, Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l’Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l’Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que plusieurs essais sur les États-Unis, dont Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012) et Madame America : 100 clés pour comprendre Hillary Clinton (Les Éditions La Presse, 2016). Il vit à Manhattan avec sa famille.
  • Lire la suite »

    Partage

    Lundi 16 octobre 2017 | Mise en ligne à 8h24 | Commenter Commentaires (28)

    La crise des opioïdes et le Congrès

    Chargée de l’application de la loi sur les stupéfiants, la Drug Enforcement Agency (DEA) est dotée d’une unité dont la mission est de lutter contre les sociétés pharmaceutiques qui distribuent de puissants médicaments à des médecins et pharmaciens corrompus qui les revendent sur le marché noir.

    Or, nous apprend une enquête conjointe réalisée par le Washington Post et l’émission 60 Minutes (voir la vidéo qui coiffe ce billet), le Congrès a adopté en avril 2016 une législation qui nuit à cette lutte, contribuant ainsi à prolonger la crise des opioïdes. Une crise qui avait fait jusque-là plus de 200 000 morts et dont le bilan ne cesse de croître.

    Appuyé par les lobbyistes de l’industrie pharmaceutique, le représentant républicain de Pennsylvanie Tom Marino a joué un rôle clé dans l’adoption de cette législation promulguée par Barack Obama. Comme plusieurs représentants et sénateurs, le président n’avait pas compris l’effet qu’aurait cette mesure dont le nom officiel occultait ses visées réelles : Ensuring Patient Access and Effective Drug Enforcement Act.

    À l’époque, Marino faisait valoir que la législation avait pour but de protéger les droits des patients tout en luttant contre les abus. Il est aujourd’hui récompensé pour son «bon» travail. Donald Trump l’a choisi pour devenir le prochain directeur du Bureau national pour la politique du contrôle des drogues.

    Drain the swamp, qu’ils disaient.


    • À ce que je lis, cette législation a été promulguée sous Obama. C’est dire que malgré son jugement, les lobbys pharmaceutiques extrêmement puissants avaient réussi leur coup.

      J’en retiens que ces lobbys sont hyper influents pour protéger leurs propres intérêts avec peu d’égards pour la population. Les EU sont gouverrnés pas ces lobbys dans l’ombre.

      Il faut s’en méfier comme de la peste, surtout avec un Narcissique Orangé influençable et manipulable à l’extrême dont le jugement est altéré quotidiennement.

      Si le Congrès légifère pour le porte-feuille d’une minorité plutôt que pour le bien-être de l’ensemble, ça part bien mal la discussion.

      On est loin de la célèbre maxime de JFK: “Regarde ce que tu peux faire pour ton pays plutôt que ce que ton pays peut faire pour toi.”

      Les EU fonctionnent complètement à l’inverse de ces temps-ci.

    • Je pense que de voir Kingsman 2 et porter attention au président peut éclairer quelques détails ici.

    • Les loups sont vraiment dans la bergerie, l’étable et le poulailler…

    • Me semblait que c’était la faute à Obama!

    • C’est le cas de le dire: ‘au plus fort, la poche’ :-(.

      Tout ce qui peut-être fait pour aider les riches et les puissants a le devenir encore plus est fait. C’est vraiment désolant de voir l’état de la démocratie dans ce pays.

      Les riches, et les pas fins (ex. NRA), peuvent mettre des millions et des millions dans les poches des politiciens, les lobbyistes ont un accès priviligié à ces mêmes politiciens, est-ce qu’il y a quelqu’un qui pense à Monsieur et Madame Tout le Monde dans toute cette galère? ‘Rhetorical question’, la réponse va de soi … malheureusement.

      La leçon de la soi-disante démocratie aux Etats-Unis est: ‘tout ce qu’il ne faut pas faire’.

    • me semble qu’il y a tout ce qu’il faut pour que Trump se fasse regler
      son compte définitivement exactement comme Wienstein.

      Je comprend toujours pas comment il réussi à toujours s’en sortir.
      Y a des limites à mentir et a se cacher derrière un régiment d’avocats.

    • L’étau se resserre.

      Les États-Désunis vont s’effondrer.

      Dans le jeu, dans les attaques aux armes à feu, (voyez Las Vegas) dans la déliquescence de leur démocratie (un président ignare élu par une minorité) dans le fait que ce président n’a plus aucune crédibilité auprès des dirigeants étrangers, que son Secrétaire d’État le traite de f*****g moron et qu’il ne veut même pas le nier (imaginez, une minute, Chrystia Freeland dire de Justin Trudeau qu’il est un f*****g moron)!!!! et voilà que ses anciennes tentatives de p****y grabbing vont le rattraper en même temps que les enquêtes de Robert Mueller.

      Des fois, on se sent chanceux d’être canadien.

    • Autant il faut prendre des mesures pour limité l’abus des opiacés, autant il faut s’assurer que ces mesures ne soient pas néfastes pour la majorité des patients.

      En médecine, la gestion de la douleur est beaucoup plus qu’une question de confort. Retirer complètement les anti-douleur causerait beaucoup plus de mortalité que l’abus. Plus l’âge du patient augmente, plus le risque de mortalité est élevé si la douleur n’est pas contrôlée adéquatement, et à tout âge ça nuit à la guérison et augmente les risques de complications.

      Il y a des médecins qui prescrive beaucoup trop d’opiacés, mais il y en a qui sont trop hésitants à en prescrire même quand c’est médicalement requis. (et malheureusement il y a aussi un certain profilage, un jeune style “punk” a beaucoup plus de chance de se faire dire d’endurer sa douleur qu’une personne plus âgé où à l’apparence plus soignée.)

      C’est une question délicate et il faut que les décisions soient basées sur les faits et la science, pas sur les émotion et l’idéologie, comme c’est trop souvent le cas sur ces questions.

    • Oups!

      j’oubliais le sujet principal, la crise de opioïdes, le lobbyisme déchaîné et le «greed» c’est-à-dire le besoin d’en vouloir toujours plus dans ce pays manquant de véritable spiritualité mais basé sur une religion biblique contenant tant de faussetés et faisant l’affaire de tant d’hypocrites et de profiteurs.

    • HS

      ALENA: deux alliés contre un aliéné.

    • La démocratie à l’USA : un bal des vampires…

    • Une histoire classique, non?

    • @ apocalypse 9h26
      «C’est le cas de le dire: ‘au plus fort, la poche’ (…) La leçon de la soi-disante démocratie aux Etats-Unis est: ‘tout ce qu’il ne faut pas faire’.»

      Le problème, c’est qu’on fini toujours par être atteint des mêmes maux que nos voisins du sud, quoique avec un peu plus de retard et un peu moins d’acuité. Pour ce qui est de l’influence néfaste des lobbyistes et du gros fric d’origine douteuse, c’est déjà commencé au Québec depuis les années 90. L’accumulation des «Vraies Affaires», le mépris du bien commun et l’opacité du gouvernement Charest-Couillard ne sont que l’expression la plus exacerbée de ce phénomène.

    • @ pelojean

      “Des fois, on se sent chanceux d’être canadien.”

      Je pense qu’on devrait surtout se trouver chanceux de ne PAS être américain…

    • @pelojean – 16 octobre 2017 – 09h56
      … Des fois, on se sent chanceux d’être canadien. …

      En ce qui me concerne, je dirais que nous sommes chanceux d’être Canadien et Québécois la grande majorité du temps.

    • @pierre.s. – 16 octobre 2017 – 09h48
      … Je comprend toujours pas comment il réussi à toujours s’en sortir. …

      En effet, on peut se demander comment ça se fait qu’on ne l’ait toujours pas encore pincé.

    • C’est ça la culture états-unienne: Tu fais de l’argent, tu es bon; les conséquences? C’est la faute aux autres.

    • @MarcoUBCQ – 16 octobre 2017 – 11h11
      Comme plusieurs l’ont souvent dit, c’est du capitalisme sauvage. On l’a encore vu avec Boeing contre Bombardier. Les Etats-Unis sont plus gros, plus puissant et dans leur esprit, ça leur donne tous les droits. C’est exactement de cette manière que pense Donald Trump. Ce qu’on entend de la renégociation de l’Aléna est consternant. Comme nous disions récemment, tout est une ‘game’ pour Donald Trump et bien des puissants aux Etats-Unis, ça prend un gagnant et un perdant: ‘a zero sum game’. Avec l’Aléna, les Etats-Unis et le Canada sont gagnants, mais M. Trump veut que les vrais gagnants, ce soit lui et les Etats-Unis. En fait, M. Trump ne s’en rend pas compte, mais les deux pays pourrait carrément perdre.

    • Obama a signé. Faut porter ça à l’attention de DT, il va vite défaire comme à son habitude.

    • Comme les États-Unis veulent tout prendre et ne rien céder aux autres pays, comme ils se veulent ultra-protectionnistes, comme ils continuent de préférer leurs armes à leurs enfants, comme ils sont dirigés par un psychopathe, n’est-il pas temps que les pays deémocratiques s’unissent pour se donner une économie qui exclurait l’Oncle Sam? Ne laissons pas le monde s’écrouler avec l’empire américain.

    • Une fois de plus “Gros merci à la politique américaine corrompue”.
      Peu importe le président, le congrès ou le sénat.

    • Finalement, l’élection de Trump est à l’image de ce que deviennent les EU: retour en force du capitalisme sauvage et de la notion d’au plus fort la poche. Et vlan pour les dommages collatéraux et les conséquences.

      Make America greed, euh great, again.

      On focuse toujours sur DT, mais il y a ses supporters de l’ombre.

      Son entourage le suit: qui ne dit mot consent.

      Pas très jojo à constater, mais l’effet miroir va revenir en plein visage des américains.

      Tu ne peux agir en bully et renier ta signature aux dix minutes et promouvoir la division et la violence sans un jour l’avoir en plein visage. Les victimes vont se mobiliser et ça ne sera pas très drôle à voir.

      Tellement fier d’être canadien et québécois et non américain.

      La société américaine doit se regarder dans le miroir et se demander ce qu’elle souhaite vraiment. Et pas besoin des gros méchants terroristes pour ça, ils sont excellents à se tirer dessus entre eux et sont même encouragés à le faire par leurs lobbyistes. Génial.

    • Le courant de pensée dominant chez une large proportion d’américains et de québécois aussi est que toute réglementation constitue potentiellement une entrave inacceptable aux libertés indivuduelles. Certains y croient vraiment, mais pour la plupart c’est la possibilité de s’enrichir sans contraintes peu importe les conséquences qu’ils défendent .

      L’argument fonctionne bien tant que l’absence de réglementation, que ce soit en environnement, dans le domaine financier, ou l’abus de droque n’affecte pas trop de monde ou ne vous touche pas personnellement ce qui tôt ou tard fini toujours par arrivé. Alors les mêmes qui criaient LIBARTÉ sont les premiers à blâmer le gouvernement qui n’a rien fait pour prévenir la crise
      .

    • @Kintama
      Vous avez raison, le contrôle de la douleur est vital pour beaucoup d’individus, et en particulier les vieilles personnes. Mais cela ne nous empêche pas de voir le néfaste lobbying que font les grosses compagnies pharmaceutiques.

    • Un capitalisme corrompu poussé par des dirigeants corrompus dans une société corrompue par le pognon…

      On s’attend à quoi ?

      Ça sent la corruption.

    • @ Pelojean 09h56: ‘Des fois, on se sent chanceux d’être canadien.

      = = =

      Attention.
      Si le Parti 51 devait former le prochain gouvernement du Québec en octobre 2018, son programme, c’est de faire du Kweebek le cinquantième État de l’Union!

      Son programme se résume en trois mots simples: Libââârté, Sécurité, Prospérité!

      Pour paraphraser un grand politicien de chez nous – connu pour ses projections involontaires de dentiers: Le Québec est arrivé au nord du gouffre, mesdâââmes messieuuuurs! Votons Parti 51 et enseeeeemble, faisons un grand pas en avant!

      http://parti51.com/

      Les menaces aux sociétés libres et démocratiques n’ont jamais été aussi grandes. La nation québécoise est fière, dispose d’une histoire passionnante et d’une culture à la fois riche et unique. Comment faire face aux défis de cette mondialisation tout en préservant le flambeau de notre belle nation ?

      C’est sûr que pour préserver le caractère d’UNICITÉ de cette BELLE NÂSSION, le melting-pot amaricain, y a rien qui Labatt!

    • Mon 13h57: Le Québec est arrivé au NORD du gouffre, bla-bla

      Heu… au BORD du gouffre.
      Quoique c’est vrai qu’on est collectivement au NORD du gouffre, mais ça, c’est une tout autre piste de réflexion!

    • President Trump Says Rep. Tom Marino Is Withdrawing His Name for Drug Czar

      Source: Time

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    octobre 2017
    L Ma Me J V S D
    « sept   nov »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  • Archives