Richard Hétu

Richard Hétu - Auteur
  • Richard Hétu, collaboration spéciale

    Richard Hétu est le correspondant de La Presse à New York. Il a fait paraître deux romans, Rendez-vous à l'Étoile (VLB éditeur, 2006) et La route de l'Ouest (VLB éditeur, 2002), ainsi que deux essais sur les États-Unis, Sexe, fric et vote : les clés de la Maison-Blanche (Les Éditions La Presse, 2012), co-écrit avec Alexandre Sirois, et Lettre ouverte aux anti-américains (VLB éditeur, 2003).
  • Lire la suite »

    Partage

    Vendredi 4 janvier 2013 | Mise en ligne à 9h59 | Commenter Commentaires (77)

    Dette : la pièce de monnaie magique

    Les pièces en platine d'American Eagle sont très populaires auprès des investisseurs.

    Les pièces en platine d'American Eagle sont très populaires auprès des investisseurs.

    Premier rappel : le plafond de la dette publique américaine, fixé à 16 394 milliards de dollars, a été atteint le 31 décembres. Seules des mesures exceptionnelles du département du Trésor permettront aux États-Unis d’honorer leurs obligations légales au cours des deux prochains mois. Après cette période, le pays risque de se retrouver en défaut de paiement, une perspective catastrophique.

    Deuxième rappel : les républicains ont déjà fait savoir qu’ils envisageaient de répéter le scénario de l’été 2011, quand ils ont posé comme condition au relèvement du plafond de la dette des coupes budgétaires drastiques. Ce scénario avait notamment contribué à la baisse de la note de la dette publique américaine par l’agence Standard and Poor’s.

    Or, voici que se profile à l’horizon une solution défendue par au moins un parlementaire américain, le représentant démocrate de New York Jerome Nadler, qui permettrait à Barack Obama de respecter sa promesse de ne pas négocier avec les républicains sur le plafond de la dette : demander à la Réserve fédérale de frapper des pièces de monnaie en platine à hauteur de 1 000 milliards de dollars.

    James Pethoukoukis, blogueur pour le groupe de recherche conservateur American Entreprise Institute, explique dans ce billet le processus. Il rappelle notamment que les règles régissant la production d’espèces en papier, en or, en argent et en cuivre ne s’appliquent pas au platine. Tout en précisant que le scénario proposé par Nadler a peu de chances de voir le jour, le blogueur ajoute qu’il s’agit d’une solution plus crédible sur le plan constitutionnel que l’invocation du 14e amendement.

    À suivre…


    • C’est pas très clair rlativement au 14e amendement.
      De plus, imprimer ou frapper de la monnaie, c’est une solution qui mènera à une dépréciation du dollar US de façon générale, et qui aura comme effet de faire augmanter le total de la dette.
      Pas sur que ca soit une solution très brillante!

    • Gingrich croit que refuser d’élever le plafond de la dette est une stratégie perdante pour le GOP.

      http://www.huffingtonpost.com/mobileweb/2013/01/04/newt-gingrich-debt-ceiling_n_2408764.html?icid=hp_front_top_art

    • Déjà, quand on gratte un peu, il est facile de voir et de comprendre que tout le système financier mondial actuel ne repose que sur la «confiance», la croyance, mais sur absolument rien de solide.

      Toutes ces actions, ces coupons détachés, ces bons et toute cette paperasse ne repose que sur la confiance des «investisseurs». perte de confiance, perte de valeur, crash.

      Sur les billets de banque, on peut lire la phrase “This note has legal tender”, «Ce billet a cours légal», phrase signifiant que le billet de banque repose sur une valeur en or garantie.

      Comme le reste, au cours des ans et à force d’imprimer de l’argent pour se sortir des dettes et des impasses budgétaires, la valeur en or des billets de banque n’est plus que du vent. Ces billets n’ont plus qu’une valeur symbolique basée sur celle que les spéculateurs veulent bien lui accorder.

      Quand on dit que le système financier mondial est une religion, ce n’est pas qu’une phrase creuse.

      Comme les religions, ce système n’est plus basé sur rien de concret, n’a plus aucun ancrage dans la réalité et l’argent qu’il vénère n’est pas plus réel que les centaines de dieux vénérés par les humains.

      Les américains peuvent bien frapper des pièces en platine, celles-ci n’auront en réalité que la valeur que le marché et les spéculateurs accorderont à ce métal, la monnaie américaine étant de toute façon surévaluée depuis des années, et à la limite, ne valant pas plus que le papier sur laquelle elle est imprimée.

      Depuis des années les américains impriment de l’argent dont la valeur ne repose que sur la supposée «force» de leur économie. Ladite force économique étant en constante décroissance, frapper des pièces en platine n’est qu’une autre tentative désespérée pour sauver un capitalisme en fin de vie utile, qui de toute façon ne survivra pas au 21e siècle.

    • Quelle idée formidable! Je crois que toute scénario légal sur le plan constitutionnel et qui permettrait à Barack Obama d’éviter de voir le visage de John Boehner pleurant sur la table de négociation serait souhaitable.

    • Faudra faire attention de pas l’oublier dans ses poches cette pièce là, “excusez, avez-vous vu du petit change dans la secheuse, j’ai juste perdu 1000 milliards de dollar”

    • Il faudrait mettre en evidence une chose, c est a dire que l’accord mise sur une forte augmentation des taxes et de faible coupures:

      le ratio est de 41 contre 1. Pour chaque dollar de coupe budgetaire, Obama augmente les revenues (taxes) de 41 dollars.

    • Qu est ce que les Dem avec BHO en tete ne feraient pas pour eviter de negocier des coupures!!!!!
      Meme un socialiste convaincu en France y va du 1/3 1/3 1/3

      Comme le mentionne @pierrebrunelle pour BHO ce ratio est de 1/41

      C est surement tres vendeurs dans son electorat gauchistes assistes

    • Mon pays est trop divisé pour survivre beaucoup plus longtemps.

    • @lejackass
      Je ne crois pas.
      La plus grande partie de la dette américaine est émise en dollars américains, ce sont les créanciers étrangers qui perdent à ce jeu.
      De plus, une dévalorisation du billet vert entraîne une hausse de la productivité relative des Américains (soit, moins de chômage, plus d’export et moins d’import), ce qui booste l’économie intérieure au moins à court et moyen terme.
      Le seul défaut est que cela risque de faire augmenter le taux exigé sur les nouvelles émissions.

      Un autre inconvénient potentiel, et en fait la raison pour laquelle les Banques Centrales n’abusent pas du procédé, c’est la confiance.
      Si on veut éviter un “bank run” alors que tous les particuliers essaient de changer leur monnaie de singe en pièces métalliques pour profiter de l’inflation inéluctable, les Banques Centrales doivent contrôler très sérieusement le taux d’impression de leur monnaie.

      Je doute qu’imprimer 1000 milliards n’ait qu’un impact négligeable sur la confiance – et c’est un euphémisme: je serai curieux de savoir quelle est la masse monétaire en circulation (tangible).

    • @lizzie (10h28)

      Quand il n’est pas au pouvoir ou a la campagne, Newt Gingrich fait réellement du sens.

    • “Mon pays est trop divisé pour survivre beaucoup plus longtemps.”

      @ tomdeboston ~

      Join the club! ((rires))

    • les démocrates devraient remplacer l’âne, leur emblème, par un bisounours. La situation exige de vrai solutions, l’heure n’est plus à la pensée magique et aux petits tour de passe-passe.

    • @tomdeboston
      Avez-vous déjà été un pays uni?
      Seules les guerres ont créé un “esprit de corps” chez les Américains mais fondamentalement, il y a plusieurs grands mouvements au sein des États-Unis; ce n’est pas pour rien qu’il y a eu une guerre de sécession.
      La question est la même qui se pose finalement un peu partout: est-ce que les différences supplantent les ressemblances?

    • @-alexandre- 11h34

      ”…est-ce que les différences supplantent les ressemblances? ”
      ________________

      Dans le cas des États-Unis, votre question est particulièrement pertinente.

    • @ralbol,

      Tout un discours ! Dans ce foutu monde, combien de “choses” sont concrètes ? L’espace, le temps la confiance, l’espoir, la peur sont tous des concepts abstraits qu’on ne peut que “mesurer” après avoir inventer et mis un système en place.

      Vous qui pestez tant contre le système financier, de quoi vivez-vous? Que de l’air qui n’est interdit à personne ? Tant que vous vivez par le troc et un peu plus par argent, c’est de la confiance multuelle envers un autre type.

      Et ça devrait être quoi la valeur de l’or ? Si ce n’est qu’un masse de métal précieux à qui qu’on prête une certaine valeur, qui implique la confiance. Quand il n’y a plus rien à se nourir partout dans le monde, l’or ne vaut plus grande chose. Puis les Chinois ont remplacé les quantités d’or par les notes de valeurs équivalentes, garanties par un tierce.

      Je parie que vous avez plusieurs plaques de plastique dans votre porte-feuille qu’on appelle cartes de crédit. Le marchand qui les accepte font quoi avec, si ce n’est que de croire que vous possédez assez de fonds pour couvrir vos transactions?

    • On se rappellera que durant un débat lors des primaires répulibane$, les candidats à la nomination avaient tous refusé d’accepter 10$ de coupures pour 1$ d’impôt.

      Ça les a bien servis…

      http://www.nytimes.com/2011/08/13/opinion/magical-unrealism.html?hp&_r=0

    • La Platine seras celle de l’empire.

      L’or celle des rois.

      Le silver celle des princes.

      Le papier monnaie celle du peuple.

      Les dettes celle des esclaves.

    • Ca ne changera rien. Les États-Unis ne pourront pas éviter la chute, ils sont rendus à ce point. Malgré tout il y a quand même du positif, l’Angleterre et l’Allemagne ont vécus des crises économiques majeures dans leurs histoires et ils vont bien aujourd’hui. D’ailleurs la situation des Américains ressemble un peu à celle de l’Allemagne des années 20.

      La crise devrait atteindre son point culminant d’ici les 5 prochaines années. Ca ne sera pas beau mais il n’y a pas de solution.

      Présentement ils sont encore dans le déni mais un moment donné ils n’auront plus le choix de s’attaquer au problème. Ce n’est pas le quantitative easing et la monnaie magique qui vont régler le problème.

    • Les États- Uniens ont perdu le contrôle de leur bateau, de toute façon le bateau était sur le pilote automatique depuis bientôt 100 ans. Surprenant n’est ce pas ! Les É.Uniens ont appris à gérer leurs guerres mais pas leur économie, la politique é.unienne a deux volets principaux ; 1) faire et mener leurs guerres, responsabilité qu’ils ont assumées à coup de centaines de milliard de $ et 2) observer et regarder aller leur économie sans ingérence et en laisser la responsabilité au privé, aux riches avec la promesse qu’ils ne paieraient pas d’impôt et qu’ils deviendraient de plus en plus riche et avantagés par ce système.

      Le GOP 2013 défend cette idéologie du laisser- aller économique entre les mains des riches et des entreprises privés. Dans un tel système, la compétence économique d’un gouvernement est +/- importante puisse qu’il fait confiance et laisse au privé la responsabilité et les avantages générés par un système économique en santé.

      Mais voilà ; les temps, les mentalités, la société , les intérêts ont changés, mais le ”Grand Old Party” semble rester statique et ne veut pas évoluer. Pour le GOP , son fan club et ils sont nombreux; ce qui était bon pour pitou hier est bon pour minou aujourd’hui.

      Le rêve américain, le my, myseft and i, american way of life et maintenant la pièce de monnaie magique appartiennent à la culture folklorique américaine et cette culture leur enseigne l’« American exceptionalism », conviction que la nation américaine a un destin unique et à part des autres nations du monde.

      jrc.m
      Tampa,Fl

    • @rigiroux (11h26) et @-alexandre- (11h34)

      À mon avis, la guerre civile américaine n’aurait jamais dû être combattu. Le sud (des États confédérés d’Amérique à cette époque) a toujours cru que les États devraient exercer plus d’autorité viv-à-vis le gouvernement fédéral. Le Nord (l’Union à cette époque) a soutenu le contraire (plus de pouvoir centralisé au sein du gouvernement fédéral). Ces différences fondamentales existent encore aujourd’hui. Ces états «rouges» sont aussi beaucoup plus conservateurs dans d’autres domaines (un autre billet pur une autre temp). Ainsi, je crois que le CSA aurait dû être permis à devenir son propre pays.

    • Jerome Nadler est chanceux d’être démocrate, autrement sa solution serait ridiculisée.

      Elle est typique des Républicains: Une vision à très court terme, incompatible avec le sérieux des problèmes rencontrés par les finances américaines.

      Une solution futile, car tous les financiers de la terre, Chinois en premier, verraient que ce 1000 milliard serait absolument artificiel.

      Jerome Nadler est chanceux d’être Démocrate. Il évite le ridicule qu’il aurait à affronter s’il était Républicain.

    • David Frum sur l’impact à court et à long terme du plafond de la dette sur le GOP.

      http://www.thedailybeast.com/articles/2013/01/04/the-debt-ceiling-s-impact-on-the-gop.html

      Et Greg Sargent sur le fait que le plafond de la dette est le problème du GOP et non d’Obama.

      http://m.washingtonpost.com/blogs/plum-line/wp/2013/01/04/the-debt-ceiling-isnt-obamas-problem-its-the-gops-problem/

    • @tomdeboston 11h08
      «Mon pays est trop divisé pour survivre beaucoup plus longtemps.»
      ************************
      (Hors sujet) Votre origine semble bien lointaine, vous avez le rejet facile. C’est ce qui arrive lorsqu’on oublie d’où on vient on sait pas où on va.
      Je vis aux É.U. depuis bientôt 10 ans et mon pays c’est le QC, pas les É.U. Ils sont un pays d’affaire pas plus. J’ai des obligations envers eux et eux ont des responsabilités envers moi et c’est correct.
      Pour tout dire ,votre façon de dire me frustre et pourtant, je suis loin d’être un frustré.
      jrc.m
      Tampa, Fl,

    • La pièce de platine de 1000 milliards $ est un simple subterfuge légal, qui n’offrirait rien de neuf du point de vue économique. Ce n’est qu’une variante de ce qui se passe présentement, soit la création de nouveaux dollars pour payer le déficit du gouvernement.

    • @jrcm.t (12h14)

      “Le rêve américain, le my, myseft and i, american way of life et maintenant la pièce de monnaie magique appartiennent à la culture folklorique américaine et cette culture leur enseigne l’« American exceptionalism », conviction que la nation américaine a un destin unique et à part des autres nations du monde.”

      Le parti était amusant lorsqu’il a duré, mais le monde change. Autres pays (notamment l’Inde, la Chine et le Brésil) deviennent de plus puissante économiquement. Combinez cela avec le fait qu’il y a actuellement une «économie mondialle» signifie que les Etats-Unis ne peuvent pas continuer à dicter au reste du monde les termes des affaires. Nous (les Américains) doivent s’adapter aux nouvelles réalités ou nous allons devenir un dinosaure politiquement et économiquement.

    • “Et Greg Sargent sur le fait que le plafond de la dette est le problème du GOP et non d’Obama.”

      Ca fait dur. C est rendu que la dette publique incontrolable n’ est plus le probleme du chef de l’ etat mais le probleme du parti d’ opposition. C’ est rendu qu’ on parle d’ imprimer de la l’ argent a grande echelle pour continuer l’ etat providence et favoriser ses amis. Les Etats-Unis, le Zimbabwe d’ Amerique du Nord.

    • Un Anneau (en platine) pour les gouverner tous. Un Anneau (en platine) pour les trouver,
      Un Anneau (en platine) pour les amener tous et dans les ténèbres les lier
      Au Pays de Mordor où s’étendent les Ombres

    • @ Tom de boston ~

      Ça fait effectivement longtemps que les États-Unis sont divisés politiquement. Deux cultures politiques et sociales s’affrontent depuis presque le début de la *Naissance d’une Nation*.

      Les élites du Nord-Est et celles du Sud viennent des deux camps qui s’opposaient déjà pendant la guerre civile anglaise du 17e siècle. Quand les puritains ont pris le pouvoir en Angleterre, les aristocrates ont fui vers la Virginie. Trente ans plus tard, quand la monarchie a été restaurée, ce sont les puritains qui ont pris le bateau [avec un de mes ancêtres à bord!] à leur tour vers le Massachusetts et la Nouvelle-Angleterre.

      Les élites du Nord ont des racines puritaines et calvinistes et ont une vision communautaire de la société basée sur des idéaux moraux: lutte contre l’esclavage mais aussi la prohibition.

      La société des aristocrates du Sud est restée beaucoup plus homogène. Elle est fondée sur la religion et le racisme, la violence et le conservatisme. Après la Guerre de Sécession, elle a été longtemps écartée du pouvoir jusqu’au moment où Roosevelt a pris le pouvoir. Depuis Reagan en 1980, les conservateurs religieux radicaux du Sud sont tous passés au parti républicain et ce sont eux qui dominent la plate-forme du parti.

      Maintenant, les Démocrates et les Républicains sont campés sur des frontières autant physiques (Jesusland vs le Nord et l’Ouest) qu’idéologiques. Comme chaque état a droit à deux sénateurs peu importe le nombre d’habitants, les états du Sud et ruraux de l’Ouest sont surreprésentés. Dans les faits, environ 10% de la population élit 50% du Sénat!!

      Ces gens-là veulent revenir au bon vieux temps où le rôle du gouvernement fédéral était beaucoup plus petit qu’aujourd’hui. Ils rêvent aussi du temps où les U.S. of A. dominaient le monde…

      Une autre partie du rêve américain qui s’est envolé et qui ne reviendra plus!

    • @littlepatton

      Savez-vous que, par la constitution, c’est la chambre des représentants qui a le chéquier. C’est la Chambre qui adopte les dépenses et la Chambre est contrôlée par le GOP.

    • When there’s a will, there’s a way et la solution de frapper des pièces de platine est créative. En tout cas, n’impoprte quelle solution viable qui va permettre au Président de présider est préférable aux sempiternels menaces, blocages et sabotages des Républicains.

    • @ ralbol,

      Vous dites: [...Sur les billets de banque, on peut lire la phrase “This note has legal tender”, «Ce billet a cours légal», phrase signifiant que le billet de banque repose sur une valeur en or garantie...]

      Cette phrase est fausse. Le dollar US n’est plus adossé à l’or depuis le 15 août 1971.

      Par contre lorsque vous dites: [...Les américains peuvent bien frapper des pièces en platine, celles-ci n’auront en réalité que la valeur que le marché...]

      Là, vous avez tout à fait raison ! La réalité, c’est que l’or et l’argent ont assumé ce rôle légitime de monnaie depuis plus de 5000 ans. Le premier avantage avec les métaux, c’est qu’ils ne peuvent être imprimés. Attendez-vous donc à voir le prix de l’or et de l’argent grimper en flèche, avec toutes ces impressions monétaires aux USA, en Europe, au Japon et en Chine.

    • «C est rendu que la dette publique incontrolable n’ est plus le probleme du chef de l’ etat mais le probleme du parti d’ opposition.» —littlepatton
      - – - – - – - – - – - – - – - – - -

      C’était donc différent sous Bush ?

    • @tomdeboston

      “Mon pays est trop divisé pour survivre beaucoup plus longtemps”

      Il faut avoir une culture politique et historique limitée pour s’étonner de voir les Démocrates et les Républicains se faire la guerre.

      Imaginez s’il fallait annoncer la fin de la Grande-Bretagne chaque fois que les Torries et les Whigs ne sont pas d’accord.

      @rogiroux

      Il est facile de décrire les gens du sud comme étant des racistes, et les gens du nord comme des amis des afro-américains.

      Certains états du sud ont des proportions d’afro-américains dépassant les 30 et 40%. Quand je verrai les habitants du Vermont et du Connecticut avoir à négocier avec de telles proportions, alors je pourrai juger de leur anti-racisme.

      D’autres sont des amis étranges. Comme le Massachussets, qui a voté par deux fois pour Obama comme Président. Pourtant, ces mêmes gens ont voté pour Romney pour être Gouverneur de leur état.

      D’ailleurs, je tiens à rappeler à tous ceux qui critiquent le sud: Si vous voulez que le sud se sépare du reste des États-Unis, est-ce que ça implique les dizaines de millions d’afro-américains qui y vivent? Si vous pensez que les gentils Démocrates blancs du Massachussets sont intéressés à en importer quelques millions, oubliez-ça. S’ils sont capables de voter Romney un jour, ils voteront Républicain lorsque la question sera réellement sérieuse.

    • Bon, évidemment, faire croire qu’on peut puncher une pièce et lui donner comme par magie la valeur d’un billion de dollars (one trillion) est l’idée DE LOIN la plus absurde que j’aie entendu depuis longtemps ! À 1561$ l’once au prix actuel, il faudrait faire une pièce de 20 000 tonnes…

    • @renaud 12h10
      « D’ailleurs la situation des Américains ressemble un peu à celle de l’Allemagne des années 20.»
      ******************************
      Expliquer celle là monsieur l’historien, je l’ai pas vu venir! Wow, montrez- nous la fil conducteur entre la première guerre mondiale 1914-18, l’Allemagne et les É.U. 2013.
      La Première Guerre mondiale est un conflit militaire qui s’est principalement déroulé en Europe de 1914 à 1918. L’Allemagne a été l’acteur principal de cette guerre. L’Empire allemand a disparu et l’Allemagne a vu son territoire réduit. En 1920, l’Allemagne n’en finissait pas de guérir ses blessures.
      Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvage , quant même! Dire que la situation des Américains ressemble un peu à celle de l’Allemagne des années 20. est une fabulation à l’état pur et encore. Vous affirmez comme une réalité un récit imaginaire sorti de nulle part.

    •  ”Nous (les Américains) doivent s’adapter aux nouvelles réalités ou nous allons devenir un dinosaure politiquement et économiquement.”

      Parole tres justicieuse. Les Etats-Unis ne sont plus a l’ ere de Clinton ou de Reagan. Les Etats-Unis font penser a l’ ex URSS incapable de s’ adapter et qui a sombrer. Et c’ est pas par l’ endettement catastrophique, de l’ argent imprime et l’ etat providence qu’ ils vont s’ en sortir.

    • @rogiroux

      “Ces gens-là veulent revenir au bon vieux temps où le rôle du gouvernement fédéral était beaucoup plus petit qu’aujourd’hui. Ils rêvent aussi du temps où les U.S. of A. dominaient le monde”

      Dans les 5 dernières années, ce sont des Démocrates qui ont appuyé les interventions militaires en Syrie, en Libye, au Yémen, en Afghanistan, en Somalie et bientôt au Mali. Tout ça au nom de la propagation de la démocratie américaine.

      Si tu veux critiquer l’impérialisme américain, il serait bien de préciser que cet impérialisme est autant présent chez les élites du nord que chez les élites du sud.

      “Une autre partie du rêve américain qui s’est envolé et qui ne reviendra plus”

      Il y a plein de gens de droite qui n’ont pas cette vision des choses. Pat Buchanan par exemple est plutôt isolationiste, comme une grande partie de la droite américaine l’a toujours été.

      En fait, historiquement, la droite américaine était plutôt isolationniste.

    • Pour ceux qui n’ont rien compris de ce qu’ils lisent et nous parlent de seulement une pièce.

      C’est pourtant écrit dans un français correct dans la présentation du billet :

      frapper des pièces de monnaie en platine à hauteur de 1 000 milliards de dollars.

      Resaisissez-vous, que diable !

    • La rigesse de ce pays est trop grande. Il est devenu impossible à gérer. Subdivisez-le.

      Revendez la Louisiane aux Françcais. L’Alaska aux Russes. Le Mexique reprendra le nouveau Mexique, le Texas et une partie de la Californie. Le Vermont redeviendra ce qu’il fut brièvement :UN pays. Nous achèterons le Michigan. Hawai sera indépendant.

      Comme touche finale réunificatrice, on repart une guerre froide.

      Après trois ans, s’il manque encore un ti quelquechose, on déclare la guerre à la Corée du Nord. Bien sûr, l’Iran qui croyait s’en tirer à bon compte, aura été bombardé via un essain de bombardiers furtifs, de tracts mormons…
      Ouf!

    • @jrcm.t

      Bonne réponse à cette comparaison douteuse avec l’Allemagne des années 20.

      Beaucoup d’intervenants détestent joyeusement les Américains, et souhaitent leur perte. Ils adorent les comparer à des nazis, ou à des futurs nazis.

      Pourtant, ces intervenants ne nous disent jamais quel pays il faudrait suivre. La France avec son 25% d’appui à Lepen? La Grèce, les Pays-Bas, l’Autriche et la Finlande avec leur parti d’extrême droite au pouvoir? Le Canada nazi de Harper? La Russie de Poutine où on assassine les journalistes? La Chine où même Wikipédia est interdit? Israël? Les pays sud-américais sympathiques, mais où la couverture sociale est miséreuse? Les dictatures du pétrole du Moyen-Orient? La Norvège, qui est gangrenée par les néo-nazis, comme la Suède, et où un néo-nazi a commis une des pires mass-shooting de l’histoire?

      Où est donc ce pays sur lequel les États-Unis devraient prendre exemple? Un pays où les budget balancent, et qui est assez ouvert sur les autres pour élire un homme comme Obama?

      La vérité est que malgré tous ses défauts, les États-Unis sont encore un des pays les plus formidables de la planète terre.

      Encore cette année, des millions de personnes partout sur terre vont y immigrer. Année après année c’est la même chose.

      Aucun de ces immigrés ne mettra son projet en péril à cause de querelles enfantines entre les politicien Démocrates et Républicains.

    • @françois d
      Premièrement, il n’est pas question de frapper une seule pièce.
      Deuxièmement, qui a dit qu’il faut que la valeur soit adossée à l’actif? Est-ce qu’un billet de 100$ vaut 100$?
      Troisièmement, l’idée est totalement farfelue de toute façon, à moins qu’on veuille expérimenter de proche l’hyperinflation avec un Bigmac à 4 milliards USD.

    • J’ai immédiatement pensé à l’épisode des Simpsons “The Trouble with Trillions” (épisode 20 de la saison 9), où une très grosse valeur est imprimée.

    • @candela

      Que ce soit une pièce ou un milliard de pièces: Les Chinois et les autres banquiers du monde y verront une seule méthode douteuse.

    • @rogiroux (13h15)

      Bon commentaire! Il est en effet intéressant de noter que les rivalités qui existent aujourd’hui entre le Sud et le Nord des États-Unis ont leurs racines dans l’Angleterre du 17ème siècle et avant!

    • @jrcm.t

      L’idée que c’est que les États-Unis sont dans le trouble économiquement comme les Allemands à l’époque et que comme eux ils tentent d’imprimer de l’argent pour se sortir du trouble (le quantitative easing). Peu importe comment ils en sont arrivés là, ce n’est pas important. Ils ont le même problème et ils tentent la même solution. Comme disait Clinton, tout ça c’est de l’arithmétique.

      Évidemment cette solution ne fonctionne jamais. Ca créer de l’hyperinflation et toutes sortes de problèmes. En fait c’est le genre de solution qui pourrait fonctionner si les choses n’allaient pas si mal.

      Voici un lien pour vous éclairer. De rien, ça fait plaisir.

      http://www.time.com/time/photogallery/0,29307,1879735,00.html

    • En théorie une pièce de monnaie est censée contenir sa valeur nominale en matières. C’est pourquoi on écrit “valeur légale” sur les billets et non sur les pièces.
      Donc créer des pièces de platines d’un milliard de dollar est impossible ou bien équivaut à faire fonctionner la planche a billet, i.e. créer de l’inflation.
      Mais l’idée est bonne en soi : les USA ont des immobilisations énormes qu’ils pourraient vendre ou obérer pour se sortir de l’abîme en autant que cette façon de faire soit ponctuelle : on le fait une fois et puis plus jamais, sinon ça équivaut à vendre le pays au poids.
      @mecasiatique : ce dont vous parlez est un système qui existe depuis moins de 40 ans. En 1974 je crois les USA ont libéré le prix de l’or qui leur servait jusqu’alors de base monétaire. Ceci répondait à la première crise du pétrole qui allait lancer la grande inflation des seventies.
      Auparavant il était théoriquement possible d’entrer à la Banque Fédérale et d’exiger la valeur-métal pour tous les billets présentés.
      D’autre part, le plastique que nous avons dans nos porte-feuilles est accepté parce que les marchands ont confiance en l’institution prêteuse et non en la personne. Ce sera le rôle de l’institution de se faire rembourser faute de paiement, sinon ce système se serait écroulé depuis longtemps.
      Je tiens à vous faire remarquer que l’on peut être contre un système même si on en vit. Qui a le choix d’ailleurs ? Je suis contre le réchauffement de la planète mais je roule sur 90 kilomètres tous les jours pour mon travail… par chance dans une usine de transport en commun. Je fonctionne dans un monde imparfait, je fais avec mais je peste souvent.
      Il n’existe plus aucune valeur reconnue pour garantir les billets de banque, ce qui ne veut pas dire que les USA sont en manque d’immobilisation mais qu’elles sont imprécises. Un vide sémantique existe entre le billet, qui est une valeur au porteur, et le certificat d’Obligation, qui est pourtant AUSSI une valeur au porteur. La dette est une planche à billet à circulation restreinte, tout simplement, et une bonne partie de l’inflation s’explique par icelle.
      N’en parlez pas aux économistes… ils font tout pour ne pas le savoir, de même qu’ils se voilent la face devant le phénomène de l’ubiquité de l’argent étant donné la vitesse liminale des transactions internationales. Faut dire que CETTE inflation ne passe jamais par les poches des consommateurs : elle va directement dans la besace du 1%.
      Contrairement à ce que vous avancez donc, le système monétaire international n’a pas toujours fonctionné sur la confiance. Précisons : la dernière fois que c’est arrivé nous étions dans les années 20 avec le résultat connu : Grande Crise, Grande Guerre, Grande Bombe…
      Au début des années trente toute une batterie de mesures ont été prises pour protéger, et le système économique, et le tissu social, avec pour résultat qu’avant leur entrée en guerre les USA étaient déjà redevenus stables, solides et incroyablement riches. C’est sur les mesures de Keynes que s’est érigée la puissance américaine depuis et la confiance est venue de cette force, pas le contraire.
      Depuis Reagan les USA ont tout fait pour déréglementer selon des préceptes néolibéraux très semblables au capitalisme sauvage du début du siècle dernier. Restent les bases de l’entraide via le gouvernement mais celles-ci s’effritent vite, surtout sous l’influence du GOP.
      La confiance ne règne jamais longtemps en économie, on l’a vu en 2009 encore… et c’est pas fini. Il semble que nous devrons encore atteindre le fin fond du baril avant de revenir à des principes un peu moins malsains. Sinon il reste la prière je suppose.
      C’est à la mort du néolibéralisme que nous devons aspirer. Cette patente inhumaine est en train de tuer les bases du capitalisme sain, celui qui parle de masse critique d’argent en un point géographique pour créer des industries régionales et des jobs, et j’insiste sur géographique. Les banques qui autrefois ralentissaient et stabilisaient l’économie sont maintenant les principales artisanes d’une surchauffe que personne ne voit parce que les individus sont de plus en plus pauvres et leur endettement, écrasant. Oui, nous sommes en pleine ère de capitalisme débridé.
      La réponse du GOP (De Harper aussi, au passage) : économisez…. mais continuez à acheter toutes les niaiseries qui font tourner la machine. Youppi!
      @ littlepaton : Z’avez pas fini d’être dans le champ on dirait. Je ne donne certainement pas le Bon Dieu sans confession à Obama mais Bush a pété la machine complètement avant. Depuis les USA font du rapiéçage. Obama a manqué le bateau dans les moyens de soutenir les banques mais à la base il n’avait pas le choix. Son erreur a été de ne pas en profiter pour les mettre au pas, ces petits terroristes à cravate.

    • @alexandre:

      Vous dites: ” La plus grande partie de la dette américaine est émise en dollars américains, ce sont les créanciers étrangers qui perdent à ce jeu.
      De plus, une dévalorisation du billet vert entraîne une hausse de la productivité relative des Américains (soit, moins de chômage, plus d’export et moins d’import), ce qui booste l’économie intérieure au moins à court et moyen terme.
      Le seul défaut est que cela risque de faire augmenter le taux exigé sur les nouvelles émissions. ”

      Ce à quoi je répondrai ceci:

      1. La dette émise en billets US l’a été sur une valeur spéculative qui n’a pas eu tendance à remonter depuis novembre 2008. Les investisseurs étrangers que vous citez peuvent rappeler leurs dettes à tout moment, ca fait partie du jeu.
      2. La hausse de productivité se fait de façon artificielle et au détriment du niveau de vie de l’ensemble. C’est purement théorique et ca n’apporte pas de valeur réelle.
      3. Le “boost” à l’économie est encore plus artificiel que le reste puisque’il est basé sur une construction tout à fait précaire, un château de cartes, qui est détenu en partie (assez grande en plus!) par des investisseurs étrangers (chinois si je ne m’abuse) qui ont toujours le choix de rappeler leurs dettes …
      4. L’hyperinflation qui risque de découler d’une mesure comme celle-ci serait atroce, les exemples historiques abondent dans ce sens.
      5. Vous parlez de court et moyen terme, voilà la plus grande faille dans le raisonnement: personne ne voit d’horizon long, tout le monde se contente de regarder la crise de façon brève, sans tenir compte des effets à long terme et cette attitude fait perdurer la crise encore plus longtemps puisqu’elle ne met qu’un “plaster” sur une fracture ouverte.
      6. Les taux ne risquent pas d’augmenter, ils vont augmenter, point final. Cet effet aura immédiatement comme effet de faire perdre les soi-disants gains de productivité et la soi-disant baisse de chômage puisqu’on assistera à une nouvelle paralysie de l’économie. Le crédit redeviendra inaccessible, les banques vont vouloir récupérer leurs mises ou limiter leurs pertes en rappelant leur prêts auprès des gens qui subiront en même temps l’hyperinflation, la hausse des taux d’intérêt et une nouvelle vague de chômage.

      Je vois mal comment il pourrait y avoir quoi que ce soit de bon dans la hausse de la masse monétaire à l’heure actuelle pour solutionner un problème de fond tel que celui auquel font face les américains, et le reste de l’occident par le fait même …

    • @DenisSera

      Ma remarque ne portait pas sur la valeur de l’ensemble, mais sur le format, unique ou multiple.

      Autrement, on n’a qu’à ouvrir les puits de la mine et chacun viendra remplir son camion de minerai.

    • @DenisSera 13h42

      Mon opinion ne diffère pas beaucoup de celle de rogiroux. Le raciste fait rage dans les états du Sud. D’une certaine façon , je peux en témoigner. La vision de rogiroux sur les sociétés du nord et sud est réaliste et très défendable.
      Essayer d’établir un // que le Massachussets n’est pas raciste parce qu’il a voté par deux fois pour Obama comme Président et une fois républicain pour élire Romney gouverneur de leur état n’est pas sérieux.
      Votre ”melting pot ” que vous voulez défendre n’est pas si évident que cela. Les mentalités des citoyens du nord et du sud sont très différentes. Je ne vivrais pas dans certains états du sud.
      C’est évident que deux cultures politiques et sociales s’affrontent depuis le début de la naissance du pays.
      Les É.U des démocrates sincères et convaincus et les É.U. des républicains purs et durs ; deux visions de pays et de plus en plus deux solitudes .
      jrc.m
      Tampa,Fl.

    • @DenisPlante

      “La rigesse de ce pays est trop grande. Il est devenu impossible à gérer. Subdivisez-le.”

      Malheureusement, la Russie que tu donnes en exemple n’est pas plus facile à gérer. Les petits pays comme la Corée du Nord, la Grèce, l’Irak ou Israël non plus.

      Je continue avec les autres exemples que tu donnes:

      Les gens en Alaska vivent 100 fois mieux que les Russes en Sibérie, juste à côté.

      Les Mexicains immigrent par millions chaque année vers les États-Unis. Dans le sens inverse, l’immigration est de quelques milliers de personnes. Ce serait une tragédie pour les Mexicains qui vivent aux États-Unis de se faire unir au Mexique. Rappel que le Mexique est un des rares pays du monde avec un taux de meutres par arme à feu supérieur aux États-Unis.

      Les Français n’ont pas plus de place en Lousiane qu’en Algérie. À la différence que les Français se sont battus pour l’Algérie, tandis qu’ils se sont débarassés de la Louisiane à la première occasion. La Louisiane est aimée de ses habitants, et je n’en connais pas beaucoup qui aimeraient devenir un département français.

      Pour ce qui est de Hawai, d’accord pour son indépendance. Mais es-tu d’accord que les haiwaiens ne pourraient pas devenir Président des USA? Obama devrait-il revenir vivre près des plages hawaiennes?

      Note finale sur ces Américains racistes et stupides: Quel vidéo a été le plus écouté aux États-Unis en 2012? Le vidéo d’un sud-coréen, farouchement anti-américain.

      Voilà ce qu’est l’Amérique: Un pays formidable, totalement ouvert sur les autres, qui attire tous les peuples du monde.

      Normal que cela amène son lot de jalousie et de haine. Les premiers de classe sont toujours détestés.

    • Dette américaine per capita: 52k
      C’est comme si le Québec avait une dette de 415 milliards. Sans actifs

    • “Des pièces de monnaie en platine.”

      J’en veux! j’en veux! j’en veux! Je veux la pièce de 100$ qui se détaille… oups, 1892$. Laissez faire d’abord.
      http://catalog.usmint.gov/webapp/wcs/stores/servlet/CategoryDisplay?catalogId=10001&storeId=10001&categoryId=10114&langId=-1&parent_category_rn=10191&top_category=10191

    • “Il est en effet intéressant de noter que les rivalités qui existent aujourd’hui entre le Sud et le Nord des États-Unis ont leurs racines dans l’Angleterre du 17ème siècle et avant!”

      @ tom ~

      En effet…! Les premiers anglais qui ont débarqué sur le nouveau continent fuyaient la persécution des pouvoirs politiques et ceux qui les ont suivi tout de suite après fuyaient la persécution des pouvoirs religieux. Ils ont trouvé une terre vierge, débordante de richesses naturelles, jouissant d’un climat clément et peuplée d’indigènes pas trop hostiles à leur arrivée.

      Ils avaient tout pour eux et bénéficiaient de conditions idéales pour fonder une nation qui aurait pu, idéalement, devenir vraiment exceptionnelle. Après tout, ils connaissaient les deux côtés de la médaille de l’oppression… religieuse et politique.

      Malheureusement… là où il y a de l’homme… Il y a de l’hommerie!!

    • @DenisSera

      Pour la question a savoir quel pays les Américains devraient suivre et bien c’est difficile a répondre étant donné qu’il y a peu de comparable. Chaque pays a une situation différente. Disons que le but c’est de s’inspirer des bons coups des autres pays et d’éviter leurs erreurs.

      Et si on veut nommer un pays sur lequel ils devraient s’inspirer et bien c’est l’Allemagne.

      Malgré tout je suis d’accord pour affirmer que les États-Unis demeurent un des meilleurs pays au monde.

      Par contre vous avez nazi facile. C’est comme si a l’extérieur des États-Unis tout le monde était nazi ou extrémiste.

      Le Canada nazi? Est bonne.

    • J’ai beaucoup ri quand j’ai lu jrcm.t dire des démocrates démocrates qu’ils sont sincères et convaincus alors que lesrépublicains sont purs et durs.

      Joli spin autour de synonymes.

    • L’article de Reid Pillifant, en hyperlien dans le billet de M. Hétu, fait bel et bien référence à une seule pièce de monnaie. Mais qu’il y ait une ou plusieurs pièces, c’est surtout le procédé qui importe, dans le but de créer des fonds dans le compte du gouvernement sans qu’il y ait officiellement de hausse de la dette. La Réserve fédérale pourrait très bien inscrire une valeur nominale de plusieurs millions ou milliards $ sur une pièce de platine dont la valeur intrinsèque en métal serait de moins de 1000 $.

    • @_renaud

      Ce n’est pas moi qui dit que le Canada est nazi, ce sont les milliers de commentaires d’internautes et de journalistes, qui décrivent Harper comme le chef des SS au Canada.

      Pour ce qui est de l’Allemagne. Malgré 3 millions de turques, il y a environs 0,05% des politiciens Allemands qui sont Turcs. S’il y avait la même proportion de politiciens Afro-Américains en Amérique, on crirait au nazisme.

      Notons aussi que l’Allemagne a le droit du sol: Pour être Allemand, il faut être descendant direct d’un Allemand et d’une Allemande née en sol Allemand. Une telle disposition aurait empêché Barack Obama de devenir Président des États-Unis.

      Je le répète: Les États-Unis sont, avec le Canada, le pays le plus accueillant de l’univers pour les immigrés.

    • @denisSera

      Quand je parle de l’Allemagne comme modèle je parle au niveau économique. C’est ca le sujet de la discussion. On ne parle pas d’immigration.

    • @lejackass
      1- Nope. La dette gouvernementale n’est pas revendable au gré de l’acheteur. Le rollover peut être problématique mais n’importe qui avec une expérience réelle des bonds markets ne parlerait qu’en terme de basis point et non d”impossibilité”.
      2- En quoi est-ce plus artificiel que le peg de la monnaie chinoise? Est-ce que ça n’a pas aidé la Chine? On se fiche que ce ne soit pas un gain dû aux travailleurs ou aux technologies, c’est un boost.
      3- Non, les Chinois ne peuvent pas rappeler leurs dettes! De toute façon, comme le dit si bien le dicton: quand tu dois mille dollars à la banque, tu es dans le trouble; quand tu dois un milliard, c’est la banque qui est dans le trouble.
      4- Oui si on parle d’émission à des niveaux ridicules – sinon, toutes les banques centrales le font.
      5- Tout dépend de ce qu’ils font. En théorie, une politique de quantitative easing peut aider, est-ce le remède final? Non. Ça prend aussi d’autres mesures pour guérir l’économie, sinon, ce serait beaucoup trop simple et il n y a rien de simple ici bas.
      6- Vous seriez surpris en étudiant la courbe des taux des pays souverains de constater l’effet d’une faillite sur les taux d’emprunts après deux ans.

      Pour conclure, je parlais de votre commentaire en particulier (le premier) et non l’impression instantanée de 1000 milliards de dollars: idée totalement farfelue comme je l’ai déjà dit.

    • @-alexandre- 11h14 “Je doute qu’imprimer 1000 milliards…” Le platine est un métal précieux qui a une valeur intrinsèque. Combien se vend une pièce? Quelle est sa valeur en métal précieux?

    • Le platine se transige présentement à environ 1 560 USD l’once.

    • Pendant ce nouvel episode de Obamatrône les Etats-Unis s’enfonce a nouveau dans le chôme-âge et les Dems,voyant coment cela peut nuire a l’image du royaume, surtout apres avoir dilapider autant,songent a frapper un nouvel ecu !

    • Je serais curieux de savoir s’ il était vivant ce que Karl Marx pourrait nous dire la-dessus.

      ” Des crosseurs ” probablement

    • @spritzer “Je veux la pièce de 100$ qui se détaille… oups, 1892$. Laissez faire d’abord”. “Le platine se transige présentement à environ 1 560 USD l’once”. Quel est le poids d’une pièce? Ce n’est pas comme un bijou unique dont la valeur est fonction de sa beauté et de sa rareté. Ça vaut quand même plus qu’un bout de papier.

    • Juste pour faire peur: le retour à l’or sonnant et trébuchant comme monnaie liquide?

    • @ francois_d

      - «Cette phrase est fausse. Le dollar US n’est plus adossé à l’or depuis le 15 août 1971.»

      Je n’ai peut-être pas été très clair, mais ce que je voulais dire, c’est que dans la réalité, le dollar US n’est plus adossé à RIEN, et ce, depuis bien plus longtemps que 1971.

      Écran de fumée, croyance, naïveté, et surtout une religion de l’argent où, comme dans l’Église de Rome, les hauts placés de la hiérarchie empochent et roulent sur l’or alors que c’est le peuple qui paie les cathédrales…

    • @ alexandre:

      Vous dites: ” Pour conclure, je parlais de votre commentaire en particulier (le premier) et non l’impression instantanée de 1000 milliards de dollars: idée totalement farfelue comme je l’ai déjà dit.”

      Là dessus, on est d’accord

    • 22h27 Pour faire encore plus peur: “Ap 13:17- et nul ne pourra rien acheter ni vendre s’il n’est marqué au nom de la Bête ou au chiffre de son nom”. À moins d’avoir de l’or ou des pierres précieuses, du cold cash, ce que les vrais riches ont toujours compris.

    • 00h03 …ce que les vrais riches et les peuples discriminés…

    • Y’en a qui comprendront jamais …Ce ne sont pas les “USA” qui font tourner la planche à billets mais la Banque fédérale (qui n’a de fédérale que le nom) c’est-à-dire un consortium, un cartel de banques privées . Le Trésor US achète ces billets à la FED à hauteur de leur valeur fictive et ce sont les citoyens, via les impôts et donc la sueur de leur front, qui alimentent les caisses de la FED. Par exemple un billet de 100$, qui coûte à la FED quelques cents à produire, sera acheté par le Trésor US 100$… un sacré bénéfice pour ce cartel bancaire/ces “grandes” familles mafieuses, surtout depuis 1913 !

      En plus de ça – pour pousser le cynisme à son comble ou à son paroxysme – la FED demande bien évidemment des intérêts.

      Au risque de me répéter ces “grandes familles” propriétaires de la FED ou de banques privées diverses et variées (à qui les Etats sont obligés d’emprunter depuis des décennies), ont accumulé des sommes colossales (et c’est un euphémisme) sur le dos des citoyens.

      J’ignore si un calcul précis peut être effectué, mais leur patrimoine global – depuis les siècles qu’elles sont dans le “business”, et je pense surtout à la famille Rothschild – doit représenter des dizaines de milliers de milliards $ ! Pourquoi leur patrimoine ne figure-t-il pas dans le magazine Forbes ou équivalent ? On nous parle toujours des Slim, Gates, etc (des tout petits joueurs à côté) mais jamais de ces familles. D’ailleurs les membres de ces familles justement sont rarement médiatisés. Tout se passe dans l’ombre.

      Rien qu’avec la FED… combien de milliers de milliards $ ont été “prêtés” au Trésor US depuis 1913 ? Et depuis des décennies en Europe… ou sur tous les continents via leurs “filiales” ? Et les différents “prêts” pour financer toutes les guerres depuis des siècles, etc. Et toutes les multinationales qui leur appartiennent directement ou indirectement… que ce soit dans le pétrole, l’armement, les médocs, etc j’en passe et des meilleures. Au total les dizaines de milliers de milliards $ doivent largement être atteints.

      Avec cet argent ces familles peuvent tout se payer, y compris les “pions” politiques qui se font passer pour nos représentants. Ce sont ces familles notamment qui “vampirisent” nos richesses. Ce sont ces familles qui tiennent les manettes et qui tirent les ficelles. Et ce sont ces familles qui écrivent le scénario dans les grandes lignes depuis quelque temps déjà (notamment l’origine des guerres/conflits, et à chaque fois elles ramassent la monnaie in fine).

      Merci de publier ce message d’utilité publique .

    • En passant depuis 71 si je me souviens bien le dollar selon toute vraisemblance ne tient que grâce au couplage avec le pétrole et ces derniers temps avec l’appui de l’armée américaine. Tu achète le pétro en dollar ou je te pète la gueule rien de moins que de la menace . Ceci explique cela , on se demande pourquoi Sadam à disparu après avoir vendu son pétrole en euro , ou khadafi avec sa loufoque idée de dinar or.

    • Je cite Anatal Fekete:

      “Au lendemain de la bataille de Waterloo, le 20 juin 1815, Nathan Rothschild informé de la défaite napoléonienne bien avant les autorités grâce à son réseau d’espionnage et de courrier, se rend à la bourse de Londres et met en vente tous ses titres. Tous pensent alors que Napoléon est sorti victorieux du combat et chacun, gagné par la panique, suit l’exemple de Rothschild. Au bout de quelques heures, la valeur des actions tombe à 5 cents, c’est alors que Nathan les rachète pour une bouchée de pain… En une nuit, la fortune déjà gigantesque des Rothschild est multipliée par vingt, et obtient de fait le contrôle de l’économie anglaise : c’est un fameux “coup de bourse” !

      Ensuite, en 1818 grâce à des agents et à ses réserves « illimitées », il achète une énorme quantité d’obligations du gouvernement français. Ensuite il inonde le marché libre des principales places commerciales d’Europe d’obligation française, ce qui provoque une panique. A Paris, la maison Rothschild s’empare ainsi du contrôle de la France et de ses finances, et à Londres, Nathan Rothschild en contrôlant la “Banque d’Angleterre”, exerce une influence directe sur le Parlement britannique.”

      « Donnez moi le contrôle sur la monnaie d’une nation, et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois »
      M.A. Rothschild

      Idem lors de la crise en 1929, lorsque les principaux propriétaires de la FED ont décidé au préalable d’augmenter de près de 60% l’argent en circulation, avec toutes les spéculations boursières qui s’en suivirent. Puis au moment fatidique ils ont retiré leurs billes de la bourse, entraînant une baisse des cours exponentielle et une panique généralisée, un effet boule de neige. Ensuite, une fois les cours au plus bas et des milliers de banques, industries en faillite, ils ont tout racheté pour une poignée de figues. Puis les cours se sont envolés, multipliant leur patrimoine déjà gigantesque. Et ainsi de suite au cours du XXe Siècle jusqu’à ce jour.

    • Maintenant je vous cite des grosses pointures :

      Suite à la crise de 1929, le député Louis McFadden, qui voulut initier une procédure de destitution à l’encontre de la FED, fut empoisonné. Lincoln, JFK, et bien d’autres ont été assassinés pour les mêmes raisons, car ils ont voulu mettre un terme à l’hégémonie bancaire de ces familles, à leur emprise sur leur nation. JFK avait initié l’Ordre exécutif 11110 – ôtant à la FED son privilège monopolistique de prêter au Trésor US – donnant au Gouvernement la capacité de créer sa propre monnaie. Des dizaines de milliers de nouveaux billets imprimés prêts à être mis en circulation. Puis quelque temps plus tard, le 22/11/1963 (en outre pour JFK les raisons sont multiples).

      “Une grande nation industrielle se trouve dominée par son système de crédit. (…) La richesse de la nation et toutes nos activités sont entre les mains de quelques hommes. (…) Nous en sommes venus à être une des nations les plus mal dirigées, un des gouvernements les plus totalement contrôlés et dominés du monde civilisé ; non plus un gouvernement régi par des opinions librement exprimées, un gouvernement de la loi et du vote à la majorité, mais un gouvernement placé sous la contrainte et la férule d’un petit groupe d’hommes.” Woodrow Wilson, 28e Président des Etats-Unis

      “Pour obtenir le contrôle total, deux ingrédients sont essentiels : une banque centrale, et un impôt progressif, pour que les gens ne s’en rendent pas compte.” Karl Marx

      “La véritable menace pour notre pays est le gouvernement invisible, qui comme une pieuvre géante, étend ses tentacules gluantes autour de nos villes, états et nations.” John F. Hylan, maire de New York de 1918 à 1925

      “Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit. […] L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence. Leur unique objectif est le gain.” Napoléon Bonaparte

      “Si vous désirez être les esclaves des banques, et payer pour financer votre propre esclavage, alors laissez les banques créer l’argent.” Josiah Stamp, Gouverneur de la Banque d’Angleterre, 1920

      “Il est une chance que les gens de la nation ne comprennent pas notre système bancaire et monétaire, parce que si tel était le cas, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin.” Henry Ford

    • @bimo 19h34 “Merci de publier ce message d’utilité publique”. Cette petite phrase m’enlève le goût de lire ce qui précède. Je le lirai quand même. Mais ça annonce mal.

    • Bimo, le retour des créditistes….

    • @ bimo

      Beaucoup d’inexactitudes et d’erreurs dans votre commentaire sur la FED.

      Consultez l’article “Criticism of the Federal Reserve”:
      http://en.wikipedia.org/wiki/Criticism_of_the_Federal_Reserve
      et spécialement la section “Private ownership or control” pour avoir l’heure juste sur qui a la propriété et le contrçole de la FED.

      Même s’il est vrai que le contrôle des USA et du reste de la planète est assumé par la haute finance, les maîtres sont en réalité les actionnaires qui par leur appétit toujours croissant en dividendes, poussent les conseils d’administration à prendre des décisions et poser des actions allant vers toujours plus de profits au détriment du bien commun.

      Le grand coupable du foutoir planétaire actuel, c’est un système qui glorifie l’acquisition et l’enrichissement personnel et misérabilise ceux qui veulent et travaillent pour le bien commun.

    Vous désirez commenter cet article?   Ouvrez une session  |  Inscrivez-vous

    publicité

  • Twitter

  • Catégories

  • Blogues sur lapresse



    publicité





  • Calendrier

    juillet 2010
    L Ma Me J V S D
    « juin   août »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Archives

  • publicité