Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Depuis juin 1994, Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l’Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l’Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que plusieurs essais sur les États-Unis, dont Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012) et Madame America : 100 clés pour comprendre Hillary Clinton (Les Éditions La Presse, 2016). Il vit à Manhattan avec sa famille.
  • Lire la suite »

    Archive, décembre 2016

    Samedi 31 décembre 2016 | Mise en ligne à 10h10 | Commenter Commentaires (233)

    Les «ennemis» de Trump

    Flanqué d'un de ses amis, le promoteur de boxe Don King, Donald Trump s'est adressé aux journalistes mercredi à Mar-a-Lago. (Photo AP)

    Flanqué d'un de ses amis, le promoteur de boxe Don King, Donald Trump s'est adressé aux journalistes mercredi à Mar-a-Lago. (Photo AP)

    «Bonne Année à tous, incluant mes nombreux ennemis et ceux qui m’ont combattu et qui ont perdu si fort qu’ils ne savent plus que faire. Amour!»

    Sur Twitter, en cette fin d’année, Donald Trump aura donc vanté la grande intelligence de Vladimir Poutine, un président étranger aux tendances autoritaires ayant peut-être interféré dans l’élection présidentielle américaine, tout en traitant d’«ennemis» une partie des citoyens du pays qu’il s’apprête à diriger en tant que président.

    Cherchez l’erreur.

    Lire les commentaires (233)  |  Commenter cet article






    Vendredi 30 décembre 2016 | Mise en ligne à 9h22 | Commenter Commentaires (154)

    À vous de jouer, monsieur Trump !

    Vladimir Poutine a décidé de n'«expulser personne» après les sanctions américaines. (Photo AFP)

    Vladimir Poutine a décidé de n'«expulser personne» après les sanctions américaines. (Photo AFP)

    À vous de jouer, monsieur Trump !

    En choisissant de ne pas répliquer aux sanctions de l’administration Obama contre la Russie pour son ingérence présumée dans l’élection présidentielle américaine, Vladimir Poutine renvoie la balle dans le camp du président désigné, à qui incombera bientôt la décision de maintenir ou d’annuler les mesures de représailles adoptées par le président sortant.

    Lorsqu’il prendra sa décision, Trump devra tenir compte de l’opinion de ses alliés républicains du Congrès, dont plusieurs ont accueilli de façon positive les sanctions annoncées ou déploré qu’elles ne soient pas plus fortes.

    En attendant, le président désigné a modifié légèrement son attitude face aux allégations de piratages russes. Dans un bref communiqué, il a annoncé hier qu’il rencontrera la semaine prochaine des responsables du renseignement américain pour recevoir une mise à jour sur ce dossier «dans l’intérêt de notre pays et de son grand peuple».

    Cela dit, Trump a tenu à préciser que les États-Unis devaient «passer à des choses meilleures et plus grandes».

    Le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov avait recommandé l’expulsion de 31 diplomates américains pour répliquer aux mesures américaines. De toute évidence, son patron mise sur une amélioration des relations entre son pays et les États-Unis après l’investiture de Trump à titre de 45e président.

    Lire les commentaires (154)  |  Commenter cet article






    Jeudi 29 décembre 2016 | Mise en ligne à 14h56 | Commenter Commentaires (160)

    Piratage : les représailles américaines

    Barack Obama avait promis de répondre aux cyberattaques présumées de la Russie. (Photo AP)

    Barack Obama avait promis de répondre aux cyberattaques présumées de la Russie. (Photo AP)

    L’administration Obama a annoncé une série de mesures, incluant l’expulsion des États-Unis de 35 membres des services de renseignement russes, en guise de représailles contre les cyberattaques présumées de leur gouvernement pendant la campagne présidentielle américaine.

    Déclarés persona non grata pour avoir agi d’une «façon non compatible avec leur statut diplomatique», les agents russes en poste à Washington et à San Francisco ont 72 heures pour quitter les États-Unis. L’administration Obama a également annoncé des sanctions contre deux services de renseignement russes et quatre responsables d’une agence militaire soupçonnée par la Maison-Blanche d’avoir ordonné des cyberattaques.

    Le président américain avait déjà indiqué que son administration répliquerait au moment qu’il jugerait opportun aux opérations de piratage ayant ciblé des organisations démocrates, dont le Comité national du Parti démocrate, le président de la campagne présidentielle d’Hillary Clinton, John Podesta, et les systèmes électoraux de quelques États. Selon les services de renseignement américains, ces opérations ont été orchestrées par le gouvernement russe dans le but ultime d’aider Donald Trump à l’emporter.

    Toujours selon les renseignements américains, des courriels piratés ont été par la suite relayés au site WikiLeaks, qui les a publiés à la veille de la convention démocrate de Philadelphie et durant les dernières semaines de la campagne présidentielle. Le gouvernement russe a nié les allégations américaines.

    Quant à Trump, il a tenté d’évacuer l’affaire hier, enjoignant les Américains à oublier ce chapitre de leur histoire électorale et à passer à autre chose. «Je pense que les ordinateurs ont compliqué les vies, a-t-il dit aux journalistes. L’ère informatique a fait en sorte que personne ne sait vraiment ce qu’il se passe. Nous avons la rapidité, nous avons plusieurs autres choses, mais je ne pense pas que nous ayons la sécurité dont nous avons besoin.»

    Cela étant, les mesures de représailles annoncées aujourd’hui et appuyées par certains ténors républicains du Congrès sont de nature à forcer Trump à changer de ton ou d’attitude face aux accusations de l’administration Obama.

    P.S. : On peut lire ici l’analyse du FBI et du ministère de la Sécurité intérieure sur l’opération de piratage à laquelle les renseignements russes sont accusés d’avoir participé.

    Lire les commentaires (160)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2016
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives