Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Depuis juin 1994, Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l’Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l’Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que plusieurs essais sur les États-Unis, dont Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012) et Madame America : 100 clés pour comprendre Hillary Clinton (Les Éditions La Presse, 2016). Il vit à Manhattan avec sa famille.
  • Lire la suite »

    Partage

    Dimanche 10 septembre 2017 | Mise en ligne à 12h41 | Commenter Commentaires (79)

    Ouragans : une première aux États-Unis

    DJX3BjAV4AAsZBm

    L’arrivée d’Irma à l’extrémité sud-ouest de la Floride ce matin a créé un précédent, selon la chaîne spécialisée Weather Channel : pour la première fois, deux ouragans de catégorie 4 ont frappé les États-Unis au cours d’une même année, le premier étant Harvey, qui a dévasté une partie du Texas il y a moins de trois semaines.


    • Appelons les choses par leur nom: les 7 millions de personnes déplacées, en Floride, ce sont des RÉ-FU-GIÉS.

      Parmi eux, certains auront tout perdu. Comme s’ils avaient vécu – en Syrie, un nom que je prends au hasard, bien sûr.

      Qu’est-ce qui distingue un BON réfugié d’un réfugié qu’il faut refouler aux frontières? Heu…

    • Je comprends que c’est un blogue sur les É.U.
      Mais quand même.
      Ahhh les pauvres Floridiens.
      -Nous sommes parti vers le nord avec nos DEUX voitures, avons mis le bateau en sécurité.
      -Nous avons payé 2000$ pour prendre l’avion pour revenir au Québec. Etc…
      Pendant ce temps, les gens à St-Martin, St-Barthélémy, Cuba, n’ont plus de maisons pas d’électricité, pas d’eau et rien à manger.
      Qu’ils font pitié ces PAUVRES Floridiens.

    • «Pour être clair, NE TIREZ PAS sur Irma. Cela ne l’arrêtera pas et aura des conséquences dangereuses», a cru bon de préciser sur son compte Twitter le bureau du shérif du comté de Pasco, sur la côte ouest de la Floride. Les balles tirées en l’air peuvent être mortelles en retombant à terre.”

      Rien ne les changera vraiment , même pas un (des) ouragan(s)!!
      Tirer sur la nature pour qu’elle nous obéisse…Quand même, faut le faire !!!!

    • superlulu 13h17
      “Qu’ils font pitié ces PAUVRES Floridiens.”

      Bien oui, nono, les Floridiens sont TOUS riches et on va TOUS être OK. Merci.

    • @superlulu 13h17

      On se réjouit d’avance de savoir que vous allez donner très, très, très généreusement pour tous ces non-Floridiens éprouvés, car les larmes des spectateurs ne valent rien pour rétablir l’eau, l’électricité et la nourriture.

      Pas plus que les prières non plus.

      Bravo encore.

    • Pour être plus précis, si on lit bien l’article du Weather Channel, c’est deux fois en 166 années d’observations météorologiques effectuées sur ce territoire.

      Ces deux ouragans d’une puissance exceptionnelle sont effrayants, mais pour pouvoir juger de leur normalité ou de leur anormalité dans le temps, il faudrait avoir des données fiables pour une période beaucoup plus longue.

      Des ouragans d’une très grande puissance ont frappé les Antilles, la Floride et le littoral du Golfe du Mexique pendant la période coloniale et avant, mais le souvenir qu’on en a est soit basé sur la transmission orale de l’histoire par des Amérindiens ou des colons européens illettrés, ou bien encore sur des journaux de voyage et autres écrits qui ne sont pas aussi précis et complets que les bilans météorologiques modernes…

    • Nobodyknows essayez de comprendre ce que vous lisez: “”Mr Edwards told the BBC he created the event out of boredom and stress, and was surprised by the reaction.” ça évite de dire des iinepties.

    • J’ai été témoin de 2 ouragans, Andrew en 1992 et Irène en 2011 et je ne souhaite pas ça à qui que ce soit de vivre ce genre de traumatisme, pauvres ou riches. La chose qui me fascine toujours lors de ces cataclysmes naturelles aux États-Unis, c’est l’entêtement de certaines personnes à ne pas quitter leurs demeures malgré les risques élevés d’y mourrir.

    • En raison de la situation exceptionnelle et pour encourager les habitants a quitter leur domicile les centre de réfugié acceptent les animaux …

      cependant pour les imigrants illégaux on a prévu des refuges plus sécuritaires en raison de leur dangérosité appelés prisons…

    • Encore heureux que les deux ouragans n’aient pas frappé la même région.

    • @ Scipion001 (commentaire « 10 septembre 2017 14h16 ») :

      D’après votre expérience, est-il possible de caractériser ces gens qui refusent de quitter leur demeure malgré l’approche du danger ?

      a) Sont-ils plus pauvres que la moyenne ?

      b) Sont-ils moins instruits que la moyenne ?

      c) Sont-ils plus âgés que la moyenne ?

      d) Craignent-ils de se faire voler s’ils quittent leur maison ?

      e) Sont-ils naturellement méfiants des gouvernements et des services d’aide d’urgence de ces derniers ?

      f) Etc., etc.

    • On va attendre d’en avoir vu 3 ou 4 avant de tirer des conclusions…

    • @cotenord 13h59

      C’est le choix entre le mode d’action et d’inaction qui s’offre à nous.

      “Ne faisons rien, c’est plus prudent” [ En attendant Godot ] ne résout en rien le problème d’Estragon attendant Godot…

      Cette citation d’Estragon dans

    • lanyways

      10 septembre 2017
      14h14

      Nobodyknows essayez de comprendre ce que vous lisez: “”Mr Edwards told the BBC he created the event out of boredom and stress, and was surprised by the reaction.” ça évite de dire des iinepties.
      ———————————————————

      Vous affirmez donc que le shériff qui a averti les fous du gun de ne pas faire ça est un sans dessein qui n’a pas compris ce qu’il avait lu ?

      Vous êtes… particulier.

    • Quelques soient les situations de dangerosité. Tout est relatif, aux personnes qui le vivent. Il y a des gens qui prennent ca en riant et d’autres, c’est la fin du monde. C’est pas évident pour chaque individu. Le malheur durent un instant, qui peut détruire une vie ou peut la transformé positivement au niveau individuel. TOUT EST RELATIF.

    • - «…pour la première fois, deux ouragans de catégorie 4 ont frappé les États-Unis au cours d’une même année…»

      Ce qui est consistant avec ce qu’annoncent les scientifiques comme étant une des conséquences du réchauffement climatique: une augmentation de l’intensité et de la fréquence des événements météorologiques extrêmes.

      Mais bon…

      “Living is easy with eyes closed…”

    • @nobodyknows – 10 septembre 2017 – 13h37
      … «Pour être clair, NE TIREZ PAS sur Irma. Cela ne l’arrêtera pas et aura des conséquences dangereuses», …

      Ok, that’s funny … LOL

      Décidément, certains font des choses sans y avoir mis beaucoup de réflexion au préalable :-(.

      Vous avez raison: quand même, il faut le faire!

    • @cotenord_7 – 10 septembre 2017 – 13h59
      Très intéressant article de Jean-François Cliche sur ce sujet:

      http://blogues.lapresse.ca/sciences/2017/09/08/trois-salopards-et-une-bouteille-de-vin/

    • @lanyways – 10 septembre 2017 – 14h14

      @PascoSheriff
      To clarify, DO NOT shoot weapons @ #Irma. You won’t make it turn around & it will have very dangerous side effects

    • @lanyways
      Vous semblez rapide sur la gâchette du jugement lapidaire…
      Pour qu’en pleine période de cataclysme, un shérif qui doit déjà en avoir plein les bras prenne le temps d’avertir ses concitoyens, avouez qu’il y a de quoi se poser des questions…Comme dirait l’autre, je dis ça mais j’ai rien dit…

    • @cotenord
      “si on lit bien l’article du Weather Channel, c’est deux fois en 166 années”

      Petite rectification.
      L’article parle d’un cyclone dans la Pacifique à Hawai, le “Hurricane Iniki”. L’article parle bien d’Ouragan, qui se produise uniquement dans le Pacifique. Dans l’océan indien c’est des typhons. Au final, ce sont tous la même chose, seul leur lieux de gestation change.

      “il faudrait avoir des données fiables pour une période beaucoup plus longue.”
      166 ans, c’est quand même long, et comparable aux données météorologique sur le climat. On remonte presque au début de l’ère industrielle.

      Ce littoral fut relativement peu peuplé au cours de l’histoire coloniale, d’autant qu’il serait surement difficile d’évaluer précisément leur vitesse à partir des quelques sources orales ou écrites. Nous avons surement peu de traces archéologique du genre.

    • Propre rectification:
      Les ouragans, c’est dans l’Atlantique. Les cyclone dans le Pacifique Nord et le reste du Pacifique et l’océan indien ont des typhons.

    • Solidarité avec les habitants de la Floride qui subissent actuellement la Fureur d’Irma.

      Reste que le plus douloureux ce sera les lendemains du passage de ces ouragans.

      Nous ne serons peut-être jamais, ce qu’aura coûté l’anarchie immobilière, et surtout lorsque viendra le temps de reconstruire, s’ils ne prôneront pas un plan d’urbanisme plus “durable”.

      Déjà on peut dire que les américains devront gérer des migrants de l’intérieur, j’assume qu’une certaine partie des sinistrés ne souhaiteront pas rester dans leur demeure actuel, ou ils n’auront pas les moyens de reconstruire.

      Si on prend les sinistré des inondations du printemps au Québec, déjà le gouvernement a informé les sinistrés, que ceux qui sont construits en zone inondable et que leur demeure a subi des dommages qui dépasse 48 %de la valeur de la demeure ne pourront pas se reconstruire. Il semble qu’il y a un dédommagement maximale de 250 000 $ par demeure et qu’on leur demandera de reconstruire ailleurs.

      Je ne crois pas que ce genre de mesure soit possible aux États-Unis.

      J’ai hâte de voir s’il y aura des îles qui seront déclaré inhabitable, et que les autorités déclareront que ça ne vaut pas la peine de reconstruire sur une île qui est destiné à disparaître dans un avenir prévisible. Ça pourrait aussi s’appliquer à certain quartier de villes floridiennes touchés par Irma.

    • «deux ouragans de catégorie 4 ont frappé les États-Unis au cours d’une même année»

      Correction: Deux ouragans de catégorie 4 ont frappé les États-Unis EN MOINS D’UN MOIS. L’un d’eux (Irma) ayant même été temporairement classé en Catégorie 5. Voilà qui est encore plus significatif statistiquement parlant. De quoi faire douter les climato-négationnistes les moins déraisonnables…

    • @ cotenord 14:40h
      En général je dirais que c’est l’attachement sentimental de leur propriété qui font que ces gens décident de rester dans leur maison lors d’événements semblables et aussi le désir de les remettre en état le plus rapidement possible.

    • C’est quand même bizarre. Depuis 2 semaines, on ne parle que d’ouragans qui sévissent aux US mais quasiment pas du plus dévastateur de tous qui s’appelle Donald…

    • HA! HA! que c’est drôle de lire, des sujets aussi sérieux, que les changements climatiques, politiques, sociétales et autres. Les solutions sont tous simplement dans nos choix personnels. Les solutions sont là. Mais la bête individuel, ne le voit pas. L’égoisme et la facilité du bien-être, l’emporte sur la réalité. Il y a que le confort et le plaisir du moment, qui importe.

    • @nobodyknows 10 septembre 2017 16h10

      Une gang d’amoureux du gun d’assault se sont photographiés hier, formant une milice afin de prévenir le pillage, avec la phrase: «Lotters will be shoot» [Looters will be shot]. Deux fautes d’orthographe, en 4 mots, il faut le faire. Le shérif fait bien de les avertir de ne pas tirer sur l’ouragan, parce qu’ils ont peut-être des mitraillettes lourdes montées sur leurs parterres.

    • @ kelvinator (commentaire « 10 septembre 2017 16h22 » ) :

      Au contraire, selon une courte recherche que je viens de faire, il semble qu’il y ait une quantité relativement élevée de connaissances historiques, archéologiques et paléontologiques sur les ouragans du passé dans la partie sud de l’océan Atlantique dans l’hémisphère nord, ainsi que dans le golfe du Mexique.

      Mais il est difficile de comparer précisément ces océans du passé (surtout du passé lointain) avec des métriques (des mesures), étant donné qu’il n’y avait pas ou peu d’instruments météorologiques autrefois, et que la version originale de l’échelle Saffir-Simpson pour le classement des ouragans date de 1971.

      Aussi doit-on se fier sur des descriptions qualitatives de ces ouragans et de leurs effets, pour comparer les ouragans récents aux ouragans du passé…

      Atlantic Hurricane Season (Wikipedia). Cet article donne un bon apercu général de l’histoire des ouragans à travers l’histoire, avec des liens vers des articles plus spécifiques qui fournissent davantage de détails.

      List of Atlantic Hurricanes Before 1600 (Wikipedia).

      List of Atlantic Hurricanes in the 17th Century (Wikipedia).

      Hurricanes of History: From Dinosaur Times to Today (Willie Drye, The National Geographic Channel, le 28 janvier 2005).

      Monster hurricanes reached U.S. during prehistoric periods of ocean warming (Woods Hole Oceanographic Institution, le 11 février 2015).

    • Le seul commentaire qu a trouvé a régurgiter le gros tas c’est que ces catastrophes illustrent fort bien pourquoi il faut apporter des changements a l ‘ assiette fiscale le plus vite possible. Il se fout de la gueule des américains big time.

    • @ Scipion001 (commentaire « 10 septembre 2017 16h53 ») :

      Intéressant.

      Il est curieux de constater comment l’attachement sentimental à notre lopin de terre et à notre bicoque peut parfois nous inciter à risquer notre vie, alors qu’il apparaît évident à un étranger qu’il faudrait décamper au plus vite…

    • @bleuetdaa 16h20
      Nous ne serons peut-être jamais, ce qu’aura coûté l’anarchie immobilière, et surtout lorsque viendra le temps de reconstruire, s’ils ne prôneront pas un plan d’urbanisme plus “durable”.
      Déjà on peut dire que les américains devront gérer des migrants de l’intérieur, …

      = = =

      Pour ce qui est des migrants de l’intérieur, voilà, ce sont ces BONS réfugiés auxquels référait mon 13h10. Bien sûr, l’Ohio ou l’Illinois ne vont PAS refouler ceux qui, parmi ces sinistrés, ne retourneront pas dans leur péninsule ravagée par le vent; par contre, ils ne vont pas les dorloter non plus. Débrouille-toé, trouve-toé une job, arrête de brailler pis travaille, mauviette! Filet social? De kossé?

      L’ampleur de la tragédie et le nombre des sinistrés réussiront-ils à attendrir cette administration qui voulait couper les vivres au FEMA et cesser d’aider financièrement les victimes ni assurées ni assurables? J’en doute; Trump veut baisser les impôts. Pas augmenter les services ou les indemnités…

      = = =

      Pour ce qui est de l’anarchie immobilière, bin… c’est de l’argent qui roule. C’est de l’entrepreneurship. Smartness. Comme cettesmartness qui faisait dire au candidat Trump que pour réussir à ne pas payer d’impôts, ça prend d’la jarnigoine!

      À Houston comme en Floride, il y a les génies qui remplissent les marécages avec du béton, pis il y a leurs victimes inconscientes de ces grands génies. Le développeur immobilier fait du ca$h, et les victimes de cette anarchie immobilière sont ruinées!

      Make America Great Again, qu’il disait. Great? Oui, mais… pour qui? Great pour ceux qui se paient des lobbyistes efficaces. Pour ceux qui engraissent les campagnes électorales et qui exigent la déréglementation en retour. That’s Democracy! Ceux qui ont fait fortune dans l’anarchie immobilière, évidemment, ils ne veulent pas contribuer par leurs impôts à remettre un toit sur la tête de leurs victimes. Bin non!

      Cela dit, ça n’empêchera pas les victimes de cette greatness de voter Républicain; c’est ce qu’ils font depuis toujours en Louisiane, en Alabama, au Mississipi – ce qui s’apparente finalement à une forme d’autoflagellation!

    • @Morgane12 17h30

      Je sais pas pourquoi mais ça me surprend tellement pas. On peut sortir les gens du Far West…mais sortir le far West des gens semble beaucoup plus ardu. Combien de “justiciers” parmi eux qui y voient là une chance de briller, d’être kèqu’un ???

    • @ candela, cotenord et tous…
      N’oubliez pas que la Terre à subit plusieurs changements environnemtaux et climatiques depuis sa naissance et que ceux que nous expérimentons actuellement sont minimes en comparaison avec ceux qui prévalaient lors des différentes étapes qui ont permi l’apparition d’organismes vivants. La p’tite Bleue est en constantes transformations qui sont cycliques et qui ont une incidence directe sur le climat et actuellement nous nous situons à un retour du balancier vers un refroidissement de notre planète…ce qui est inquiétant lorsqu’on constate les données scientifiques sur le réchauffement de celle-ci.
      J’ai toujours crû que l’extinction des organismes vivants sur Terre passera par l’apparition d’un virus ou d’une bactérie incontrôlable et je n’en démord pas car l’immensément petit, l’inconnu et l’invisible sont plus difficilesà vaincre que ce qui est aussi gros et puissant qu’Irma la douce.
      Demain matin et plus tard cette semaine les papillons et les oiseaux voleront de nouveau sur la Floride et les Antilles…j’espère que vous en profiterez.

    • @Scipion001 – 10 septembre 2017 – 16h53
      Je pense que la peur des voleurs jouent aussi beaucoup dans le désir des gens de vouloir rester chez eux: on veut protéger ses biens.

      Il y a vraiment des gens qui sont ‘low’ … Profiter d’un désastre qui faire une piastre ou plus …

    • Trump est un bon président, il n’a pas perdu de temps a déclaré la Floride ” l’état de catastrophe naturelle pour la Floride. ”

    • @lanyways

      Le gars a été surpris des réactions justement parce des tarés gun nuts l’ont pris au sérieux et croyaient pouvoir attaquer l’ouragan avec leur ti-fusils. Un de ces idiots a même suggéré de l’attaquer au lance-flamme. De là l’avertissement du shérif. Parfois la débilité atteint des sommets qu’on n’aurait jamais cru possible auparavant.

      http://www.lapresse.ca/actualites/insolite/201709/10/01-5131924-ne-tirez-pas-sur-irma-la-mise-en-garde-des-autorites-en-floride.php

    • La gestion des ouragans risque de s’inviter dans la campagne électorale de mi mandat.

      Surtout que les Dem les attendent au mois de décembre pour l’adoption du budget du Potus actuel.

      J’imagine que certain questionneront les choix budgétaires prôner par ce POTUS. Selon moi, on va en lire des vertes et des pas mûres.

      Une des ironies de la situation actuel, c’est que le centre de surveillance des ouragans est lui-même en zone sinistré

    • cotenord_7

      10 septembre 2017
      17h33

      Il est curieux de constater comment l’attachement sentimental à notre lopin de terre et à notre bicoque peut parfois nous inciter à risquer notre vie, alors qu’il apparaît évident à un étranger qu’il faudrait décamper au plus vite…
      —————————————————–

      Ce n’est pas curieux du tout, au contraire.

    • @ apocalypse 18:02

      Les State Patrols de la Floride sont les plus craints de tout le sud des États-Unis, on est pas en Louisiane ou aux Antilles et ils ne lésinent pas avec les truands dans le Sunshine State…souvenirs de l’ouragan Andrew à l’appui. Ils dégainent et posent ensuite leurs questions . T’as intérêt à répondre promptement.

    • The scramble to flee from #Irma has been a much different experience for those in different income brackets.
      https://t.co/HBmXApGkUq

    • @ Scipion001 (commentaire « 10 septembre 2017 17h58 » ) :

      C’est toujours intéressant d’examiner les choses sur le long terme.

      Ainsi, il y a 12 à 15 milliers d’années, là où se trouvent la quasi-totalité des internautes qui commentent ce blogue, soit au nord d’une ligne imaginaire qui partirait de l’emplacement de la ville actuelle de New York et qui se dirigerait franc ouest, il y avait environ 2 kilomètres de glace solide (le glacier du Wisconsin) au dessus de la surface du sol…

      C’est à la fonte de cet immense glacier du Wisconsin que l’on doit le caractère géologique actuel du Bouclier canadien et la forme et les caractéristiques des lacs et cours d’eau présents au Québec, en Ontario et dans le nord du Manitoba…

    • @cotenord_7, 10 septembre 2017, 17h31

      Une source scientifique fiable est :

      http://www.nhc.noaa.gov/pastdeadly.shtml

      Lorsque les ouragans frappent il est facile de tomber dans l’hystérie. Le blogue de Jean-François Cliche nous informe bien sur les conclusions que tirent les vrais scientifiques des ouragans.

      Espérons qu’Irma continue de s’affaiblir (catégorie 2 au moment d’écrire ce commentaire) et évite de causer des dommages semblables à Andrew (catégorie 5 qui a traversé la Floride sans perdre d’intensité).

    • Je viens d’entendre que Irma a prit naissance à l’ouest du Sénégal dans l’océan Atlantique.

      Message à donald duck trump -

      «Build the wall on this ocean near the usa.

      donald reply: Thank’s, it’s a great idea. We build this wall and we will send the bill to Sénégal.

    • @ Scipion001 (17h58)
      N’oubliez pas que la Terre à subit plusieurs changements environnemtaux et climatiques depuis sa naissance et que ceux que nous expérimentons actuellement sont minimes en comparaison avec ceux qui prévalaient lors des différentes étapes qui ont permi l’apparition d’organismes vivants.

      = = =

      Évidemment. Et personne ne le nie… même si nous sommes tous un peu trop jeunes (!) pour avoir connu le règne des dinosaures et l’ère de nos ancêtres primates/primitifs…

      Quand un météorite de 10 km de diamètre a frappé la péninsule du Yukatan il y a 65 millions d’années, les T-Rex ne se souciaient ni d’urbanisme ni de leur propre survie. Aucun panda ne s se morfond du sort qui guette son espèce et son habitat; Donald Trump, lui, a cette capacité théorique de s’en soucier et de poser des gestes.

      Non, il ne pourrait pas empêcher tous les cataclysmes naturels mais à la différence du king des T-Rex d’il y a 65M d’années, il y a quand même deux ou trois petits gestes qu’il pourrait poser et qui seraient susceptibles d’étirer la survie de la race humaine et de nos cousins à 2, 4, 6, 8 ou mille(bof) pattes de quelques dizaines de générations. Ça serait déjà une bonne avancée…

      En attendant, si on commençait par interdire certaines pratiques douteuses, ça pourrait peut-être aider.

    • @ samati (commentaire « 10 septembre 2017 19h13 » ) :

      Merci samati, c’est effectivement une source très crédible sur le plan scientifique.

      Je l’ajoute immédiatement à ma liste de favoris Internet.

      Bonne soirée !

    • @ samati

      - «Lorsque les ouragans frappent il est facile de tomber dans l’hystérie.»

      On peut aussi facilement tomber dans l’apathie…

      Dans le «c’est normal», dans le «y’a rien là», dans le «ça veut rien dire»…

      Hein ?

    • Épilogue :

      Pendant trop longtemps les gens croyaient qu’il fallait faire un choix entre les changements climatiques ou l’économie.

      Les changements climatiques sont l’économie!

    • Il aura fallu l’ouragan Irma pour interrompe l’émission spéciale sur Trump débutée en janvier, sur CNN et MSNBC. En effet, à tous les jours depuis janvier, Trump occupait la majorité de la couverture quotidienne des canaux de nouvelles américains. Même lors de l’ouragan Harvey au Texas, les canaux de nouvelles accordait beaucoup de temps d’antenne à Trump.

    • “Lorsque les ouragans frappent il est facile de tomber dans l’hystérie. ”
      ————————————————————-

      Lorsque les ouragans frappent, c’est plus facile de tomber dans le déni…

    • @cotenord 19:07h
      Continuez vos lectures enrichissantes et n’oubliez surtout pas que la vie est éphémère et que tout les secrets de notre existence reposent sur des études scientifiques très sommaires par rapport à notre présence sur la p’titre Bleue.
      Je vous souhaite une bonne nuit et de meilleurs rêves que nos cousins du Sud.

    • Harvey et Irma sont des ouragans dont les coûts de reconstruction appréhendés vont entraîner une facture salée pour le gouvernement fédéral.

      Est – ce que les milliards en jeu auront une influence sur les prochaines orientations budgétaires au Congrès? On verra bien. Pas nécessairement la meilleure année pour des baisses d’impôt massives quand tu as à reconstruire le Texas et la Floride au minimum.

      Me semble que les budgets seraient mieux investis pour mettre l’argent dans la reconstruction. Et Trump pourrait se vanter, à raison, de créer des emplois pour y arriver. Beaucoup d’emplois et d’achats de matériaux. Beaucoup de milliards en fait.

    • @candela 10 septembre 2017 13h43
      C’est déjà fait. Et c.est plus facile que de parler d’envoyer des lits de camps et des oreillers.
      Ça s’appelle REMESAS
      Et avec une carte AIS.c’est mondial.
      Malheureusement, je n’ai pas pu sauver la LADA 1978.

    • Drole … sur sa couverture de l’ouragan IRMA, Trump ne trouve rien a dire
      contre CNN et les autres média qu’il déteste tant …..

      De son coté Trump est complètement largué par les événements, son vocabulaire
      usuel de moins de 100 mots l’empêchant de commenter adéquatement le tout.
      De plus c’est un ouragan il ne peut pas y aller d’attaque personelles à son endroit
      ou lui envoyer 2-3 cabinets d avocats par la tête ….

      en fait je pense sincèrement que Trump présentement s’affaire à préparer ses
      réclamations aux compagnies d assurance pour ses actifs détriut dans
      cette catastrophe et n’en a rien à cirer du reste.

    • @ pierre.s. J’approuve a 100% votre opinion a 21h37

    • @superlulu 21h30

      Bravo encore !

      Vous êtes un cas si rare…

    • D’après votre expérience, est-il possible de caractériser ces gens qui refusent de quitter leur demeure malgré l’approche du danger ? – Cotenord 14h40

      = = =

      Je risque cette réponse: la confiance que leur propre instinct vaut davantage que l’expertise d’un connaisseur dont ils estiment que cette co-called expertise traduit une idéologie à laquelle ils n’adhèrent pas.

      Moi, qui ai une formation en droit, je ne me risquerais pas à contredire l’opinion d’un cancérologue sur la tumeur d’un proche. Ni l’opinion d’un ingénieur en génie civil sur la dangerosité d’un viaduc… De même, pour un tit-jos connaissant, il me semble hasardeux de mettre de côté la recommandation de quitter, qui ne s’appuie PAS ni sur le caprice du maire ou des responsables de la sécurité civile, ni sur leur idéologie, mais qui repose plutôt sur une analyse rigoureuse.

      Quand la police dit: TU PRENDS LA ROUTE pis ça presse…, certains se disent: bof, j’ai le temps en masse!.

      Au dernier moment, les v’là sur la route… pare-choc à pare-choc et après quatre heures de sur-place, tiens, v’là la panne d’essence!

      Chu safe à la maison, j’ai des provisions en masse, l’eau montera pas, ils disent ça pour nous faire peur…. Plus tard dans la journée, la famille est enfermée entre deux porte-patio et le bonhomme filme la scène: l’eau s’infiltre et il y en a deux pieds d’épaisseur l’autre bord de la vitre. Meuman, j’aurais dû écouter le monsieur! True story, le gars a publié son p’tit film… et son extrême regret… et son ferme propos de ne plus recommencer. Les plus vieux reconnaîtront là la finale de l’Acte de contrition dans le petit Catéchisme!

      Règle générale, celui qui détient l’expertise est capable de voir venir ces choses là, alors que celui qui se fie sur son instinct et sur ses lunettes roses…

    • @papitibi

      10 septembre 2017
      17h44

      Enfin d’accord avec vous bon point!

    • @cotenord_7

      «C’est toujours intéressant d’examiner les choses sur le long terme. Ainsi, il y a 12 à 15 milliers d’années, là où se trouvent la quasi-totalité des internautes qui commentent ce blogue, soit au nord d’une ligne imaginaire qui partirait de l’emplacement de la ville actuelle de New York et qui se dirigerait franc ouest, il y avait environ 2 kilomètres de glace solide (le glacier du Wisconsin) au dessus de la surface du sol… C’est à la fonte de cet immense glacier du Wisconsin que l’on doit le caractère géologique actuel du Bouclier canadien et la forme et les caractéristiques des lacs et cours d’eau présents au Québec, en Ontario et dans le nord du Manitoba…«

      Derrière cette affirmation fondée sur ce que la science nous dit, je sens une arrière pensée. Je me trompe?

      Toujours selon la science, les ères glacières surviennent en cycles qui sont en lien probable avec l’activité solaire. Ils s’enchaînent très lentement, de sorte que les écosystèmes se modifient en douceur, contrairement à ce que 97% des climatologues nous annoncent et dont la cause est anthropique.

      Pourquoi suivre 3% alors que 97% de leurs pairs concluent à des changements climatiques rapides auxquels il sera d’autant plus difficile et coûteux de s’adapter? À moins que vous ne soyez climatologue, vous ne pouvez trancher sur une question portant sur un thème pour lequel vous n’avez pas de formation.

      Perso, je me range en toute modestie derrière la très convaincante majorité des spécialistes.

    • candela

      - «Les changements climatiques sont l’économie!»

      Plus spécifiquement: Les changements climatiques sont (le résultat de) l’économie !

    • @mikelcoutu
      “Trump est un bon président”. J’espère que vous etes sarcastique en y reportant ses propos, la Floride – etat de la catastrophe naturelle. J’ose le croire.

      Il y a déjà une catastrophe historique à Washington !

    • @ infophile (commentaire « 10 septembre 2017 23h36 » ) :

      Il n’y a pas d’arrière-pensée, sauf peut-être que certains phénomènes naturels ou propres à l’évolution de l’écosystème qui est sur Terre nous dépassent.

      Les dinosaures n’avaient probablement pas notre intelligence, mais ils avaient probablement un instinct de vie semblable à celui de notre espèce. Pourtant, des facteurs totalement hors de leur contrôle les ont fait disparaître soudainement.

      Dans le cas du réchauffement climatique, les facteurs causaux sont davantage du ressort de l’espèce humaine, mais il est loin d’être certain que l’espèce humaine sera en mesure de contrôler ces facteurs, compte tenu de l’importance de la population humaine sur Terre, de la complexité des systèmes politiques et économiques qui sont impliqués, et de la difficulté de « discipliner » une population dont les individus ont tendance à choisir ce qui est le plus facile et le plus enrichissant pour eux, à court terme…

    • @ Ralbol 23h51 Plus spécifiquement: Les changements climatiques sont (le résultat de) l’économie !
      @ Candela 19h57

      Les PETITES ÉCONOMIES ne font pas l’économie.
      Les changements climato sont le résulta d’une économie à très courte vue, basée sur le pas plus loin que le boutte du nez des décideurs.
      Mais l’économie – dans le sens de ÉCONOMIE PLANIFIÉE, elle repose sur la maîtrise de la science des changements climatos. En d’autres mots, pour ceux qui veulent bien regarder plus loin que le boutte de leur nez, il y a du ca$h à faire avec les technos plus vertes.

      Les ceusses qui veulent pas le voir, c’est les ceusses qui ont les deux pieds dans le passé.

    • @Jondeuff 23h29: Enfin d’accord avec vous bon point!

      Eh bin… voilà que vous reconnaissez ENFIN mon expertise! Merci ;)

    • @ papitibi

      - «En d’autres mots, pour ceux qui veulent bien regarder plus loin que le boutte de leur nez, il y a du ca$h à faire avec les technos plus vertes.»

      Dans l’ombre portée par les panneaux solaires… faute de lumière, les herbes meurent.

      Pour ceux qui veulent bien regarder plus loin que le boutte de leur nez, faire du cash c’est le problème, c’est la base d’un système basé sur le profit qui implique «toujours plus»…

      …ce qui évidemment est impossible sur une planète aux dimensions limitées, aux ressources limitées, aux capacités limitées d’assimiler nos rejets.

      De l’énergie verte, mais pour quoi faire ??? Continuer à remplir les dépotoirs de bébelles inutiles, d’emballages inutiles, de modèles de produits qui changent à tous les ans pour rien, de trucs qui se démodent pour rien..?

      Mais heureusement, faits avec de l’énergie verte..?

      Ça sert à RIEN.

    • @Ralbol 01h21

      Same old, same old.
      Ralbol, toujours en porte-à-faux.
      Ralbol, toujours en opposition.


      De l’énergie verte, mais pour quoi faire ??? Continuer à remplir les dépotoirs de bébelles inutiles, d’emballages inutiles, de modèles de produits qui changent à tous les ans pour rien, de trucs qui se démodent pour rien..?

      Cé-t’y vraiment c’t'image-là que j’ai donné de l’énergie VARTE pis de l’économie VARTE dans mon commentaire de 0h18?

      J’ai-tu l’air du gars qui considère que le sur-emballage pis la programmation de l’obsolescence, ça entre dans ma définition de l’économie VARTE? Si c’est ça l’idée que vous vous faites de l’économie verte, alors, mon pôv Ralbol, continuez de mépriser tout ce qui bouge!

      Dans mon livre à moué, ce que vous décrivez dans l’extrait cité plus haut, c’est PAS de l’économie VARTE. Le sur-emballage, ça reste des résidus de pétrole, ou des arbres qu’on a sacrifiés inutilement.

      Mon idée à moi d’une économie basée sur le respect de cette planète, c’est autre chose. Moins d’hydro-carbures, plus de vélo et moins d’auto, moins de pâturages pour les boeufs et plus de forêts, choix de sources alternatives de protéines (à part le burger de boeuf) et moins de fruits et légumes importés de Californie. Surtout que pour les faire pousser ils sont en train de vider la nappe phréatique.

      Ça sert à rien de privilégier le recours à des énergies plus vertes, vous dites? D’habitude, vous me donnez l’impression d’avoir l’esprit plus vif mais peut-être vous aurai-je sur-évalué? Dommage…

      Ralbol qui me dit que l’énergie verte, ça sert à rien. Et le plus triste, c’est que quand moi je parlais d’une ÉCONOMIE VERTE, mon propos était beaucoup plus global.

      D’habitude, c’est pas nécessaire de lui expliquer longtemps, il comprend plutôt vite… sauf quand il veut pas comprendre et ça, malheureusement… ça lui arrive. Je vais donc ajouter un p’tit dessin, pour la bonne comprenure de Ralbol.

      Ce que je dis, à 0h18, c’est ceci:

      a) je dénonce les petites économies de bouts de chandelle au nom de la rentabilité à court terme du vendeur ou du fabricant, sans égard aux conséquences à moyen et à long terme pour la planète

      b) des dirigeants avec un cerveau pas trop mou vont privilégier une économie basée sur des technologies vertes et le savoir, au lieu de privilégier – par exemple – des industries qui carburent au charbon (comme Denial Trump); et quand ils doivent choisir, ils choisiront l’option qui laisse l’empreinte la plus faible sur l’environnement.

      = = =

      Ralbol adooooore la confrontation, même que c’est sa marque de commerce; nonobstant, je n’arrive pas à comprendre au fond de quelle quelle bécosse il a pu piger ce numéro-là: De l’énergie verte, mais pour quoi faire ???

      Surtout que l’économie verte qui faisait l’objet de MON propos, c’est un peu pas mal beaucoup plus large que l’énergie verte qu’il semble ici vouloir caricaturer à outrance. Quand moi je parle d’économie verte, je parle de développement durable, Et l’autre qui me vire ça au ridicule. M’enfin…

      Entéka, ça ne témoigne pas d’une lecture particulièrement diligente de mon 0h18…

    • @ralbol – 11 septembre 2017 – 01h21
      Mais heureusement, faits avec de l’énergie verte..?

      Ça sert à RIEN.

      ———-

      J’ai sursauté en lisant votre post et cette conclusion :-(. Apparemment, je ne suis pas le seul et quelqu’un (i.e. ‘papitibi’) vous a répondu beaucoup mieux que je pourrais le faire.

      Vous êtes souvent alarmiste, avec raison dans plusieurs cas, mais vous y êtes allé pas mal trop fort cette fois-ci.

    • @ papitibi

      -«Surtout que l’économie verte qui faisait l’objet de MON propos, c’est un peu pas mal beaucoup plus large que l’énergie verte qu’il semble ici vouloir caricaturer à outrance.»

      En partant, «votre propos» du 11 septembre 2017 – 00h18, c’était 9 lignes, sans toutes les «explications» venues après.

      Ensuite, vos très vertueuses explications de l’«économie verte», ça n’explique RIEN.

      De jolies idées, des voeux pieux.

      Comme j’ai tenté de l’expliquer, l’économie verte RÉELLE, celle qu’on nous vend présentement, les éoliennes et les capteurs solaires, c’est seulement mis en place pour qu’on continue la société de consommation en se donnant bonne conscience.

      On va bientôt sortir le logo «Fait avec de l’énergie Verte» comme on a maintenant de jolis logos «Cultivé Bio», logos qu’on va pouvoir apposer sur toutes nos bébelles destinées à se retrouver le plus tôt possible à la poubelle, histoire d’en acheter d’autres et faire rouler la fameuse «économie».

      Le renouvelable, le réparable, le «qui dure 25 ans», ce sera TOUJOURS moins payant que le «achète et jette», l’obsolescence planifiée, le pas réparable, le jetable, le «fini au bout de deux ans».

      Alors les énergies vertes… c’est beau comme idée, c’est une belle chanson pour endormir les enfants, mais dans la réalité, c’est développé pour qu’on continue pareil comme avant.

      Vous m’expliquerez comment on va avoir une économie de type capitaliste, dont le fondement même est la croissance infinie, en ayant une «économie verte» où on a stoppé la croissance, où tout est recyclé, durable, et réparable.

      Parce que la croissance, même à son minimum, ça implique qu’éventuellement y’aura trop de vidanges (ils ne vont pas magiquement disparaître), y’aura trop de contamination, y’aura trop de monde.

      Ça va juste prendre plus de temps…

      Donc, dans mon commentaire, quand j’écris «De l’énergie verte, mais pour quoi faire ???», je parle de ce que l’«économie» veut en faire et pourquoi on la développe. Pas de ce que vous et moi on VOUDRAIT, on AIMERAIT en faire…

      Que vous souhaitiez comme moi, qu’on en fasse autre chose, c’est fort louable, c’est souhaitable, mais à la lumière de ce qui s’installe, ça n’arrivera pas.

      Faudrait sortir du concept périmé d’économie, de finance, de capitalisme, d’exploitation, de croissance, bref, faudrait revoir tous nos modèles sociaux, économiques et notre “brainwashing”.

      Je nous souhaite bonne chance.

      P.S. Je trouve que vous avez l’épiderme sensible… On vous descend souvent des rideaux..?

    • Entre autres, une économie verte implique de réduire les dépenses en énergie au maximum. Donc de produire le moins possible de l’énergie. C’est ce qu’on appelle la politique des négawatts, soit ceux qui ne sont pas produits. On y parvient notamment en isolant mieux les bâtiments (autant contre le froid que contre la chaleur) et en allégeant et améliorant l’efficacité des véhicules.

      C’est ce qu’ont choisi l’état de New York et l’Ontario.

    • Étrangement, les ces 2 états qui votent pour la droite profonde, qui sont anti-gouvernementaux et qui sont hyper religieux ont maintenant la gueule grande ouverte vers les mamelles de l’état. Leur dieu-sauveur qui peut tout ne peut plus rien et le gouvernement qui ne sert à rien est maintenant devenu leur sauveur. Est-ce qu’il n’y a que moi qui y voit un hypocrite comportement de pute?
      C’est comme ceux qui ignorent les ordres d’évacuation des autorités, sont aussi ceux qui disent des noirs qui se font tuer par la police qu’ils n’avaient qu’à obtempérer aux ordres.
      Misère!

    • @syl20_65 (10h35)

      Il faut se mettre dans leurs têtes, ce qui n’est pas vraiment compliqué. New York et le New Jersey ne méritait pas l’aide du gouvernement suite a Sandy, parce qu’ils ne sont pas de bons chrétiens.

      Par contre eux, ils sont de bon chrétiens et se considèrent comme de bons gestionnaires avec l’argent. Chaque sous doit aller dans les poches des plus nantis puisque ce sont eux qui crées de la richesse… contrairement aux moins nantis que ne font que se nourrir et s’abriter avec de l’argent!

    • @ Ralbol 9h48
      En partant, «votre propos» du 11 septembre 2017 – 00h18, c’était 9 lignes, sans toutes les «explications» venues après.
      Ensuite, vos très vertueuses explications de l’«économie verte», ça n’explique RIEN. [...]

      = = =

      J’ai l’habitude d’adapter mon langage au niveau de compréhension ATTENDU de mon interlocuteur. Quand j’expliquais à un juge en quoi il devait donner raison à mon client, il y a des bouttes qui sortaient en latin – parce que quand tu veux invoquer les règles ejusdem generis ou res ipsa loquitur, c’est le shortcup pour accéder à la pensée juridique du juge. Mais quand je devais expliquer à mon client pourquoi son recours était mal fondé ou pourquoi ses chances étaient de 80%, c’était pas le temps de sortir les effets de toge et les mots à 64 millions de dollars.

      Dorénavant, si je devais m’adresser de nouveau à vous (if ever!), je vais mâchouiller le contenu et en faire de la purée pour tit-beubés.

      Apparence, par ailleurs, que je ne suis pas seul à avoir sursauté devant votre montée de lait inattendue[e.g. 08h12].

      By the way, VOUS avez grimpé dans les rideaux et c’est VOUS qui avez sorti les griffes contre l’auteur d’un post dont vous aviez saisi le sens tout de travers.

      Et là vous me dites que c’est moi qui n’étais pas assez limpide avec mon expression ÉCONOMIE VERTE? En principe, vos connexions neuronales auraient dû faire le lien avec DÉVELOPPEMENT DURABLE. Mais comme je répondais à 0h18 à DEUX posts qui avaient parlé d’ÉCONOMIE, bin j’ai enchaîné en y raboutant le mot VERTE.

      Et si cette réplique vous paraît manquer de clarté, tant pis; moi, j’en ai ralbol de vos tits poings-poings levés. Grow up, sacram…!

    • Bon j’avais publié ce message dans le mauvais article. Je suis un vieux crouton, que voulez-vous!

      Je répète : Irma est le 7 ième plus gros ouragan à avoir frappé la Floride de son histoire. Beaucoup moins dévasteur que celui qui a fait des ravages lors de la fête d travail de 1935.

      Ils étaient comment les gaz à effet de serre en 1935?

    • @ papitibi

      - «J’ai l’habitude d’adapter mon langage au niveau de compréhension ATTENDU de mon interlocuteur…»

      Tiens… une erreur de jugement…

      - «Dorénavant, si je devais m’adresser de nouveau à vous (if ever!), je vais mâchouiller le contenu et en faire de la purée pour tit-beubés.»

      Ça devrait sîurement vous être plus facile…

      - «…et c’est VOUS qui avez sorti les griffes contre l’auteur d’un post dont vous aviez saisi le sens tout de travers.»

      Si vous lisez attentivement le commentaire qui vous a tant courroucé, à tête reposée, vous verrez qu’il n’y a aucune «sortie de greffes» autre qu’une mauvaise interprétation de votre part.

      Ça doit être le vent qui rabat la fumée de la mine…

      - «Et là vous me dites que c’est moi qui n’étais pas assez limpide avec mon expression ÉCONOMIE VERTE? »

      Comme je l’explique, toutes ces expressions auxquelles on colle le qualificatif VERT, ça ne veut à la fois rien dire et tout dire. C’est un qualificatif galvaudé, comme le qualificatif BIO qu’on colle à plein de trucs qui n’en sont pas.

      Supposer que je comprenne ce que veut dire POUR VOUS l’économie verte, que vous y incluez le développement durable, les énergies renouvelables, le troc, l’autoconstruction, l’agriculture biologique, la réparation des objets considérés comme finis par les manufacturiers, le mouvement des “Makers” qui travaillent à démocratiser la fabrication à petite échelle à l’aide des imprimantes 3D, etc., etc., etc… c’est supposer… beaucoup.

      Donc, non, vous n’étiez pas «limpide».

      Ça n’aurait pas tenu devant un juge…

      - «Et si cette réplique vous paraît manquer de clarté, tant pis; moi, j’en ai ralbol de vos tits poings-poings levés. Grow up, sacram…!»

      En avoir ralbol, c’est votre droit le plus strict, malgré que, comme je l’ai expliqué, mon commentaire n’était absolument pas l’attaque que vous avez «comprise».

      Pour ce qui est du «Grow up, sacram…!», laissez-moi vous faire remarquer qu’ici, celui qui nous fait un gros “tantrum”, c’est vous…

    • «Pour ceux qui veulent bien regarder plus loin que le boutte de leur nez»

      Voilà une formulation malveillante et dénigrante qui n’a d’affaire dans aucun commentaire. Et encore moins quand on connaît un tant soit peu Papitibi dont la marque de commerce est tapissée de rigueur, d’informations et d’honnêtes efforts qui valent d’être loués ou du moins respectés, d’autant qu’ils sont chapeautés par une fort belle intelligence (dont vous n’êtes pourtant pas dépourvu cher ralbol). Ce qui amplifie votre outrage.

      Je lis ce blogue en raison de gens comme vous deux. J’en apprends, je souris et j’admire. Ce serait autant vous désavouer qu’exciter les ti-clins, toujours trop nombreux, que de vous manquer de respect.

    • @ Juan.Perron

      - «Ils étaient comment les gaz à effet de serre en 1935?»

      Comme vous le savez, ça n’a AUCUN RAPPORT.

      Par le passé, il a très bien pu produire des pics de froid et des ouragans plus dévastateurs, mais la tendance à long terme montre CLAIREMENT la hausse des températures et l’augmentation de la fréquence des événements climatiques extrêmes.

      Par exemple, GLOBALEMENT, pas en ne tenant compte que des seuls USA, le nombre des ouragans de catégorie 4 et 5 a presque doublé depuis les 35 dernières années:

      https://www.nsf.gov/news/news_summ.jsp?cntn_id=104428

      Cette augmentation s’est surtout fait sentir dans le Pacifique Nord.

      Faut pas confondre la météo régionale et le climat…

    • @ infophile

      - «Voilà une formulation malveillante et dénigrante qui n’a d’affaire dans aucun commentaire.»

      Puis-je respectueusement vous faire remarquer que cette expression a d’abord été utilisée par le sieur papitibi: «En d’autres mots, pour ceux qui veulent bien regarder plus loin que le boutte de leur nez, il y a du ca$h à faire avec les technos plus vertes.» le 11 septembre 2017 à 00h18.

      Je n’ai fait que copier-coller son texte afin d’y rajouter ce que je considère comme l’erreur des profiteurs et des galvaudeurs du qualificatif VERT accollé à n’importe-quoi.

      Encore là, on est vite à s’emporter pour ce qui de toute évidence n’est qu’un malentendu…

      Ça doit être le beau temps…

    • @ralbol

      Il m’a semblé que la formulation papitibienne, tenant compte du texte, visait des décideurs. Ceux qu’on peut s’autoriser à critiquer vertement (oups!) en raison de leur manque de vision et de leur attachement à des façons de faire devenues totalement rétrogrades.

      À tout événement, mes souhaits de concorde subsistent en dépit de trop d’heures passées sur une toiture décidément trop inclinée pour mon âge. Oh! La levée du corps sera difficile demain! Salut bien!

    • @ infophile

      - «Il m’a semblé que la formulation papitibienne, tenant compte du texte, visait des décideurs.»

      Et la mienne visait les corrupteurs et galvaudeurs du mot VERT.

      papitibi l’a pris personnel, c’est une erreur.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    septembre 2017
    L Ma Me J V S D
    « août   oct »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives