Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 5 septembre 2013 | Mise en ligne à 16h00 | Commenter Commentaires (80)

    La NSA et le cryptage : un combat inégal

    Le campus de l'Agence nationale de sécurité  à Fort Meade, au Maryland. (Photo AP)

    Le campus de l'Agence nationale de sécurité à Fort Meade, au Maryland. (Photo AP)

    Grâce à ses super-ordinateurs, ses ruses technologiques, ses décisions judiciaires et ses jeux de coulisse, l’Agence nationale de sécurité (NSA) est en train de gagner sa guerre contre le cryptage, ce système de protection informatique destiné à garantir l’intégrité et l’inviolabilité de données pendant leur transmission ou leur stockage.

    Le New York Times est arrivé à cette conclusion après avoir examiné des documents fournis par Edward Snowden, l’ancien consultant du renseignement américain. Dans un article publié sur son site cet après-midi, le journal précise que la NSA a investi des milliards de dollars depuis 2000 dans sa campagne pour contourner le cryptage d’internet.

    Cette campagne se poursuit.


    • Lors de l’attaque du 11 septembre 2001, les terroristes auraient peut-etre mieux
      fait de cibler ce centre plutot que le WTC

    • Est-on à ce point sans histoire concrète sur les révélations de Snowden qu’il faille enfoncer des portes ouvertes?

      C’est tout de même un agence d’espionnage dont c’est le travail de décrypter. Si des hackers boutonneux peuvent le faire dans leur salon, comment s’étonner que l’organisation la plus puissante dans ce domaine en soit capable?

    • Le budget officiel/officieux de la NSA était de 15 milliards pour l’année la plus récente, si on regroupe les 15 autres organismes de récoltes d’informations, donc, y compris les services de renseignements des branches militaires, il est question de pas loin de 80 milliards. A titre de référence, nos forces armées ont un budget de 20 milliards ! Notre budget fédéral en 2012 était de 255 milliards ! Les américains dépensent en services de renseignement l’équivalent de presque du tiers de notre budget fédéral.
      NM

    • Si cet espionnage n’était que pour véritablement protéger le territoire étasunien on pourrait peut-être comprendre mais quand on sait que les informations recueillies sont ensuite vendues à de grandes corporations étasuniennes ça devient un peu moins propre.

      http://www.examiner.com/article/80-major-corporations-profit-from-nsa-global-spying-network

      Les États-Unis sont devenus une puissance mondiale en volant et en trichant.

      Nihil nove sub sole

    • “le journal précise que la NSA a investi des milliards de dollars depuis 2000 dans sa campagne pour contourner le cryptage d’internet”

      —–

      Rappelez-vous de ca quand les politiciens au grand coeur comme Barack Obama nous diront qu’il faut augmenter les impots pour eliminer les inegalites sociales et autres niaiseries du genre.

    • Ah bon, parce qu’il y’en a qui croient encore qu’il y’a quelque chose qui s’appelle vie privée?
      Allons, les gens ont vendu leurs droits pour quelques sous ou un éphémère sentiment de sécurité… maintenant il faut assumer.
      Des agences gouvernementales ou privées viendront fouiller même jusque dans nos entrailles pour chercher ce qu’ils veulent et nous , n’auront au mieux que le droit de rouspéter (bien sur il faut respecter la liberté d’expression)
      Ces agences travaillent fort, pas pour nous protéger… mais pour protéger certains intérêts économiques auxquels on a livré nos démocraties.

    • La NSA engage les plus forts en y mettant le prix.

      Normal.

    • Quand on regarde les dimensions de l’édifice de la NSA et son budget il faut vraiment être “innocent” pour se surprendre des pseudos révélations d’Edward Snowden.

      Quelqu’un pensait-il sérieusement que tout ces gens, travaillant sans doute 24 heures par jour, n’espionnaient que Ben Laden et son bras droit.

      De toute façon, comment détecter des menaces potentielles autrement qu’en surveillant tout, tout le temps ?

      Internet est une place publique ou rien ou presque n’est privé… idem pour les conversations téléphoniques et tout ce qui circule sur des ondes et des satellites. Des tas d’organisations, criminelles, financières, policières, étatiques et autres surveillent autant qu’ils le peuvent tout ce qui peut affecter leurs intérêts.

      La dernière garantie d’un certain anonymat et d’un peu de vie privée vient de la masse trop considérable de données qui circulent… les gens ordinaires passent sous le radar.

    • “Grâce à ses super-ordinateurs, ses ruses technologiques, ses décisions judiciaires et ses jeux de coulisse, l’Agence nationale de sécurité (NSA) est en train de gagner sa guerre contre le cryptage…”

      Si vous continuez a croire ces choses, faudra vous etiquettez de conspirationiste de placard…

    • Je ne suis pas un spécialiste du cryptage des données, même pas proche, mais je suppose que la NSA est dans les grandes ligues et qu’ils sont capables de traiter avec la ‘Quantum cryptography’ ou plutôt la ‘Quantum key distribution’ ?

    • @missivedutexas

      Le premier paragraphe aurait du être entre guillemet, car il s’agit d’une traduction du texte du New York Times, bien que ce soit expliqué dans le deuxième paragraphe.

      Dès qu’il est question d’Obama, ou de nouvelles juteuse sensationnalistes en général, ce ne sont pas les thèses conspirationnistes qui arrêteront “l’objectivité” du NYT.

      Pendant ce temps-là, Glenn Greenwald poursuit sa vendetta personnelle contre les USA au mépris des intentions de Snowden…

    • Faut pas oublier les Chinois dans la guerre informatique.
      C’est sur que la NSA contre les citoyens américains, c’est une facile. C’est de ce niveau de cryptage qu’on parle ici?

      @apocalypse, 17h30: merci pour le « scientific terms dropping », c’est intéressant…

    • @monsieur8 – 5 septembre 2013 – 17h52
      Vraiment de plus en plus troublant ce qu’on apprend sur la NSA, des moyens quasiment illimités pour avoir le nez dans la vie privée des américains et comble de l’ironie, ces derniers paient la facture … Ils (NSA) sont tellement déconnectés qu’ils essaient de nous faire croire qu’ils déjouent des attentats terroristes à la dizaine chaque année.

    • Mes actions de Cray remontent :-)

    • Ouin ben…

      Je les mets au défi de décrypter ma liste d’épicerie !!!
      Moi-même j’y arrive à peine… quand j’y arrive.

      Mais bon: Snowden est un traitre, Manning un traître et ont applaudi quand ces gens qui dénoncent des “crimes” vont croupir en prison…

      Et vive les ÉU !

    • >>ont applaudi –> on applaudit …saleté de sale “t” vagabond!

      ouch!

    • @kelvinator

      “Glenn Greenwald poursuit sa vendetta personnelle contre les USA…”

      ———-

      Pouvez-vous élaborer un peu sur cette vendetta “personnelle” qu’entretiendrait Greenwald contre les USA ?

    • cryptez vos messages en 1024 bits et vous allez les voir venir sonner chez vous assez vite…

    • Le vrai danger ne vient pas de la NSA. Les gens ne se doutent pas à quel point il y a beaucoup de gens qui peuvent accéder à leurs données.

      Exemple, les données bancaires. Vous allez à la banque, les commis peuvent accéder à vos données. Les gens des TI également.

      Vous faites un virement d’argent, la banque utilise un logiciel fournis par un third party. Personne n’a vraiment fait d’enquête sur eux. Le commis ne sait pas qui ils sont, ça va fait des années qu’il utilise le logiciel, il y a un numéro de téléphone en cas de problème et c’est tout.

      Et c’est toujours comme ça. Dans les magasins, les épiceries, les banques. Des gens qui peuvent accéder à vos données il y a en a beaucoup. Les entreprises développent rarement leurs solutions ce qui fait qu’en bout de ligne vos infos se retrouvent dans les mains de n’importe qui.

    • @jean_saisrien, 18h39: pourquoi vous mettez des guillemets autour du mot crimes?

    • @monsieur8 19h49

      Question de rhétorique j’imagine?
      Parce que la version officielle veut que ce ne soient pas des crimes…
      Parce que c’est ce qu’il nous est dicté de penser, comme pour tous les autres mensonges et cachotteries: on croit et on se tait sinon c’est le châtiment du chapeau d’alu qui vous est réservé, sans autres procès! :-)

    • Ça fait des années qu’on se doute que tout système d’opération, Windows, Mac OS, Linux, Android, IOS, etc, sont obligés par la NSA et les autres services de renseignements des USA, de fournir une entrée, un «Back Door» leur permettant d’accéder au système à l’insu de l’utilisateur.

      Ça ne s’arrête pas là, l’accès au système doit probablement aussi être possible à tous les cellulaires, les systèmes de contrôle industriels, de véhicules, domotique, etc.

      C’est le monstre créé par le Patriot Act et le Homeland Security Act de Gorge Butch, que plus personne ne peut contrôler ni arrêter.

      Imaginez… ils connaissent le nom du sénateur… ou du président, qui s’est rendu sur un site porno, ce qu’il a regardé, pendant combien de temps, et le nombre de Kleenex qu’il a utilisés…

      Essayez, après ça de les contrôler…

      La bataille est perdue et le monstre ne peut que grandir.

    • @ralbol, 20h36: «et le nombre de Kleenex qu’il a utilisés…», là, vous exagérez !

      @jean-saisrien: c’est un secret, mais j’ai moi-même mon cap d’alu, bien planqué dans un placard, mais prêt, au cas où…

      ;-)

    • Qui crypte? Et pourquoi?

    • @ monsieur8

      Avec un RAT (Remote Administration Tool) installé à votre insu sur votre ordinateur, et installer ça, c’est pas si compliqué, on accède à votre webcam, sans que la petite lumière ne s’allume, et on vous regarde et vous entend, et on enregistre…

      Voir ci-dessous quelques exemples où on a utilisé et essayé d’utiliser de tels logiciels…

      http://arstechnica.com/tech-policy/2013/08/webcam-spying-goes-mainstream-as-miss-teen-usa-describes-hack/

      et…

      http://arstechnica.com/tech-policy/2013/04/fbi-denied-permission-to-spy-on-hacker-through-his-webcam/

      Alors, le nombre de Kleenex, c’est même pas une exagération.

    • @romeog

      Bien sur.

      Le petit ami de Greenwald s’est fait arrêté par les douanes britanniques après une rencontre avec Poitras. Greenwald est convaincu que la Grande-Bretagne est la marionette des USA et que ce sont eux derrière cet arrêt. Il s’emballe dans une volé lyrique en menaçant les deux pays de se venger en révélant des secrets. Il réside au Brésil avec son ami, et comme par hasard, on entend parler d’une écoute diplomatique envers les dirigeants mexicains et brésiliens. Pas dans The Guardian, mais à une chaîne de télévision brésilienne, car il a acquis une notoriété (qu’il monnaye probablement ) depuis son envolée lyrique précédente, jouant sur le sentiment anti-américain. C’est pourquoi le BRIC se ligue contre Obama lors du G20, peut-être pas uniquement pour cette raison, mais disons que ça n’aide pas les relations.

      Entre vous et moi, c’était un secret de polichinelle que les diplomates s’espionnent entre eux, surtout les présidents. Or, les responsables brésiliens n’avaient d’autre choix que de faire les vierges offensés à défaut de paraître mou devant les américains en cas d’inactions. Leur vraie colère viens surtout de leur incapacité évidente à éviter cet espionnage et dévoile au monde les faillibilité.

      Que désirait Snowden en donnant cette pile de documents qui touchait plein de sujets? Que les américains aient un débat sur l’espionnage des américains. Snowden a déjà été dans la CIA, il ne remet pas en cause l’espionnage des autres pays, seulement celui des américains. Que fait Greenwald avec la confiance que Snowden lui a accordé? Il mine les relations internationales des Etats-Unis en révélant des écoute diplomatiques.

      Cela indique que Snowden n’avait pas des documents uniquement que sur la NSA, mais des sujets beaucoup plus sensibles. Si son but était un débat sur le droit des citoyens américains, pourquoi Snowden a-t-il donné des documents diplomatiques? Savait-il pertinemment que ces informations seraient publiques, ou s’en remettait-il au travail du journaliste pour divulguer ce qui était approprié à son objectif sans plus?

      Soit Snowden n’est pas du tout un héro, soit Greenwald est un profiteur.

      Pendant ce temps, ou sont les preuves que la NSA a abusé de ses droits?

    • Le plus comique, ce sont les Anonymous qui se prennent pour des révolutionnaires. Je parierais que le service est offert par la NSA elle-même. De cette façon, ces petits «einsteins» se jettent eux-mêmes dans la gueule du loup.

    • Dites-moi que j’ai tort!
      Vous pouvez trouver que j’exagère dans le premier paragraphe, c’est vrai. Par contre, le dilemme n’est pas faux, à moins que vous aillez une troisième option qui les dispenseraient de médisance.

    • Moi qui me pensais “safe” d’avoir encrypté toutes mes données sur mon PC…
      …justement, peut-être que la NSA pourrait m’aider: je ne me souviens plus de ma clé de chiffrement!

    • @ralbol 20h36

      Et voilà. Vous avez compris l’essentiel de la raison d’être de l’État-Big-Brother.

      Malheureusement, une bonne partie de la population semble encore disposée à accepter sans plus de considérations toutes ces balivernes concernant la protection contre les terroristes et les communistes..

    • @kelvinator

      “Greenwald est convaincu que la Grande-Bretagne est la marionette des USA et que ce sont eux derrière cet arrêt.”
      ———-
      Pas juste Greenwald, j’en suis convaincu aussi.
      ———-
      ” Il s’emballe dans une volé lyrique en menaçant les deux pays de se venger en révélant des secrets.”
      ———-
      À ma connaissance, il n’a menacé personne. À moins que vous auriez un extrait d’une telle menace… Ce qu’il a promis, à ce que je sache, c’est qu’il continuerait, malgré cette tentative évidente d’intimidation, qu’il continuerait à faire sa job de journaliste, c’est-à-dire d’exposer, pour le bénifice de ses lecteurs, les crimes commis en secret par les mafieux qui les gouvernent. C’est pas une menace, ça, c’est une promesse de faire sa job.
      ———-
      “Que fait Greenwald avec la confiance que Snowden lui a accordé? Il mine les relations internationales des Etats-Unis en révélant des écoute diplomatiques.”
      ———-
      Encore là, pas certain de comprendre à quoi en particulier vous faites référence. À ma connaissance, Snowden à de sa propre initiative choisi de remettre certains documents à Greenwald parce-qu’il devait certainement lui faire confiance. Si Greenwald a publié des infos que Snowden lui a confiées, je ne vois pas pourquoi ce dernier aurait à se sentir trahi ? C’est précisément pour que cette raison, pour qu’il les publie, que Snowden a confié ces documents à Greenwald !

    • @lukos

      “Qui crypte? Et pourquoi?”
      ———-
      parce-que c’est pas juste contre la NSA qu’on a besoin de se protéger.

    • Ma réflexion s’adresse à des mathématiciens ou informaticiens. Je ne suis pas du tout un expert moi-même sur cette question (même si je suis un initié) alors si quelqu’un de qualifié comprend ce que j’essaie de dire j’aimerais bien avoir du feedback.

      ——

      Un des obstacles technologiques du décryptage de données est le temps que cela prend pour trouver les facteurs multiplicatifs de très grands nombres et aussi – surtout – de pouvoir trouver rapidement des nombres premiers incroyablement grands.

      Par exemple, décrypter un code RSA (algorithme de cryptage hyper-répandu) en utilisant un seul ordinateur, aussi puissant qu’il soit, est une tâche pratiquement impossible. Impossible car le temps de calcul nécessaire est astronomique (ordre de grandeur: penser à plus de secondes que le nombre de particules dans l’univers).

      Une solution réside dans le parallélisme – l’utilisation de très grands clusters d’ordinateurs (plusieurs ordinateurs/cpu travaillant en parallèle et / ou de façon quantique).

      Mais les ordinateurs n’ont pas besoin d’être ceux de la National Security Agency.

      D’après moi, la NSA ne se contente pas d’avoir elle-même ses propres clusters de supers ordinateurs pour effectuer ces tâches. S’ils sont intelligents – et ils le sont – ils utilisent en plus, de façon distribuée, les ordinateurs de monsieurs ou madame tout le monde.

      ie: Il “suffit” de pouvoir exploiter des backdoors dans les divers systèmes d’exploitation pour voler des micro-fractions de temps CPU à la presque totalité des machines qui sont connectées sur le net. En exploitant des failles (ou des features d’un OS) et en propageant ses propres virus ou agents intelligents sur les machines des utilisateurs.

      Emprunter quelques cycles par secondes sur des millions de machines, personne ne peut percevoir la différence individuellement. Mais de façon globale, collective, le gain de performance de cette matrice parallèle est gigantesque.

      Mon idée se résume à ceci : Internet peut être utilisé… pour décrypter internet. Faire travailler en parallèle des millions d’ordinateurs en leur volant quelques cycles CPU à la fois serait le meilleur super-ordinateur qui ne puisse exister.

      D’oü l’importance pour la NSA de garder un contrôle sur le web, sur ses protocoles et idéalement d’avoir des ententes secretes et agents travaillant avec certains fournisseurs clé de services, de systèmes et de matériels informatiques.

    • Le décryptage de messages cryptés, cryptés par un protocole open source pour la plupart, c’est normal que la NSA est capable de reverse-engeneerer et intercepter les communications. Ce qui les fait suer, elle et le FBI, la CIA et toutes les agences de renseignement de la planète, c’est les communications sur des plateformes fermées comme iMessage et Facetime d’Apple, c’est bête mais c’est ça, la techno grand publique comme rempart à big brother…

    • @babelfish,

      non, la totalité d’internet ne suffirait pas pour décoder une seule clef RSA, la quantité d’énergie requise dépasse la masse de l’univers avec des processeurs classiques les plus puissants connus actuellement. La seule façon d’y arriver est d’avoir des indices. Donc, c’est vraiment parce que la NSA introduit des «bogues» dans les protocoles de chiffrement qu’ils peuvent grapiller les indices nécessaires pour déchiffrer les clés ou les messages.

      L’autre option est l’ordinateur quantique, bien que D-Wave, une compagnie canadienne basée à Vancouver prétendent avoir mis au point le premier ordinateur quantique, le sujet est toujours controversé. Les ordinateurs quantiques se prêtent admirablement bien à la factorisation des très grands nombres, ce qui permettra de déchiffrer à peu près n’importe quel message chiffré avec les algorithmes actuels. Par contre, la sécurité des échanges pas protocole de chiffrement quantique est aussi à nos portes. Mentionnons au passage que le chiffrement quantique est l’oeuvre d’un montréalais diplômés en physique de l’Université de Montréal et présentement professeur titulaire au département d’informatique de l’Université de Montréal. Gilles Brassard a été le précurseur du chiffrement quantique. Plusieurs réseaux utilisent le chiffrement quantique, certaines banques suisses, américaines et le laboratoire de Los Alamos comptent parmis ceux-là. Toutefois, présentement la portée est limitée à 100 km entre deux parties souhaitant échanger des messages chiffrés. 200 km avec une tièrce partie distributeur de clés.

    • Vive Postes Canada. Une lettre bien postée se rend (habituellement) à bon port.

      Vive Air Canada. Un petit voyage d’études, ou de vacances et le message passe.

      Je sais pertinemment que pour envoyer un message ou des trucs à Cuba, rien ne vaut le main à main.

    • @ralbol 20h36

      Je ne sais pas pour les autres systèmes d’exploitation, mais Linux est opensource, alors tout le monde pourrair voir s’il y a réellement un backdoor dans le coeur de l’OS …

      @babelfish + @dcsavard
      Tout à fait exacte, une clé RSA 128 bit ou même 256 c’est pas mal impossible à casser. Il reste les ordinateurs quantiques et même eux, grâce aux chercheurs de Sheerbrooke auraient leur propre système de cryptage.

      Sérieusement, je remets en question la qualité de la recherche fait par le New York Times, dans cettte histoire…

      Pour finir, voici des petits liens cool sur le sujet :

      http://www.siteduzero.com/informatique/tutoriels/la-cryptographie-asymetrique-rsa/comment-ca-fonctionne-2

      http://epiq.physique.usherbrooke.ca/?section=intro

    • @imoi

      “[Les messages sont] cryptés par un protocole open source [...], c’est normal que la NSA soit capable de [les décrypter]”

      Vous avez raison, la majorité des algorithmes d’encryption sont accessibles et connus (sans nécéssairement être open source). Mais le problème ne réside pas dans la connaissance ou non de ces algorithmes mais plutôt dans le temps nécéssaire pour trouver la “calculer” le décryptage. Les protocoles répandus et modernes sont basés sur les mathématiques et l’exploitation judicieuse de certaines propriétés mathématiques qui rendent le décodage très laborieux. Même si on connaît la recette du décodage, exécuter la recette demande beaucoup de temps-CPU.

      C’est pour ça que même open-source c’est tout un défi technique de décoder certaines données.

    • @dcsavard

      WIKI – “Pour [factoriser un] nombre RSA-512 bits, et depuis 1999, il faut faire travailler conjointement plusieurs centaines d’ordinateurs.”

      J’imaginais qu’avec des millions de machines en parallèle. .. Mais je crois que vous avez raison.

      PS: C’est bien que vous mentionnez Gilles Brassard. Je ne connais pas la cryptographie quantique mais je l’ai quelques fois croisé à l’UdeM (au pavillon André-Aisenstadt) et j’avais même acheté le t-shirt du labo d’info quantique juste parce qu’il était trop beau. Quatres équations quantiques simples et esthétiques qui faisaient très design, même si je ne connaissais pas la science derrière.

    • J’avais oublié d’écrire @dcsavard + @guillaume_charland…

    • @romeog
      “Je vais être bien plus agressif dans mes déclarations à partir de maintenant. […] Je pense qu’ils vont regretter ce qu’ils ont fait”
      Ce sont selon moi des menaces. Le fait qu’il ait rendu public des documents sur l’écoute de diplomate prouve que les douaniers avaient tous les droits d’arrêter son ami pour trouver des documents diplomatiques confidentielles. En plus, lui de renchérir en criant au loup, à la fin de la presse libre en Grande-Bretagne et aux USA, mais quel affirmation aussi gratuite que ridicule, complètement ridicule. Ceux qui sont déjà convaincu du grand méchant gouvernement vont boire ses paroles sans se poser aucune question, béatement.

      Pour le bénéfice de ses lecteurs vous dites? Faire une job de journaliste?
      Qu’est-ce que les lecteurs veulent? Des preuves que la NSA a outrepassé ses droits, depuis 3 mois il n’a absolument rien fourni de tel, mais s’en ait plutôt donné à cœur joie avec une propagande anti-américaine sachant qu’une bonne partie de la population l’est et n’a pas besoin de preuve pour croire au Big Brother.

      Je fais référence à l’espionnage extérieur qui ne faisait pas parti du débat voulu par Snowden selon sa déclaration à wikileak le 12 juillet. http://wikileaks.org/Statement-by-Edward-Snowden-to.html
      Il dit clairement qu’il est contre l’écoute des citoyens américains, jamais depuis 3 mois il n’a remis en question l’espionnage des autres pays, ce qui de toute façon aurait été d’un idéalisme naïf sans borne. Divulguer des secrets d’États, soit l’écoute de diplomate, est un crime qui ne se rapporte aucunement aux « aspirations » de Snowden. Snowden et Greenwald sont coupable d’avoir divulgué des informations confidentielles. Le travail de « journaliste » de Greenwald était de trouver les preuves parmi les documents que la NSA enfreint la loi. Allez-vous me dire qu’une loi internationale interdit l’espionnage? Alors c’est uniquement une campagne de salissage que Greenwald fait, une vendetta personnelle pour se venger du « grand-méchant-gouvernement américain-qui-l’intimide-et-brime-sa-liberté-d’expression ».
      Cette maladie porte un nom, la mythomanie et personne n’est à l’abris. Que Greenwald se croit la cible d’un complot et qu’il fasse de la propagande prouve qu’il n’est pas les qualités que la majorité de ses supporters lui accorde.
      C’est pourtant si évident! Personne ne réfutera ce que je dis, mais tous continueront à voir ces deux personnes comme des héros infaillible pour la seule et unique raison qu’il disent sans preuve que le gouvernement américain est le démon… Come on!

    • M’a vous donner un truc!
      Gnark Gnark Gnark!

      Vous faites un site web qui diffuse des images téléchargeables de fleurs disons, donc tout le monde peut les avoir mais seul vos contacts savent qu’elles contiennent des messages cryptés! Et pour répondre eux ont un site web sur les poissons tropicaux mettons!

      Pas pire hen!

    • Skynet? Vous avez dit Skynet?

    • Décryptage en brisant les clés? J’en doute vu la puissance de calcul requis. Probablement par des moyen détournés, genre key logger et virus pour trouver la clé.

      Et encore, aussi imposantes sont leurs ressources, je doute qu’ils aient le temps de tout analyser les échanges cryptés… je pense plus qu’ils vont agir s’ils interceptent des communications entre personnes déjà surveillées.

      Donc pour ceux qui utilisent Truecrypt pour protéger leurs archives personnelles des pirates (ou plus simplement leur dossier XXX de leur coinjointe!), la NSA à d’autre chose à faire que de tenter de décrypter vos fichiers…

    • Vladimir Poutine : “M. Kerry ment et il sait qu’il ment. C’est pitoyable !”

      http://www.youtube.com/watch?v=SddKL6-OFaM

    • @Kintama et autres

      Le sujet me passionne, d’autant plus qu’au niveau des mathématiques et des algorithmes, je n’y connais rien.

      Je comprends cepenadant, grâce à vous que si je fais un paiement sécurisé en ligne, on peut retracer non seumement mon achat, mais aussi mes coordonnées bancaires.

      Kintama nous dit que le simple citoyen ne sera pas visé dû au fait des priorités de la NSA, mais si on décide dans les bas fonds de ces hauts lieux de victimiser quelqu’un, on peut le faire.

      Un politicien qui dérange, un homme ou une femme d’affaires sur lequel ou laquelle on veut en savoir plus peut faire l’objet d’une surveillance assidue.

      Je ne crois pas que le Président soit sous surveillance, mais en 2007 et 2008, qu’en était-il du candidat Obama qui, à cette époque, pouvait être vu comme quelqu’un de subversif, comme le sénateur Eugene McCarthy en 1968 ?

    • Dans le cas d’une clé RSA, il faut à mon sens un minimum de 2048 bits. Cependant, la discussion est vaine étant donné que les certificats émis maintenant sont déjà avec une clé de 2048 bits.

      Cependant, en pratique, le chiffrement RSA n’est utilisé que pour chiffrer la clé du chiffrement qui lui sera utilisé pour chiffrer le message. Donc si on utilise un chiffrement RC4 sur 40 bits derrière, la clé RSA de 2048 bits ne servira strictement à rien.

      En lisant les commentaires, je me dis que ce n’est pas des cours d’histoire que le Québec devrait obliger, mais des cours d’informatique. Cela serait beaucoup plus utile.

    • @kelvinator – Desole que vous avez pris mon commentaire serieusement, je le voulais hautement sarcastiques.

      Depuis l’operation echelon, datant des annees 70, on sait bien que tout ce qui peut etre espionne l’est. C’est utile pour l’espionnage industriel, le chantage, le traffic d’influence, etc.

      “Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument.” – Lord Acton

    • @89170 10h00
      >>Cela serait beaucoup plus utile.

      Ben oui…
      Le commun des mortel s’en contrefiche… à raison.

    • Ah ! Vive la simplicité des messages personnels de la BBC lors de la deuxième guerre.

      Même aujourd’hui, la NSA avec toutes ses techniques de décryptage serait incapable de comprendre la sens de ce message non-crypté : Bercent mon coeur d’une langueur monotone = Annonce du débarquement.

      ;-)

    • @ guillaume_charland

      - «Je ne sais pas pour les autres systèmes d’exploitation, mais Linux est opensource, alors tout le monde pourrair voir s’il y a réellement un backdoor dans le coeur de l’OS…»

      En théorie oui, mais en pratique, trouver un «backdoor» dans 213 millions de lignes de code, 15 millions de SLOC (source lines of code) seulement pour le kernel, surtout si on a voulu le cacher, c’est pas évident…

    • Syrie : un rapport russe accuse les terroristes d’une attaque chimique en mars 2013

      http://www.dailymotion.com/video/x149jcq_rt-un-rapport-russe-accuse-les-terroristes-d-une-attaque-chimique-en-mars-2013_news?start=26

      Russia Today

    • “cryptez vos messages en 1024 bits et vous allez les voir venir sonner chez vous assez vite…” man1hack

      ===

      Ouais et sous quel prétexte ? Sous quel mandat ?

      Jean Émard

    • Tiens, pour une fois je serai d’accord avec le dénommé Candela. Il faut parfois revenir aux sources et ne pas compter aveuglément sur cette “merveilleuse” technologie, laquelle notamment, dans son ensemble, et ce jusqu’à nouvel ordre, ne peut fonctionner sans… électricité.

    • Suspension des relations entre la Douma russe et le Congrès étasunien.

      http://fr.rian.ru/world/20130906/199234238.html

    • “Ça fait des années qu’on se doute que tout système d’opération, Windows, Mac OS, Linux, Android, IOS, etc, sont obligés par la NSA et les autres services de renseignements des USA, de fournir une entrée, un «Back Door» leur permettant d’accéder au système à l’insu de l’utilisateur.” — ralbol.
      —–

      Come on man. C’est du n’importe quoi comme toujours. Combien de saveurs de Linux grande distribution en ce moment ? Elles ont en commun un moteur de base (kernel) qu’on peut modifier comme on l’entend. La Chine pour des raisons de sécurité emploient Red Flag Linux pour déjouer et pour espionner. C’est pas avec ça qu’ils craquent les sites de développement de systèmes d’armement.

      On est plus intéressé à craquer la communication interceptée pour comprendre le contenu que pour pénétrer un système. Le fameux “backdoor” ici, c’est un bout de code dans la logique de cryptage qui permet de le déverrouiller. Pénétrer un système informatique laisse des traces, tandis que déverouiller le contenu des messages interceptés ne laisse rien à soupçonner.

      Rien qu’à être paranoiaque, il faut cesser toute communication électronique. Houhou, vous êtes sous écoute à votre insu. On va pénétrer votre système. Oui ce blogue est aussi sous écoute pour des propos anti-américains et subversifs. :) :) :)

      Craignez plus des vols d’identité que de messages interceptés.

    • “Je ne sais pas pour les autres systèmes d’exploitation, mais Linux est opensource, alors tout le monde pourrair voir s’il y a réellement un backdoor dans le coeur de l’OS … ” guillaume_charland

      ===

      Oui ça se trouverait rapidement pas ceux qui font les “commits” des différents modules de Linux.

      Le problème est que les “backdoors” se trouvent probablement au niveau hardware de la machine, par exemple, le CPU d’Intel.

      Jean Émard

    • rapidement pas ceux = rapidement par ceux

    • À l’Université du Michigan, trois chercheurs ont brisé le chiffrement RSA de 1024 bits:

      “With a small cluster of 81 Pentium 4 chips and 104 hours of processing time, they were able to successfully hack 1024-bit encryption in OpenSSL on a SPARC-based system…”

      http://www.engadget.com/2010/03/09/1024-bit-rsa-encryption-cracked-by-carefully-starving-cpu-of-ele/

      Les clés RSA SecurID, brisées en 13 minutes:

      http://www.scmagazineuk.com/research-finds-that-rsa-tokens-can-be-broken-in-under-15-minutes/article/247390/

      Cerise sur le sundae, compte rendu/rapport provenant d’une conférence sur la Cryptographie Financière de 2002, où on explique clairement que la NSA pourrait facilement déchiffrer du RSA 1024 bits en quelques minutes:

      “Some may consider a price tag potentially reaching $1B prohibitive. One should keep in mind that the NRO regularly launches SIGINT satellites costing close to $2B each. Would the NSA have built a device at less than half the cost of one of their satellites to be able to decipher the interception data obtained via many such satellites? The NSA would have to be derelict of duty to not have done so.

      Bernstein’s machine, once built, will have power requirements in the MW to operate, but in return will be able to break a 1024-bit RSA or DH key in seconds to minutes. Even under the most optimistic estimates for present-day PKI adoption, the inescapable conclusion is that the NSA, its major foreign intelligence counterparts, and any foreign commercial competitors provided with commercial intelligence by their national intelligence services have the ability to break on demand any and all 1024-bit public keys.”

      https://www.ietf.org/mail-archive/web/saag/current/msg00572.html

      Je crois qu’il est raisonnable de croire que le chiffrement RSA 1024 bits ne pose pas beaucoup de problèmes à la NSA et aux différentes agences de renseignement des pays riches, et le chiffrement 2048 bits, probablement pas non plus, en 2013.

    • @ mecasiatique

      Voici le comte rendu d’une tentative avortée, mais neamoins sophistiquée pour insérer un backdoor dans le kernel de Linux:

      http://www.securityfocus.com/news/7388

      Extrait:
      «But Loveless says the hack is a glimpse of a more sophisticated computer underground than is normally talked about, and fuel for speculation that backdoors in software products are far more common than imagined. “We’ve had bad examples of [backdoors], and we’ve had rumors of extremely good examples,” says Loveless. “This is a concrete example of a good one.”»

      Cette tentative a avorté, qui sait si des tentatives précédentes ou subséquentes n’ont pas réussi..?

      - «La Chine pour des raisons de sécurité emploient Red Flag Linux pour déjouer et pour espionner.»

      Vous voyez une meilleure raison pour la NSA d’avoir un backdoor dans le kernel de Linux ?

      Pansez-yyyyy !

    • @ramses2.1 (10h41)

      Vous me surprenez ce matin, car c’est l’argument classique du “Si vous avez rien à vous reprocher…”

    • @ralbol

      mecasiatique a parfaitement raison.
      De plus votre complot ne repose que sur vos doutes, les même doutes infondés que vous avez envers la NSA et l’espionnage des américains. Ce n’est pas parce qu’ils ont la capacité de le faire qu’ils ont les ressources et l’intérêt de le faire, surtout si ça ne leur apporte rien.

      En quoi votre article pointe vers la NSA? Ce pourrait être un des nombreux hackers malveillant qui courent sur internet, pourquoi automatiquement blâmer la NSA avec des doutes uniquement?

      S’il peuvent s’introduire dans votre ordinateur, cela laisse des traces, non? Faire cette opération à des millions de reprises, n’est-ce pas la meilleure façon de dévoiler ce stratagème? Quelqu’un aurait-il pu trouver ces traces comme preuve pour prouver ce que vous avancez? Si c’est aussi fréquent que vous le prétendiez, ça devrait.

      Au final, les postier serait plus qu’heureux de poster vos lettres, par contre, gare au scanner!!! On ne s’en sort pas.

    • @el_kabong

      Je crois que devant l’ampleur du phénomène, même «ceux qui n’ont rien à se reprocher» s’inquiètent.

      @ramses2.1

      «Ouais et sous quel prétexte ? Sous quel mandat ?»

      Croyez-vous vraiment qu’ils se préoccuperont d’avoir un mandat ? Un prétexte suffit pour qu’ils agissent.

    • En tkas, c’est le temps pour un peu d’humour me semble. Anyway, les Stones donnaient un concert à Washington, il n’y a pas si longtemps, puis Jagger aurait dit ceci : ‘’Je suis pas mal certain que le Président OBAMA n’est pas présent dans la salle, mais il parait, qu’il est en mesure d’écouter le concert quand même’’…
      NM

    • @ kelvinator

      - «De plus votre complot ne repose que sur vos doutes, les même doutes infondés que vous avez envers la NSA et l’espionnage des américains. Ce n’est pas parce qu’ils ont la capacité de le faire qu’ils ont les ressources et l’intérêt de le faire, surtout si ça ne leur apporte rien.»

      Venir jouer dans mon ordi ne rapporterait évidemment rien à la NSA, mais dans ceux de gouvernements, de fonctionnaires, d’industries, etc., c’est autre chose.

      - «En quoi votre article pointe vers la NSA? Ce pourrait être un des nombreux hackers malveillant qui courent sur internet, pourquoi automatiquement blâmer la NSA avec des doutes uniquement? »

      Il ne s’agit pas de blâmer quiconque, mais de se poser des questions.

      Avoir une porte d’entrée dans tous les systèmes d’exploitation, étant donné les activités de la NSA, c’est sûrement utile, alors pourquoi s’en priveraient-ils ?

      Et avant Snowden, on n’avait que des doutes sur les agissements de la NSA…

      Par contre, depuis des mois, on parle de clés pour la NSA faisant partie de toutes les version de Windows depuis Windows 95:

      http://edition.cnn.com/TECH/computing/9909/03/windows.nsa.02/

      Évidemment nié par Microsoft, plusieurs experts en sécurité confirment pourtant cette porte d’entrée pour la NSA.

      Mais, comme avant les révélations de Snowden, nous sommes tous paranoïaques… hein ?

      Rien de tout ça n’est vrai, cé toutte dé sales mentries.

    • ramses2.1
      Ouais et sous quel prétexte ? Sous quel mandat ?
      ——————————-

      Il y a des lois sur les clés de cryptage que l’utilisateur normal (vous et moi) peut utiliser.

      J’ai écris 1024 bits mais ça peut être tout aussi bien 2048 bits, je ne sais pas au juste jusqu’où ils acceptent maintenant.

    • @ducalme
      “Je crois que devant l’ampleur du phénomène, même «ceux qui n’ont rien à se reprocher» s’inquiètent.”

      Pas moi… quand on me présentera quelqu’un injustement accusé à cause de cette “méchante” surveillance, je commencerai à m’indigner…

      En attendant, je dors comme un bébé…

    • Imaginez ! 80 milliards de budget la moitie allouée à des contacteurs privés. Ouf ! S’il fallait qu’un frustré passe aux aveux et que les américains connaissent leur épiphanie Charbonneau, aie ! aie !
      NM

    • @ el_kabong

      - «… quand on me présentera quelqu’un injustement accusé à cause de cette “méchante” surveillance, je commencerai à m’indigner…
      En attendant, je dors comme un bébé…»

      Ouais, c’est toujours mieux d’attendre que ça saute avant d’agir, hein ?

      Voici ce qu’un expert en analyse de données massives dit des risques de dérapage quand on collectre des masses énormes de données:

      “Big data may mean more information, but it also means more false information.
      This is the tragedy of big data: The more variables, the more correlations that can show significance. Falsity also grows faster than information; it is nonlinear (convex) with respect to data (this convexity in fact resembles that of a financial option payoff). Noise is antifragile.”

      Continuez de dormir, on viendra bien vous réveiller soudainement un jour.

    • @ralbol (14h58)

      Pente glissante…

    • @ el_kabong

      15h47

      Aveuglement…

    • @ralbol

      Vous le dites, des doutes uniquement, aucunes preuves, Snowden n’a rien changé à l’histoire, il n’a fait que remettre au gout du jour la paranoia du renseignement. Comme je l’ai écrit plus haut, Snowden n’en a rien à foutre du débat sur l’espionnage des américains, il veux simplement qu’on parle de lui en tentant de discréditer les méchants USA à travers le monde avec le dévoilement d’espionnage diplomatique. Les prétendus héros sont loin d’avoir la même trempe qu’autrefois.

    • @ kelvinator

      - «Snowden n’a rien changé à l’histoire, il n’a fait que remettre au gout du jour la paranoia du renseignement.»

      Kelvinator, c’était pas une marque de réfrigérateurs ça.

      Parce que comme pensée congelée, z’êtes dur à battre…

      Bref, vous nous dites que Snowden, y’a rien là, aucune preuve, tous les documents c’est bidon, la NSA n’écoute, ne stocke, n’analyse absolument RIEN, et tout ça c’est de la paranoïa…

      Les documents de Snowden sont tellement pas importants, que les USA font tout ce qu’ils peuvent pour empêcher leur diffusion, interceptent des membres de la famille d’un journaliste qui enquête sur la NSA, et admettrent au compte-goutte ce que révèlent lesdits documents…

      Vous dites n’importe quoi, c’est du pur déni bebête et idéologique, c’en est pathétique de mauvaise foi et d’ignorance.

      Lâchez pas, on les aime comme ça. Sont façile à confondre.

    • @kelvinator

      Votre déni est mignon.

      PS: Ma condescendance est laide.

    • @ralbol
      C’est Kelvinator, parce qu’avec Kelvin, c’est toujours 0K. Le réfrigérateur, une chose anodine, mais qui révolutionne la société.

      La paranoïa n’est pas de croire que la NSA est incapable d’espionner, les preuves sont là, la paranoïa est de penser que la NSA espionne chaque citoyens américains afin de faire des rafles chez les dissidents comme le faisait la Gestapo ou le NKVD.

      Le gouvernement veut surtout protéger ses relations internationales en poursuivant Snowden et les récemment événements leurs donnent raison, car le « héro » Snowden est en train de miner les relations diplomatiques entre les pays (Brésil et Mexique). Cela n’apporte rien au peuple américain, cela ne les renseigne en rien, ce n’est que du salissage. Peut-être avez-vous un objectif plus noble pour la divulgation de secrets diplomatiques? http://www.huffingtonpost.com/2013/09/01/nsa-brazil-mexico-glenn-greenwald_n_3854246.html

      Si vous me faites dire des choses que je n’ai pas dites, normal que vous considérez mon opposition comme « bêbête », mais regardez mes arguments et voyez que les accusations envers la NSA relève beaucoup plus d’exagération que de preuves bétons. Je doute, peut-être trop, ou trop peu.

      Relisez mon message du 5 septembre a 21h58 et tentez de me prouver que Snowden veut débattre seulement de l’espionnage des citoyens américains ou que Greenwald n’est pas un profiteur. Trouver une alternative et là seulement vos accusations pourront être fondé. Sans arguments, de telles accusations ne sont rien d’autre que des ad hominem, n’est-ce pas?

      @babelfish
      Ralbol et moi avions déjà eu une très intéressante discussion sur les révélations nouvelles des preuves de Snowden, il n’avait absolument pas réussi à convaincre avec ses arguments que Snowden apportait des preuves que la NSA espionne les citoyens américains, le point central du débat Snowden. Je ne faisais pas que lancer cette affirmation en l’air, mais si vous ignoriez ce détail vous auriez bien pu prendre mon affirmation comme gratuite, mais elle ne l’est pas et une longue réflexion l’appuie. Libre à vous d’apporter des preuves ou vous restreindre à un simple démentir facile sans conséquences.

    • @ kelvinator

      - «La paranoïa n’est pas de croire que la NSA est incapable d’espionner, les preuves sont là, la paranoïa est de penser que la NSA espionne chaque citoyens américains afin de faire des rafles chez les dissidents comme le faisait la Gestapo ou le NKVD.»

      Mais je n’ai jamais dit que la NSA espionnait chaque citoyen, c’est impossible.

      Ce que Snowden a démontré, c’est:

      - que la NSA a contrevenu près de 3000 fois aux règles et ordres de cour, sur la surveillance d’américains et de citoyens étrangers aux États Unis, incidents impliquant la collecte, l’archivage, et l’accès illégal de données, et ce, seulement aux sites de Fort Meade de la région de Washington de la NSA;

      -que les États Unis ont espionné des diplomates Européens en poste à Washington et Bruxelles, et que des édifices de l’Union Européenne à Washington sont sur écoute, et que 38 embassades sont ciblées;

      - que la NSA surveille, en date du 5 avril 2013, 117 675 citoyens cibles à l’étranger, sans spécifier les autres citoyens espionnés qui sont liés à ces cibles;

      - la NSA reçoit en temps réel un avertissement dès qu’un individu sous surveillance se branche, se débranche ou envoie un courriel, ce qui implique la collaboration étroite et continue des fournisseurs de services internet;

      - que le FBI ramasse de l’information sur sur les usagers de services de communication à l’aide d’équipement installé chez ces fournisseurs et que l’information ainsi ramassée et analysée par la NSA;

      -que La NSA ramasse et garde 1 milliard de communications cellulaires par jour pour analyse subséquente, au besoin.

      - que la NSA peut s’introduire dans toutes les marques et modèles de téléphones intelligents, incluant les BlackBerry, pour lire les courriels, les textos et la liste des contacts;

      - que les services de renseignement Allemands envoient des quantités massives de renseignements à la NSA: connexions IP, adresses courriels, numéros de téléphones, etc.;

      - que la cour FISA permet allègrement à la NSA de passer outre aux procédures légales protégeant les droits à la vie privée de citoyens américains; de ramasser, garder et utiliser toutes informations «utiles à la sécurité nationale», et c’est la NSA qui juge si l’info est utile…;

      - Finalement, Snowden nous a montré l’étendue des tentacules de la NSA, de la CIA et du FBI, comment ces tentacule peuvent s’enrouler autour de nos vies, avec des résultats pouvant être disons… imprévisibles.

      De plus, des documents récemment «déclassifiés» ou autrement obtenus nous apprennent:

      - que la NSA collecte chaque jour des millions de dossiers d’appels, des clients américains ou étrangers passant par Verizon, AT&T et BellSouth, et on peut raisonnablement penser que tous les fournisseurs de téléphonie et d’internet sont aussi obligés de fournir de tels dossiers à la NSA;

      - que l’administration Obama a secrètement obtenu la permission d’enlever les restrictions imposées à la NSA sur la lecture de courriels et de conversations téléphoniques contenus dans ses banques de données, lui permettant d’en lire et écouter délibérément les contenus. De plus, la NSA peut maintenant garder les données recueillies pendant une année de plus, soit 6 ans.

      Pour ce qui est des rafles chez les dissidents, voir ce qui s’est produit pour Occupons Wall Street, où le FBI, Le Department of Homeland Security, et les grandes banques on collaboré pour étouffer le mouvement:

      http://www.theguardian.com/commentisfree/2012/dec/29/fbi-coordinated-crackdown-occupy

      Maintenant…

      - «Cela indique que Snowden n’avait pas des documents uniquement que sur la NSA, mais des sujets beaucoup plus sensibles. Si son but était un débat sur le droit des citoyens américains, pourquoi Snowden a-t-il donné des documents diplomatiques?»

      Vous n’en savez rien, n’avez aucune preuve des intentions de Snowden, que des suppositions.

      Snowden a ramassé du matériel qu’il croyait sans doute pertinent à exposer l’étendue du monstre de surveillance globale créé par les Patriot Act et Homeland Security Act, et a confié ce matériel à des journalistes qui sont à le trier et à l’analyser.

      Au delà de ça, le procès d’intentions que vous faites à Snowden ne repose sur rien de concret, ce sont des fabulations.

      Je vous laisse sur cette phrase du Cardinal Richelieu, qui devrait tous nous faire réfléchir:
      «Qu’on me donne six lignes écrites de la main du plus honnête homme, j’y trouverai de quoi le faire pendre.»

    • Finalement, le plus grand danger de la pieuvre NSA, c’est celui-ci:

      Imaginons un homme politique dont la carrière est en pleine ascension.

      Ce politicien a dans ses intentions avouées et dans son programme électoral de forcer un encadrement sérieux de activités de surveillance de la NSA, ou d’arrêter une guerre jugée injuste, ou tout autre projet qui ne convient pas à la NSA où à un groupe d’individus en ayant le contrôle.

      Il devient alors facile, trop facile, pour ces gens, d’explorer toutes les communications téléphoniques, tous les courriels, tous les accès internet du politicien en question, de savoir et prouver qu’il a fréquenté des sites porno, qu’il a entretenu une liaison extraconjugale ou qu’il a achetés des jouets érotiques sado-maso, et de couler l’information à la presse, détruisant la carrière politique du bonhomme et préservant ainsi «l’ordre établi».

      Ces capacités d’espionnage de la NSA, c’est lui remettre le contrôle de tout l’appareil politique, judiciaire et militaire du pays.

      Et comme le dit si bien Machiavel: «Le pouvoir corrompt ; le pouvoir absolu corrompt absolument.»

      Voilà le plus grand danger du système sophistiqué d’écoute, de collecte et d’archivage mis au point par la NSA et les diverses agences de renseignement américaines.

      Et à mesure que sont révélées les informations obtenues par Snowden, je commence à croire en la possibilité que ces agences puissent actuellement détenir une bonne partie du pouvoir aux USA…

    • @ralbol
      Vous dites : « Mais je n’ai jamais dit que la NSA espionnait chaque citoyen, c’est impossible.» Or vous affirmez que la NSA a la possibilité d’espionner chaque citoyen.

      La seule preuve que la NSA a outrepassé les lois est ce rapport de 2776 cas, mais vous faites une généralisation simpliste en traitant tout ces cas comme des infractions éthique, alors que vous n’en savez rien, même le journaliste rapportant la nouvelle le rappel. Vos autres preuves ne sont rien d’autre qu’une démonstration des capacités de la NSA. Cela ne prouve en rien qu’ils sont criminels. Vous êtes seulement inquiet par l’étendu de la machine NSA, mais vous semblez oublier que la menace cyberélectronique auquel elle fait face augmente de manière exponentielle. La création d’une agence de renseignement est inévitable, il faut simplement s’assurer que ce système est bien encadré et le rapport de fort Mead le montre, 64% des alertes sont automatiques.

      Vous dites que la NSA change les lois, mais sans jamais chercher à savoir s’ils ont raisons ou pas, vous restreignant à la surface sans chercher à savoir les causes et les nuances, comme le rapport de 2776 cas. Chaque infime action de la NSA est pour vous une preuve de leur culpabilité; les juges changent les lois, mais ce n’est pour vous qu’un exemple qu’ils bafouent les droits américains. Les juges sont corrompus parce qu’ils portent un jugement que vous contestez, est-ce cela?

      Greenwald a divulgué des documents d’écoute électronique sur le président mexicain et brésilien. Ce sont des documents de la CIA puisque la NSA n’a juridiction qu’aux USA, cela n’a donc aucun lien avec l’écoute de la NSA. Snowden n’avait clairement pas comme objectif de débattre des droits des américains lorsqu’il a donné ses documents.

      Snowden n’a jamais réussi à prouver quoi que ce soit sur l’ingérance de la NSA en dehors de son mandat, donc vos croyances sur la balance du pouvoir de la NSA ne sont que pure spéculation qui ne repose sur rien, comme la prétendu poursuite de dissidents politique. C’est la paranoïa dont je parlais auparavant.

    • @ralbol
      “Au delà de ça, le procès d’intentions que vous faites à Snowden ne repose sur rien de concret, ce sont des fabulations.”

      Tout comme les fabulations que vous faites en votre 8 sept. 2013 – 21h38…

    • @ kelvinator

      - «Vous dites : « Mais je n’ai jamais dit que la NSA espionnait chaque citoyen, c’est impossible.» Or vous affirmez que la NSA a la possibilité d’espionner chaque citoyen. »

      Quoi, la nuance entre le faire et la possibilité de le faire est trop subtile..?

      Selon les documents fournis par Snowden, la NSA stocke des millions d’informations électroniques, courriels, téléphonie, internet, pour usage ultérieur au besoin.

      Elle a donc la possibilité d’espionner sur le champ des millions de gens, et grâce à ses entrées chez les fournisseurs de services, les télécoms et autres, et à ses capacités avancées de déchiffrement, elle peut sans problème espionner qui elle veut sur le territoire américain, si le nom de cette personne se pointe pour une raison quelconque sur son radar.

      Il est impossible d’espionner 400 millions de gens simultanément en temps réel, mais n’importe qui en différé ou à la pièce, ça c’est possible.

      - «La seule preuve que la NSA a outrepassé les lois est ce rapport de 2776 cas, mais vous faites une généralisation simpliste…»

      Comme ces 2776 cas sont tous issus de la seule région de Washington, il n’est ABSOLUMENT PAS POSSIBLE que le même scénario se répète dans les autres régions… hein ?

      Pas de preuves, simplement parce que Snowden n’a pu ramasser que les documents pertinents à cette région. Simplement à voir l’absence de contrôle et les lois allant en sa faveur, on peut raisonnablement penser que c’est une façon de procéder habituelle à la NSA, bien plus que le contraire.

      - «Vos autres preuves ne sont rien d’autre qu’une démonstration des capacités de la NSA. Cela ne prouve en rien qu’ils sont criminels.»

      La question n’est pas de savoir s’ils sont criminels, mais si une organisation devrait avoir autant de pouvoirs.

      Si j’installe une caméra et un micro à votre insu dans votre salon, que vous les découvrez par hasard, qu’ensuite je vous assure ne jamais m’en servir qu’au besoin afin d’assurer votre sécurité, vous approuvez..?

      C’est ce qui se produit avec les documents de Snowden. On découvre par hasard des caméras et des micros partout autour de nous et la bienveillante NSA nous assure ne s’en servir qu’au besoin, pour notre bien et notre sécurité.

      Libre à vous de gober ça sur parole.

      Et la Foreign Intelligence Surveillance Court (FISC) qui juge inconstitutionnelles certaines pratiques de surveillance de la NSA, c’est pas un crime ça… c’est une promenade dans le parc je suppose ?

      Quand le directeur de la National Intelligence, James Clapper a menti au Congrès et au Sénateur Ron Wyden en déclarant que la NSA ne ramassait pas de l’information sur des millions d’américains, c’est pas un crime ça un parjure ?

      -«La création d’une agence de renseignement est inévitable, il faut simplement s’assurer que ce système est bien encadré…»

      Justement, la NSA n’est pour le moment pas assez encadrée.

      Le rapport fait part de 2776 violations des protocoles pour la seule région de Washington, et à mesure que les documents de Snowden sont rendus publics, on découvre l’étendue et les ramifications des tentacules de la NSA, capacités de déchiffrage, backdoors dans les logiciels, la quincaillerie informatique, les systèmes d’opération, les téléphones intelligents, l’écoute, le stockage, etc.

      Plusieurs juristes s’accordent à dire que les mandats accordés à la NSA par les juges le sont de façon automatique, sans vérifications ou contrôles, et c’est ce que montrent des documents de Snowden.

      - «…Vous dites que la NSA change les lois, mais sans jamais chercher à savoir s’ils ont raisons ou pas…»

      La NSA ne change pas de lois, l’administration publique et les cours changent les lois, et ces changements vont curieusement toujours dans le sens d’accorder encore plus de pouvoirs à la NSA et aux organismes de surveillance.

      Je ne sais pas si je pêche par méfiance, mais une chose est certaine, pour vous, c’est l’acceptation totale.

      Allons-y, donnons à la NSA tout ce qu’elle demande, tout est beau, je suis en sécurité lalalère !

      - «Snowden n’avait clairement pas comme objectif de débattre des droits des américains lorsqu’il a donné ses documents.»

      Non, mais il a bien montré l’étendue des moyens de surveillance des agences de renseignement américaines, et c’est justement de ça qu’on parle depuis le début.

      La NSA ce n’est que le plus gros maillon de la chaîne et c’est la chaîne qui nous intéresse.

      Vous cherchez des poux pour défendre vos espions chéris.

      - «Snowden n’a jamais réussi à prouver quoi que ce soit sur l’ingérance de la NSA en dehors de son mandat, donc vos croyances sur la balance du pouvoir de la NSA ne sont que pure spéculation qui ne repose sur rien, comme la prétendu poursuite de dissidents politique. C’est la paranoïa dont je parlais auparavant.»

      Snowden a réussi à montrer l’étendue et les capacités de l’industrie de la surveillance et de la collecte de renseignements américaine.

      Il a prouvé 2776 infractions aux règles et ordres de cour pour la seule région de Washington, la EFF a obtenue la divulgation d’un jugement déclarant inconstitutionnels des agissement de la NSA, et le directeur de la National Intelligence s’est parjuré devant le Congrès sur la collecte de renseignements sur des citoyens américains par la NSA.

      À mesure que les documents de Snowden sont rendus publics, nous passons du déni des autorités, à l’admission des faits, et il reste encore beaucoup de documents à rendre publics…

      Alors, vous avez raison, tout va bien, toutte est tiguidou, aucune raison de s’en faire, tout baigne.

      Et la POSSIBILITÉ que les gens en position d’autorité sur ces agences de renseignements abusent de leur pouvoir, c’est tout à fait impossible, ça ne s’est jamais produit avant dans l’histoire du monde, et ça n’arrivera jamais…

      Allez, retournez dormir, tout va bien.

      Un jour peut-être vous saisirez la nuance qui existe entre la prudence et la paranoïa.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    août 2014
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Archives

  • publicité