Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Samedi 3 mai 2014 | Mise en ligne à 10h28 | Commenter Commentaires (79)

    Peine de mort: Obama prépare-t-il un virage?

    Officiellement, Barack Obama n’a pas changé de position sur la peine de mort. Il continue à croire qu’«il existe certaines circonstances où le crime est si effroyable que l’application de la peine de mort est justifiée, comme les meurtres de masse et les meurtres d’enfants», comme il l’a répété hier lors d’une conférence de presse à la Maison-Blanche.

    Mais la suite de ses propos a fait croire au New York Times que le président s’apprête peut-être à effectuer un virage sur la peine de mort semblable à sa décision d’abandonner son opposition au mariage homosexuel en 2012. Je cite Obama, qui réagissait à l’exécution ratée de Clayton Lockett, un condamné à mort en Oklahoma :

    «Mais j’ai aussi dit que dans l’application de la peine de mort dans ce pays nous avons affronté des problèmes de taille, comme des préjugés raciaux. Il y a aussi eu des situations dans lesquelles des individus détenus dans le couloir de la mort ont été exonérés grâce à des preuves qui prouvaient leur innocence. Tout ceci, je pense, soulève des questions essentielles quant à la façon dont la peine de mort est appliquée.»

    Selon le Times, ces propos laissent peut-être présager un changement de position de la part de Barack Obama sur la peine de mort d’ici la fin de son deuxième mandat à la Maison-Blanche. En attendant, le président a demandé au ministère de la Justice d’examiner la façon dont la peine de mort est appliquée aux États-Unis.

    En Oklahoma, Lockett a succombé à une crise cardiaque foudroyante 43 minutes après le début de l’injection d’un nouveau cocktail létal qui devait l’endormir avant de le tuer sans souffrance en une dizaine de minutes. Le directeur des prisons, Robert Patton, a interrompu l’exécution après que le condamné à mort «a été pris de convulsions, soulevant la tête et la poitrine de la table d’exécution, tremblant, agitant la tête et grognant des mots inaudibles», selon la description d’une journaliste locale.

    Patton a invoqué «l’échec de l’intraveineuse» pour expliquer le fiasco.

    Lockett avait été condamné pour le viol et le meurtre d’une jeune femme.


    • Le gouvernement américain peut-il, réellement, changer quelque chose aux USA????

      L’immobilisme frappe ce pays depuis qu’Obama est en fonction et rien ne semble émouvoir les Républicains pour bloquer tout et n’importe quoi…

      La peine de mort?? C’est comme le contrôle des armes…. une illusion de pouvoir au Peuple… fait que…

      Les Républicains n’ont aucune sympathie pour les travailleurs au salaire minimum, alors pour des “bandits” en prison….

    • Un virage de quoi s`il en revient à chaque état de décider de son propre sort ?
      Il y aura toujours un sheriff redneck de la bible belt pour faire sa loi et être admiré de tous les paroissiens.

      Demandez vous plutôt pourquoi les pharmaceutiques ne fournissent plus le mélange mortel qui faisait la job avant ? C`est là que se joue la game.

    • Une peine de mort promise comme étant atroce n’aurait-elle pas un effet quelque peu plus dissuasif qu’une douce petite balade vers l’au-delà?

      Je me demande, comme ça…

    • @ graviton ~

      Que suggérez-vous comme *atrocités*…?

      Le bucher…? L’écartèlement…?
      Pourquoi pas la crucifixion une fois parti!!

    • Comment peut-il imposer une nouvelle vision et changer une loi qui est sous la responsabilité de chaque état de décréter sa propre loi sur la peine de mort? Peut-être est-il temps pour les USA de vraiment réfléchir puisque cet incident est d’une barbarie que je manque de mots pour décrire mon indignation, il me semble que c’est un clignotant rouge qui devrait en alerter plus d’un. Des exécutions on en voit tous les jours provenant de pays en crise, on a pas besoin de les provoquer.

    • @gravitron

      Vous pensez sans doute à quelque chose comme ceci (exécution de François Ravaillac, meurtrier de Henri IV):

      «Il est condamné à mort par le Parlement de Paris au cours d’un procès de dix jours, présidé par Achille Ier de Harlay qui conclut à l’acte isolé (sans complicité) d’un fanatique catholique, son ordonnance d’exécution pour « l’inhumain régicide par lui commis en la personne du Roi Henri quatrième » du 27 mai 1610 précisant que le condamné, une fois soumis à la question à quatre reprises puis pénitence faite, doit être conduit en place de Grève où il est destiné à « [être] tenaillé aux mamelles, bras, cuisses et gras des jambes, sa main droite, qui tenait le couteau avec lequel il a commis ledit régicide, sera brûlée de feu de soufre, et sur les endroits tenaillés, il sera jeté du plomb fondu, de l’huile bouillante, de la poix, de la résine brûlante, de la cire et soufre fondus ensemble. Ensuite, son corps sera tiré et écartelé par quatre chevaux. Les membres de son corps seront consommés au feu, réduits en cendres et jetés au vent. »

      De la Conciergerie, il est amené devant la Cathédrale Notre-Dame de Paris où il doit faire amende honorable pieds nus, en chemise, un cierge à la main puis monte dans un tombereau à ordures qui le conduit place de Grève sur un petit échafaud où les supplices du bourreau Jean Guillaume et ses valets (tenaillement à la taille par deux blocs de bois, brûlure de la main régicide, écartèlement par quatre chevaux dont l’un épuisé doit être remplacé) durent une journée entière car François Ravaillac est doté d’une robuste constitution, ce qui a notamment forcé le bourreau à « entamer » les bras et les jambes avec un couperet. Ravaillac demanda même au greffier:”si le peuple peut chanter le Salve Regina” et ce dernier y consentit. La foule hystérique disperse ses morceaux dans la ville, le reste de son corps étant brûlé et ses cendres dispersées au vent.»

      Ses parents sont forcés à l’exil sous peine de mort; ils s’établissent probablement dans le petit hameau isolé de Rosnay en Franche-Comté qui fait partie alors du Saint-Empire romain germanique et où ils peuvent garder le nom de Ravaillac qui se transforme progressivement en Ravaillard et Ravoyard dans les registres paroissiaux au cours du xviiie siècle. Ses biens sont saisis, sa maison à Angoulême rasée avec interdiction d’utiliser le terrain pour bâtir, ses frères et sœurs contraints à changer de nom sous peine de mort.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Ravaillac

    • Je trouve toujours ça un peu bizarre la hiérarchisation des meurtres en fonction de la qualité des victimes. En quoi le meurtre d’un enfant est pire que le meutre d’un parent d’enfants et que le meurtre d’un grand-père ayant des enfants et des petits-enfants?

      C’est utilitaire cette hiérarchisation, les enfants c’est pire parce qu’ils seront plus payants pour l’Etat étant donné qu’ils sont à l’aube de leur vie de contribuable. C’est ça le raisonnement conscient ou inconscient derrière cette classification des crimes méritant la peine de mort des autres ne la méritant pas.

      Pour ce qui est de croire qu’une enfilade d’exécutions ratées mettra fin à la peine de mort, j’en doute beaucoup. Il existe d’autres méthodes que l’injection létale et les Etats qui mettent en application la peine de mort les utiliseront s’il le faut. Elles ont déjà été utilisées pendant des décennies.

    • Du Obama tout craché: mi figue, mi raisin! Gouverner, c’est savoir analyser une situation dans toutes ses facettes, ( ce ne sera jamais que limpidité), et avoir le courage et la détermination de décider et de défendre sa décision.

      Obama, serait-il canadien, qu’il ferait un excellent candidat à la tête de notre PQ frileux et normand!

    • “il existe certaines circonstances où le crime est si effroyable que l’application de la peine de mort est justifiée, comme les meurtres de masse et les meurtres d’enfants”

      C’est faux. La mise à mort étatique est en tout temps de la barbarie.

    • Quoi !!?

      Et priver le petit peuple de sa vengeance !!?

      Vous n’y pensez pas !

      Déjà qu’on nous a privés du pilori où on pouvait lacer des ordures et cracher sur les condamnés; qu’on nous a privés du bûcher où on pouvait les voir flamber; qu’on nous a privés des tortures et des exécutions publiques; on va quand-même pas nous priver de la délectation de savoir qu’on les tue !!?

      Non mais dans quel monde vivons-nous !!?

    • Je suis si persuadé de le totale turpitude de la gouvernancemvdes USA, que si la peine dde mort était abolie suite a l’exécution baclée de l’Oklahoma je seraisa absolumnent convaincu – sans en avoir la preuve – que toute l’affaire a été arrangée pour faire basculer l’opinions publique en ce sens et que l’on travaille fébrilement ces jours-ci a analyser l’évolution des sondages et les conséquences politques …

      Pierre JC Allard

    • @gravitron

      historiquement parlant, peu importe la peine ou son application, elle n’a aucun effet dissuasif notable sur les criminels. Pour qu’un crime soit commis par une personne rationnelle, il doit avoir la conviction de ne JAMAIS se faire prendre. Pour les criminels irrationnels ou simplement stupide (il y a beaucoup), ils ne pensent pas aux conséquences possible alors l’effet dissuasif d’une sentence est presque nul. Pour diminuer la criminalité, il faut diminuer la stupidité (une tache difficile).

      eponovost

    • Disons tout de suite que je suis contre la peine de mort. Ceci dit, beaucoup d’états américains la préconisent.
      Ma question est: Qui sont les plus fautifs dans le fait que les injections létales s’apparentent plus à de la torture qu’à une exécution? Est-ce les états qui acceptent ces exécutions ou les compagnies pharmaceutiques européennes qui refusent de fournir des produits éprouvés en protestation contre les exécutions? Les états en question utilisent des produits médiocres produits aux États-Unis.
      Ces états n’abrogeront pas la peine de mort mais en changeront le mode s’ils ne peuvent utiliser les injections létales. Elles utiliseront le peleton d’exécution, la pendaison, la guillotine ou je ne sais quelle autre méthode.

    • La modération des cousins du *weekend* est fidèle au rendez-vous!!

    • On aurait dû lui donner une petite tape sur les doigts et lui faire jurer de ne plus recommencer pis le relâcher!

    • @Dcsavard

      Pourquoi le meurtre d’une femme est toujours présenté comme plus horrible (par rapport a quoi.. a celui d’un homme?)
      Pourquoi le meurtre d’une vielle est il plus horrible que le meurtre d’un adulte…
      Il ne s’agit pas d’une fonction utilitaire (comme si vous faisiez une lecture marxiste).
      Tuer des enfants a depuis toujours été quelque chose d’horrible, parce que simplement on associe les enfants a la faiblesse et a l’innocence… les adultes étant toujours plus fort et plus ou moins innocents que les enfants.

    • Exact, pour diminuer la criminalité, Il faut diminuer la stupidité. Je crois que ça commence par les chefs d’États qui s’estiment être des leaders progressistes. Leur premier devoir serait, avant toute mesure prise ou à prendre, de dénoncer vigoureusement ce qu’il est convenu d’appeler la “PÉDAGOGIE NOIRE”.

      Cette pédagogie noire, issue des errances judéo-chrétiennes du 13e siècle a été florissante au 18e et 19e siècle, (Freud s’y est abreuvé, puis s’est amendé, puis a récidivé) mais persiste à faire des ravages au 20e siècle et jusqu’à nos jours. Les tortures à Guantanamo initiées sous le régime de GWB, les méthodes imaginatives de mise à mort, la répression graduelle jusque dans le fond des cachots, la légitimation des corrections physiques, des humiliations, des punitions “éducatives” par privation de présence et de contact allant jusqu’au “trou” étant le parfait portrait en miroir de gestes identiques commis contre des enfants entre l’âge de la naissance ou presque jusque vers les 18 ou 19 ans, ou après selon l’efficacité préalable des sévices corporels ou moraux infligés, c’est à dire jusqu’à l’âge où la personne humiliée, à la fois se rend compte qu’on la détruit, puis prend conscience de sa force contre un parent devenant plus faible elle. Souvent cela n’arrive jamais tant le déni des sévices infligés est puissant.

      La pédagogie noire se résume à ceci: “Je le sais que je t’inflige de la douleur et que je te fais du mal, mais c’est pour ton bien, tu sais. Plus tard, tu vas m’en remercier, tu vas voir!”.

      Alice Miller a été une des pionnières de la dénonciation de la pédagogie noire. Elle y a consacré sa vie. Elle s’est mise en brouille lucidement avec la psychothérapie et la psychanalyse conventionnelle des Freud et alias dont le fond judéo-chrétien ne permettait pas de déroger au 4e commandement, “honore ton père et ta mère”, au point de prendre le raccourci dévastateur pour l’enfant. Raccourci consistant à atténuer les mémoires douloureuses des sévices corporels, intellectuels et moraux reçus de leurs parents violents comme n’étant que des expériences destinées à faire grandir… mais en fait des calques et la reproduction exacte des gestes recommandés par la pédagogie noire. Une pédagogie fondée sur le strict renforcement punitif et s’abreuvant au duo sadisme et masochisme dans la répétition des gestes parentaux à l’endroit de leurs propres enfants.

      Peut-on demander mieux pour avilir les rapports sociaux! Peut-on espérer mieux pour infantiliser toute une collectivité!

      http://www.alice-miller.com/interviews_fr.php?page=1

      La psychologie sociale reprend cette critique faite par Alice Miller au plan de groupes sociaux, de sociétés particulières, de cultures entières et de même sous-cultures spécifiques.

      http://www.renaud-bray.com/Livres_Produit.aspx?id=1429026&def=Enfant+monstrueux%2C+une+invention+de+Freud%28L%27%29%2CAUGER%2C+LOUISE%2C9782923107844

    • @epronovost,

      effectivement, l’effet dissuasif est à peu près nul. Faudrait cesser de louvoyer avec les raisons pour lesquelles les gens sont en faveur de la peine de mort. Que les gens disent leurs vraies raisons et c’est tout. Si vous avez trop honte des raisons pour lesquelles vous êtes en faveur, faudrait faire une psychanalyse.

      On peut être en faveur parce qu’on considère que sur la durée d’une incarcération le criminel coûtera moins cher mort.

      On peut être en faveur parce qu’on considère que le type est irrécupérable et que ça ne vaut pas la peine de s’encombrer de payer jusqu’à la fin de ses jours.

      On peut être en faveur parce qu’on considère que le type est irrécupérable et que la mort est préférable à la vie en réclusion à perpétuité.

      On peut être en faveur parce que l’on croit que la vengeance a un effet bénéfique sur les victimes toujours vivantes (les proches des victimes ou les victimes ayant échappé à la mort).

      On peut être ne faveur parce que l’on croit à une justice qui inflige au minimum un sévice terminal équivalent au crime commis, sans égard à l’effet dissuasif.

      Etc…

      Mais, la vaste majorité des criminels se font prendre parce qu’ils ne pensent pas qu’ils se feront prendre ou agissent impulsivement. Les autres sur qui cela a un effet dissuasif et qui en sont conscients planifient leur coup pour ne pas se faire prendre et leurs crimes tombent dans la catégorie des crimes irrésolus.

    • @ destro,

      Merci de votre commentaire, c’est un parangon d’insignifiance.

    • @mozart999,

      je ne sais pas si vous saisissez bien le ridicule de votre propos. Vous êtes en train de dire qu’un meurtrier devient une sorte d’extension de justice en tuant un adulte fait parce que celui-ci, du fait de son âge est forcément coupable de quelque chose qui mérite punition et exécution. Et qu’en conséquence, sans procès aucun, ni même accusation, il est moins pire de tuer un adulte parce qu’il est coupable de quelque chose. On ne sait pas quoi, mais pas grave, il mérite un peu de mourir.

    • C’est la preuve que l’on devrait revenir a la chaise électrique. Il y a trop d’interférences exterieures qui affectent les injections léthales, ces jours-ci.

      On pourrait aussi pendre les pires cas. Ca a marché pendant des siècles, ca devrait encore marcher aujourd’hui.

    • Ce qui est certain est que les 2 types de race noire de l’autre jour meritent pleinement la peine de mort.

    • @onbo 14h31

      Mais quelle mouche vous a donc piqué pour que vous fassiez une telle sortie contre Freud et la psychanalyse au sujet de la peine de mort?

      Intéressant comme association…………………!

    • Le président Obama pourrait fort bien se permettre ce virage sans qu’il lui en coûte trop cher politiquement . Dix-huit États ont déjà aboli la peine de mort et à part quelques États du sud, dont le Texas, elle semble de moins en moins appliquée.

      http://www.deathpenaltyinfo.org/states-and-without-death-penalty
      http://www.deathpenaltyinfo.org/number-executions-state-and-region-1976
      http://www.deathpenaltyinfo.org/node/5741

    • Le gars a violé une fille de 19 ans.
      Puis, il l’a enterré vivante.

      Je suis d’accord qu’il s’agit d’un scandale.
      43 minutes, ce n’est tout simplement pas assez long.

      Consolation, il ne violera plus… et il ne tueras plus… un crotté à la fois, pour un monde meilleur.

    • Je suis en accord avec Babylon et Etherman. Pas de pitié pour un tel monstre.

    • @Babylon007 “..les 2 types de race noire… Sans commentaire.

    • Dans l’entretemps, des procureurs fédéraux cherchent a faire condamner a mort (sous des lois fédérales) un gars au Hawaii, un état ou la peine de mort a été abolie en 1957. L’accusé aurait tué sa propre fille aux coups de ceinture et de pied.

      http://www.huffingtonpost.com/2014/01/29/naeem-williams-trial_n_4691804.html

      Etherman 3 mai 2014 17h41

      «Consolation, il ne violera plus… et il ne tueras plus…»

      Je crois que si on avait condamné Lockett a la réclusion perpetuelle, on aurait probablement obtenu le meme résultat. Il avait passé quatorze ans en prison avant son exécution sans avoir ni violé ni tué personne la-bas, a ce que je sache.

    • “effectivement, l’effet dissuasif est à peu près nul.”

      Ah bon…Vous n’avez jamais entendu une personne en très grosse colère dire le plus sérieusement du monde qu’être certaine de ne pas aller en prison (pire encore, d’être exécutée pour le meurtre), elle ferait la peau à telle autre personne?

      Non? Moi oui. Souvent. Et je ne fréquente pas des mafieux mais du monde ordinaire.

      L’effet dissuasif est pas mal moins nul que vous ne le pensez. Je serais curieuse du résultat si demain on disait qu’on peut tuer impunément pour disons 10 minutes.

      Vous verriez tout un carnage. L’Humain est pas mal moins civilisé que vous ne le croyez. Il a toujours été incapable de s’auto-réguler, s’auto-censurer. Il a besoin de lois et de moyens dissuasifs pour vivre en société ne serait-ce que pour respecter un simple feu rouge. C’est la peur de la punition qui donne ce mince vernis civilisé au cromagnon qui sommeille en nous.

      Finies les conséquences? Finie la retenue. Le free-for-all. On le voit bien avec notre justice à la noix. On vole les économies de toute une vie à quelques centaines de personnes âgées qui doivent retourner travailler à 70 ans passés, on cache l’argent quelque part, on fait quelques mois de prison et on est libre comme l’air pour profiter du magot. On tue de façon cruelle ses deux enfants, on a les moyens de payer de bons avocats et des spécialistes qui vont parler du bon bord: on est libre. On offre sa petite sœur à son conjoint pour qu’il la drogue et la viole, elle meurt dans ses vomissures, on kidnappe, on viole, on torture, on assassine deux jeunes filles, on filme le tout pour en garder de beaux souvenirs, on se ramasse brièvement au club fed de Joliette qui ressemble à un beau condo que bien d’honnêtes gens ne sont pas capables de se payer, on sort de prison et on va vivre sous les cocotiers, on se remarie et on se fait un enfant. Pourquoi s’empêcher de s’amuser, le Père Fouettard n’est pas là, merci aux pleureuses!

      Rien à faire. Je reste en faveur de la peine de mort.

      L’anesthésique a raté pour ce “pauvre” condamné à mort? Il est mort d’une crise cardiaque qu’il a sentie? Si l’anesthésique n’avait pas foiré, il serait mort d’une crise cardiaque avec la 3e piqûre pareil mais sans la sentir. Je me dis que la justice à laquelle ce monstre a dû faire face n’était plus dans les mains des hommes.

    • @Etherman 17h41 “43 minutes, ce n’est tout simplement pas assez long.” Vous êtes un sadique.

    • @rightman 16h06 “…on devrait revenir a la chaise électrique.” L’odeur de la chair brûlée avant le petit déjeuner…

    • Je suis résolument contre la peine de mort, une pratique barbare indigne des Américains. J’avoue toutefois ne pas avoir été particulièrement choqué du dérapage de l’exécution de Lockett car lui, l’exécution de sa victime, il l’a ratée et pas qu’un peu.
      Tout le problème est là, au fond et je ne diffère pas de mes semblables. Le crime de Lockett aurait-il dû être puni par la prison à vie? Ses codétenus l’auraient-ils exécuté? La Justice est-elle mieux servie par sa mise à mort? Accepterais-je de tenir le rôle de bourreau? Ouf…

    • @Babylon007

      “Ce qui est certain est que les 2 types de race noire de l’autre jour meritent pleinement la peine de mort.”

      ———-

      Un autre excellent argument pour discréditer la peine de mort.

      Ça semble tellement facile d’être “certain” qu’un accusé mérite la mort… quand c’est “un type de race noire”…

    • @ loubia, “Je me dis que la justice à laquelle ce monstre a dû faire face n’était plus dans les mains des hommes.”

      Elle est dans les mains de qui? Le même type qui laisse crever de faim 25 000 enfants innocents tous les jours mais qui a permis à Dick Cheney de survivre à une dizaine de crises cardiaques?

    • @chip18h49 “Ses codétenus l’auraient-ils exécuté?” Les meurtriers sadiques ne vivent généralement pas longtemps en prison.

    • @rightman 16h06 “C’est la preuve que l’on devrait revenir a la chaise électrique.” Un procédé barbare; encore trop lent et certainement infiniment douloureux.

    • @Babylon007 16h21 Pourquoi spécifier la race? C’est important pour vous?

    • @ loubia ~

      Si la peine de mort avait vraiment un effet dissuasif, les états qui l’appliquent
      devraient avoir un taux d’homicide plus bas que ceux qui ne l’ont pas…

      Et bien non… pas du tout!!

    • “Officiellement, Barack Obama n’a pas changé de position sur la peine de mort. Il continue à croire qu’«il existe certaines circonstances où le crime est si effroyable que l’application de la peine de mort est justifiée, comme les meurtres de masse et les meurtres d’enfants»…” Une position mi chair mi poisson, une position de politicien. Ici, on a déjà invoqué la trahison et le meurtre de policiers. Une porte est ouverte ou fermée. Et il a a toujours le risque, malheureusement avéré, d’exécuter des innocents.

    • @loubia Il est prouvé que la peine de mort n’a pas d’effet dissuasif. Les criminels sont rarement des intellectuels. Le seul effet dissuasif réel, c’est un contrôle strict de la possession des armes à feu.

    • @loubia

      ” Vous n’avez jamais entendu une personne en très grosse colère dire le plus sérieusement du monde qu’être certaine de ne pas aller en prison (pire encore, d’être exécutée pour le meurtre), elle ferait la peau à telle autre personne? ”

      Justement, la perspective d’être sentencé inhibe ceux qui parviennent à se contrôler. Mais il y a des gens qui n’ont que très peu de tolérance à la frustration ou qui sont extrêmement impulsifs et qui perdent le contrôle. Appelez-les caractériels, psychopathes, sadiques, quinteux extrêmes ou quoi encore, mais quoi qu’il en soit, ils ne parviennent pas à se maîtriser. La dissuasion de la punition, même l’ultime, la peine de mort, n’a guère d’emprise sur eux.

    • @20h41 Il y a toujours le risque, malheureusement avéré, d’exécuter des innocents. Comment un juge, un jury, un bourreau ou les autres responsables de telles exécutions peuvent-ils dormir en paix quand ces erreurs sont révélées? “Tu ne tueras point” prend alors tout son sens.

    • Je suis très confortable avec la peine de mort dans les cas où le crime est odieux, cruel et gratuit, et s’il ne fait aucun doute sur l’identité du criminel. La peine de mort par injection est idéale mais il est aussi impératif que les produits utilisés soient de qualité. Dans ces conditions, je limiterais les procédures d’appel pour réduire l’attente et les délais.

      Mon opinion sur le sujet a complètement changée avec le temps. Je n’ai plus aucune sympathie pour ce genre de crimes violents. La prison à vie pour quelqu’un qui a l’audace de commettre un tel crime n’est pas une punition valable, juste à penser que ce criminel pourra encore sourire. Les victimes innocentes méritent mieux.

    • @loubia “Vous n’avez jamais entendu une personne en très grosse colère dire le plus sérieusement du monde qu’être certaine de ne pas aller en prison (pire encore, d’être exécutée pour le meurtre), elle ferait la peau à telle autre personne?” Non. Nous n’avons probablement pas les mêmes fréquentations.

    • 20h45 @loubia. Je précise: Les criminels sont rarement des intellectuels, et plus rarement encore rationnels. La plupart du temps, ils sont, comme on dit, “limités”. Ils ne pensent pas fort et pas loin. Ils ne pensent pas au risque d’être pris, encore moins à la peine de mort. L’effet dissuasif est un mythe invalidé par la réalité.

    • @imho 22h05 ” La prison à vie pour quelqu’un qui a l’audace de commettre un tel crime n’est pas une punition valable…” La prison à vie est une forme d’enfer. C’est l’ultime désespoir. Pensez y, imaginez un peu.

    • 22h45 Je suis contre la peine de mort. Mais si j’étais un meurtrier condamné à finir ma vie en taule, en détention maximum, je crois que je préférerais être exécuté.

    • “Lockett, 38, was convicted in the killing of 19-year-old Stephanie Neiman in 1999. She was shot and buried alive. Lockett was convicted of raping her friend in the violent home invasion that lead to Neiman’s death.”

      15 ans. Je n’y crois plus trop que les sous-humains ont leur propre justice à l’interne.

      ” Non. Nous n’avons probablement pas les mêmes fréquentations.”

      Ou je suis plus honnête que vous.

      “@ loubia, “Je me dis que la justice à laquelle ce monstre a dû faire face n’était plus dans les mains des hommes.”

      Elle est dans les mains de qui?”

      Appelez ça comme vous voulez. À notre époque, ça a l’air fou de parler de justice divine alors soyons à la mode: le karma, l’Univers, le hasard qui fait bien les choses, le destin, la loi du retour ou toute autre patente New-Age pas mal plus logique que croire en cette fable que certains appellent Dieu. Ça vous va? Ou demandez à Lukos d’où vient cette loi qu’il cite: “tu ne tueras point”.

      “Les criminels sont rarement des intellectuels, et plus rarement encore rationnels”

      Guy Turcotte
      Adam Lanza
      Valery Fabrikant
      Kimver Gill
      Marc Lépine
      et à peu près tout ce qui se fait comme tueur en série par définition. Olson, Pickton, Dahmer et combien d’autres qui ont tué pour certains une centaine de personnes avant de se faire prendre. Brillants. Alors un boulon dévissé dans la tête? Je veux bien. Pas des intellectuels mais des crétins quand ils ont réussi à déjouer aussi brillamment les forces de police? Attention…Il y a de méchants bollés dans ma liste.

      “La dissuasion de la punition, même l’ultime, la peine de mort, n’a guère d’emprise sur eux.”

      Je suis d’accord si par “eux” vous entendez les monstres. Vous en décrivez fort bien les traits de caractère et vous terminez par l’argument suprême pour moi: ILS NE PARVIENNENT PAS À SE CONTRÔLER. Dès la prochaine petite frustration, ils perdront les pédales. Ou ils décideront subitement que tuer un passant pour chasser son ennui (comme ça s’est vu l’an dernier je crois) est une fichue de bonne idée. Ou que regarder une créature terrorisée qui se tord de douoleur implorer qu’on lui épargne la vie, c’est vraiment raffiné comme distraction. Ces créatures ne doivent pas vivre en société, ne serait-ce qu’en prison avec les autres détenus qui sont en danger avec eux.

      Quelqu’un qui tue de façon aussi sadique et calculée n’a plus rien d’humain. Il ne mérite pas les égards qu’on réserve aux humains. Je peux à la rigueur comprendre sans l’excuser le meurtre passionnel, les meurtres entre gangs rivaux, même le meurtre provoqué par une colère noire. Encore une fois sans les excuser et leur passer l’absolution. Dans ces cas, je ne suis pas pour la peine de mort, je ne suis même pas pour une longue peine de prison! Ce ne sont pas des criminels endurcis ou de dangereux détraqués. Mais tuer juste pour le fun, parce qu’on en a le pouvoir, pour voir ça fait quoi prendre la vie d’une créature innocente, parce qu’on en retire une certaine gratification sexuelle (Bernardo, Magnotta), c’est le propre de monstres profondément inadaptés, narcissiques. Idem pour ceux qui s’en prennent aux enfants, aux personnes très âgées. Des détenus ont compris là quelque chose qui vous échappe encore apparemment.

      Ça n’a rien à faire avec des humains, des bêtes comme ça. Rien.

    • La peine de mort ne sert à rien. Aucune statistique n’a jamais établi qu’elle ait le moindre effet préventif. Elle n’est plus appliquée que dans les régions qui ont une conception archaïque de la justice fondée sur la vengeance. Le juge se substitue à la victime pour la venger en appliquant une forme de loi du talion : un mort pour un mort.

      Dieu merci dans les pays civilisés, comme au Canada, en Europe et dans des états américains de plus en plus nombreux, la peine n’est plus punitive. Il ne s’agit plus d’imposer une souffrance proportionnelle au crime, avec pour seul effet de répondre à l’émotion populaire, mais de protéger la société par la mise à l’écart du criminel. On ne s’oppose pas à un meurtre par un meurtre légal. Plus le crime est abominable, plus la justice doit être exemplaire et stricte sur ses principes de refus de la violence et de respect de la vie.

    • @loubia,

      dans votre liste, il y a des tueurs qui se sont suicidés après leur crime et d’autres qui ont essayé. Ce n’est certainement pas la perspective de la peine capitale qui les auraient arrêtés. Pour d’autres, ils étaient sous la menace de peine capitale et ça ne les a pas arrêtés non plus.

      En fait, pour certains d’entre eux, c’était plutôt un jeu avec les forces de l’ordre, un peu comme d’autres font des sports extrêmes en risquant leur vie pour une descente en vélo, un saut de parachute du haut d’un pont, etc. Vous croyez que la mort arrête ces gens en flying suit qui frôlent les rochers en faisant des videos?

    • Je suis contre la peine de mort. Je ne pense pas que l’État doit s’abaisser au même niveau qu’un criminel, au caniveau. Tu tues, on te tue; tu violes, on te viole; tu voles, on te vole… Le rôle de l’État, c’est aussi la prévention de ces choses par l’éducation et la répartition des chances. Je suis très malheureux pour ceux qui doivent appliquer cette sale besogne. Je ne souhaite pas avoir un membre de ma famille qui soit tueur officiel pour l’État.

      Je vais par l’absurde: dans une société, la majorité devrait se protéger des minorités, des malades mentaux, des pauvres, des victimes de discrimination…qui n’ont rien à perdre… en leur donnant des armes, en promulguant la peine de mort, en fermant des écoles, en construisant des prisons, en éliminant la discrimination positive, en fermant les yeux sur la consommation de drogues dans les quartiers pauvres et surtout en laissant la richesse du pays entre les mains d’une minorité. Vous allez voir que c’est la meilleure prévention. Cela crée de l’emploi et plus de sécurité.

      Oui à la punition, mais pas une qui abêtit l’État.

      Je suis très attristé de ce qu’écrivent certains intervenants sur ce blogue.

    • @LittleRob
      C’est certain que la prison à vie, c’est une solution… une solution couteuse.
      En a-t-on les moyens?

      http://www.iedm.org/fr/57-compteur-de-la-dette-quebecoise

    • @Etherman
      “En a-t-on les moyens?”

      Manifestement oui puisque vous (les canadiens) n’avez exécuté personne depuis 1962.
      Justement, plusieurs états américains songent à abolir la peine de mort car elle serait trop coûteuse.

    • @Etherman

      “la prison à vie, c’est (…) une solution couteuse. En a-t-on les moyens?”

      ———-

      En fait, la prison à vie est moins coûteuse que la peine de mort.

      En réponse à votre question, donc; oui. On en a assûrément les moyens.

    • @olovierr
      Manifestement, tu n’as pas lu le lien de l’IEDM.
      Ou tu ne l’a pas compris… $260G, ce n’est pas évidement à visualiser.

      Trop couteuse?
      Voyons voir.
      Lundi matin: Luka Rocco arrive à Montréal.
      Lundi après-midi, il passe en cours.
      Mardi matin, on rend le jugement. Coupable, on n’a qu’à regarder la vidéo. Aucun possibilité d’erreur.
      Mardi midi, 4 beurrés de beurre de pinotte, un verre de lait et un Jos&Louis.
      Mardi 13:00, on pèse sur le bouton, ça fait “buzz” pendant une trentaine de seconde et c’est fini.
      Personnellement, je m’offre pour peser sur le bouton, gratuitement.
      Si ça coute cher, c’est parce-que les autorités laisse trainer le tout…

      Dans la réalité, rien de cela n’a eu lieu et ça va couter de millions. Millions qu’on pourrait, je ne sais pas moi, envoyer en Afrique pour aider des milliers d’enfants qui ne demandent pas mieux que de vivre. Mais voilà, nos “valeurs” judéo-chrétiennes nous disent qu’ils vaut mieux dépenser cet argent pour un narcissisme qui n’a aucun, je répète, AUCUN respect pour la vie. Et si un jour il sort de prison, il va aller en ligne droite sur l’aide sociale… et on va encore payer.

    • Quand des “criminels” agissent comme s’ils étaient des bêtes sans affect, c’est à l’infirmerie qu’il faut les diriger et non dans le trou. Avec la science médicale actuelle, on devrait bien être capable d’identifier un désordre majeur au cerveau originant de quelque chose que la personne a inhalé, respiré, bu, avalé ou touché, lorsque aucun mobile explicatif n’est retenu.

      Il se peut qu’une personne soit demeurée à 2 ans d’âge mental. Comme il se peut qu’un blocage ait été induit à tout autre moment de son existence par un bloqueur cérébral consécutif à une agression humaine contre sa personne, que ce soit un viol ou une trahison du premier niveau relationnel (parent, fratrie, enseignant ou religieux), ou une agression chimique par une toxine alimentaire, une toxine respiratoire provenant du sol, de l’air ou de l’eau, une toxine résultant d’une maladie mal connue, une toxine par contact de la peau avec des polluants atmosphériques ou avec des déchets industriels déversés criminellement dans des endroits vagues devenus un jour des parcs d’amusement pour enfants ou dans des cours d’eau où on se baigne ou pratique la pêche.

      Nous avons tous entendus des reportages sur des gestes de criminels à cravates qui exportent des sous-produits lourdement toxiques vers des centres de tri et d’élimination, mais qui jamais n’ont atteint destination et se retrouvent dans le premier ruisseau venu ou terrain vague.

      Comme le montre bidulen, par l’absurde, c’est certain que si on parque “les pauvres” sur des terrains contaminés, c’est pensable que 10 ans plus tard on y récolte des hommes de main sans scrupule, des exécutants au sourire béat et des nettoyeurs ravis de leur sécurité d’emploi, tant la chimie de leur cerveau aura été bousculée et débalancée de façon irréversible.

      Cela est un autre tout petit argument comme quoi on ne tue pas des gens malades et souffrants. Par contre, on pourrait accuser pour gestes de génocide ciblé contre des innocents des derrières de cravates qui répandent sciemment des produits toxiques pour générer des revenus tout aussi flamboyants qu’illicites et criminels.

      Une autre considération consiste en une question toute simple. Les gens corrompus et mafieux préfèrent-ils que soit réduit au silence par peine de mort tout condamné pour crimes sordides qui ait quelque lien avec eux? Ou au contraire souhaitent-ils que ce condamné à la prison qui sait forcément des choses demeure en prison pendant 20 ou 40 ans?

      Dernier point, l’abolition de la peine de mort permet de réaliser des économies gigantesques en procédures juridiques et en personnels et temps dans le processus pénitentiaire. Ces économies peuvent être réaffectées avantageusement en qualité de gestion du processus carcéral, conformément au droit positif, aux Chartes des droits humains et à la responsabilité du politique de réorienter par des lois justifiables les conduites d’une population donnée vers une pédagogie collective de la réussite plutôt qu’une pédagogie punitive et de rétorsion aussi aveugle que bête, du gens strike one, strike two, strike three, ou inspirée de la crème de la crème de la pédagogie noire.

    • @ Etherman, 11 h 20.

      Ok, et le lendemain on recommence avec vous. Vous aurez été victime d’une erreur judiciaire, mais on n’aura pas eu le temps de le découvrir parce que vous aurez été jugé en 2 jours.

    • @onbo effectivement, le critère du coût ne devrait naturellement tenir aucun rôle dans notre opposition à la peine de mort qui est une question de principe mais il semble que les californiens y sont très sensibles. La peine de mort représenterait un surcoût de 184 millions pour le budget de ce seul état.

      http://articles.latimes.com/2011/jun/20/local/la-me-adv-death-penalty-costs-20110620

    • @Etherman

      “AUCUN respect pour la vie. Et si un jour il sort de prison, il va aller en ligne droite sur l’aide sociale… et on va encore payer.”

      ———-

      Ça dépend de ce que l’État fait de lui pendant toutes ces années où il est incarcéré.

      Si on lui donne accès à des ressources qui lui permettent d’affronter les problèmes comportementaux qui ont conduit à son incarcération, et si on lui permet de profiter de son temps à l’écart de la société pour travailler sur lui-même, lui donner une éducation et/ou une formation technique ou professionnelle, alors il n’y a aucune raison qui l’empêcherait, en sortant de prison, de se trouver un emploi valorisant, et de se mettre à contribuer à cette même société qui lui aura donné une deuxième chance.

      Si par contre, on préfère le traiter comme un animal pendant 20 ans – sous prétexte qu’il doit “payer pour ses crimes”, si on le laisse décrépir dans un environnement déshumanisant, insalubre et violent, on récoltera effectivement ce qu’on aura semé. C’est-à-dire un animal rempli de haine et d’intolérance pour ses semblables, incapable de fonctionner dans une société civilisé. Ce qu’on lui aura enseigné pendant son incarcération. Dans ces conditions, vous pouvez effectivement vous attendre à devoir continuer à payer pour lui après que sa peine aura été purgée.

      En ce qui a trait au respect pour la vie, je voterais pour la première option. Autant traiter les détenus comme des animaux est un manque de respect envers eux, autant c’est un manque de respect pour le reste de la société… qui devra bon gré mal gré accueillir ces anciens détenus une fois leur sentence purgée. C’est de manquer de respect envers ses concitoyens que de relâcher des animaux sauvages et violents dans leurs villes et villages.

    • @romeog
      Exemple : Philippe Maurice, ex condamné à mort devenu un médiéviste reconnu.
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Maurice

    • @anti-ch_primaire

      Luka Rocco est une victime???

      @romeog

      Désolé, je ne crois pas en l’approche “lologue”.
      On s’en reparlera quand la victime sera ta fille de 19 ans.

    • @ etherman, Bien des coupables “certains” ont été accusés et assassinés à tort, même avec des procès complets. Imaginez en deux jours…

      Le principal problème avec la peine de mort, bien davantage que celui de l’exécution occasionnelle d’innocents, ou du coût financier que doit assumer une société pour traiter ses criminels, se situe dans la validation de l’assassinat par l’État en tant que solution pour régler un problème. Loin de dissuader, cette mesure légitimise le recours au meurtre.

      Pourquoi un tueur s’abstiendrait-il d’assassiner si l’État le fait lui-même? Parlez-en à Timothy McVeigh…

      “On s’en reparlera quand la victime sera ta fille de 19 ans.” Le sophisme habituel. J’en ai des enfants, et je ne réclamerais pas la peine de mort pour leur hypothérique meurtrier. Je voudrais bien sûr, par instinct et réflexe le tuer de mes mains et le faire souffrir le plus intensément et longtemps possible, mais je ne le ferais pas, ni ne militerais pour que l’État l’assassine.

    • @Etherman

      Je ne te demande pas de “croire”, mais bien de comprendre…

      Qu’est-ce qui est si difficile à comprendre dans l’idée que le “salaud” que t’auras humilié et déshumanisé pendant 20 ans sera éventuellement relâché… dans le même quartier que ta fille de 19 ans…

    • @Etherman: La prison a vie est couteuse, et, comme souligne romeog, la peine de mort est couteuse également, au moins ici aux Etats-Unis. Dans le cas de Clayton Lockett, j’ai peur que l’état d’Oklahoma n’a pas encore fini de payer pour son exécution; la mere de l’exécuté parle de poursuivre l’état.

      http://www.nbcnews.com/storyline/lethal-injection/oklahoma-execution-family-inmate-eyes-lawsuit-n94846

      Comme l’huitieme amendement de la Constitution interdit des peines cruelles et inhabituelles, j’ai le sentiment que la poursuite de la madame sera difficile a défendre. On verra.

    • @loubia 00h15 “Je n’y crois plus trop que les sous-humains ont leur propre justice à l’interne.” Informez vous davantage sur ce qui se passe dans les pénitenciers. Les condamnés à mort sont en isolement pour leur propre protection. “Ou je suis plus honnête que vous.” Qu’en savez-vous? Comme on dit, qui se ressemble se rassemble; c’est tout.

    • @littlerob,

      d’un autre côté, il sera difficile de démontrer que le type souffrait puisqu’il était inconscient. Il a été démontré que les mouvements, grimaces et contractions d’un patient sous sédatif ne peuvent pas être automatiquement associés à de la souffrance. Il y a des études à partir d’un MRI du cerveau qui se font à ce sujet depuis des années et le département de sciences médicales de l’Université de Stanford est arrivée avec un modèle qui tente de déterminer la douleur à partir de l’image du cerveau parce que les signes physiques sont peu fiables, dans un sens comme dans l’autre. C’est à dire qu’un patient peu aussi être calme, ne pas grimacer, ne pas se contracter et souffrir.

      C’est principalement pour aider les anesthésistes que cette étude est menée. Ils ne peuvent pas de façon fiable savoir si le patient sur la table d’opération souffre ou pas lorsqu’il est sous sédation.

      Alors, méfiez-vous du personnel infirmier qui vous dit que vos proches inconscients souffrent la martyr ou pas parce qu’ils prétendent interpréter leur gestuelle faciale et physique.

      http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0024124

      Cette cause pourrait être ruineuse pour la poursuite.

    • loubia
      Vous oubliez le plus bollé de tous Ted Kaczynski (unabomber)…

    • Ce serait une belle et grande chose que la peine de mort soit abolie, mais je ne me ferai pas d’illusions. En tout cas pas dans un avenir proche.

    • @loubia

      Voilà que vous vous en remettez à la justice des détenus qui, selon vous, devrait faire jurisprudence. Je préfère de loin la justice de nos juristes et législateurs. M’est avis que leur réflexion est un peu plus étoffée que n’importe quelle réaction primaire, a fortiori celle venant d’individus frustrés et privés de leur liberté en raison de comportements répréhensibles.

      Madame, les monstres d’impulsivité et les déshumanisés, aux drogues ou autrement, on s’en protège en les incarcérant, mais gardons-nous de les martyriser ou de leur enlever la vie afin d’assouvir un esprit de vengeance basé lui aussi sur ce qu’il y a de plus primitif chez l’homme. Il vaut mieux, pour peu qu’on ait un esprit humaniste, s’attaquer aux causes des comportements violents.

      Voyez-vous, le libre arbitre, si cher aux croyants, est de plus en plus mis à mal par la science. Il y a des lésions au cerveau qui induisent des comportements horribles. D’autre cas sont le fait d’un taux de testostérone dont nul n’est responsable sinon la nature. En outre, les déséquilibres des neuro-hormones qui président nos comportements sont de mieux en mieux connus et identifiés par la science. Alors, plutôt que de céder à nos propres pulsions de violence en vouant à la mort les déviants et autres monstres, il est plus sage de s’en protéger et, qui sait, les prévenir.

      Un peu moins de cerveau reptilien et un peu plus de néo-cortex. Voilà qui humanise une société.

    • @dcsavard: Il y a de l’évidence que Lockett était conscient pendant une partie de son exécution.

      http://news.nationalpost.com/2014/04/30/how-clayton-locketts-botched-horrible-execution-which-left-him-dead-of-a-massive-heart-attack-unfolded/

      «At one stage he calls out, “Oh, man.”»

      Bon, des telles poursuites sont rares, et c’est encore plus rare qu’elles rencontrent du succès. Mais l’état d’Oklahoma aura a dépenser de l’argent pour la défendre.

    • Moi j’aime bien la peine de mort ça me rassure moi. On est quand même plus au début du XXe pour condamner a; mort un innocent. Tu tues, tu meurs à moins que ça soit de la légitime défense et je le dis pour moi aussi.

    • @infophile – 4 mai 2014 – 17h45
      … Voyez-vous, le libre arbitre, si cher aux croyants, est de plus en plus mis à mal par la science. ….

      Vous devriez espérer que cela n’arrive jamais, car imaginer, ceux qui commettrons toutes sortes d’actes horribles pourront dire que le libre arbitre n’existe pas et donc, qu’ils ont fait ce qu’ils devaient faire. Je vous rappellerai que nous ne vivons pas dans un univers déterministe, mais bien non-déterministe. Cela dit, je suis contre la peine de mort, pratique horrible et barbare et pour les criminels, nous les mettons en prison et essayons de les aider. Sait-on jamais, peut-être pourront nous permettre à un certain nombre de revenir à la société et d’y contribuer, pour les autres, ils auront le temps de réfléchir sur leurs erreurs …

    • @timag – 4 mai 2014 – 18h05
      .. Moi j’aime bien la peine de mort ça me rassure moi.

      Peut-être que cela vous rassure, mais de mon point de vue, c’est plutôt inquiétant de voir une socitété qui se dit civilisée en arriver là. Tuer est un acte barbare, je ne vois pas la différence entre celui qui tue et celui qui tue en clamant qu’il le fait pour que justice soit rendue.

      Par ailleurs, tu parles d’un acte d’un incroyable arrogance, c’est-à-dire s’arroger le droit d’enlever la vie d’autrui. Ce pouvoir ne devrait appartenir à PERSONNE.

    • “Qu’est-ce qui est si difficile à comprendre dans l’idée que le “salaud” que t’auras humilié et déshumanisé pendant 20 ans sera éventuellement relâché… dans le même quartier que ta fille de 19 ans…”

      C’est vrai hein? Traitons-les comme des princes pendant que les familles de leurs victimes doivent s’arranger avec les séquelles. Allez, radio, télé, cinéma, gymnase, roulottes pour relations intimes, repas équilibrés, soins de santé, “droits des détenus”. Mais qu’est-ce que je dis là! La société au grand complet a droit à tout cela, non? Faut pas traumatiser ça, ces pauvres victimes de la méchante société! Des fois que ça leur donnerait une raison de plus de se comporter comme de parfaits salopards avec la bénédiction des bonnes âmes qui ont tout compris, elles.

      Infophile, nommez-moi UN meurtrier crapuleux qui a été reconnu déséquilibré de la cabessa, donc justifié de tuer par “maladie”. Et pitié, ne me parlez pas de Turcotte qui vous a tous bien eus. Ce que VOUS ne comprenez pas, advenant que ce soit le cas et qu’elles soient lourdement hypothéquées, ces créatures n’ont rien à ficher dans la société. Elles sont dangereuses. Irrécupérables. Profondément déglinguées “beyond repair”. Citez-moi UN tueur crapuleux qui a été “guéri” ou qui a pu réintégrer la société de façon productive. C’est cruel l’exécuter? C’est mieux le mettre en cage comme une bête peut-être? Ça va l’adoucir? Le faire réfléchir?

      Dites-moi juste de quel droit Karla Homolka peut s’être remariée, avoir un enfant et vivre libre quand ses trois victimes dont sa propre sœur, pourrissent sous terre. Quand elle a joué les victimes de violence conjugale, mais que les enregistrements de ses exploits, trouvés plus tard, ont montré que cette ordure prenait plaisir à torturer ses victimes.

      Dites-moi en quoi c’est de la vengeance d’exterminer un chien enragé qui a tué un enfant. Dites-moi en quoi ça procure autre chose que la satisfaction que cet animal ne fera plus jamais de mal à un autre enfant. Vous pensez vraiment que j’en ai quoi que ce soit à cirer de l’existence de X ou Y et que s’ils restent en vie, je ne pourrai plus jamais dormir? Magnotta qui a eu la bonne idée de se filmer en train d’accomplir ses exploits, s’il continue de vivre, moi je ne pourrai pas respirer vous croyez?

      Tout ce que vous pourrez me servir comme excuses bidon pour excuser ces comportements, je n’en ai rien à faire vraiment. Tous les pauvres, tous ceux qui vivent dans des quartiers pourris, tous ceux qui ont connu la violence étant jeunes, tous les enfants de drogués, d’alcooliques, de malades mentaux etc etc etc ne se servent pas de ces excuses bien commodes que vous leur servez béatement. C’est même une injure que vous leur faites en pensant ainsi.

      Je suis d’accord avec Etherman. Dans la cas de Magnotta qui s’est filmé en train de…. j’ai des connaissances pas mal plus curieuses que moi qui sont allées voir de quoi ce déchet est capable, c’est assez horrifiant. Il vous manque quoi là côté risque d’erreurs? On l’a pris, il est coupable hors de tout doute, on en débarrasse la société point final. Pas de niaisage, pas de coûts exorbitants.

      Ce sont les appels qui coûtent cher. Ça fait l’affaire de certains faut croire.

      Mais bon. Soyons d’accord pour être en désaccord. Un jour viendra forcément où le balancier partira dans l’autre direction et où un autre “logue” qui aura remplacé les actuels “professionnels” en tant que gourou de l’omniscience, vous donnera la parfaite raison d’exécuter ces criminels. Pis comme ce sera un logue qui l’aura dit, vous suivrez les yeux fermés sans plus vous questionner.

    • @apocalypse

      Tu penses quoi de l’avortement?

    • @loubia

      ” nommez-moi UN meurtrier crapuleux qui a été reconnu déséquilibré de la cabessa, donc justifié de tuer par “maladie” ”

      Si Magnotta est sain d’esprit, moi je dis que la terre est plate. Au Québec, il y a eu des cas où des schizophrènes ont été déclarés inaptes à subir un procès. Il y a un psychiatre de Pinel qui affirme que ces malades ne sont pas toujours responsables quand ils commettent des homicides. Imaginez un halluciné qui dans son délire est absolument convaincu qu’un tel veut le tuer et qu’une voix dans sa tête lui intime l’ordre de se défendre en tuant plutôt qu’en se laissant tuer. Quelques mois de médication appropriée et voilà que notre homme n’en revient pas d’avoir pu se convaincre d’un pareil scénario. Ce n’est plus la même personne. Des médecins spécialistes – hon ! Des logues – qui ont le mérite d’être doués et qui ont consacré plusieurs année à parfaire leurs connaissances, affirment que ces cas, s’ils ne peuvent être guéris, peuvent être contrôlé par la médication et qu’alors ils ne représentent plus un danger pour la société.

      Je rappelle que jadis la vindicte populaire les envoyait au bûcher. Heureusement, petit à petit, l’humain s’extirpe de la noirceur. Perso, je ne reviendrais pas au moyen-âge où la justice donnait régulièrement dans l’horreur, pas plus que je me fierais à la bible afin de comprendre la kyrielle de comportements humains.

      Notez que je n’excuse pas les comportements criminels, je tente à la lumière des explications de la science d’en comprendre l’étiologie afin de déterminer le degré de responsabilité. J’ai lu quelques ouvrages de Boris Cyrulnik, un éthologue qui est rien de moins que passionnant. Or, par lui j’ai appris que suite à des accidents cérébro-vasculaires des individus perdaient totalement leur capacité à ressentir de l’empathie. Idem pour d’autres cas suite à des traumatismes crâniens.

      Tout ça pour dire que nous en savons assez pour savoir que nous sommes autant responsables de nos actes que notre cerveau le permet. Un jour nous comprendrons pourquoi les psychopathes ne ressentent ni anxiété ni remords. Je formule cette question: Les criminels sont-ils responsables d’avoir un déficit de neurones miroirs ?

      L’épigénétique nous révèle que la maltraitance des enfants laisse des traces dans leur génome. Alors imaginez leur système nerveux à ceux que vous nommeriez peut-être ces pauvres petits. Les travaux de Gustavo Turecki sont à cet égard de premier plan.

      À moins que vous ne vous imaginiez avoir la science infuse, il faut respecter le travail des spécialistes.

      Épigénétique : quand l’environnement modifie les gènes:

      http://www.douglas.qc.ca/info/epigenetique

    • Quand t’as l’air fou tu l’as jusqu’au bout. Comme si la mort était une peine? Qui sait hein? Une chose est sûre tout ce cafouillage autour de la “peine” de mort me réconforte.

      Peu importe, triomphe de l’incompétence, tu ne laisses pas souffrir un Humain 40 minutes. Ça c’est le pire.

      OK pour la peine de mort quand t’es capable de l’appliquer. Sinon, laisse donc faire, hein?

    • Un usager l’a dit plus tôt … Un chien enragé , on le tue. Le fameux Lockett on connait tous son nom maintenant, mais la pauvre femme qu’il a torturé et enterré vivante, pourquoi on ne connait pas le sien? Parce qu’on n’en parle pas .. Ahh Lockett il fait donc pitié, boohoo. Eh bien moi je dis plutôt, justice a vraiment été faite dans ce cas-ci. Trouvez-vous une cause sociale qui mérite vraiment d’être défendue, arrêtez de défendre les vidanges.

    • Je trouve toujours étrange que certains disent vouloir appliquer la peine capitale “quand la culpabilité de fait aucun doute”. Lorsqu’un verdict de culpabilité est rendu, il ne fait aucun doute, sinon il ne serait pas rendu. C’est la nature même d’un verdict de culpabilité: on ne condamne pas quelqu’un qui a peut-être, ou sans doute, ou vraisemblament commis un crime, ou condamne quelqu’un parce que hors de tout doute raisonnable, il a commis ce crime. Il n’y a pas de hiérarchie des verdicts de culpabilité, ils ont tous la même valeur. Si la culpabilité est l’objet d’un doute, alors il ne peut pas y avoir de verdict de culpabilité rendu, donc pas de condamnation.

      Alors je crois que les défenseurs de la peine de mort essaient d’exhonérer le risque réel et sérieux de verdicts incorrects, donc de condamnation d’innocents. Et que l’on ne s’y méprenne pas, ça peut arriver et c’est arrivé par le passé. Quand même triste que les USA, en appliquant la peine de mort, ont quelque chose en commun avec l’Iran, l’Arabie saoudite, la Chine, tous des modèles de démocratie et de liberté. Pourquoi ne pas faire comme ces grandes nations et étendre la peine capitale à d’autres crime horribles? Le viol, bien entendu, le délit d’opinion, ben pourquoi pas, ou même l’adultère… Après tout, la Bible le condamne comme un crime odieux passible de mort.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    novembre 2013
    L Ma Me J V S D
    « oct   déc »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Archives

  • publicité