Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Depuis juin 1994, Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l’Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l’Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que plusieurs essais sur les États-Unis, dont Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012) et Madame America : 100 clés pour comprendre Hillary Clinton (Les Éditions La Presse, 2016). Il vit à Manhattan avec sa famille.
  • Lire la suite »

    Archive, janvier 2015

    Samedi 31 janvier 2015 | Mise en ligne à 10h34 | Commenter Commentaires (47)

    Climat : un sondage étonnant

    Le Capitole, vu d'une centrale à charbon de Washington. (Photo EPA)

    Le Capitole, vu d'une centrale à charbon de Washington. (Photo EPA)

    Sur la question du changement climatique, la plupart des élus et aspirants républicains à la présidence défendent une position qui va à l’encontre de ce que croient non seulement la majorité des Américains mais également des électeurs de leur propre parti.

    C’est l’une des données les plus étonnantes d’un sondage réalisé conjointement par le New York Times, l’université de Stanford et le groupe de recherche indépendant Resources for the Future. Selon cette étude, 74% des Américains, dont 51% des républicains, estiment que le gouvernement fédéral devrait consacrer des efforts importants pour combattre le changement climatique.

    Une forte majorité de républicains (71%) sont en outre d’avis que les humains contribuent au moins en partie au changement climatique. Une pluralité d’entre eux (48%) se disent par ailleurs moins enclins à voter pour un candidat qui qualifie de canular le consensus scientifique selon lequel les humains contribuent au changement climatique.

    Selon le Times, les résultats de ce sondage pourraient avoir une influence sur la course à la Maison-Blanche de 2016. En 2012, tous les candidats à l’investiture républicaine pour la présidence, à l’exception de Jon Huntsman, ont mis en doute ou nié l’existence d’un lien entre les activités humaines et le changement climatique. Les aspirants actuels pourraient décider de ne pas déroger de cette position, qui est non seulement celle des militants conservateurs qui participent aux primaires mais également de plusieurs donateurs, dont les frères David et Charles Koch, qui ont gagné leur fortune dans la pétrochimie.

    Il faut aussi dire que la question climatique n’est pas, de façon générale, aussi importante pour les républicains que pour les démocrates ou les indépendants, selon le nouveau sondage.

    Mais le candidat républicain à la présidence pourrait perdre des points importants à l’occasion de l’élection générale en utilisant le faux-fuyant préféré de plusieurs élus du parti pour éluder la question du climat : «Je ne suis pas un scientifique.»

    Lire les commentaires (47)  |  Commenter cet article






    Vendredi 30 janvier 2015 | Mise en ligne à 11h27 | Commenter Commentaires (71)

    Pas de Mitt en 2016

    Mitt Romney avait évoqué les thèmes d'une campagne éventuelle mercredi au Mississippi. (Photo AP)

    Mitt Romney avait évoqué les thèmes d'une campagne éventuelle à la Maison-Blanche mercredi au Mississippi. (Photo AP)

    Après avoir flirté avec l’idée d’une troisième campagne à la présidence, Mitt Romney vient d’annoncer à ses supporteurs qu’il laissera à un autre candidat républicain la chance de remporter la Maison-Blanche en 2016.

    L’ancien gouverneur du Massachusetts a vraisemblablement pris cette sage décision au cours des dernières heures. Après tout, le New York Times et le Washington Post avaient publié plus tôt cette semaine des articles où des membres de son entourage expliquaient en long et en large la façon dont il entendait faire campagne (il voulait notamment parler davantage de sa foi religieuse et révéler le côté «authentique» de sa personnalité).

    Romney s’était également rendu au Mississippi mercredi pour prononcer un discours où il a abordé les deux grands thèmes d’une campagne éventuelle – la politique étrangère et la pauvreté -, profitant de l’occasion pour critiquer non seulement Barack Obama mais également Hillary Clinton.

    Romney a peut-être fini par se rendre à l’évidence : sa candidature soulevait le doute, la dérision ou l’hostilité parmi les commentateurs, politiciens et militants conservateurs. Comme quoi l’homme pourrait ne pas être complètement déconnecté de la réalité.

    À noter que Romney n’a appuyé aucun candidat républicain, ce qui n’est pas étonnant. Mais il n’a pas caché au cours des derniers jours le peu d’estime qu’il a pour Jeb Bush, qu’il considère comme un «petit homme d’affaires» et un candidat «insignifiant» pour 2016, selon cet article de Mark Halperin.

    Lire les commentaires (71)  |  Commenter cet article






    Jeudi 29 janvier 2015 | Mise en ligne à 16h55 | Commenter Commentaires (107)

    Drill, baby drill !

    Barack Obama avait repoussé l'ouverture du forage dans l'Atlantique après catastrophe pétrolière survenue dans le golfe du Mexique en 2010 . (Photo 2010)

    Barack Obama avait repoussé l'ouverture de l'Atlantique aux forages après la catastrophe pétrolière survenue dans le golfe du Mexique en 2010. (Photo 2010)

    Les militants écologistes se réjouiront sans doute si Barack Obama met à exécution sa menace d’opposer son veto à un projet de loi autorisant le projet d’oléoduc Keystone XL dont une version vient d’être adoptée par le Sénat américain.

    Mais le président a déçu ces mêmes militants plus tôt cette semaine en annonçant son intention d’autoriser les forages pétroliers au large de la côte Atlantique, entre la Georgie et la Virginie, après des décennies de moratoire. Il s’agit évidemment d’une excellente nouvelle pour le lobby des énergies fossiles, qui n’aura pas de mal à se consoler du veto d’Obama dans le cas du projet canadien.

    Des estimations préliminaires ont déjà évalué à plus de trois milliards de barils de pétrole le potentiel dans les nouvelles zones qui seront ouvertes aux foreuses à compter de 2017. D’importantes quantités de gaz naturel se trouveraient également sous le fond marin atlantique.

    Mais revenons un instant au vote du Sénat sur Keystone : il suit celui de la Chambre des représentants sur un texte différent donnant le feu vert à la construction de l’oléoduc. Les deux chambres devront s’entendre sur un texte commun avant de l’envoyer à la Maison-Blanche.

    Ainsi, le président pourrait mettre son veto à ce projet de loi tout en scandant le slogan préféré de Sarah Palin : «Drill, baby drill !»

    Lire les commentaires (107)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    janvier 2015
    L Ma Me J V S D
    « déc   fév »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives