Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Depuis juin 1994, Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l’Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l’Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que plusieurs essais sur les États-Unis, dont Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012) et Madame America : 100 clés pour comprendre Hillary Clinton (Les Éditions La Presse, 2016). Il vit à Manhattan avec sa famille.
  • Lire la suite »

    Archive, mai 2013

    Vendredi 31 mai 2013 | Mise en ligne à 14h50 | Commenter Commentaires (94)

    Sexisme 101 : la rébellion d’une animatrice de Fox News

    L’animatrice de Fox News Megyn Kelly a beau être conservatrice, elle n’a pas digéré le commentaire de son collègue Erick Ericksson selon lequel les progressistes sont «anti-science» parce qu’ils refusent de reconnaître que les mâles ont généralement un «rôle dominant» chez les humains comme chez les animaux.

    «Qu’est-ce qui vous rend dominant et moi soumise et qui est mort et vous a sacré scientifique en chef?» a demandé Kelly à Ericksson au cours d’un échange auquel a également participé l’animateur de Fox Business Lou Dobbs.

    Ericksson a fait son commentaire hier à la suite de la publication d’une analyse du Pew Research Center selon laquelle les mères américaines qui travaillent sont maintenant le principal ou l’unique soutien de leur famille dans 40% des ménages avec enfants.

    Lire les commentaires (94)  |  Commenter cet article






    Vendredi 31 mai 2013 | Mise en ligne à 13h44 | Commenter Commentaires (9)

    Les anciens de l’administration Obama passent à la caisse

    David Plouffe et Anita Dunn font partie des anciens conseillers de Barack Obama qui monnayent aujourd'hui leur expérience à la Maison-Blanche. (Photo AP)

    David Plouffe et Anita Dunn font partie des anciens conseillers de Barack Obama qui monnayent aujourd'hui leur expérience à la Maison-Blanche. (Photo AP)

    Ils ne sont pas les premiers à monnayer leur expérience ou leur accès auprès d’un président pour lequel ils ont travaillé. Mais leur empressement à le faire ne passe pas inaperçu, d’autant que leur ancien patron, Barack Obama, a établi des règles pour diminuer l’influence des lobbyistes à Washington.

    Comme l’explique le Washington Post dans cet article, les Robert Gibbs, David Plouffe et Jim Messina, entre autres, n’ont pas le statut officiel de lobbyistes mais ils ont signé des contrats lucratifs pour agir à titre de conseillers auprès de groupes, sociétés ou pays désireux d’influencer le gouvernement américain.

    Tels des mercenaires, ils se retrouvent parfois même à défendre des causes opposées, comme dans le cas du projet d’oléoduc Keystone XL.

    Gibbs, Plouffe et Messina ont renforcé cette image de mercenaires cette semaine en acceptant de généreux émoluments pour participer à une conférence en Azerbaïdjan, un pays qui tente de redorer sa réputation. Radio Free Europe, un organe de presse financé par le Congrès américain, a été banni de cette conférence en raison de ses reportage sur la situation des droits de l’homme dans l’ancienne république soviétique.

    Gibbs est l’ancien porte-parole de la Maison-Blanche. Plouffe et Messina ont été conseillers politiques à la Maison-Blanche en plus d’avoir dirigé les campagnes présidentielles d’Obama en 2008 et 2012.

    Lire les commentaires (9)  |  Commenter cet article






    Vendredi 31 mai 2013 | Mise en ligne à 9h42 | Commenter Commentaires (11)

    Romney, l’économie et les élections de mi-mandat

    Mitt Romney a l'intention d'aider certains candidats en vue des élections de mi-mandat. (Photo  Getty Images)

    Mitt Romney a l'intention d'aider certains candidats en vue des élections de mi-mandat. (Photo Getty Images)

    Êtes-vous prêts pour les élections de mi-mandat? Ni moi non plus. Mais le sujet suscite aujourd’hui l’intérêt des médias américains.

    Le Wall Street Journal publie une interview accordée par Mitt Romney, qui annonce notamment son intention de faire campagne pour certains candidats en 2014 en plus d’écrire un livre. Hâte de voir quels candidats réclameront sa présence dans leur circonscription ou leur État.

    Politico souligne de son côté dans cet article que les élections de mi-mandat exposeront probablement les États-Unis à une expérience qu’ils n’ont pas vécue depuis longtemps : une campagne électorale menée durant une période où l’économie se renforce et où le déficit décline. Cette conjoncture pourrait aider les démocrates à conserver leur majorité au Sénat et peut-être même à réduire la majorité républicaine à la Chambre des représentants.

    En temps normal, le parti au pouvoir à la Maison-Blanche perd des sièges lors des élections de mi-mandat, qui mettent en jeu l’ensemble des 435 sièges de la Chambre et le tiers des 100 sièges du Sénat.

    Le New York Times, quant à lui, fait état dans cet article du débat en cours au sein du Parti républicain sur la stratégie à adopter pour les élections de mi-mandat. Deux camps s’opposent : ceux qui veulent faire campagne contre Barack Obama et ceux qui conseillent une autre voie, rappelant notamment que le président demeure une figure sympathique pour 80% des Américains.

    Faut-il douter du camp qui l’emportera?

    Lire les commentaires (11)  |  Commenter cet article






    publicité

  • Twitter

  • Catégories



  • publicité





  • Calendrier

    mai 2013
    L Ma Me J V S D
    « avr   juin »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives