Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Jeudi 28 février 2013 | Mise en ligne à 15h16 | Commenter Commentaires (77)

    Couverture raciste : Businessweek s’excuse

    1362066630372.jpg.CROP.article568-large

    L’hebdomadaire Bloomberg Businessweek met en lumière un phénomène important dans son nouveau numéro : le retour de pratiques douteuses dans le domaine du prêt hypothécaire. Or, à en juger par sa couverture, la situation a dérapé à un point tel que même des Noirs et des Latinos, dont une femme au regard à peine plus intelligent que celui de son chien, peuvent obtenir des prêts hypothécaires.

    Bloomberg Businessweek s’est excusé de cette couverture, non pas en raison de son contenu raciste, mais des «réactions fortes» qu’elle a suscitée. «Notre intention n’était pas de provoquer ou d’offenser», a fait savoir le rédacteur en chef du magazine.

    Fiou.


    • “Notre intention n’était pas de provoquer ou d’offenser», a fait savoir le rédacteur en chef du magazine.

      Une chance. C’est qui l’épais qui a approuvé la couverture?

    • « À en juger par sa couverture, la situation a dérapé à un point tel que même des Noirs et des Latinos, dont une femme au regard à peine plus intelligent que celui de son chien, peuvent obtenir des prêts hypothécaires. »
      .
      C’est le comble! Si même la racaille commence à devenir proprio, qui va louer les taudis?

    • La vraie nouvelle ici, c’est le retour de pratiques douteuses dans le domaine du prêt hypothécaire.

      Une belle illustration de l’illusoire efficacité de «l’autorégulation du système financier» si cher à la droite.

      Tu laisses les bandits sans police, ils ne vont pas se gêner.

      La pseudo couverture raciste… on aurait aussi chialé si la couverture n’avait pas inclu un personnage de couleur.

      Tiens, je vais porter plainte parce qu’on y voit pas d’handicapés…

    • Il n’y a donc pas un maudit blanc traîne-savates qui a obtenu un prêt et n’a pas été capable de le rembourser ?

      Ah oui, c’est vrai ! Eux ils faisaient les prêts, falsifiaient les documents et mentaient aux emprunteurs.

      Et ramassaient les profits de l’arnaque !

    • L’humour, le racisme et les tabous, c’est vraiment culturel. Faut vraiment connaître les cordes sensibles d’une société, pour comprendre (et s’en choquer)

      Qu’est-ce qu’il y a de culturel ici? Le fait que la crise a été déclenchée par des prêts faits à des gens non solvables, dont beaucoup étaient des Noirs et des Latinos?

      Faux ou vrai? Ou en partie vrai?

    • Pendant ce temsp là, aucun dirigeant de la HSBC n’ont été inculpé pour le blanchiment de plusieurs milliards pour ses clients mafieux. C’est b’en pour dire…

    • Est-ce que c’est une femme à moustache en bas à gauche?

    • @nousnoune

      Ce qu’il y a de culturel ici? Les préjugés crasseux envers un certain groupe du seul fait qu’il soit d’une autre race.

    • Je trouve l’illustration tout-à-fait appropriée dans le contexte ou c’est un fait indéniable que les demandeurs d’hypothèques noirs était particulièrement ciblés par les banques pour se voir offrir des produits douteux qu’on qualifie de subprime mortgages.

      Il aurait été beaucoup plus louable, à mon sens, que Bloomberg profite de la controverse pour expliquer honnêtement ce contexte, ce qui aurait eu comme effet de préserver sa réputation et aussi…. informer ses lecteurs, peut-être ?

      Je soupçonne que l’auteur de cette illustration savait exactement ce qu’il faisait, mais que son opinion n’a pas été sollicitée dans cette affaire.

    • @ralbol 15h44 “Tu laisses les bandits sans police, ils ne vont pas se gêner”

      Vous comprenez mal le monde de la finance. Dans ce monde, les bandits sont la police.

    • @romeog
      Nan!
      La police est juste trop poche pour faire partie des bandits mais espère toujours être un des leurs, un de ces quatre, alors elle leur lance des coups d’oeil complices en les laissant faire.

    • Il aurait été beaucoup plus louable, à mon sens, que Bloomberg profite de la controverse pour expliquer honnêtement ce contexte, ce qui aurait eu comme effet de préserver sa réputation et aussi…. informer ses lecteurs, peut-être ? romeog

      D’accord avec vous ici.
      N’empêche que l’illustration était “mettons” malvenue !

    • oops… ça a l’air que c’était pas intentionnel de la part de l’illustrateur. C’est un latino qui a simplement dessiné des familles comme celles qu’il a toujours fréquenté.

    • C’est facile. Si tu dépeins quelqu’un négativement dans une publication, il faut absolument que ce soit un homme blanc, pas trop jeune ni trop vieux. Sinon ça choque quelqu’un.

    • La réponse > Jim Rogers: Major Crash Ahead For U.S. Investors
      By TERRY WEISS, Contributing Writer, Money Morning • February 25, 2013

      “I don’t trust the data from any government, including the U.S., Rogers said. “We know that governments lie to us. Everybody’s printing money, but it cannot go on. This is all artificial.”

      Rogers, who for years has been an outspoken critic of the Feds policies of “Quantitative Easing” says all the money printing is creating false hope that we are in the middle of some kind of super bull market.

      But in reality, he says, “we’re living in a fool’s paradise.”

    • J’avoue que cette couverture me laisse vraiment perplexe. Disons que c’est maladroit, au bas mot.

    • C’est sous Bush qu’on a décidé de forcer les banques à donner des prêts à des gens qui n’en avaient pas les moyens financiers. Comme les Afro-Américains et les Latinos sont moins prospères que les autres groupes. ce sont eux qu’on a visé en premier lieu. Ça n’a rien de raciste, c’est la simple réalité.

      Que des gens obtenaient des maison bien au-dessus de leur moyen n’avait pas d’importance, puisque le gouvernement Fédéral allaient sauver toutes ces banques.

      Pour ce qui est de la couverture du magazine: Si on veut caricaturer les latinos ou les Afro-Américains, il faut seulement le faire de manière extrêmement gentille et positive. Autrement c’est du racisme stigmatisant.

      Ce magazine aurait du se moquer de blancs, des membres de la NRA, du Pape, des Républicains: C’est ça qui passe, c’est ça qui est permis.

    • Non. Ils ont fait exprès. Le nouveau marketing à la Benetton, il faut franchir la ligne de racisme puis s’excuser pour attirer l’attention des médias avant d’attirer l’attention des grands consommateurs.

      Cet hebdomadaire se vendra comme des petits pains. Who’s smart now, Huh ?

    • Ca saute aux yeux que si j’étais au banquier, la meilleure technique pour faire de l’argent est clairement de prêter de l’argent à des gens qui ne pourront pas rembourser.

    • @DenisSera & nousnoune

      Vous répétez comme des perroquets la fable droitiste qui voudrait que les responsables de la crise des ’sub primes’ sont ceux qui ont servi aux escrocs de la finance pour réaliser la plus grande foire d’extorsion de l’histoire (!!!)

      Comme si ce n’était pas les bandits à cravates qui ont corrompu tout ce qui bouge à Washington pour obtenir que les règles de crédits soient relaxées et que les prêts soient couvert par de l’argent public, pour leur permettre de réaliser leur monumentale escroquerie !

      Incroyable que vous gobiez cette énorme couleuvre toute crue et que vous répétez comme des décérébrés la propagande de ces répugnants escrocs !

    • Que Bloomberg tente de faire des victimes les coupables n’a rien de surprenant.

    • Les Américains devraient faire un sérieux examen de conscience. Qu’est-ce que ce sera la prochaine fois? Un voleur Noir dans une publicité de système d’alarme? (Merci à Tracy Jordan de l’émission 30 Rock sans qui cette plaisanterie n’aurait jamais vu le jour.)

    • Cette couverture est une éloquente illustration de la volonté des auteurs de rejeter le blâme des escroqueries des bandits à cravates de la finance, sur les minorités. On voit immédiatement à quels ’sentiments’ ils font appel.
      Extrêmement … répugnant d’utiliser ce qu’il y a de plus sombre au fond du cerveau reptiliens pour tenter de se disculper de la plus grande foire d’extorsion de l’histoire, réalisé par ceux qui possèdent le pouvoir économique. Rien à leur épreuve pour s’approprier le fric des gens honnêtes. Ces escrocs de la finance sont une plaie pour l’humanité.

    • @ generalamherst

      - «Ca saute aux yeux que si j’étais au banquier, la meilleure technique pour faire de l’argent est clairement de prêter de l’argent à des gens qui ne pourront pas rembourser.»

      Mais oui, c’est justement ça.

      Tu te ramasses un portefeuille d’hypothèques qui ne valent rien, tu y ajoutes quelques autres portefeuilles de prêts moins risqués pour faire beau, tu en fais un beau “Package” et tu revend le tout à des institutions genre la Caisse de dépôt du Québec, qui ne vérifie pas la qualité du “Package Deal” qu’elle achète.

      Résultat, 40 milliards de pertes.

      Et on recommence…

    • @ DenisSera
      100% d’accord avec vous,sauf que le president qui a starter ca c’était Clinton est pas Bush.

    • La réponse sibylline de Bloomberg, si elle est avérée comme telle, signifierait que Bloomberg ne ferait que dire ce que tous ont vu passer de 2007 à 2010 principalement, à savoir que vraisemblablement la crise financière de 2008 se serait développée de façon significative sur le dos des Latinos et des Noirs chaque fois que cela aurait été possible…… Mais ce ne serait pas de bonne rectitude politique de le dire, à moins de passer par une caricature audacieuse dans un hebdo sérieux capable de prêter flanc à une critique.

    • @ralbol Très juste, mais il manque un petit quelque chose: Avec la complicité des agences de cotations qui ont ‘maquillé’ ces créances toxiques en leur accordant la cote AAA. Ces escrocs sont un des acteurs TRES important dans cette monumentale arnaque au frais de millions et millions de citoyens (vous et moi compris, comme vous le soulignez si bien).
      Mais le pire dans tout cela, c’est l’impunité. Impunité qui ne fait qu’encourager les pire escrocs a persévérer. Et ce n’est pas les reforme(ttes) de BHO qui y changeront grand chose. Manifestement il n’a pas voulu (ou pu) faire ce qu’il aurait fallu faire, pour empêcher ces bandits de récidiver.

      Alors les paris sont ouverts: A quand la prochaine méga arnaque de la part des requins du monde financier ?

    • ralbol …. Et on recommence…

      Oui… Mais tu passes un point assez important, les Bailout.
      Car tout ce beau monde mal pris, qui les a empêché de crever? Qui a payé? Où est allé l’argent car personne ne veut dire que des banques étrangères ont été sauvées par les taxes des américains.
      Qui ne reçoit aucun remerciement pour ça? Et qui était d’accord sinon Obama.

    • Les Banques n’ont pas été forcer pour emprunter aux clients insolvables. C’est l’avidité et la déréglementation du secteur financier qui ont permit aux prédateurs de Wall Street de falsifier les produits toxiques comme les subprimes avec la complicité des agents de notations qui donnaient la note triple A à ces produits. C’est une excuse de Wall Street de rejeter la responsabilité sur les supposés ”clients insolvables” quand les choses vont mal.

      Si tel est le cas, qu’en est-il de l’affaire Enron ou Lehman Brothers ? Les Afro-Américains et Latinos sont à l’origine des débâcles de ces géants financiers aussi ? Pffff

    • @decembre Vous ne comprenez pas que ce sont ceux qui détiennent le pouvoir économique qui ont utilisé le pouvoir de leur $$$ pour acheter tout ce qui bouge à Washington pour obtenir que les règles de crédit soient relaxée, que les risques soient couvert par des fonds public et la cerise sur le dimanche, qu’on utilise l’argent public pour réparer les dégâts de leur monumentale arnaque ?

    • @decembre Et ne me dites surtout pas que tout cela est exclusivement la faute des corrompus, en exonérant les principaux coupables: les corrupteurs. Ni qu’il faut se débarrasser des corrompus pour laisser libre cours au corrupteurs ! (Comme cela est votre habitude …).

    • “Une belle illustration de l’illusoire efficacité de «l’autorégulation du système financier» si cher à la droite.”

      Si le gouvernement se mêlerait de ses affaires et laisserait le marché s’autoréguler, il y en aurait pas de problèmes, les débiteurs imprudents auraient fait faillite et d’autres auraient pris la place, mais non, le gouvernement claironne too big to fail et les sort du trou a coup de bail out, et vous êtes surpris que ça recommence ? Les bail out c’est comme continuer de donner une chance de crédit a un gars au Casino,il va continuer de jouer et perde, c’est comme donner de l’argent a un junkie qui te promet que c’est la dernière fois qu’il t’en emprunte, il va rentrer en désintox et patati et patata, et le lendemain il est encore devant ta porte a te quêter. Ces gens-la si disent, le gouvernement nous en a sortit une fois du marasme, il pourra pas refuser de nous sortir du trou une autre fois. Comme disait Reagan, le gouvernement est pas la solution a nos problèmes, le gouvernement est le problème.

    • La plus grande fraude des banques est la sécurisation des instruments de dette (promissory note) signé par le débiteur. Cette sécurisation convertit l’instrument original en instrument de sécurité (Security Pooling Mortgage Back Securities) et permet à la banque de vendre la dite dette pour en récolter 100 à 150% de sa valeur initiale. Dans ce cas, la banque n’est plus détentrice de plein droit de cette dette mais continue quand même à récolter les paiements du débiteur ce qui constitue une fraude. Ceux qui connaissent leur droit (très peu) peuvent entamer une poursuite nommée: Quiet Title Lawsuit et les banques sont cuites !! La note signée originale n’est tout simplement plus retrouvable … les banques ne se présentent même plus à la cour !!

    • @cit-engage Ce argument d’une certaine droite qui prétends que les banques auraient été ‘forcées’ de prêter à des gens qui n’avaient pas les moyens d’emprunter pour acquerir une maison est la plus ridicule / loufoque / imbécile fable macabre que ses tenants nous aient jamais servi. (Bien qu’ils y en a bien d’autres).

      Comme si les ploutocrates qui dirigent ce pays et se payent tous ce qui bouge à Washington étaient de pôvres victimes. Comme s’il n’avaient pas falsifié leurs créances toxiques pour la refiler aux petits (et gros) investisseurs qui leurs faisaient confiance. Comme si les agences de cotation ne savaient pas qu’elle cotaient triple A des créances toxiques. Comme si les garanties assurées par de l’argent public ne faisait pas partie de la magouille. Comme si les ‘bailout’ …

      Bref, ces représentants d’une certaine droite sont d’une naïveté à faire pleurer à répéter la propagande des acteurs de l’arnaque la plus monumentale de l’histoire. Incroyable mais … vrai !

    • cameleon …. Vous ne comprenez pas ….

      Si si, je comprends. mais ceux qui ont été corrompus, t’en parles pas!
      Obama a été corrompu, cé plate à dire mé cé ça.

      Les corrupteurs cameleon, Obama s’est arrangé pour qu’ils soient sécurisés, t’inquiètes pas… Les régulateurs, dans la poche les régulateurs, no problema…

      Pis quand on poursuit, on règle hors Cour alors, tsé ce que ça veut dire ou non cameleon?

    • “Ce argument d’une certaine droite qui prétends que les banques auraient été ‘forcées’ de prêter à des gens qui n’avaient pas les moyens d’emprunter pour acquerir une maison est la plus ridicule / loufoque / imbécile fable macabre que ses tenants nous aient jamais servi.”

      Of course.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Community_Reinvestment_Act

    • @decembre A peu près tout les dirigeants sont, à des degrés divers, ’sous influence’ des ploutocrates, et cela est encore plus vrai aux USA … Plus que jamais, c’est le pouvoir des $$$ qui dirige le monde.
      Mais je crois que la solution est d’éloigner le pouvoir des $$$ de nos élus, pas d’éloigner les élus et de laisser libre cours au pouvoir des $$$, comme c’est le rêve (fabulation) des libertariens et des anarchistes de tout poils.

    • @teddybear Et qui crois-tu a ‘commandité’ cette loi ? Qui a fait des pression pour obtenir un élargissement de leur marché assorti de garanties assurées par des fonds public ? Clinton (sans l’aide de personne) ou ses commendataires ?
      Plus naïf qu’un libârtarien / paléo conservateur tu meurs !

    • @teddybear

      Non, le Community Reinvestment Act n’a joué qu’un rôle mineur.

      Une étude sérieuse sur la question:

      http://www.federalreserve.gov/pubs/feds/2011/201136/201136pap.pdf

      Sinon, une analyse un peu plus vulgarisée:

      http://noahpinionblog.blogspot.ca/2012/12/did-risky-mortgage-lending-cause.html

    • @laurentkar

      Ben non, blâmons Clinton, c’est beaucoup plus simple.
      …les banques et les banquiers ont été les pauvres victimes dans toute cette merde.
      Pas parce qu’ils ont bâti des produits faits de vent qu’ils ont vendu à prix d’or qu’ils sont à blâmer: Clinton did it.

    • Il est inutile de discuter du CRA avec teddybear, il a simplement vu cette référence sur un autre site dretteux… et comme les autres dretteux avant lui, il serait bien incapable d’expliquer le fonctionnement de cette loi et surtout, en quoi elle obligeait les banques à prêter à des gens insolvables…

    • Sans mauvaise intentions, n’y aurait-il pas une petite part de vérité? Ne serais-ce pas une image pour justement réveiller les esprits qui manque de jugement parce que justement ils sont vulnérable et manque d’éducation? Parce que justement ses gens là attire la vermine par leur désir d’avoir du matériel trop rapidement. Ça cause des effet terrible dans l’économie et tout l’monde en souffre directement ou indirectement au USA.

      C’est comme un ami. On ne lui dit pas ce qu’il veut entendre quand on l’aime vraiment. Et il faut parfois lui dire la vérité au risque de le perdre comme ami. Mais il faut que cela sois fait avec circonspection.

      Le problème est que cet ami, semble t-il dans ce cas précis, ne veut rien entendre et s’offusque plutôt que de faire une remise en question. Il préfère vivre dans le dénis volontaire.

      C’est comme quand Obama a dit que parfois les hommes de couleurs devrait s’occuper plus de leur enfant sachant que les statistique ne mentent pas… sachant ce que lui même à vécu. Ça avais fait tout un scandale.

      Avec respect; j’espère que je ne serais pas trop vilipendé.

      Daniel Olivier

    • Ce magazine aurait du se moquer de blancs, des membres de la NRA, du Pape, des Républicains: C’est ça qui passe, c’est ça qui est permis. #DenisSera

      Que voulez-vous ? Le pape, le GOP et la NRA sont tous des “dinosaures”, des représentants du passé, de l’idiotie casse, des gens de la droite pas fréquentables. Quand on est progressistes, il faut être tendance même si ce qui l’est aujourd’hui ne l’est plus dans un an. Et comme cela, il faut montrer ses couleurs en se moquant de ces gens. Il faut se distancer de ceux là.

      La vérité n’est pas toujours souhaitable à dire. On veut de la vérité, mais rien que celle qui porte ses adversaires au nu.

      Quand le grand fiscaliste à la Jacques Parizeau qu’est “cameleon” qui vous traite de perroquets, il faut croire que vous l’êtes. Puis pour admettre qu’il a raison, il faut s’indigner. Afin de pouvoir évoluer en une autre espèce nettement supérieure, répétez “oui papa, oui papa” :))

      Ah, ces gens ont tous des qualités nécessaires pour pincer ces salauds de banquiers répugnants et voraces qui osent s’enrichir sur le dos des pauvres et les accordants de hypothèques en sachant qu’ils sont insolvables.

      Il manque beaucoup d’experts comme “cameleon” et “ralbol” dans notre propre cour de l’AMF pour pincer les véreux de la finance au Québec. Ils ont de bonnes méthodes tout en voulant tirer une bonne rente de leurs placements de retraite. Les mecs pas comme eux? Bah, tous des sales ploutocrates.

    • @ decembre

      - «Oui… Mais tu passes un point assez important, les Bailout.»

      “Too Big To Fail”, c’est la chanson du Capitalisme.

      Quel que soit le gouvernement au pouvoir, ils auraient TOUS fait exactement la MÊME CHOSE, sauver leurs maîtres, les BANQUIERS.

      Les “Bailouts”, c’est seulement le résultat d’un système qui s’autoprotège, pour assurer de se perpétuer.

      Et il réussit…

    • Répartition des subprimes avant la crise:

      -54% afro-américains
      -47% hispaniques
      -18% caucasiens

      Le tout à cause des lois supposément anti-discriminations qui obligeaient les banques à faire des prêts a des gens qui ne pouvaient pas rembourser.

      À ces lois ajoutez le Community Reinvestment Act, Equal Credit Opportunity Act, Fair Housing Act, Taxpayer Relief Act, National Homeownership Strategy, Fannie Mae, Freddie Mac, le Department of Housing and Urban Development, le House Financial Services Committee, la FED.

      Tous les ingrédients de la crises sont là. Isolément chacun de ces éléments est inoffensif, mais ensemble c’est le perfect storm.

    • @syl20_65 : quand les faits étayent une affirmation, il ne s’agit pas de préjugés.

    • Le CRA a ete cree par Jimmy Carter en 1979. Si ce reglement avait ete cree durant les annees 60, cela aurait ete percue comme un reglement communiste.

    • Pour savoir ce qu’est vraiment le racisme, le livre à lire est “American Slavery as it is: testimony of a thousand witnesses” publié par la American antislavery society en 1839. Vous n’en croirez pas vos yeux.

    • @mecasiatique
      A vous entendre défendre les bandits à cravate du monde financier, ceux-ci n’auraient rien à se reprocher !!! Tout de même incroyable de vous voir défendre ces escroc et répéter la propagande infecte de la droite de la droite qui tente de rejeter le blâme sur leurs victimes !

      Répondez franchement:

      Ont-ils exercé un intense trafic d’influence pour obtenir des changements législatifs qui leurs ont permis de réaliser la plus grande foire d’extorsion de l’histoire ?

      Lire: http://wallstreetwatch.org/reports/part2.pdf

      Ont-t-il magouillé pour ‘emballer’ leurs créances douteuses et les maquiller en placements surs, cotés triple A, pour ensuite les refiler à d’autres avec la complicité des agences de cotations ?
      (Prédiction: Vous ne répondrez pas à cette simple question sinon pour essayer de la contourner)

      Est-ce que ces escrocs ont eu à répondre de leur crimes ?

    • @lp-c & herjulfr

      Alors selon vous, ceux qui ont orchestré cette monumentale extorsion, n’ont absolument rien à se reprocher ? Ils n’ont rien fait de répréhensible ? La responsabilité incomberait entièrement à leur victimes ?

    • @TheWatcher Le CRA à été promulgué en 1979, alors pourriez vous nous expliquer pourquoi et comment l’arnaque des sub primes est survenue près de 30 ans plus tard ?
      Y a-t-il des changements législatifs qui ont contribué à permettre aux financier de réaliser cette arnaque monumentale ?

    • Lecture pour ceux qui rejettent le blame des crimes des financiers sur leurs victimes

      Did Affordable Housing Legislation Contribute to the Subprime Securities Boom?

      “In this paper we examined the e ect of a ordable housing legislation on the volume, pricing,
      and performance of subprime mortgages originated in California and Florida in 2004 through
      2006. Using a regression discontinuity approach, we nd no evidence that the a ordable
      housing goals of the CRA or of the GSEs a ected any of these outcome measures. This nding
      is robust to the inclusion of alternative controls, to the sample of only full documentation
      loans, and to di erent bandwidths for the regression discontinuity speci cation. While it
      is unquestionable that Fannie Mae and Freddie Mac held substantial amounts of subprime
      mortgages, and that their holdings of these securities played a signi cant role in their demise,
      the evidence in this paper refutes the claim that the a ordable housing mandates were
      responsible for the subprime crisis”

    • Cameleon , Clinton a cree freddy mac et may afin de pouvoir etirer le credit durant plusieurs annees avant que ca casse. C est comme augmenter la limite d une carte de credit durant plusieur annees.

    • ah! c’est pas si pire que ça… ils auraient pu mettre une femme noire, lesbienne, blonde, trisomique, unijambiste et borgne…

    • @lp-champagne (00h38)

      Est-ce que vous (ou n’importe lequel de vos co-religionnaires) allez me montrer un jour les fameux articles de loi qui “”obligeaient” les banques à faire des prêts a des gens qui ne pouvaient pas rembourser.” ?

      J’attends depuis maintenant près de 4 ans…

    • je crois pas que les banques courent une clientèle ciblée, ils doivent composer avec la clientèle existante. Le ”melting pot ” qui empruntait pour acheter des maisons, des autos, pour payer les études des enfants etc etc font des choix et ils sont de plus en plus pauvres et en dehors des règles du jeu.

      Quels sont ceux qui s’appauvrissent et qui composent la classe des pauvres aux É.U.? Regarder bien la couverture, la situation a dérapé à un point tel que même des Noirs et des Latinos, dont une femme au regard à peine plus intelligent que celui de son chien, peuvent obtenir des prêts hypothécaires.

      Il faut admettre que l’hebdomadaire Bloomberg Businessweek voit juste. Le ” melting pot est tellement dilué qu’il ne sert plus à enrichir la nation , il est voué à rendre plus riche les banques avec la complaisance de l’autorité politique. Les pauvres empruntent de l’argent qu’ils ne peuvent pas remettre

      50 millions de pauvres aux É.U. qui ont l’obligation de se loger. Pour se loger dans une ville comme Tampa ou la grande région de Tampa Bay, tu dois acheter une maison ou une résidence et si tu veux travailler, tu dois avoir une auto ou un camion. Le marché locatif de maisons ou d’appartements et le transport en commun ne font parti des priorités des politiciens municipaux de cette région urbaine qu’est Tampa Bay. Il en est ainsi à peu près partout en FL. et aux É.U.

      -54% afro-américains
      -47% hispaniques
      -18% caucasiens
      Remplacer afro- américains, hispaniques etc par ”melting pot” et vous allez constaté que le ”melting pot ” des années 2000 est plutôt pauvre. La nouvelle réalité aux É.U., c’est la pauvreté et en grande partie cette pauvreté est composée par les afro-américains, les hispaniques, les latinos .
      Les caucasiens et/ou les blancs qui viennent d’ Europe ne sont pas des pauvres.
      jrc.m
      Tampa,Fl.

    • el_kabong

      Il est très facile de répondre à ta question.

      En 1998, le Department of Housing and Urban Development est parvenu à une entente hors cours avec Accubanc Mortgage Corporation, une banque du Texas qui avait été accusée de pratiques discriminatoires dans l’attribution de ses prêts hypothécaires.

      En vertu de cette entente, “Accubanc Mortgage Corporation” a accepté de verser une pénalité 2,8 milliards de dollars en prêts hypothécaires à des gens qui avaient préalablement refusé.

      Dans la conférence de presse annoncait l’entente, Andrew Cuomo (hé bien…), le secrétaire du “Department of Housing and Urban Development” avait dit que refuser un prêt hypothécaire sur la base des revenus était disciminatoire:

      http://www.mrctv.org/public/checker.aspx?v=e4SUkUSUQu

      Et voilà la réponse à ta question. J’ai d’autres exemples si tu en fait la demande.

    • @ lp-champagne

      Donc, selon vous, une entente hors cour, c’est une loi..?

      On attend avec impatience les autres exemples…

      Pendant ce temps:
      «The Treasury Department has allocated $75 billion to entice lenders to let beleaguered borrowers stay in their homes. And the companies getting most of that money—well, they’re the same companies that got the borrowers into this mess. At least 21 of the top 25 recipients in the Home Affordable Modification Program were major subprime lenders, according to the Center for Public Integrity. Meanwhile, not even 1 in 5 homeowners eligible for the program has gotten help.»

      Les banksters continuent d’empocher.

    • @lpchampagne

      Vous êtes dans les patates :

      Community Reinvestment Act had nothing to do with subprime crisis

      http://www.businessweek.com/investing/insights/blog/archives/2008/09/community_reinvestment_act_had_nothing_to_do_with_subprime_crisis.html

      Were commercial US banks “forced” to make subprime mortgages?

      http://boards.straightdope.com/sdmb/showthread.php?t=629136

    • candela

      Je n’ai jamais dit que le “Community Reinvestment Act” était LE responsable.

      J’ai dit:

      Le Community Reinvestment Act, Equal Credit Opportunity Act, Fair Housing Act, Taxpayer Relief Act, National Homeownership Strategy, Fannie Mae, Freddie Mac, le Department of Housing and Urban Development, le House Financial Services Committee, la FED.

      C’est pas du tout la même chose. Faites l’effort de mieux lire.

      Et les banques ont bel et bien été forcées, Andrew Cuomo le dit directement quand on lui pose la question:

      CUOMO: To take a greater risk on these mortgages, yes. To give families mortgages that they would not have given otherwise, yes.

      QUESTION: [unintellible] … that they would not have given the loans at all?

      CUOMO: They would not have qualified but for this affirmative action on the part of the bank, yes.

      QUESTION: Are minorities represented in that low and moderate income group?

      CUOMO: It is by income, and is it also by minorities? Yes.

      CUOMO: With the 2.1 billion, lending that amount in mortgages — which will be a higher risk, and I’m sure there will be a higher default rate on those mortgages than on the rest of the portfolio.

      ralbol

      Selon vous on fait des ententes hors-cour quand aucune loi n’est violée. Essayez d’être sérieux.

    • Comme prévu vous n’avez pas répondu à ma simple question.

      Typique des représentants de la droite de la droite, lorsqu’ils sont confronté à la réalité: se réfugier dans le dogme et nier ou ignorer les faits.

    • @lp-champagne

      Ce qui est amusant est que chaque nouveau dretteux qui amène un exemple pense qu’il a inventé l’eau chaude… alors que vous vous abreuvez tous aux mêmes fontaines à kool-aid…

      Vous pensez que ce n’est pas la première fois que je le vois votre exemple; c’est le classique, car c’est le seul qui SEMBLE aller dans le sens de votre fable et avec lequel vous aimez tous généraliser.
      Ce ne sont pas «les» banques qui ont été forcées, mais, «cette» banque… et elle n’a d’ailleurs pas été «forcée», mais s’est engagée elle-même dans une voie qu’elle a CHOISIE (comme ralbol vous l’a souligné, il s’agit d’une entente hors cours – c’est ça que ça veut dire «settlement»). Et cette entente avait été rendue nécessaire p.q. la banque avait des pratiques discriminatoires dans l’attribution de ses prêts (basées sur la race et l’origine ethnique – et non sur le revenu). Autrement dit, pour résumer simplement, dans les mêmes conditions d’analyse, un blanc était accepté et un non blanc était refusé…

      C’est quand vous voulez pour vos autres exemples…

    • @champagne

      Incapable de trouver la loi.

      Tous les dretteux s’y cassent les dents : elle n’existe pas.

      Vous répétez le mantra des illuminés qui l’ont seriné depuis plus de 6 ans.

      En étant incapables eux aussi de le prouver.

    • @champagne

      Ce n’est pas parce que la loi les forçait à prêter à n’importe qui, peu importe la situation financière de l’emprunteur que les banques ont failli.

      C’est parce que, attirées par le lucre, le “greed”, elles ont accepté de laisser tomber les règles de base dans l’allocation d’un prêt :

      Gradually reducing the requirement for borrowers to place a deposit as a down payment when buying a home until eventually 100% advances were commonplace

      By making low-start and deferred interest payment mortgages available to low income non-professional applicants who had no prospect of a significant increase in income in the foreseeable future

      By not taking up employer’s references and by allowing low-income applicants to self-certify that they are employed and that they have the income necessary to afford the loans applied for and

      By not taking up credit references, so that even low-income applicants with horrendous histories of previous loan defaults could still obtain loans.

      American Banks found that they could make the full blooded ‘Ninja’ loans to poor BME applicants almost with impunity as they were able, through the actions of Freddie Mac and Fannie Mae, to relieve themselves of the financial liability that would come from the inevitable ‘Tsunami’ of loan defaults and repossessions that would follow.

      The banks were able to package up the sub-prime mortgages and sell them on, together with the subsequent liabilities to Fannie and Freddie. In turn, Fannie and Freddie were able, in conjunction with Bear Stearns, which was one of the largest investment banks in the US, to re-package the sub-prime mortgages into debt-based securities and sell them on as ‘low-risk’ SDIs (Structured Debt Investments) to unsuspecting banks around the world.

      http://www.economania.co.uk/the-credit-crunch-millstone-larry-nunn.htm

    • Voila comment une banque fait de l’argent, le déposant dépose son argent pour plus de sécurité, on lui donne 1% d’intérêt. Celui qui a besoin d’argent emprunte a la banque, la banque lui charge 2%, 1% pour elle, et un % pour le déposant; et quand un emprunteur vient emprunter et qu’il est a risque, on va lui charger un peu plus, 3%, 10%. Mais si le gouvernement te dit : passe-y en de l’argent a lui y’est safe, ben voyons, il travaille au salaire minimum, ça fait trois emplois dans l’année qu’il occupe, le gars ou la fille est pas stable, change d’emploi aux trois mois, a pas d’économie; le gouvernement dit : Pas grave on va payer si lui ou elle paye pas.
      C’est certain que le banquier va dire : Ben la si le gouvernement m’as donner sa garantie… on ouvre les vannes.

    • Comme le nonours le confirme, ce sont les banques qui sont fautives.

      Greed is good !

      http://www.usnews.com/opinion/articles/2009/10/16/greed-caused-the-subprime-mortgage-crisis-not-acorn

    • “Comme le nonours le confirme, ce sont les banques qui sont fautives.”

      Il n’y pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir, c’est le gouvernement le problème, pas les banques.

    • @ teddybear

      - «Il n’y pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir, c’est le gouvernement le problème, pas les banques.»

      En effet, il n’y a pas plus aveugle.

      Je suppose que la crise financière européenne, c’est AUSSI la faute des gouvernements qui ont FORCÉ les banques à prêter à des pays insolvables ?

      Moi penser que l’enfant a arraché les boutons qui servaient d’yeux au nounours…

    • Le nonours est incapable de donner textuellement le texte de la loi obligeant les banques à prêter à n’importe qui, sans vérifier quoi que ce soit, sur simple demande d’un quelconque emprunteur.

      Comme tous les autres illuminés de la droite qui répètent leur maladive obsession depuis sept ans.

    • @candela

      Le nounours a raison. Les banques ne ce régulariserons pas eux même et ne courberons pas leur soif du profit au nom d’une sacro-sainte éthique économique.

      Seul un gouvernement fort qui s’en donne les moyens pourra écraser ce monstre. Mais la volonté n’est pas là et votre obambi est un gros criss de FAIL sur ce point. Même les avocaceux engagés par le gouvernement n’ont même pas fait une enquête convenable pour trainer les haut gradés banksters en prison.

      Demander au banque de courber leur soif du profit tout seul c’est comme faire une lecture sur les bien fait du végétarisme a un requin.

    • @gtt

      Je vois que vous n’avez pas compris.

      Réessayez.

    • @candéla

      Yawol mein Führer!!!!

    • @tt

      Le nonours est contre la régulation des banques.

      Relisez humblement.

    • “Le nonours est contre la régulation des banques.”

      Si le gouvernement est pas la pour” backer” les banques dans leurs entreprises, leurs prêts douteux a des gens insolvables qui s’achètent des maisons avec aucune mise de fond sur une période de 40 ans pour rembourser, les banques vont faire attention a qui il prête, évitant ainsi des bails out aux frais des contribuables, heureusement au Canada le gouvernement se réveille.

      http://descoteaux.argent.canoe.ca/general/le-party-est-fini/

    • @ teddybear

      - «…heureusement au Canada le gouvernement se réveille.»

      De mieux en mieux.

      Les banques canadiennes sont parmi les plus réglementées au monde.

      Certes, le gouvernement doit bien les surveiller et les encadrer, mais si l’arnaque de 2008 n’a pas ébranlé aussi fort le système bancaire canadien, c’est justement à cuse des lois existantes les régissant, qui les ont empêché de laisser libre cours à leur cupidité naturelle.

      Lois qui, bien sûr, n’existent pas aux USA.

      Au Canada, il reste encore beaucoup de chemin à faire pour mettre de l’ordre chez les usuriers bancaires, notamment dans les frais imposés, les taux d’intérêts des cartes de crédit, le recours aux paradis fiscaux, la comptabilité «créative» et l’imposition d’une taxe sur les transactions monétaires, et surtout, l’imposition de mécanismes de surveillance des activités spéculatives menées par les banques.

      C’est pas nos conservateurs qui vont toucher à ça…

    • @teddybear

      Y’a pas a dire descoteaux c’est un vrai patriote qui aime sa patrie.

      C’est tu l’ancien chum de celle qui faisait l’économie a la presse? Celle qui est partis ben loin en ontario?

      Pauve dude, il doit s’ennuyer en ta……

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    décembre 2010
    L Ma Me J V S D
    « nov   jan »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Archives

  • publicité