Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Depuis juin 1994, Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l’Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l’Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que plusieurs essais sur les États-Unis, dont Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012) et Madame America : 100 clés pour comprendre Hillary Clinton (Les Éditions La Presse, 2016). Il vit à Manhattan avec sa famille.
  • Lire la suite »

    Partage

    Mercredi 13 septembre 2017 | Mise en ligne à 11h56 | Commenter Commentaires (72)

    Les mains rouges de Christophe Colomb

    NY_NYP

    Un employé municipal de New York a découvert hier matin à Central Park une statue de Christophe Colomb dont les mains avaient été peintes en rouge et le socle orné d’un message proclamant «Hate will not be tolerated» (La haine ne sera pas tolérée).

    L’incident se retrouve aujourd’hui à la une du New York Post, qui le lie à une «croisade» de Bill de Blasio. Le tabloïd conservateur fait ainsi référence à la décision du maire de New York de former une commission pour examiner les statues et monuments se trouvant sur les propriétés de la ville et recommander, si nécessaire, leur retrait ou leur contextualisation.

    Annoncée dans la foulée des violences raciales de Charlottesville autour du retrait de la statue d’un général confédéré, Robert E. Lee, la commission new-yorkaise s’intéressera notamment aux statues de Christophe Colomb qui se dressent à divers endroits de la ville. Le maire de New York a refusé de dire s’il était en faveur ou non du retrait des statues de l’explorateur italien, contrairement à la présidente du Conseil municipal de New York, Melissa Mark-Viverito, une native de Porto Rico qui voit les monuments érigés en hommage au découvreur comme autant de symboles d’oppression.

    Il faut dire que Christophe Colomb perd des plumes aux États-Unis. Il y a trois semaines, le Conseil municipal de Los Angeles a décidé de créer une Journée des peuples indigènes en remplacement de Columbus Day, jour férié national célébrant Christophe Colomb depuis 1937. La deuxième ville américaine emboîtait ainsi le pas de Phoenix, Seattle, Denver et Portland, entre autres, qui ne veulent plus être associés aux hommages rendus à un découvreur considéré par ses contempteurs comme l’un des responsables de l’asservissement et du massacre des indigènes des Caraïbes.

    Une statue de Christophe Colomb domine également le rond-point du même nom à Manhattan.


    • C’est important de bien effacer l’histoire avant de la réécrire!

    • S’il nous faut réécrire l’histoire, laissons cela aux historiens et non tagueurs ou aux déboulonner de statues. L’histoire ne doit pas se concevoir dans la perspective et avec la mentalité de notre siècle.

    • “considéré par ses contempteurs comme l’un des responsables de l’asservissement et du massacre des indigènes des Caraïbes.”

      Il y a des lois en France contre le revisionnisme historique.
      Le “Purity test” semble décidémment très à la mode en cette époque des SJW et alt-right!

      On peut critiquer le fait que le pays fête Colomb, ce n’est pas vraiment nécéssaire, mais faire le portrait de Colomb comme le responsable des exactions commises envers les autochtones est plus que ridicule. Je dirais même que c’est du scapegoating. Les rois prenaient les décisions sur l’administration du territoire, les explorateurs avaient très peu d’impacts.

      Il y a des limites à démoniser les figures historiques pour assouvir leur sentiment de victimisation quand même.

    • @kelvinator

      CC considéré comme «l’un des responsables», pas le responsable. Même pas besoin d’être un contempteur du personnage pour reconnaître ce fait. À moins de fermer les yeux sur les faits.

    • S’il faut célébrer tous ceux qui ont été responsables de genocide… Pourquoi pas une statue à l’honneur de Hitler et des supremacistes blancs? Sans effacer les horreurs de l’histoire, les meurtriers ne méritent pas des honneurs.

    • Un excellent épisode de Adam Ruins Everything fait le tour du sujet: https://www.youtube.com/watch?v=3MJoKhO9G1g

    • Si cela continue, les É.U. vont laver leur histoire plus blanc que blanc…
      Cependant, il ne faudrait pas oublier tous ces héros qui ont oprimé, voir détruit la civilisation autochtone des É.U. ou encore les populations d’amérique centrale – faudra-t-il revoir l’histoire de Reagan?. La liste risque d’être longue
      Restera encore des statuts de héros?

    • @dc0dr
      “C’est important de bien effacer l’histoire avant de la réécrire!”

      Ça continue de me faire rire ceux qui associent déboulonnage de statue avec réécriture de l’histoire.
      On pourrait enlever toutes les statues de toutes les villes du monde que ça n’effacerait pas ce qui est écrit dans les livres…

    • Juger des personnages historiques avec les critères moraux d’aujourd’hui est un exercice dépourvu de sens. A ce compte, personne ne passerait le test. Seulement il y a des gens qui font carrière dans l’indignation et la protestation, et ils se cherchent des cibles.

    • Bon…

      Ça dérape.

      Si on se met à capoter sur les personnages historiques qui n’ont rien fait d’autre que de «découvrir» des territoires, on n’en sortira pu…

      À ce que je sache le Colombus n’a pas déclaré la guerre, ni massacré personne.

      Vrai, il a obéi aux exigences royales en mettant en place un système de «servage» qui rendait les indigènes semblables au serfs du régime seigneurial, pas loin de l’esclavage, mais on était au 15e siècle, pas au 19e !

      Aux USA, la Confédération était en guerre, AU 19e SIÈCLE, pour qu’on continue de traiter les noirs comme du bétail !

      Aucune commune mesure.

    • @Richard Hétu
      Justement, à qui revient la responsabilité?
      Selon moi, on impute la responsabilité des exactions commise envers les autochtones aux premiers explorateurs, alors qu’en fait le vrai responsable de ces exactions sont la manière dont les européens percevaient ces étrangers comme étant du bétail, des sous-humains sans âme. Avec une perception du genre, au même titre que la déshumanisation de l’adversaire à la guerre, les pires exactions deviennent rapidement très tolérable, car pour eux ce ne sont pas des humains, mais du bétail.

      C’est la mentalité collective, la manière de percevoir les indigènes qui est responsable, pas l’action de quelques personnes seulement. Ces actions seraient plutôt la cause. Lorsqu’on pointe des individus comme responsable, ont sous-entend faussement que c’est de leur faute, que sans eux cela ne serait pas arrivé, ce qui est faux.

    • MLK était contre le mariage gai, à quand le déboulonnement de ses statues?

    • @ralbol – 13 septembre 2017 – 12h43
      … Ça dérape.

      En effet et de plus en plus solidement :(. En ce qui me concerne, c’est inquiétant.

      Aucune réflexion, aucun contexte sur les choses qu’on reproche à certains d’avoir fait, ou pas, par le passé. En 2017, on considère que c’est mauvais et mal, alors Bye Bye les statues et quoi d’autres.

      Au train où vont les choses, au revoir à l’intelligence, au jugement, à la raison, à la rationalité et ‘Bienvenue’ à l’émotion du moment qui fait ‘tripper’. Décidément, on va de plus en plus dans la mauvaise direction.

      On a élu des dirigeants qui sont de n’importe quoi et bien, ils nous servent du n’importe quoi!

    • Ce qui devait arriver arriva.

      Oubliez pas en France Richelieu, les rois Louis, Mazzarin, Colbert…..

    • Je peux comprendre qu’on se questionne sur les statues et le Columbus Day. Les sociétés changent et on ne peut qu’applaudir lorsque le regard sur l’Histoire s’élargit. Mais il y a toujours un risque de dérapage dans de telles entreprises…

      Je me demande quelles sont les réflexions chez les Italo-Américains, comment voient-ils le tout? Quelqu’un a-t-il lu quelque chose à ce sujet? J’ai toujours eu l’impression qu’ils étaient une des raisons principales pour les hommages à Colomb aux USA, mais peut-être est-ce que je me trompe… Et le fait que le tout arrive dans la foulée des histoires autour des statues de Robert E. Lee ne doit pas passer comme du beurre dans la poêle chez eux…

      Par ailleurs, je en suis pas certaine que Colomb serait tant remis en question aux USA s’il avait travaillé pour le roi d’Angleterre et non les rois d’Espagne…

    • Le problème est que l’on sait où ça commence mais on ne sait pas où ça va s’arrêter…

      Hier c’était Robert E. Lee, aujourd’hui Christophe Colomb…

      On fait quoi avec les villes de « Columbus », la province « Colombie-Britannique », ou le pays “Colombie”?

      On fait le coup des « french fries » rebaptisée en « liberty fries?

      On fait quoi avec le village “Swastika” en Ontario?

      On fait quoi avec :
      - la bibliothèque GW Bush (1 million de morts au Moyen-Orient),
      - la bibliothèque Harry Truman (2 bombes atomiques sur des populations civiles)
      - la grande pyramide de Khéops (des dizaines de milliers d’esclaves)?

      … et je n’ai pas encore parlé de Lincoln, Grant, Sherman, LB Johnson, etc…
      … et ne m’invitez pas à commenter sur ces statues, parcs, écoles, barrages, villages, villes au nom de Churchill…

    • Ceux qui veulent déboulonner Colombus devraient aussi déboulonner Washington et Jefferson qui possédaient de nombreux esclaves.

      Pour une fois, je donne raison à Trump, sauf que, comme toujours avec son discours simpliste, il n’a pas fait les bonnes distinctions pour viser les responsables de l’émeute de Charlotesville.

    • Une statue de Trump aurait le nez brun…

    • On devrait toute effacer les traces de l’Histoire. Juste nommer les lieus communs selon des arbres des animaux des insectes…comme ca les bien pensants (incluant certains ici) vont etre soulager :)

    • L’histoire a toujours été écrite par les vainqueurs.

    • Je suis d’accord avec le déboulonnement de statues lorsqu’elles peuvent servir de point de rassemblement à des groupes extrémistes comme suprémacistes blancs, néo-nazis et autres du même genre. Je ne vois pas de quelle façon une statue de Colomb serait utilisée pour ça.
      Pour moi, Colomb entre dans la catégorie: “Il ne faut pas juger les gens d’autres époques avec nos valeurs actuelles.” En fait, c’est loin d’être Colomb qui a été le pire avec les autochtones d’Amérique. OK, ils peuvent chiâler que c’est à cause de lui qu’ils se font appeler “Indiens”, mais à part ça?

    • @corn88 13h12 “et je n’ai pas encore parlé de Lincoln, Grant, Sherman, LB Johnson, etc…
      … et ne m’invitez pas à commenter sur ces statues, parcs, écoles, barrages, villages, villes au nom de Churchill…”

      Ouf. Beaucoup de pain sur la planche! Les sculpteurs vont être occupés.

      Les crises de noms de rue et de statue vont et reviennent. Dans ce cas-ci, de la peinture sur les mains. Elle traînait dans le garage d’un zouf. Next!

      L’Histoire par les statues. Emmenez-en. Du déboulonnage de vieilles statues, remplacée par des nouvelles. Y a rien la. On change la déco. On se renouvelle. Qui regarde vraiment les statues? Qui fait attention aux noms? Chacun fait ce qu’il veut chez lui/elle. En passant, qui a le budget?

      Ciao

    • Le ti-mâle blanc bec mal dans sa peau. CTIPASBOÇA!

    • S’il faut que les populations étatsuniennes commencent à laver plus blanc que blanc leur histoire, il sera intéressant de voir ce qu’ils vont faire du statut de leur Thanksgiving Day. Au départ, cette fête célébrait les mets offerts par les Amérindiens aux pèlerins wasp. On sait comment les Premières nations ont été remerciés pendant les siècles qui ont suivi!

    • Christophe Colomb était un idiot qui pensait que la Terre était plus petite que ce que les savants avaient calculé. Si l’Amérique n’avait pas existé, il serait mort avant d’atteindre les Indes. Rêvant d’or, il a réduit des populations locales à l’esclavage, et coupait les oreilles de ceux qui n’en rapportaient pas assez. Célébrons Leif Erikson où Bartolomé de l’as Casas, ce sera lus juste pour tous.

    • Pourquoi s’arrêter aux personnages historiques “blancs” parce que tant qu’a ca les chefs autochtones en avait aussi du sang sur les mains. Si on se mettrait a juger des personnages comme Kamehameha I (Hawaii) ou Pachacuti (Pérou) comme on juge Colomb, ca ne serait pas joli… quand a nos iroquois ils étaient constamment en guerre contre tous les autres.

      Bref le passé c’est le passé et vaut mieux s’en souvenir que d’essayer de le cacher.

    • L’inquisition à la sauce XXIe siècle! C’est ti pas beau ça! Torquemada serait fier de ses ouailes d’aujourd’hui.

    • Reste que l’arrivée des Européens dans les Amériques a fait l’effet d’un véritable carnage sur les populations amérindiennes. Les maladies (comme la tuberculose), la guerre, la religion, en une ou deux générations et c’en était fini de la présence amérindienne sur certains territoires. Haïti, République Dominicaine, les Caraïbes, la Californie… c’était d’abord indien. À Terre-Neuve, la dernière Beothuk est décédée en 1829.

    • @guardian
      MLK a fait tuer pas mal de gays. Votre logique est brillante.

    • Les USA d’aujourd’hui sont plutôt mal placés pour s’ériger en juges des abus du passé. Il ne faut pas effacer le passé mais l’assumer, en tirer des leçons et s’efforcer de mieux faire.

      “Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre.” Karl Marx.

    • pourvoyeur

      13 septembre 2017
      14h02

      Le ti-mâle blanc bec mal dans sa peau. CTIPASBOÇA!
      —————————————————–

      On sympathise avec ‘pourvoyeur’ mal dans sa peau.

    • ”On devrait toute effacer les traces de l’Histoire. Juste nommer les lieus communs selon des arbres des animaux des insectes…comme ca les bien pensants (incluant certains ici) vont etre soulager :)” yvonmontana

      C’est pourtant vous qui le proposez et non ces ”bien-pensant”. Qui est donc le ”bien-pensant”???

      ”Bien pensant”, quel terme insignifiant qui ne veut absolument rien dire. Misère!

    • @guardian
      Moi aussi je suis contre le mariage gay et ça ne fait pas de moi un genocidaire. Je crois que vous mélangez les opinions et les genocides. MLK a-t-il encouragé le meurtre des gens qui ne partageaient pas ses opinions? Trouvez un autre argument , cette fois intelligent.

    • @dc0dr (12h06)

      Heureusement que l’Histoire ne repose pas sur des statues! (Seulement la fiente…)

    • ”Bref le passé c’est le passé et vaut mieux s’en souvenir que d’essayer de le cacher.” steadtler

      Mais qui parle de cacher quoique ce soit? Non mais y’en a marre de cet argument fallacieux et malhonnête.
      Mettre ces statues honteuses dans un musée et expliquer pourquoi elles sont honteuses n’a rien à voir avec des cachotteries mais tout à voir avec l’exposition au grand jour des faits et de l’histoire.
      D’ailleurs, l’histoire que plusieurs défendent avec raison, serait mieux expliquée dans un musée que sur le coin d’une rue. Pensez pas?

    • Il est assez bizarre de voir les ignares et les illettrés de l’histoire venir la défendre lorsque la statue de l’un de leurs dieux sanguinaires racistes risque d’être déboulonnée.
      On voit bien que l’histoire n’a rien à voir avec leur indignation sélective tout à voir avec leur idéologie extrémiste.
      Les édentés vont faire des génuflexion devant ces statues que lorsque kk’un leur dit de le faire parce qu’ils ne savent même pas qui est le mec sur le piédestal. C’est comme les hypocrites politico religieux qui prient des saints alors qu’ils ne connaissent même pas leur histoire. C’est rien de plus que des brebis qui suivent le troupeau.

    • @bidulen

      Quel est le lien entre Christophe Colomb et un génocidaire? Je cherche toujours…

      Ce que vous n’avez visiblement pas compris dans mon commentaire sur Martin Luther King c’est qu’on ne peut appliquer les valeurs contemporaines à une figure historique du passé. En fait, 99% des statues seraient déboulonnées si on appliquait cette règle qui ne fait aucun sens. Commençons seulement par George Washington ou John A. McDonald.

    • @syl20_65

      Vous êtes comique. Parlant d’indignation sélective, je suppose que vous seriez pour une statue de Mahomet si il était permis de représenter le prophète.

      Ne vous en déplaise, Christophe Colomb est l’une des figures historiques les plus importantes de l’histoire de l’humanité alors de grâce épargnez nous vos leçons de moralisateur deux secondes et respectez les accomplissements de cet homme même s’il n’était pas un saint, son seul crime étant d’être né au 15e siècle.

    • @corn88 – 13 septembre 2017 – 13h12
      … Le problème est que l’on sait où ça commence mais on ne sait pas où ça va s’arrêter…

      En effet, c’est toujours la question! On ne devrait pas laisser cette décision de déboulonner des statuts, changer des noms de rue entre les mains des politiciens dont la seule préoccupation est le nombre de votes que ça va donner ou ceux qu’on pourrait perdre.

      On devrait prendre une grande respiration et réfléchir assez de se dépêcher de tout faire disparaître. Certains devraient se rappeler de ceci: ‘lorsqu’on veut battre un chien, on trouve toujours un bâton’.

      Assez particulier, et sans doute troublant, de voir tant de gens rêver de dire tout ce qui leur passe par l’esprit et de l’autre côté, d’être insulté par la moindre des choses.

      En ce qui me concerne, il faut se rappeler de l’histoire de l’humanité, vouloir l’effacer, pas une bonne idée.

      Avec le traitement que l’humanité fait subir à la planète, peut-être une bonne idée de faire attention de passer des jugements hâtifs sur certains personnages, certains événements du passé.

    • Déboulonnage de statues.

      Rappel : Même celle d’Obama en Indonésie en 2010.

      http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/barackobama/7242791/Barack-Obama-statue-removed-from-Jakarta-park-after-protests.html

    • Les maladies ont été échangées entre l’Europe et l’Amérique. La syphilis est d’origine américaine et a tué beaucoup d’européin. On a une connaissance plus ou moins complète de l’histoire et souvent partiale.

    • @Apocalypse 12h57
      Aucune réflexion, aucun contexte sur les choses qu’on reproche à certains d’avoir fait, ou pas, par le passé. En 2017, on considère que c’est mauvais et mal, alors Bye Bye les statues et quoi d’autres.

      = = =

      Un bref retour sur le CONTENU du présent billet s’impose ici: Richard Hétu écrit que la colère du NY Post (conservateur et populiste, by the way) vise cette Commission chargée, JUSTEMENT, d’examiner les statues et monuments se trouvant sur les propriétés de la ville et recommander, si nécessaire, leur retrait ou leur contextualisation.

      La contextualisation des monuments? De kossé? J’imagine qu’il est question ici, SOIT de retirer les monuments, SOIT de les accompagner d’un texte explicatif et didactique afin, JUSTEMENT, de remettre les choses en perspective et dans le contexte de l’époque.

      Tous les bons chrétiens – ceux qui ont aussi bien la FOI que la MAUVAISE FOI – s’entendent pour dénoncer le mariage (au 7e siècle!) de Mahomet et de Aicha, une enfant de 6 ans. Je
      précise ici que l’union a été consommée alors que Aicha avait 9 ans. Mais ils sont plus rares ceux qui, comme je le fais moi-même régulièrement, osent remettre cette pratique barbaro-pédophilienne dans son contexte.

      C’est que, tous, autant que nous sommes, nous avons parmi nos ascendants des ancêtres qui prenaient pour épouse des jeunes filles de 12 ans au 17e siècle (1000 ans après Mahomet). Suffit de lire les registres de l’état civil de l’époque, comme m’y ont amené mes recherches sur la généalogie de mes enfants. Suffit par ailleurs de lire les rapports des recensements de l’intendant Talon en 1667 et 1668 pour y trouver dans une même famille un père veuf, dans la trentaine avancée, avec 7, 8, 10 ou 12 enfants… et une fille engagée, souvent âgée de NEUF ANS.

      Une étrangère de 9 ans, parmi les filles dont le bonhomme est le père et dont l’âge variera de 2 à 11 ou 12 ans? Une fille pour passer le balai, ou pour… Pourquoi s’embarrasser d’une bouche à nourrir en surplus?

      Cela dit, je passe sous silence ce que faisaient nos ancêtres Vikings du 10e siècle – eux qui sont devenus plus tard les NORMANDS (North Men) de Normandie…

      Bien sûr que je vois une différence entre d’une part Cristobal Colon et – d’autre part – Durham qui cherchait à éteindre le groupe des vaincus que NOUS sommes, les Frenchies, ou le Général Amherst, qui avait conçu le génocide bactérien des Premières Nations. Ça aura pris des décennies pour débaptiser la rue qui porte son nom à Mourial, dans le prolongement de la rue Christophe Colomb, par ailleurs. Strange things DO happen in Montreal…

      Mais si Colomb – by our own 2017 standards – PEUT à certains égards avoir fauté, c’est pas nécessairement une raison de déboulonner ses statues dans Central Park ou ailleurs, mais ça pourrait peut-être justifier une plaque portant des explications sur le contexte historique.

      Ça, ça me paraîtrait rassembleur. Ça, ça me semblerait correct. Et de nature à satisfaire aussi bien les partisans d’un déboulonnage intégral que les partisans aveugles du personnage.

      Mais le NYPost n’en a rien à cirer, lui qui cherche plutôt à déboulonner un maire DÉMOCRATE au motif qu’il n’est pas assez conservateur…

    • @papitibi

      Merci de votre supplément d’information. Pour avoir fait un reportage sur le sujet, je sais que plusieurs historiens sont en faveur non pas du retrait de certaines statues mais de l’ajout de plaques replaçant «découvertes» et «exploits» dans un contexte historique plus nuancé.

    • Lorsque l’on considère que les Vikings se sont établis en Amérique du Nord environ 500 ans avant la venue de Christophe-Colomb, sans parler des Amérindiens qui habitent les Amériques depuis au moins 15 000 ans, cela relativise un peu les choses. Les Amérindiens du Québec (et quelques anthropologues…) demandent d’ailleurs, depuis plusieurs années, de modifier le nom de la rue Christophe-Colomb à Montréal, pour celui d’avenue des Premières Nations.

      Christophe-Colomb était-il un monstre sanguinaire, aux mains tachées de sang, dont les actions ont entraîné la mort de milliers d’Amérindiens? Sa motivation était de trouver de l’or, pour enrichir la cour d’Espagne. Lorsque l’on utilise le vocabulaire des forces armées, ces morts deviennent des dommages collatéraux, car ils ne faisaient pas partie intégrante de la motivation première. Dommages involontaires, mais bien réels, lorsque la recherche d’or et de nouvelles terres est devenue une fin en soi.

      On peut aussi parler de Jacques-Cartier, qui a suivi une route connue des marins de plusieurs pays qui venaient pêcher sur les Grands Bancs, mais qui a ‘’découvert’’ le Canada. Comme le disait le regretté Sol: «il aurait mieux fait de le recouvrir, depuis ce temps-là on gèle». En fait, son fait d’arme est d’avoir exploré le fleuve Saint-Laurent, dont l’estuaire était – à cette époque – considéré comme une baie.

      Les points tournants historiques surgissent rarement de nulle part, c’est-à-dire qu’ils sont le produit d’une chaîne de multiples moments. L’Histoire est donc ce que l’on décide d’en retenir, souvent en fonction de diverses motivations qui n’ont parfois rien à voir avec les faits, non pas une chronique représentative de toute la séquence évènementielle. Par conséquent, l’Histoire doit être réécrite de temps à autre, de façon à y inclure des composantes qui avaient été évacuées, à prime abord.

    • Je l’avais souligné quand on a parlé de la statue du général Lee , le révisionnisme historique n’aura pas de fin.
      Christophe Colomb en tant que découvreur des Amériques est le point de départ d’un génocide qui a fait plus de 30 millions de victimes indiennes des massacres et de maladies selon les dernières études de Charles C. Mann entre autre.

      https://www.theguardian.com/books/2011/nov/04/1493-americas-charles-mann-review

      Génocide qui a été suivi de celui de millions d’Africains capturés dans leurs pays et venus remplacer comme esclaves ces Indiens qui n’avaient pas assez d’endurance pour supporter le travail dans les mines et dans les plantations imposé par les maîtres européens (principalement espagnols) des Caraibes et du continent sud américain et nord américain par la suite.

      Alors s’il y a des statues à déboulonner on a pas fini de le faire et les pigeons de nos grandes villes risquent de manquer de place pour faire leurs besoins :)

      À ce sujet comme recommandation, je termine à peine l’excellent roman de William Ospina *Ursua* qui raconte sur des bases historiques l’épopée des conquistadors dans leur sanglante conquête des *Indes*.

      https://www.babelio.com/livres/Ospina-Ursua/223830

    • @Lemay 15h44: Rappel : Même celle d’Obama en Indonésie en 2010.

      = = =

      Rappel pour rappel, pourquoi une statue d’Obama en Indonésie après son élection aux USA? Sûrement pas pour souligner ses résultats scolaires alors qu’il y était écolier!

      Mais bon… ça risquait d’attirer deux ou trois touristes de plus, n’est-ce pas? Ça me fait penser aux timbres émis à coup de centaines de millions d’exemplaires par des minuscules pays des Antilles, à la gloire de Gordie Howe, Wayne Gretsky ou Tom Brady. Ou encore pour montrer un ours polaire ou un éléphant d’Afrique. Ça sert pas à oblitérer un envoi postal; ça sert à faire saliver les collectionneurs et faire entrer des devises.

      Un peu comme la statue Obama en Indonésie… un attrait-pour-touristes-avec-les-poches-pleines.

      Anyway, je suis viscéralement opposé à la célébration d’une personne encore vivante par une statue ou en lui donnant le nom d’une rue ou d’un édifice. Que ce soit Mère Téresa, Barack O, Donald Trump ou Mao/Lénine/Staline/Kim Jong-un ou whatever.

    • Personne ici n’est allé lire sur la vie de Christophe Colomb? La raison qu’il est critiqué, c’est que l’histoire qu’on apprenait au primaire est complètement fausse. Cette version du génie qui a prouvé que la terre est ronde et a découvert l’Amérique (des États-Unis) a été rédigée par Washington Irving dans les années 1800, et reprise et poussée par les immigrants italiens qui cherchait un icône américain pour se faire accepter.

      Et oui, on parle de génocide des Taïnos:
      “Modern estimates for the pre-Columbian population of Hispaniola are around 250,000–300,000. By 1548, 56 years after Columbus landed, fewer than five hundred Taino were left on the island”

    • @corn88

      Je suis un grand fan de l’Egypte antique. Des recherches archéologiques ont prouvé que les pyramides ont été construites par des travailleurs libres et bien traités et non par des esclaves.
      En suivant un documentaire sur National Geographic, on a même vu des graffitis faits par des ouvriers.

      “Les fouilles menées près des pyramides par le groupe d’archéologues AERA ont permis de reconstituer la vie des ouvriers des pyramides, qui a fait l’objet d’une communication de l’un de ses responsables, le docteur Richard Redding, en avril 2013. Il y décrit une ville d’ouvriers située au sud du Sphinx, et qui était l’endroit où habitaient ceux qui ont construit la troisième pyramide, celle de Mykerinos. Ils y ont trouvé les traces d’élevage d’animaux, d’abattoirs, et même un cimetière adjacent, assez pour pouvoir en déduire le régime alimentaire des travailleurs du chantier.

      Les archéologues ont estimé que chaque jour on abattait plus de 1.800 kilos de viande (bœuf, moutons, chèvres…), qui faisait partie du menu des ouvriers, de même que le poisson, les fèves et les lentilles. Les squelettes montrent également qu’ils avaient accès aux soins (des os avaient des fractures soignées). “On prenait bien soin de ces gens et ils étaient bien nourris lorsqu’ils travaillaient là, alors il y avait une certaine attractivité à ce travail”, explique le Dr. Redding à LiveScience.

      “Ils avaient probablement un meilleur régime alimentaire que dans leur village.”

      Parmi les autres découvertes récentes, celle d’un port qui date lui aussi de l’époque des pyramides. L’équipe en charge des fouilles, dont le professeur Pierre Tallet, de l’université Paris-Sorbonne, a pu étudier des papyrus, et plus particulièrement le “Journal de Mérer”, compte-rendu détaillé de l’activité d’une équipe de bateliers chargés de transporter les pierres utilisées pour le parement extérieur de la grande pyramide.”

      Secret des pyramides d’Égypte : des thèses étonnantes et des mythes à déconstruire

    • @papitibi – 13 septembre 2017 – 15h52
      Il me semble que j’ai été trop vite sur la pitonneuse :-(.

      Merci pour votre réplique et votre excellent post!

      Tout à fait d’accord avec ce que vous proposez à la fin de votre texte.

    • “Contextualiser” me semble le mot pour mettre en lumière seulement certains faits ou exploits du dit personnage historique selon l’agenda politique du décideur.

      Où cela va t’il nous mener? Devrait-on mentionner que MLK était contre le mariage gai sur une plaque devant tous ses monuments? Mentionner que Georges Washington possédait des esclaves? Mentionner le passé raciste et colonisateur devant chaque statue de John A. McDonald (pourquoi pas sur nos billets de banque tant qu’à faire?).

      Il existe des livres si on veut vraiment approfondir nos connaissances sur certaines figures historiques, je ne vois pas d’un bon œil l’idée de “contextualiser” les monuments et statues selon ce que chacun veut bien retenir de l’histoire.

    • ”Parlant d’indignation sélective, je suppose que vous seriez pour une statue de Mahomet si il était permis de représenter le prophète.” guardian

      Check-moé le commentaire insignifiant. Parlant comique….Continue de supposer le comique. Misère!

    • Nos purs vont sûrement descendre à Québec pour désocler le monument de Champlain qui épousa une fillette d’ à peine 12 ans, et débaptiser son futur pont à Mourial… tant qu’à faire.

      Ce qui aujourd’hui est contraire aux moeurs.

    • @Richard Hétu 15h59: @papitibi – Merci de votre supplément d’information.

      = = =

      You’re welcome!
      L’Université de Montréal a conçu une banque de données d’une incroyable richesse, et cette banque a été mise en ligne (PRDH – Programme de Recherche en Démographie Historique).

      On peut y accéder (moyennant certains frais) depuis son propre ordi, ou (gratuitement) depuis le local d’une Société de Généalogie ou dans les bureaux régionaux de BAnQ – Bibliothèque et Archives Nationales du Québec.

      Ce ne sont pas des originaux, mais des transcriptions du contenu contenu dans les registres originaux. Les originaux des documents ont par ailleurs été microfilmés par les Mormons, dont la banque de données est accessible via Ancestry.ca pour le Canada mais il est parfois difficile de trouver, parce que indexé tout croche. Je me suis constitué une banque de documents originaux, que j’avais versés sur une clé USB depuis le site Ancestry.

      Ancestry exige des frais d’accès mais encore là, il y a moyen d’éviter les frais depuis les bureaux régionaux de BAnQ et de certaines sociétés de généalogie.

      Fascinating, disait Spock. Pas le docteur. Le Vulcain…

      Pour ma par, mes démarches ont commencé en ‘75 en Louisiane (mon père était d’origine acadienne), avant de se poursuivre au Rhode Island (où il est né) et en Nouvelle-Écosse… sans compter la visite des cimetières (LA, RI, NS et Bas-St-Laurent), et les fouilles en biblio et sur internet, que j’ai mises en veilleuse près de 40 ans plus tard.

      Et quiconque y aura consacré autant d’heures et de ressources aura fini par développer une soif de connaissances historiques autour des personnages de son arbre…

      Quand un gars a la passion, il l’a solide!

    • @papitibi – 13 septembre 2017 – 16h51
      … Quand un gars a la passion, il l’a solide!

      LOL

      La passion et j’ajouterais, la curiosité!

    • Évidemment, dans l’esprit des inconséquents, partir à la recherche de terres inconnues et de les proclamer siennes lorsque découvertes, alors qu’elles étaient fortement peuplées, n’a rien d’agressif ou d’inhumain ni rien de honteux. Et l’Évangélisation valait certes de commettre des massacres à la moindre résistance, surtout quand cela valait dans la foulée de l’or, de l’argent et des terres à ne plus savoir quoi en faire. Après tout, on ne parle que de “deux-tiers” d’humains. La formulation du temps pour parler des victimes collatérales…

      L’humain excelle à se donner bonne conscience. Au point de nier ses actes barbares ou d’en minimiser les effets et au point d’idéaliser très subjectivement des siens. Mais tant qu’à commémorer des mémoires d’êtres faillibles, aussi bien le faire avec celles qui ne nous font pas trop honte.

      Je crois qu’il est légitime de substituer la mémoire d’un patriote envahisseur ou conquérant par une autre qui est celle d’un défenseur. Pontiac ou même Pierre Falardeau ont été des patriotes défenseurs à leur façon. Tandis que Amherst a été un grand militaire patriote envahisseur et même avec des velléités génocidaires. Soit on promeut les guerres d’agression soit on les réprouve. On lutte pour la justice ou pour l’injustice. Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais qu’autrui te fasse.

      L’intrépidité, les compétences et l’esprit de corps à des fins de prestige, de vanité ou de lucre par l’oppression et la dépossession, ne sont en rien glorieux, même lorsque remarquables. Cette simple admission nous rapproche de ce qu’est une civilisation digne de ce nom.

      S’il faut avoir l’ambition de respecter les faits, c’est à mon avis surtout pour corriger les injustices qui en découlent et qui perdurent encore de nos jours et non pas pour sanctifier des populations qui s’adonnaient, elles aussi, à des guerres de conquête. À ce titre, la symbolique joue un rôle important. Mais je n’exclus pas qu’une simple contextualisation suffise dans plusieurs cas où les qualités supplantent manifestement les torts. Il y a donc place à des discussions.

    • @papitibi
      “de remettre les choses en perspective et dans le contexte de l’époque.”
      Ce serait par contre un voeu pieu selon moi. Il est souvent difficile d’avoir la distance et l’objectivité souhaité pour se prononcer sur un sujet précis, dans ce cas imputé la responsabilité d’un système économique et sa maltraitance des indigènes à quelques personnes précises. Alors que la large majorité ne connaissent que des bribes, souvent malmenés par des légendes urbaines fausses qui déforme l’histoire, il serait difficile de faire comprendre les subtilités et nuances du contexte de l’époque sur une plaque en quelques phrases. L’indignation semble être le sport national aux USA depuis la montée de Trump, des SJW et de l’alt-right.

      Une personne louangé pour une action à l’influence historique peut certainement avoir accompli d’autres actions condamnables. Est-ce que cela devrait complètement nullifier tout ce qu’il a pu faire de bon? Par contre, si le seul fait historique d’une personne est relié à un acte condamnable, et que rien d’autre de positif ne sorti de ses actions, je crois par contre qu’il est préférable de remettre en question pourquoi cette personne s’est mérité une place dans l’histoire comme quelqu’un à honorer. Le Général Lee entre dans cette catégorie selon moi, peu importe qu’il ait personnellement tuer ou non des indiens.

      Les amérindiens furent maltraité et l’objet de mépris depuis des siècles, tout comme les blancs étaient l’objet d’un mépris équivalent. On pourrait très facilement, en prenant la sélection subjective qui ressort des accusations envers Colomb, et les appliquer aux plus grands présidents américains.
      Tiré de:
      https://indiancountrymedianetwork.com/history/events/nice-day-for-a-genocide-shocking-quotes-on-indians-by-us-leaders-pt-1/

      Benjamin Franklin, from his autobiography, 1750s
      “If it be the design of Providence to extirpate these Savages in order to make room for cultivators of the Earth, it seems not improbable that rum may be the appointed means.”

      Orders of George Washington to General John Sullivan, May 31, 1779
      “The immediate objectives are the total destruction and devastation of their settlements and the capture of as many prisoners of every age and sex as possible. It will be essential to ruin their crops in the ground and prevent their planting more.”

      Governor William Henry Harrison, of the Indiana Territory (1800-1812) while defending displacement of the Indians
      “Is one of the fairest portions of the globe to remain in a state of nature, the haunt of a few wretched savages, when it seems destined by the Creator to give support to a large population and to be the seat of civilization?”

      John Quincy Adams, 1802, when rationalizing territorial imperatives as God’s will
      “What is the right of the huntsman to the forest of a thousand miles over which he has accidentally ranged in quest of prey? Shall the fields and vallies, which a beneficent God has formed to teem with the life of innumerable multitudes, be condemned to everlasting barrenness?”

      President Thomas Jefferson, The Papers of Thomas Jefferson, December 29, 1813
      “This unfortunate race, whom we had been taking so much pains to save and to civilize, have by their unexpected desertion and ferocious barbarities justified extermination and now await our decision on their fate.”

      James Monroe, in a letter to Andrew Jackson, October 5, 1817
      “The hunter or savage state requires a greater extent of territory to sustain it, than is compatible with the progress and just claims of civilized life, and must yield to it. Nothing is more certain, than, if the Indian tribes do not abandon that state, and become civilized, that they will decline, and become extinct. The hunter state, tho maintain’d by warlike spirits, presents but a feeble resistance to the more dense, compact, and powerful population of civilized man.”

    • Je me permets aussi de suggérer l’excellent roman Le secret de Christophe Colomb par José Rodrigues dos Santos. Un auteur très documenté.

      https://www.babelio.com/livres/Rodrigues-dos-Santos-Codex-632–Le-secret-de-Christophe-Colomb/715822

    • Petit exemple, un journaliste s’insurgait qu’en 2015 un rue porte le nom de Pétain, le traitre à la nation française à cause de Vichy!

      Après quelques recherches historiques, il fut démontré que la rue fut nommé avant la 2e guerre mondiale, donc lorsque Pétain était le héro de la 1ere guerre.

      Doit-on changer le nom? Doit-on se rappeller de la 1ère, de la 2e, ou un mélange des deux?

    • @sage2010 – 13 septembre 2017 – 16h27
      Merci beaucoup: extrêmement intéressant!

    • @Kelvinator 17h26
      Ce serait par contre un voeu pieu selon moi. Il est souvent difficile d’avoir la distance et l’objectivité souhaité pour se prononcer sur un sujet précis, dans ce cas imputé la responsabilité d’un système économique et sa maltraitance des indigènes à quelques personnes précises.

      = = =

      Dans la vie, il y a ceux qui savent… et il y a les politiciens! Ce soir, au Téléjournal, Patrick Roy interviewait un historien qui – by the way – souhaite que le nom AMHERST demeure, ne serait-ce que pour l’exposer à la réprobation. Biffer le nom, ce serait (dit-il) oublier le personnage et le souvenir de ses exactions.

      Il y a ceux qui savent, et il y a Denis Coderre, poursuivait l’historien. Non, Montréal n’a pas été construite sur des terres mohawk jamais cédées (comme le tambourine Coderre) puisque les mohawks avaient quitté l’île depuis 100 ans. Maybe… encore que des anthropologues pourraient peut-être apporter un autre éclairage sur les notions autochtones de propriété du territoire.

      Stationner ma voiture au Centre commercial, c’est pas un ABANDON de mon véhicule en faveur du dividu qui va la trouver. Délaisser un territoire de chasse (l’île de Mtl) le temps qu’il faut pour que le gibier revienne, est-ce que c’est un abandon? Dans le système juridique du colonisateur, oui, c’es un peu ça. Je suis pas anthropologue mais j’aimerais bien savoir ce qu’un anthropologue spécialiste des Premières Nations pourrait en dire…

      = = =

      Il y a ceux qui savent; c’est à ceux-là qu’il faudra demander de mettre en contexte.
      Pas aux politiciens…

    • Les statues sont les phares de notre histoire humaine commune, si elles nous rappellent de glorieux souvenirs…tant mieux. Si par contre ce sont de malheureux événements qui y sont associés…tant mieux aussi, car elles restent un témoignage important de ce à quoi l’histoire doit servir: un guide vers ce que nous serons demain.

    • On pourrait…

      …refaire les statues des criminels de guerre, mais en plaçant les personnages dans une situation reflétant leurs actions.

      Par exemple, une statue d’Hitler l’expression du visage très concentrée, debout, le pied levé écrasant des hommes et des femmes squelettiques, avec sur la plaque: Adolf Hitler – Il est responsable d’une guerre ayant fait 60 millions de victimes incluant 6 millions de juifs tués dans des chambres à gaz.

      Pour le général Lee, une statue le représentant debout, un air fâché, légèrement penché vers un noir à quatre pattes sur le sol, lui appliquant un colt sur la tempe, avec cette inscription sur la plaque: General Robert E. Lee – Cet afro-américain voulait être libre. Le général Lee s’est battu pour empêcher ça.

      Et ainsi de suite.

      Comme ça les Nazis et les racistes auraient leurs statues, et le reste des citoyens auraient la vérité.

      Toutte le monde y serait content !

    • @papitibi – 13 septembre 2017 – 19h16
      … Dans la vie, il y a ceux qui savent… et il y a les politiciens! …

      Oh Yeah! Et on regrette que ceux qui ne savent ne soient pas en mesure de le réaliser. De toute évidence, l’humilité est une qualité (ou vertu) de plus en plus rare.

      Notre bon vieux maire Coderre a décidé que le nom de la rue Amherst allait prendre le bord et donc, affaire réglé pour lui. Sa mairie aura été marqué par l’exhibitionnisme (il est partout tout le temps) et l’arrogance. Bien hâte de le voir sortir de l’hôtel de Ville.

    • @ralbol

      Excellente idée, pourquoi pas une statue de Barak Obama avec les mains rouges et une plaque qui nous indiquerait tous les morts civils en Irak, en Syrie et en Afghanistan qu’il y a eu sous sa gouverne?

    • @guardian 08h43

      Soyez logique alors : Bush devrait avoir une statue complètement rouge, pour les mêmes raisons.

    • @candela

      Exactement mon point, enfin vous comprenez. Aucune figure historique n’est blanc comme neige, d’où l’absurdité de déboulonner des statues ou de les “contextualiser” selon les mœurs d’aujourd’hui ou selon les moins bons coups qu’ils ou elles auraient pu faire dans leur vie. Cette idée de “contextualisation” en revient à politiser des figures historiques.

    • guardian

      14 septembre 2017
      09h26

      Exactement mon point, enfin vous comprenez. Aucune figure historique n’est blanc comme neige, d’où l’absurdité de déboulonner des statues ou de les “contextualiser”
      ————————————————————–

      C’est Saddam Hussein qui demande réparation !

    • gardian

      14 septembre 2017
      09h26

      Exactement mon point, enfin vous comprenez. Aucune figure historique n’est blanc comme neige, d’où l’absurdité de déboulonner des statues ou de les “contextualiser”
      ————————————————————–

      Saddam Hussein demande donc réparation !

    • @candela

      Et c’est là où il faut faire la différence entre figure historique qui ont fait avancer la société (découverte de l’Amérique par Christophe Colomb), ceux qui ont été des figures majeurs de leur époque (Bush/Obama) et ceux qui ont atteint la notoriété par leur crimes de guerre ou leur despotisme (Staline/Saddam Hussein/Hitler).

      Bien entendu, il faut faire preuve de jugement pour mettre certaines personnes dans une case plutôt qu’une autre. Par exemple, Mao Zedong est une icone très respectée par les chinois et pourtant ce type a plus de sang sur les mains que Staline, Hitler et Saddam réunis. Tout n’est pas blanc ou noir dans la vie, il y a beaucoup de zones grises, ce que nos justiciers de la statue ne semblent pas comprendre.

    • @ guardian

      - «Excellente idée, pourquoi pas une statue de Barak Obama avec les mains rouges et une plaque qui nous indiquerait tous les morts civils en Irak, en Syrie et en Afghanistan qu’il y a eu sous sa gouverne?»

      Bin non.

      Ce serait plutôt une statue de George W. Bush, debout, le bras tendu, le visage crispé la bouche ouverte dans un cri rageur, semblant crier “Chaaarge !”, et sur la plaque on pourrait lire: George W. Bush – En mentant aux citoyens, ce président a déstabilisé le Moyen-Orient et déclenché une série de guerres menant à la montée de l’Islam radical causant des millions de morts et de réfugiés.

      C’est plus réaliste…

    • Washington, D.C. (District of Colombia)… on est pas sorti de l’auberge (espagnole) !?! Pauvres Amers-Ricains !!!

    • OUPS ! ColUmbia !!!

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    septembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « août    
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives